Archives par mot-clé : longue durée

Christopher Goscha : The Penguin History of Modern Vietnam

[ndlr] Parution en paperback de l’ouvrage de Christopher Goscha chez Penguin à un prix abordable pour les étudiants, les voyageurs, les passionnés… Une lecture à ne pas manquer.

Notre avis : en 14 chapitres (688 p.) et basé sur une historiographie récente et nouvelle, cet ouvrage rebat les cartes de notre compréhension de l’histoire du Viêt-Nam. Au fil de son analyse multiscalaire l’auteur prend « de la hauteur » pour considérer cette histoire sous un jour nouveau. La hauteur de vue est un point clé de cette étude à la fois attractive, détachée des vieilles problématiques vietnamo-centrées ou téléologiques, et ouvrant sur de nouvelles perspectives de recherche. Pour démêler cet écheveau complexe « des Viêt Nams » entrelacés qui ont marqué l’histoire moderne et contemporaine, il fallait ce regard à la fois profond et distancié. FG

‘This is the finest single-volume history of Vietnam in English. It challenges myths, and raises questions about the socialist republic’s political future’ Guardian

‘Powerful and compelling. Vietnam will be of growing importance in the twenty-first-century world, particularly as China and the US rethink their roles in Asia. Christopher Goscha’s book is a brilliant account of that country’s history.’ – Rana Mitter

‘A vigorous, eye-opening account of a country of great importance to the world, past and future’ – Kirkus Reviews

Over the centuries the Vietnamese have beenboth colonizers themselves and the victims of colonization by others. Their country expanded, shrunk, split and sometimes disappeared, often under circumstances far beyond their control. Despite these often overwhelming pressures, Vietnam has survived as one of Asia’s most striking and complex cultures.

As more and more visitors come to this extraordinary country, there has been for some years a need for a major history – a book which allows the outsider to understand the many layers left by earlier emperors, rebels, priests and colonizers. Christopher Goscha’s new work amply fills this role. Drawing on a lifetime of thinking about Indo-China, he has created a narrative which is consistently seen from ‘inside’ Vietnam but never loses sight of the connections to the ‘outside’. As wave after wave of invaders – whether Chinese, French, Japanese or American – have been ultimately expelled, we see the terrible cost to the Vietnamese themselves. Vietnam’s role in one of the Cold War’s longest conflicts has meant that its past has been endlessly abused for propaganda purposes and it is perhaps only now that the events which created the modern state can be seen from a truly historical perspective.

Christopher Goscha draws on the latest research and discoveries in Vietnamese, French and English. His book is a major achievement, describing both the grand narrative of Vietnam’s story but also the byways, curiosities, differences, cultures and peoples that have done so much over the centuries to define the many versions of Vietnam.

Source : Penguin

Le passé des Khmers. Langue, textes, rites [parution]

[ndlr] Signalement de la parution d’un ouvrage clé sur le Cambodge, l’histoire et la mémoire.

Nasir Abdoul-Carime, Grégory Mikaelian et Joseph Thach (éds.)

Le passé des Khmers. Langue, textes, rites

LePasséDesKhmers_couv.Ce livre offre les premiers résultats d’une enquête sur les pratiques et les représentations du passé chez les Khmers. Elle s’inscrit dans une réflexion sur la mémoire collective qui fait le choix d’un pas de côté, à distance de l’historiographie récente traitant de cette question à l’intérieur d’une chronologie très restreinte, couvrant les 40 ans qui nous séparent du régime khmer rouge. Ici comme ailleurs, considérer les phénomènes de la vie sociale pour leur seule contemporanéité ou ériger les événements contemporains comme fondateurs à l’exclusion des autres ne permet guère une pleine compréhension du fonctionnement de la mémoire collective. Il n’est sans doute pas de problème plus complexe que celui du rapport qu’entretient, sur la durée, une société à son passé. À commencer par celui des mots qu’elle se choisit pour le dire et qui le déterminent en partie. Ceux que les auteurs ont tirés de la langue des locuteurs, des textes historiques et de l’exercice des rites suggèrent d’autres chemins à frayer. Une dizaine d’articles de linguistes, d’historiens et d’ethnologues nous invitent ici à les parcourir, en regard des expériences du passé propres aux mondes indien et européen.

Table des matières en PDF : LePasséDesKhmers

Page de l’éditeur : Peter Lang

Image « à la une » : Sdok Kok Thom (temple khmer, détail) ; source Wikipédia.

Christopher Goscha: « Towards a History of Modern Vietnam » [Cornell University]

[ndlr] Excellente conférence de notre collègue Christopher Goscha à l’occasion de la présentation de son nouvel ouvrage sur le Viêt-Nam. Une nouvelle histoire pour comprendre la pluralité du Viêt-Nam d’aujourd’hui et comment ce pays s’est construit culturellement, géographiquement, humainement.

Cornell Voices on Vietnam Spring 2016 Speakers’ Series presents  Professor Christopher Goscha (Professor of History at Université du Québec à Montréal) – « Towards a History of Modern Vietnam. » Recorded May 5, 2016.

This event is co-sponsored by Southeast Asia Program, the Department of Asian Studies, the Department of History and the Department of Government.

Acclaimed historian and Vietnam specialist Christopher Goscha discusses his latest work, The Penguin History of Modern Vietnam (2016). Popular impressions of Vietnam are still largely dominated by the Vietnam War, with most English-language accounts focused on American experiences, sources, and perspectives. But Vietnam’s history is much richer and more complex than a mere Cold War confrontation, complete with expansion, schisms, colonial conquest and subjugation, cultural renaissance, and revolution.

Drawing on research and discoveries from a host of Vietnamese-language and global sources, Professor Goscha outlines a rich and compelling overview of modern Vietnamese history, portraying a cast of memorable characters – from Emperors to rebels, poets to priests – and providing a fascinating look at the intricacies and complexities of modern Vietnamese history. Compelling for scholars and non-specialists alike, The Penguin History of Modern Vietnam represents the first English-language general history of contemporary Vietnam.

Source : Voices On Vietnam

Séminaire de recherche doctorale INALCO : Le geste, la parole, l’écrit

[ndlr] Annonce d’un nouveau séminaire parisien qui rejoint nos problématiques.

 

Séminaire de recherche doctorale

Ecole doctorale n°265

Langues, littératures et sociétés du monde de l’INALCO

SeDyL (UMR 8202 INALCO, CNRS, IRD 135)

 logo_Inalco

 

Le geste, la parole, l’écrit

Enquête sur les formes de la mémoire collective dans l’aire culturelle sud-est asiatique

Organisé un jeudi par mois, le séminaire a lieu à l’INALCO, 2 rue de Lille, à Paris, de 14 h à 17 h en salle (à préciser en temps voulu).

Séminaire coordonné par :

Dans le sillage des travaux, déjà anciens, menés sur la perception du passé en Asie du Sud-Est, ce séminaire vise à faire dialoguer les disciplines autour des trois supports de la production de la mémoire collective, souvent dissociés dans l’analyse, que sont le geste, la parole et l’écrit. Alternant approche linguistique, historique, ethnologique ou encore géographique, les intervenants questionneront les différentes manières d’appréhender les traces du monde ancien dans lequel s’origine le monde présent des locuteurs. Une attention particulière à la mémoire de très longue durée permettra d’aborder l’hypothèse d’éventuelles spécificités propres aux organisations sociales et constructions politiques de parler austro-asiatique ou austronésien.

 

Programme 2015 : Les pratiques et les représentations collectives de l’espace.

Parce que les pratiques et les représentations collectives s’ancrent dans un espace identifié, elles font de lui un support de mémoire privilégié. En confrontant les représentations cambodgiennes de l’espace à d’autres traditions, on cherchera à cerner comment elles sont susceptibles de transmettre des éléments fondamentaux de la mémoire collective à différentes échelles. Chaque séance sera animée par deux intervenants disposant chacun d’une heure et demi.

1. Jeudi 26 février : Séance  introductive.

2. Jeudi 19 mars : Charles Malamoud (EPHE)  et Yves Goudineau (EFEO-CASE ; sous réserve).  L’espace du sacrifice. La délimitation de l’espace sacrificiel en Inde et en Asie du Sud-Est. Séance co-organisée avec le séminaire « Anthropologie comparée à partir de l’Asie du Sud-Est » (EHESS/CASE/EFEO) se déroulant exceptionnellement à la Maison de l’Asie, 22 av. du Président Wilson, 76116 Paris).

3. Jeudi 2 avril : Frédéric Durand (Toulouse II – Le Mirail) et Grégory Mikaelian. Les représentations cartographiques de l’espace. La cartographie cambodgienne de 1897 à l’épreuve des représentations vernaculaires de l’espace dans l’aire culturelle sud-est asiatique.

4. Jeudi 16 avril : Emmanuel Francis (CNRS-CEIAS)  et Eric Bourdonneau (EFEO-CASE). Topogénie et généalogie dans les inscriptions du Cambodge ancien et du  monde pallava.

5. Jeudi 21 mai : Dana Rappoport (CNRS-CASE) et Stéphanie Khoury. La construction musicale et gestuelle des espaces rituels. Continuité, rupture et récupération de la mémoire orale véhiculée par les chants toraja (Indonésie) et le théâtre khmer (Cambodge).

6. Jeudi 25 juin : Sophie Vassilaki (INALCO-SeDyL) et Joseph Thach. De l’espace de l’identité à l’identité de l’espace. Regards croisés sur les notions de mêmeté, d’altérité et de frontière à partir des marqueurs linguistiques en grec et en khmer.

Rappel du lieu : INALCO, 2 rue de Lille, Paris, de 14 h à 17 h

[parution] Keith W. Taylor : A History of the Vietnamese

Taylor_AHistoryOfTheVietnameseL’historien américain Keith W. Taylor vient de publier son imposante histoire des Vietnamiens considérée sur la longue durée. Cette nouvelle publication de près de 700 pages d’un des plus grand spécialiste du Viêt-Nam se présente déjà comme une référence incontournable des Vietnamese Studies. L’ouvrage organisé chronologiquement s’articule autour de 13 chapitres revisitant le Viêt-Nam et plus particulièrement les Vietnamiens qui ont façonné ce pays des origines à nos jours. Le premier chapitre pose le contexte du Viêt-Nam pré-impérial jusqu’à l’avènement de l’indépendance vis-à-vis des Han (pp. 14-50). Le second chapitre s’intéresse à la dynastie des Ly (pp. 51-107) ; le troisième à celle des Tran (pp. 108-164) ; le quatrième à celle des Lê (pp. 165-223).

On quitte l’histoire des trois grandes dynasties vietnamiennes (près d’un tiers de l’ouvrage) pour se plonger à partir du cinquième chapitre dans le chaos des guerres régionales (pp. 224-257) et internes entre le nord et le sud au XVIIème siècle (pp. 258-318). Le chapitre sept se focalise sur le Viêt-Nam divisé des seigneurs Trinh et Nguyen pour en souligner les divergences (pp. 319-364). La guerre civile qui mène à l’avènement des Tay Son reprend au chapitre 8 (pp. 365-397). Le chapitre 9 est consacré à la dernière grande dynastie vietnamienne des Nguyen jusqu’à son déclin au contact de l’Occident (pp. 398-445). Cet ensemble dédié à la guerre régionale puis interne aux Vietnamiens forme le second tiers de l’ouvrage.

Mais les Vietnamiens n’en n’ont pas fini avec la guerre. Celle-ci se prolonge avec le chapitre 10 consacré à la conquête française (pp. 446-483) puis l’auteur décrypte dans le chapitre suivant les nouvelles relations et interactions avec le colonisateur (pp. 484-523). La guerre toujours, revient en force au chapitre 12 (pp. 524-560) englobant l’Indochine dans une nouvelle configuration avec la France. Le dernier chapitre expose la situation au sortir de la guerre d’Indochine, du Viêt-Nam divisé à la réunification par la guerre. Enfin, l’auteur clot son étude par une rétrospective (pp. 620-626, et non une conclusion insiste Taylor) qui permet à l’auteur de replacer les Vietnamiens dans une longue durée en considérant l’importance de la matrice chinoise dans la construction de l’espace et de la mentalité de ce peuple aux composantes si diverses. De ce fait, il interroge l’unité du peuple vietnamien en soulignant les contrastes et différences ethniques, culturelles ou religieuses qui habitent ce peuple. Troisième point, il démontre la réelle difficulté qui existe alors dès que l’on veut expliciter ce qu’est un Vietnamien (Being Vietnamese has many forms) autrement que par la langue ou par l’espace particulier que ce peuple occupe sur la planète (p. 626). Enfin, note qui peut se lire comme touche d’optimisme, cette pluralité intrinsèque du Viêt-Nam, à la fois faiblesse et force, pourraient multiplier les possibilités à l’avenir (Being Vietnamese offers many options). L’ouvrage (sans notes de bas de page) se termine par un essai bibliographique conséquent (pp. 627-643) qui balaye par chapitres les sources principales qui ont nourri la réflexion de l’auteur et qui fait office de références bibliographiques. Plusieurs annexes (figures, tables, cartes) et un index mettent un point final à cette ambitieuse synthèse rapidement présentée ici.

FG, 25/06/2013

[Présentation de l’éditeur ci-dessous]

The history of Vietnam prior to the nineteenth century is rarely examined in any detail. In this groundbreaking work, K. W. Taylor takes up this challenge, addressing a wide array of topics from the earliest times to the present day – including language, literature, religion and warfare – and themes – including Sino-Vietnamese relations, the interactions of the peoples of different regions within the country, and the various forms of government adopted by the Vietnamese throughout their history. A History of the Vietnamese is based on primary source materials, combining a comprehensive narrative with an analysis which endeavors to see the Vietnamese past through the eyes of those who lived it. Taylor questions long-standing stereotypes and clichés about Vietnam, drawing attention to sharp discontinuities in Vietnam’s past. Fluently written and accessible to all readers, this highly original contribution to the study of Southeast Asia is a landmark text for all students and scholars of Vietnam.

Réf. Keith W. Taylor, A History of the Vietnamese, Cambridge, Cambridge University Press, 2013, 696 p.

Keith W. Taylor is a professor in the Department of Asian Studies at Cornell University. His career began in the U.S. army, where he was deployed in the US-Vietnam War. He has now been researching Vietnam for nearly forty years, and his work has made a fundamental contribution to the field.

Source : Cambridge University Press