Archives par mot-clé : lutte armée

Aperçu illustré sur les organisations politiques, religieuses et culturelles vietnamiennes contemporaines

Premier volet d’une série intitulée « Clés du Viêt-Nam contemporain », dédiée aux étudiant.es qui suivent mes enseignements à Sciences Po Lyon ou à l’ENS de Lyon.

Pendant la première moitié du XXe siècle, le Viêt-Nam colonisé et démantelé par les Français offre l’image d’une résistance opiniâtre. Tenues en échec jusqu’au 9 mars 1945, les organisations révolutionnaires finissent par l’emporter dans un pays déchiré. Après une longue période de guerre, les vainqueurs réunifient le pays en 1976 sous le nom de République socialiste du Viêt-Nam. Le Parti communiste vietnamien (PCV), clé de voûte du nouvel État réunifié, met en place un régime politique sans partage. En 1988, avec la disparition de deux partis fantômes (Parti Démocrate et Parti Socialiste) qui l’accompagnait depuis les années quarante, le PCV reste la seule organisation politique officielle.

Continuer la lecture de Aperçu illustré sur les organisations politiques, religieuses et culturelles vietnamiennes contemporaines

Phan Tấn Hưng : Những gì tôi biết về Trần Văn Bá [Việt Báo, 12/01/2017]

[ndlr] Commémoration de la mort du résistant pro-démocrate Tran Van Ba, fusillé le 8 janvier 1985. Rappel de la généalogie familiale tragique et du destin de Ba, ancien président de l’Association Générale des Vietnamiens de Paris (AGEVP). L’incarnation d’une résistance de long terme à l’oppression sous toutes ses formes.

CÂY CÓ CỘI, NƯỚC CÓ NGUỒN:
Trước khi nói về Trần Văn Bá, chúng ta thử tìm hiểu gia đình Trần Văn Bá. Bên Ngoại: Ông Cậu của TVB là Bùi Quang Chiêu, tốt nghiệp kỹû sư canh nông đầu tiên của VN được đào tạo tại Pháp, sáng lập viên đảng Lập Hiến VN năm 1919, bị CS ám sát tại Chợlớn năm 1945 cùng với 4 con trai và cô gái út, tổng cộng 6 người. Bên Nội: Thân phụ của TVB là Trần Văn Văn, tốt nghiệp HEC tại Pháp, kháng chiến chống Pháp trong thập niên 40, tham gia chính phủ Trần Trọng Kim năm 1945, bộ trưởng kinh tế trong chính phủ do Bảo Đại điều khiển (chính phủ độc lập đầu tiên), dân biểu trong quốc hội Lập Hiến năm 1966, hiện đại hóa chính trị, kinh tế và xã hội cho đất nước VN, bị CS ám sát ngày 07 tháng 12 năm 1966 tại Sàìgòn (sau khi trả lời phóng viên ngoại quốc ông sẽ ra tranh cử Tổng Thống năm 1967).

TRẦN VĂN BÁ:
*. Sanh ngày 14 tháng 5 năm 1945 tại Sadec, miền Nam VN

Lire la suite : Việt Báo, 12/01/2017.

phan-tan-hung_nhung-gi-toi-biet-ve-tran-van-ba_11-1-2017

 

Lễ Tưởng Niệm Trần Văn Bá và các chiến hữu – Paris XIII, 09/01/2016

[ndlr] Journée de commémoration du résistant Tran Van Ba le 9 janvier 2016 à Paris XIII.

AfficheTVB31

* * *

2016_01_TVB

Source : Tin Paris

Image « à la une » : Tran Van Ba dans une zone de résistance au début des années 80. © tranvanba.org

Vo Nguyen Giap : Naissance d’une armée [6] – Vers la lutte armée

Giap_QDNDVN[ndlr] Suite du récit de Vo Nguyen Giap sur les préparatifs de la Ligue Viêt-Minh entre juin et septembre 1944 en vue de l’insurrection générale.

VERS LA LUTTE ARMÉE

Au mois de juin 1944, la terreur blanche déclenchée par les fascistes français atteignit son paroxysme. On entendait chaque jour les échos des fusillades. Le peuple attendait avec impatience les premiers coups de feu de la révolution. Toute la région du Cao-Bac-Lang n’était plus qu’une poudrière prête à sauter.

Au même moment, sur le plan international, le fascisme marchait vers la défaite. En Europe, après Stalingrad et la contre-offensive générale de l’Armée soviétique, les Alliés avaient ouvert le second Front. Dans le Pacifique, l’initiative des opérations avait échappé aux mains des japonais dont les plus importantes bases navales d’outre-mer tombaient les unes après les autres.

Au début de juillet 1944, ce fut la chute du gouvernement fasciste de Pétain. De Gaulle retournait en France dans le sillage des troupes anglo-américaines et formait le nouveau gouvernement. Cette évolution de la situation acheva de creuser les contradictions entre fascistes japonais et français en Indochine. La perspective d’un coup de force nippon s’imposait.

Le mouvement révolutionnaire gagnait du terrain dans tous le pays. L’organisation de la « Ligue Viêt Minh » s’étendait de jour en jour. L’opinion pressentait et souhaitait un grand bouleversement.

Devant cette situation, le Comité interprovincial du Cao-Bac-Lang convoqua une conférence de cadres vers la fin de juillet 1944 afin de discuter du problème de l’insurrection armée. Tous les responsables de secteur y assistaient. Passant en revue nos effectifs, nous pouvions constater que les efforts des impérialistes n’avaient pas été très efficaces : tous nos dirigeants avaient pu échapper à la terreur blanche.

La conférence se déroula dans une vaste grotte, en pleine jungle. La salle de réunion avait été aménagée avec soin : arc de triomphe, grand mât pour le drapeau, rangées de tables pour les délégués, dortoir et réfectoire. Tout autour, au passage des cols, on avait mis en place un triple réseau de sentinelles ; à côté des militants Man locaux, des détachements armés étaient montés des districts pour renforcer le dispositif de sécurité. Après des mois d’une lutte acharnée, des mois passés côte à côte avec la mort, nous nous trouvions enfin réunis pour débattre la question qui nous préoccupait par-dessus tout. On devine notre joie. Il s’y mêlait un peu de fierté, fierté pour notre peuple, pour notre Parti : de toute évidence, la répression ne pourrait jamais avoir raison de la révolution.

Le rapport politique présenté à la conférence estimait que « la conjoncture nationale et internationale et la situation du mouvement dans le Cao-Bac-Lang avaient fait mûrir les conditions pour déclencher la guérilla dans les trois provinces. »

Les discussions qui s’ensuivirent, aboutirent rapidement à la résolution de déclencher l’insurrection au plus tôt pour répondre à la tension créée par la « terreur blanche ». Tous les délégués acclamèrent cette décision. Un Nung prononça ces paroles bien significatives d’un état d’âme :

« L’enfant avait soif de lait depuis longtemps et voilà que sa mère vient lui donner le sein. Cette fois-ci, nous jurons d’écraser l’ennemi. »

La mère, c’était le Parti. Le lendemain, la conférence discuta le sens du mot « insurrection » et décida de le remplacer par : « déclenchement de la guérilla » afin d’éviter des équivoques dans l’interprétation. Un délai fut fixé pour l’achèvement de tous les préparatifs.

D’après le plan du Comité interprovincial, toutes les régions devaient entraîner une nouvelle promotion de chefs de détachements et de commissaires politiques pour atteindre le chiffre prévu. En outre, il importait de former un certain nombre de cadres de réserve : tous les militants clandestins des deux sexes devaient obligatoirement, si leur santé le leur permettait, faire un stage à cet effet. Il incombait au Comité interprovincial d’organiser des cours de formation de chefs de sections et de commandants de compagnie.

Nous ouvrîmes d’urgence des cours politiques à l’intention des militants locaux, dans les régions contrôlées par nous. Ces militants étaient choisis parmi les éléments les plus sûrs et les plus estimés de la population. Nous les préparions à la guérilla contre les Japonais ainsi qu’à l’administration, afin qu’au moment voulu, ils instaurent le pouvoir populaire provisoire.

Les diverses localités devaient appliquer le plan du Comité interprovincial pour l’enrôlement des miliciens de choc dans des unités régulières de guérilleros. Ces hommes étaient répartis en deux groupes : le premier s’enrôlant immédiatement au moment du déclenchement de la guérilla, tandis que le second constituerait le corps de réserve. Divisés en groupes, sections, ils recevaient un entraînement accéléré et devaient se tenir prêts à entrer en campagne d’un moment à l’autre.

Il fallait de toute urgence acheter et fabriquer davantage d’armements, en premier lieu des grenades. Chaque fusil à amorce devait avoir cent cinquante charges. Les stocks de vivres dont une partie en aliments secs devaient permettre de tenir six mois pour passer la période de soudure entre la récolte de paddy de l’année en cours et celle de mais dé l’année suivante.

Les Comités de district devaient réorganiser le réseau clandestin de liaison, les services d’éclaireurs et enseigner à la population quelques notions sur le travail de renseignements.

Depuis longtemps nous avions appris à la population à faire le vide devant l’ennemi et dans plusieurs localités on avait déjà creusé des silos pour cacher le paddy. Il ne nous restait plus qu’à pousser plus loin en ce sens et à généraliser cette pratique dans tous les cantons pour bien tenir en mains les stocks de vivres. En ce qui concerne l’évacuation de la population, nous mettions l’accent sur ce principe : toujours encadrer et organiser les évacués de façon qu’ils puissent à la fois poursuivre les travaux agricoles et apporter une aide efficace au front.

Pour stimuler le mouvement et préparer le déclenchement de la guérilla, ordre fut donné aux détachements armés de repousser toutes les attaques et de nous assurer ainsi le contrôle des forêts et des montagnes.

Tous les cadres et membres du Parti se jetèrent à corps perdu dans les préparatifs. Une activité intense mais silencieuse se déployait, caractéristique de toute activité clandestine. On voyait des vieilles femmes vendre presque tous leurs biens pour acheter des armes à leurs enfants. Dans plusieurs districts, les vieillards adoptèrent des résolutions enjoignant aux jeunes des deux sexes de s’enrôler dans l’armée au premier appel de mobilisation. Le peuple vivait dans l’espérance et l’attente fiévreuse des veilles d’insurrection. Nos cadres tenaient des réunions publiques pour expliquer à la population que le déclenchement de la guérilla n’impliquait pas nécessairement une victoire éclair, qu’il fallait s’attendre à des sacrifices et localement à des revers momentanés. Après le déclenchement de la guérilla, bien des épreuves, des dangers et des privations nous attendraient. Tout ce travail d’explication fut assez bien mené.

Septembre 1944 !

La récolte se terminait.

Le plan des préparatifs avait été réalisé en grande partie. Nous avions déjà ouvert le feu dans plusieurs localités. L’atmosphère était tendue. Tous attendaient…

[à suivre]

Source : Extrait de Peuple héroïque. Souvenirs de militants, Hanoi, Éditions en Langues Étrangères, 1961, pp. 135-139.

Épisodes précédents :