Archives par mot-clé : insurrection

Kỷ Niệm lần thứ 87 Tổng Khởi Nghĩa của VNQDĐ

[ndlr] Il y a 87 ans, le Parti National du Viêt-Nam (VNQDD) lançait une insurrection générale contre le pouvoir colonial. Rappel de ces événements et de la répression qui en suivit. Articles publiés sur le site de ce Parti, exilé et interdit depuis 1975 en RSVN.

L’insurrection de Yen Bai de février 1930

Ngày 10/02/1930, Việt Nam Quốc Dân Đảng đứng lên làm cuộc Tổng Khởi Nghĩa đánh đuổi thực dân Pháp dành độc lập cho Dân Tộc. Đây là cuộc Tổng Khởi Nghĩa lịch sử đã đưa một đảng chính trị đầu tiên vào cửa chính của lịch sử mở màng cho công cuộc đấu tranh vì độc lập dân tộc, vì tự do dân chủ và vì hạnh phúc toàn dân. Cuộc Tổng Khởi Nghĩa thất bại, nhưng đã lưu lại tấm gương yêu nước sáng ngời cho bao thế hệ đời sau noi gương chiến đấu để bảo vệ và xây dựng tổ quốc. Nhân kỷ niệm ngày Tổng Khởi Nghĩa lần thứ 85 của VNQDĐ, chúng tôi ghi lại diễn tiến cuộc Tổng Khởi Nghĩa làm rung chuyển chế độ thực dân Pháp và mở đầu cuộc cách mạnh dân quyền tự do cho dân tộc Việt Nam.

Lire la suite : VQ2, « Kỷ Niệm lần thứ 87 Tổng Khởi Nghĩa của VNQDĐ« , 09/02/2017.

Voir aussi sur le site Viet Quoc :

Commémorations de Yên Bái en 2015 : intérieur / extérieur

Le 17 juin 1930, le révolutionnaire Nguyễn Thái Học (1902–1930) et douze de ses camarades de parti étaient guillotinés à l’aube à Yên Bái. La sinistre exécution des membres du Parti national du Viêt-Nam (Việt Nam Quốc Dân Đảng, VNQDĐ) fut décrite avec émotion en son temps par le journaliste Louis Roubaud. Ce jour noir, véritable drame historique pour le Viêt-Nam, est depuis lors dédié aux martyrs de l’organisation nationaliste révolutionnaire qui s’était soulevée en février 1930 dans ses places fortes du Tonkin et de l’Annam contre la puissance coloniale. Gravée dans la mémoire du VNQDĐ, la journée du 17 juin est l’occasion à l’intérieur du pays comme à l’extérieur de revendiquer une filiation à la fois anticoloniale et révolutionnaire mais aussi dans une certaine mesure anticommuniste car le Parti reste toujours interdit au Viêt-Nam.

« Négliger la psychologie est une faute. Chaque fois qu’on la commettra délibérément et longuement en Indochine, il y aura des réactions sauvages, du massacre, de la répression et tout cela se résoudra en affaires sanglantes » (Bon Mat, La nuit rouge de Yên Bay, p. X).

NguyenThaiHoc
Couverture de l’ouvrage de Bach Dien sur Nguyen Thai Hoc et le VNQDD paru à Hanoi en 1950 (Ngày Mai) © TTXVA

Le Parti national du Viêt-Nam, fondé le 25 décembre 1927 par un groupe de jeunes intellectuels de Hanoi alors investis dans une maison d’édition « subversive » pour le pouvoir colonial, connut une destinée rudement mise à l’épreuve par la brutale décolonisation puis par la guerre civile, en particulier lorsque celle-ci prend forme dans les limbes de la « Révolution d’août » en 1945-1946. Entre sa date de création et 1930 date du soulèvement général, l’organisation nationaliste révolutionnaire était pour ainsi dire la plus forte et la mieux organisée sur le territoire vietnamien (Nord, Centre et Sud), inquiétant de fait les autorités coloniales qui l’avait infiltrée, espionnée et qui traquait ses adhérents pour contrer leurs objectifs politiques. A cette époque, toute organisation révolutionnaire était automatiquement raccrochée à la « bolchévisation » de l’Indochine, terme aisé pour stigmatiser l’ennemi anticolonial intérieur. La Sûreté coloniale, pourtant bien au fait du programme de libération nationale de l’organisation révolutionnaire, préfère « voir rouge » plutôt que de considérer avec sérieux la revendication indépendantiste. Il était plus facile en effet de faire croire qu’une lutte s’était engagée contre le diable bolchévique que d’avouer que l’on s’attaquait à une organisation d’étudiants infortunés et d’intellectuels idéalistes qui plongeait leurs références culturelles dans l’histoire ancienne du Viêt-Nam et ses symboles dans la Révolution française ! La devise du programme du Parti n’était-elle pas « Liberté, Égalité, Fraternité« , cinglant camouflet pour une République coloniale qui ne voulait reconnaître ses fils rebelles, formés et éduqués par la France mais ne bénéficiant d’aucun droits politiques.

FRCAOM08_9FI_00079R_P
Affiche du Secours Rouge international © ANOM / CAOM

En Métropole, le fait était si frappant que les défenseurs des futurs guillotinés de Yên Bái appelaient à soutenir des « camarades » que l’on croyait affiliés au communisme international. Après « le soulèvement général » dans la nuit du dimanche 9 au lundi 10 février 1930, prématuré et plutôt chaotique, le Parti nationaliste entra dans une spirale de l’échec. Il fut très sévèrement pourchassé, ses militants traqués et tués quand ils n’étaient pas envoyés au bagne pour de longues années. Certains finirent leurs jours bien loin de leur terre natale… en Guyane, un des lieux de mémoire du Parti que les descendants entretiennent toujours aujourd’hui. Entre l’échec de Yên Bái et 1933, le Parti national fut quasiment décimé à l’intérieur de l’Indochine. Par cet acte, la France laissa le champ libre à une organisation concurrente mue par la détestation du nationalisme du VNQDĐ jugé petit-bourgeois ou « réactionnaire » : le Parti communiste indochinois (PCI), branche kominternienne du communisme international et régional. Celui-ci eut en effet désormais le champ libre pour organiser sous son contrôle ce qu’il restait des forces antifrançaises et promouvoir son credo de la violence révolutionnaire. Pourtant, de leur côté, les militants communistes payèrent également le prix fort pour leur constitution en Soviets dans l’ancienne province de Nghệ Tĩnh. En 1930-1931, une répression de feu, de fer et de sang, appuyée par l’aviation et la Légion, devait s’abattre sur les apprentis révolutionnaires qu’ils soient « rouges ou bleus ».

VNQDD_12LietSiTuanQuoctaiYenBay
Portrait de 12 condamnés de Yên Bai, revue Cong Hoa, 1964 © Dien Dan Sach Xua / « Giay Goi Xoi »

Mais, après le tremblement de Yên Bái, le VNQDĐ n’avait pas dit son dernier mot. Grâce à une série d’amnisties décrétées par le pouvoir colonial et qui intervinrent entre 1934 et 1936, quelques intellectuels reprirent du service sous la surveillance accrue de la Sûreté. Tel Nguyễn Ngọc Sơn qui, en 1938, se voyait bien à la tête d’un nouveau Parti nationaliste socialisant, tel Nguyễn Thế Nghiệp qui réorganisa avec Sơn et des anciens comme Ngô Thúc Địch un Nouveau VNQDĐ (Tân VNQDĐ) à l’aube de la Seconde guerre mondiale pour répondre aux nouvelles exigences historiques. Le Parti, sous diverses formes à la fois culturelles, sociales et politiques, put renaître de ses cendres. A l’extérieur du pays, il s’était particulièrement bien développé, notamment au Yunnan où sa branche dirigée par le redoutable chef Vũ Hồng Khanh avait activement recruté chez les employés des Chemins de fer.

A l’intérieur du pays, il fallut attendre le tournant de 1938-1939 pour que les anciens affiliés, jeunes descendants ou simples sympathisants, s’organisent contre le pouvoir colonial en créant de multiples factions révolutionnaires aux résonances du Viêt-Nam ancestral. Le Đại Việt Quốc Dân Đảng (ou Parti nationaliste du Grand Viêt-Nam), dirigé par Trương Tử Anh, fut fondé en compagnie d’anciens membres du VNQDĐ en décembre 1938. L’organisation révolutionnaire originale n’avait pas pour autant disparu. Elle reprit le contact avec l’extérieur pour préparer le « grand soir » nationaliste, anticolonial et révolutionnaire. Mais, entretemps, depuis 1941, un front unitaire, dénommé Ligue pour l’Indépendance du Viêt-Nam, en abrégé Việt Minh, s’était solidement implanté aux confins de la Haute-Région du côté de Cao Bằng dans le territoire des Nùng puis dans la province de Thái Nguyên. Si elle se présentait aux habitants comme un front nationaliste indépendantiste, elle était en réalité tenue par une poignée de cadres du PCI déterminés à s’emparer du pouvoir sur le modèle de Lénine.

MLBVN_DaiTuongYenBai_2015
Extérieur 1 : Monument aux morts du VNQDD à Yên Bai, parc Yên Hoa © Panoramio

L’organisation kominternienne, le PCI, s’avéra être la formation concurrente la plus dangereuse pour le VNQDĐ. En effet, les militants nationalistes s’étaient affrontés aux militants communistes dans les bagnes coloniaux, plus particulièrement au sein du bagne n°2, réservé aux détenus politiques. Ce furent de véritables batailles rangées de plusieurs centaines de détenus politiques qui devaient amoindrir encore l’organisation nationaliste révolutionnaire. Certains de ses cadres éminents comme Trần Huy Liệu (futur ministre de la propagande du gouvernement de Hồ Chí Minh) et Nguyễn Bình (futur chef de la résistance antifrançaise sudiste) rejoignirent le Việt Minh/PCI et quelques années plus tard prêtèrent main forte à la Sûreté Việt Minh pour détruire un peu plus leur ancienne organisation.

En 1945-1946, c’est le combat fratricide entre les différentes organisations révolutionnaires. L’alliance nationaliste formée du VNQDĐ, du Đại Việt et du ĐMH affronte les armes à la main la Garde nationale du Viêt-Minh (Vệ Quốc Đoàn) et sa police d’assaut. Mais je ne compte pas ici me lancer dans cette histoire complexe faite de trahisons sanglantes et de retournements de situation ni même disserter sur la dichotomie faite encore aujourd’hui par les historiens officiels à Hanoi entre un « bon VNQDĐ » (celui de 1927-1930), authentique et révolutionnaire, et un « mauvais VNQDĐ » (celui de 1945-1946), falsificateur et réactionnaire, pour considérer les traces de la révolte de Yên Bái dans les actes commémoratifs à l’intérieur et à l’extérieur du pays.

LeTuongNiem1946_NguyenThaiHoc
Extérieur 2 : Photographie rare de la cérémonie en hommage à Nguyen Thai Hoc à Hanoi le 18 juin 1946 © 2013 Xua & Nay
LetuongniemNTH-PHT1946
Extérieur 2 bis : Même manifestation du 18 juin 1946, vue plus lointaine © TTXVA

Pour ce faire, nous devons garder en mémoire que la première commémoration officielle des nationalistes anticolonialistes se déroula en juin 1945 précisément à Hanoi lors d’une célébration en hommage à Nguyễn Thái Học, chef du VNQDĐ exécuté en 1930 et à Phạm Hồng Thái, le militant révolutionnaire de la Société des Coeurs (Tâm Tâm Xã) instigateur de l’attentat de 1924 à Canton contre Martial Merlin, le Gouverneur général de l’Indochine de l’époque. Cette première célébration officielle intervint après le démantèlement du pouvoir colonial par les Japonais le 9 mars 1945, la chose ne pouvant bien évidemment être concevable avant. La seconde célébration d’envergure se déroula également à Hanoi une année plus tard le 18 juin 1946 alors que la situation entre le Viêt Minh et l’opposition incarnée principalement par le VNQDĐ était des plus tendues. Mais dans les deux cas, les frères ennemis de la révolution vietnamienne pouvaient rendre hommage ensemble aux deux martyrs qui avaient montré le chemin de la libération nationale : Nguyễn Thái Học dans un acte délibéré, assumé et revendiqué (voir sa lettre aux députés français) ; Phạm Hồng Thái dans une action terroriste qui le mena, dans sa fuite, à se noyer dans la Rivière des Perles bordant Canton.

Si Phạm Hồng Thái bénéficia d’une sépulture dans le cimetière des révolutionnaires chinois de 1911 grâce au soutien de Sun Yat-sen en personne, je ne sais ce qu’il est advenu du corps de Nguyễn Thái Học. Son corps et ceux de ses compagnons d’infortune ont-ils été brûlés, enterrés, jeté dans un fleuve ou dans une fausse commune ? Il serait intéressant d’enquêter sur ce que sont devenus les corps décapités et les têtes de ces martyrs du colonialisme. Nous avions signalé dans un billet précédent cette absence d’image permettant d’entretenir la mémoire des hommes et du parti et la substitution d’une autre image du début du XXe siècle pour tenter d’incarner les treize guillotinés de Yên Bái.

LesTroisCouronnesFunéraires_YenBai2015
Extérieur 3 : Trois couronnes funéraires © 2015 MLBVN

Extérieur : Sans sépultures nominatives, peut-être (il faudrait pouvoir vérifier) mais pas sans autels et autres tombes reconstituées. Le nom de Nguyễn Thái Học n’a pas disparu de l’imaginaire national vietnamien. Toutes les grandes villes du pays possèdent une rue à son nom, une école, un lieu dédié. Le 85e anniversaire de l’exécution des révolutionnaires de Yên Bái a été l’occasion de voir que cette ville n’a jamais oublié son héros. Situé dans un grand parc bordant un petit lac, un monument imposant, en béton, présente cinq cadres du Parti, debout, à la fière allure : Nguyễn Thái Học, Nguyễn Khắc Nhu, Phó Đức Chính, Nguyễn Thị Giang, Ngô Hải Hoàng.

C’est au pied de ce monument que les mémoires continuent à s’affronter pour revendiquer l’héritage de Nguyễn Thái Học. Un des membres du Mouvement des Blogueurs du Viêt-Nam a déposé le 14 juin une couronne de fleurs en hommage aux révolutionnaires. Celle-ci côtoie deux autres couronnes « concurrentes » ou complémentaires selon le choix. On peut observer (mais difficilement) sur celle de droite (sur la photo) l’inscription « danchuonline.com« , un blog de propagande contrôlé par la Sécurité vietnamienne pour contrer tout ce que le pays peut compter de jeunes dissidents (nous rectifierons si l’on nous signale qu’il s’agit d’une erreur). La couronne du centre est offerte par un des Lycées (THCS) de la ville ou de la province.

L’hommage discret de quelques dirigeants importants du Parti communiste vietnamien (PCV) est visible dans le parc de Yên Hòa : Đỗ Mười en 2002, Phạm Gia Khiêm et Nguyễn Tấn Dũng en 2004, Tô Huy Rứa en 2011 ont fait planter un arbre souvenir aux héros révolutionnaires (cf. Video ci-dessus, tournée en septembre 2013). Quels fruits donneront ces arbres ? Une stèle commémorative dédiée à la révolte de Yên Bái et offerte par le comité culturel de la ville est illustrée d’une dédicace d’Aragon, traduite en vietnamien : « Quel est ce vocable qui rappelle qu’on ne bâillonne pas un peuple, qu’on ne le mate pas avec le sabre courbe du bourreau » écrivit l’intellectuel communiste français en 1931 dans Front Rouge en souvenir de Yên Bái (cf. Littérature de la révolution mondiale, no 1, Moscou, juillet 1931).

YenBai_AragonUn anneau géant, reposant sur 17 piliers, est bardé de la célèbre devise de Nguyễn Thái Học : « On devient un être exemplaire même si on échoue » (Không thành công thì thành nhân). Ce mausolée à ciel ouvert rassemble en son sein deux sortes de stupas, une plaque en marbre noir biseautée, censée incarner la guillotine, sur laquelle est inscrite la phrase « Mourir pour sa Patrie, c’est mourir glorieusement » (Chết vì tổ quốc, chết vinh quang). Une grande plaque commémorative est gravée du nom de 21 membres du Parti : 4 exécutés le 8 mai 1930 et dix-sept autres le 17 juin 1930. Elle sert de lieu de recueillement comme le montre l’encensoir de pierre placé devant la plaque. Loin du tumulte de la ville, le lieu est propice au recueillement. Les révolutionnaires de Yên Bái bénéficient bien d’un lieu de mémoire digne de ce nom mais si silencieux ce 17 juin 2015.

VNQDD_LeTuongNiemYenBay_2015
Intérieur 1 : Cérémonie à l’hôtel Sheraton à Little Saigon le 14 juin 2015 [lien vers vidéo] © 2015 Viet Quoc
BanThoNguyenThaiHoc_2015
Intérieur 2 : Autel de Nguyen Thai Hoc à San Jose (Californie) [lien vers vidéo] © STBN

Intérieur : A l’étranger, point de mausolée en dur, celui-ci prend la forme d’autels patriotiques à l’effigie des héros, fluctuants au gré des cellules survivantes du parti exilé. Principalement aux États-Unis, le 85e anniversaire a donné lieu à une grande commémoration dans un hôtel de Garden Grove (Little Saigon) en Californie. Trois orateurs se sont succédé à la tribune pour rappeler la signification de cette journée mais aussi les défis et enjeux du Viêt-Nam actuel. Les objectifs révolutionnaires du Parti sont réaffirmés et le Parti communiste, l’ennemi de toujours, vilipendé pour sa gestion des affaires. Le drapeau à l’étoile blanche du Front QDĐ (Mặt Trận Quốc Dân Đảng) de 1945-1946 décore l’autel, le pavillon rouge et jaune de l’armée insurrectionnelle de 1930 entoure le portrait du chef vénéré… La célébration sert à maintenir et à pérenniser l’identité et le combat du Parti nationaliste. On s’y recueille, on s’y retrouve entre amis et on compte ses forces ; maigres forces peut-être par le nombre, mais pas si faibles dans ce qu’elles incarnent : une page essentielle et indélébile de l’histoire de la révolution vietnamienne.

* * *

Pour conclure rapidement, la mémoire du VNQDĐ continue d’être clivée à l’image du processus révolutionnaire anticolonial vietnamien : d’un côté, pas de commémoration officielle mais une marque de respect discrète dans un espace décentré ( Yên Bái et non plus Hanoi comme en 1945-1946) ; de l’autre, la revendication de l’héritage, des valeurs politiques de l’organisation et l’affirmation d’une continuité dans la lutte malgré l’extension programmée de la descendance dans un espace transnational où la toile sert de caisse de résonance. Entre les deux, un blogueur téméraire portant sa couronne au nom de sa petite organisation (issue de la société civile), elle aussi, interdite. Une organisation non officielle rend hommage aux héros d’un parti interdit dans un site historique officiel, voilà une belle contradiction vietnamienne. L’ombre grave de Nguyễn Thái Học plane encore.

De fait, si l’on se penche un peu plus sur l’historiographie de ce Parti et sur ce qui est en dit au Viêt-Nam même, on pourra déceler une admiration non feinte pour les valeurs démocratiques et sociales portées par cette organisation tout au long de son existence. Le VNQDĐ est très respecté mais celui-ci ne peut être aujourd’hui apparent dans un pays dirigé par un État-Parti communiste qui l’a toujours combattu.

 FG, 17/06/2015. (MàJ)

Références évoquées dans le billet :

  • Bon Mat, La nuit rouge de Yên Bay, sur Gallica. L’auteur, Sergent français surnommé « Quatre z’Yeux », revient sur le déroulement des événements, la question de l’armée coloniale et les conséquences à tirer de « dix ans au moins de mauvais travail » (p. 29).

Image « à la une » : portrait de Nguyen Thai Hoc tiré de la vidéo musicale hommage de Ngo Nguyen Tran :

Vo Nguyen Giap : Naissance d’une armée [7] – Le détachement de propagande de l’Armée de Libération du Viêt Nam

Giap_QDNDVN[ndlr] Dernier épisode du récit du général Vo Nguyen Giap sur la formation du premier détachement de l’Armée populaire du Viêt Nam.

LE DÉTACHEMENT DE PROPAGANDE DE L’ARMÉE DE LIBÉRATION DU VIETNAM

Devant cette situation, le Comité interprovincial projetait d’organiser une dernière conférence pour décider de l’heure du déclenchement de la guérilla. C’est alors que nous parvint la nouvelle du retour imminent de l’Oncle Ho qui avait réussi à sortir des prisons du Kuomintang.

Arrivé à Pac Bo, après avoir écouté le rapport sur la situation et la résolution portant [sur le] déclenchement de la guérilla, il réunit les cadres responsables pour analyser la situation. Il souligna que la résolution adoptée ne reposait que sur la situation du Cao-Bac-Lang et non de l’ensemble du pays, autrement dit on s’attachait à une partie en faisant abstraction du tout. Dans de telles conditions, déclencher la guérilla sur une large échelle et dans les perspectives de la résolution du Comité interprovincial, c’était aller fatalement au devant de grandes difficultés. Dans l’ensemble du pays, aucune autre région ne réunissait les conditions voulues pour nous soutenir ; l’ennemi pourrait donc regrouper tous ses effectifs contre nous. Du point de vue militaire, la résolution ne répondait pas au principe de la concentration des forces : les cadres et l’armement étaient dispersés, il manquait une force de base.

L’Oncle Ho jugea que si l’étape de développement pacifique de la révolution était déjà dépassée sans qu’on fût cependant arrivé à la phase de l’insurrection générale. Se borner à des activités purement politiques ne suffirait plus à faire progresser le mouvement. Mais déclencher immédiatement l’insurrection serait se mettre en fâcheuse posture. La lutte devait donc passer du politique à la lutte armée, tout en laissant dans l’immédiat, l’action politique prendre encore le pas sur la lutte armée. Il fallait trouver une formule appropriée pour impulser le mouvement.

C’est au cours de cette réunion que le Président préconisa la création du « Détachement de propagande de l’Armée de Libération » qui n’était encore qu’une petite formation. Il avait mission de mobiliser et d’appeler le peuple au combat. Mais dans ses débuts, il devait attacher plus d’importance au travail politique qu’à l’action armée, la mission de propagande primant le combat proprement dit.

Cette analyse de la situation nous convainquit tous et le nouveau programme fut unanimement approuvé.

Ainsi vit le jour le Détachement de propagande de l’Armée de Libération du Viêt Nam.

Après avoir résolu les questions de principe, suivant la méthode de travail qui lui est chère, l’Oncle Ho nous orienta dans l’élaboration des mesures d’application : organisation du Détachement, composition, recrutement, ravitaillement en armes et en vivres, futurs rapports avec les autorités et les populations locales.

Nous avons ensuite passé toute une journée ensemble à élaborer le projet de plan. En veillée nous continuions à échanger nos points de vue ; tard dans la nuit, l’Oncle Ho pesait encore le pour et le contre. Le lendemain matin, nous soumettions le projet à la collectivité.

Pour déclencher la lutte armée suivant la nouvelle orientation, l’Oncle Ho insista particulièrement sur deux points :

– Agir vite et résolument : un mois après la formation du détachement, celui-ci devrait avoir à son actif quelques succès militaires ; le premier combat devrait être obligatoirement une victoire.

– En campagne, assurer de bons rapports entre le détachement régulier et les détachements locaux, entre l’armée et la population. Maintenir en permanence la liaison avec l’organisme dirigeant.

En outre, le Président attachait une extrême importance aux principes de la clandestinité. Nous allions prendre la route qu’il nous recommandait encore :

« Ne soyez pas subjectifs. Ne dévoilez pas vos forces, agissez en secret, dans un secret absolu. Que l’ennemi ignore tout de vous. Qu’il vous croie à l’Est alors que vous êtes à l’Ouest. Qu’il vous croie faible quand vous êtes fort. Qu’il ne se doute de rien alors que vous êtes à la veille de le frapper. »

C’est le cœur débordant de confiance que nous sommes retournés au Comité interprovincial. Les ordres furent appliqués avec célérité. Les cadres et l’armement furent immédiatement rassemblés. Le détachement comprenait à l’origine trente-quatre combattants choisis parmi les chefs de sections, chefs de groupes et soldats d’élite, et qui s’étaient signalé par leur courage dans les détachements armés régionaux ou les groupes de miliciens de choc. L’unité avait également été renforcée par quelques cadres qui venaient de terminer leurs études militaires en Chine. Dès lors il existait dans le Cao-Bac-Lang trois types de formations armées : le détachement de Propagande en constituait l’élément de choc, autour duquel se groupaient les détachements armés régionaux, et ensuite les détachements d’autodéfense paramilitaires. Bien  que toutes trois ne fussent qu’au stade de la guérilla, elles agissaient cependant en étroite coordination. Je me souviens très nettement de cette caractéristique : ce fut pour moi une chose tout à fait nouvelle qui me frappa beaucoup.

La veille de la formation du Détachement, je reçus les directives de l’Oncle Ho transcrites sur un petit morceau de papier caché dans un paquet de cigarettes. Deux jours après, le Détachement de Propagande commençait à les appliquer en remportant ses deux premières victoires à Phay Khat et Na Ngan. Le « Viet Lap » en publia aussitôt le communiqué. En même temps, le Comité interprovincial lançait un appel à la population l’invitant à intensifier son soutien à l’armée. L’influence du Détachement grandissait. La population était soulevée d’enthousiasme. Les éléments flottants se tournèrent vers nous. Les traîtres se mirent à trembler et l’ennemi tempéra son ardeur dans la chasse aux militants. De nombreuses organisations de base furent remises sur pied et virent grossir rapidement leurs rangs. Le mouvement montait. La population apportait à l’armée des palanches de grain à l’armée et des galettes de riz par paniers entiers. En certains endroits, on nous offrait même des buffles, des boeufs, des cochons. On vit apparaître des poèmes T.T., du riz T.T., des caisses T.T. pour l’achat des armes… (T. T. sont les initiales des mots vietnamiens « Tuyên Truyên » – propagande – par lesquelles on désignait le Détachement).

La jeunesse était gagnée par un puissant mouvement de « départ pour la libération » qui faisait grossir rapidement nos rangs.

De Phay Khat, Na Ngan, le Détachement de Propagande de l’Armée de Libération du Viêt Nam marcha droit sur la zone Thien Thuat, afin de se transformer en compagnie. Les nouvelles recrues, venues des petites unités régionales, arrivèrent très rapidement au centre de rassemblement. En plusieurs endroits, les détachements locaux avaient déjà les effectifs d’une section. Une partie des armes enlevées à l’ennemi leur fut attribuée, ce qui combla la troupe. A cette époque, il suffisait de deux ou trois mousquetons pour soulever d’enthousiasme les combattants. Dans tous les secteurs, on se préparait fiévreusement à de nouveaux engagements et on réclamait l’envoi de troupes régulières.

Après nous êtres formés en compagnie, nous laissâmes une partie de nos effectifs à Kim Ma, Tinh Tuc et Phia Uac pour la propagande armée, tandis que le gros de nos forces, pour désorienter l’ennemi, montait en direction de la région de Dong Mu-Bao Loc, sur la frontière sino-vietnamienne. Aussitôt arrivés dans ce secteur, nous nous rabattions dans un secret absolu vers la région limitrophe des provinces de Cao Bang et Bac Can. Nous pensions, lorsque le mouvement gagnerait encore, nous diriger vers le Sud. Sur notre parcours, la population nous réservait un accueil extrêmement chaleureux. En certains endroits, bien qu’on ne fût qu’à deux ou trois kilomètres du poste, elle allumait des torches pour venir à notre rencontre. Nous étions à l’approche du Têt. Dans certaines localités, la jeunesse avait préparé un véritable festin, disposé tables et chaises aux bords même de la route et nous avait attendus toute une nuit pour nous fêter. Au canton de Hoang Hoa Tham, qu’elle ne fut notre surprise de voir que la population avait tout préparé pour recevoir la troupe. Un véritable campement de paillotes nous attendait dans la forêt, assez vaste pour loger toute la compagnie, avec un terrain d’exercice et un important stock de vivres. La population qui était alors extrêmement démunie, aidait l’armée de la révolution sans compter. Durant les trois journées du Têt, des jeunes et des vieux quittèrent leurs foyers pour passer la fête avec nous. Quand j’y songe aujourd’hui, je me demande encore comment payer la dette que nous avons alors contractée envers le peuple.

C’est à cette époque que les groupes d’assaut rétablirent nos lignes de liaison avec Thai Nguyen, coupées par la répression. Nous poursuivions des préparatifs intenses pour marcher vers le Sud. Les camarades Tong et Vu Anh nous rejoignirent dans la forêt Tran Hung Dao pour rendre visite à la troupe et élaborer un plan de marche vers le Sud. Ils venaient à peine de nous quitter qu’éclata le coup de force du 9 mars [1945]. La situation évoluait favorablement. Le Détachement de Propagande de l’Armée de Libération du Viêt Nam sortit de la jungle pour une marche en plein jour dans la vallée de Kim Ma. Dans chaque village, la population en liesse avait arboré des drapeaux rouges à étoile d’or. Je me souviendrai toujours du spectacle qui s’offrit alors à nos yeux. Tous ces drapeaux rouges qui rendaient le ciel plus vaste et plus bleu. Les hommes et la nature comme transfigurés, épanouis. Les premières bouffées de l’indépendance qui nous enivraient.

Ensuite, le gros de la compagnie se dirigea vers le Sud, établissant sur son passage le pouvoir révolutionnaire, désarmant les garnisons ennemies et levant de nouvelles unités révolutionnaires.

Dans le Cao-Bac-Lang, la direction du Parti avait donné à temps les directives pour la formation du pouvoir populaire dans la campagne, le déclenchement de la guérilla et la levée de nouvelles recrues. Au lendemain du coup de force japonais, une vingtaine de nouvelles compagnies de l’Armée de Libération furent constituées. Partout, nous ouvrions des bureaux de recrutement. Près de Nuoc Hai, plus de trois mille jeunes s’enrôlèrent volontairement. Dans toute la région du Cao-Bac-Lang les campagnes formaient une vaste zone libre.

Au même moment, dans le centre Bac Son-Vu Nhai, les troupes du Salut national se soulevaient aussi, engageaient la guérilla, instauraient le pouvoir révolutionnaire et accroissaient leurs effectifs. Quelque temps après, les troupes du Salut national et l’Armée de Libération opéraient leur jonction. La Conférence Militaire du Tonkin tenue à Hiep Hoa décidait l’unification de toutes les forces armées révolutionnaires sous l’appellation « Armée de Libération du Viêt Nam. » La zone libérée fut ensuite formée, englobant les provinces de Cao Bang, Bac Can, Lang Son, Ha Giang, Thai Nguyen, Tuyen Quang et une partie des provinces de Bac Giang et Vinh Yen.

La situation évoluait rapidement. Le mouvement contre les Japonais, pour le Salut national, montait comme un raz-de-marée. Bientôt le Congrès national du Parti et le Congrès des Délégués de la nation se tinrent à Tan Trao. Sur ces entrefaites survint la capitulation du Japon. La Révolution d’Août éclatait. La République Démocratique du Viêt Nam était née !

Propos recueillis par Tran Cu.

[Fin]

Source : Extrait de Peuple héroïque. Souvenirs de militants, Hanoi, Éditions en Langues Étrangères, 1961, pp. 139-146.

Épisodes précédents :


Document : Deux ans d’Indochine – un fleuve de sang (1934)

Nguyen Thai Hoc (1902-1930) et l’étendard du VNQDD à Yen Bai
© illustration thèse Guillemot

Il y a 83 ans, dans la nuit du 9 au 10 février 1930, la garnison de Yên Bai se mutinait lors de l’insurrection générale organisée par le Parti National du Viêt-Nam (VNQDD) [1]. La même année, et ce jusqu’en mai 1931, les paysans cochinchinois manifestaient et le centre du Viêt-Nam s’embrasait avec l’instauration des Soviets du Nghe Tinh. Le mouvement révolutionnaire dans son ensemble fut durement réprimé par la Sûreté coloniale secondée par la Garde indochinoise et par la Légion étrangère aidée de l’aviation de guerre. La répression sanglante fit des centaines de morts (peut-être même des milliers) et l’Etat colonial ordonna des milliers d’arrestations. La violence de la réponse du pouvoir colonial aux « événements d’Indochine » fut rapportée et décrite en son temps par les journalistes Andrée Viollis et Louis Roubaud [2]. A Paris même, le Secours rouge international appela à manifester pour sauver de la mort les condamnés de juin 1930 (Affiche aux Anom) [3]. La revue communiste La Révolution Prolétarienne, présentée ci-dessous, s’appuie sur les textes de l’avocat Phan Van Truong, de Roubaud, de Viollis, et du militant anticolonialiste J. Péra (Louis Bercher) pour dénoncer « l’hystérie collective » qui caractérisa la réponse de l’Etat colonial aux soulèvements révolutionnaires. Pour six militaires français tués à Yen Bai, et deux autres au Centre et au Sud, combien de Vietnamiens torturés, arrêtés et assassinés ? s’interroge l’auteur de ce dossier dûment argumenté.

[1] Selon Tobias Rettig, l’insurrection aurait été déclenclée le 10 janvier aux environs de 1:30 du matin. Voir : Rettig, Tobias (November 2002). « French military policies in the aftermath of the Yên Bay mutiny, 1930: old security dilemmas return to the surface« . South East Asia Research, 10 (3): pp. 309–331.

[2] Louis Roubaud, Viêt-Nam la tragédie indo-chinoise, Paris, Librairie Valois, 1931 (texte réédité en 2010 par L’Harmattan, voir sur Mémoires d’Indochine) ; Andrée Viollis, Indochine SOS, Paris, Gallimard, 1935 (texte réédité en 2008 par Les Bons caractères). Voir le texte en ligne sur le site Belle Indochine (Indochine SOS).

[3] Affiche illustrée. Dessin d’un homme torturé, avec un appel à un grand meeting du Secours rouge international (Courbevoie, La Cootypographie, 1930).

FG, 10/02/2013

* * *

[présentation du site « La Bataille socialiste » : Site d’éducation, d’informations et de ressources documentaires pour le marxisme vivant et la démocratie ouvrière] Brochure de la Révolution prolétarienne de 48 pages, sans date mais estimée à 1934 [note de présentation par J. Péra dans le n° 177 de la R.P. du 25 juin 1934], numérisée au format pdf. Attribuée parfois à Marcel Martinet, cette brochure, qui revient notamment sur les massacres de 1930-1931, témoigne que la revue de Monatte et Louzon était à la pointe du combat anticolonialiste.

 

Un fleuve de sang (pdf) ou cliquer sur l’image pour accéder au texte