Archives par mot-clé : linguistique

Histoire de la migration des peuples de langue Taï-Kadaï – 24/10/2016

[ndlr] Annonce d’une conférence à l’Inalco.


Histoire des migrations des peuples de langue Taï-Kadaï

Lundi 24 octobre  2016 de 18h30 à 20h30

INALCO (Amphi 5)

65, rue des Grands Moulins, 75013 Paris, métro François Mitterrand

Conférence de Nguyen Tan Tai-Luc et Chaman Pravonviengkham

Un regard ethnolinguistique sur les migrations des peuples de la famille Taï-Kadaï depuis la Chine du Sud et leur installation en Asie du Sud-Est.

inalcoccl_conferencetaikadai

  • Khamphanh PRAVONGVIENGKHAM, maître de conférences en langue, littérature et société de l’Asie du Sud-Est à l’Inalco, responsable de la section Lao, membre du Centre d’Étude et de Recherche sur les Oralités du Monde.
  • Tai-Luc NGUYEN TAN, enseignant depuis 1996 au département Asie du Sud-Est Pacifique de l’Inalco, chargé du cours de diachronie et synchronie Taï-Kadaï et d’Initiation au Tham-Pali du Laos, a soutenu en 2000 sa thèse de doctorat consacrée à la langue Lü du Sip Song Panna.

Source : CCL

Études birmanes : décès de Denise Bernot (1922-2016)

[ndlr] Triste nouvelle rapportée par notre collègue Alice Vittrant. Nous publions son billet avec son aimable autorisation.

 

Denise Bernot nous a quitté jeudi 12 Mai 2016 à Antony (France). Elle avait 94 ans.

Fondatrice de la chaire de birman aux « Langues’ O » (INALCO-Paris) au début des années 1960, elle y assura l’enseignement de la langue et la civilisation birmanes jusqu’en 1990. Archiviste formée à l’école des chartes, elle commença sa carrière au CNRS par le recensement dans les bibliothèques parisiennes, des travaux ayant trait à la Birmanie.

De ses premiers séjours chez les Marmas, dans les Chittagong HillTracks où elle séjourna avec son mari Lucien Bernot (Ethnologue au Collège de France), elle garda le goût du terrain, du travail en immersion.  C’était au temps où l’on parlait encore de Pakistan oriental…

Outre sa thèse sur ‘Le Prédicat en birman parlé’ publiée en 1985, Denise Bernot a écrit de nombreux articles sur la phonologie de cette langue, mais aussi sur des dialectes proches comme le marma, l’arakanais [arakanese], le tavoyen, le intha ou le maru. Un travail comparatif de longue haleine, parallèle à son travail de traduction !

Spécialiste aussi de littérature, elle s’intéressa à la poésie birmane, et publia plusieurs traductions de nouvelles contemporaines.

Mais en Birmanie, et dans le petit monde de la birmanologie, Denise Bernot est surtout connue pour son extraordinaire dictionnaire bilingue (Birman-Français) en quinze volumes, trésor de terminologie botanique parsemé de ses croquis exquis.

Érudite, elle possédait aussi une bibliothèque exceptionnelle que beaucoup d’entre nous ont fréquentée. De ses nombreuses missions en Birmanie, elle avait rapporté quantités de livres, pour elle, mais aussi pour la bibliothèque des Langues’ O, les sauvant d’une censure certaine et du temps qui passe.

Linguiste, Denise l’était incontestablement. Mais elle était aussi traductrice, ethnologue, anthropologue, s’intéressant autant à la langue qu’aux savoirs et aux savoir-faire.

Forte de cette pluridisciplinarité, elle a su créer, avec son mari, une réelle communauté de chercheurs, de birmanologues en France. Nous lui sommes tous redevables et reconnaissants. Elle était avant tout une dame de partage et de transmission.

Alice Vittrant, Université d’Aix-Marseille  / DDL (UMR 5596)

DeniseBernotCliquer sur l’image pour l’agrandir.

Pour en savoir plus :

Festival du Film de chercheur :

Denise Bernot

d’Alice Vittrant et d’Alexandra De Mersan
Réalisé par Céline Ferlita et Maryline Leducq
30’/France/2015/VIF CNRS

Denise Bernot, née le 4 février 1922, ancienne élève de l’École des chartes, fut professeur de birman à l’Institut national des langues et civilisations orientales de 1960 à 1989. Elle y a créé la chaire de birman. Ce film est l’occasion de retracer son itinéraire étonnant et courageux.

Bande annonce sur Daily Motion

Noellie Bon : Le Stieng, une langue en danger d’Asie du Sud-Est – Approches socio-linguistique et descriptive

[ndlr] Une recherche intéressante au séminaire du CASE le 7 mai 2015.

bandeau_CASESéminaire général du CASE : Sociétés d’Asie du Sud-est : permanences et mutations

animé par Vanina Bouté, Andrée Feillard, Rémy Madinier

Noellie Bon

(ATER à l’Université Lumière Lyon 2)

Le Stieng, une langue en danger d’Asie du Sud-Est :

approches socio-linguistique et descriptive

7 mai 2015

10 h à 12 h
Maison de l’Asie, 22 av. du Président-Wilson 75016 Paris

Le stieng est une langue minoritaire à tradition orale parlée au Cambodge et au Vietnam. Ses locuteurs, dont le nombre exact demeure inconnu, sont localisés dans les piémonts des Hauts Plateaux. Au Cambodge, le khmer, langue, nationale et officielle du pays, tend à remplacer les « petites » langues du Cambodge, dont le stieng fait partie : cette domination est non seulement linguistique, mais aussi culturelle et territoriale.

Dans ce contexte, l’évaluation de la vitalité du stieng (Bon, 2014) a pu révéler qu’il s’agissait d’une langue menacée à sévèrement menacée, notamment en raison de deux facteurs fondamentaux : l’interruption de la transmission intergénérationnelle et l’intégration progressive du khmer dans les interactions quotidiennes des Stieng. D’un point de vue purement linguistique, le stieng, langue sud-bahnarique môn-khmère, partage de nombreux traits avec les autres langues d’Asie du Sud-Est, avec notamment une morphologie isolante, la présence d’un système de classificateurs de tri ou encore la grande productivité de la sérialisation verbale.

Cette communication aura pour objectifs de présenter la situation sociolinguistique du stieng ainsi que ses principales caractéristiques typologiques. Il s’agira également de souligner les défis méthodologiques et théoriques qu’implique cette situation de la langue en danger pour la description linguistique du stieng. Enfin, la présentation conclura sur les questions soulevées par cette situation « diglossie » entre stieng et khmer, notamment celle de l’intensité et l’ancienneté du contact khmer-stieng et celle de la convergence linguistique du stieng vers le khmer.

Pour en savoir plus :

Photo en une : Femme Stieng deTà Lài (Tân Phú, Đồng Nai) © 2012 VTC