Archives par mot-clé : Khmers

Le passé des Khmers – CR de lecture par Elisabeth Beauvallet

L’ouvrage soumis à notre étude est un ouvrage récent, édité pour la première fois en septembre 2016. Sous la direction des historiens Nasir Abdoul-Carime et Grégory Mickaelian ainsi que du linguiste Joseph Thach, des spécialistes du Cambodge, de l’Inde et de la France issus de diverses branches universitaires (ethnologie, Histoire, linguistique) s’associent pour offrir des regards croisés sur ce qui fait la spécificité de la mémoire collective au Cambodge. Cet ouvrage se propose ainsi d’interroger le rapport des Khmers à leur passé pour distinguer les spécificités de la mémoire khmère de la mémoire occidentale et des grandes puissance asiatiques (Chine, Japon) post-Seconde Guerre mondiale.

Une méthode novatrice pour lancer un débat sur les études khmères

Dès son titre, l’ouvrage revendique une approche pluridisciplinaire dont le but est d’ouvrir sur une étude transgénérique. Ainsi, Nasir Abdoul-Carime et Grégory Mickaelian, historiens ayant déjà collaboré à l’écriture d’ouvrages sur l’Histoire khmère, s’associent à un linguiste pour renouveler les études khmères1. Il s’agit de circonscrire la spécificité de la mémoire khmère en croisant regards et disciplines. Cette approche comparative permet alors de faire un état des études khmères et de raviver l’intérêt pour ce domaine universitaire. En effet, Le passé de Khmers est fruit d’un projet de recherche tenu sur trois ans : le projet CAMNAM (transcription de « mémoire » en khmer). CAMNAM vise à donner une ampleur aux études khmères en réunissant des spécialistes de diverses matières et de diverses origines pour faire émerger de leurs travaux une circonscription de ce qu’est le rapport à la mémoire khmère, notamment en le distinguant des rapports indien et français à la mémoire. Ces distinctions permettent alors de révéler comment l’interinfluence de ces diverses cultures a abouti à la création de richesses culturelles spécifiques même si liées les unes aux autre. Ce projet CAMNAM a donné lieu à une conférence en décembre 2014 à l’université royale des Beaux-Arts de Phnom Penh.

Cette étude novatrice et internationale s’est saisie d’un sujet brûlant pour susciter l’intérêt pour les études khmères en France et pour s’insérer dans l’actualité du Cambodge. En effet, il s’agit pour les auteurs d’affirmer l’indépendance des études khmères en se différenciant des études européennes, réalisées récemment sur la mémoire de la Seconde Guerre mondiale. D’un point de vue politique, le projet est lié à la récente réouverture des archives du gouvernement Khmer rouge au Cambodge qui manifeste un questionnement des Khmers sur leur mémoire récente. Ainsi, le sujet de la mémoire est au cœur de l’actualité universitaire française et de la politique cambodgienne. L’enjeu du livre est donc de rendre compte des trois ans d’étude sur le sujet de la mémoire pour lancer un débat sur les études khmères en revendiquant une approche originale, tant par la culture étudiée que par la méthode employée.

Une approche comparative de la spécificité de la mémoire khmère

Dans ce compte-rendu, nous avons choisi d’aborder les points convergents qui ressortent de la lecture du livre plutôt que de le résumer article par article, ce qui appauvrirait la dimension comparative au cœur de l’ouvrage. Les auteurs abordent la question du rapport à la mémoire en commençant par étudier la spécificité khmère du rapport au temps. Cette étude se fait via un détour par la culture indienne, culture dont les Khmers sont issus : le but est de dégager le glissement culturel qui a fondé la culture khmère. Le rapport au temps hérité de la culture indienne se distingue de la culture européenne dans la mesure où il est rapport de co-présence. Il se distingue ainsi du rapport au temps occidental qui se fonde sur une rationalisation du cadre spatio-temporel, en opérant des distinctions pour définir objectivement l’essence de chaque objet. S’opposant à ce processus de distinction, le rapport au temps propre à l’Asie du Sud-Est est rapport de communion : tout coexiste. Chaque élément est saisi dans les relations qu’il entretient avec le reste du cadre spatio-temporel et non en tant qu’il s’en distingue conceptuellement. L’on ne distingue alors ni sujet, ni objet mais une diversité de relations qui entremêlent les qualités de chacun pour former un tout, une communion. Anne Montaut l’exprime en ces termes : « L’être humain est en continuité avec les autres vivants et inanimés, il n’en est pas le centre organisateur ». L’être humain a donc une relation de communion avec les autres éléments en sa présence. Rien n’est prédéfini comme le voudrait la pensé occidentale, mais tout se définit selon les relations avec les objets qui forment le tout dans lequel l’homme est pris. Ainsi, le pronom personnel de la première personne n’existe pas en langue khmère, le sujet réfère à lui-même en tant qu’ « aîné » ou « cadet » suivant l’âge et le rang de la personne à qui il s’adresse. Chaque élément est défini selon ses rapports sociaux et non selon des concepts qui définissent des distinctions abstraites.

Ce rapport social au cadre spatio-temporel se retrouve dans le rapport à la mémoire. Celui-ci se fonde sur le sentiment de présence/absence d’un élément. La mémoire est cette faculté qui permet à un élément, pourtant absent, de persister dans le cadre social grâce au témoignage d’un tiers. La mémoire est donc acte social qui permet de transcender le couple présence/absence en ouvrant à la possibilité d’une présence médiate dans la sphère sociale. A partir de cette définition de la mémoire, une étude du rapport aux grandes époques de l’Histoire cambodgienne s’établit au fil des articles. Tout d’abord, à partir du IXème siècle, le royaume khmer (Kampuchéa) s’affirme en délimitant militairement un territoire propre. Il fonde sa culture sur la religion brahmanique héritée de la culture indienne. Le rapport à cette époque se fait sur le mode de la fierté nationale, mais ce rapport pourrait avoir été construit a posteriori par les Français, qui ont mythifié l’ère angkorienne au cours de la période coloniale.

En janvier 1594, la prise de la capitale Lanvaeh par les Thai marque le déclin de l’ère Angkorienne. Ce traumatisme national s’accompagne d’une conversion au bouddhisme theravada, influencée par la présence Thai. Cette période est considérée de manière paradoxale à la fois comme une mémoire douloureuse tue et comme un traumatisme national fondateur de la spécificité khmère. L’ouvrage effectue alors une ellipse temporelle, n’étudiant pas la période coloniale pour revenir à une étude du Cambodge post-colonial. Déterminée par une tension et une instabilité politiques, cette époque est étudiée par le biais de personnages incarnant un mouvement politique dont la considération varie selon la politique actuelle. Ces fluctuations mémorielles peuvent cependant tenir du caractère extrêmement récent et des conséquences toujours actuelles des événements du XXème siècle au Cambodge. Cependant, nous pouvons noter que la mémoire de ces événements est influencée par la conception occidentale puisque l’on détache des personnages phares de leur contexte. Enfin, il nous semble que se profile en creux le rapport à la mémoire propre au XXIème siècle avec la réouverture des archives cambodgiennes et une interrogation sur l’étude du XXème siècle, cette fois profondément tributaire du rapport européen à la mémoire.

* * *

Ainsi, l’ouvrage fait état de l’actualité des études khmères. Il ouvre un débat en se saisissant d’un sujet profondément d’actualité et en cherchant à appliquer une méthode comparative transgénérique. L’ouvrage circonscrit donc la mémoire khmère. Cependant, ce projet est un appel à débat et n’entend pas conclure sur ce sujet, mais plutôt à lancer une dynamique de recherche dans les études khmères. L’on note cependant à regret l’absence d’articles rédigés par des Khmers, la synthèse entre l’esprit historique occidental et le rapport au temps khmer reste à approfondir. La grande difficulté reste d’appréhender une culture sans l’essentialiser, comme le réclamait Edward Saïd2, ce qui expliquerait le fait que le livre circonscrive plus qu’il ne saisisse la mémoire khmère. De même, la méthode appliquée, si elle est comparative, est davantage pluridisciplinaire que transgénérique. L’ouvrage est une piste de recherche lancée, il appelle à une suite mais peut-être également à une succession chez les jeunes universitaires.

Elisabeth Beauvallet, ENS de Lyon

 

Elisabeth Beauvallet est étudiante en première année de Master de Littérature comparée à l’ENS de Lyon. Elle travaille actuellement sur l’Indochine littéraire, notamment dans l’œuvre de Marguerite Duras.

Image « à la une » : Bas-relief du Bayon, Fin de la Grande Bataille Navale entre les Khmers et les Chams sur le site Rêves d’ailleurs © DR

Notes

  1. Ces deux auteurs ont dirigé deux numéros de Péninsule : Abdoul-Carime, Nasir et Mickaelian Grégory (dir.), Études khmères ? (I) Outils pour une approche du Cambodge contemporain, Péninsule n° 64, 2012 (1), 242 p. ; Abdoul-Carime Nasir et Mikaelian, Grégory (dir.),  Études khmères ? (II) Outils pour une approche du Cambodge ancien, Péninsule n° 65, 2012 (2) [juin 2013], 312 p. []
  2. Said, Edward. W, L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Éditions du Seuil, 1980 []

Philip Taylor, The Khmer Lands of Vietnam – Note by Shawn McHale

Taylor_KhmerLandsOfVietnam[ndlr] A l’occasion de la sortie de la nouvelle publication de Philip Taylor, nous reproduisons une brève présentation par l’historien Shawn McHale. Publié avec l’autorisation de l’auteur.

Others have congratulated Philip Taylor on the publication of his book. I have two words: read it! This is a marvelous work. One of the oft-forgotten topics about Vietnam, or about the Mekong delta, is the role of the Khmer. Even those who have touched on the Khmer, like myself, have a tendency to homogenize them. After reading this book, you will get a far better sense of the diversity of the Khmer Krom in the delta.

To get a sense of Taylor’s accomplishment, note that this is the fruit of research that goes back to 1999 and involves visits to an astonishing 400 villages across the delta as well as in Tây Ninh province. The organizing principle of the book is the relation of Khmer to their environment. Taylor breaks down this relationship into six environmental regions in the Mekong delta and one outside of it (Tây Ninh province and environs).  Of all the books I have read on the delta, this one is the most nuanced in understanding the relationship between ethnic groups and the environment.

Analyzing the Khmer in these different environmental settings is key, because these settings are indeed so different. If the area including Trà Vinh and Sóc Trăng provinces could be considered the epicenter of the Khmer population, they are also widely found elsewhere. I remember once going to Hòn Chông (in between Rạch Giá and Hà Tiên) and being surprised to see a Khmer wat — there is a small Khmer Krom population living there, right by the sea. It is one of the strengths of this book that Taylor, having travelled all over the delta, even covers the Khmer Krom living on this coastal fringe.

I was also, however, thankful for his attention to areas where Khmer Krom are no longer found, or found in much smaller numbers. One of the virtues of this book is that Taylor, by interviewing older individuals about their experiences since 1945, is able to reconstruct, tentatively, some major changes in population. For example, there used to be substantial Khmer settlements in what Taylor labels the freshwater « central delta zone, » which includes present-day Vĩnh Long, Cần Thơ, and Hậu Giang, and spills over into two other provinces. There are still Khmer in this area, but it has also been a zone of bitter contestation in the wars against the French and Americans. It has also been a site, Taylor argues, of extensive land dispossession from which Khmer fled (because of war), but when they came back, their land was taken over by ethnic Vietnamese.

This note is getting long. As the comments above suggest, this is a book based on extensive research experience. It is also one in which Taylor weaves numerous accounts collected from Khmer Krom into the narrative, giving a richness to this book. It is not, in other words, only about Khmer Krom and their relation to the environment, but is also a work in which we find extensive voices of the Khmer Krom. As I said — this book, clearly written, is well worth the read.

Shawn McHale

Associate Professor of History

George Washington University
Washington, DC 20052 USA

Source : VSG

* * *

[Présentation de l’éditeur]

The Khmer Lands of Vietnam: Environment, Cosmology and Sovereignty

Philip Taylor

The indigenous people of Southern Vietnam, known as the Khmer Krom, occupy territory over which Vietnam and Cambodia have competing claims. Regarded with ambivalence and suspicion by nationalists in both countries, these in-between people have their own claims on the place where they live and a unique perspective on history and sovereignty in their heavily contested homelands. To cope with wars, environmental re-engineering and nation-building, the Khmer Krom have selectively engaged with the outside world in addition to drawing upon local resources and self-help networks.

This groundbreaking book reveals the sophisticated ecological repertoire deployed by the Khmer Krom to deal with a complex river delta, and charts their diverse adaptations to a changing environment. In addition, it provides an ethnographically grounded exposition of Khmer mythic thought that shows how the Khmer Krom position themselves within a landscape imbued with life-sustaining potential, magical sovereign power and cosmological significance. Offering a new environmental history of the Mekong River delta this book is the first to explore Southern Vietnam through the eyes of its indigenous Khmer residents.

«In this meticulous, absorbing and often poignant book, Philip Taylor draws on years of fieldwork to take us among the appealing, resilient and ecologically gifted Khmer speaking minority of southern Vietnam. This is the first book in any language to treat these beleaguered men and women with the sustained, sympathetic attention that they deserve.»
– David Chandler, Monash University

Philip TAYLOR is Senior Fellow in the Department of Anthropology at the Australian National University.

publication year: 2014
336 pages
ISBN: 978-9971-69-778-5  Paperback  US$32.00  S$38.00

Source : NUS

Le Centre Bophana à Phnom Penh – មជ្ឈមណ្ឌល បុប្ផាណា [2006]

[ndlr] En décembre 2006, le cinéaste Rithy Panh inaugurait le Centre Bophana à Phnom Penh, un centre de documentation historique à vocation pédagogique sur le passé khmer. La page d’entrée du site donne le ton de cette entreprise : « Je vois un lien entre l’absence de travail de mémoire et le déficit de démocratie, l’absence d’état de droit ou encore le sous-développement ». Les objectifs du Centre de ressources audiovisuelles sont rappelés ci-dessous à travers la page de présentation de son site et dans le reportage réalisé par Tristan Mendès-France et Alban Fischer lors de son inauguration.

 

Présentation

Le Centre Bophana

Notre ambition est de récolter, image après image, bribes de vie et éclats de voix. Pour tenter de comprendre, tenter de donner un nom, une âme, un visage, une voix à ceux qui en ont été privés. Rendre aux victimes d’une histoire meurtrière leur destin et leur mémoire. Retrouver la liberté de parole en intégrant la réflexion sur le passé à la construction du présent, afin de sortir de la tragédie et commencer à inventer le futur.

Il ne s’agit pas seulement de restaurer la mémoire, mais aussi de renouer la trame insaisissable d’une identité multiple et vivante, celle de la société cambodgienne contemporaine.

La genèse du projet

C’est au début des années 90 que le cinéaste Rithy Panh, en réalisant ses premiers documentaires au Cambodge, prend conscience de l’état critique du patrimoine audiovisuel du pays : après des décennies de guerres, de coups d’état et de folie génocidaire, les quelques archives épargnées semblent attendre que le temps, la chaleur ou la poussière achèvent de les effacer. Encore une décennie ou deux, et la mémoire audiovisuelle du Cambodge se réduira à zéro, chiffre emblématique de la période khmère rouge que chacun s’emploie pourtant à dépasser.

Les préoccupations de Rithy Panh font écho à celles du cinéaste Ieu Pannakar, alors responsable de la Direction du Cinéma au sein du Ministère de la Culture et des Beaux Arts du Cambodge ; les deux hommes se prennent à rêver d’un lieu de mémoire et de création, où le patrimoine audiovisuel retrouverait un sens et une nouvelle dynamique.

Le projet de Centre de ressources audiovisuelles voit le jour dans un contexte plus favorable aujourd’hui : l’on reconnaît aux archives historiques et à la culture un rôle clé dans l’expression de l’identité d’une nation et dans la constitution de son patrimoine.

Les autorités cambodgiennes ont rapidement adhéré au principe et facilité l’hébergement du Centre. Puis les collaborations engagées au niveau français (coopération bilatérale, appuis techniques et financiers, accès aux collections des grands centres d’archives) ont apporté un soutien décisif. En quelques mois, le projet a pris forme et promet au Cambodge de se doter enfin d’un espace qui recueille et donne la parole à ceux restés trop longtemps silencieux.

En évoquant le nom de Bophana, le Centre veut se faire le relais du message de résistance, de courage et de dignité que cette jeune prisonnière du centre de détention S21 a laissé. Le projet qu’il porte, celui de reconstituer le patrimoine audiovisuel cambodgien, vise à ouvrir un accès à la mémoire. Pour se souvenir, transmettre une histoire et une culture aux générations futures, et bâtir ensemble un avenir.

Source : Centre Bophana

Image extraite de Bophana, une tragédie cambodgienne
(Rithy Panh, 1996)

* * *

Cambodge, une mémoire en question

Blogtrotters.fr Jour 2 – par Tristan Mendès-France et Alban Fischer [09:00]


[JOUR2] Centre Bophana Cambodge Rithy Panh par BlogTrotters