Archives par mot-clé : journalisme

Nguyễn Đặng Minh Mẫn, une photo-journaliste et lanceuse d’alerte emprisonnée depuis 2011

Une jeune femme croupie actuellement dans le quartier disciplinaire d’un camp du régime communiste vietnamien. Son seul tort est de refuser de courber l’échine et de ne pas reconnaître les charges de subversion que le pouvoir judiciaire lui a infligé. A l’occasion de la 68e anniversaire de la journée internationale des droits de l’homme, il nous apparaît opportun de rappeler brièvement son parcours d’activiste sociale et son affiliation politique, source, à n’en pas douter, de l’acharnement des autorités policières. Elle fait en effet partie de ces femmes engagées (comme l’activiste Can Thi Theu et la blogueuse Nguyen Ngoc Nhu Quynh) que le pouvoir aimerait faire taire et qui incarnent aujourd’hui la lutte contre les injustices et la tyrannie.

FG, 10/12/2016

A lire sur notre carnet de recherche Femmes et Guerres au Viêt-Nam

Facebooker Hồ Hải bị bắt [VnExpress]

[ndlr] Confirmation de l’arrestation hier du blogueur Ho Hai sur VnExpress.

Facebooker Hồ Hải bị bắt

Ông Hồ Hải bị nhà chức trách cáo buộc phát tán tài liệu chống phá Nhà nước trong thời gian dài.

facebooker-ho-hai-bi-bat

Ông Hồ Hải.

Cơ quan An ninh điều tra Công an TP HCM hôm 2/11 bắt giữ ông Hồ Văn Hải (52 tuổi, bác sĩ) tại phòng khám của ông trên đường Kha Vạn Cân, phường Linh Tây, quận Thủ Đức.

Nhà chức trách cho rằng, ông Hồ Hải bị phát hiện đang phát tán những thông tin, tài liệu có nội dung chống Nhà nước trên Internet. Hành vi này của ông Hồ Hải đã bị cơ quan điều tra theo dõi trong thời gian dài trước đó.

Ông được biết đến là chủ tài khoản Facebook Hồ Hải hay Blog BS Hồ Hải. Gần 30 năm trước ông tốt nghiệp ngành Y tại TP HCM, công tác tại Bệnh viện Chợ Rẫy từ năm 1993 đến 2001.

Cảnh sát đang làm rõ cáo buộc với ông này.

Nhật Vy

Source : VnExpress, 03/11/2016.

Nation-Building in War: The Experience of Republican Vietnam, 1955-1975 – Berkeley, 17-18 octobre 2016

[ndlr] Le renouveau des études sur l’expérience républicaine au Sud Viêt-Nam se poursuit. Annonce d’un important colloque sur la construction de l’État-nation au Sud entre 1955 et 1975 (co-organisé par le Centre des Études de l’Asie du Sud Est de l’Université de Berkeley, Californie et le Journal of Vietnamese Studies).

 

Nation-Building in War: The Experience of Republican Vietnam, 1955-1975

Conference/Symposium

October 17 | 8:30 a.m.-6 p.m.

October 18 | 8:30 a.m.-1 p.m.

180 Doe Library

★ ★ ★

Center for Southeast Asia Studies

johndominissaigon
Saigon © John Dominis

This symposium is about the experience of nation-building in Republican Vietnam during 1949-1975. During this period, many Vietnamese sought a non-communist future for their country with the support of the United States. Over more than two decades, these men and women worked together toward that goal as much as fought against each other over differences in visions and policies. This took place within the broader context of large-scale military conflicts (the civil war between North Vietnam and South Vietnam and the Cold War between the superpowers).

Scholarship on the subject has focused mostly on that broader context of warfare while overlooking the project of nation-building carried out by South Vietnamese. In fact, much more took place in politics, society, culture, and the economy than in the military realm. Another bias of scholarship is its obsession with external intervention and its corresponding neglect of Vietnamese agency. While the U.S. played a crucial role in the viability of South Vietnam as an independent entity, South Vietnamese efforts have not been fully appreciated.

This symposium hopes to document and analyze such Vietnamese efforts in both military and other areas of nation-building by presenting panels of South Vietnamese officials, politicians, academics, and journalists who were active participants in historical developments, paired with panels of young scholars who will be asked to place the testimonies of participants in their contexts and to evaluate their significance.

Organizers: Peter Zinoman, Professor of History, UC Berkeley; Tuong Vu, Professor of Political Science, University of Oregon

Participants

  • Col. Trần Minh Công, Commandant of RVN Police Academy
  • Nguyễn Đức Cường, Minister of Trade and Industry
  • Kiều Chinh, Actress
  • Huỳnh Văn Lang, Director of Foreign Exchange Agency and secretary of the Can Lao Party’s Joint North-South branch, founder of Bách Khoa Review and the Association for the Development of Popular Culture
  • Phạm Kim Ngọc, Minister of Economy
  • Hoàng Đức Nhã, Presidential Advisor and Minister of Mass Mobilization and Open Arms
  • Nhã Ca, Writer
  • Dr. Nguyễn Hữu Phước, National Director of Elementary Teacher Training & In-Service Training, Ministry of Education
  • Lt. Col. Bùi Quyền, Deputy Commander, Third Airborne Brigade
  • Dr. Võ Kim Sơn, Lecturer, Faculty of Education, University of Saigon
  • Cao Văn Thân, Minister of Land Reform and Agricultural Development
  • Vũ Quốc Thúc, Central Bank Governor and Minister of Reconstruction and Development
  • Vũ Thanh Thủy, War Correspondent
  • Phạm Trần, Journalist
  • Lâm Lễ Trinh, Minister of Interior and Ambassador
  • Sean Fear, Postdoctoral Fellow in U.S. Foreign Policy and International Security, Dartmouth College
  • Kevin Li, Ph.D. candidate, History, UC Berkeley
  • Ryan Nelson, Ph.D. candidate, History, UC Berkeley
  • Huong Nguyen, Ph.D. candidate, History, University of Washington
  • Nathalie Huynh Chau Nguyen, Associate Professor of Australian Studies, Monash University
  • Van Nguyen-Marshall, Associate Professor of History, Trent University (Canada)
  • John Schafer, Emeritus Professor of English, Humboldt State University
  • Simon Toner, Postdoctoral Fellow in Southeast Asian Studies, Columbia University
  • Nu-Anh Tran, Assistant Professor of History and Asian American Studies, University of Connecticut
  • Alex-Thai Dinh Vo, Ph.D. candidate, Cornell University
  • Tuong Vu, Professor of Political Science, University of Oregon
  • Peter Zinoman, Professor of History, UC Berkeley

The program of October 18 includes a book launch from 1:00 – 2:00 p.m., by Prof. Nathalie Huynh Chau Nguyen (Monash University), who will discuss her new book South Vietnamese Soldiers: Memories of the Vietnam War and After (2016)

CA, cseas@berkeley.edu, 510-642-3609

[Programme des deux journées à télécharger]

CSEAS Vietnam Program UPDATE

Source : CSEAS

Ảnh độc về đạo Cao Đài ở miền Nam năm 1930 [Walter Bosshard]

[ndlr] Images rares du photographe suisse Walter Bosshard (1892-1975) sur le Caodaïsme en 1930. Le temple d’origine de Tây Ninh en 1930 quatre ans après la création de la religion. Il fut reconstruit en 1947 dans l’architecture que l’on connaît aujourd’hui. Aperçu.

Voir la suite : Kien Thuc (30/05/2016)

Philippe Devillers (1920-2016), un secret nommé Viêt-Nam

Nous avons appris la disparition de Philippe Devillers, journaliste et historien, spécialiste de l’histoire politique du Viêt-Nam contemporain et de l’Asie du Sud-Est. Rappel biographique.

PhilippeDevillersPhilippe Devillers était un journaliste et historien français, spécialiste des questions d’Extrême-Orient et de la guerre d’Indochine. Après une carrière riche d’événements historiques, il est décédé le 15 février 2016 à l’âge de 96 ans.

Il naquit Philippe Mullender le 11 novembre 1920 à Villers-Cotterêts, commune française située dans le département de l’Aisne en région Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

Selon sa biographie en ligne sur le site de l’Académie des Sciences d’Outre-mer, il fut successivement diplômé de l’École libre des sciences politiques de Paris (1939) et de l’École supérieure d’organisation professionnelle (1942) puis licencié en droit en 1943. Il entama sa carrière comme rédacteur au ministère de la Production industrielle entre 1942 et 1944.

Le 14 septembre 1945, il fut recruté par Hubert Beuve-Méry, directeur du journal Le Monde, en tant que correspondant de ce journal en Indochine et se rendit en Asie la lettre  de recommandation de son directeur de presse en poche. Au même moment, il débuta sa carrière de journaliste au sein de l’État-major du général Leclerc, chef du CEFEO, à Saigon, dans ce qui appelait le « cinquième bureau ».

Il arriva à Saigon le 3 novembre 1945 et fonda avec d’autres jeunes journalistes comme Jean Lacouture le journal Paris-Saigon, « hebdomadaire de la pensée française en Asie » au prix d’une piastre. Du 16 janvier 1946 à janvier 1947, ce journal édita une cinquantaine de numéros.

PhilippeDevillers_Afrase
Philippe Devillers chez lui © photo Claire Tran Thi Lien / Afrase

Peu de temps après son arrivée en Indochine, Philippe Devillers se rendit à Hue où il apprit beaucoup sur la situation vietnamienne (occupation japonaise, révolution d’août, discussions franco-vietnamiennes). Il écrivit son premier article sur la première conférence de Dalat d’avril 1946 pour Le Monde sous le pseudonyme de Devillers, un nom d’auteur qu’il conserva toute sa vie. Il quitta le Viêt-Nam le 9 octobre 1946.

En 1948, il fut le chef de cabinet-adjoint du Secrétaire général du Gouvernement à Paris. Selon sa biographie en ligne sur le site des Indes savantes : « après son retour en France, il travaillera à Matignon, tout en continuant son métier de journaliste pour les mêmes titres, auxquels s’ajoutent notamment L’Express et Témoignage chrétien« .

Il collabora au quotidien Paris Normandie à Rouen pendant dix ans de la fin 1946 à 1957 pour lequel il écrivit 157 articles sur l’Asie. Dans ce journal, il publia son premier article le 20 décembre 1946 sous le titre « Sang froid », un article portant sur la bataille de Hanoi du 19 décembre. La guerre d’Indochine débutait dans le nord du pays un an après la reconquête coloniale dans le Sud.

Fait majeur pour sa future carrière d’historien, en 1952, Philippe Devillers publia un ouvrage clé sur l’histoire contemporaine du Viêt-Nam (image ci-dessous). Tiré à 19.000 exemplaires, la moitié du tirage fut vendue à Saigon, l’ouvrage est épuisé depuis 1967 mais reste une source incontournable sur la période.

Devillers_HistoireDuVietNam

En 1959, grâce à l’accès à des documents privés de Pierre Mendès-France sur la Conférence de Genève de 1954 et à ceux de René Pleven, il co-écrit avec le journaliste Jean Lacouture l’ouvrage La fin d’une guerre, édité à 4500 exemplaires et épuisé en 1970. Cet ouvrage rédigé à la demande de Mendès-France fut publié dans une première édition en 1960 (11 mars 1960) aux éditions du Seuil. Alors que la guerre du Viêt-Nam faisait rage, l’ouvrage fu réédité dans une seconde édition révisée en 1969, dans laquelle Devillers rédigea la troisième partie. Cet ouvrage fut finalement épuisé en 1980. La version américaine intitulée End of a War parut en 1969 aux éditions Praeger à New York.

De 1959 jusqu’en 1964, Philippe Devillers travailla au CERI pour ses recherches sur l’Asie du Sud-Est. Il soutint une thèse sur publications à l’Université Paris Sorbonne en 1983. Cet ensemble de travaux s’intitulait : Conflits de décolonisation en Asie du Sud-Est : Indochine et Indonésie. Il divulgua ses enseignements sur l’Asie dans des universités américaines, notamment à Cornell University en tant que professeur invité (1965-1966), et à Sciences Po Paris (Fondation nationale des sciences politiques) où il fut responsable de la section « Asie du Sud-Est » au Centre d’étude des relations internationales entre 1960 et 1987. En 1972, il fut élu membre titulaire de la 2e section de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer.

DevillersLacouture_film

Il poursuivit ses publications sur l’Asie du Sud-Est et le Viêt-Nam jusqu’en 2010, date à laquelle furent édités ses mémoires sur le Viêt-Nam, dernier livre publié de son vivant. Cet ouvrage, paru aux Indes savantes, comprend, selon son auteur, deux textes sources importants : une longue interview de l’Amiral d’Argenlieu dans laquelle l’Amiral expose en détail sa vision politique et, en 1949, un entretien de deux heures et demi avec SM. Bao Dai dans lequel l’ex-empereur raconte ses rapports avec Ho Chi Minh notamment le moment critique de février-mars 1946 qui faillit mettre le Président de la RDVN sur la touche.

A la fin de sa vie, Philippe Devillers commença à verser ses archives personnelles dans différents fonds d’archives en France et au Viêt-Nam. C’est ainsi qu’il remit à l’Association des historiens du Viêt-Nam présidée par Phan Huy Lê un important recueil photographique pourtant sur les événements à Hanoi en 1945-1946. Quelques-unes des photographies de ce précieux recueil ont été publiées dans la revue Xưa và Nay [Jadis et Aujourd’hui]. En 2003 puis en 2006, par l’intermédiaire d’Agathe Larcher-Goscha, il remit à l’Institut d’Asie Orientale à Lyon une documentation précieuse sur la période 1945-1954 formés de coupures de presse et de rapports sur la guerre d’Indochine. Cette documentation lui avait servi à rédiger son ouvrage clé sur le Viêt-Nam paru en 1952.

Plus tard, lors d’une visite rapide à Lyon, il m’a personnellement offert quelques rares documents vietnamiens (journaux nationalistes et photographies) datant de 1945-1946 et utilisés dans ma thèse sur le parti Dai Viêt. Aujourd’hui, la grande majorité des papiers de Philippe Devillers est consultable à Paris aux Archives d’histoire contemporaine du Centre d’histoire de Sciences-Po Paris.

Devillers_ParisSaigonHanoi

Dans un entretien avec l’historienne Claire Tran Thi Liên de l’AFRASE en 2010, il résumait ainsi son approche dépassionnée pour la recherche historique :

« Il faut raconter ce qui s’est passé la semaine dernière comme si l’on écrivait l’histoire de 1815 ».

Il rappela également non sans humour qu’il fut décoré (selon lui en 2010 seule distinction de sa longue vie) en janvier 1946 par le roi Norodom Sihanouk pour avoir présenté au Palais royal un film de Fernandel !

Il a depuis reçu de la RSVN l’Ordre de l’Amitié du Viêt-Nam pour son œuvre et sa fidélité à ce pays.

Nous retiendrons de ce grand chercheur, passionné du Viêt-Nam et ancien maître puis directeur de recherches au CNRS (1988), une connaissance profonde des événements politiques de l’Asie du Sud-Est. Tout au long de sa carrière universitaire, Philippe Devillers publia à titre d’auteur ou dirigea pas moins de sept ouvrages sur le Viêt-Nam et l’Asie du Sud-Est (Indonésie, Cambodge…). En outre, il écrivit environ 500 articles dans la presse française et étrangère et collabora à l’Encyclopedia Universalis.

Son souci constant de comprendre les ressorts politiques du conflit franco-vietnamien sous tous ses aspects et de façon dépassionnée a propulsé sa recherche dans les travaux de références français sur l’émancipation vietnamienne et la guerre d’Indochine.

FG, MàJ 21/02/2016.

FairePartDevillers_LeMonde20-02-2016
Faire part de la famille du défunt publié dans Le Monde du 20 février 2016

Principales publications

  • Vingt ans, et plus, avec le Vietnam : souvenirs et écrits, 1945-1969, Paris : les Indes savantes, 2010.
  • Français et annamites : partenaires ou ennemis ?, 1856-1902, Paris : Denoël, 1998.
  • Charles-Robert Ageron et Philippe Devillers (dir.), Les guerres d’Indochine de 1945 à 1975, actes de la table ronde tenue à l’IHTP, 6-7 février 1995, Paris : IHTP, 1996.
  • (présenté par Philippe Devillers), Paris – Saigon – Hanoi, les archives de la guerre, 1944-1947, Paris : Julliard, coll. Archives, 1988.
  • Guerre ou paix : une interprétation de la politique extérieure soviétique depuis 1944, Paris : Balland, 1979.
  • Ce que Mao a vraiment dit, Verviers : Gérard, 1973.
  • [collectif], L’Asie du Sud-Est, Paris : Sirey, 1970, 2 vol.
  • (avec Jean Lacouture), Viet Nam : de la guerre française à la guerre américaine, Paris : Seuil, 1969.
  • (avec Jean Lacouture), La fin d’une guerre, Indochine 1954, Paris : Seuil, 1960.
  • Histoire du Viêt-Nam de 1940 à 1952, Paris : Seuil, 1952.

DevillersLacouture_LaFinDuneGuerre1954

Pour en savoir plus :

  • Revoir Philippe Devillers lors des Rencontres de l’AFRASE de 2010 (vidéo ci-dessous, principale source de ce billet) :


2.Philippe Devillers par RencontreAfrase

Terror in Little Saigon: A Second Exile by A.C. Thompson

[ndlr] Second volet de Terror in Little Saigon : le nouvel exil des victimes après les menaces de mort et tentatives d’assassinats. Cas de Doan Van Toai.

By 1989, Doan Van Toai had become a prominent commentator on the political affairs of Vietnam, his home country. Toai had witnessed the corruption of South Vietnam’s political leaders, and later suffered first-hand the brutality of the Communist victors after the war. Now, in America, he’d found cause for cautious optimism.

Toai wrote essays for publications including The Wall Street Journal. He’d done a stint as a researcher at Tufts University outside Boston, and launched an advocacy group called the Institute for Democracy in Vietnam. Working with a co-author, he had published a well-received memoir called The Vietnamese Gulag. He gave speeches around the world.

And then, on a summer morning outside Toai’s house in Fresno, California, a man armed with a .380-caliber pistol shot him. One bullet wrecked Toai’s jaw and destroyed six teeth before exiting beneath his left ear. Another ruined his intestines.

After the shooting, the Vietnamese Organization to Exterminate Communists and Restore the Nation took credit for the attempted murder of Toai. The FBI had long regarded the ostensible group — VOECRN — as a cover for the violent work of a very public organization founded years before by former South Vietnamese military officers. That group, formally known as the National United Front for the Liberation of Vietnam, had brought elements of the war back home to America. Its members wanted to re-take Vietnam and openly raised money to finance an army to do so. The FBI, over many years of frustrating investigation, had come to believe the group, known most commonly as the Front, was willing to kill or terrorize those in American who criticized its aims and operations.

Toai was one of those detractors, and his brush with death had an effect that doubtless pleased the Front. He gave up public writing. He abandoned the speeches.

Lire la suite / Read more : PBS, 01/12/2015.

Pour en savoir plus :

Terror in Little Saigon [présentation sur Democracy Now!]

[ndlr] L’affaire continue sur le site Democracy Now!

[Democracy Now! 11/11/2015] During the 1980s, five Vietnamese-American reporters were murdered in the United States. Despite lengthy FBI probes, none of the victims’ killers were ever brought to justice. Could a stunning new investigative documentary lead authorities to reopen the cases? We speak to journalists A.C. Thompson and Rick Rowley about their PBS Frontline report, « Terror in Little Saigon. » Thompson and Rowley uncover new evidence potentially tying a right-wing paramilitary Vietnamese exile group to the journalists’ deaths—and a U.S. government link that may have helped them evade justice.

[Democracy Now! 13/11/2015] During the 1980s, five Vietnamese-American reporters were murdered in the United States. Despite lengthy FBI probes, none of the victims’ killers were ever brought to justice. Part 2 of our conversation with A.C. Thompson and Rick Rowley, who teamed up on the new PBS Frontline report, Terror in Little Saigon. Thompson and Rowley uncover new evidence potentially tying a right-wing paramilitary Vietnamese exile group to the journalists’ deaths—and a U.S. government link that may have helped them evade justice. Could the documentary lead authorities to reopen the cases?

« Terror in Little Saigon » : Décryptage commenté

Cinq journalistes vietnamiens ont été froidement assassinés aux États-Unis entre 1981 et 1990 par une mystérieuse organisation. Leur point commun était, pour une partie d’entre eux, d’avoir critiqué ouvertement dans leurs journaux une formation de la résistance armée anticommuniste nommée « The Front », et pour d’autres celui d’avoir affiché leur proximité avec le nouveau régime communiste de Hanoi après la victoire de 1975. A grands renforts de publicité et après un suspens savamment entretenu sur le contenu du reportage, la chaîne américaine PBS (Public Broadcasting Service)  a diffusé en ligne le 3 novembre 2015 une enquête de l’émission Fronline et du media ProPublica au titre choc « Terror in Little Saigon ». Verdict : contenu décevant et traitement problématique. Retour sur une affaire qui commence à faire des vagues.

Dans la courte introduction du reportage, l’intention du journaliste A.C. Thompson est affichée : rouvrir une enquête policière concernant le meurtre de cinq journalistes d’origine vietnamienne aux États-Unis entre 1981 et 19901. Le reportage prend le parti de tenter d’y voir clair sur une page sombre de l’histoire de la communauté vietnamienne exilée aux États-Unis. L’investigation est lancée aux États-Unis puis en Thaïlande et aujourd’hui au Viêt-Nam2. Mais l’objectif louable de recherche de la vérité se heurte rapidement à plusieurs écueils de taille. Le premier est lié aux archives disponibles (essentiellement policières et parfois encore inaccessibles), le second, plus problématique, à la technique intrusive de l’enquête elle-même. Le troisième est peut-être d’avoir sous-estimé les récits vietnamiens très détaillés concernant cette affaire (en faveur comme en défaveur du Front)3. Le reportage de 52 minutes est rythmé par une série de séquences qui ont retenu notre attention.

NhaBaoDamPhong
Le journaliste Dam Phong © Frontlline

Décryptage

Retour sur deux assassinats non élucidés

[1:16 – 10:25]
L’enquête débute par le meurtre de Dam Phong (Nguyen Dam Phong, 1937-1982), journaliste du périodique Tự Do [Liberté] assassiné devant chez lui à Houston, le 24 août 1982. L’enquête met en cause directement « le Front » (abrégé de Front National Unifié de Libération du Viêt-Nam, 1980-2004)4, une organisation armée anticommuniste que décrit succinctement la journaliste Claudia Kolker : « Ils collectaient de l’argent, ils disaient qu’ils avaient des gars sur le terrain, au Viêt-Nam, dans la jungle […] Pour eux, la guerre n’étaient pas terminée… »5. Elle relie le meurtre de Dam Phong à l’action du Front sans plus de détails. Un ami de Dam Phong est plus précis, il pointe le groupe « K9 », une sorte d’escadron de la mort chargé d’éliminer toute voix qui s’oppose à l’organisation. Cependant, sans témoins, l’affaire de ce journaliste dont la plume acérée visait les pratiques du Front, reste sans suite. Jusqu’à présent, l’accusation repose sur des suppositions et des rumeurs. Vengeance, assassinat politique ? Si la seconde hypothèse semble la plus plausible, on ne sait exactement qui a tué ce journaliste « controversé » selon les paroles mêmes d’un de ses fils. Le « K9 » ? Un exécutant issu de la pègre ?

[10:27 – 16:50]
Second cas, celui de Duong Trong Lam à San Francisco tué en pleine rue en juillet 1981 soit un an avant Dam Phong. Un autre groupe dénommé VOECRN, acronyme de the « Vietnamese Organization to Exterminate Communists and Restore the Nation » est évoqué dans les rapports de police6. Rencontre avec le détective privé Jayson Wechter qui décrit la scène du crime et consulte ses archives personnelles. Rencontre avec la sœur de Lam qui révèle qu’elle fut la première à être menacée de mort « un flingue sur la tempe » puis persécutée au téléphone pendant deux mois. Mais qui menace Lam et sa famille, est-ce le Front ou une autre organisation ? Impossible de le dire.

Dam Phong à Houston et Duong Trong Lam à San Francisco, le reportage ne s’attarde pas sur les autres assassinats notamment celui, à nos yeux très significatif de Lê Triêt, pigiste du magazine Văn Nghệ Tiền Phong, le premier magazine de la communauté exilée à dévoiler les dessous peu glorieux du front de résistance, notamment la question de son financement7.

La voix inassouvie du FBI

[16:51 – 21:50]
Dans les deux cas, l’enquête policière est bâclée et ne privilégie pas la piste politique. Selon Thompson, les documents du FBI démontrent clairement les liens entre ces deux commandos et le Front. Ils exposent une liste de faits assimilables à une forme de stratégie de la terreur dans laquelle menaces de mort, tentatives de meurtres et assassinats se succèdent. A ce stade de l’investigation, Thompson rencontre Katherine Tang-Wilcox, chargée de l’enquête par le FBI. Elle donne son interprétation : « K9 » était clairement le comité d’assassinat du Front, « VOECRN » une couverture pour K9 mais elle avoue qu’elle ne pouvait pas obtenir assez d’informations sur ceux qui dirigeaient K9, la loi du silence protégeait les responsables. Elle pense à titre personnel que le Front est responsable de l’assassinat de Dam Phong à Houston.

Un commando d’assassinat opérait donc ainsi aux États-Unis pendant une décennie dans une totale impunité mais seuls des faits convergents existent. Thompson pose alors la question clé de son reportage : l’enquête peut-elle être rouverte ? Oui affirme Mme Tang-Wilcox si des éléments nouveaux apparaissent et sont portés à la connaissance de la police. Toute la question est aujourd’hui de savoir si un témoin capital, un ancien responsable du Front, un agent des services secrets américains seraient prêts à apporter de nouvelles informations fiables et vérifiables deux décennies après le classement de l’affaire par le FBI. Le problème que pose cette séquence est, qu’encore une fois, tout repose sur un faisceau d’indices mais sans rien de probant. Les menaces de mort et des exactions diverses portées contre la communauté vietnamienne étaient bien réelles et dûment listées par le FBI mais ne peuvent être attribuées tout de go au seul Front. Faute de preuves le dossier fut classé par le FBI après quinze ans d’enquête.

FBI_Report_VOECRN
Rapport de synthèse du FBI sur les crimes de terrorisme attribués au VOECRN. Notons le nom de Pham Thi Luu abattue à San Francisco le 28 mai 1984 non mentionnée dans le reportage. © ProPublica

A la recherche des coupables

[21:51 – 24:54]
Plongée chez les vétérans vietnamiens de la guerre à San José. Folklore militariste et convivialité communautaire. Rencontre avec Nguyen Dang Khoa, un ancien ranger et membre du Front à l’époque. Sans équivoque, il l’affirme à Thompson, il n’aurait pas fait de quartier pour un « Viet Cong ». Et à l’époque, compte-tenu du contexte, il était loin d’être le seul. Le journaliste tente maladroitement de lui arracher des informations sur K9 et les assassinats politiques. Khoa secoue la tête négativement et n’en dira pas plus.

A chaque fois, les portes se ferment devant Thompson, personne ne veut parler de ces affaires glauques qui ont surtout été véhiculées par la rumeur. Impossible de joindre Hoang Co Dinh, un des responsables du Front et jeune frère du chef militaire décédé au Laos fin août 1987. De même, avec Do Thong Minh, non présenté officiellement dans le reportage mais que l’on reconnaît aisément à l’écran. Cet ancien membre du Front au Japon, parfois présenté comme un des co-fondateurs de l’organisation, offre une réponse élusive sur le K9 : « Je peux juste vous dire que je ne suis pas sûr… ».

A ce stade de l’enquête, une information claire sur ce qu’est le Front, ses objectifs, sa composition, ses leaders, ses troupes, sa sociologie, les conditions de son apparition, manque cruellement. Comment apparaît-il ? Dans quel contexte ? Quid des vagues de réfugiés vietnamiens arrivant aux États-Unis ? Quid des Boat people ? Pourquoi l’anticommunisme est-il si virulent ? Quid des camps de rééducations et de la situation politique dans le Viêt-Nam communiste ? Comment est née cette résistance et pourquoi ? Le reportage ne répond à aucune de ces questions. Mais de toute évidence ce n’est pas le but.

Que signifie cette impunité ?

[24:55 – 32:25]
A la moitié du reportage, Thompson ne sait toujours pas qui se cache derrière le sigle « K9 » et il le reconnait comme pour alerter le spectateur que la seconde partie du reportage va nous mettre sur la véritable piste. L’enquête se poursuit donc et mène le reporter à rencontrer un policier de San José à la retraite, installé au Nord de la Californie. Le sergent Doug Zwmeke (Douglas K. Zwmeke) sort un petit carnet dans lequel il a collé les photos d’informateurs assassinés et évoque le sujet des « freedom fighters », les combattants de la liberté de l’époque reaganienne, un vrai sujet selon lui. Le policier parle des finances du Front, de l’argent collecté, non déclaré, et l’enquête qu’il a menée à ce sujet sans succès. La procédure engagée au début des années 90 fut rejetée pour vices de forme. Mais son observation est éclairante : pour lui, une affaire de cette ampleur qui se déroule sur une période aussi longue « ça demande de l’argent, du soutien, du matériel ». Il est convaincu que le gouvernement était derrière toute cette affaire. Mais qui ? Le département de la Défense, la CIA ? Fait troublant, des archives ont disparu du centre des archives de la Cour de Justice… Des documents sont encore classés au Conseil National de la Sécurité.

Un haut gradé du front, anonyme et invisible, confirme l’information à Thompson : « K9 » est bien le responsable des deux assassinats de San Francisco et de Houston mais, là encore, l’accusation est sujette à caution. Qui la porte exactement et contre qui exactement ? On reste dans le vague. Y a-t-il eu une volonté politique derrière l’impunité ? Nul ne le sait. Pourquoi les autres meurtres concernant Do Trong Nhan, Lê Triêt, son épouse et Pham Van Tap (Hoai Diep Tu) ne sont-ils pas étudiés dans le reportage ? N’ont-ils rien à apporter aux questionnements de Thompson ?

HoangCoMinh

Qui est Hoang Co Minh ?

[32:26 – 41:16]
Thompson apprend que Dam Phong s’est rendu en Thaïlande pour enquêter sur les bases de résistance du Front. Le journaliste se concentre désormais sur Hoang Co Minh (1935-1987), le leader du Front. Sur des documents d’immigration, celui-ci apparaît sous le pseudonyme de William Nakamura et son dossier au Pentagone offre surtout à lire des pages blanches, expurgées. Hoang Co Minh lui-même est-il membre des services secrets ? Le doute s’installe chez le spectateur. Un personnage important, ancien Marines américain, vétéran de la guerre du Viêt-Nam, Richard Armitage figure dans l’entourage direct de Minh. A l’époque des affaires, sous Ronald Reagan, Armitage était un cadre haut placé au Département de la Défense8. Pour tenter d’en savoir plus, Thompson décide de se rendre en Thaïlande sur les pas du Front. Il y rencontre l’ancien Premier ministre, le général Chavalit Yongchaiyudh qui lui confirme bien l’existence du Front et du support important du gouvernement des États-Unis mais l’entretien ne va pas plus loin. Le sujet est visiblement sensible. Thompson s’appuie sur l’ouvrage de Pham Hoang Tung ancien rescapé de la marche vers l’Est pour tenter de vérifier l’existence d’autres meurtres sur le sol thaïlandais, cette fois-ci au sein des rangs de la résistance9. Il apprend d’un vétéran de la résistance laotienne (masqué) que cinq membres du Front Hoang Co Minh s’occupant des finances auraient été exécutés et enterrés, cinq déserteurs auraient été éliminés dans la jungle. Aucun nom n’est donné, aucune tombe n’est vérifiée.

Retour à Little Saigon, sur la piste du Viet Tan

[41 :17 – 52:07]
Thompson contacte par téléphone Richard Armitage, l’homme clé des affaires secrètes dans cette région pendant la Guerre froide. Celui-ci insiste, le gouvernement américain n’avait pas établi un programme de soutien au Front. L’histoire tourne en rond, qui croire ? Chavalit ou Armitage ? Thompson se rend à la cérémonie annuelle en hommage aux « Héros de la Marche vers l’Est ». Sur l’autel trône la photo de Hoang Co Minh au centre accompagnée de ses principaux lieutenants décédés dans la jungle à la fin du mois d’août 1987. Le journaliste rencontre un certain Johnny Nguyen (Nguyen Van Xung), présenté par le FBI comme membre du K9 et possiblement impliqué dans le meurtre de Dam Phong. L’entretien tourne court, l’homme virulent, est dans la négation. Je ne sais rien, je n’ai rien vu, je connais pas cet ce Dam Phong ni ces écrits, je n’y étais pas. Agacé, il interrompt brusquement l’entretien.

La rencontre suivante se déroule avec Nguyen Xuan Nghia, un des hommes clés du Front, responsable à l’époque du Service d’Outre-mer du Front et donc connaisseur des affaires touchant le Front sur le sol américain. L’homme est élégant et répond à Thompson tout en buvant le thé. Son entretien soulève un des travers de l’enquête. Nguyen Xuan Nghia explique très bien le problème et les enjeux d’une telle enquête. Dans un premier temps, il tente de justifier les causes de la haine suscitée contre ces journalistes puis démontre à Thompson l’incongruité de sa méthode d’investigation :

« Je ne veux pas être extrême mais regardez ce qu’ils ont écrit en insultant le Front. Ils ont créé beaucoup de problèmes par eux-mêmes. Vous avez un groupe de réfugiés, ils ont perdu leur pays et ils atterrissent ici et des gens les prennent de haut et maintenant leur disent : ‘C’est toi le gars qui a tiré sur ce reporter, ce journaliste ou cet écrivain, par exemple’ ? ».

Il secoue la tête pour signifier l’absurdité de la méthode. Mais le point que souligne plus particulièrement Nguyen Xuan Nghia est l’effet désastreux que ces questionnements peuvent avoir pour l’ensemble de la communauté. Il l’exprime ainsi : « Je ne veux pas que les auditeurs américains entendre de telles choses ridicules et folles concernant notre communauté », la belle image doit être préservée. Sur la méthode d’investigation, l’ancien membre du front Tran Van Be Tu avait répondu en riant à Thompson lorsqu’il lui avait demandé le nom de l’assassin de Dam Phong : « Cela résonne comme si vous étiez du FBI ». Cette réponse résume le ton du reportage. Au fil de l’enquête, la recherche de la vérité revêt la forme d’un scénario maladroitement préparé pour obtenir des aveux… sans y parvenir. Frappées par la douleur, les familles des journalistes assassinés méritaient sans doute mieux.

Logo_MTQGTNGPVN
Sigle officiel du Front National Unifié de Libération du Viêt-Nam © MI

Compléments et remarques

Ces défauts qui nuisent fortement à l’émergence de la vérité nous amènent à formuler dans la seconde partie de cet article quelques remarques et compléments liés à l’affaire.

Un sujet ancien qui fait l’objet d’une guerre d’information continue sur la toile

En premier lieu, le sujet n’est pas neuf. Il est encore largement évoqué sur la toile soit par les détracteurs du Front (représenté par exemple par le site Tin Paris en France) soit par d’anciens membres de l’organisation comme Pham Van Thanh ou Pham Hoang Tung qui ont décidé de mettre en ligne leurs propres souvenirs et documents10. Le documentaire ne s’appuie guère sur les témoignages vietnamiens publiés depuis les années 80 sur ce sujet. Or, il faudrait faire la lumière sur les faits évoqués et trier l’information divulguée dans tous ces ouvrages qu’ils émanent de la propagande du Front ou de la contre-propagande de ses détracteurs11.

Une chronologie problématique

En l’état actuel, le documentaire présente des incohérences du point de vue de la chronologie, ce que n’a pas manqué de souligné un responsable actuel du Viet Tan dans une lettre ouverte adressé aux réalisateurs du documentaire12. En effet, de toute évidence, une chronologie détaillée aurait été des plus utiles pour comprendre à la fois l’évolution du Front dans le temps, la structure de son organisation, son implantation géographique, branche par branche, sur le territoire américain. Le croisement des faits aux États-Unis, en Europe, en Thaïlande, au Laos et enfin au Viêt-Nam aurait permis de mieux saisir la cohérence ou l’incohérence de ces crimes attribués à l’officine « K9 ».

Un traitement trop décontextualisé

Les manques précités et les biais (faire justice aux journalistes et dénoncer les tueurs) ne permettent pas de comprendre le climat de violence qui s’installe à Little Saigon en Californie dans les années 80. Celui-ci avait été pourtant dépeint dans le roman de Jefferson T. Parker intitulé Little Saigon (St. Martin’s Press, 1988)13. Mafia, guerre des gangs, drogues, rackets, règlements de compte politiques, la vie quotidienne pouvait vite tourner au cauchemar dans les communautés exilées14. Une série télévisée américaine diffusée dans les années 90 avait pris pour toile de fond cette situation malheureuse.

De même, l’arrière plan historique peu évoqué aurait mérité un traitement plus illustré : chute de Saigon, apparition d’une résistance anticommuniste multiforme, exil de l’encadrement militaire de l’Armée de la République du Viêt-Nam, organisation des réfugiés, mise sur pieds de « freedom fighters » vietnamiens sur le modèle des contras, politique extérieure de Reagan, affaire des MIA et POW, reprise des relations diplomatiques avec le Viêt-Nam… Dans les années 80, la guerre n’était pas terminée sur la péninsule indochinoise, la République socialiste du Viêt-Nam avait envahi le Cambodge voisin pour défaire les Khmers rouges et s’y installer pendant dix ans (1979-1989). La troisième résistance anticommuniste était intimement liée à la troisième guerre d’Indochine. En outre, le Front n’était pas le seul mouvement de résistance armée contre Hanoi15. De nombreuses images d’archives pouvaient illustrer ces différents aspects.

Le Front, la communauté exilée et la ferveur patriotique

L’avènement d’une organisation de masse anticommuniste, présentée à la population comme possédant une armée de dix mille hommes installés dans des maquis à l’intérieur du pays (ce qui s’avéra faux), galvanisa une grande partie de la communauté exilée hostile au communisme et ouverte à toute forme de revanche sur l’histoire. Hoang Co Minh et son équipe remplissait des salles de milliers d’auditeurs prêts à reprendre en chœur ses « giải phóng Việt Nam ! » (Libérer le Viêt Nam !), clamés avec beaucoup d’entrain. Le Front incarnait alors cette unification idéale d’une communauté souvent éclatée, un volontarisme sans faille. Pour une fois, une organisation unitaire offrait, uniformes (les fameuses chemises brunes) et slogans à l’appui, une identité forte. Ceux qui ont participé à ces activités de soutien à la résistance restent habités par l’émulation patriotique de masse mise en scène par les cellules du Front aux États-Unis, en Europe, en Australie ou au Japon.

Une résistance discréditée mais bien réelle

On sait que le Front s’est discrédité par la suite. Sa revue Kháng Chiến [Résistance], incarnant son combat, publiait de faux communiqués sur la résistance intérieure. Cette propagande était calquée sur les pratiques de l’ancien Front de Libération du Sud Viêt-Nam téléguidé par Hanoi pendant la guerre16. La référence à l’ancien Front de résistance antiaméricain était assez explicite. Le Front de Hoang Co Minh n’était pas avare de symboles pour frapper l’esprit de ses compatriotes. Peut-être voulait-il par cette stratégie brouiller les pistes à l’intérieur du pays. Les initiales de Hoang Co Minh « HCM » correspondaient à celles d’Ho Chi Minh ; le look de Minh, portant barbiche et foulard (krama) des paysans du delta du Mékong pouvait également rappeler l’ancien Président de la RDVN dans le maquis pendant la première guerre d’Indochine. Le Front a cultivé cette image ambigüe et s’est approprié une culture de la résistance.

KhangChien98_4-1990
Couverture de la revue Khang Chien, N° 98, 4-1990. Numéro commémorant les dix ans d’existence du Front © Collection FG

Cependant, cette résistance anticommuniste ne fut pas « fantôme » comme le proclamaient ses détracteurs dès les années 1980. Les bases de résistance n’étaient certes pas implantées quelque part dans la jungle au Viêt-Nam comme le prétendait le Front mais existaient tant bien que mal à la frontière thaïlandaise. Hoang Co Minh a bien été au bout de sa logique militaire. Il est mort dans la jungle laotienne, blessé puis suicidé ou simplement exécuté, lors d’une des ces Marches vers l’Est (Dong Tien) qui devait pénétrer au Viêt-Nam. Son décès lors d’une violente confrontation armée avec les forces communistes lao-vietnamiennes dans la nuit du 27 août 1987 ne fut officiellement admis que quatorze ans plus tard en 2001. La Marche vers l’Est dirigée par Minh fut largement couverte par la presse vietnamienne en RSVN lors du procès des résistants qui avaient été faits prisonniers. Héros pour les uns, escroc pour les autres, Hoang Co Minh fut au cœur de l’action qui devait le mener à la mort. Sa disparition soudaine déstabilisa le Front. C’est pour ce sacrifice collectif qu’un hommage est rendu tous les ans à la fin du mois d’août aux « Héros de la Marche vers l’Est ».

Le discrédit prit la forme d’une descente aux enfers pour le Front dans les années 90. Après l’échec cuisant des trois principales Marches vers l’Est, l’organisation continuait d’être attaquée par la presse exilée sur la question du financement de la résistance. Soupçonnée de fraude fiscale, l’organisation dut faire face à la justice. En 1994, le Front décida d’attaquer plusieurs auteurs vietnamiens en diffamation. Ceux-ci accusaient l’organisation du meurtre du journaliste Le Triet. Le Front fut débouté de sa plainte17. Il mit dix ans à réémerger sur le devant de la scène politique vietnamienne à l’extérieur du pays. De nouveau, aucune mention de ces affaires judiciaires n’est faite dans l’enquête de Frontline.

Un passé difficile à gérer

Le Viet Tan n’a jamais fait son autocritique sur les mensonges du Front et a toujours nié les accusations portées contre lui. Comment pourrait-il faire autrement ? Comme beaucoup d’organisations de ce types, il garde les secrets de sa période clandestine. Le Front considérait sans doute que cette propagande était un mal nécessaire et une stratégie efficace pour rallier les compatriotes exilés à sa cause. Bras politique du Front à partir de 1982, le Viet Tan assume aujourd’hui ce passé violent tout en martelant que ses objectifs et sa stratégie ont changé. Le parti possède de nombreux détracteurs sur la toile qui reprochent à l’organisation son passé « mafieux » et de faire le jeu de Hanoi. En clair, on l’accuse d’avoir menti et aussi d’avoir évolué en se rapprochant de la dissidence intérieure.

Le Viet Tan est actuellement l’organisation d’opposition démocratique la plus structurée et la mieux implantée en dehors du Viêt-Nam. Elle revendique des partisans à l’intérieur du pays et ceci fut vérifié ces dernières années à travers quelques procès retentissants concernant la dissidence. Son réseau est international et son lobbying en faveur de la lutte pour la démocratie s’avère à la fois efficace et professionnel. Situation paradoxale : ce que le Front n’a pas été en mesure de faire par des méthodes violentes (résistance armée), le Viet Tan le réussi petit à petit par une subversion pacifique. A cause de ses relais à l’intérieur du pays, notamment dans les milieux catholiques, l’organisation est d’ailleurs devenue la cible principale des autorités policières du Viêt-Nam communiste.

Malgré ses imperfections, le reportage de Frontline/ProPublica pose néanmoins un défi aux dirigeants actuels du Viet Tan : celui de faire toute la lumière sur son passé.

BaoKhangChien
L’article titre : Avec la force du peuple le jour de la libération n’est pas loin © DR
BaoTuDo_1982
Le journal de Dam Phong, en titre : « La vérité sur l’amiral Minh de retour au pays pour résister », Tu Do, n° 17, 15/05/1982.

Questions en suspens

Ces quelques remarques exposées, de nombreuses questions restent en suspens.

  • Dissensions et infiltrations

Quelques années seulement après sa création, le Front rencontra de graves dissensions internes toutes liées à la résistance « fantôme » et son business. Celles-ci ne sont pas assez évoquées dans le reportage. Les premières critiques sévères sur l’organisation émanent d’anciens membres. De même la question de l’infiltration du Front par des agents communistes est totalement éludée. Or les services secrets vietnamiens furent très actifs dans ce domaine. Il en allait de la sécurité du pouvoir en place. Bien des années après, des gradés de la République Socialiste du Viêt-Nam (RSVN) ont reconnu le sérieux problème que leur posait cette résistance aux portes du Viêt-Nam. Le silence des autorités vietnamiennes sur cette affaire est d’ailleurs quelque peu étrange. Cependant, le documentaire est une aubaine pour l’État-Parti communiste qui voit son combat personnel contre le parti Viet Tan, considéré comme une « organisation terroriste », prendre une dimension internationale.  A la question « A qui profite l’investigation de Frontline ? », deux réponses sont possibles : A la démocratie (si la vérité émerge à la suite du documentaire) et à la dictature communiste vietnamienne, impatiente d’en finir avec le Viet Tan.

  • Le rôle trouble des États-Unis

Le rôle des États-Unis en soutien aux « freedom fighters » n’est pas clarifié au cours du reportage. L’ancien policier de San José en est convaincu. Le Front était couvert par une instance gouvernementale américaine. Il a sans doute raison mais jusqu’à quel point ? Le Front était-il un pion dans la stratégie reaganienne de déstabilisation du monde soviétique (dont le Viêt-Nam était à l’époque le principal élément en Asie) ? Cette question n’est pas vraiment abordée et ne semble pas intéresser le reporter ou du moins elle n’a pas été retenue18. De même que l’on est peu informé sur les objectifs du Front, le portrait qui est dressé du chef de la résistance est peu fourni et sujet à caution. Est-ce un agent secret ? Qui le protège ? D’où vient-il ? Quel est son milieu familial ?

  • Du Front au Viet Tan, changement de stratégie

Le reportage ne s’intéresse pas à l’existence du Front en tant que tel, ni à son évolution interne. L’organisation militaire a disparu officiellement en 2004 et son bras politique le Viet Tan a considérablement évolué depuis sa création. Son combat armé voué à l’échec s’est transformé en un combat non violent revendiqué comme tel depuis 2004 lors de la sortie de la clandestinité du Parti. Aucune explication n’est offerte sur cette évolution clé, voire cette rupture si l’on considère la base sociologique du Front et le changement de stratégie. Aucun organigramme de l’organisation n’est présenté. La base sociologique du Front, présentée succinctement comme un ensemble d’anciens militaires de l’ARVN, plutôt issus de la Marine et des Rangers, n’est pas plus étudiée. Combien de divisions ? Qui sont les nouveaux cadres ? Quelle est sa filiation politique ?

* * *

Au terme de cette enquête, la conclusion de Thompson apparaît bien maigre à savoir que le Front possédait un escadron de la mort. Elle va dans le sens de ce qu’écrivait Cao The Dung dans ses mémoires politiques publiées en 1991-199219. Certes, mais toutes ces allégations d’anciens membres du Front passés dans la dissidence n’étaient pas dénuées d’arrière-pensées et peuvent être sujettes à caution. Il faudrait pouvoir faire le tri, distinguer ce qui est de l’ordre du fait vérifié, de l’affectif, du ressentiment d’avoir été écarté…

L’existence d’un escadron de la mort (expression fortement connotée et renvoyant aux régimes militaires sud-américains) n’est pas non plus en soi une nouveauté dans les pratiques politiques vietnamiennes. Cela rappelle les pratiques des organisations révolutionnaires vietnamiennes des années 30, principalement incarnées par le Parti Communiste Indochinois (prédécesseur du Parti Communiste Vietnamien actuel) et le Parti national du Viêt-Nam (VNQDD). Elles démontrent peut-être (ce serait à vérifier) que ces pratiques n’avaient pas fondamentalement changé depuis l’époque coloniale. Car à l’époque les partis communistes et nationalistes possédaient leurs comités d’assassinat pour éliminer les opposants politiques et les traîtres à leur parti. Sans cette profondeur historique pourtant essentielle, l’apparition d’une telle organisation secrète sur le territoire des États-Unis paraît irréelle.

Enfin, cette affaire rejoint également la longue liste des assassinats politiques perpétrés au Viêt-Nam et toujours non totalement élucidés : l’assassinat du Président Ngo Dinh Diem et de son frère Nhu en novembre 1963 en est l’exemple le plus frappant ; l’assassinat du député Tran Van Van20 ou celui de Nguyen Van Bong en 1971 revendiqué fièrement par le Viêt-Công.

Du côté américain, rien n’est dit sur la violence politique et les affaires jamais résolues dans ce pays. L’auteur du documentaire aurait pu évoquer les exactions criminelles d’autres organisations politiques américaines comme le KKK (les meurtres ont-ils été tous élucidés ?) et les attaques racistes contre des Vietnamiens, l’assassinat de Martin Luther King, l’assassinat de Kennedy… pour éviter l’effet discriminatoire vis-à-vis de la communauté vietnamienne des États-Unis. En France, la pratique des assassinats politiques fut aussi une réalité si l’on prend le cas de l’assassinat Ben Barka (1965), du politicien Jean de Broglie (1976), du ministre Robert Boulin (1979) ou encore du juge Pierre Michel (1981) lorsque les services secrets et la pègre faisaient bon ménage…

Pour que justice soit enfin faite et dans l’espoir de poursuivre l’investigation, le media ProPublica a lancé un appel à témoin en vietnamien et en anglais21. A.C. Thompson a de son côté publié une vidéo en anglais dans ce sens22. Est-ce vraiment leur rôle ? En se substituant à la justice et à la police américaines le risque est de brouiller encore un peu plus les pistes, de conforter le mutisme et de susciter un regain de tensions entre les organisations politiques exilées. La vérité oui mais « sans armes, ni haine ni violence » aurait dit le gangster Spaggiari.

FG, MàJ, 06/11/2015

(à suivre).

Image « à la une » : le journaliste Le Triet et son épouse

Pour en savoir plus

Les victimes :

  • Dương Trọng Lâm, 27 ans, rédacteur en chef du journal Cái Ðình Làng, abattu le 21 juillet 1981 à San Francisco (Californie).
  • Nguyễn Ðạm Phong, 45 ans, directeur du journal Tự Do, assassiné le 24 août 1982 à Houston (Texas).
  • Phạm Văn Tập (Hoài Ðiệp Tử), 45 ans, directeur du magazine Mai, décédé dans l’incendie de son bureau au mois d’août 1987 à Garden Grove (Californie).
  • Ðỗ Trọng Nhân, 56 ans, maquettiste du magazine Văn Nghệ Tiền Phong, abattu dans sa voiture en novembre 1989 à Fairfax (Virginie).
  • Lê Triết (alias Tú Rua), 61 ans, journaliste au magazine Văn Nghệ Tiền Phong, abattu avec sa femme devant leur domicile le 22 septembre 1990 en Virginie.

L’article de A.C. Thompson qui accompagne le documentaire apporte quelques compléments nécessaires : Terror in Little Saigon: An Old War Comes to a New Country, ProPublica, 03/11/2015. Diffusé également sur le blog de OC Weekly, 04/11/2015 et sur le PRI (Public Radio International), 03/11/2015 (avec une interview de Thompson sur le rôle des Etats-Unis). Voir aussi Patrice Taddonio, Inside the Making of “Terror in Little Saigon”, PBS, 03/11/2015.

La réponse du Viet Tan et les articles liés sur son site :

Les articles parus dans l’organe de l’union de la jeunesse au Viêt-Nam :

 Notes

  1. Il s’agit en réalité de 6 personnes si l’on prend en compte l’épouse du journaliste Lê Triêt. Deux autres victimes d’agressions graves n’apparaissent pas dans le reportage car elles ont survécu : l’intellectuel Doan Van Toai, ancien leader étudiant pro-FNL pendant la guerre et pourtant auteur du Goulag vietnamien (Robert Laffont, 1979) un ouvrage dénonçant l’enfer carcéral en RSVN ; l’écrivain Duyen Anh, à l’époque considéré comme un des écrivains les plus dangereux par le régime communiste de Hanoi, agressé pour ses poésies sur les camps de rééducation []
  2. Le journal de la jeunesse vietnamienne a été contacté le 04/11/2015 pour participé à l’appel à témoin lancé la veille par l’agence de presse ProPublica, voir : Báo Mỹ đề nghị Thanh Niên loan tải thông tin vụ khủng bố của Việt Tân, Thanh Niên, 05/11/2015 []
  3. Il serait intéressant de savoir pourquoi ceux-ci n’ont pas été pas mobilisés dans l’enquête. []
  4. en vietnamien : Mặt trận Quốc gia Thống nhất Giải phóng Việt Nam ou Mặt trận Hoàng Cơ Minh []
  5. Cf. extrait : 7:35 – 8:08 []
  6. En vietnamien : Việt Nam Diệt Cộng Hưng Quốc Đảng, voir l’article bien renseigné de , ‘Khủng bố ở Little Saigon’ tiết lộ gì ?, BBC tieng Viet, 06/11/2015 []
  7. Cf. l’article de Nguyen Thieu Nhan alias Lao Moc, Tưởng niệm những nhà báo người Mỹ gốc Việt bị sát hại trong chiến dịch khủng bố tại Sàigòn Nhỏ, thunhan, 04/11/2015 []
  8. Voir sa fiche sur Wikipedia en anglais []
  9. Sur ce sujet, plusieurs articles ont été publiés par cet auteur sur son blog : http://phamhoangtung.blogspot.fr/p/su.html []
  10. Cf le blog de Pham Van Thanh, intitulé Bibliothèque Pham Van Thanh et le blog de Pham Hoang Tung []
  11. La première étude sérieuse qui s’est intéressée à l’histoire du Front et à ses premières scissions est sans doute celle de Michael Faber (avec la collaboration de Holley Cress et Ngạn Nguyen), autoéditée et intitulée : The long road to freedom : story of the Vietnamese struggle for freedom following the fall of Saigon, Sacramento, CA, M.L. Faber, 1988 []
  12. Voir Duy Hoang, Open Letter to Frontline/ProPublica re: “Terror in Little Saigon”, 04/11/2015 []
  13. Traduit et publié en France en 1990 chez J’ai lu []
  14. Voir un aperçu statistiques du Département de la Justice sur les homicides commis aux Etats-Unis entre 1980 et 2008 : Homicide Trends in the United States, 1980-2008 []
  15. Voir sur ce sujet notre mémoire de maîtrise : Viêt-Nam la 3ème résistance. Complots et résistance subversive contre la République Socialiste du Viêt-Nam, Mémoire de Maîtrise sous la direction des Professeurs Philippe Langlet et Nguyễn Thế Anh, Université Paris 7, Section vietnamienne, 1997 []
  16. Voir les publications des éditions Giải Phóng dans les années 70 []
  17. Voir les détails de l’affaire sur le blog de Pham Van Thanh : Mặt Trận kiện Báo Chí: Vụ Xử Án Lớn Nhất Hải Ngoại – Phạm Văn Liễu; Trần Củng Sơn. Voir l’ouvrage de Tran Cung Son, Mat Tran kien bao chi. Vu an lon nhat tai hai ngoai, Nxb Song Ba, 1995 []
  18. Pourtant la retranscription d’une discussion intéressante entre Thompson et Richard Rowley permettait d’en dire plus. Voir : Inside the Making of “Terror in Little Saigon”, PBS, 03/11/2015 []
  19. Cao The Dung, Mat Tran : Nhung bi mat chua he tiet lo ve « Mat Tran Khang Chien » Hoang Co Minh, Houston, Van Hoa, 1991-1992, 2 vol. []
  20. Dont l’un des fils, Tran Van Ba, rejoindra la résistance anticommuniste dans les années 80, sera arrêté et fusillé au Viêt-Nam en 1984 []
  21. Pour le vietnamien, voir : Hãy giúp chúng tôi điều tra những vụ Ám sát của Năm Nhà báo Mỹ gốc Việt []
  22. Diffusé sur le chaîne YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=i7QtqrP99N8 []

A.C. Thompson : Terror in Little Saigon [Frontline]

[ndlr] Mise en ligne le 03/11/2015 de l’enquête de A.C. Thompson : « Terror in Little Saigon, An Old War Comes to a New Country » publiée sur Frontline. Extraits :

The journalists were assassinated on American soil, one after another.

Duong Trong Lam was the first. He was 27 years old and ran a Vietnamese-language publication called Cai Dinh Lang, which he mailed to immigrants around the country. A gunman found him as he walked out of his San Francisco apartment building one morning and shot him, a single bullet piercing his pulmonary artery, just above the heart.

For magazine publisher Pham Van Tap, the end came more slowly. He was sleeping in his small office in Garden Grove, California, when an arsonist set fire to the building. He was heard screaming before he succumbed to smoke inhalation.

In Houston, a killer chased Nguyen Dam Phong from his home in his pajamas and shot him seven times with a .45-caliber handgun. The murder marked the end of Dam Phong’s twice-monthly broadsheet newspaper, which he had named Tu Do: Freedom.

All together, five Vietnamese-American journalists were killed between 1981 and 1990. All worked for small publications serving the refugee population that sought shelter in the U.S. after the fall of Saigon in 1975.  At least two other people were murdered as well.

FBI agents came to believe that the journalists’ killings, along with an array of fire-bombings and beatings, were terrorist acts ordered by an organization called the National United Front for the Liberation of Vietnam, a prominent group led by former military commanders from South Vietnam. Agents theorized that the Front was intimidating or executing those who defied it, FBI documents show, and even sometimes those simply sympathetic to the victorious Communists in Vietnam. But the FBI never made a single arrest for the killings or terror crimes, and the case was formally closed two decades ago.

Lire la suite : Frontline, 03/11/2015.

Image « à la une » : Hoang Co Minh, président du Front National Unifié de Libération du Viêt-Nam, en meeting avec la communauté d’Orange County en 1983 © Viet Tan