Archives par mot-clé : Japon

L’École Française d’Extrême-Orient recrute

[ndlr] Relais d’information sur deux postes à pourvoir de l’EFEO. Date limite : 20 février 2017.

Mesdames et Messieurs,

Je vous informe que deux postes d’enseignant-chercheur de l’EFEO sont ouvert au concours en ce début d’année.

Il s’agit de :

1/ Poste de Directeur d’études de l’EFEO « Asie orientale (Chine, Japon) »

2/  Poste de Maître de conférences de l’EFEO « Etudes bouddhiques : anthropologie, histoire, histoire de l’art, philologie »

Vous trouverez le détail de ces postes dans les documents joints [PDF ci-dessus].

Les dossiers des candidats doivent être déposés (sous format numérique) le 20 février 2017 à midi au plus tard. La commission de recrutement devrait se dérouler dans le courant du mois d’avril.

La date de prise de fonction est fixée au 1er septembre 2017.

Cette annonce figure également sur le site Internet de l’EFEO (rubrique « l’EFEO recrute », en bas à gauche sur la page d’accueil).

Enfin, ces avis de concours seront également affichés sur le site Galaxie du ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Je vous remercie de faire connaître largement autour de vous ces offres de concours.

Bien cordialement,

Valérie Liger-Belair

Directeur général des services

Ecole française d’Extrême-Orient (EFEO)

22 avenue du président Wilson, 75116 Paris

Tél. 01.53.70.18.55

Source : EFEO

Ben Valentine : Photographing the Forgotten Vietnamese Widows of Japanese WWII Soldiers

[ndlr] Signalement d’un article intéressant sur une exposition photographique de Phan Quang à Ho Chi Minh-Ville.

When we talk about Japan and Vietnam in the 1940s, we discuss World War II, invasions, colonialism, and other monumental events that unfolded in this part of the world, but sent ripples across the globe. These grand historical narratives are crude tools used to summarize — but that never fully explain — what happened. In Vietnam, as in most countries, the way we remember such histories is embedded with propaganda. The stories we don’t tell, the names we forget, the people we don’t eulogize are greater in number by far than the ones we do. Vietnamese conceptual artist Phan Quang’s new series on view at Ho Chi Minh City’s Blanc Art Space, Re/Cover, is an evocative micro-history lost to most textbooks, but important nonetheless.

In 2011, Phan began researching Vietnamese women who had children with Japanese soldiers between 1940 and 1955. Although Japan was defeated and officially left Vietnam in 1945, some soldiers stayed behind until 1954–55, when their government demanded their return. Within that short window of time, when the whole world was at war and then struggling to rebuild, some Vietnamese women and Japanese soldiers fell in love and had children. While Vietnamese history decries and demonizes the invasion, and would try to ostracize these children as the products of prostitution or rapes by invaders, Phan began to find very different stories, many of them touching stories of love and remembrance, stories that did not fit into the dominant narrative.

Lire la suite : Hyperallergic, 19/07/2016.

Phan Quang’s Re/Cover is on view at Blanc Art Gallery (57 D Tu Xuong Street, District 3, Ho Chi Minh City, Vietnam) through July 20.

Image « à la une » : Phan Quang, “Re/Cover no. 5” (2013) © Phan Quang

Gregg Huff: Vietnam’s 1944-1945 Famine – Explanations, Responsibility and Revolution

[ndlr] Séminaire de l’IAO.

Mercredi 08 juin 2016
Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

« Vietnam’s 1944-1945 Famine : Explanations, Responsibility and Revolution »

Gregg Huff, Pembroke College, University of Oxford, England

This paper provides the first quantitative analysis of Vietnam’s 1944-1945 great famine which claimed the lives of over a million people in Tonkin and North Annam and was instrumental in the August 1945 Viet Minh and communist revolution. Competing and hitherto unsatisfactory explanations have put the famine down to the weather, French or Japanese administrative failures, and US aerial bombardment. I show that famine, although made worse by wartime events, resulted from successive typhoons that struck coastal areas and was caused by a consequent food availability deficit. Econometric analysis reveals that differences in endowments and entitlements largely explain who died.

SeminaireIAO_2016_06_08

Source : IAO

Image « à la une » : photographie de Vo An Ninh, témoin de la famine en 1945 : Tận mắt xem 19 bức ảnh về nạn đói năm 1945 của cố nghệ sĩ Võ An Ninh (Giao Duc Viet Nam, 11/06/2012)

L’EFEO recrute

[ndlr] Postes mis au concours à l’École Française d’Extrême-Orient.

ecole-francaise-d-extreme-orient-efeo

Trois concours viennent d’êtres ouverts :

1/ Directeur d’études de l’EFEO « spécialiste de l’Asie du Sud-Est » ;

2/ Maître de Conférences de l’EFEO « Études japonaises : histoire ancienne et moderne, histoire de l’art, littérature, anthropologie sociale et / ou religieuse » ;

3/ Maître de Conférences de l’EFEO  « Monde insulindien (Indonésie, Malaisie) : archéologie, ethnologie, histoire, histoire de l’art, histoire des religions, littératures, philologie, linguistique ».

 

Les dossiers des candidats doivent être déposés (sous format numérique) le 4 mars 2016 au plus tard.

La commission de recrutement devrait se dérouler vers la mi-mai.

La date de prise de fonction est fixée au 1er septembre 2016.

L’annonce figure sur le site Internet de l’EFEO (rubrique « l’EFEO recrute », en bas à gauche sur la page d’accueil. Les avis de concours seront également affichés sur le site Galaxie du ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Voir sur le site de l’EFEO.

La valise d’Adèle – Petite contribution à l’histoire d’Adèle Clément, violoncelliste (1884-1958)

Lyon, jeudi 4 juin 2015

Très chère Adèle, je ne t’ai pas connu. Je n’ai même jamais entendu le son de ton violoncelle.

Décédée en 1958, tu as laissé des traces de ta vie d’artiste dans la presse de l’époque, chez les chroniqueurs qui t’ont écouté et dans un grenier d’une maison bourgeoise de la Drôme construite par un soldat de l’Empire. C’est de ce grenier et de la valise qu’il contenait que je voudrais m’entretenir avec toi aujourd’hui.

L’idée a surgi au cours d’une banale conversation avec une étudiante chinoise de l’université Lyon 3 qui fait sa thèse sur les femmes occidentales ayant voyagé en Asie. Immédiatement, ton souvenir s’est rappelé à moi. Il y a bien sûr des figures incontournables comme Alexandra David-Néel au Tibet ou Suzanne Karpelès en Indochine, ou encore la journaliste Andrée Viollis au Japon puis en Indochine. Je me suis rappelé de cette valise qui m’intriguait, déposée au fond d’un petit débarras d’un grand grenier logeant la bibliothèque du Docteur Adrien Borel (1886-1966), médecin psychiatre reconnu de l’hôpital Saint-Anne à Paris, ton cousin germain et mon arrière grand-oncle. Fille de Jean-Baptiste Clément et d’Adrienne Borel, ta famille avait tissés des liens de parenté du côté de la Drôme, sans quoi je n’aurai pu recueillir quelques bribes de ta vie de musicienne.

AdèleClémentPortrait d’Adèle Clément, CPA © DR

J’avais tout de suite remarqué l’identité voyageuse de ta valise sur laquelle étaient collés quelques vieux autocollants en très mauvais état mais se laissaient encore décrypter. Le Métropole de Hanoi, le Grand Hôtel de Pékin, l’hôtel Sanno à Tokyo, un restaurant à Nankin, une étiquette russe… Je crois que tu as laissé ce souvenir d’une voyageuse iconoclaste au sein de la famille. En quelques clics sur la toile, j’ai pu constaté avec émotion que tu n’as jamais été oubliée. A Puy-Saint-Martin, commune de la Drôme, une salle communale et un parc portent ton nom. Cette petite commune entretient le cher souvenir de ta virtuosité. Avant de revenir sur ta valise, je dois m’arrêter quelques instants sur ton parcours étonnant.

ValisedAdèleClémentLa valise en fibre vulcanisée d’Adèle Clément © FG

Tu es né Adèle Jeanne Alphonsine le 2 février 1884 à Saint-Gengoux-le-National en Saône-en-Loire dans une famille d’entrepreneurs de père en fils dans les chemins de fer. C’est dans cette famille bourgeoise que tu fis tes premiers pas vers le violoncelle, cet instrument à corde imposant qui fut tout au long de ta vie ton compagnon le plus fidèle. Tu appris à dompter cet instrument avec Gustave Girod de la Société des Concerts du Conservatoire. Accomplissant déjà de belles choses dans la maîtrise du violoncelle, Maître Girod t’envoya chez Cros-Saint-Ange, un virtuose, premier prix de conservatoire en 1870. En 1901, à l’âge de 17 ans, tu te présentas au concours du Conservatoire de Paris et réussis à obtenir le second prix.

Mais un an plus tard, à l’issue du même concours tu remportas le fameux premier prix de violoncelle tant espéré. La chose n’était gère simple car tu devais concourir avec de sérieux candidats, douze élèves dont cinq jeunes filles, dont le « redoutable » Bedetti [1]. Le final du Concerto de Saint-Saëns que tu interprétas ce jour là avec beaucoup de talent remporta l’unanimité du jury. L’Annuaire des artistes qui relate l’exploit note que tu as « ému sans avoir recours aux afféteries sentimentales » [2]. Il faut réécouter ce morceau pour en saisir toute la difficulté. Je t’envoie cette belle interprétation de Saint-Saëns par Anne Richardson accompagnée de la pianiste Jung-a Bang surtout pour me permettre de mesurer cette tension.

Étais-tu grave, concentrée et inspirée, comme Helen Lindén jouant Bach :

De toute évidence ton travail fut récompensé et la virtuosité, à laquelle tu consacrais presque tout ton temps, très appréciée [3]. Deux ans plus tôt, déjà, tu étais membre d’un quatuor composé de Juliette Laval, Henriette Gaston et Paul Jacquet qui, de concerts privés commença à faire des représentations publiques [4]. A cette époque, le tout Paris aimait la musique classique et la chanson populaire. Cette première formation laissa place, quelques années plus tard, à un Trio évolutif très apprécié des citadins dont tu sembles être la clé de voûte. Entre 1910 et 1914, la pianiste Adeline Baillet, la violoniste Line Talluel et toi-même ou encore Juliette Laval jouez régulièrement à la salle Pleyel [5]. Mais peu de temps après la Grande guerre éclate. Ton nom apparaît peu dans la presse. Je te retrouve le 3 mars 1916 dans un concert au profit des blessés russes [6]. Puis les 16 et 18 juillet de la même année, tu participais à un festival symphonique au Jardin du Luxembourg [7]. En 1917, sur les pas de ton père qui répondit aux trois emprunts de la Défense nationale, tu souscrivis au 3ème emprunt.

AdèleClément_3eEmprunt

En Trio, tu devais te produire un peu partout en France, notamment à Paris, parfois soliste des concerts Colonne et Lamoureux, puis en Europe, en Angleterre, en Espagne ou au Portugal. Londres, Berlin, Madrid, Lisbonne et Budapest étaient inscrites sur ta liste d’engagement [8]. Cette renommée te porta jusqu’au Maroc et en Algérie. Tu t’y fis remarquer par deux fois en 1923 et 1925. Dans son numéro du 6 avril 1925, L’Echo d’Alger se faisait le meilleur témoin de ta musique : « Le concert donné mardi dernier par Melle Adèle Clément, violoncelliste virtuose, est sans nul doute, l’un des plus représentatifs que nous aura donné cette saison » [9]. L’Oued-Sahel rapporte le 2 avril 1925 : « Pendant deux heures, le public fut littéralement pris par le talent des deux artistes que sont Melles Adèle Clément et Sandra-Mario » [10]. Quelques jours avant il prédisait : « Avec Melle Adèle Clément, ce sera la griserie exquise, sentimentale, du violoncelle, cet instrument divin dont les sons enchantent et touchent les plus réfractaires » [11].

Dans les années vingt, tu consacras plus de temps à des radios-concerts retransmis sur les ondes de la Tour Eiffel ou les antennes des radios de province [12]. Tu te produisis en compagnie de nombreux artistes comme la pianiste Marthe Gineste ou la cantatrice Louise Albane dans les concerts organisés par La Renaissance Française, une organisation fondée en 1915 par Raymond Poincaré pour faire rayonner la culture française et promouvoir la francophonie [13]. La France sortait victorieuse de la Grande guerre mais terriblement affectée. La musique sur les ondes pouvaient-elles atténuer le chagrin d’une nation éprouvée ?

AdèleClément1884-1958_FGAdèle Clément par Geneviève Granger © FG

Au fil des pages numérisées, Gallica a fait ressurgir le passé enfoui de tes nombreux concerts et souligne souvent ta virtuosité au détour des chroniques musicales de la presse du premier quart du XXe siècle. Le XIXe Siècle te remarqua dès 1901 et Le Magasin pittoresque signala ce Trio épatant en 1908 (alors composé de Geneviève Dehelly, Juliette Laval, Adèle Clément) [14]. Les Annuaires des artistes et de l’enseignement dramatique et musical (1903, 1905) retranscrivent ta biographie avec une admiration non feinte : « C’est un honneur pour notre Ecole que de produire de telles élèves » rapporte ton biographe en évoquant le concours de 1902 [15]. Il remarque « ton jeu brillant et classique, uni à de grandes qualités de mécanisme », souligne ta passion (passionnément éprise d’art, exquisément douée) et te prédit un bel avenir.

Quels furent tes compositeurs préférés ? La médaille que j’ai conservée mentionne Beethoven, Mozart, Haydn ou Bach. Mais il faut citer aussi Brahms, Schubert, Schumann et Lalo que tu interprètas en trio en 1908 à la salle Erard en compagnie de Geneviève Dehelly et de Juliette Laval [16]. De nombreux autres compositeurs sont également joués pour la radio. Et parfois, on remarque ton penchant pour les auteurs modernes comme le souligne le Comoedia en 1931 : « Mme Adèle Clément, elle, ne veut que des noms contemporains sur son programme » [17]. S’agit-il des compositeurs Gabriel Fauré (1845-1924) ou Louis Abbiate (1866-1933), tes ainés, qui apparaissent dans tes interprétations ? Apprécierais-tu aujourd’hui les interprétations de Rachael Lander de « Get Lucky » ou « Le prelude de Bach » de Tina Guo (郭婷), la violoncelliste shanghaïenne ou encore l’interprétation moderne et nerveuse des Quatres saisons de Vivaldi par la japonaise Eru Matsumoto ?

Ou préférerais-tu le style grandiose de l’incomparable Rostropovitch ?

Grande voyageuse, peut-être lassée par la vieille Europe mélancolique et les « vieilles chansons françaises » des radio-concerts, tu es partie en Extrême-Orient [18]. La chose était sans doute courante pour le monde colonial mais pour une violoncelliste habituée aux salles parisiennes ou aux radios-concerts c’était assez rare pour être souligné. Tu as joué en Chine et au Japon, peut-être même à Hanoi comme ta valise le laisse supposer [19]. As-tu suscité des vocations en Chine, à Shanghai, à Pékin… ? Au Japon, à Tokyo ? Au Viêt-Nam, à Saigon ou Hanoi ? Quand es-tu partie en Asie ? A la fin des années vingt ? En 1930 ?

GrandHotelPekin_1920Le Grand Hôtel de Pékin en 1920 © DR

En mai 1931, la revue Comoedia signale dans sa chronique musicale : « en mentionnant le succès obtenu par Mme Adèle Clément, violoncelliste, qui n’a pas craint dernièrement de pousser une pointe jusqu’en Extrême-Orient pour y faire connaître la musique occidentale. Son évangélisation dut être active si nous en jugeons par son récent concert, plein de tenue et de goût. […] Son jeu est vivant, sa technique approfondie, se prête aux plus difficiles évocations comme à l’exécution de pièces où l’émotion l’emporte sur la prouesse. Excellente sonorité qu’elle emploie judicieusement et sans emphase » [20].

Tu aimais les voyages, les portes de l’aventure comme disait Jean Hougron. Tu t’arrêtas à Tokyo à l’hôtel Sanno, à Pékin au Grand Hôtel et à Hanoi au Métropole. Tu réservas la chambre 141 au Palais de l’Etoile du Nord, « Home Sweet Home » de Pékin et fis une pause à Nankin au restaurant de La Capitale. Ton violoncelle a-t-il résonné dans le hall de ces lieux prestigieux ?

La dernière étiquette indique que ta valise a été contrôlée à la douane de Negorelo en Biélorussie non loin de Minsk. Etais-tu alors en partance pour l’Asie sur le Brest-Minsk-Moscou, voie classique à l’époque pour les voyages de l’Europe vers l’Asie ? De Moscou, le transmongolien pouvait t’emmener à Pékin au terme d’un rude voyage de plus 7600 kms à travers les montagnes de l’Oural, le désert de Gobie, les steppes de Mongolie et la Grande Muraille de Chine. Que reste-t-il de ta tournée d’Extrême-Orient ?

Traces de voyages sur la valide d’Adèle © FG

Cliquez sur les images pour les agrandir

Fille de constructeurs de chemin de fer, tu voulais respirer l’air d’ailleurs et prendre d’autres voies. Il existe aujourd’hui des modèles d’instrument à cordes qui portent ta marque « Adèle Clément ». Un violon de voyage, un violoncelle muet. Furent-ils tes compagnons de voyage ? Ont-ils été créés par expérience de ces longs périples en train ? La journaliste Lucienne Darrouy nous révèle le secret de ce violoncelle d’étude pliant et démontable que tu expérimentas en public le vendredi 18 janvier 1924 à Alger lors d’un deuxième et dernier concert à la Salle des Beaux-Arts :

« On sait que Melle Clément est l’inventeur d’un violoncelle muet (ou presque) et démontable. Elle joua cet instrument pratique en manière de démonstration, bien entendu ; car son rôle est plutôt de rendre service aux artistes en voyage, qui veulent faire des gammes dans les chambres d’hôtel sans encourir l’intolérance des tympans profane, que d’enthousiasmer les foules au profit des concertistes » [21].

Même sans le son, la chroniqueuse de L’Echo d’Alger apprécie le style de la violoncelliste : « il ne fut entre les mains de cette artiste a la foi profonde, que l’occasion d’admirer le sens inventif uni, dans une nature remarquablement équilibrée, au plus exquis sentiment artistique. ‘Pratical and poetical’ » [22].

Deux ans plus tôt, en novembre 1922, la revue Popular Science Monthly éditée à New York fait la promotion de cet objet curieux, effilé et élégant avec une illustration à l’appui [23]. Sa forme aérodynamique a-t-elle inspirée le violoncelle blanc d’Eru Matsumoto ?

AdèleClément_SilenceCello© 1922 Popular Science

Violoncelle muet et violon de voyage brevetés « Adèle Clément »

Cliquez sur les images pour les agrandir

Tu as, chère Adèle, sans le savoir, poussé ma curiosité vers l’Extrême-Orient. Le grenier-bibliothèque du Docteur Borel affichait quelques objets typiques de cette lointaine Asie : un brûle-parfum, un dessin de Fujita, des chevaux en terre cuite, une théière en fonte. Dans une malle de voyage du grenier se logeaient des kimonos japonais, des waraji et des éventails. Je n’en ai pas la certitude mais je crois que tout ceci revenait dans tes bagages de l’autre bout du monde. Personne d’autre dans la famille à cette époque ne s’était rendu aussi loin.

AdèleClément_PersonnagesChineAdèleClément_ChevauxChineObjets attribués à Adèle Clément © FG

Je perds ta trace en 1940, dernière mention dans la presse [24]. Que faisais-tu pendant l’occupation, es-tu repartie en Asie après 1934 ? De retour en France as-tu été inquiétée ? Ou au contraire, as-tu continué à jouer pendant la période du régime de Vichy ? Tu t’es sans doute mise en retrait des nouvelles mondanités. Je ne désespère pas de retrouver quelques éléments de réponse dans les archives privées ou institutionnelles ou dans la presse locale. Seize ans après, je te retrouve néanmoins, en août 1956, loin de ton petit nid rue des Fossés Saint-Jacques à Paris, à Puy-Saint-Martin dans la Drôme où tu cèdes en viager ton patrimoine familial au profit de la Mairie de la commune. Deux ans plus tard, tu devais décéder à l’âge de 74 ans, toujours seule et sans enfant.

Je te quitte, très chère Adèle, en te remerciant pour ces traces si précieuses qui ont contribué à construire mon intérêt particulier pour cette Asie des années trente si tourmentée dont les récits de Louis Roubaud, Andrée Viollis ou Albert de Pouvourville témoignent avec vigueur [25]. Un matin de juin 1930, treize insurgés du Parti nationaliste du Viêt-Nam étaient guillotinés à Yen Bay et l’Asie allait connaître les soubresauts violents des révolutions sanglantes et de la guerre totale.

François Guillemot, MàJ le 04/06/2015.

Notes

[1] Annuaire des artistes et de l’enseignement dramatique et musical, n° 1903, p. 492.

[2] Idem.

[3] Annuaire des artistes et de l’enseignement dramatique et musical, 1905, pp. 494-495.

[4] L’Aurore, n° 3389, 30/01/1907.

[5] L’Aurore, n° 4589, 31/05/1910 ; Le XIXe Siècle, n° 15001, 07/04/1911 ; L’Aurore, n° 5141, 14/12/1911 ; Le Rappel, n° 15254, 16/12/1911 et n° 15259, 21/12/1911 ; L’Aurore, n° 5545, 30/01/1913 ; L’Humanité, n° 3210, 30/01/1913 ; Le XIXe Siècle, n° 15697, 04/02/1913 ; Le XIXe Siècle, n° 15702, 09/02/1913.

[6] Le Figaro, n° 64, 04/03/1916.

[7] L’Humanité, n° 4473, 16/07/1916 et n° 4445, 18/06/1916 ; Le XIXe Siècle, n° 16649, 18/06/1916.

[8] L’Écho de Bougie (Alger), n° 1441, 22/03/1925.

[9] L’Écho d’Alger, 06/04/1925.

[10] L’Oued-Sahel, n° 228, 02/04/1925 ; voir aussi L’Écho de Bougie, n° 1443, 05/04/1925.

[11] L’Oued-Sahel, n° 227, 26/03/1925.

[12] Le Petit Parisien, n° 16934, 11/07/1923 ; L’Ouest-Eclair, n° 7970, 11/07/1923 ; Le Petit Parisien, n° 117250, 22/05/1924 ; L’Ouest-Eclair, n° 8803, 25/11/1925.

[13] Le Petit Parisien, n° 17643, 19/06/1925 ; L’Ouest-Eclair, n° 8644, 19/06/1925.

[14] Le XIXe siècle, n° 11547, 22/10/1901 ; Magasin Pittoresque, Série 3, Tome 9, 1908.

[15] Annuaire des artistes et de l’enseignement dramatique et musical, 1903, p. 492.

[16] Le Magasin Pittoresque, Série 3, Tome 9, 1908.

[17] Comoedia, n° 6685, 10/05/1931.

[18] L’Ouest-Eclair, n° 8212, 09/03/1924 ; Le Gaulois, n° 16961, 13/03/1924.

[19] Paris-Soir, n° 61, 6e édition, 21/08/1940.

[20] Comoedia, n° 6685, 10/05/1931.

[21] L’Echo d’Alger, n° 5214, 17/01/1924 ;  L’Echo d’Alger, n° 5218, 21/01/1924, “Deuxième concert Adèle Clément”, par Lucienne Darrouy, p. 3.

[22] L’Echo d’Alger, n° 5218, 21/01/1924.

[23] Popular Science Monthly, Vol. 101, No. 5, November 1922, p. 62. Lien sur GoogleBooks

[24] Paris-Soir, n° 61, 6e édition, 21/08/1940.

[25] Albert de Pouvourville, L’heure silencieuse, Paris, Les éditions du Monde moderne, 1923 ; Griffes rouges sur l’Asie, Paris, Baudinière, 1933 / Louis Roubaud, Le dragon s’éveille, Paris, Baudinière, 1928 ; Viêt-Nam, la tragégie indo-chinoise, Paris, Librairie Valois, 1931 / Andrée Viollis, Changhaï et le destin de la Chine, Paris, Correa, 1933 ; Le Japon et son Empire, Paris, Grasset, 1933 ; Japon intime, Paris, Aubier, 1934 ; Indochine S.O.S., Paris, Gallimard, 1935.

tokyosannohotelBrochure de voyage du Sanno Hotel à Tokyo, circa 1935 © Blog travelbrochuregraphics

Les Suites pour violoncelle de Jean-Sébastien Bach et le métier de violoncelliste par Anne Gastinel

AdèleClément_ObjetsTissusJaponEventail, waraji et tissus japonais © FG

Image « à la une » : Détail d’un éventail japonais d’Adèle © FG

Nos remerciements à Anne-Maître et Michel Tissier pour la traduction du russe, à Zhang Yu pour les traductions chinoises.

Indochina, Thailand, Japan and France during World War II – WIAPS – March 2015

[ndlr] Parution des actes du colloque international (Tokyo, Waseda University, décembre 2014) sur les sources éditées et archivistiques consacrées à l’Indochine et la Thaïlande pendant la Seconde guerre mondiale (1940-1945). Organisé en 14 chapitres, cet ouvrage propose un état des lieux de la production académique et des ressources documentaires disponibles sur ce sujet au Japon, en Chine, à Taiwan, en Thaïlande, au Cambodge, au Laos, au Viêt-Nam ainsi qu’en France.

IndochinaWWII_WIAPS_2015

Réf. Masaya Shiraishi (ed.), Indochina, Thailand, Japan and France during World War II: Overview of the Exiting Literature and Related Documents for the Future Development of Research, Tokyo : Waseda University Institute of Asia-Pacific Studies (WIAPS), March 2015, 434 p.

Contents / 目次

Contributors

Introduction / 序論

Masaya Shiraishi 白石昌也

I. Current Research Trends in Japan / 日本における研究状況

  • Motoo Furuta 古田元夫

II. Historical Documents on the Relations between Japan and French Indochina during the Second World War Preserved in Japan: Diplomatic Archives of the Ministry of Foreign Affairs and the National Institute for Defense Studies of the Ministry of Defense / 日本の公文書館(外務省外交史料館、防衛省防衛研究所)が所蔵する第二次戦争大戦期の日本と仏印の関係に関する史料

  • Kyoichi Tachikawa 立川京一

III. On the Use of Official Documents: Beyond JACAR

  • Kenichiro Hirano 平野健一郎

IV. The Compilation of Records of the Japanese Occupation of Southeast Asia / 東南アジア関係日本占領期史料調査

  • Shinzo Hayase 早瀬晋三 

V. A Survey of the Researchers and the Archives on the Vietnamese Studies in Taiwan

  • Shiu Wen-tang 許文堂

VI. Introduction of the Japanese Materials related to French Indochina Archived in Taiwan / 台湾に所蔵する仏領印度支那関連日本語資料の紹介

  • Lee Yi-Ling 李依陵 and Eiko Yuyama 湯山英子

VII. A Briefing of Mainland China’s Literature on International Relations in Indochina during World War II

  • Bi Shihong 畢世鴻, Li Wanru 漢字氏名, Fu Jinlin 漢字氏名, and Zhang Qiong 漢字氏名

VIII. An Introduction to French Research and Historical Sources Concerning Indochina under French-Japanese Rule / 仏日支配下のインドシナに関するフランスの研究と歴史資料の紹介

  • Chizuru Namba 難波ちづる

IX. Knowledge in France of Japan and Indochina (1940-1945): Academic Work, Narratives, and Archives

  • François Guillemot

X. Status of Archives and Research on Vietnam-Japan Relationship during World War II / 第二次世界大戦期における越日関係についての研究動向及び資料状況-ベトナムを中心に

  • Nguyen Van Kim and Vo Minh Vu

XI. The Studies of Thailand- Japan Relations in the context of Japanese Presence in Thailand during World War II

  • Nongluk Limsiri

XII. A Survey of Thai Materials in the Second World War: Thai Government Records and Newspapers

  • Preeyaporn Kantala

XIII. Cambodia during World War II: The Status Quo on the Existing Development in Research / 第二次世界大戦期のカンボジア―研究と資料公開の現状

  • Hideo Sasagawa 笹川秀夫

XIV. Laos during World War II: Overview of Existing Literature and Related Documents / 第二次世界大戦期の日本・ラオス関係に関する史資料の所在と研究状況

  • Yoko Kikuchi 菊池陽子

Franck Michelin: L’Indochine française et l’expansion vers le sud du Japon à l’orée de la guerre du Pacifique

[ndlr] Résumé de la thèse de doctorat d’histoire de Franck Michelin présentée et soutenue le 6 décembre 2014 à l’Université Paris-Sorbonne (Centre Roland Mousnier, UMR 8596).

 

L’Indochine française et l’expansion vers le sud du Japon à l’orée de la guerre du Pacifique

Politique étrangère et processus de décision

29 juin 1940 – 8 décembre 1941

Franck Michelin

L’occupation de l’Indochine française par le Japon entre juin 1940 et juillet 1941 constitue un événement-clé de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Désirant sortir de son isolement diplomatique et du bourbier du conflit chinois, le Japon profite de la victoire allemande en juin 1940 pour occuper le nord de l’Indochine, arrimer la colonie française à son économie, imposer sa médiation dans le conflit franco-thaïlandais, puis occuper le sud de l’Indochine avant de se lancer dans la Guerre du Pacifique. Pourtant, son ennemi désigné est, traditionnellement, l’URSS. Les raisons de cet hybris sont à chercher dans sa volonté de détruire le statu quo imposé par les puissances occidentales en Asie orientale, ainsi que dans une crise interne insoluble qui le font choisir le camp des pays totalitaires.

L’occupation du sud de l’Indochine en juillet 1941 est un point de non-retour. Cette crise où l’Indochine française a joué un rôle central, permet à l’historien de découvrir le mécanisme du processus de décision dans le Japon d’avant la Seconde Guerre mondiale. Les groupes dirigeants japonais ne connaissent pas de lutte entre des faucons et des colombes, mais la rivalité permanente de factions qui cherchent prendre la tête du mouvement expansionniste. Car si l’expansion fait consensus, la décision, tant de la direction que des moyens, est l’objet d’âpres luttes. C’est cependant à l’occasion de l’occupation de l’Indochine et à mesure que la Guerre du Pacifique se rapproche, qu’une synthèse se fait en haut de l’État par la constitution d’un groupe dirigeant composé de militaires et de bureaucrates favorisant une évolution totalitaire du régime, couplée à la construction d’un empire en Asie et dans le Pacifique.

Mots clés : Indochine française ; Japon ; Guerre de l’Asie et du Pacifique ; Expansion vers le Sud ; Processus de décision

TroupesJaponaisesIndochine
Arrivée des troupes japonaises en Indochine © DR

The occupation of French Indochina by Japan from June 1940 to July 1941 constitutes a key event for World War history. Eager to escape its diplomatic isolation and the quagmire of the war in China, Japan takes advantage of German victory in June 1940 to occupy Northern Indochina, to ties up the French colony to its economy, to impose its mediation in the French-Thai conflict, occupy the Southern part of Indochina and, then, to launch the Pacific War. However its traditional foe was the USSR. The reasons of this hubris lie in its desire to destroy the status quo enforced by western powers in Eastern Asia, as well as in an insoluble internal crisis that made Japan choose the side of totalitarian countries.

The occupation of Southern Indochina in 1941 is a point of no return. This crisis where Indochina played a crucial part allows the historian to uncover mechanism of the decision-making process in Japan before the Second World War. Japanese leading groups do not operate on a partition between hawks and doves, but on a constant rivalry of factions who would try to take the lead of the movement for expansion. If expansion is the object of a consensus among leaders, the decision of its direction and means is the causes of fierce conflicts. However, the occupation of Indochina and the approach of the Pacific War lead to a synthesis at the top of the State, by the composition of a leading group made of military and bureaucrats who promote the totalitarian evolution of the regime coupled with the building of an empire in Asia and in the Pacific.

Key words: French Indochina ; Japan ; Pacific War ; Southern Expansion ; Decision-making Process

Lire sa position de thèse : F.Michelin-PositionThèse3

Annonce de la soutenance sur le site de l’Université Paris-Sorbonne

Photo de la soutenance sur le compte Twitter de Franck Michelin.

Cour de justice de l’Indochine (sous-série Z/7) : un nouvel inventaire disponible

[ndlr] Un nouvel inventaire des archives de la Cour de justice de l’Indochine nous a été signalé par Mme Violaine Challéat-Fonck, conservateur aux Archives Nationales, que nous remercions vivement.

ArchivesNationales

Le fonds de la cour de justice de l’Indochine, qui jugea de 1946 à 1950 les faits de collaboration avec les Japonais commis en Indochine pendant la Seconde guerre mondiale, a fait l’objet d’un classement et d’un instrument de recherche exhaustif dans le cadre du projet scientifique, culturel et éducatif des Archives nationales. Le fonds est communiqué sur le site de Pierrefitte-sur-Seine. Le répertoire numérique détaillé est désormais accessible en ligne dans la salle des inventaires virtuelle des AN à l’adresse suivante :

Cour de justice de l’Indochine (Z/7/1 à Z/7/77)- 1916-1960

En application des recommandations de la CNIL, certaines informations dont la description des dossiers de procédure ne sont disponibles qu’auprès de la présidence de la salle des inventaires sur le site de Pierreffite-sur-Seine. Par ailleurs, en application du Code du patrimoine, une grande partie des articles sont soumis au délai de 75 ans pour les documents relatifs à des affaires portées devant les juridictions. Ce fonds très riche, notamment par la présence de scellés et d’archives d’organes tels que le Service Information-presse-propagande ou la Légion des combattants français utilisées comme documentation par la cour, permet de documenter les enjeux de la collaboration et l’épuration dans l’ancienne Indochine française.

Violaine Challéat-Fonck conservateur au département justice et intérieur, direction des fonds des Archives nationales.

Triste nouvelle – Tin buồn: Giáo sư Vĩnh Sính (1944-2014)

VinhSinhNous avons appris tardivement comme d’autres la très triste nouvelle de la disparition à 70 ans du Professeur Vĩnh Sính, historien et spécialiste des relations vietnamo-japonaises. Comme le souligne Tran Huu Dung sur le site Dien Dan – Forum, il y a des pertes inconsolables. Celle de Vĩnh Sính le 1er janvier 2014 en est une.

Professeur émérite à l’Université d’Alberta au Canada, Vĩnh Sính laisse derrière lui une série de travaux importants sur le mouvement Dong Du au début du XXe siècle, sur le révolutionnaire Phan Boi Chau et le moderniste Phan Châu Trinh. Il fut également l’un des premiers à s’intéresser à l’itinéraire de Komatsu Kiyoshi, ami des révolutionnaires et indépendantistes vietnamiens.

Quelques références :

  • Edited and translated by Vinh Sinh, Phan Chau Trinh and His Political Writings, Ithaca, Cornell University, Southeast Asia Program Publications, 2009.
  • « Phan Châu Trinh (1872-1926) et sa conception  de la modernisation du Vietnam », in Gilles de Gantès & Nguyen Phuong Ngoc, Vietnam, le moment moderniste, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2009, pp. 115-123.
  • « Komatsu Kiyoshi and French Indochina », Moussons 3 (2001 ), pp. 57-86. [sommaire en PDF]
  • Việt Nam và Nhật Bản – Giao lưu Văn hoá, Nxb Văn Nghệ TP. HCM, 2000. [sélection d’articles publiés au Viêt-Nam]
  • Overturned Chariot: The Autobiography of Phan Boi Chau, Honolulu, University of Hawai’i Press, 1999.
  • Hyôden Tokutomi Sohô [Tokutomi Soho: A Critical Biography], Iwanami Shoten, 1994.
  • Phan Bội Châu and the Đông Du Movement, Yale Center for International and Area Studies, Council on Southeast Asia Studies, © 1988. PDF en ligne. Avec les contributions de Vinh Sinh (ed.), Nguyen The Anh, Nguyen Khac Kham, Shiraishi Masaya, Furuta Motoo, Huynh Sanh Thong.

Sources : Tin buồn: Giáo sư Vĩnh Sính (1944-2014), Dan Luan, 05/01/2014 & Vĩnh Sính (1944-2014), Dien Dan – Forum.

Voir aussi Tran Huu Dung, Nhớ Vĩnh Sính, Dien Dan – Forum, 07/01/2014.

FG

Hommage de Edward Miller, Associate Professor of History, Dartmouth College

This is indeed a terrible loss.  I first got to know Prof. Sinh via email when I was in graduate school.  At the time, I was working on a paper on Confucianism in South Vietnam.  Quite presumptuously, I emailed him a great many questions about the subject out of the blue.  He graciously sent detailed replies to each query.  In the years after that, Prof. Sinh continued to be exceedingly generous with his time and expertise on modern Vietnamese politics and culture, and he often went out of his way to share his research and published work with me.  He will be greatly missed.

PhanChauTrinhPoliticalWritings

PhanBoiChau_OverturnedChariot

Asiatiques de France – Documentaire de Laurence Jourdan

[ndlr] A noter la diffusion d’Asiatiques de France, le nouveau documentaire de Laurence Jourdan (Les oubliées de la Piste Ho Chi Minh, 2004), en deux épisodes les dimanches 22 et 29 septembre 2013 sur France 5.

 

Dimanche 22 septembre 2013 à 21h55 heures

Diffusion sur France 5 du film de Laurence Jourdan

Asiatiques de France

1911-1975 – Episode 1

Près d’un million d’Asiatiques vivent en France. Retour sur leur histoire, riche, qui traverse deux conflits mondiaux, le temps de la colonisation de l’Indochine puis celui de son indépendance et de l’évolution des Républiques Populaires d’Asie. Cette diaspora hétérogène cherche, à présent, à peser dans le débat public. Elle revendique une visibilité. L’installation des Vietnamiens, Cambodgiens, Laotiens ainsi que des Chinois en France date des réquisitions de main d’oeuvre pendant les Première et Seconde Guerres mondiales, en 1914-1918, puis en 1939-1940. La notoriété des Beaux-arts à Paris attire aussi toute une génération d’artistes et d’intellectuels japonais.

 


Asiatiques de France – Extrait 1 par Phares-Balises


Asiatiques de France – Extrait 2 par Phares-Balises

A suivre : Episode 2 – Dimanche 29 septembre à 21h55 heures sur France 5.