Archives par mot-clé : Louis Raymond

Viêt-Nam : le pouvoir, la dissidence et le spectre de l’étranger – par Louis Raymond

[ndlr] Nous publions cette tribune libre de Louis Raymond sur les rapports entre le pouvoir communiste vietnamien et les enjeux soulevés par la dissidence intérieure.

Viêt-Nam : le pouvoir, la dissidence et le spectre de l’étranger

 

Juillet 2017

Nguyen Ngoc Nhu Quynh, blogueuse vietnamienne originaire de Nha Trang et écrivant sous le pseudonyme de Me Nam (la mère des champignons), a été condamnée le 28 juin 2017 par le tribunal populaire de la province de Khanh Hoa à une peine de 10 ans de prison ferme, en vertu de l’article 88 du code pénal, qui définit les « crimes de propagande contre l’Etat ». Elle avait été arrêtée à son domicile le 10 octobre 2016, dans ce qui avait tout l’air d’être une réaction mécanique des autorités de son pays à l’agitation qui avait cours.

Les difficiles mouvements de la société civile

En avril 2016, un très grave scandale environnemental dans le centre-nord du pays avait fait naître un mouvement social. La définition de la société civile vietnamienne a toujours été difficile, tant certaines associations et organisations non-gouvernementales politisées ont tenu le haut du pavé dans les manifestations d’opposition au Parti Communiste Vietnamien (PCV) dans les dix dernières années. Cette fois néanmoins, c’était une frange plus large de la population, urbaine et éduquée, qui était descendue dans les rues, émue par la pollution aux métaux lourds de la mer provoquée par les rejets d’une aciérie de la société taïwanaise Formosa Plastics. L’écosystème marin en avait été lourdement affecté, à raison du spectacle désolant de milliers de tonnes de poissons échoués sur plus de 300 kilomètres de côtes. Le dilemme avait été cruel pour les autorités. Un des responsables taïwanais de la communication de l’usine l’avait alors résumé dans une formule relevant de la provocation froide : « entre les poissons et l’acier, il faut choisir ». Entre les 10 milliards de dollars investis dans une province enclavée du centre du pays et la survie de l’économie littorale traditionnelle, le choix d’un pays cherchant à se développer à tout prix avait été fait, sans compter que les services provinciaux compétents avaient su profiter de l’affaire. Mais cela n’avait guère plu à une jeunesse éduquée qui percevait dans la question environnementale un type de revendications lui permettant d’être entendue tout en évitant la confrontation avec le PCV sur les sujets qui fâchent (la nature du régime, la relation avec le grand frère chinois, etc.). Les premières protestations, celles du mois de mai 2016 dans les grandes villes, avaient été jugulées avec une application toute militaire. Le mouvement était alors revenu vers le lieu où le premier acte de ce drame s’était noué : la province de Ha Tinh, à 400 kilomètres au sud de Hanoï, où est située l’usine pollueuse. L’église catholique vietnamienne avait vu certains membres de son clergé s’investir dans la défense des victimes. Le 2 octobre 2016, un rassemblement d’environ 5000 personnes avait ainsi eu lieu devant l’usine pollueuse et des prêtres catholiques, souvent des « curés de campagne », avaient pris la parole à la tribune. Me Nam pour sa part, même si elle n’y assistait pas personnellement, avait voulu, comme toute une génération de blogueurs et d’activistes vietnamiens ayant fait leurs gammes sur le web 2.0, s’en faire l’écho, si ce n’est le porte-voix.

Il pleuvait à torrents à Ho Chi Minh-Ville en juin 2017, ce qui avait quelque chose d’étonnant pour un mois de la saison sèche. Mais le spectacle était ailleurs. On se passionnait pour un procès de droit commun, opposant la « reine de beauté » Phuong Nga  à l’homme d’affaires Cao Toan My sur fond de chantage financier et de mariage mal conclu, procès dont la publicité médiatique avait quelque chose d’outrancier. A 400 kilomètres plus au nord avait pourtant lieu simultanément un procès qui devait confirmer le virage autoritaire du régime, amorcé depuis le XIIè congrès du PCV en janvier 2016. Me Nam était condamnée à dix ans de prison ferme, dans la relative indifférence de la population. Voilà une peine dont la sévérité surprend jusqu’à l’observateur habitué à recevoir, à un rythme hebdomadaire, la nouvelle d’une bastonnade d’activiste ou l’arrestation d’un vieil écrivain, comme cela avait été le cas de Nguyen Quang Lap à la fin de l’année 2014. Pour « Propagande contre l’Etat » ou « Abus des libertés démocratiques » (les « crimes » définis respectivement par les articles 88 et 258 du code pénal), les peines ont en moyenne été comprises, dans les dix dernières années, entre trois et six ans de prison. Dix ans, c’est long. C’est long pour une femme de 38 ans, mère de deux enfants en bas âge. C’est encore plus long pour une personne qui n’a fait, somme toute, qu’exprimer ses vues par écrit. Le Vietnam est assurément un pays plus complexe que le laissent penser les rapports de Human Rights Watch ou de Reporters sans frontières, qui tendent à présenter la situation des droits de l’homme en établissant des listes sans faire état des logiques politiques. Il en reste que, même en tentant de se refuser au simplisme de traitement, il y a un devoir moral à souligner l’injustice de cette condamnation.

Le retour des vieux fantômes

Si les affaires ayant trait à la question des droits de l’homme et de la liberté d’expression sont courantes, celle-ci doit bien être comparée aux plus emblématiques : la condamnation de M. Tran Huynh Duy Thuc, dissident ayant proposé une opposition intellectuellement construite au monopole du pouvoir par le PCV, à 16 ans de prison. Il avait été jugé à Ho Chi Minh-Ville  en janvier 2010 en même temps qu’un avocat, M. Le Cong Dinh, qui a lui passé plus de quatre ans en prison avant d’être placé sous résidence surveillée en 2015. L’arrestation en 2014, puis la condamnation en mars 2016, du blogueur Anh Ba Sam (Nguyen Huu Vinh, de son vrai nom) et de son assistante Nguyen Thi Minh Thuy, à respectivement cinq et trois ans de prison. Le blogueur Nguyen Van Hai (Dieu Cay) avait lui écopé de douze ans de prison, en septembre 2012, avant d’être relâché et exfiltré vers les États-Unis en 2014. L’avocat Cu Huy Ha Vu avait passé quatre ans en détention entre 2010 et 2014, avant d’être lui aussi relâché puis exfiltré aux États-Unis pour raisons de santé. Enfin, un professeur de mathématiques franco-vietnamien né en 1955, Pham Minh Hoang, avait passé 17 mois en prison entre 2010 et 2012, pour « activités visant à saper l’autorité de l’Etat ». Le 17 mai dernier, une décision signée par le Président de la République vietnamienne, M. Tran Dai Quang, l’a déchu de sa nationalité. Il a été expulsé du territoire le 25 juin dernier et se trouve actuellement à Paris. Il y a, au total en 2017, plus de cent personnes actuellement emprisonnées au Vietnam pour des raisons politiques.

Il existe un lien, supposé ou réel, entre ces diverses affaires : les relations de la dissidence vietnamienne avec les partis vietnamiens de l’étranger, et tout particulièrement celui dit de la « réforme » : le Viêt Tân. Fondé au début des années 1980 par un ancien amiral de la République du Vietnam (la République de Saïgon avant 1975), ce parti n’a officiellement abandonné la lutte armée qu’au milieu des années 2000 et est toujours considéré par Hanoï comme une organisation terroriste. Il dispose d’appuis puissants aux États-Unis, y compris au Congrès à travers la représentation du 39ème district de Californie, et de réseaux en Europe et en Asie du Sud-Est au sein des diasporas. Ainsi, le professeur Hoang n’en était pas simplement un membre revendiqué après avoir adhéré en France à cette organisation ; il en était le représentant officiel à Ho Chi Minh-Ville1. Quant à Tran Huynh Duy Thuc et Le Cong Dinh, il leur était reproché des rencontres qu’ils auraient faites en Thaïlande, à Phuket et Pattaya, au mois de mars 2009, avec des Vietnamiens de la diaspora militant activement dans des partis politiques qui ne tiennent pas exactement Hô Chi Minh pour l’oncle de la nation.

Et voilà que nous sommes témoins de l’agitation d’un vieux spectre. Celui d’une guerre entre Vietnamiens qui avait duré longtemps et dans laquelle les divers acteurs jouissaient de liens avec les puissances étrangères. L’historiographie montre, en s’appuyant sur de nouvelles sources accessibles seulement depuis une quinzaine d’années, que le Nord était bien plus soutenu par la Chine et l’URSS qu’on ne le croyait. Quant au Sud et à l’intervention américaine, c’est un procès qui, contrairement à la dimension expéditive des procès politiques vietnamiens de notre époque, n’aura jamais fini de s’instruire, au moins en apparence.

Me Nam avait-elle des liens avec le Viêt Tân ? Non, pas à première vue. Mais elle était membre d’un réseau, le « réseau des blogueurs vietnamiens » (Mang Luoi Blogger VN), qui s’affichait comme clairement proche et favorable à la politique américaine d’influence dans leur pays, souvent à coup de selfies pris « spontanément » avec tel ou tel diplomate, et qui pouvaient se retrouver publiés dans Voice of America ou la BBC dans la journée même. Une partie de la dissidence actuelle, qui va au-delà des héritiers de la défunte République du Sud, se montre en effet séduite par le discours catéchisant développé par les missionnaires du Département d’État. A tel point que l’on trouvait encore en 2014-2015, chez de vieux membres du PCV devenus critiques entre temps, des défenseurs ardents du projet de partenariat trans-pacifique (TPP) de M. Barack Obama, car ils y voyaient le moyen d’échapper à l’influence de la Chine. L’Ambassade des États-Unis prend systématiquement position sur toute violation apparente des droits de l’homme au Vietnam, mais leur pays ne souhaite officiellement plus renverser le régime de Hanoï. C’est en tout cas ce qu’aurait assuré M. Obama au Secrétaire général du PCV, M. Nguyen Phu Trong, dans le bureau ovale en juillet 2015. Pour autant, ils continuent à appuyer (certes plus politiquement que financièrement), certaines organisations que le PCV considèrent ouvertement comme ennemies. Parmi celles-ci, le Viêt Tân. Ce parti n’a assurément pas la haute main sur toute la dissidence mais il est un épouvantail pratique à agiter. Il sert surtout à discréditer toute velléité d’organisation autonome de la société civile, comme ce fut le cas en mai 2016 où un communiqué de presse du ministère de la sécurité publique faisait état que les manifestations à propos du scandale Formosa comme « organisées par les terroristes du Viêt Tân »2, après que certains des représentants de ce parti ont eu des contacts avérés avec les manifestants. Il reste à observer si M. Donald Trump, qui a rencontré l’actuel Premier ministre Nguyen Xuan Phuc à deux reprises, se place ou non dans la continuité de son prédécesseur sur ces questions.

Néanmoins, il n’est pas moins évident que l’idée de la main de l’étranger fait bondir de leur fauteuil d’osier les vieux Léninistes de la place Ba Dinh à Hanoï. L’ingérence étrangère, ou plutôt occidentale, hâte la police politique dans le déroulement de son calendrier répressif. En ce sens, les diverses visites rendues par des diplomates occidentaux, américains ou européens, au domicile de Me Nam dans les mois ou les semaines qui avaient précédé son arrestation, ne l’ont peut-être pas aidée. Depuis sa condamnation, il court à Ho Chi Minh-Ville la rumeur qu’elle pourrait être, après quelques mois de prison, exfiltrée vers les États-Unis. Cela est tout à fait plausible au regard du fait qu’elle a récemment été désignée, en mars 2017, comme récipiendaire du prix « International Women of Courage » par Mme Melania Trump, et qu’il s’agit d’une pratique à laquelle le Département d’État américain ne rechigne pas. L’un des deux derniers exfiltrés en date, le blogueur précédemment mentionné Nguyen Van Hai (Dieu Cay), avait été pris en photo à son arrivée sur le sol américain avec un drapeau jaune à bande rouges de la République du Sud avant 1975. Ce symbole, qui a pu embarrasser M. Hai car il est apparu dans le cadre des photographies de presse sans son consentement, est l’un des points de crispation du PCV.

Un pays qui a changé de visage depuis le XIIème congrès du PCV

Le XIIème congrès du PCV, qui s’est tenu en janvier 2016, a été, avec l’éviction du Premier ministre Nguyen Tan Dung, une véritable rupture. La plupart des commentateurs, y compris vietnamiens, s’attendaient pourtant à le voir briguer de nouveau l’un des quatre postes clef du régime. En l’occurrence, il se disait dans les milieux informés qu’il était en mesure de devenir Secrétaire général du Parti et d’organiser une fusion de cette fonction avec celle de Président de la République, afin de créer un régime centré autour d’un homme fort, à l’instar du pouvoir dont dispose M. Xi Jinping en Chine populaire. C’était sous-estimer la spécificité du pouvoir vietnamien, plus collégial qu’ailleurs, et la capacité d’alliance des factions opposées à un Premier ministre puissant, mais qui était loin de faire l’unanimité. Ainsi, M. Tran Dai Quang, jusqu’alors ministre de la sécurité publique, et M. Nguyen Phu Trong, Secrétaire général depuis 2011, ont conclu un pacte qui a permis l’éviction de l’encombrant M. Dung, que plusieurs procès d’hommes d’affaires de son réseau entre 2012 et 2015 n’avaient su déstabiliser. M. Tran Dai Quang est devenu Président de la République et M. Trong est enfin « entré en fonctions » avec le renouvellement de son mandat, tandis que M. Dung était condamné à tenter, du mieux qu’il pouvait, de recaser ses séides dans le nouvel organigramme gouvernemental. Mais cette soudaine convergence de vues entre les gardiens du temple de l’orthodoxie et des policiers manifestant une tendance à l’autoritarisme devait nécessairement avoir des conséquences pour les orientations du pays.

Le Vietnam est à la recherche d’un équilibre entre trois grandes puissances que sont les États-Unis, la Chine et la Russie, tout en jouant de son appartenance régionale à l’association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN). Cet exercice de funambulisme diplomatique avait néanmoins souvent été résumé en une opposition entre les pro-américains, dont le chef de file putatif était M. Dung, et les pro-chinois, emmenés par M. Trong. Il s’agissait là d’un simplisme dont la séduction avait pu opérer jusque dans les rangs de la dissidence, mais qui ne prenait pas en compte la complexité de la nature du pouvoir.

Dung disposait effectivement de liens avérés avec les États-Unis, qu’il entretenait, au-delà des usages diplomatiques, via les affaires de sa famille. Sa fille, Mme Nguyen Thanh Phuong, est en effet à la tête d’une banque très influente à Ho Chi Minh-Ville, bien nommée Viet Capital3. Elle a épousé un citoyen américain d’origine vietnamienne, M. Henry Nguyen, qui dirige pour sa part un fonds d’investissement très actif dans les médias et les nouvelles technologies en Asie du Sud-Est, IDG Venture. Il était de notoriété publique que le couple avait des liens privilégiés avec les milieux d’affaires américains, qui leur avait permis, entre autres, d’obtenir la licence pour ouvrir les premiers restaurants MacDonalds au Vietnam en 2013. M. Dung, néanmoins, n’avait pas mis tous ses œufs dans le même panier : il fréquentait toutes sortes d’hommes et de femmes d’affaires ayant commencé leurs activités en Russie, en Europe de l’Est, en Chine, ou simplement à l’intérieur des frontières depuis le milieu des années 1990. Ancien gouverneur de la banque centrale vietnamienne avant d’accéder au devant de la scène politique, il avait su jouer de la baguette magique pour faire disparaître certaines dettes douteuses d’entrepreneurs afin de gagner sur eux de l’influence. Naturellement, l’art de la relation voulait qu’à terme, les faveurs soient rendues.

Trong, pour sa part, avait été le rédacteur en chef de la revue « Communisme » (Tap Chi Cong San), et à ce titre un théoricien du pouvoir, avant de faire de la politique. Son intérêt intellectuel pour la Chine n’est pas une soumission, comme voudraient le faire croire un peu trop rapidement certains dissidents anti-chinois. Mais il est sujet à une forme de fascination de la puissance qu’a su développer le grand frère : il veut rendre immuable le système du Parti unique et croit fermement, bon lecteur de Lénine, que les institutions doivent être disciplinées et tenir la société dans le creux de leur main. Nul doute qu’il a observé avec attention les campagnes anti-corruption menées par M. Xi Jinping et qu’il s’était délecté du feuilleton de l’affaire Bo Xilai4. Il en reste que, malgré le prestige, théoriquement suprême, de la fonction qu’il occupe depuis 2011, l’activité débordante de l’ancien Premier ministre l’avait conduit à devoir prendre son mal en patience.

Derrière les débats sur le TPP et les enjeux territoriaux en mer de Chine méridionale, voilà bien ce qui s’était tramé en coulisses du XIIème congrès du PCV. Alors, celui qui en est sorti vainqueur a eu beau jeu et grand intérêt à sécuriser sa victoire en essayant de neutraliser au plus vite les réseaux clientélistes de son adversaire. L’aide de la sécurité publique, qui réside désormais, en la personne de M. Tran Dai Quang, au palais présidentiel, a été bienvenue. Entre 2016 et 2017, une campagne anti-corruption très agressive a été menée. Elle visait, sans que cela fût jamais ouvertement explicité, les réseaux de M. Dung. La principale victime à ce jour est l’ancien ministre des transports devenu entre temps secrétaire municipal du Parti à Ho Chi Minh-Ville, M. Dinh La Thang. Cet ancien président-directeur général du groupe pétrolier national PetroVietnam devait en grande partie sa carrière à l’ancien Premier ministre. Après plusieurs arrestations (dont certaines, ratées, avait conduit à la fuite des suspects à l’étranger) et de très insistants bruits de couloir pendant plus de six mois, M. Dinh La Thang a été démis de ses fonctions de dirigeant de la plus grande ville du pays et exclu du bureau politique en avril 20175. La prochaine cible de cette campagne pourrait être la fille de l’ancien Premier ministre en personne, après qu’elle a été mise en cause dans une obscure transaction de rachat d’une filiale de l’opérateur téléphonique MobiFone, transaction dans laquelle sa banque avait joué le rôle de conseil. En Chine, la dernière campagne anti-corruption avait été appelée « frapper les tigres, tuer les mouches ». Au Vietnam, tigres et mouches se savent désormais en danger.

La tentation de l’oppression

Nguyen Phu Trong et Tran Dai Quang ont désormais les mains libres pour mettre en œuvre leur projet politique, qui est une réhabilitation de l’autorité de l’État et du Parti dans une société gangrenée par la corruption et où la défiance envers les institutions est généralisée. Ils veulent faire le ménage et ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin. Rapidement après le congrès de 2016, ils ont durci le contrôle sur les organes de presse et mis violemment au pas les blogueurs, lanceurs d’alerte et autres journalistes indépendants qui avaient eu l’indécence de vouloir se faire entendre. La condamnation de Me Nam n’est pas un cas isolé. Depuis 2016, le rythme des arrestations et des violences s’est accru et les victimes n’en sont pas seulement celles et ceux qui avaient des liens avec les États-Unis.

L’appel, lancé en avril 2006, du groupe d’activistes du « Bloc 8406 » pour les libertés démocratiques au Vietnam avait trouvé une certaine résonance, car l’accès à internet et la naissance des réseaux sociaux permettaient une circulation de l’information plus rapide et l’accès à d’autres sources que celles contrôlées par le ministère de l’information et de la communication. Depuis, en une dizaine d’années, un système de contre-information et de réponse à la censure s’était développé sur les réseaux sociaux, et tout particulièrement Facebook, qui compte plus de 40 millions d’utilisateurs dans le pays. Les blogs et la divulgation d’informations ont permis des avancées réelles, notamment la prise de conscience de la corruption des élites6. Ils ont aussi permis qu’un débat s’amorce autour de la question des libertés publiques. Pour le Parti, c’était un risque, au moment où avaient lieu les printemps arabes. Alors, il a été décidé de développer, au sein du ministère de la sécurité publique, une unité de « riposte » sur internet. Comme en Chine, des « fonctionnaires de l’opinion » sont payés à scruter les réseaux sociaux et à répondre systématiquement aux nouvelles déplaisantes avec l’argumentaire produit au préalable par les autorités. Six ans plus tard, M. Trong semble s’être lassé de cette guerre numérique et veut envoyer un signal fort à quiconque voudrait placer trop haut et trop fort ses espoirs en une transition démocratique à la birmane.

L’Etat-Parti se sent menacé à l’extérieur, avec la militarisation menée par la Chine des archipels Spratley et Paracels. Pour cela, il veut se montrer impitoyable avec toutes les menaces qu’il perçoit à l’intérieur. Les blogueurs et les activistes d’abord, mais aussi l’armée populaire, qui avait commencé à prendre un peu trop son indépendance en développant des affaires économiques propres. Du côté de la place Ba Dinh, on se montre aussi très attentif à ce qu’il se passe dans le monde. Au renforcement du pouvoir de M. Erdogan en Turquie après le coup d’État raté de juillet 2016, à l’arrestation de M. Navalny en Russie, et bien sûr, aux manœuvres institutionnelles de M. Xi en Chine. M. Trong a froidement analysé le discrédit des démocraties électorales et la perte de prestige de l’Occident après le Brexit et l’élection de M. Donald Trump. Il a préparé sa réplique, si quelqu’un venait jamais à lui faire une remarque sur le durcissement de son régime.

Une diplomatie des droits de l’homme ?

Un diplomate belge autrefois en poste à Hanoï s’étonnait que, à la pause café d’un séminaire sur la torture organisé par son Ambassade et avec le soutien de l’Union européenne, dans le but de convaincre le ministère de la sécurité publique de l’inhumanité de cette pratique, les policiers vietnamiens se montrent hilares. Assurément, il y a ce qu’on fait semblant de dire et ce qu’on dit vraiment, et les communistes vietnamiens, qui ont vaincu la France, l’Amérique et la Chine au cours du même siècle, n’aiment pas beaucoup qu’on leur donne des leçons. Une diplomatie des droits de l’homme de la protestation et de l’affichage n’est guère efficace ; c’est pourtant ce à quoi beaucoup s’obstinent. Le Vietnam est un pays en développement, et la seule façon d’obtenir de ses dirigeants une autre réaction qu’une indifférente politesse, est de parler d’affaires et de signatures de contrats. Le projet d’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Vietnam, dont le texte doit encore être ratifié par certains parlements des États membres, offre une opportunité de négociation sur ces questions. C’est risqué, bien sûr ; cela pourrait conduire les Vietnamiens à « spéculer » sur leur réserve de prisonniers politiques, à en faire une monnaie d’échange. En parallèle d’une réflexion sur l’ingérence et sur la cohérence de la diplomatie des États membres, les Européens doivent être conscients de ce risque de dévoiement s’ils souhaitent se livrer à ce jeu, après, notamment, que le dissident Dang Xuan Dieu, lui aussi membre du Viêt Tân, a été accueilli en France à la fin de l’année 2016. Sans réflexion stratégique, ils n’auront plus, à terme, qu’une importance toute relative, et devront faire des concessions de plus en plus vexatoires face à un PCV qui est déterminé à ne plus subir la loi du plus fort dans les relations internationales7.

Conclusion

La condamnation de Me Nam, et la recrudescence de la répression à l’endroit des blogueurs, s’inscrit dans un contexte plus large. Le secrétaire général du Parti, M. Nguyen Phu Trong veut reprendre la main dans son deuxième mandat, après avoir été dans l’ombre de Nguyen Tan Dung entre 2011 et 2016. Son projet politique, pour lequel il s’appuie sur le Président Tran Dai Quang, est de réhabiliter l’autorité du Parti et de l’Etat, qu’il estime avoir été mise à mal par la corruption et une gestion économique très approximative dans les quinze dernières années. Il veut aller vers un régime autoritaire, dans le respect des valeurs asiatiques, où le PCV se maintient au pouvoir. Dans une certaine mesure, l’élite dirigeante vietnamienne lorgne désormais du côté de Singapour. Par ailleurs, adopter une position morale sur la question de la répression peut être une attitude dangereuse, car ce serait oublier de prendre en compte que les « dissidents » appartiennent à des réseaux d’intérêts, dont certains sont très liés aux Etats-Unis. Une diplomatie qui ignore, naïvement ou à dessein, à la fois la nature du régime (policier, léniniste, organisé) et la nature de l’opposition, se condamne à être bernée par les deux parties, comme cela a pu être le cas des chancelleries diplomatiques européennes ces dernières années.

 

 

Louis Raymond est un ancien étudiant du Master ASIOC de l’ENS de Lyon. Après deux années au Consulat général de France à Ho Chi Minh-Ville, il travaille désormais comme journaliste indépendant.

Image « à la une » : La blogueuse et activiste sociale Nguyen Ngoc Nhu Quynh alias « Mère champignon » lors de la campagne « C’est notre droit de savoir » © 2015 Me Nam

Notes

  1. L’article du journal « Le Monde » daté du 21 juillet 2017 omet de mentionner ce fait, alors même que la photo d’illustration à cet article est un rassemblement du Viêt-Tân ayant eu lieu au Kremlin-Bicêtre le 25 juin 2017 []
  2. Lire notamment l’article de Tuoi Tre en anglais, représentatif des publications dans la presse en langue vietnamienne : http://tuoitrenews.vn/society/34802/terrorist-group-responsible-for-recent-rallies-in-ho-chi-minh-city-police []
  3. Elle aurait quitté ses fonctions de direction à la tête de Viet Capital au cours du mois de juin 2017 []
  4. En 2012, suite à plusieurs affaires troubles impliquant son épouse, le chef du Parti communiste de la ville de Chongqing et ancien ministre du commerce est démis de ses fonctions. Il est condamné l’année suivante à la prison à perpétuité []
  5. Il a été remplacé à ce poste par M. Nguyen Thien Nhan []
  6. Un cas particulièrement édifiant est le blog « Chân Dung Quyên Luc » – « Le portrait du pouvoir », apparu en ligne en 2013, mais qui n’a eu une période d’activité que de quelques mois []
  7. Le « kidnapping » d’un ex-magnat vietnamien du pétrole, M. Trinh Xuan Thanh, en plein centre de Berlin quelques jours après la rédaction de cet article peut être compris dans ce sens []

Henri Locard : Pourquoi les Khmers rouges – CR de lecture par Louis Raymond

Locard_PourquoiLesKhmersRougesIl existe des tensions dans l’historiographie quant à la définition et à la compréhension du régime des Khmers rouges, régime qui donna le Cambodge à se dépérir entre le 17 avril 1975 et le mois de janvier 1979. La synthèse importante que représente l’ouvrage d’Henri Locard, publié en février 2013 aux éditions Vendémiaire, doit être mise en perspective avec les travaux d’autres historiens, dont Ben Kiernan, directeur du Genocide Studies Program de l’université Yale aux Etats-Unis, est le parangon[1].

Quelques jours après la mort de Pol Pot, en avril 1998, Henri Locard s’insurgeait en effet dans le journal Le Monde contre les « regards myopes » sur le Cambodge contemporain et reprochait à son confrère d’outre-Atlantique des imprécisions dans la définition du totalitarisme et du génocide Khmer Rouge[2]. Ben Kiernan répondait quelques jours plus tard, dans les colonnes du même quotidien vespéral, en soulignant sa volonté de vouloir penser la spécificité de ce génocide tant en termes idéologiques qu’ethniques, plutôt que de chercher à, ainsi que Locard était supposé le faire au moment de la controverse, vouloir tout ramener à « une hiérarchie des pouvoirs communistes selon leur degré de violence »[3].

Si les tensions historiographiques semblent s’être apaisées à la mesure des années qui nous séparent de la mort de Pol Pot et du coup de force de Hun Sen en 1997, l’étude de la période Khmer Rouge n’en reste pas moins fondamentale pour comprendre les grandes questions politiques du Cambodge contemporain. Ainsi, outre la question « Pourquoi les Khmers Rouges ? » et le regard porté sur les horreurs de ce régime, l’auteur ouvre sa réflexion aux conséquences à court et long terme de la déstabilisation profonde du pays, à l’occupation vietnamienne et aux ressorts du processus de conquête  et de légitimation du pouvoir de l’actuel Premier Ministre du royaume Khmer.

L’apport du livre est triple : il a d’abord le mérite d’inscrire les Khmers Rouges dans le temps long de l’indépendance cambodgienne, puis celui de les relier à un espace asiatique communiste, à un contexte géopolitique, avant de proposer une définition du régime, de s’intéresser aux spécificités de ce que fut le Kampuchéa démocratique.

I – Les Khmers rouges dans le temps long de l’indépendance cambodgienne

En remontant aux origines du nationalisme khmer, Henri Locard permet au lecteur de comprendre ce qu’il appelle un « échec de la démocratie ». Il y a eu un processus de construction de l’idée nationaliste depuis la colonisation jusqu’à la prise de Phnom Penh le 17 avril 1975, qui s’enchevêtre d’événements complexes. Depuis la révolte des bonzes, menée par Hem Chieu en juillet 1942, jusqu’à la proclamation de l’indépendance le 9 novembre 1953 par le roi Norodom Sihanouk, le nationalisme a grandi, s’est cristallisé dans des partis politiques, a fait usage autant de la violence que de la diplomatie pour arriver à ses fins et a fait parfois alliance avec le communisme dans les salons de discussion parisiens. Les six mois du gouvernement de Son Ngoc Thanh qui suivirent le coup de force japonais du 9 mars 1945, l’élection des démocrates en 1946, 1947 et 1951 puis leur éviction par Sihanouk en 1952, la constitution en parti politique des Khmers Issaraks en 1951 sous l’influence du Viêt-Minh, sont autant de faits dénotant de l’importance de penser les Khmers Rouges dans le temps long.  Il faut néanmoins ajouter à cela le mythe d’Angkor en tant que mythe d’une grandeur perdue. Pour le groupe des « Parisiens », étudiants khmers initiés au communisme en France dont étaient Saloth Sar(Pol Pot), Ieng Sary et Khiêu Samphan, il y avait bien quelque chose à reconquérir à leur retour au pays.

Le régime que mit en place Norodom Sihanouk, descendu de son trône pour faire de la politique à partir de 1955, eut selon l’auteur un rôle important dans la radicalisation de l’opposition. Il le définit comme un « curieux salmigondis de socialisme, de royalisme et de bouddhisme : un neutralisme qui penchait de plus en plus vers le communisme asiatique et un traitement toujours plus brutal des opposants politiques »[4]. Khiêu Samphân, docteur en économie fraîchement revenu de France, se fit ainsi passer à tabac en pleine rue en 1959. Les « Parisiens » prirent le maquis au printemps 1960, dans le but de lutter contre le « despotisme éclairé », selon la formule consacrée, du Sangkum[5]. Un temps faisant bloc derrière Tou Samouth, c’est finalement derrière Pol Pot qu’ils se fédérèrent à partir de 1962 sous le nom de Parti Ouvrier du Kampuchéa. Pour décrire la société cambodgienne des années 1960, Henri Locard utilise l’expression d’une « marche vers le totalitarisme ». Si cette expression peut être discutée à l’aune de la période républicaine (1970-1975), elle n’en décrit pas moins l’engrenage de la montée de la violence politique qui avait alors cours.

La prise du pouvoir par Lon Nol le 18 mars 1970 amena une forte instabilité. Sihanouk, furieux d’avoir été déposé alors qu’il était en déplacement à l’étranger, rallia les Khmers Rouges et leur donna, par son action diplomatique, une aura  et une crédibilité internationale. La période républicaine est une période de guerre civile durant laquelle l’étau khmer rouge vint à se resserrer progressivement depuis les campagnes sur les villes, pour aboutir à la prise de Phnom Penh le 17 avril 1975. La question de la responsabilité américaine est aussi abordée. Ici, l’auteur souligne bien que si les bombardements massifs contribuèrent à créer un climat de terreur, ils n’expliquent pas pour autant  systématiquement le ralliement des populations aux khmers rouges. Il est avancé que le nombre des troupes rebelles était avant tout le fait d’un enrôlement de force dans les zones rurales[6]. Il est à regretter néanmoins qu’il n’y ait aucune mention au programme MENU de l’US Air Force, programme clandestin qui entraîna le largage de 2 700 000 de tonnes de bombes sur les régions rurales proches de la frontière vietnamienne entre 1965 et 1973[7].

II – Le Kampuchéa et les régimes communistes asiatiques

Les Khmers rouges avaient pour modèle la Chine Révolutionnaire et il est fait à plusieurs reprises référence à la relation privilégiée qu’entretenaient Mao et Pol Pot[8]. Zhang Chunqiao, leader de la bande des Quatre, rendit régulièrement visite aux maquisards entre 1970 et 1975, et eut un rôle non négligeable en ce qu’il s’opposa à tout accord négocié pour sortir de la Guerre Civile. Les Khmers rouges lancèrent simultanément les deux pires « réalisations » du Grand Timonier, le Grand Bond en Avant et la Révolution culturelle, en en copiant les objectifs et les méthodes, en les poussant à leur paroxysme. L’exemple des communes populaires cambodgiennes, les Sahakor, est édifiant. Les conditions de vie y étaient pires, si cela est possible, que dans leur précédent chinois. Le modèle des purges internes est aussi comparable à la période 1966-1969 en République Populaire de Chine. Néanmoins, l’utilisation d’ouvrages critiqués sur leur scientificité[9] (Frank Dikköter – Mao’s great famine d’une part et Jung Chang et Jon Halliday – Mao, l’histoire inconnue d’autre part), à charge contre Mao Zedong, ont pu amener Henri Locard à avoir une vision exagérée de la Chine populaire, faussant ainsi quelque peu sa compréhension des régimes communistes asiatiques.

Le soutien politique de la Chine et de la Corée du Nord se doublait d’une aide militaire et économique. Le panorama dressé par l’ouvrage sur ces liens, avec un accent sur la question des exportations de riz vers la Chine en période de famine, est très riche. Reprenant les conclusions de la littérature disponible sur le sujet, tout en gardant un regard critique sur ce qui peut relever de la légende noire, il permet au lecteur de comprendre comment, outre la terreur, le régime s’est maintenu. Mais les liens avec l’étranger n’étaient pas sans ambiguïtés pour les dirigeants de l’Angkar[10], qui vantaient dans le discours l’autonomie de leur révolution. La relation avec le Viêt Nam illustre parfaitement la tension entre une « fraternité » des régimes d’obédience marxiste-léniniste et une concurrence régionale violente qui a mené les Vietnamiens à renverser les Khmers Rouges en janvier 1979. Progressivement, les Vietnamiens devinrent des ennemis, au même titre que les Américains, Phnom Penh se sentant menacé par « l’impérialisme » de son voisin.

III – Spécificités du Kampuchéa démocratique et définition du génocide

Il y a des facteurs culturels et religieux à l’horreur des 3 ans 8 mois et 20 jours, que l’auteur situe « entre les extrêmes de l’assentiments et de la violence ». L’inventaire vaut encore, dans une certaine mesure, pour le Cambodge contemporain : faiblesse historique de la notion d’Etat, violence de la société contre les individus, faible niveau d’éducation de la population, forte importance des pratiques superstitieuses (le karma notamment) et culture de l’obéissance. Le facteur religieux est aussi introduit, au regard de l’étonnante ressemblance entre les codes Khmers Rouges et les codes bouddhiques de la vie monacale. Y avait t-il un lien entre la conscience bouddhiste et la conscience prolétarienne comme élévation suprême ? Henri Locard fait ressortir, à la suite de l’étude de Ian Charles Harris sur le Bouddhisme sous Pol Pot, un lien entre la lutte contre l’individualisme et la philosophie du « non-être ».

La description du régime représente une part importante du livre. Elle s’intéresse autant à l’idéologie de l’Angkar qu’aux modes d’exercice du pouvoir. Une culture du secret était entretenue autour des grandes figures du régime, qui ne tomba le masque qu’en 1977 lorsque Pol Pot, le frère numéro un, révéla que l’Angkar n’était autre que le Parti Ouvrier du Kampuchéa. Le mot de totalitarisme n’est pas de trop pour décrire l’ampleur de l’emprise totale du régime sur la vie des individus, jusque dans la volonté de destruction des liens familiaux. Enfin, un des aspects les plus intéressants du livre est la description du système carcéral centralisé et de l’idéologie du kamtech[11], comme preuve qu’il ne s’agissait pas du fait d’individus, mais d’une volonté politique. Les Khmers rouges, contrairement aux Chinois et aux Vietnamiens, ne croyaient pas aux « vertus » de la rééducation politique. Ce qu’ils mirent en place relevait davantage d’une volonté délibérée de mort.

La question de la définition de ce génocide reste néanmoins en suspens. L’auteur propose le mot de politicide, qu’il définit ainsi, à la suite des travaux de Barbara Harff et Ted Robert Gurr : « Dans les politicides, les groupes désignés comme victimes le sont essentiellement selon leur place dans la hiérarchie sociale ou leur opposition au groupe dominant »[12]. Il y a cependant le risque, dans ce mot, d’oublier la dimension ethnique qu’a pu prendre la politique de mort des Khmers Rouges. Henri Locard a beau reproduire les chiffres du démographe Marek Sliwinski (p. 196), il semble réitérer la vision qui lui a valu d’être en opposition à Kiernan en 1998. Mais plus encore, c’est la question de l’usage politique des mots qui doit être posée à la lecture de cet ouvrage. Le mot de génocide, pour qualifier la période 1975-1979, est associé pour Locard à la période de l’occupation vietnamienne (1979-1989), en ce qu’il aurait été utilisé par les Vietnamiens pour légitimer cette même occupation. Cela serait occulter d’une part l’évolution sémantique du terme de génocide, qui s’applique aujourd’hui beaucoup plus largement qu’à la simple question ethnique[13]. Dautre part, il y aurait le risque de donner à croire que ce qui a été perpétré par les Khmers Rouges le fût uniquement du fait de l’idéologie communiste, quand bien même il a été démontré quelques pages auparavant dans le même livre qu’il y avait dans le cas cambodgien d’importantes spécificités.

 * * *

C’est une synthèse importante que propose avec ce livre Henri Locard. Elle apporte une pierre supplémentaire à l’édifice de la responsabilité des hauts dignitaires du régime Khmer Rouge au moment de leur procès, autant qu’elle offre des clés de compréhension du Cambodge contemporain. Les quelques coquilles qui subsistent, sur la forme – ce qui a peu d’importance – et sur le fond – l’utilisation du gentilé de Viêt-Minh à outrance et ce jusqu’en 1975 n’a aucun sens, puisque le Viêt-Minh est devenu Parti des Travailleurs en 1951 – n’enlèvent rien au sérieux de ce travail et à la vision globale qu’il donne d’une des plus grandes tragédies du XXe siècle.

Louis Raymond, promotion ASIOC 2013-2014.

 


Notes

[1] Voir l’ouvrage de Ben Kiernan, Le Génocide au Cambodge, 1975-1979. Race, idéologie et pouvoir, Gallimard, Paris, 1998.

[2] Locard, Henri, « Des regards myopes sur le Cambodge », Le Monde, 28 avril 1998.

[3] Kiernan, Ben, « Penser le génocide au Cambodge », Le Monde, 14 mai 1998.

[4] Locard, Henri, Pourquoi les Khmers rouges, p. 54.

[5] Le Sangkum Reastr Niyum était le parti de Norodom Sihanouk jusqu’en 1970. Cette organisation était la clef de voûte de son pouvoir.

[6] Locard, op. cit., p. 71.

[7] Voir Taylor, Owen et Kiernan, Ben, «Bombs over Cambodia », The Walrus, octobre 2006, cité par Lavallard, Marie-Hélène dans “Une guerre chimique sans fin”, Recherches internationals, n° 86, 2009.

[8] Locard, op. cit. p. 184.

[9] Alain Roux se montre par exemple très critique envers Halliday et Chang dans l’introduction de sa propre biographie de Mao. De la même manière, il prend ses distances avec les chiffres de Dikköter sur le GBEA. (Roux, Alain, Le Singe et le Tigre, Mao, un destin chinois, Paris, Larousse, 2009).

[10] L’Angkar signifie l’Organisation, nom que le régime se donnait à lui-même.

[11] Kamtech signifie « écraser ». C’est l’idée qui est appliquée au traitement des prisonniers politiques. Il ne doit plus rien rester d’eux, à la fin de leur « traitement ».

[12] Locard, op. cit., p. 199.

[13] On parle par exemple de génocide pour le Rwanda en 1994, alors que les Hutus et les Tutsis ne sont pas des ethnies mais des castes différentes.

* * *

Réf : Locard, Henri, Pourquoi les Khmers rouges, Paris, Vendémiaire, Révolutions, 2013, 350 p.

Bibliographie de Henri Locard :

  • Pol Pot’s little red book, Chiang Mai, Silkworm books, 2004, 336 p.
  • Aspects de l’extermination dans le Kampuchéa démocratique et de l’idéologie khmère rouge (1975-1979). Thèse de doctorat sous la direction de Christian Henriot, Lyon, 2000, 1263 p.
  • Prisonnier de l’Angkar, Paris, Fayard, 1993, 381 p.

Louis Raymond est étudiant à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon (ENS Lyon) en Master 2 Asie Orientale Contemporaine (ASIOC). Ses travaux actuels portent sur les effets culturels et sociétaux des réformes économiques sur le Viêt Nam contemporain.