Archives par mot-clé : Laos

Martin Stuart-Fox : A History of Laos – CR de lecture par Nelly Didelot

Martin Stuart Fox est l’un des grands noms de l’historiographie laotienne. Aujourd’hui professeur émérite à l’Université de Queensland, les racines de son intérêt pour le Laos remontent à la guerre du Viêt-Nam qu’il a couvert en partie en tant que journaliste. À une époque où l’étude du Laos restait un champ dominé par la recherche française, cet Australien s’est spécialisé dans l’étude du symbolisme religieux du Laos et dans son histoire politique.

           La publication de A History of Laos apparait comme l’aboutissement et la synthèse d’années d’études. Publiée en 1997, à une époque où la tendance historiographique générale n’est plus à l’histoire nationale, où on reproche aux grandes synthèses leur structure narrative, leur rhétorique centralisatrice et le focus sur les élites politiques, le choix d’une étude générale du Laos peut surprendre. M. Stuart-Fox, conscient des nouvelles orientations de la recherche, met toutefois en avant la pauvreté de l’historiographie laotienne, qui justifie et rend nécessaire la publication d’une synthèse de l’histoire nationale. Il faut rassembler les historiographies de chaque période qui poursuivent chacune un but particulier, pour écrire une histoire ouverte, support de la construction d’une identité nationale inclusive. Les chroniques pré-coloniales cherchent essentiellement à assurer la légitimité dynastique, tandis que l’historiographie coloniale dépeint le Laos comme un peuple en danger, menacé par le Siam que la France se devrait se protéger et lit toute son histoire dans ce sens. Les travaux réalisés sous le royaume du Laos (1946-1975) font du royaume du Laos l’héritier direct du Lan Xang en mettant de côté les moments sombres de l’histoire du pays. Cette histoire se concentre sur les populations des plaines sans inscrire les minorités dans l’histoire. Avec l’arrivée au pouvoir du Pathet Lao, les travaux insistent cette fois sur la tradition de résistance à la domination. M. Stuart-Fox tire de ce rapide bilan historiographique la conclusion que le Laos est le pays d’Asie du Sud-Est dont l’historiographie nationale est la moins développée, la moins à même de servir à la consolidation d’un État-nation inclusif. Son objectif est d’écrire une histoire générale du pays, non pour les Laotiens – ce qui est la tâche des historiens laotiens selon lui – mais pour ceux qui voient le Laos de l’extérieur, notamment les enfants de la diaspora. Cet ouvrage est un manuel, la première histoire générale du Laos écrite en anglais, qui vient combler un manque historiographique puisque avant sa parution la dernière synthèse parue sur le Laos datait des années 1970. M. Stuart Fox mène ici un travail de synthèse plus que de recherche, il travaille peu sur des sources primaires. Toutefois l’ouvrage poursuit un but : mettre en avant la continuité de l’histoire laotienne qui forme un tout cohérent au delà des difficultés de construction étatique, de la diversité du pays et parfois de sa fragmentation. En démontrant à un public non laotien l’existence d’une base culturelle laotienne, Stuart Fox cherche à légitimer un État-nation parfois menacé.

Une identité lao inclusive

            Les trois éléments généralement pointés comme constitutifs, voire créateurs, de l’identité nationale, c’est-à-dire la religion, la langue et l’histoire, se retrouvent à intervalles réguliers au cours de la lecture de l’ouvrage. Cela permet à l’auteur de consolider la thèse d’une identité laotienne commune et continue sans être pour autant a-historique, imperméable aux changements. Le bouddhisme Theravada est peut-être l’élément culturel le plus fort de l’identité laotienne, il est en tout cas bien mis en avant par M. Stuart-Fox sûrement grâce à ses travaux sur le symbolisme religieux. Il modèle profondément la culture et les esprits, au moins depuis que la doctrine s’est structurée au XVIè siècle. Le régime communiste au pouvoir ne s’y est d’ailleurs pas trompé en l’utilisant pour se légitimer, notamment en utilisant les éléments de ressemblance entre doctrine bouddhiste et idéologie communiste, comme la compassion pour le pauvre et l’opprimé. Si cet usage du bouddhisme est assez particulier, la profonde influence de cette religion sur les structures de la société ne semble pas très différente des pays voisins, Thaïlande ou Cambodge par exemple, où on retrouve le même attachement à la religion, le même type d’apports animistes. La circulation des moines en formation entre Laos, Cambodge et Thaïlande montre d’ailleurs bien que cet élément d’identité est régional. La construction d’un bouddhisme laotien, minimisant les contacts avec Bangkok, a d’ailleurs été un des objectifs du pouvoir colonial et du prince Phetsarath, montrant bien l’importance de ce facteur pour construire une identité propre.

            Le facteur linguistique souligne également la proximité avec la Thaïlande mais aussi la multiplicité laotienne. Le Laos est en effet un pays de pluralité linguistique, avec trois grandes familles linguistiques (môn-khmère, tai-kadai et sino-tibétaine) présentes sur le territoire et se déclinant en dizaines de langues. La langue dominante, le laotien, appartient à la famille des langues tai. Son unification et la stabilisation de son écriture a fait l’objet d’un travail des Français pendant la période coloniale afin d’accentuer la différence avec le thaïlandais parlé par les Siamois.

            Quant à l’histoire, les Laotiens actuels n’ont pas toujours été réunis dans les mêmes États, ou plutôt dans les mêmes mandalas, en raison de la grande fragmentation qui est un trait caractéristique de l’histoire laotienne, sans pour autant que cela ait empêché leur proximité, leurs échanges. Il faut également souligner qu’à travers le récit de M. Stuart-Fox, en particulier de l’histoire pré-coloniale, il apparait que ces différents États et leur population ont généralement partagé la même situation de marginalité, de zone tampon. L’existence relativement longue du Lan Xang (1354-1707) crée également un horizon commun, la conscience d’un passé commun perpétué à travers les chroniques des différents muangs.

            Ces éléments ne font pas l’objet d’un traitement spécifique de l’auteur, mais leur présence régulière dans les différents chapitres chronologiques construit l’idée d’une continuité de l’identité laotienne, et de son caractère nécessairement inclusif en raison de la disparité des communautés qu’elles rassemblent.

Difficultés d’existence d’un État-tampon

            Il semble pourtant au fil de la lecture que le Laos est surtout caractérisé par sa difficulté à exister comme État, ou simplement comme ensemble unifié, la notion d’État paraissant peut-être anachronique, au moins pour les débuts de l’histoire laotienne. Reste toutefois la question, bien plus délicate à trancher, de savoir si la conscience d’une identité commune existait, question à laquelle M. Stuart Fox ne s’attaque pas directement mais qui est forcément implicite, et ouverte par un travail tel que celui-ci.

            Les difficultés de la construction d’un État-nation laotien sont d’abord les obstacles à son indépendance. Les décolonisations et les indépendances du XXè siècle, ainsi que leur traitement par les nouvelles historiographies, ont construit l’idée du rassemblement de la nation dans la lutte contre le colonisateur. Ce schéma peut être modifié et nuancé à bien des égards, et prend ainsi une forme particulière au Laos, où gagner l’indépendance politique est loin d’être l’unique enjeu pour exister en tant qu’État-nation viable. M. Stuart Fox montre que la présence française est relativement peu contestée avant la Seconde Guerre Mondiale, qui marque le véritable essor du nationalisme laotien. Les quelques révoltes antérieures n’avaient pas de caractère nationaliste mais souvent un caractère anti-fiscal, un rébellion contre l’encadrement créé par l’État colonial. Les oppositions se font plutôt contre les Vietnamiens, alors que les Français gardent assez longtemps l’image de protecteur auprès des Lao Lum. Si la présence française s’achève officiellement en 1953, le poids des Français demeure important jusqu’à la prise de pouvoir communiste en 1975, par leur influence auprès des élites laotiennes, notamment du premier ministre Souvana Phouma, et par leur influence économique.

            Toutefois le principal défi lancé à l’indépendance laotienne depuis le XIXè siècle est celui de son existence comme Etat viable dans une région dominée par la Chine, le Viêt-Nam et la Thaïlande. Le Laos est constamment pris entre les stratégies d’influence thaïes et vietnamiennes, et ce depuis l’effondrement du Lan Xang, où les pays lao servent d’États tampons puis font l’objet d’une tentative d’intégration au territoire national en construction du Siam, seulement stoppée par la colonisation. Celle-ci a tendance à faire du pays une arrière cour du Viêt-Nam, simple fournisseur de matières premières dominé par les élites vietnamiennes, qui sont à la tête de l’administration malgré les combats précoces du prince Phetsarath. La guerre froide qui succède à la colonisation, entraine le Laos dans une guerre qui n’est pas la sienne, coincé entre Viêt-Nam et Thaïlande, séparé en deux camps, pro-Viêt-Minh ou pro-occidental, largement dépendants de leurs soutiens. Si le Pathet Lao parvient ainsi à contrôler officiellement une partie du territoire laotien suite à la conférence de Genève c’est grâce aux forces Viêt-Minh, largement présentes sur l’espace qui lui est attribué. Le régime en place depuis 1975 nourrit une forte dépendance à l’égard du Viêt-Nam, à laquelle s’ajoute dès les années 1990, qui ferment l’ouvrage, l’influence grandissante de la Thaïlande sur le plan économique et culturel, et de la Chine, qu’évoque brièvement l’auteur, mais qui se révèle particulièrement d’actualité aujourd’hui autour notamment de la question de la gestion du Mékong et des barrages hydro-électriques. Par sa localisation indispensable au lien entre sud de la Chine et Asie du Sud-est continentale le Laos est toujours en position d’intermédiaire.

Les faiblesses de l’État

            L’enjeu lancé à l’État laotien que révèle l’histoire brossée par M. Stuart-Fox est aussi celui d’un gouvernement effectif. Le pouvoir étatique a souvent du mal à s’exercer, contraint par la faiblesse de la population, et le fractionnement géographique du pays. L’État colonial, certes forme bien particulière d’État, n’a ainsi jamais réussi à implanter plus que quelques fonctionnaires dans une vingtaine de « centres » au travers du pays1 et a toujours eu beaucoup de mal à faire rentrer les impôts, signal souvent révélateur du fonctionnement de l’État. Cela s’explique notamment par le maintien d’une forte autonomie villageoise, qui induit une gestion à une échelle plus locale, à travers des réseaux villageois qui travaillent ensemble. Cette logique plus horizontale que verticale ne facilite donc pas la centralisation recherchée par l’État.

            Enfin l’État laotien est confronté à l’enjeu de réunir une population éclatée spatialement, socialement, ethniquement voire idéologiquement. L’étagement de la population, correspondant à une stratification ethnique et sociale, n’est pas l’apanage du Laos, mais ce dernier rassemble une population bien plus diverse que son voisin thaï et doit inventer une autre intégration. On touche ici à ce que M. Stuart Fox présente comme l’un des principaux apports du Pathet Lao, obligé pendant la guerre froide de s’appuyer sur les populations des hauteurs, longtemps méprisées par les habitants des plaines, et les a ensuite revalorisées dans une rhétorique égalitaire. Reste que la division du pays en deux camps de l’après Seconde Guerre Mondiale à 1975 a laissé des traces, accentuées par les purges qui ont suivi l’arrivée des communistes au pouvoir, afin de réaliser l’unité du pays autour d’une doctrine imposée.

            Pour Martin Stuart Fox, au tournant du XXe et du XXIe siècle, le renforcement du sens de l’unité nationale, la lutte contre le régionalisme et contre la mise à l’écart des minorités doivent être les priorités de l’État laotien. Dans ce contexte l’intégration à l’ASEAN lui parait à la fois être un refuge (qui offre au Laos un siège comme nation indépendante) et un danger (la coopération régionale risquant d’augmenter le mouvement d’absorption dans la sphère thaïe). Près de 20 ans après ce constat, il semble qu’il soit toujours valable : le Laos est toujours très dépendant du régime de Hanoi, pays frère communiste passé comme lui à l’économie de marché, les échanges entre les deux rives du Mékong se multiplient, notamment le passage de touristes thaïs au Laos. Le rôle de la Chine, relativement absente de l’analyse de Stuart-Fox, parait toutefois toujours plus prééminent, surtout sur le plan économique.

* * *

            Cet ouvrage clair est une ressource précieuse pour entrer en contact avec l’histoire du Laos, en particulier avec la période postérieure à la Seconde Guerre Mondiale, puisque les époques précédentes sont balayées en une cinquantaine de pages. Ce choix non justifié s’explique surement en partie par l’état des connaissances, bien plus avancé pour ce qui concerne le deuxième XXè siècle, mais va quelque peu contre sa volonté de montrer une identité laotienne précaire mais continue.

            Martin Stuart Fox cherche à palier l’absence ou la faiblesse passée et présente de l’État laotien et à justifier son existence actuelle en mettant en avant une identité commune, par une culture partagée. L’étude des identités implique souvent l’étude des représentations, ce qui n’est pas le cas ici, où l’attention est plutôt portée aux organisations, aux institutions. C’est l’État plus que la nation qui fait l’objet de l’ouvrage, mais cet État est justifié implicitement par l’existence d’une nation. L’auteur postule une nation, qu’il définit comme ouverte et inclusive, mais n’étudie pas sa construction. Ce n’est pas son objectif, comme il l’explique en introduction, mais la question de savoir comment et pourquoi se construit une identité commune, comment elle se propage et à quel point elle est partagée, parait devoir être la suite logique de son travail de synthèse2. De la même manière, Martin Stuart Fox ne s’interroge pas sur le terme ‘Laos’ en lui même, et ne prête que peu d’attention à la construction territoriale de ce Laos. On peut le regretter, d’une part parce que la maitrise du territoire est un des éléments clés de la construction d’un État-nation, et d’autre part en raison de l’histoire de l’État laotien, passé du statut d’État-mandala, voire de périphérie de mandala, à celui d’État territorial, suite à l’irruption occidentale dans la péninsule indochinoise.

            Enfin, on peut se demander, mais la question revêt alors une forte dimension politique, si le modèle de l’État doit être à tout prix adopté et défendu au XXIè siècle, ou si un partage et une délégation des pouvoirs à la fois au sein d’une plus grande coopération régionale et sur le plan local ne pourraient pas représenter un modèle alternatif pour le Laos.

Nelly Didelot, ENS de Lyon

Nelly Didelot est étudiante en deuxième année de Master sciences sociales à l’ENS de Lyon, ses recherches actuelles portent sur la gestion de la frontière occidentale de l’Indochine par les pouvoirs coloniaux.

Références

  • Ivarsson Søren, 2008, Creating Laos: the making of a Lao space between Indochina and Siam, 1860-1945, Copenhagen Abingdon, NIAS Marston distributor, x+238 p.
  • Bruneau Michel, 2002, « Évolution des étagements ethnopolitiques dans les montagnes sino-indochinoises », Hérodote, 2002, vol. 107, nᵒ 4, p. 89.

Image à la une : Pha That Luang, Vientiane, Laos by Aaron Smith, 2007.

Notes

  1. En 1910, on comptait ainsi seulement 200 Français pour administrer le pays. []
  2. Les travaux de Soren Ivarsson, notamment son ouvrage Creating Laos, permettent en partie de répondre à ces questions. []

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2016 : Séance 5

Année universitaire 2016-2017 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Imaginaires nationaux :

de l’empire colonial aux états-nations d’aujourd’hui

phetsarath
Portrait du Prince Phetsarath Ratanavongsa (1890-1959), chef du mouvement indépendantiste Lao Issara (Laos Libre), premier ministre du Laos de 1942 à 1945 et vice-roi du Royaume du Laos

★ ★ ★

Le Laos, des principautés royales à l’État-nation

Séance 5 : mardi 8 novembre 2016

Cette séance sera consacrée à la construction du Laos, de la situation précoloniale à la République Démocratique Populaire d’aujourd’hui. A travers la figure du Prince Phetsarath, leader du mouvement Lao Issara (Laos libre) nous verrons sur quoi se fonde le nationalisme laotien et nous soulèverons la question du neutralisme pendant la période de la guerre civile entre le Gouvernement royal et le Pathet Lao.

Comme pour ses voisins indochinois, la construction du Laos se décline à travers l’avènement de plusieurs périodes clés (période coloniale, occupation japonaise, révolution, guerre civile) et l’avènement d’une succession de régimes politiques (protectorat français, Royaume du Laos, République Démocratique Populaire du Laos depuis le 2 décembre 1975…).

Source mobilisée :

  • Søren Ivarsson and Christopher E. Goscha, « Prince Phetsarath (1890–1959): Nationalism and Royalty in the Making of Modern Laos », Journal of Southeast Asian Studies, 38 (1), Feb. 2007, pp. 55–81. Résumé : https://indomemoires.hypotheses.org/843

★ ★ ★

Exposés oraux


  • stuartfox_ahistoryoflaosStuart-Fox, Martin, A history of Laos, Cambridge University Press, 1997.

Exposé de Nelly Didelot

Présentation de l’éditeur : Cambridge


  • Goscha_IndochineOuVietnamGoscha, Christopher E., Indochine ou Vietnam, Paris, Vendémiaire, 2015.

Exposé d’Oscar Truong

Présentation de l’éditeur : Vendémiaire


Pour aller plus loin, voir les travaux de Grant Evans (1948-2014) et de Søren Ivarsson notamment :

Christopher E. Goscha & Søren Ivarsson (eds), Contesting Visions of the Lao Past. Lao Historiography at the Crossroads, Copenhagen, Nordic Institute of Asian Studies, NIAS Studies in Asian Topics # 32, 2003, 355 p. // Résumé sur Mémoires d’Indochine.

★ ★ ★

CR de lecture sur le Laos contemporain publiés sur Mémoires d’Indochine : construction nationale, mémoires, rééducation politique et rôle des Hmongs pendant la guerre.

      • Grant Evans : The Politics of Ritual and Remembrance – CR de lecture par Annabelle Auger

https://indomemoires.hypotheses.org/21607

      • Nakhonkham Bouphanouvong : Sixteen Years in the Land of Death Revolution and Reeducation in Laos – CR de lecture par Ken Messud

https://indomemoires.hypotheses.org/17680

      • Mangkra Souvannaphouma : Laos, Autopsie d’une monarchie assassinée – CR de lecture par Théo Clément

https://indomemoires.hypotheses.org/13724

      • Søren Ivarsson : Creating Laos – CR de lecture de Constance Voisin

https://indomemoires.hypotheses.org/13403

      • Bounsang Khamkeo : I, Little Slave – CR de lecture par Maureen Éon

https://indomemoires.hypotheses.org/13778

      • Les Hmong du Laos 1945-1975 – mémoire IEP de Tiphanie Grall

https://indomemoires.hypotheses.org/598

Histoire de la migration des peuples de langue Taï-Kadaï – 24/10/2016

[ndlr] Annonce d’une conférence à l’Inalco.


Histoire des migrations des peuples de langue Taï-Kadaï

Lundi 24 octobre  2016 de 18h30 à 20h30

INALCO (Amphi 5)

65, rue des Grands Moulins, 75013 Paris, métro François Mitterrand

Conférence de Nguyen Tan Tai-Luc et Chaman Pravonviengkham

Un regard ethnolinguistique sur les migrations des peuples de la famille Taï-Kadaï depuis la Chine du Sud et leur installation en Asie du Sud-Est.

inalcoccl_conferencetaikadai

  • Khamphanh PRAVONGVIENGKHAM, maître de conférences en langue, littérature et société de l’Asie du Sud-Est à l’Inalco, responsable de la section Lao, membre du Centre d’Étude et de Recherche sur les Oralités du Monde.
  • Tai-Luc NGUYEN TAN, enseignant depuis 1996 au département Asie du Sud-Est Pacifique de l’Inalco, chargé du cours de diachronie et synchronie Taï-Kadaï et d’Initiation au Tham-Pali du Laos, a soutenu en 2000 sa thèse de doctorat consacrée à la langue Lü du Sip Song Panna.

Source : CCL

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2016 : Séance 2

Année universitaire 2016-2017 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Imaginaires nationaux : de l’empire colonial aux états-nations d’aujourd’hui

dainam_mapcirca1830
Carte du Dai Nam (circa 1830) sous l’empereur Minh Mang © 2016 Goscha / Penguin Books

★ ★ ★

Identité, espace, symboles et emblèmes nationaux

Séance 2 : mardi 4 octobre 2016

Cette séance poursuivra l’investigation sur les problématiques d’espaces et d’identités en péninsule indochinoise en mobilisant les cartes. La constitution de l’espace vietnamien à travers la « marche vers le Sud » puis son extension vers l’Ouest seront questionnés. A partir d’une recherche documentaire nous irons à la découverte des symboles étatiques et ethniques (hymnes et drapeaux) de la période coloniale (protectorats et colonie de l’Indochine française) à la constitution des états-nations indépendants.

Sources mobilisées :

  • ABDOUL-CARIME, Nasir, « Note sur l’identité communautaire khmère, une approche historique et une relecture socio-politique », Péninsule, n° 50, 2005 (1), pp. 41-57.
  • GIBBS, Jason, « The Music of the State: Vietnam’s Quest for a National Anthem », Journal of Vietnamese Studies,
  • Cartes à l’appui extraites de Christopher GOSCHA, The Penguin History of Modern Vietnam, London, Allen Lane, Penguin Books, 2016, pp. xi-xx.

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2016 : Séance 1

Année universitaire 2016-2017 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Imaginaires nationaux :

de l’empire colonial aux états-nations d’aujourd’hui

iyanglepecheur
Illustration extraite de M. Percheron, Contes et légendes d’Indochine (Fernand Nathan, 1947).

★ ★ ★

Mythes et génies fondateurs

Séance 1 : mardi 27 septembre 2016

La première séance de ce séminaire est une invitation au voyage, une plongée dans l’univers des contes des trois pays de la péninsule indochinoise. Notre choix s’est porté sur les contes et légendes à portée historique ou cosmologique. Ils serviront de point d’appui pour engager la discussion sur les imaginaires nationaux du Cambodge, du Laos et du Viêt-Nam. Au préalable, nous introduirons les enjeux généraux du séminaire en abordant successivement la question de l’espace indochinois, celle des identités plurielles, la rencontre stimulante entre mémoire, société et histoire ainsi que la question de la place grandissante des antagonismes mémoriels dans l’espace public. Les contes sélectionnés seront envisagés comme l’ébauche d’une écriture de soi collective.

Sources mobilisées :

  • Duong Dinh Khuê, La littérature populaire vietnamienne, Saigon, 1968. Réédité en fac-similé par les éditions Thanh-Long (Bruxelles, 1976). Voir le chapitre IX : Contes instructifs, pp. 159-179.
  • Hoc Dy Khing, Contes et légendes du pays khmer, Paris, Sudestasie / Conseil international de la langue française, 1989. Voir « Légende du temple d’Angkor Wat« , en ligne sur Khmet Network (texte en bas de la page).
  • Monod, G. H., Contes khmers, Paris, Centre de documentation et de recherche sur la civilisation khmère, 1985. Voir « Sdēch Kmēng, le Roi-Enfant », pp. 249-297 + Glossaire et notes, pp. 298-303.
  • Percheron, Maurice, Contes et légendes d’Indochine, Paris, Fernand Nathan, 1947. Voir les contes : « Iyang, le pêcheur qui devint roi (Conte pnong) » pp. 95-118 ; « La création du monde (Histoire du peuple miao) » pp. 145-153 ; « Le lac de l’Épée rendue (Conte historique tonkinois) » pp. 165-174.
  • Phinith, Savèng (trad.), Contes et légendes du pays lao, Paris, Agence de coopération culturelle et technique / Conseil international de la langue française, 1986. Voir le chapitre « Origines légendaires », pp. 18-24.

 

En complément de cette séance, l’article de Chivallon Christine, « Retour sur la « communauté imaginée » d’Anderson.  Essai de clarification théorique d’une notion restée floue », Raisons politiques 3/2007 (n° 27), p. 131-172 . URL : www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2007-3-page-131.htm.

 

Image « à la une » : ill. dos de couv. M. Percheron, Contes et légendes d’Indochine (Fernand Nathan, 1947).

Séminaire Mémoires d’Indochine : Synopsis 2016

Année universitaire 2016-2017 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

MémoiresIndochine_2016_une

Imaginaires nationaux : de l’empire colonial aux états-nations d’aujourd’hui

Lieu : ENS de Lyon, site Descartes

Enseignant : François Guillemot

Courriel : francois.guillemot@ens-lyon.fr

Jour : le mardi

Horaires : 9h-12h

Salles : F114, F111, F004 (voir calendrier)

Structure du séminaire :

Chaque séance de 3 heures se décompose en deux parties. La première partie est consacrée à l’étude des documents, auparavant lus par tous. La seconde partie est consacrée aux exposés oraux des étudiants et/ou consiste en une discussion autour d’un documentaire historique. Dans tous les cas, les deux parties exigent la participation active des étudiants.

Description succincte et objectif du séminaire :

L’histoire de la décolonisation de la péninsule indochinoise a le plus souvent été présentée sous l’angle des littératures officielles marquées par le prisme des vainqueurs et dans lesquelles la parole des populations reste assez peu lisible. Le Viêt-Nam échappe en partie à cette règle car les vaincus (en outre, les Américains et les Vietnamiens exilés de la République du Sud) ont chacun de leur côté beaucoup écrit sur leur expérience de la décolonisation et de la guerre. A l’intérieur du pays, aux côtés d’une peinture héroïque et hagiographique de la révolution et de lutte pour l’indépendance, de nouveaux témoignages entendent bousculer les certitudes. Les Cambodgiens ont largement témoigné du destin de leur pays en guerre en particulier de la violence vécue pendant la dictature du Kampuchéa Démocratique. Le procès des Khmers Rouges a ravivé les traumatismes mais aussi refermé une des pages les plus sombres de l’histoire du XXe siècle. Au Laos, les nouvelles réalités locales interpellent les jeunes adultes de la diaspora sur leur identité et la mémoire collective élaborée en exil. A l’appui de nombreuses publications historiques et politiques et de construction de lieux de mémoires imposants, les vainqueurs de ces trois pays continuent d’affirmer leur légitimité gagnée au prix d’un sacrifice de plus en plus mis à mal par les réalités postcoloniales et la parole d’après-guerre.

L’objectif de ce séminaire est d’inverser la tendance générale des histoires officielles pour se plonger dans les récits de vie, témoignages et mémoires des acteurs, de réfléchir sur leur contenu explicite ou implicite, de poser un regard critique sur ces écrits (biographiques et « archives de soi »), de réintroduire ces sources « marginales » de l’histoire dans la « grande histoire » de ces pays. Cette approche, très liée aux enjeux mémoriels, permettra de mieux saisir comment nous sortons d’une période où la conscience historique prévalait pour entrer dans une ère où les mémoires envahissent peu à peu la sphère politique. Mémoires manipulées, mémoires conflictuelles ou juxtaposées, tronquées ou oubliées, chacun de ces aspects sera discuté à travers les textes et les exposés oraux du séminaire. La décolonisation de l’Indochine et ses suites avec l’avènement des États-nations postcoloniaux (Viêt-Nam, Laos et Cambodge) sera donc ici appréhendée à travers la vision originale des témoins et acteurs de ces pays. Il s’agira en quelque sorte de prendre la juste mesure des mémoires, écrites ou orales, pour interroger l’histoire récente de ces trois pays, et tenter d’élaborer une histoire vue du bas.

Cette année, le séminaire sera consacré aux imaginaires nationaux des trois pays de l’Indochine et aux entités ethniques sans États. La constitution des États-nations de la péninsule indochinoise, tels que nous les connaissons aujourd’hui, s’est faite au cours du XXe siècle par une décolonisation brutale marquée par la guerre civile. L’avènement des États indépendants, cambodgiens, laotiens ou vietnamiens, fut l’enjeu d’une âpre lutte entre différents types de systèmes politiques et projets de société tout comme d’une confrontation des imaginaires nationaux. Le séminaire s’intéressera aux multiples possibles qui ont jalonné l’histoire de ces trois pays au cours du XXe siècle ainsi qu’à leur environnement géo-ethnique. En interrogeant le passé et la mémoire, il s’agira de faire apparaître les mythes fondateurs sous-jacents (longue durée) et les sources d’inspiration de ces trois États entre décolonisation et Guerre froide ou encore d’exposer la pluralité des nationalismes.

Mots clés : imaginaire national ; nationalisme ; identité ; ethnicité ; construction stato-nationale ; discours politiques ; théories politiques ; symboles et emblèmes nationaux ; transferts culturels

Sites du séminaire :

★ ★ ★

Plan du séminaire (sous réserve de modifications) :

Séance introductive : mardi 20 septembre 2016 (F114)

  • Imaginaires nationaux d’Indochine en question (notions, modalités, calendrier)

Séance 1 : mardi 27 septembre 2016 (F114)

  • Mythes et génies fondateurs

Séance 2 : mardi 4 octobre 2016 (F114)

  • Symboles et emblèmes nationaux

Séance 3 : mardi 11 octobre 2016 (F114)

  • Les États cambodgiens (1863-1993)

Séance 4 : mardi 18 octobre 2016 (F114)

  • Les États laotiens (1899-1975)

Séance 5 : mardi 8 novembre 2016 (F111)

  • Les États vietnamiens (1802-1975)

Séance 6 : mardi 15 novembre 2016 (F111)

  • Marges, ethnies minoritaires et frontières

Séance 7 : mardi 22 novembre 2016 (F004)

  • L’espace social et transnational indochinois d’hier et d’aujourd’hui

★ ★ ★

Bibliographie

Instruments de travail :

DALLOZ, Jacques, Dictionnaire de la guerre d’Indochine 1945-1954, Paris, Armand Colin, 2006. Présentation éditeur.

DULUCQ, Sophie, KLEIN, Jean-François, STORA, Benjamin (sous la dir.) Les mots de la colonisation, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2008. Présentation éditeur.

GOSCHA, Christopher E., Historical Dictionary of the Indochina War (1945-1954). An International and Interdisciplinary Approach, Honolulu, University of Hawaii Press/Copenhagen, Nordic Institute of Asian Studies, 2012. (voir lien “Guerre d’Indochine 1945-1956″ ci-dessus). Présentation éditeur.

KLEIN, Jean-François, SINGARAVELOU, Pierre & SUREMAINN, Marie-Albane de, Atlas des empires coloniaux : XIXe-XXe siècles, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2012. Présentation éditeur.

TERTRAIS, Hugues, Atlas des guerres d’Indochine, 1940-1990. De l’Indochine française à l’ouverture internationale, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2004 (réédition 2007). Présentation éditeur.

★ ★ ★

Processus colonisation / décolonisation (connaissances générales requises) :

AGERON, Charles-Robert, La décolonisation française, Paris, Armand Colin, coll. Cursus, série Histoire, 1991.

BROCHEUX, Pierre & HEMERY, Daniel, Indochine la colonisation ambiguë 1858-1954, Paris, Éditions La Découverte, textes à l’appui / histoire contemporaine, 2001, nouvelle éd. augmentée et mise à jour. Version anglaise sous le titre Indochina: An Ambiguous Colonization, 1858-1954, Berkeley, University of California Press, 2011. Présentation éditeur (fr.)

CESARI, Laurent, L’Indochine en guerres 1945-1993, Paris, Éditions Belin, Histoire Belin Sup, 1995.

COOPER, Frederick, Le colonialisme en question. Théorie, connaissance, histoire, Paris, Payot, 2010. Présentation éditeur.

DOMMEN, Arthur, The Indochinese experience of the French and the Americans: nationalism and communism in Cambodia, Laos, and Vietnam, Bloomington, IN, Indiana University Press, 2001. Présentation éditeur.

FERRO, Marc, Histoire des colonisations. Des conquêtes aux indépendances XIIIe-XXe siècle, Paris, Éditions du Seuil, septembre 1994. Présentation éditeur.

GRIMAL, Henri, La décolonisation de 1919 à nos jours, Paris, Éditions Complexe, 1985, nouvelle édition revue et mise à jour (réédité en 1999).

HA, Marie-Paule, French women and the Empire: the case of Indochina, Oxford, Oxford University Press, 2014. Présentation éditeur.

HUGON, Anne (dir.), Histoire des femmes en situation coloniale : Afrique et Asie, XXe siècle, Paris, Éditions Karthala, 2004. Présentation éditeur.

LORIN, Amaury & TARAUD, Christelle, Nouvelle histoire des colonisations européennes (XIXe-XXe siècles). Sociétés, cultures, politiques, Paris, Presses Universitaires de France, “Le nœud gordien”, 2013. Présentation éditeur.

TARAUD, Christelle, La colonisation, Paris, Éditions Le Cavalier bleu, coll. “idées reçues”, 2008. Présentation éditeur.

★ ★ ★

Quelques lectures pour accompagner le séminaire :

ABDOUL-CARIME, Nasir / MIKAELIAN, Grégory et THACH, Joseph (eds.), Le passé des Khmers. Langue, textes, rites, Berne, Peter Lang, 2016. Présentation éditeur.

ABDOUL-CARIME, Nasir, « Note sur l’identité communautaire khmère, une approche historique et une relecture socio-politique », Péninsule, n° 50, 2005 (1), pp. 41-57.

ANDERSON, Benedict, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte / Poche, 2006. Présentation éditeur.

BREEN, Keith & O’NEIL, Shane (eds.), After the nation? Critical reflections on nationalism and postnationalism, Basingstoke, Plagrave Macmillan, 2010. Présentation éditeur.

DALISSON, Rémi, Les guerres et la mémoire, Paris, CNRS éditions, 2013. Présentation éditeur.

FERRETTI, Feredico, « Géographie et imaginaires nationaux entre le XIXe et le XXe siècle : l’invention de l’Italie et la circulation des cultures géographiques », Annales de géographie 4/2014 (n° 698) , pp. 1062-1087. Voir aussi du même auteur : « Géographie, tournant culturel et imaginaires nationaux: Risorgimento, irrédentisme et l’invention géographique de l’Italie », (PDF sur Hal SHS).

GOSCHA, Christopher, Indochine ou Vietnam ?, Paris, Vendémiaire, 2015. Traduction de Going Indochinese. Contesting Concepts of Space and Place in French Indochina, Copenhagen, NIAS Press, 2012. Présentation éditeur (fr.).

GOSCHA, Christopher, The Penguin History of Modern Vietnam, London, Allen Lane, 2016. Présentation éditeur.

LARCHER, Agathe, La légitimation française en Indochine. Mythes et réalités de la « collaboration franco-vietnamienne » et du réformisme colonial (1905-1945), Thèse d’histoire, Université Paris 7, 2000. Notice Sudoc.

LOUBES, Olivier & RODRIGO, Annelise (03/12/2013), Pierre Laborie, un historien “trouble-mémoire”, Monde sociaux : http://sms.hypotheses.org/1651

HARDY, Andrew, Red Hills. Migrants and the state in the highlands of Vietnam, Copenhagen, Singapore, NIAS press / ISEAS, 2005. Présentation éditeur.

HARTOG, François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Éditions du Seuil, coll. Points Histoire H458, 2012 (rééd.). Présentation éditeur.

HICKEY, Gerald C., Free in the forest. Ethnohistory of the Vietnamese central highlands, 1954-1976, New Haven, Yale University Press, 1982.

HUE-TAM HO TAI (ed.), The Country of Memory. Remaking the Past in Late Socialist Vietnam, Berkeley, University of California Press, 2001. Présentation éditeur.

IVARSSON, Søren, Creating Laos, The Making of a Lao Space between Indochina and Siam, 1860-1945, Copenhagen, NIAS Press, 2008. Présentation éditeur.

LE FAILLER, Philippe, La rivière Noire, l’intégration d’une marche frontière au Vietnam, Paris, CNRS éditions, coll. « CNRS Alpha », 2014. Présentation éditeur.

PAPIN, Philippe, Viêt-Nam, parcours d’une nation, Paris, Belin / La documentation française, 2003, 2e édition.

PO DHARMA, Du Flm au Fulro : une lutte des minorités du sud indochinois, 1955-1975, Paris, Les Indes savantes, 2006. Présentation éditeur.

RICOEUR, Paul, La mémoire, l’histoire et l’oubli, Paris, Éditions du Seuil, Points Essais 494, 2000 (rééd. 2003). Présentation éditeur.

TAYLOR, Philip, The Khmer lands of Vietnam: environment, cosmology, and sovereignty, Singapore, NUS Press / Copenhagen, NIAS Press, 2014. Présentation éditeur.

TODOROV, Tzvetan, Mémoire du mal, tentation du bien. Enquête sur le siècle, Paris, Robert Laffont, 2000. Présentation éditeur.

VERNEY, Sébastien, L’Indochine sous Vichy, entre Révolution nationale, collaboration et identités nationales, 1940-1945, Paris, Riveneuve, 2012. Présentation éditeur.

WATERSON, Roxana & KWOK Kian-Woon (eds), Contestations of memory in Southeast Asia, Singapore, National University of Singapore Press, 2012. Présentation éditeur.

Numéros spéciaux de revues :

BRUHNS, Hinnerk et BURGUIERE, André, « Imaginaires nationaux. Origines, usages, figures », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 58e Année, n° 1, janvier-février 2003, pp. 37-39. En ligne sur Cairn.

DEBARDIEUX, Bernard, « Imaginaires nationaux et post-nationaux du lieu », Communications, 87, 2010. Autour du lieu, sous la direction de Aline Brochot et Martin de la Soudière, pp. 27-41. En ligne sur Persée.

VIRGILI, Fabrice (éd.), “Les lois genrées de la guerre”, CLIO Femmes, Genre, Histoire, n° 39, 2014. Voir en ligne.

★ ★ ★

Travaux à faire et notation :

Présence régulière au séminaire requise, participation active, lecture et commentaire des documents proposés obligatoires (30 % de la note).

Chaque étudiant devra faire le Compte rendu de lecture [CR] d’un ouvrage sur 3 ou 4 pages (maxi) interligne 1,5 accompagné d’une recherche bibliographique autour de l’ouvrage (40 % de la note).

Le même ouvrage sera présenté oralement pendant vingt minutes au cours du séminaire (30 % de la note). Des précisions sur ces travaux seront apportées lors de la première séance du mardi 20 septembre 2016.

Mémoires d’Indochine 2016 / synopsis (PDF MàJ 21/09/2016)

Mémoires d’Indochine 2016 / sélection d’ouvrages (PDF MàJ 22/09/2016)

Image « à la une » : Tigre du zoo de Thu Dau Mot, Binh Duong © 2014 FG / Illustration du séminaire © 2016 FG

Lao Police Publicly Confirm Arrest of Trio of Workers For Criticizing State [RFA]

[ndlr] Arrestations de trois jeunes opposants au Laos.

Lao police have publicly acknowledged that the arrest of three Lao workers who returned home from Thailand to renew their passports for the offense of criticizing the government and the ruling communist party via social media while abroad.

Somphone Phimmasone, 29, his girlfriend Lod Thammasong, 30, and Soukane Chaithad, 32, disappeared after returning to Laos earlier this year to renew their passports, their family and friends told RFA’s Lao Service in a previous report.

“Special police forces suppressed a group of bad people who have campaigned to accuse and condemn the direction of the state and party through Facebook,” the Ministry of Public Security and police announced on a state security television channel on Wednesday.

“It’s true that the three of them were arrested,” a policeman who works at the TV channel told RFA’s Laos service on Friday.

“They were at the press conference which was held only for the state security TV channel and newspaper yesterday,” he said. “Other media were not allowed to cover the event.”

The security channel showed the three making what appeared to be public confessions. They apologized to the communist party, government, Lao people and their relatives for making the mistake of getting involved with the group that protested against the country’s policies.

Lire la suite : RFA, 27/05/216. Reported by RFA’s Lao Service. Translated by Ounkeo Souksavanh. Written in English by Roseanne Gerin.

Voir aussi :

Grant Evans : The Politics of Ritual and Remembrance – CR de lecture par Annabelle Auger

CR de lecture d’Annabelle Auger : Grant Evans, The Politics of Ritual and Remembrance. Laos since 1975 [Les politiques du rituel et de la mémoire. Le Laos depuis 1975], Honolulu, University of Hawai’i Press, 1998, 216 p.

GrantEvans_ThePoliticsOfRitualAndRemembranceLaosCet ouvrage écrit par un spécialiste du Laos, Grant Evans1, présente son incroyable travail de recherche et d’enquêtes de terrain, qui l’a mené à comprendre et retracer les changements rituels et symboliques au Laos depuis décembre 1975, c’est-à-dire depuis les débuts de la République Démocratique du Peuple Lao, régime communiste toujours en place aujourd’hui. En effet, il part de l’idée selon laquelle les révolutions communistes ont de par le monde cherché à produire de nouveaux hommes à travers la propagande, la rééducation, et la diffusion de nouveaux rituels qui produisent une nouvelle vision du passé. Il observe ensuite comment au Laos la révolution communiste a entraîné de cette façon un processus de création d’un « nouveau passé », donc d’une nouvelle mémoire de ce passé, célébré par des rituels nouveaux censés faire abstraction des anciens.

Ainsi Grant Evans reprend l’histoire mouvementée et peu connue du Laos au 20e siècle, pour retrouver, dans une démarche d’anthropologie politique, les logiques et les évènements ayant conduit à la fois au gouvernement actuel, communiste de nom mais replié sur un nationalisme mâtiné de libéralisme économique, et à la société lao actuelle, en quête d’une identité propre. Tous deux, après la fracture et l’oubli forcé opéré par la révolution communiste, tentent en effet de se ré-appuyer sur des valeurs dites « traditionnelles » et sur des structures sociales et culturelles plus anciennes, pour naviguer à travers la mondialisation en ayant des repères identitaires et culturels solides. Cependant, cela leur pose des difficultés, étant donné les tentatives de création d’un nouveau passé après 1975, qui ont contribuées à dénoncer puis effacer les structures traditionnelles de la société lao. Gouvernement comme société tentent aujourd’hui après l’amnésie de les redécouvrir pour s’y appuyer, alors que les traditions sont devenues floues et ne représentent pas les mêmes pratiques selon les générations.

Pathet-LaoLes chapitres sont découpés selon les changements opérés par le Parti Révolutionnaire du Peuple Lao lorsqu’il est arrivé au pouvoir en décembre 1975 : le jour de fête nationale, le culte de la personnalité de Kaysone, le That Luang « symbole de la nation lao », le bouddhisme « inséparable de la nation lao », les médiums et la mémoire rituelle, les corps et le langage, le souvenir de la royauté, la « customisation » des traditions, la place des minorités dans les rituels étatiques et enfin les écoles comme instrument de propagande. A ces différents thèmes s’ajoutent deux chapitres introductifs sur le communisme au Laos et les problèmes d’identité lao notamment au sein de la diaspora, ainsi que deux chapitres conclusifs portant sur le Laos « moderne » (au moment de la sortie de l’ouvrage, en 1996), et la difficulté pour les différentes générations de se mettre d’accord sur les traditions, sur leurs souvenirs ou sur leur identité et de former un tout homogène dans un monde de globalisation.

Deux périodes peuvent être mises en évidence à la lecture de cet ouvrage : l’une commençant en 1975 et perdurant jusqu’au milieu des années 1980, et l’autre prenant le relais petit à petit et encore en cours au moment de la parution du livre. La première est une période de communisme « pur et dur » où les autorités font des tentatives fortes pour créer un homme socialiste nouveau, en introduisant des changements jusque dans les comportements quotidiens et la vie privée des laotiens. Elle est marquée par des réformes rituelles et symboliques, et par la construction d’un récit officiel relatant l’histoire récente du Laos (régime colonial de l’Indochine française à partir de 1899, puis monarchie constitutionnelle appelée « gouvernement royal lao » après l’indépendance, en parallèle d’une guerre civile influencée par la guerre du Viêt-Nam). La seconde période naît de l’échec de nombre de réformes initiées pendant la première période, à cause d’un fossé entre une élite communiste et la population lao majoritairement rurale, mais aussi en raison de l’importance capitale pour les laotiens de la royauté et du bouddhisme qui sont les piliers permettant depuis des siècles, dans la cosmogonie bouddhiste, de soutenir la nation. Les tentatives de réforme se font plus faibles et plus laxistes dès les années 1980, puis la chute du mur de Berlin en 1989 oblige le gouvernement, pour rester au pouvoir, à se trouver une nouvelle légitimité, ce qu’il fera à travers les réformes économiques allant vers l’ouverture, l’économie de marché, la mondialisation, le développement ; et en s’appuyant à nouveau sur ce qu’il subsiste des traditions, des coutumes, de la religion. Cette période est donc marquée par un élan vers la « modernité » extérieure qui paradoxalement cherche appui dans des valeurs passées à redécouvrir.

Il est donc possible d’observer tout d’abord les nouveaux rituels communistes ayant tenté d’abolir l’existence même du passé, puis de décrypter les rituels traditionnels, entre survivance et oubli ; avant d’aborder la question du Laos dans la modernité.

Abolir l’existence même du passé : les nouveaux rituels

Au moment de la prise de pouvoir par le parti communiste lao, après une guerre civile secouant le pays depuis l’indépendance accordée par les Français en 1953, le nouveau gouvernement tente par tous les moyens d’éradiquer le souvenir du gouvernement royal lao, monarchie constitutionnelle ayant administré le Laos depuis cette indépendance. Le Laos était en effet gouverné par un roi, et par les français jusqu’en 1953, après un intermède partiel japonais à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les Laotiens s’étaient ensuite vu accorder l’autonomie au sein de l’Union Française en 1946, puis l’indépendance. Mais, divisés en plusieurs courants, certains soutenaient le mouvement Lao Issara (Laos Libre, formé par le Premier Ministre du roi, le prince Phetsarath) puis le Pathet Lao (Nation Lao, fondé par le prince Souphanouvong, demi-frère du Premier Ministre), mouvement communiste inspiré du Viêt-Minh d’Hô Chi Minh : d’autres étaient anticommunistes, soutenus par les Américains ; les derniers enfin, soutenaient la monarchie qui essayait de rester neutre au milieu de la guerre civile (et étaient eux-mêmes soutenus par les Français). Finalement, en 1974, un gouvernement d’Union Nationale était créé ; à la durée de vie relativement courte puisqu’il était renversé par le Pathet Lao dès le 2 décembre 1975, jour où le roi est forcé d’abdiquer avant d’être envoyé dans un camp. Souphanouvong devient chef de l’État, et Kaysone Phomvihane, son Premier Ministre. Dès lors, tous les efforts sont mis en place pour altérer la mémoire que les Lao peuvent avoir du passé, créer une nouvelle façon de vivre qui occulte et interdise toute référence au passé proche du Laos.

KaysonePhomvihane
Kaysone Phomvihane (1920-1992), l’icône révolutionnaire. Dirigeant du Pathet Lao puis du Parti révolutionnaire populaire lao de 1955 à sa mort © DR

Cela passe d’abord par des changements radicaux au niveau des symboles du régime. En plus de modifications au niveau de la monnaie et des timbres par exemple, c’est le calendrier des rites qui est transformé. Le 2 décembre devient jour de fête nationale, les rituels instaurés par le gouvernement royal lao sont supprimés, tandis que celui-ci est qualifié de « néo-colonial » et déconsidéré. Dans un effort de créer un « homme socialiste lao », la religion bouddhiste est mise au ban aussi bien que la royauté, et les congés accordés pendant les festivals bouddhistes, ou en amont, pour leur préparation, sont supprimés. A la place, la Fête nationale est célébrée tous les cinq ans, de façon extrêmement austère, moraliste et staliniste, et les discours officiels prononcés devant une foule inexistante sont retransmis par haut-parleurs. Les élites incarnation du pouvoir vont au cinéma à cette occasion, tandis que le peuple, majoritairement rural, ne trouve pas de sens dans ces rituels socialistes inconnus.

Par ailleurs, pour remplacer le bouddhisme et la royauté, anciens piliers de l’unité nationale, le gouvernement communiste met peu à peu en place un « culte du chef » autour de Kaysone Phomvihane, le leader du parti communiste depuis 1955. Il s’agissait de remplacer un roi qui dans la cosmogonie bouddhiste, tenait sa légitimité de Dieu, et dont l’ordre dépendait ; en même temps, il s’agissait de réduire cette tension fondamentale entre le « gouvernement du peuple » et l’exercice autoritaire du pouvoir, évoquée plus haut. C’est donc autour de Kaysone qu’est recréée une légitimité transcendante. Sa mort en 1992 entraîne sept jours de deuil national.

vieng-xai-statue
Statue de la victoire à Vieng Xay © 2013 David Coleman

Le culte des leaders passe également par la fabrication de statues, et de musées, qui permettent le lien avec la population. Les statues sont principalement fabriquées et envoyées par la Corée du Nord ou l’URSS, et contribuent donc au culte d’hommes laïcs, situation nouvelle pour le Laos où les statues jusqu’à présent ne pouvaient représenter que des divinités, de façon très stylisée. Les statues réalistes des leaders sont une innovation, et répondent à une organisation stricte, où les plus imposantes se trouvent dans la capitale ou les villes importantes, jusqu’aux plus petites installées dans les plus petits districts. Les musées, quant à eux, sont à la fois les produits de l’imaginaire communiste puis nationaliste moderne, et les dépositaires de sa mémoire. Un musée Kaysone Phomvihane est donc créé, ainsi qu’un Musée de la Révolution Lao, et un Jardin Ethnique et Culturel National. Le second musée retrace le combat héroïque des communistes vers le pouvoir et la reconstruction socialiste. Ces lieux de mémoire sont cependant peu visités par les Laotiens, mis à part lors des visites obligatoires.

Pour inculquer ces changements majeurs et profonds aux Laotiens, l’accent est mis sur le rôle de l’école. Celle-ci est en effet vue comme ayant un rôle politique, la jeunesse ayant un rôle stratégique pour la pérennité du régime. Ainsi l’école devient obligatoire, et leur nombre augmente rapidement ; il est censé y en avoir dans chaque village. Il s’agit de construire une nouvelle conscience de la nation, de construire un langage national commun ; mais aussi de transmettre la mémoire, une mémoire créée de toutes pièces, construite par le régime. C’est pourquoi tous les livres étrangers en provenance de pays capitalistes sont bannis. Les programmes scolaires sont rédigés de façon à présenter un Laos glorieux sous la direction du parti communiste, les enfants doivent apprendre par cœur les directives et résolutions du parti, apprendre l’obéissance et l’orthodoxie marxiste. Cependant, le manque d’argent ne permet pas de réellement mettre en pratique les projets d’éducation ambitieux du gouvernement. A ce manque d’argent, donc d’infrastructures et de fournitures, s’ajoutait le manque de professeurs ; en effet, en 1975, 400 000 Laotiens s’étaient exilés, et parmi eux, 90% de la population éduquée. Toutefois, pour ceux qui suivent des études supérieures, la possibilité leur est donnée d’étudier dans un État communiste d’Europe de l’Est ou en URSS, avant de revenir au Laos pour y transmettre leur savoir.

Le nouveau gouvernement s’impose enfin par la volonté d’une nouvelle vision des minorités, qui au Laos sont au nombre de 68 et représentent de fait 30% de la population. En effet, les ethnies minoritaires sont incorporées à la conception de l’État, qui suppose l’égalité des citoyens, à la différence du modèle royal qui cherchait l’assimilation. Les noms servant à les désigner sont ainsi modifiés (l’utilisation du terme « kha » générique est remplacé par les noms précis de chaque minorité : Hmong, Miao…). Cependant, ces discours sont relativisés par la perte du lien qui unissait ces minorités à la royauté dans les rituels à la fois dans la cosmogonie bouddhiste et dans les mythes lao, mettant fin à une relation d’équilibre, certes inégalitaire mais prenant en compte ces minorités, au profit de l’accent mis sur l’arriération de ces minorités face à la modernité. Dans les faits, la structure politique et sociale reste également similaire à celle du gouvernement royal lao, avec des minorités peu insérées dans les circuits du pouvoir ou de la société. Par ailleurs, ces minorités sont folklorisées par le gouvernement communiste, avec par exemple, le jour de la fête nationale, des Lao déguisés en différentes ethnies, jouant leurs rôles pendant les parades et défilés.

EthnicDiversity_RDPL
« Ethnic Diversity in Phongsaly Province, Laos », sur le site tourismlaos.info © DR

Grant Evans démontre ainsi à travers ces cinq points la construction d’une société totalement différente et soumise aux idéaux communistes. Mais plus que cela, de façon flagrante, l’auteur montre dans cet ouvrage le décalage qui existe entre les volontés, idées et politiques du gouvernement communiste, et la mise en place, l’impact réel et l’appropriation par les Laotiens de ces nouveaux modes de pensée et rituels. Si vingt ans de communisme parviennent à provoquer de profonds changements, voire une rupture avec les traditions passées, allant jusqu’à une amnésie sur de nombreux points, les rituels traditionnels ne disparaissent pas.

Rituels traditionnels : entre survivance et oubli

Le pouvoir communiste a, parmi les éléments du passé, tenté d’éradiquer le bouddhisme au Laos. Le bouddhisme Theravada, ou bouddhisme du Petit Véhicule, y était en effet pratiqué depuis des siècles, et constituait la religion principale. Plus qu’un rôle religieux, la communauté bouddhique (ou sangha) détenait un rôle politique et social. Politique, car le bouddhisme était relié à la légitimité de l’Etat (suivant la trilogie « nation-roi-bouddhisme », le bouddhisme était même considéré comme religion nationale dans la Constitution de 1947). Social, puisque l’école se faisait majoritairement dans les monastères, où les moines apprenaient aux enfants à lire et à écrire. Pourtant, en 1975, la sangha est réorganisée en « Association des bouddhistes unis » et mise au service de la propagande du gouvernement. Cette association est gérée par le Ministère de l’Éducation, des Sports et des Affaires Religieuses, et le bouddhisme ne constitue plus la religion nationale, mais est mis au même rang que toutes les autres religions. Les festivals bouddhistes sont rationalisés et régulés, lorsqu’ils ne sont pas empêchés (par exemple en interdisant aux villageois de participer à la fête ailleurs que dans leur propre village, les empêchant d’aller dans la ville voisine), officiellement pour des raisons d’économie. Des tentatives sont même faites pour politiser la sangha, en proposant des parallèles entre la doctrine de Bouddha, qui a renoncé aux privilèges de sa classe et aux possessions matérielles, et la doctrine communiste.

Cependant, dans ces efforts, le pouvoir politique ne comprend pas, selon Evans, la relation de réciprocité sociale existant la sangha et le peuple. Ainsi les critiques se font de plus en plus virulentes, tandis que de nombreux rituels bouddhistes sont maintenus, et le pouvoir communiste est obligé de faire marche arrière. Dès les années 1980, les contrôles se font moins sévères et le Parti se tourne vers le bouddhisme pour retrouver une légitimation. Dans la Constitution, adoptée seulement en 1991, le bouddhisme figure à nouveau en tant que religion officielle. Petit à petit, les moines sont réhabilités dans leur rôle de gardiens de la culture et de la connaissance et, bien que l’enseignement n’ait plus lieu dans les temples et monastères, leur rôle social est reconnu en tant que leaders de la fierté culturelle.

Sisavang_Vong_1951Dans la trilogie « nation-roi-bouddhisme », c’est aussi la royauté qui a été mise au ban de ce processus. Le roi Sisavang Vong, qui a régné de 1904 à 1959, et son fils lui ayant succédé jusqu’en 1975, ont fait l’objet d’une censure très stricte, puisqu’il était interdit de les mentionner ou d’en posséder des photographies, au moins jusqu’à la parution de l’ouvrage. Cela a créé un vide pour les Laotiens, et le Pathet Lao jusqu’à son arrivée au pouvoir n’avait pas mentionné le fait d’abolir la monarchie. Pour combler ce vide, tout d’abord, d’autres membres de la famille royale, moins problématiques pour le pouvoir, sont devenus des héros : le prince Souvanna Phouma, Premier Ministre du gouvernement royal lao et mort en 1984, a eu droit à des funérailles d’État ; le prince Phetsarath, est loué pour le rôle qu’il a joué contre les Français et considéré par les Laotiens comme ayant des pouvoirs magiques ; et le prince Souphanouvong, surnommé le « Prince Rouge », a fait l’objet de cinq jours de deuil national à sa mort en 1995. Cela ne suffit cependant pas à remplacer un roi, et c’est pourquoi les Laotiens se tournent vers la Thaïlande, dont le roi est devenu un « proxy-roi » du Laos. En effet, avec l’intensification des relations entre le Laos et la Thaïlande (échanges et partenariats économiques, visites d’État et « amitié ») la royauté thaï fait de plus en plus rêver les Laotiens. A travers ses nombreuses visites, et donations dans des écoles, hôpitaux et vieux temples royaux, la princesse Sirindhorn se rend populaire au sein de la population lao et en même temps crée de l’attention sur le vide de la royauté lao, sur ses lieux d’histoire et de mémoire. Les membres de cette famille royale sont également suivis à la télévision, puisqu’en plus des chaînes officielles du gouvernement, les laotiens ont accès à des chaînes thaï, où l’image de la famille royale fait rêver et remplace l’absence de royauté au Laos. Elle occupe ainsi un espace symbolique vide, que le gouvernement lao ne peut lui-même remplacer. Cette situation, mise en lumière par Evans, lui sert encore à démontrer l’échec du communisme au Laos, qui a contribué à détruire les espaces de rituel traditionnels lao.

Ces espaces de rituel traditionnels se trouvaient symbolisés au Laos par un stupa (monument ou petit mausolée commémorant la mort de Bouddha), le That Luang. Dans la trilogie « nation-roi-bouddhisme », celui-ci représentait l’ancrage, le pilier autour duquel la trilogie était articulée. Ce stupa royal situé à Vientiane représente à la fois la grandeur et l’unité du Laos, et la persévérance et la générosité du peuple. Il fait l’objet d’un immense festival bouddhiste, qui n’a pu être totalement supprimé ou restreint. Après 1975, les jeux d’alcool ou d’argent ont été interdits, les contrôles se sont multipliés, tandis que les dépenses étaient découragés. Néanmoins, il a toujours été l’objet d’une ferveur spontanée par la population lao, qui se déplace par milliers à l’occasion de ce festival. Dans un désir de re-légitimation après la chute du bloc soviétique, le That Luang a finalement remplacé la faucille et le marteau en tant que symbole national. Ainsi, le nouveau régime n’a jamais réussi à générer un centre de pouvoir symbolique équivalent, et s’est retrouvé contraint de s’y référer à nouveau.

ThatLuang_FDC_2013
Le That Luang au centre de Vientiane redevenu symbole national, détail d’une enveloppe premier jour émise en 2013 © DR

L’auteur, dans sa quête des rituels traditionnels ayant survécu à la reconstruction politique et sociale communiste, se penche également sur la prégnance des superstitions à travers le rôle des médiums et des shamans. En 1975, créer un homme socialiste implique en effet d’éradiquer les superstitions, mais ces personnalités représentent des forces incontrôlables, dans un monde où le contrôle social se veut total. Les consultations continuent en cachette, auprès de ces magiciens se disant possédés par les esprits de héros nationaux, souvent d’anciens rois et princes valeureux de l’histoire et des légendes lao. A travers cette revitalisation des esprits anciens, les médiums et shamans représentent une continuité et une articulation entre le passé et le présent, et rassurent face à la mondialisation. Ainsi la classe politique elle-même les consulte, permettant ainsi plus d’ouverture autour de ces pratiques à partir des années 1980. Loin d’avoir diminué, la consultation des shamans et médiums s’est accrue pour toutes les classes sociales.

Enfin, au-delà des rituels conscients et visibles, Grant Evans se tourne également vers les habitudes et les coutumes parfois inconscientes imposées au corps et au langage, pour déterminer les continuités et changements qui peuvent s’y rapporter. En effet, reprenant Paul Connerton2, Evans considère que la mémoire du passé est conservée à travers la sédimentation des habitudes corporelles. Au Laos, ces habitudes sont comprises, ressenties et modelées par et au travers de la vision bouddhiste de l’existence. Elles ont cependant été découragées par la révolution lao : la poignée de main égalitaire devait par exemple remplacer le salut déférent traditionnel. L’habillement était également très strict, ne devant pas comprendre de signes « capitalistes », c’est-à-dire de talons hauts pour les femmes, de cheveux longs pour les hommes ou de signes ostensibles de richesse. Pourtant, dès les années 1980, une « guérilla de la mode » s’est mise en place, visant plus d’ouverture. En 1995, au moment où l’auteur écrit, la mode est copiée sur celle de la Thaïlande, et le salut « déférent » en joignant les mains est réapproprié par les élèves envers leurs professeurs, ou par les femmes. Au final, les statuts différentiels de la monarchie sont remplacés par les statuts différentiels du capitalisme. Au niveau du langage, ce sont aussi les façons de parler thaï qui sont copiées et, à travers la télévision, la culture des élites thaï est très appréciée. Leurs chaînes de télévision sont en effet jugées plus intéressantes et divertissantes par la population lao, qui délaisse les chaînes nationales trop contrôlées. Au final, la fin des régulations bureaucratiques imposées semble un soulagement, mais le nouveau défi reste celui du consumérisme, de l’individualisme et de la « culture globale », produit de la mondialisation.

Le Laos dans la modernité

Avec la révolution communiste et les tentatives de création d’un peuple socialiste, la prégnance voire le retour de certaines valeurs et traditions plus fortes que la modernité communiste, et l’ouverture à la mondialisation depuis l’échec du socialisme dans le monde, le gouvernement lao peut être qualifié de post-socialiste ; ainsi, depuis les années 1990, il s’est cherché une nouvelle légitimité à la fois par un saut dans la modernité capitaliste, et un retour aux coutumes et traditions lao. Au-delà du gouvernement, la population elle-même a pris conscience de « l’arriération » du Laos, et se retrouve obsédée par le développement du pays ; en même temps, elle est atteinte par une nostalgie traditionaliste généralisée. Les rituels reprennent de l’importance, en permettant de gérer le changement incessant. Mais le passé, les traditions ne sont pas les mêmes pour chaque génération : bien qu’une seule génération soit née pendant le communisme, et que beaucoup de points de transmission sociaux et culturels soient restés intacts, les dommages culturels ont toutefois été profonds et violents, menant à un oubli, à des doutes sur les traditions. Ces pertes sont d’autant plus fortes que la population semble également chercher à aller de l’avant, sans fouiller dans le passé proche qui pourrait être douloureux, ce qui conduit à une certaine amnésie.

Par conséquent, si les traditions connaissent un retour en force, elles sont également folklorisées et considérées en même temps comme des reliques d’un Laos arriéré ; cela est visible selon Grant Evans dans le développement du tourisme, qui oscille entre « pollution culturelle » et souci de l’héritage. Dans ce nouveau contexte, touristes et habitants créent un monde inventé, un monde de faux-semblants, un monde pour faire croire, tandis qu’après le spectacle chacun retourne dans la vie moderne, retrouve jeans et portables. En parallèle, cette conservation de la tradition permet aussi au Laos de montrer sa différence culturelle dans un monde globalisé, voire de redéfinir une identité lao en regard du monde extérieur. Néanmoins cette folklorisation participe à l’amnésie elle-même, puisqu’en créant un monde de faux-semblants, elle participe du processus de mémoire et d’oubli encouragé par le régime.

Si les traditions semblent vides et dénuées de sens, c’est aussi, selon Evans, en raison de leur structure, qui est, dans le vieil ordre sacré, tourné vers un roi, roi qui n’est plus là. Ainsi, les rituels, bien que ré-encensés, n’ont plus la même grandeur qu’autrefois, et cette espace structurel est rempli par la royauté thaï, du moins dans l’imagination. L’auteur pose donc finalement la question d’un possible retour à la monarchie, qui, selon lui, n’est pas envisageable. En effet, d’une part le pouvoir est aux mains d’une nouvelle élite qui s’est appropriée les richesses ; et d’autre part, ce retour poserait la question trop difficile à faire face, du pourquoi de la révolution. Grant Evans regrette cependant que le Laos ait connu cette révolution communiste trop brutale et n’offrant pas de bases solides pour appréhender la mondialisation. Selon lui, une monarchie constitutionnelle aurait permis au Laos de mieux appréhender les changements vers la modernité. En même temps, elle aurait permis aux Laotiens de conserver des racines plus stables et plus visibles, leur offrant la possibilité de mieux connaître et appréhender leur propre identité dans un monde globalisé et mouvant.

* * *

Cet ouvrage est une étude complète, aboutissement d’années de recherche sur le terrain au Laos et de contacts directs avec la population. L’auteur cherche à appréhender au plus près les changements opérés depuis ces dernières décennies au Laos, pays peu étudié, et encore moins de cette façon qui mêle anthropologie et politique de façon si articulée, logique et fouillée. Par conséquent, il s’agit d’un travail original, inédit, remarquable et indispensable à la compréhension des contradictions et des continuités qui agitent aujourd’hui le Laos. Il serait intéressant de compléter cette étude, qui s’arrête en 1997, par une analyse de la situation présente. Néanmoins, malgré ses vingt ans d’âge, cette étude reste d’une modernité et d’une pertinence imposante quant à la compréhension des conséquences de l’imbrication du Laos dans la mondialisation. Une réserve cependant peut être posée quant à l’approche contrefactuelle du jugement final de l’auteur sur les bienfaits supposés d’une monarchie constitutionnelle qui n’existe plus, et dont il est impossible d’imaginer l’impact positif ou négatif si la révolution communiste n’avait pas eu lieu.

Annabelle Auger, promotion ASIOC 2015-2016.

Pour en savoir plus

Image « à la une » : Laos Memorial Monument © Traveljournals.net

_______________

Actuellement étudiante en Master 2 Sciences Po Lyon / ENS de Lyon portant sur l’Asie orientale contemporaine, Annabelle Auger explore dans ce cadre les méandres et rouages politiques de la « Question Tibétaine », en se centrant sur les politiques chinoises contemporaines de développement économique et social dans la région.

Notes

  1. Grant Evans (1948-2014), historien et anthropologiste australien spécialisé sur le Laos []
  2. Paul Connerton, 1989 : How Societies Remember, Cambridge : Cambridge University Press []