Archives par mot-clé : Japon impérial

Vietnam-Indochina-Japan Relations during the Second World War [parution]

[ndlr] Parution du deuxième volet du projet de recherche de la Japan Society for the Promotion of Science (JSPS), n° 25243007 intitulé « Comprehensive Study for New Developments in Japan-French Indochina-Vietnam Relations during the Second World War ».

Volume édité sous la direction de Masaya Shiraishi, Nguyen Van Khanh et Bruce M. Lockhart, Tokyo : Waseda University Institute of Asia-Pacific Studies (WIAPS), February 2017, 333 p.

 

Sur le premier volet de ce projet, voir : https://indomemoires.hypotheses.org/17760

 

 

L’Empereur japonais rencontrera les femmes et enfants des soldats japonais ayant combattu au Vietnam [VnExpress]

[ndlr] Article traduit du vietnamien (RDP de l’ambassade de France à Hanoi).

VnExpress – L’empereur Akihito et l’impératrice Michiko entameront le 28 février leur visite au Vietnam. D’après l’agence de presse Kyodo, qui cite le gouvernement, ils prévoient de rencontrer le 2 mars à Hanoi les femmes et enfants des soldats japonais qui ont combattu au Vietnam pendant la Seconde Guerre mondiale.

Parmi les troupes impériales japonaises déployées dans la péninsule indochinoise, environ 600 personnes sont en effet restées sur place après la capitulation de Tokyo en août 1945. Nombre d’entre elles ont rejoint les Viet Minh pour lutter contre les colonialistes français de 1946 à 1954. Plus de la moitié ont été tués au combat ou sont morts de maladie.

Beaucoup de soldats japonais ont à l’époque épousé des Vietnamiennes, avec lesquelles ils ont eu des enfants. Ils n’ont toutefois pas été autorisés à rentrer au pays avec leurs familles à l’issue des conflits. Les femmes et enfants des soldats japonais représenteraient ainsi aujourd’hui quelques centaines de personnes.

L’empereur et l’impératrice du Japon rencontreront le Président de la République Tran Dai Quang le 1er mars. Ils séjourneront à Hue à partir du 3 mars, où ils rencontreront les volontaires de la Coopération internationale (JOCV) et les expatriés japonais. Le couple impérial s’envolera ensuite pour Bangkok le 5 mars.

Il s’agit de la première visite à l’étranger de l’Empereur après son souhait d’abdiquer pour des raisons de santé en août dernier. « Nous croyons que la visite d’État au Vietnam de l’empereur et de l’impératrice deviendra une nouvelle étape importante et riche de symboles dans les relations d’amitié et de coopération entre nos deux pays« , a déclaré Dao Viet Trung, président du cabinet du président de la République en décembre dernier.

Source originale : Nhu Tâm, Nhật hoàng sẽ gặp vợ con của lính Nhật từng tham chiến ở Việt Nam, VnExpress, 13/02/2017.

 

Image « à la une » : voir Ảnh hiếm: Quân Nhật Bản thời kỳ chiếm đóng Đông Dương, [Images rares : l’armée japonaise pendant la période de l’occupation de l’Indochine], Kien Thuc, 29/12/2013.

End of Empire : 100 Days in 1945 that Changed Asia and the World [NIAS Press]

[ndlr] Parution d’un ouvrage dédié à l’analyse au jour le jour de l’année 1945 en Asie orientale et en Asie du Sud-Est. Chronologie détaillée et contributions de 75 chercheurs. Avec les contributions pour l’IAO de Christopher E. Goscha, François Guillemot et Vatthana Pholsena. Présentation de l’éditeur.

David P. Chandler, Robert Cribb and Li Narangoa (eds.), End of Empire : 100 Days in 1945 that Changed Asia and the World, NIAS Press, 2016, 346 p.

EndOfEmpire_Nias2016

Aiming to balance the focus on European events in global public discussions and reminiscences of World War II, End of Empire focuses on a brief, 100-day period at the end of the war across a broad sweep of eastern Asia – a time when the Indonesian and Vietnamese revolutions were born, the fragile wartime truce between Communists and Nationalists in China began to fray, and the first steps were made in Japan towards a new democratic order. Following a chronological order, the volume combines daily events with commentary, photographs, maps and personal accounts. More importantly, it is part of a radical, multi-faceted project to commemorate the period not just in print but also on screen and in ‘real-time broadcasts’ published day by day. Here, perhaps, is the form of scholarly publishing and learning of the future but without abandoning traditional standards.

Franck Michelin : Un pont entre deux guerres – l’invasion de l’Indochine par le Japon 1940-41 [séminaire IAO]

[ndlr] Annonce d’une conférence importante sur le Japon et l’Indochine.

 

Jeudi 8 octobre 2015

Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

« Un pont entre deux guerres : l’invasion de l’Indochine par le Japon, 1940-41 »

Résumé : L’invasion par le Japon de l’l’Indochine française en septembre 1940 est à l’origine de la Guerre du Pacifique. En faisant entrer l’Asie orientale et le Pacifique dans la Seconde Guerre mondiale, cet événement transforme un conflit européen en conflit véritablement mondial. Cette conférence vise à bousculer une vision « atlantico-centrée » de l’histoire, initiative d’autant plus nécessaire que c’est la Guerre du Pacifique qui a inauguré le basculement du monde vers cet océan.

SeminaireIAO_2015_10_08Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Franck Michelin, maître de conférences à l’Université Meiji (Tôkyô, Japon) depuis 2010 et chercheur associé à l’IAO depuis 2015. Il est lauréat du prix Shibusawa-Claudel (sélection française) pour l’année 2015.

Indochina, Thailand, Japan and France during Word War II – International workshop – Tokyo 6/7 Dec. 2014

Un important workshop international s’est déroulé les 6 et 7 décembre 2014 à l’Université de Waseda (早稲田大学) à Tokyo. Organisé par le professeur Masaya Shiraishi de l’Institut de recherche sur l’Asie-Pacifique (WIAPS), il rassembla près de vingt chercheurs japonais, vietnamiens, chinois, taïwanais, thaïlandais et français. Un état des lieux des recherches et un inventaire des fonds d’archives ont été dressés, principalement dans les pays d’Asie et en France. Une seconde édition sera organisée pour établir l’état des recherches et des fonds d’archives en langue anglaise. Ce programme de recherche a pour objectif de renouveler le champ des études sur le Japon et la péninsule indochinoise durant la Seconde Guerre mondiale.

La première journée a été consacrée à l’état des recherches et des fonds d’archives disponibles au Japon, au Viêt-Nam, à Taïwan puis en Chine sur la période 1940-1945. La seconde journée a poursuivi l’investigation en France, en Thaïlande, au Cambodge puis au Laos. Enfin, les recherches sur l’occupation japonaise en Asie du Sud-Est ont été exposées notamment à travers les collections de l’université Waseda sur l’Indonésie, les Philippines ou Singapour. Ces deux jours de réflexion et d’analyse se sont terminés par une discussion générale et les remarques conclusives du professeur Shiraishi sur les futurs développements scientifiques de ce programme. Une prochaine rencontre internationale est d’ores et déjà programmée à Hanoi (Viêt-Nam) à l’automne 2015.

FG

WasedaUniversity_logo

Indochina, Thailand, Japan and France during Word War II: Overview of the Existing Literature and Related Documents for Future Development of Research.

Waseda University Institute of Asia-Pacific Studies (WIAPS) & Kaken Study Team on Japan-Indochina relations

Program of International Workshop December 2014 (update version) – Tokyo

6 December (Sat.)

09:0009:30 Opening Session

  • Brief introduction by the Organizer: Masaya Shiraishi (Waseda University)
  • Welcome speech by GSAPS Dean: Yasushi Katsuma (Waseda University)
Japan-Indochina_WasedaWorkshop_1
Overview of the workshop © 2014 FG

09:3010:15 Keynote speech: moderator Masaya Shiraishi

  • Kenichiro Hirano (Executive Director of Toyo Bunko (The Oriental Library), Professor Emeritus of University of Tokyo and Waseda University; Former Director-General of Japan Center for Asian Historical Records)

Opening remarks: On the use of official documents: Beyond JACAR database

10:3012:00 Japan: moderators Kenichiro Hirano & Masaya Shiraishi

  • Motoo Furuta (University of Tokyo)

Current trend of the study in Japan

  • Kyoichi Tachikawa (National Institute of Defense Studies)

Historical documents related to the relations between Japan and French Indochina during the Second World War collected by the archives in Japan: Diplomatic Archives of the Ministry of Foreign Affairs and National Institute for Defense Studies of the Ministry of Defense

13:3015:00 Vietnam: moderators Nguyen Tien Luc & Junichi Iwatsuki

  • Nguyen Van Kim and Vo Minh Vu (University of Social Sciences and Humanities, Hanoi)

Status of archives and research on Vietnam-Japan relationship during Word War II

Commentators: Nguyen Tien Luc (University of Social Sciences and Humanities, Hochiminh City) & Junichi Iwatsuki (University of Tokyo)

Japan-Indochina_WasedaWorkshop_4
Yi-Ling Lee (Taichung City Government Tourism Bureau) and Yuyama Eiko (Hokkaido University) © 2014 FG

15:1517:30 China/Taiwan: moderator Shinzo Hayase

  • Shiu Wen-tang (Institute of Modern History, Academia SINICA)

A survey of the researches and the archives on the Vietnamese studies in Taiwan

  • Yi-Ling Lee (Taichung City Government Tourism Bureau, formerly Institute of Taiwan History, Academia SINICA) and Eiko Yuyama (Hokkaido University)

Introduction to the materials related to the French Indochina archived in Taiwan

  • Bi Shihong (Yunnan University)

A study of the international relations of Indochina during World War II by mainland China

18:30Reception

Japan-Indochina_WasedaWorkshop_2
Scholars from Vietnam, France, China, and Japan. Prof. Vo Minh Vu, K. Tachikawa, Nguyen Van Kim, […], Nguyen Tien Luc, M. Shiraishi, F. Guillemot, M. Furuta, H. Sasagawa, Bi Shihong © 2014 FG

 * * *

7 December (Sun)

09:0010:30 France: moderators Motoo Furuta & Iwatsuki Junichi

  • Chizuru Namba (Keio University)

An introduction to French research and historical sources concerning Indochina under French-Japanese rule

  • Francois Guillemot (CNRS, Lyons Institute of East Asian Studies)

Knowledge in France of Japan and Indochina (1940-45): Academic works, narratives, and archives

Japan-Indochina_WasedaWorkshop_5
Prof. Namba Chizuru (Keio University) © 2014 FG

10:4512:00 Thailand: Moderator Eiji Murashima

  • Nongluk Limsiri (Institute of Management Panyapiwat)

The studies of Thailand-Japan relations in the context of Japanese presence in Thailand during the World War II

  • Preeyaporn Kantala (Waseda University)

Survey Thai materials in the Second World War: Thai Government records and newspaper

Commentator: Prof. Eiji Murashima (Waseda University)

13:3014:15 Cambodia: Moderator Shinzo Hayase

  • Hideo Sasagawa (Ritsumeikan Asia Pacific University)

Cambodia during World War II: The Status Quo on existing studies and documents

Japan-Indochina_WasedaWorkshop_6
Prof. Sasagawa Hideo (Ritsumeikan Asia Pacific University) © 2014 FG

14:1515:00 Laos: Moderator Eiji Murashima

  • Yoko Kikuchi (Tokyo University of Foreign Studies)

Laos during World War II: Overview of existing literature and related documents

15:1516:00 Japan’s Southeast Asia Policy: Moderator Shiu Wen-tang

  • Shinzo Hayase (Waseda University, Institute of Asia-Pacific Studies)

The compilation of records of the Japanese occupation of Southeast Asia

Japan-Indochina_WasedaWorkshop_3
Scholars from Japan, Taiwan and Thailand. Prof. C. Namba, E. Yuyama, Yi-Ling Lee, Nongluk Limsiri, Preeyaporn Kantala © 2014 FG

16:0017:00 Moderator: Masaya Shiraishi (Waseda University)

  • Summary Discussion

17:0017:15 Closing Remarks: Masaya Shiraishi (Waseda University)

* * *

Exhibition of Related Documents

Collection de documents publiés au Japon sur l’occupation japonaise en Asie du Sud-Est principalement aux Philippines et en Indonésie. On notera les collections photographiques concernant l’Indonésie, la Thaïlande, Singapour ou l’Indochine. Ici quelques images des troupes japonaises à Hanoi, Bac Ninh ou Saigon. © Waseda University / photos FG.

* * *

どうもありがとうございます

Japan-Indochina_WasedaWorkshop_7
Bento’s workshop © 2014 FG

Lê Công Định : Ngày độc lập nào cho Việt Nam?

[ndlr] A lire sur le site de la BBC la tribune offerte à Lê Công Định, l’avocat dissident libéré de prison en février 2013. Il s’interroge sur l’indépendance proclamée par Bao Dai le 11 mars 1945 (deux jours après le coup de force japonais), indépendance qui mena le pays à l’instauration de l’Empire du Viêt-Nam et du gouvernement Tran Trong Kim au mois d’avril. Libéré de la domination française mais sous hypothèque nippone, l’Empire du Viêt-Nam ne survivra pas à l’effondrement du Japon impérial et à l’avènement du Viêt-Minh au mois d’août 1945. Malgré une existence de courte durée (cinq mois), il est intéressant de constater que le gouvernement Tran Trong Kim reste dans la mémoire nationale d’une partie de l’élite intellectuelle auréolé d’une grande crédibilité.

* * *

NoiCacTranTrongKimLe Cabinet Trần Trọng Kim (Trung Bắc Chủ Nhật, 20/5/1945)

De gauche à droite : Hoàng Xuân Hãn, Hồ Tá Khanh, Trịnh Đình Thảo, Trần Trọng Kim (caché par le micro), Vũ Ngọc Anh, Trần Văn Chương, Trần Đình Nam, Vũ Văn Hiền, Phan Anh, Nguyễn Hữu Thi.

Từ lâu tôi luôn tự hỏi phải chăng ngày 2 tháng 9 năm 1945 thật sự là ngày độc lập của nước Việt Nam mới sau gần một thế kỷ làm thuộc địa của Pháp? Trước khi trả lời câu hỏi nghiêm túc này, cần lần giở lại các trang sử hiện đại của nước nhà, để ghi nhận một số sự kiện quan trọng sau đây:

Ngày 9/3/1945, Nhật đảo chính Pháp. Tranh thủ sự ủng hộ của người Việt, cùng những nước Á châu khác đang bị Nhật chiếm đóng, Nhật trao trả độc lập cho Việt Nam.

Ngay sau đó, vào ngày 11/3/1945, vua Bảo Đại ký đạo dụ « Tuyên cáo Việt Nam độc lập », tuyên bố hủy bỏ Hòa ước Patenôtre ký với Pháp năm 1884 cùng các hiệp ước nhận bảo hộ và từ bỏ chủ quyền khác, khôi phục nền độc lập của đất nước, thống nhất Bắc Kỳ, Trung Kỳ và Nam Kỳ. Đây là thời điểm đáng lưu ý.

Ngày 7/4/1945*, vua Bảo Đại chuẩn y thành phần nội các mới, trong đó học giả Trần Trọng Kim trở thành Thủ tướng đầu tiên của một nước Việt Nam độc lập. Tháng 6/1945, chính phủ Trần Trọng Kim đặt quốc hiệu là Đế quốc Việt Nam.

EmpireOfVietnamLe pavillon national de l’Empire du Viêt-Nam (Đế quốc Việt Nam)

Đến khi Nhật đầu hàng phe Đồng minh, Thủ tướng Trần Trọng Kim vào ngày 16/8/1945 khẳng định bảo vệ nền độc lập vừa giành được. Sau đó, vào ngày 18/8/1945, vua Bảo Đại tái xác nhận nền độc lập của Việt Nam đã công bố vào ngày 11/3/1945.

Cần lưu ý, tuy là một chính quyền thực tế và chính danh từ tháng 3/1945, nhưng Đế quốc Việt Nam không đủ lực lượng quân sự để kiểm soát tình hình. Đất nước rơi vào tình trạng hỗn loạn về chính trị.

Lire la suite : BBC tieng Viet, 01/09/2014.

* Selon Tran Trong Kim, son gouvernement est formé le 17 avril 1945 et non le 7 avril (Trần Trọng Kim, Một cơn gió bụi, Sài Gòn, NXB Vĩnh Sơn, 1969, tr. 53). Voir aussi : Chinh Dao, Viet Nam Nien Bieu 1939-1975. Tap 1A 1939-1946 [Chronologie du Viêt-Nam 1939-1975. Vol. 1A 1939-1946], Houston, TX, Van Hoa, 1996, p. 216.

Chizuru Namba : Français et Japonais en Indochine (1940-1945) – CR de lecture par Pierre Brocheux

Namba_FrancaisetJaponaisEnIndochineNAMBA Chizuru, Français et Japonais en Indochine (1940-1945). Colonisation, propagande et rivalité culturelle, Paris, Karthala, 2012, bibliographie, index, 279 p.

Les historiens de l’Indochine française pendant la Seconde guerre mondiale sont peu nombreux, leurs ouvrages focalisent le régime colonial (voir CR du livre de Sébastien Verney in Outre-Mers 378-379 / 2013, p. 352-354) et surtout ‘l’occupation japonaise’, en évitant de se pencher ou d’insister sur le fait singulier de la collaboration d’État entre le gouvernement général vychiste et le gouvernement impérial nippon.

Il revient à une historienne japonaise d’aborder le sujet sur son versant japonais. En fait sur les six chapitres de sa thèse, Mlle Namba Chizuru raconte et analyse la ‘cohabitation’ franco-japonaise. Son étude est originale parce qu’elle se détourne du registre politique et militaire de la période 1941-1945 pour examiner les rapports au quotidien entre les protagonistes et, volens nolens, partenaires dans un jeu qui dura jusqu’au 9 mars 1945. Mais le travail de Mlle Chizuru est novateur lorsqu’elle scrute la dimension culturelle de la cohabitation, les initiatives japonaises et leur portée.

La nature contractuelle des relations franco-japonaises leur conférait un caractère spécifique dans l’Asie du Sud-Est en guerre. Contrairement aux Indes néerlandaises, aux Philippines sous tutelle américaine, à la Malaisie et la Birmanie britanniques conquis militairement et où l’on pouvait parler d’occupation au sens fort du terme, les Japonais et les Français avaient signé des accords de coopération économique et même de défense militaire, que les uns et les autres étaient contraints de respecter.

D’où une certaine retenue de part et d’autre et des efforts réels pour relâcher les tensions et résoudre les litiges.  Bien qu’étant en position de force, les Japonais, tout en ne cessant de revendiquer l’augmentation des contributions de l’Indochine à l’effort de guerre, s’interdisaient d’outrepasser certaines limites imposées par les accords diplomatiques. L’auteure ne s’attarde pas sur ces rapports entre diplomates (il y avait un ambassadeur du Japon à Hanoï mais il avait certainement moins de poids qu’Otto Abetz à Paris), et militaires qui pratiquaient le jeu « tu me tiens, je te tiens par la barbichette ».

Dans le chapitre 3 où l’auteure aborde les « rivalités et la cohabitation au quotidien entre Français et Japonais », elle recense les frictions et les incidents qui auraient pu entraîner la rupture d’un ordre fragile. Son récit montre aussi que les dirigeants français et japonais avaient à cœur de « tenir leurs gens » .

Le sujet affiché par le titre du livre n’est abordé que dans les chapitres 4 – La propagande, enjeux et pratiques ; 5 – La politique culturelle de la France en Indochine ; 6 – Les tentatives d’implantation de la culture japonaise et la concurrence franco-japonaise.

L’engagement pris par les Japonais de respecter l’intégrité du domaine colonial français et la souveraineté de la France les obligeait à restreindre leur propagande politique. Ce fut donc par le biais de l’action culturelle que les Japonais s’adressèrent aux peuples indochinois et principalement aux nationalistes indépendantistes vietnamiens.

Il s’agissait moins de préparer l’éviction des Français que démontrer que les Japonais étaient au même niveau de développement que les Occidentaux et préfigurer l’instauration de la Sphère de Co-prospérité de la Grande Asie orientale sous la houlette du Japon impérial. Deux raisons peuvent expliquer ce choix stratégique : 1) les Japonais prétendaient que la matrice civilisationnelle chinoise était commune aux cultures vietnamienne et japonaise, théorie très contestable : la relation du Japon à la civilisation chinoise n’a jamais eu la même intensité ni la même prégnance que la relation du Viêt Nam à la Chine.  2) Au début du XXème siècle,  (1905-1908), les résistants Việt modernistes s’étaient tournés vers le Japon du Meiji pour lui emprunter une méthode de modernisation et certains y avaient séjourné et en avaient gardé le souvenir. Cela n’avait rien à voir avec une attirance pour la culture japonaise traditionnelle. Par conséquent l’action culturelle du Japon ne pouvait pas dépasser le stade de la propagande ni accomplir un dessein politique profond.

Au fond, sous forme d’expositions et de congrès scientifiques et professionnels, l’action culturelle japonaise à l’adresse de l’élite vietnamienne, s’avéra une façon de placer la culture japonaise au même rang que la française en rappelant le rôle des experts français dans la modernisation Meiji (ingénieurs, officiers, juristes) mais également l’influence de l’esthétique japonaise sur l’évolution des arts français (les peintres impressionnistes).

Sur sa lancée, l’auteure affirme que les deux colonialismes étaient semblables, l’assertion manque de pertinence et dévoile son ignorance du volet culturel de la colonisation française. Alors que, de 1911 à 1939, le Japon renforça la japonisation de l’enseignement en Corée et à Formose/Taïwan, les Français avaient imposé la transcription de la langue việt romanisée, dite quốc ngữ, dans l’enseignement franco-indigène. L’intelligentsia vietnamienne l’adopta volontairement, la modernisa et en fit l’ écriture nationale. À partir de 1916, une presse d’opinion vivante et à partir des années 1930, une littérature moderne et la création d’un vocabulaire scientifique et technique, en firent une langue de culture et d’émancipation politique.

En conclusion, la politique coloniale en matière d’enseignement n’effaça pas la personnalité culturelle des Vietnamiens, au contraire, elle la revitalisa et la mit à jour. En Indochine, les Japonais ne purent affaiblir ni effacer l’impact de la culture française qui s’exerça pendant une trentaine d’années seulement. Mais, en trois décennies, une sociogenèse et une transculturalité avaient été mises en œuvre. Ce qui fut imposé au départ, fut acceptée volontairement et intégré dans la culture nationale par les Vietnamiens eux mêmes. Ce fait rappelle l’échec des tentatives Japonaises d’évincer la langue anglaise des Philippines.

Il est certain que les agents de l’action culturelle japonaise, dont beaucoup étaient francophones, ne se firent guère d’illusions sur l’efficacité de leur efforts. Phan Văn Trường raconta une anecdote édifiante que le lettré Phan Châu Trinh rapporta d’un bref séjour au Japon : comme il avait fait part de son admiration pour le système éducatif japonais, un professeur japonais lui répondit « ce que nous avons accompli en trente année d’efforts et de persévérance, vous pourriez le faire en un temps plus court et sans difficultés parce que vous êtes protégé et soutenu par la France, une des nations les plus avancées et intelligentes d’Europe »[1].

Pierre Brocheux


[1] Tran My-Van, A Vietnamese Royal Exile in Japan: Prince Cuong De (1882-1951), London, Routledge, Routledge Studies in the Modern History of Asia 29, 2005, p. 48.

CR de lecture publié sur Mémoires d’Indochine avec l’aimable autorisation de l’auteur que nous remercions.

Décryptage 2 : Japonais en Indochine – Le gouvernement Trần Trọng Kim de 1945 bien mal illustré

Dans notre série « décryptage » d’images historiques issues de la toile, nous signalons de nouveau une grossière erreur qui se propage sur divers blogs et sites vietnamiens. Il s’agit d’une photographie de l’agence Corbis légendée sur plusieurs sites comme représentant « Le gouvernement du Premier ministre Tran Trong Kim » (Chính phủ của Thủ tướng Trần Trọng Kim – Ảnh: Tư liệu). Elle illustre le plus souvent l’extrait des Carnets en ligne du musicien To Hai sur la « Révolution d’Août 1945 » mis en ligne au mois d’août 2010.

Officials Inspecting Guard Of Honor

Or, cette photographie n’a rien à voir avec ce gouvernement qui officia d’avril à août 1945 après le coup du 9 mars 1945 et la déclaration d’Indépendance de l’Empereur Bao Dai du 11 mars. Un rapide balayage sur le site officiel de Corbis Images nous a permis de retrouver la légende initiale de ce cliché photographique reproduite ci-après :

Original caption:11/18/40-Haiphong, Indo-China: Hajime Matsumiya (right), Japan’s special envoy to French Indo-China, shown in company of French officials and Rokuro Suzuki (left), Japanese Consul General at Hanoi, inspecting an Indo-Chinese guard of honor, upon his arrival at Haiphong. Matsumiya was appointed to the ranking after the Vichy government capitulated and permitted Japanese troops to move into Indo-China to war on Chinese bases along the border.

Source : Fiche Corbis (N° de la photo BE034043)

Tran Trong Kim (1883-1953)

La photographie a été prise le 18 novembre 1940 bien avant l’avènement du premier gouvernement nationaliste du Viêt-Nam indépendant pendant la période d’occupation japonaise. Les deux personnalités asiatiques situées au premier plan sont Japonaises et non Vietnamiennes. Les auteurs de cette bévue ont peut-être trouvé une ressemblance entre Hajime Matsumiya et Tran Trong Kim (voir dessin ci-contre).

Facheuse erreur pour un gouvernement souvent malencontreusement taxé de « pro-japonais » et de « fantoche » par l’historiographie officielle. On ne voit d’ailleurs pas très bien comment Tran Trong Kim aurait pu défiler aux côtés des Français après le coup de force militaire japonais de mars 1945 !

Pour échapper à la surveillance des Français et une probable arrestation, Tran Trong Kim, alors sous protection japonaise, quitta Hanoi le 28 octobre 1943 pour rejoindre Saigon puis Singapour en janvier 1944 et enfin Bangkok en janvier 1945. Il retourna dans son pays pour constituer le gouvernement de l’Empire du Viêt-Nam qui vit officiellement le jour le 17 avril 1945. (voir ses Mémoires)

Quelques sites sur lesquels se retrouve la photographie accompagnée de la légende erronée (sur plus de 70 pages signalées par Google):

  • sur le site Vcomtech (8 septembre 2010)
  • sur le blog Lang Bao (5 septembre 2011)
  • sur le blog Sao Mai (9 septembre 2011)
  • sur le site du VNQDD (3 octobre 2012)
  • sur le site TTXVA (18 décembre 2012)
  • etc.

Heureusement deux sites vietnamiens sauvent la mise en affichant l’image avec la légende adéquate :

  • sur le site Trai Tim Viet Nam (16 février 2009) – dans un article intitulé « Quân Nhật ở Việt Nam trong thế chiến thứ hai » [L’armée japonaise pendant la Seconde guerre mondiale], la photo est légéndée : « Pháp tiếp đón Ngoại trưởng Nhật Hajime Matsumiya tại Hải Phòng ».
  • sur la galerie photographique de Manh Hai sur Flickr (mise en ligne le 25 mars 2011) avec la mention complète de la légende de Corbis.

Toute contribution sur cette photographie est bienvenue.

[à suivre]

FG, 07/01/2013

Les décolonisations au XXe siècle : La fin des empires européens et japonais

Pierre Brocheux (dir.), Les décolonisations au XXe siècle. La fin des empires européens et japonais, Paris, Armand Colin, coll. U, 2012, 336 p.

« Tout empire périra » , Jean-Baptiste Duroselle.

La guerre est à l’origine des empires, elle est également la cause principale de leur chute. La défaite de 1914-1918 a fait disparaître les empires « monarchiques » (austro-hongrois, russe, ottoman). Les empires coloniaux ont été effacés de la carte du globe à partir de 1945 : les uns à cause de leur défaite (Japon, Italie), les autres en dépit de leur victoire (Royaume- Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande, France, Pays-Bas).

Ce livre illustre une autre remarque de J.-B. Duroselle, « il n’y a pas d’histoire sans événements » ; il est un récit d’événements où les auteurs essaient d’en cerner les causes, de lier les facteurs et acteurs en faisceaux dynamiques et en établissant des liens voire des interactions entre eux. La déconstruction des grands empires coloniaux édifiés outre-mer en plus d’un siècle s’est achevée en une trentaine d’années, le temps d’une génération d’hommes et de femmes.

Cette histoire est déployée dans quatre théâtres géostratégiques : l’Asie orientale et méridionale, le monde méditerranéen méridional et oriental, l’Afrique subsaharienne et orientale et le monde du Pacifique. Aux quatre aires ainsi délimitées correspondent, grosso modo, quatre temporalités qui se succèdent de 1945 à 1990.

Aperçu sur Google Books

 

Pierre Brocheux a enseigné l’histoire et la géographie au lycée français de Saïgon de 1960 à 1968. Puis, l’histoire du XXe siècle à l’Université Paris VII-Denis Diderot de 1970 à 1997. Il consacre ses recherches à l’histoire contemporaine de l’Asie du Sud- Est tout en focalisant l’histoire de la péninsule indochinoise. Il a publié plusieurs ouvrages sur l’histoire contemporaine du Viêt Nam dont deux biographies sur Ho Chi Minh et de très nombreux articles dans les revues d’histoire générale, d’histoire coloniale et d’histoire asiatique, en français et en anglais.