Archives par mot-clé : médecine

La chair de l’Asie. Corps contraints et rationalisation des individus au sein des sociétés orientales

[ndlr] Le groupe des jeunes chercheurs du GIS Asie organise à Aix-Marseille Université les 12 et 13 mai 2016, de 9 h à 17 h, les Deuxièmes rencontres nationales des jeunes chercheurs en études asiatiques. Programme ci-après.

La chair de l’Asie

Corps contraints et rationalisation des individus au sein des sociétés orientales

12 et 13 mai 2016

9h-17h

3 Place Victor Hugo, 13003 Marseille
Campus Saint-Charles, Aix-Marseille Université
Bâtiment Yves Mathieu, salle LSH 204

Une quinzaine de doctorants, jeunes docteurs et doctorants interviendront lors des deux jours de programme qui seront ouvertes par le directeur de l’Irasia, M. Guy Faure.

Les 4 sessions s’annoncent riches et se termineront par une conférence de clôture de M. Yves Cadot.

Session 1 – Les corps face aux instances politiques

Président de séance : Jérôme Soldani

  • Enfermer et exploiter les corps condamnés dans le Cambodge colonial. Par Luc Benaiche (Doctorant en histoire, IrASia/Aix-Marseille Université)
  • Biopolitiques de l’invulnérabilité. Les groupes d’arts martiaux régionalistes en Asie du Sud-Est. Par Gabriel Facal (Chercheur post-doctorant en anthropologie associé à l’IrAsia/Aix-Marseille Université)
  • Le corps du combattant et le corps violenté. Réflexions sur l’incorporation de l’histoire d’ex-combattants des Tigres tamouls. Par Giacomo Mantovan (Docteur en anthropologie sociale et ethnologie, CEIAS, CRH/EHESS)
  • Dressage du corps, dressage de l’esprit : les dispositifs d’apprentissage et l’enseignement politique à l’école primaire en Chine. Par Zhou Mingchao (Docteure en Science Politique, laboratoire de Théorie du Droit/Aix-Marseille Université)

Session 2 – Corps et biomédecine

Président de séance : Luc Benaiche

  • Concevoir un fils à tout prix : le détournement des technologies de reproduction dans la société vietnamienne patriarcale. Par Valentine Bequet (Docteure en démographie, CEPED/Université Paris Descartes/IRD)
  • Qu’est-ce qu’un risque pour des Sud-coréennes atteintes d’un cancer du sein ? Expériences du corps et culture biomédicale. Par Seo Miwon (Doctorante en sociologie, CADIS-CRC/EHESS)
  • Modeler son corps pour maintenir un capital érotique : la pratique biomédicale de la périnéorraphie à Phnom Penh, Cambodge. Par Clémence Schantz (Doctorante en sociodémographie, CEPED/Université Paris Descartes/IRD)

Session 3 – Érotisation du corps et rapports de genre

Président de séance : Julie Remoiville

  • Performance du corps amoureux dans les pratiques photographiques des robes nuptiales en Chine rurale. Par Hou Renyou (Doctorant en anthropologie, ASIEs/INALCO)
  • Corps offerts, cœur à prendre ? Images de femmes chinoises sur un site international de rencontres. Par Marc Lebranchu (Doctorant en sciences des religions, GSRL/EPHE)
  • Comment les enfants apprennent le sexe et le genre de leurs corps à l’école élémentaire au Japon. Par Aline Henninger (Doctorante en sociologie/anthropologie, CEJ/INALCO)
  • Usages du corps et culture du petit caïd : récits du quotidien chez les jeunes gens des bidonvilles de Bhopal. Par Arnaud Kaba (Doctorant en anthropologie sociale et historique, EHESS-LISST, Toulouse / IrAsia)

Session 4 – Corps et art

Président de séance : Hou Renyou

  • Notion de Corps en Asie orientale dans l’art actuel. L’œuvre comme passage du Souffle. Par Cho Minji (Docteure en Sciences du langage, Modyco/Université Paris Descartes et ASIEs/INALCO)
  • Se défaire de ses propres contraintes et s’astreindre à celles de l’Autre ? Ethnographie de l’apprentissage à l’Institut Interculturel de Théâtre (ITI, Singapour). Par Marilyne David (Doctorante en anthropologie, LESC/Université Paris Ouest La Défense)
  • La question du corps dans l’art de la performance en Chine. Par Li Shiyan (Docteur en Sciences de l’Art, Langarts/Aix-Marseille Université)

Conférence de clôture : Les formes contraintes au Japon (kata) : formatage, ou émancipation de l’individu ? Par Yves Cadot (Maître de conférences, Université de Toulouse 2 Jean Jaurès, CEJ/INALCO)

Ces journées sont organisées par Luc Benaiche (doctorant en histoire contemporaine, IrAsia, AMU), Hou Renyou (doctorant en anthropologie, ASIEs, INALCO) et Julie Remoiville (docteure en études de l’Extrême-Orient, chercheuse postdoctorante, GRSL (EPHE/CNRS)).

Elles sont soutenues par l’IrAsia (Aix-Marseille Université / CNRS) et le GIS Asie.

Inscriptions : jegisasiemarseille2016@gmail.com

Contact du groupe des jeunes chercheurs : jeunes.chercheurs@gis-reseau-asie.org

Site web : https://jca.hypotheses.org/ (le carnet des jeunes chercheurs en études asiatiques).

Résumés des interventions : La chair de l’Asie / Résumés (PDF)

Programme détaillé : La chair de l’Asie / Programme Marseille

Affiche : La chair de l’Asie / Affiche Marseille

C. Michele Thompson: Vietnamese Traditional Medicine – A Social History

[ndlr] Une nouvelle publication très intéressante. Présentation de l’éditeur.

Medical manuscripts in Chinese and in Nom (vernacular Vietnamese) capture various aspects of the historical interaction between Chinese and Vietnamese thought. In Vietnamese Traditional Medicine: A Social History, Michele Thompson argues that indigenous Vietnamese concepts regarding health and the human body helped shape Vietnam’s reception of foreign medical ideas and practices, first from China and then from the West. To illustrate this theme, she presents a detailed analysis of the Vietnamese response to a Chinese medical technique for preventing smallpox, and to the medical concepts associated with it, looking at Vietnamese healers from a variety of social classes. Thompson’s account brings together colorful historical vignettes, contemporary observations and interviews, and textual analysis. One particularly instructive episode was Jean Marie Despiau’s 1820‒21 journey from Vietnam to Macau to secure doses of smallpox vaccine to vaccinate the royal children of the Nguyen Dynasty. The documentation associated with Despiau’s effort provides insight into the Vietnamese receptiveness to one foreign medical technique and the concepts of the body associated with it.

Thompson_VietnameseTraditionalMedecine_SocialHistory_book

Ref. : Thompson, C. Michele, Vietnamese Traditional Medecine. A Social History, Honolulu: University of Hawaii Press, 2015, 248 p. ISBN: 978-9971-69-835-5

Source : University of Hawaii Press

Dr Trần Quang Đệ

DrTranQuangDeM. le Docteur Trần Quang Đệ, né en 1905 à Mỹ-Long (Sadec, Cochinchine).

Docteur en médecine.

Chirurgien à l’hôpital Lalung-Bonnaire.

A publié un ouvrage « Tumeurs à myéloplaxes des synoviales articulaires » [1935].

Ancien interne des Hôpitaux de Paris (1932-1936).

Membre de l’Ex-Conseil Municipal de Saigon.

Membre du Conseil d’Administration de la Région Saigon-Cholon.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 18.

* * *

hôpitalLalungBonnaireL’Hôpital Lalung Bonnaire. Pavillon Pasteur 1931, aujourd’hui Hôpital Chợ Rẫy dans le cinquième arrondissement d’Ho Chi Minh-Ville © DR

Anne Yvonne Guillou : Cambodge, soigner dans les fracas de l’histoire. Médecins et société – CR de lecture par Mathieu Durand

Guillou_CambodgeSoignerDansLesFracasDeLhistoireL’histoire tourmentée du Cambodge méritait d’être étudiée au-delà des thèmes militaires ou politiques, d’où l’intérêt majeur de l’ouvrage d’Anne Yvonne Guillou, Cambodge : soigner dans les fracas de l’histoire, médecins et société. En apportant une compréhension anthropologique de l’histoire de la médecine au Cambodge, en condensant certes à l’essentiel sa thèse de doctorat (citée en réf.), l’auteure se demande quelle a été la place de la médecine au Cambodge, du protectorat français à la fin des années 1990 (date des enquêtes de terrain qui y furent menées). Sans oublier la médecine traditionnelle, Anne Yvonne Guillou étudie le rôle et le statut des médecins au Cambodge, depuis 1863, formés par la « médecine occidentale » que l’on peut qualifier, comme l’auteure, de biomédecine.

Après une première partie retraçant l’histoire de la médecine « occidentale » au Cambodge, mobilisant le concept d’« invention » de cette médecine au cours de la colonisation (voire même après), les parties suivantes apportent un regard anthropologique sur la place des médecins dans le Cambodge des années 1990, d’abord à l’hôpital (lieu de diverses confrontations entre des humanitaires étrangers et le personnel médical khmer), puis au sein de la société (avec les mutations des relations entre le patient et le thérapeute). L’ouvrage se base sur des observations participantes dans plusieurs hôpitaux et dispensaires du Cambodge (ainsi que dans des camps de réfugiés en Thaïlande), en plus d’une consultation des archives coloniales en France et au Viêt Nam.

Des médecins indochinois aux médecins fonctionnaires

S’attardant sur « l’invention de la profession médicale » depuis le protectorat français, Anne Yvonne Guillou évoque le cas des « médecins indochinois » au Cambodge. Malgré cette dénomination, le pouvoir colonial n’avait pas de médecins khmers à sa disposition, la plupart des médecins au Cambodge étant issus des territoires de l’actuel Viêt Nam, outre le fait qu’aux débuts du protectorat, seul l’hôpital militaire de Phnom Penh illustrait « l’action sanitaire » coloniale au Cambodge. Les territoires de l’actuel Viêt Nam concentraient l’essentiel des infrastructures sanitaires. Dans les années 1930, un réseau « de petits hôpitaux provinciaux et d’infirmeries sommaires de campagne » fut créé au Cambodge, mais l’essentiel des infrastructures se situait dans la capitale à la veille de l’indépendance. L’auteure précise que les professions médicales étaient moins recherchées au Cambodge, contrairement au Viêt Nam où les médecins constituaient un nouveau groupe social, au statut élevé, bien qu’issu de la colonisation. À Hanoï, où se trouvait l’École de Médecine, les trois quarts des étudiants étaient Cochinchinois ou Tonkinois, les Cambodgiens étant minoritaires, car les ethno-types coloniaux de recrutement étaient favorables aux Vietnamiens. De plus, l’élite cambodgienne privilégiait en priorité des carrières administratives pour ses héritiers (liant les familles à la monarchie), plutôt que d’avoir des médecins liés aux douleurs de la population cambodgienne.

Avec l’indépendance et les années dites du « Sangkum » (« communauté socialiste populaire »), sous le roi Norodom Sihanouk de 1955 à 1970, les infrastructures sanitaires sont étendues aux provinces par le gouvernement. Les médecins devinrent des fonctionnaires de l’État et exerçaient dans des hôpitaux très hiérarchisés. Anne Yvonne Guillou montre que les médecins peinèrent à « se forger une identité et à s’organiser professionnellement » et demandèrent à être autorisés à exercer, à titre privé, en dehors de leurs horaires de travail à l’hôpital. Au cours des années 1960, ces praticiens, que l’auteure qualifie de « fonctionnaires-entrepreneurs », exerçaient principalement en ville, renforçant leurs réputations auprès d’une « clientèle » urbaine de patients. Mais la République Khmère mit un terme au développement de ce système de soins. Face aux conflits de la péninsule et au renforcement du pouvoir des « Khmers Rouges » dans les provinces, beaucoup d’infrastructures sanitaires furent détruites ; et l’afflux de blessés et de réfugiés dans les services hospitaliers ne permettait plus aux médecins d’exercer en dehors de leurs horaires, outre le gel de leurs revenus et la baisse des budgets publics de santé.

Médecins révolutionnaires vs médecins réactionnaires

L’arrivée au pouvoir des Khmers Rouges et la division de la société cambodgienne entre le « peuple ancien » et le « peuple nouveau » (ce dernier étant considéré comme « réactionnaire »), ne firent que renforcer la désorganisation des structures sanitaires. La distinction entre les peuples se fit aussi dans les soins et les médecins révolutionnaires furent les seuls autorisés à pratiquer, tandis que les autres médecins, tant traditionnels que praticiens de biomédecine, furent déportés dans les campagnes, ou forcés de collaborer à la formation des médecins révolutionnaires. Si des médecins revenus de l’étranger à l’appel du régime furent écartés du système national, et réservés aux soins des cadres du régime, ces derniers ne s’appuyaient certainement pas sur la médecine « traditionnelle ».

Anne Yvonne Guillou montre que la médecine restait « un mélange hétéroclite » entre savoirs traditionnels, modèles biomédicaux et principes idéologiques du régime. Les médecins révolutionnaires étaient de jeunes paysans résolus à appliquer « leur croyance dans les vertus intrinsèques de la conscience révolutionnaire comme vertu thérapeutique » (p. 54). Deux témoignages, dont l’un d’un médecin revenu de l’étranger, expliquent le sort tragique réservé aux médecins à cette période.

HôpitalDeKompongSpeu_1979
Hôpital de Kompong Speu, septembre 1979 © ICRC/D. Ziegler/kh-n-00007-23

Le retour du médecin khmer

L’arrivée des Bodoï vietnamiens au Cambodge en janvier 1979 mit fin à quatre années de régime totalitaire qui causèrent la mort d’un cinquième de la population cambodgienne. Le Cambodge passa alors sous l’autorité du Viêt Nam, et si les médecins reprirent leur activité, c’est sous l’égide d’Hanoi que tout le système de soins fut recréé. Les rares médecins survivants redevinrent fonctionnaires et il fallut procéder à la formation en urgence de nouveaux soignants. Un personnel hétéroclite fut d’abord hâtivement formé, dans un contexte de pénurie. Mais face aux faibles moyens sanitaires de l’État, Hanoi redonna plus de responsabilités aux médecins khmers avant la fin des années 1980, tout en augmentant la durée de la formation des thérapeutes.

Le retrait des Vietnamiens en 1989 et la fin de l’aide du bloc socialiste permis paradoxalement aux médecins – alors contraints de prélever dans les stocks de médicaments des organisation non gouvernementale (ONG) afin de pouvoir se soigner, soigner leurs proches ou revendre les remèdes pour survivre – de tenter de retrouver le statut lié à leur profession. Face à des hôpitaux qui ont été « attribués » à l’assistance, soit des ex-pays socialistes, soit de différentes ONG, les médecins ouvrent officieusement leurs cabinets privés à leur domicile, jusqu’à l’autorisation de la pratique privée en 1993. Une offre privée se développe dès les années 1990 mais se concentre d’abord à Phnom Penh.

Cette partie historique illustrant l’évolution de la place des médecins au cours de l’histoire du Cambodge montre aussi que cette « profession » est un lieu de tensions politiques, qui se traduisent par les vicissitudes du système de soins, sans oublier les nombreux paradoxes politiques causés par la colonisation, les guerres liées à la décolonisation, le régime de Pol Pot et la fin de la Guerre Froide.

Petite sociologie du personnel médical

S’interrogeant sur la pratique de la médecine à l’hôpital, l’auteure montre dans une deuxième partie que la présence des ONG favorise aussi des tensions entre les patients, les soignants cambodgiens et le personnel étranger. La mésentente a lieu à propos de l’entretien du matériel et de l’hygiène, le personnel étranger reprochant un « manque d’implication » des Cambodgiens. Contrairement à l’idée que l’éthique médicale des Occidentaux sous entendrait une rémanence des ethno-types coloniaux, les tensions sont principalement liées au cloisonnement et la hiérarchisation sociale très importante au Cambodge, y compris à l’hôpital, entre le personnel soignant et non-soignant. L’auteure montre que depuis les années 1980, les médecins sont de plus en plus issus de familles de fonctionnaires ou de commerçants, à la différence du personnel non-soignant ; différence institutionnelle majeure qui renforce les tensions. Le personnel soignant est pourvu de grades et de cursus différents du personnel non-soignant (héritage de la colonisation et du socialisme pour permettre la formation rapide de personnel soignant). Les  points de tensions quant à la relation médecin-malade et l’éthique médicale sont liés à la disposition du temps libre. Les praticiens cambodgiens souhaitaient exercer à leur compte, en complément de revenus, car après 1989 et le délitement de l’État, il n’y avait ni primes, ni avancement. L’administration hospitalière était gérée par les humanitaires qui souhaitaient conserver un service médical public (et ne pouvaient pas admettre le concept de « fonctionnaires-entrepreneurs »), en plus des critiques des patients qui accusaient les praticiens de prélever dans les stocks de médicaments pour revendre les remèdes sur les marchés.

Mutations des pratiques médicales

Le troisième chapitre révèle l’ampleur des mutations de la médecine au Cambodge au cours des années 1990, en distinguant les différences entre les professions médicales (docteurs, infirmiers, pharmaciens) et les praticiens traditionnels, mais aussi ceux que l’auteur nomme « néo-traditionnels », sans oublier les bonzes, les médiums et les masseuses. Au Cambodge, dans la seconde moitié du XXème siècle, la médecine traditionnelle était liée à l’autosuffisance socialiste, dans un contexte de pénurie générale liée aux conflits. Les médecines fondées sur les pharmacopées traditionnelles sont assez rapidement tombées en désuétude dans les services publics avec l’arrivée des ONG dans les années 1990, mais pour au contraire se développer dans l’offre de soins privée.

Les kru (nom cambodgien des médecins traditionnels) exercent en privé et sont valorisés auprès des patients, par leur connaissance de la pharmacopée traditionnelle. Mais les témoignages recueillis par la chercheuse auprès des médecins des hôpitaux montrent bien comment ces derniers méprisent les kru et la tradition, à laquelle ils ont dû parfois recourir sous les Khmers Rouges. Quant aux « kru néo-traditionnels », ils pratiquent leurs soins traditionnels en milieu urbain et mènent un bon niveau de vie, disposant de leur propre cabinet. Les bonzes, au contraire des médiums, par la parole et la psychologie qu’ils apportent auprès des malades, sont tolérés dans les hôpitaux. Sans oublier les masseuses, « aux marges du champ thérapeutique » qui recourent à des prestations sexuelles pour survivre.

Le concept « d’invention » des  professions médicales prend toute son importance dans cette partie, car la biomédecine s’invente non pas contre la médecine « traditionnelle » mais en coexistant avec elle, montrant bien que le système de soin est sans cesse en renouvellement. La déliquescence du système sanitaire à la fin des années 1980 suscite à la fois pragmatisme (consultations des kru) et méfiance (doutes des patients quant à la compétence et l’honnêteté des médecins, expliquant un très fort recours à l’automédication).

* * *

Cet ouvrage montre bien que les représentations du corps et des pratiques de soins évoluent comme la société, et que cette histoire mérite d’être étudiée en profondeur. L’auteure voit les patients comme des « acteurs sociaux » (p. 166) qui ont une histoire à raconter. Seule ombre au tableau anthropo-historique dressé par Anne Yvonne Guillou, la situation actuelle risque d’être décalée avec ce qu’elle avait observé au cours des années 1990, outre l’aspect très technique de l’ouvrage, qui peut décourager le non-initié en sciences sociales.

Mathieu DURAND, promotion Asioc 2014-2015.

Réf. Anne Yvonne Guillou, Cambodge, soigner dans les fracas de l’histoire. Médecins et société, Paris : Les Indes savantes, coll. Études sur l’Asie, 2009, 203 p.

Pour en savoir plus :

  • Au, Sokhieng, Medicine and Modernity in colonial Cambodia, PhD in History, University of California, Berkeley, 2005.
  • Chandler, David P., Une histoire du Cambodge, Paris : Les Indes savantes, 2011.
  • Dumas, Céline et Faurand-Tournaire, Anne-Laure, « Ethnographie d’un hôpital cambodgien », Moussons [En ligne], 15 | 2010, consulté le 13 décembre 2014. URL : http://moussons.revues.org/297
  • Guillou, Anne Y., Les médecins au Cambodge, Entre élite sociale traditionnelle et groupe professionnel moderne sous influence étrangère, Thèse de Doctorat, EHESS, Paris, 2001.
  • Monnais-Rousselot, Laurence, Médecine et colonisation. L’aventure indochinoise 1860-1939, Paris : CNRS Éditions, 1999.
  • Oversen, Jan & Trankell, Ing-Britt, Cambodians and their doctors. A Medical Anthropology of Colonial and Post-Colonial Cambodia, Copenhagen : Nias Press, 2010.
  • Ponchaud, François, Cambodge, année zéro, Paris : Julliard, 1977 (cf. chapitre IV).

Références pouvant être vues comme témoignages (issues de la bibliographie du livre)

  • Crimes et répercussions dans le domaine de la Santé Publique sous le régime génocidal [Sic] de Pol Pot – Ieng Sary – Khieu Samphan, Faculté de Médecine, 1989, dactyl.
  • Ly Den, « La médecine des cadres khmers rouges », ASEMI, n° spécial « Cambodge I » 1982, XII, 1-4, pp. 193-202.
  • Nguyen Van Minh, Michel, Contribution à l’organisation sanitaire au Cambodge sur le double plan médical et médico-social, Thèse pour le Doctorat en médecine, Faculté de Médecine et de Pharmacie de Saigon, 1956.

 

Mathieu Durand poursuit actuellement un Master 2 « Asie Orientale Contemporaine » à l’Institut d’Asie Orientale de l’ENS de Lyon. Actuellement en échange à la Chang Jung Christian University de Tainan, il effectue des recherches pour son mémoire portant sur la médecine traditionnelle chinoise à Taïwan.

Laurence Monnais : Médicaments coloniaux – L’Expérience vietnamienne, 1905-1940

[ndlr] Nouvelle parution, présentation de l’éditeur.

Monnais_MedicamentsColoniauxLe Viêt-nam, dans le cadre de l’Indochine, fut l’objet d’une expérience appuyée de l’impérialisme moderne – et de la colonisation à la française – y compris dans le domaine de la santé. De fait, si la colonie ne devait pas coûter à la métropole, elle devait fournir une main-d’œuvre productive, donc en bonne santé physique et mentale. Les Vietnamiens ne pouvaient pas pour autant revendiquer un « droit à la santé ». Il s’agissait tout au plus d’un devoir moral pour la France de « faire au mieux » de ses capacité dans le domaine. Quelle place pouvait tenir le médicament dans ce contexte, à l’heure de l’avènement de l’industrie pharmaceutique moderne ? L’idée que le Viêt-nam a servi de laboratoire d’expérimentation, à l’abri des regards métropolitains, n’est ni nouvelle ni révolutionnaire ; l’emploi empirique, parfois désastreux, de médicaments pour tenter de soigner certaines maladies tropicales fut aussi une réalité. Il s’agit toutefois davantage dans cet ouvrage de mettre en relief ce que l’on ignore du médicament en contexte de colonisation : le peu d’intérêt que lui portaient les médecins (convaincus que la prévention de masse était plus civilisatrice et somme toute encore très sceptiques face à des produits souvent peu efficaces ou trop toxiques… et onéreux) et, par contraste, l’engouement dont certains remèdes furent l’objet auprès de la population colonisée qui n’hésiterait alors pas à les adapter à ses attentes et à ses désirs. Le médicament colonial, porteur d’une véritable autonomie, aurait ainsi, et contre toute attente, participé à la médicalisation du Viêt-nam et à une réinvention de ses repères en santé.

Source : Les Indes savantes

Autres publications récentes de Laurence Monnais :

  • « Les remèdes du bien-être », in Guillemot, François & Larcher-Goscha, Agathe, La colonisation des corps. De l’Indochine au Vietnam, Paris : Éditions Vendémiaire, coll. Chroniques, 2014, pp. 313-342.

Nguyễn Tường Bách (1916-2013), de la lutte révolutionnaire à l’exil prolongé: un destin vietnamien

Nguyen-Tuong-BachDepuis le 11 mai 2013, le docteur Nguyễn Tường Bách* nous a quittés. Décédé à l’âge de 97 ans à l’hôpital de Fountain Valley en Californie, il reste un personnage méconnu mais néanmoins incontournable de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam. Cadet de la célèbre famille de lettrés Nguyễn Tường, Nguyễn Tường Bách, né en 1916 à Câm Giang dans la province de Hai Duong, fut de tous les combats littéraires et politiques menés par le groupe littéraire autonome (Tự lực Văn Đoàn) et les partis nationalistes Đại Việt Dân Chính et VNQDĐ (Parti National du Viêt-Nam). Ses grands frères, les célèbres Nguyễn Tường Tam (Nhất Linh), Nguyễn Tường Long (Hoàng Đạo) et Nguyễn Tường Lân (Thạch Lam) ainsi que sa soeur Nguyễn Thị Thế jouèrent un rôle prépondérant dans le renouveau littéraire des années 1930.

Nguyễn Tường Bách de son nom de plume Vien Son rédigea très tôt des poésies et des nouvelles dans les deux grands journaux du Tự lực Văn Đoàn, Phong Hóa (Moeurs) et Ngày Nay (Temps modernes). Il intégra le lycée du Protectorat (trường Bưởi) avant de poursuivre ses études à la Faculté de Médecine de l’Université indochinoise. Il y reçut son diplôme de médecine en 1944. Mais Nguyễn Tường Bách fut surtout connu pour son engagement politique aux côtés de son grand frère Tam. Il fut d’abord affilié au Đại Việt Dân Chính (Parti Populaire du Grand Viêt-Nam), le nouveau parti créé et dirigé par Tam en 1939. Il avait alors 23 ans. Ce nouveau parti influencé par les nationalismes autoritaires japonais et européens rassemblait autour de Tam, l’artiste laqueur Nguyễn Gia Trí et le théoricien Hoàng Đạo. Bách de son côté prit en charge les éditions Đời Nay.

InsigneVNQDD
Insigne du VNQDD en 1945-1946 © Eric Deroo

Le jeune parti nationaliste tenta de développer des groupes d’assaut dans la province de Bắc Ninh et s’activa à Hanoi. Il fut rapidement repéré par la Sûreté coloniale qui, ayant gardé la main sur les affaires intérieures malgré la présence japonaise, lança contre lui et d’autres formations « antifrançaises » une vaste répression à l’automne 1941. Nguyễn Tường Tam, le chef, fut activement recherché mais il s’était déjà réfugié en Chine. C’est à ce moment que le parti qui pensait s’accommoder de la présence japonaise ou du moins obtenir un soutien de la Kempeitai pour mener la révolution nationaliste changea radicalement d’option politique. Le groupe se rapprocha du VNQDĐ de l’Extérieur regroupé au Yunnan et entre 1943 et 1945 organisa la nouvelle alliance des partis nationalistes révolutionnaires qui devait concurrencer le Viêt-Minh, l’organisation patronnée par le Parti communiste indochinois (PCI). Le Front des Partis Nationalistes (Mặt trận Quốc dân Đảng) fut ainsi créé en mai 1945 en Chine du Sud avant de prendre pied à Hanoi tardivement à la fin de l’année 1945 alors que des événements décisifs (Révolution d’août, proclamation de l’indépendance et création de la RDVN) avaient totalement changé la donne.

Après le coup de force japonais du 9 mars 1945, Nguyễn Tường Bách reprit en main la nouvelle édition du quotidien Ngày Nay avec Khái Hưng et Hoàng Đạo. Comme le Bình Minh, le Việt Nam Thời báo ou le Hải Phòng Nhat Bao, le journal soutint la nouvelle indépendance proclamée par l’empereur Bảo Đại le 11 mars 1945 mais il aspirait aussi à parfaire la révolution nationaliste « Đại Việt » en marche. Les événements se précipitèrent au mois d’août 1945 avec l’apparition du Front Viêt-Minh dans les différentes manifestations organisées à Hanoi. Même si celles-ci étaient au départ mises sur pieds pour soutenir l’action du gouvernement Trần Trọng Kim fragilisé, elles furent prises en main par les cadres du PCI. Après la capitulation japonaise, la situation était mûre et les membres du PCI n’eurent aucun mal à s’emparer de la fronde populaire. Le mot d’ordre d’indépendance nationale était général et mobilisa le peuple en marche. Les nationalistes du Đại Việt et du VNQDĐ hésitèrent à prendre le pouvoir par la force des mains japonaises. Ils manquèrent cette occasion unique que le Viêt-Minh, le front créé en mai 1941 dirigé par le PCI, sut saisir.

Photographie rare de la cérémonie en hommage à Nguyen Thai Hoc à Hanoi en juin 1946 sur laquelle apparaît le drapeau du Front QDD. © Xua & Nay 2013
Photographie rare de la cérémonie en hommage à Nguyen Thai Hoc à Hanoi le 18 juin 1946 sur laquelle apparaît le drapeau du Front QDD. © 2013 Xua & Nay 

 

 

HoiKy_NguyenTruongBachLa suite des événements se résument en une lutte acharnée entre les partisans nationalistes anticommunistes des mouvement Quốc Dân Đảng (QDD) – Ðồng Minh Hội (DMH) et ceux du Viêt-Minh/PCI pour le pouvoir. Bénéficiant de la présence massive des Chinois au nord du 16e Parallèle jusqu’en juin 1946, les nationalistes révolutionnaires obligèrent le Viêt-Minh à former un gouvernement provisoire d’Union nationale en janvier 1946 puis un gouvernement d’Union et de résistance à partir de mars 1946. Mais à Hanoi, avec les Accords du 6 mars qui entérinèrent le retour militaire de la France, la partie était d’ores et déjà perdue. A partir de février 1946, Nguyễn Tường Bách créa, dirigea et organisa les Jeunesses Nationalistes (Quốc Gia Thanh Niên Đoàn) pour concurrencer l’organisation de jeunesse du Viêt-Minh (Đoàn Thanh niên Cứu Quốc).

Le Front QDĐ se replia dans ses zones de résistances à l’Ouest du delta du fleuve rouge à Vĩnh Yên, Yên Bái ou Chapa. La confrontation militaire avec les forces armées du gouvernement de la RDVN appuyées par La France fut inévitable. Nguyễn Tường Bách rejoignit la « Troisième zone de guerre » du Front nationaliste qu’il codirigea avec Vũ Hồng Khanh. Entre juin et novembre 1946, les partisans QDĐ, sans soutien, reculèrent jusqu’à la frontière chinoise avant de prendre le chemin de l’exil. Bách s’exila en Chine à partir d’août 1946 pour échapper à la répression Viêt-Minh comme bon nombre de partisans nationalistes. Il s’installa provisoirement à Kunming et se maria avec Hua Bao Lien, une sino-vietnamienne à la fin de cette année tumultueuse.

Son destin fut désormais lié à celui de l’histoire de la Chine, pays qu’il ne quitta que 40 décennies plus tard en 1988. Ses activités politiques se poursuivirent quelques années en Chine du Sud au Yunnan puis à Hong-Kong en 1947. Le VNQDĐ recomposé de 1947 n’adhèrait pas à la « solution Bảo Đại » dont il se méfiait. Les nationalistes étaient divisés : fallait-il soutenir cette initiative aux côtés des Français ou se maintenir dans une troisième voie minoritaire à la fois anticolonialiste et anticommuniste. La plupart d’entre eux qui avaient le mal du pays et bon gré mal gré décidèrent de rejoindre Hanoi entre 1948 et 1950. Le célèbre chef du VNQDĐ Vũ Hồng Khanh prit même la direction du Ministère de la Jeunesse et des Sports sous le gouvernement de Nguyễn Văn Tâm en 1952.

L'édition du journal du VNQDD (21 février 1946) annonçant la formation des Jeunesses Nationalistes
L’édition du journal du VNQDD (21 février 1946) annonçant la formation des Jeunesses Nationalistes

Nguyễn Tường Bách choisit une autre voie. Celle de l’exil sur le long terme. Il s’installa avec sa famille à Canton et y exerça la médecine jusqu’à sa retraite. Personne n’entendit plus parler de lui jusqu’en 1988 date à laquelle il rejoignit les États-Unis. Son frère Thạch Lam, tuberculeux, était parti très jeune en 1942, son autre frère Hoàng Đạo était décédé soudainement lors d’un voyage en train en 1948, son autre frère Nhất Linh s’était suicidé en 1963 à Saigon et sa soeur Nguyễn Thị Thế devait décéder en 1997 aux États-Unis. Un autre de ses frères, Nguyễn Tường Cẩm, avait été assassiné par le Viêt-Minh au Nord à l’âge de 44 ans. Il était donc le dernier de cette illustre famille de lettrés. Le nouvel environnement au Sud de la Californie le replongea dans la politique vietnamienne. Il avait conservé ses alliances et son fort attachement au VNQDĐ. Il reprit ses activités politiques au sein de cette organisation et rédigea des articles pour les revues du parti, par exemple dans le mensuel Dân Văn édité en Allemagne. Il s’investit dans l’organisation de plusieurs mouvements exilés défendant la démocratie et devint un des conseillers du mouvement Réseau des Droits de l’Homme au Viet Nam (Mang Luoi Nhan Quyen Viet Nam – Vietnam Human Rights Network) créé en novembre 1997 à Santa Ana en Californie.

NguyenTuongBach_HoiKyPhanIIL’œuvre littéraire de Nguyễn Tường Bách reflète son engagement des années 1945-46. Dans un roman fleuve intitulé Trên sông Hồng cuồn cuộn [Sur le Fleuve Rouge tourmenté] il décrivit l’atmosphère de lutte politique contre le colonialisme français et contre le communisme. Il publia trois mémoires qui constituent de véritables témoignages historiques de cette époque décisive qui vit l’avènement de la guerre civile au Viêt-Nam. Le premier texte intitulé Việt Nam những ngày lịch sử [Viêt-Nam, des jours historiques] fut publié à Montréal en 1981 par les éditions « Nghiên-cứu sử-địa Việt-Nam », dirigées par l’historien Nguyễn Khắc Ngữ. Dix ans plus tard, il publia ses mémoires en deux tomes. Le premier volume couvre la période de 1916 à 1946, le second ses années d’exil en Chine (1946-1988) et aux États-Unis (1988-2000). Il fut témoin des grands bouleversements du siècle chinois : Révolution culturelle puis fin du maoïsme triomphant.

Installé aux États-Unis en 1988, il considérait que la lutte pour un Viêt-Nam débarrassé du régime communiste n’était pas achevée. Il mit toutes ses forces pour poursuivre ce combat sans jamais entrer dans les complications politiques de la communauté exilée aux États-Unis. Nous l’avions interviewé au téléphone en 1998 pour notre recherche sur les partis Đại Việt. Très abordable et sans langue de bois, il connaissait parfaitement les faiblesses du mouvement nationaliste de 1945-1946 pour l’avoir vécu de l’intérieur. Militant du VNQDĐ jusqu’à sa mort, Nguyễn Tường Bách laisse en héritage un itinéraire précieux et fondamental pour mieux saisir les enjeux politiques, sociaux ou culturels du Viêt-Nam contemporain.

* Ne pas confondre avec son homonyme né à Huê en 1948 et spécialiste du bouddhisme.

François Guillemot, 30-09-2013.

Pour en savoir plus :

  • Lire la page hommage du magazine littéraire Co Thom
  • Voir aussi l’annonce de son décès sur le site du VNQDD, 18-05-2013.

 

* * *

 

* * *

LIRE EN LIGNE :

Việt Nam, Một Thế Kỷ Qua, Mot Sach Info

Việt Nam, Một Thế Kỷ Qua, VN Thu Quan

Việt Nam, Một Thế Kỷ Qua, Viet Messenger

Docteur Cao Xuân Cẩm

CaoXuanCamM. le Docteur Cao Xuân Cẩm, né en 1906 à Thịnh-Mỹ (Nghệ An, Annam), fils de feu S. E. Cao Xuân Đức [Cao Xuân Dục], ancien Régent de l’Empire d’Annam.

A commencé ses études médicales à l’École de Médecine de Hanoi et les a terminées à la Faculté de Paris.

Ancien médecin de l’Assistance en Annam, il dirige actuellement en qualité de médecin libre une clinique privée à Hanoi. Participe comme membre aux travaux du Comité de relations intellectuelles franco-japonaises récemment créé.

A publié en quoc ngu un ouvrage intitulé « Entretien sur la puériculture ».

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 7.

 

Pour en savoir plus :

Cao Xuân Cẩm

CaoXuanCam_1906-1981
1906 – 1981
Bác sĩ (Việt Nam)

Docteur Hoàng Cơ Bình

M. le HoangCoBinhDocteur Hoàng Cơ Bình, né en 1909 à Đông Ngạc (Hà Đông, Tonkin) fils de S. E. Hoàng Huân Trung Tổng-đốc en retraite.

Stomatologiste de l’École française de stomatologie de Paris ; dirige actuellement le cabinet dentaire sis dans l’immeuble du Crédit Foncier, Hanoi.

Fondateur et directeur de la Société Indochinoise des Charbonnages de Bố Hạ.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 5.

* * *

Pour en savoir plus :

Candidat aux élections présidentielles de la République du Viêt-Nam (Sud) en septembre 1967, il récolte 2,9% des voix.

HoangCoBinh_1967

Vũ Ngọc Anh

VuNgocAnhM. le Docteur Vũ Ngọc Anh (Yves-Antoine). Né à Hanoi en 1901, fils de S. E. Vũ Ngọc Hoánh, Tổng-đốc en retraite, Commandeur de la Légion d’Honneur, Membre du Conseil Privé du Tonkin, Élève de l’École Puginier, puis du Lycée Albert-Sarraut, sorti en 1922 avec le prix d’Honneur du Lycée, entré à l’École de Médecine de Hanoi, puis à la Faculté de Paris où il fut reçu Docteur en Médecine en 1928 avec mention très honorable et proposé pour prix de thèse (Sujet de thèse : La chique de bétel en Indochine).

Médecin légiste de l’Université de Paris, n° 2 sur 40 candidats reçus (1928).

Reçu au concours des Médecins de l’Assistance en Indochine à Bordeaux en 1928, n°2 sur 6 candidats reçus.

Médecin stagiaire de l’Assistance Médicale (1929) ; est maintenant de 1ère classe (1941) et Médecin-chef de l’Assistance à Thái Bình.

Conseiller fédéral. Ouvrage publié : Note sur la vaccination antivariolique destinée aux Bà Mụ, notice qui a été agrée et distribuée par la Direction locale de la Santé à toutes les provinces du Tonkin.

De 1930 à 1940 : délégué comme Membre des Représentants du Peuple au Tonkin.

En 1939 : délégué de l’Indochine au cours de malariologie organisé en Malaisie par la Société des Nations.

En 1940 : Membre du Grand Conseil des Intérêts Économiques et Financiers de l’Indochine.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 2.

R. Peckham & D. M. Pomfret (eds): Imperial Contagions – Medicine, Hygiene, and Cultures of Planning in Asia

Robert Peckham and David M. Pomfret (eds), Imperial Contagions: Medicine, Hygiene, and Cultures of Planning in Asia, HK, Hong Kong University Press, 2013, 320 p.

Imperial Contagions complicates common historical narratives portraying a straightforward shift from older, enclavist models of colonial medicine to newer pursuits of prevention and treatment among indigenous populations and European residents. In a series of essays, the volume shows colonial medicine was not a homogeneous, « on the ground » phenomenon but rather a practice rife with tensions and contradictions. Indigenous elites contested and appropriated Western medical knowledge and practices for their own purposes, while colonial policies contained contradictory and cross-cutting impulses. Contributors ultimately challenge the long-standing belief that colonial regimes uniformly regulated indigenous bodies and that colonial medicine served as a « tool of empire. »

Robert Peckham is co-director of the Centre for the Humanities and Medicine and an assistant professor in the Department of History at the University of Hong Kong.

David M. Pomfret is an associate professor in the Department of History at the University of Hong Kong.

* * *

« This substantial collection greatly enriches our understanding of medicine, disease, and policy in colonial Asia. The contributors, from a range of disciplines, grapple fruitfully with questions surrounding medical space and the shift from enclavism to public health. In doing so, they make important theoretical and empirical contributions to medical and imperial history. » — David Arnold, author of Colonizing the Body: State Medicine and Epidemic Disease in Nineteenth-Century India.

« Europeans in Asia developed powerful anxieties about contagion, and made many plans to keep it at a safe distance. Commercial ventures depended on mobility of people and goods, yet for the personal safety of their members the Europeans in Asia wished to stabilize and control the spaces they inhabited and the behaviors of those around them. By exploring the tensions and contradictions that arose from these efforts to stay safe, the authors of Imperial Contagions—among the best authorities now writing—offer not only fascinating accounts of historical events but fresh views of the processes often termed colonial or imperial. » — Harold J. Cook, author of Matters of Exchange: Commerce, Medicine, and Science in the Dutch Golden Age.

Source : Hong Kong University Press.