Archives par mot-clé : indépendance

Aperçu illustré sur les organisations politiques, religieuses et culturelles vietnamiennes contemporaines

Premier volet d’une série intitulée « Clés du Viêt-Nam contemporain », dédiée aux étudiant.es qui suivent mes enseignements à Sciences Po Lyon ou à l’ENS de Lyon.

Pendant la première moitié du XXe siècle, le Viêt-Nam colonisé et démantelé par les Français offre l’image d’une résistance opiniâtre. Tenues en échec jusqu’au 9 mars 1945, les organisations révolutionnaires finissent par l’emporter dans un pays déchiré. Après une longue période de guerre, les vainqueurs réunifient le pays en 1976 sous le nom de République socialiste du Viêt-Nam. Le Parti communiste vietnamien (PCV), clé de voûte du nouvel État réunifié, met en place un régime politique sans partage. En 1988, avec la disparition de deux partis fantômes (Parti Démocrate et Parti Socialiste) qui l’accompagnait depuis les années quarante, le PCV reste la seule organisation politique officielle.

La longue lutte des partis politiques s’inscrit dans le contexte colonial où l’expression politique est fortement réprimée comme le démontrent la censure et le nombre de suspension de journaux jugés trop radicaux. L’impossibilité d’une expression politique modérée dans les années vingt force les partis à muscler leur discours anti-colonial, à choisir la voie révolutionnaire et clandestine d’où la profusion de nouveaux mouvements au milieu des années vingt1. L’émergence d’un grand parti en dialogue avec le pouvoir colonial à l’instar du Parti du Congrès en Inde s’avère impossible en Indochine2. La plupart des organisations indépendantistes (partis, ligues, fronts) se développent à l’extérieur de l’Indochine, principalement à travers les réseaux émigrés de la Chine du Sud, de Nankin à Shanghai3. Grâce aux appuis et réseaux révolutionnaires extérieurs, le renversement du pouvoir colonial est désormais possible. Mais la fragmentation des forces politiques et religieuses plonge le pays dans la guerre civile pendant trente ans.

Pour y voir plus clair dans le dédale d’organisations politiques qui jalonnent l’histoire contemporaine nous présentons succinctement les principaux mouvements et sigles politiques vietnamiens par grandes périodes. Destiné plus particulièrement aux étudiants qui suivent mon cours sur l’histoire du Viêt-Nam contemporain, cet aperçu se veut avant tout didactique et pratique4. Notre choix s’est porté sur près de cinquante organisations qui, par leur envergure ou leur rôle particulier, ont marqué l’histoire des différentes périodes. Chaque entrée comprend en caractères gras le nom de l’organisation ;  le lieu de sa fondation ; la période de son existence. Les formations politiques sont classées de façon chronologique par année de fondation.


Période des lettrés modernistes sous la domination française

(années 1900-1920)

A la suite des dix années de résistance armée des lettrés au sein du mouvement Cần Vương (Aide au Roi, 1885-1895), les premières organisations politiques modernes vietnamiennes sont initiées par le lettré révolutionnaire Phan Bội Châu.

Duy Tân Hội (維新會, Annam, 1904-1912) : Association ou Ligue pour la Rénovation, organisation monarchiste fondée dans la province de Quảng Nam en 1904 par Phan Bội Châu et d’autres lettrés modernistes. Sa principale activité est d’organiser le « Voyage vers l’Est » (Đông Du) de quelques 200 étudiants vers le Japon pour leur éducation politique et militaire. A l’intérieur du pays, la ligue fait la promotion de la lutte anti-coloniale à travers la création d’associations économiques, paysannes ou ouvrières, la fabrication artisanales d’armes et elle développe des contacts avec les autres groupes résistants comme celui du Đề Thám (Hoàng Hoa Thám)5.

« Duy Tân » : « Rénovation », terme polysémique qui désigne au moins trois réalités dans le Viêt-Nam colonisé du premier quart du XXe siècle. Il rappelle en premier lieu l’association politique de Phan Bội Châu (voir ci-dessus) mais il désigne aussi le mouvement de rénovation qui touche le Tonkin et l’Annam entre 1905 et 1908. En Cochinchine, on évoque le même processus sous le terme de « Minh Tân », nouvelle civilisation. Enfin, ce terme est le nom de règne (維新) du jeune empereur Nguyễn Phúc Vĩnh San qui prend par à l’insurrection de 1916 et qui fut déposé et exilé de force pendant des décennies sur l’île de la Réunion.

Việt Nam Quang Phục Hội (越南光復會, Canton, 1912-1924) : Ligue pour la Restauration du Viêt-Nam, organisation révolutionnaire républicaine fondée en 1912 par Phan Bội Châu sous l’influence de la révolution chinoise de 1911. Pendant une décennie, elle organise un réseau dans le Viêt-Nam colonisé, fomente des complots et tente des micro-insurrections contre l’État colonial. Son principal mode opérationnel est l’action directe (attentats à la bombe, assassinats). Elle disparaît définitivement suite à l’arrestation de Phan Bội Châu à Shanghai en 19256.

Papier-monnaie de l’Armée de la Restauration du Viêt Nam, utilisé de 1912 à 1925. Source : Wikipédia

Période de la jeunesse occidentalisée sous la domination française

(années 1920-1940)

Le premier parti politique créé de façon publique en Indochine est le Parti constitutionnaliste en 1923. Le lettré Phạm Quỳnh n’est pas autorisé à fonder le Parti du progrès en 1926. Plusieurs partis nationalistes révolutionnaires sont créés dans la clandestinité : le Tân Việt en Annam et le VNQDĐ au Tonkin. Les deux grandes insurrections de 1930-1931 sont organisées ou se déroulent avec la participation du VNQDĐ et du PCI. Après l’échec révolutionnaire, les nationalistes investissent les champs culturels ou sociaux. Le groupe littéraire autonome et le groupe Anh Sáng s’activent à Hanoi. Particularité de cette période, en Cochinchine, un communisme légal voit le jour avec le groupe La Lutte rassemblant trotskistes et staliniens. La fin des années trente voit l’émergence de partis ultranationalistes dit Đại Việt (Grand Viêt-Nam).

Đảng Lập Hiến Đông Dương (Saigon, 1923-1939?) : Parti Constitutionnaliste Indochinois, fondé en 1923 à Saigon par Bùi Quang Chiêu et Nguyễn Phan Long. L’organisation rassemble les représentants de la bourgeoisie cochinchinoise émergente. Elle préconise des changements pacifiques et un dialogue avec les autorités coloniales. Premier parti politique vietnamien autorisé, il édite plusieurs journaux La tribune indochinoise (dès 1917, devient en 1923 l’organe du parti), L’Echo Annamite et Đuốc Nhà Nam [Le flambeau du Sud]. Son influence décline à la fin des années trente7.

Thanh Niên Cao Vọng Đảng (Saigon 1923-1929?) : Parti des Aspirations de la Jeunesse, connu aussi sous le nom de Hội kín Nguyễn An Ninh (Société secrète Nguyễn An Ninh). Organisation de jeunesse anti-coloniale fondée par Nguyễn An Ninh à la suite de son discours sur l’Idéal de la jeunesse annamite prononcé à Saigon le 15 octobre 1923 à la Société d’Enseignement mutuel de la Cochinchine. Utilise le journal La Cloche Fêlée, « organe de propagande démocratique » pour défendre ses idées8.

Jeune Annam ou Đảng Thanh Niên Việt Nam (Saigon, 1925-1926), parti radical fondé dans le but de soutenir le révolutionnaire Nguyễn Anh Ninh. Ce parti participe aux funérailles du lettré moderniste Phan Châu Trinh en mars 1926 et organise les grèves écolières la même année9.

Tân Việt (Annam, 1925-1929) abrégé de Tân Việt Cách Mệnh Đảng : Parti révolutionnaire du Nouveau Viêt-Nam, organisation révolutionnaire fondée en Annam, fusion de plusieurs micro-partis rassemblant des jeunes étudiants et des descendants du Cần Vương. Elle est absorbée par l’association Thanh Niên en 192910.

Thanh Niên (Canton, 1925-1930) : appellation abrégée de Việt Nam Thanh Niên Cách Mạng Đồng Chí Hội (Association des Camarades de la Jeunesse révolutionnaire vietnamienne). Organisation national-bolchévique fondée par Nguyễn Ái Quốc, le futur Hồ Chí Minh, pour organiser la lutte anti-coloniale en Indochine. Elle diffuse ses idées dans le journal éponyme et Nguyễn Ái Quốc synthétise la doctrine marxiste-léniniste de l’organisation dans « La voie de la révolution » (Đường Kách Mệnh). Elle implose en 1929 et donne naissance au Parti Communiste Indochinois (PCI)11.

Việt Nam Quốc Dân Đảng (Hanoi, 1927-) en abrégé Việt Quốc, acronyme VNQDĐ : Parti Nationaliste du Viêt-Nam, fondé le 25 décembre 1927 à Hanoi. Le premier parti nationaliste révolutionnaire d’envergure. Responsable de l’assassinat de Bazin, recruteur de coolie, en 1929. Il organise une « insurrection générale » en février 1930 avant d’être décimé par la Sûreté coloniale. Treize membres du parti sont guillotinés le 17 juin 1930 à Yên Bái. L’organisation révolutionnaire survit et se réorganise en Chine du Sud pendant les années trente avec la création d’un Bureau d’Outre-Mer (Việt Nam Quốc Dân Đảng Hải Ngoại Biện Sự Xứ) puis reprend pieds à Hanoi en 1945-1946 comme principal concurrent du PCI. Est intégré au Front des Partis nationalistes en 1945-1946. Participation à l’Assemblée nationale et au Gouvernement d’Union et de résistance de mars 1946. Il se divise en plusieurs factions entre 1955 et 1975. Interdit en RSVN, il existe toujours aujourd’hui en exil et s’est réunifié en 201612.

L’étendard du VNQDD en 1930. Le jaune symbolise le peuple vietnamien, le rouge, la lutte révolutionnaire.
Insigne du VNQDD dans les années quarante.

Đảng Việt Nam Độc Lập (France, 1927-1929) ou Parti Annamite pour l’Indépendance (PAI). Organisation anticoloniale fondée en France par Nguyễn Thế Truyền. Elle édite plusieurs revues militantes en faveur de l’indépendance du Viêt-Nam : Việt Nam hồn, L’Ame Annamite et La Nation Annamite. Ses activités sont interdites en 192913.

Đông Dương Cộng Sản Đảng (Hong-Kong, 1930-1945) : Parti Communiste Indochinois (acronyme PCI) – devient le Parti des Travailleurs du Viêt Nam en 1951 puis le Parti Communiste Vietnamien en 1976. Organisation marxiste-léniniste fondée en octobre 1930 à la suite de la fusion de trois micros partis communistes vietnamiens. Le PCI fonde et organise en mai 1941 la ligue Viêt-Minh, outil de la conquête du pouvoir en 1945. Il compte au moment de la Révolution d’Août quelques 5000 membres en Indochine. Par voie de presse, il proclame sous auto-dissolution le 11 novembre 1945 mais subsiste sous la forme d’un groupe d’études marxistes au sein du Viêt-Minh. Il reste le pilier caché de la ligue Viêt-Minh jusqu’en 195114.

Drapeau du Parti Communiste Indochinois trouvé à Vinh le 15 janvier 1931. Mots d’ordre : 1° Augmentation des salaires, réduction de la journée de travail, réintégration des 21 ouvriers licenciés ; 2° Punition des notables et des mandarins qui nuisent aux masses. Source : couv. Hémery, 1975.

« Chấn Hưng Phật Giáo » : dans les années 1930, le mouvement de rénovation du bouddhisme s’organise autour de trois associations fondées en 1930 à Hanoi (Tonkin), en 1932 à Huế (Annam) et en 1934 à Saigon (Cochinchine). Elle participe à la diffusion de la pensée bouddhiste dans de nouvelles revues en quốc ngữ et développe l’enseignement dans les pagodes. La première revue de vulgarisation et d’étude du bouddhisme paraît le 31 août 1929 à Mytho (Cochinchine). L’unification du bouddhisme se fait en 1951 avec la fondation de l’Association générale du Bouddhisme (Tổng Hội Phật Giáo Việt Nam) à Huế.

La revue Tu Quang éditée par l’Association des Études bouddhiques au Sud, numéro de mars 1953. C’est la seule revue bouddhiste qui est publiée sans interruption de 1951 à 1975. Source : article de Thich Giac Toan

Tự Lực Văn Đoàn (Hanoi, 1932-1938) : Groupe littéraire autonome ou « Groupement littéraire qui compte sur ses propres forces », fondé en 1932-1933 à Hanoi par de jeunes lettrés acquis à la modernisation occidentale. Le groupe rejette le confucianisme, bouscule les valeurs familiales et promeut une littérature nouvelle dans laquelle l’individu est mis en avant. Il modernise le style littéraire et produit des romans à thèse qui deviennent vite populaires. Il affiche sa critique de la société et une forme de nationalisme culturel dans les deux périodiques qu’il dirige : Phong Hóa [Moeurs] et Ngày Nay [Temps Actuels]. Les deux revues furent tour à tour suspendues par le pouvoir colonial. Le groupe se politise en 1938 avec la création du Đại Việt Dân Chính, Parti populaire du Grand Viêt-Nam. Les principaux écrivains de ce groupe rejoignent le Parti Nationaliste VNQDĐ en 194515.

La revue Ngày Nay [Temps Actuels] présentant le programme des hameaux du groupe Lumière.

Hi Anh Sáng (Hanoi, 1934-1938) : Association Lumière, fondée en 1934 par des membres du Groupe littéraire autonome. Interdite et réactivée en 1937, cette association à caractère social se donne pour objectif de remédier à la situation sanitaire et à combattre l’insalubrité et la pauvreté dans les campagnes16.

La Lutte (Saigon, 1933-1937) : Groupe politique communiste rassemblant des kominterniens et des trotskistes, des « retours de France » et « retours de Moscou ». Il réussi à faire élire par deux fois des délégués au conseil municipal de Saigon en 1933 et 1935. Le groupe publie le journal La Lutte en français puis en vietnamien de 1933 à 1939. Didactique et militant, le journal se fait l’écho des luttes sociales et du combat anti-colonial. Par son contenu et sa longévité dans un milieu particulièrement hostile, il est une initiative inédite qui marque l’histoire de la presse militante en contexte colonial17.

Drapeau du Groupe La Lutte.
Le journal Tranh Dau (La Lutte) publié à l’occasion du 150e anniversaire de la Révolution française (1789-1939).

 

Đại Việt Quốc Dân Đảng (Hanoi, 1938-) en abrégé ĐVQDĐ : Parti National du Grand Viêt-Nam, fondé en décembre 1938 par Trương Tử Anh. Organisation nationaliste révolutionnaire qui développe la « doctrine de la survivance du peuple » (Chủ nghĩa dân tộc sinh tồn) et prône l’autoritarisme. Jour un rôle politique central pendant la période de l’État associé du Viêt-Nam (1948-1954). Pourchassé pendant la période diemiste (1955-1963), il réapparaît sur la scène politique en 1964 mais se divise en donnant naissance à deux nouveaux partis Đại Việt en 1964 et 1965 sous la République du Viêt-Nam (Sud). Interdit depuis 1975, bien que fragmenté, il existe toujours en exil18.


Occupation japonaise (1940-1945) et Empire du Viêt-Nam (1945)

Pendant la période de l’occupation japonaise, les mouvements nationalistes s’activent et cherchent à unifier leurs forces. Au Nord et au Centre cinq partis Đại Việt défendent une identité « Grand Viêt » teinté d’autoritarisme19. Au Sud, la ligue Phục Quốc du prince Cường Để rassemble les forces politiques et religieuses. Les deux nouvelles religions Caodaïsme et bouddhisme Hòa Hảo prospèrent dans les milieux paysans dans le delta du Mékong. A l’ombre des Japonais, les partis nationalistes tentent le coup de force en 1940 mais la répression coloniale s’exerce toujours. Les insurrections communistes de 1940 sont également violemment réprimée.

Đại Việt Quốc Gia Liên minh (Hanoi, 1944-1945) en abrégé ĐVQGLM : Alliance nationale Đại Việt, organisation unitaire rassemblant les partis Đại Việt et le Nouveau VNQDĐ (Tân VNQDĐ), soutien le gouvernement Trần Trọng Kim dans son action. Disparaît au mois d’août 1945 à cause de scissions internes liées à la prise du pouvoir20.

Hi Tân Việt Nam (Hanoi, 1945) : Association du Nouveau Viêt-Nam, rassemblement des intellectuels en soutien au gouvernement Trần Trọng Kim. Elle se donne trois objectifs : Consolidation de l’indépendance dans la sphère de la Grande Asie ; Unification de tous les corps de la société et de toutes les sensibilités politiques ; Préparation de la reconstruction nationale21.

Fronts et alliances révolutionnaires (1939-1945)

Phục Quốc (Shanghai, 1939-1945), abrégé de Việt Nam Phục Quốc Đồng Minh Hội, Ligue pour la Restauration du Viêt Nam. Organisation fondée par le prince Cường Để à Shanghai en 1939. Sa branche armée (Phục Quốc Quân) pénètre à Langson à la suite des forces japonaises en septembre 194022.

Drapeau de la Ligue monarchiste « Restauration nationale ». le caractère 王 (vuong, roi) est placé en haut à gauche.

Vit Minh (Tonkin, 1941-1951) abrégé de Việt Nam Độc Lập Đồng Minh : Ligue pour l’indépendance du Viêt-Nam, fondée par le PCI en mai 1941 à la frontière chinoise dans une stratégie d’union contre le fascisme. La Ligue s’impose comme la principale force d’action au mois d’août 1945. Elle s’appuie sur le mécontentement antijaponais dans les campagnes (suite à la famine de l’hiver 1944-1945) et organise la prise du pouvoir dans les trois parties du Viêt-Nam à la suite du vide politique laissé par le gouvernement Trần Trọng Kim démissionnaire. Elle bénéficie de la neutralité japonaise à Hanoi. Pendant la guerre d’Indochine, le Viêt-Minh (en réalité la RDVN) devient le principal opposant de la reconquête militaire française. Le front est dissous en 1951 au profit du Liên Việt. Son emblème, le drapeau rouge avec une étoile d’or centrale devient officiellement l’emblème national en 194623.

Le drapeau du Viêt-Minh (1941) devient le drapeau de la RDVN puis après une modification de l’étoile centrale, le drapeau de la RSVN d’aujourd’hui.

Đồng Minh Hi ou Việt Cách (Liuzhou, 1942-1946) abrégé de Việt Nam Cách Mệnh Đồng Minh Hội  (acronyme ĐMH) : Ligue révolutionnaire du Viêt-Nam fondée en 1942 sous le patronage du Guomindang pour rassembler et unifier les organisations nationalistes vietnamiennes présentent en Chine. Cette force dirigée par Nguyễn Hải Thần conteste dès septembre 1945 le pouvoir sans partage du Viêt-Minh. Elle disparaît en 1946 après une brève participation à l’Assemblée nationale et au Gouvernement d’Union et de résistance de mars 194624.

Drapeau de la Ligue Révolutionnaire du Viêt-Nam (DMH) fondée en Chine en octobre 1942. Elle rassemble en son sein des représentants du Viêt-Minh, du VNQDD, du Dai Viêt Dân Chinh et du Phuc Quôc.

Thanh Niên Tiền Phong (Saigon, 1945) : Jeunesses d’Avant-Garde, organisation de jeunesse fondée en juin 1945 par le Dr Phạm Ngọc Thạch et rassemblant quelques 200.000 membres. Se rallie au Viêt-Minh le 22 août 1945 et permet le basculement du Sud au profit de la ligue indépendantiste d’Hồ Chí Minh25.

Défilé des Jeunesses d’Avant-Garde le 21 août 1945 à Saigon.
Drapeau des Jeunesses d’Avant-Garde de 1945.

Mặt Trận Quốc Gia Thống Nhất (Saigon, 1945) : Front National Unifié, fondé le 14 août 1945 à Saigon pour unifier les forces nationalistes indépendantistes en Cochinchine. Bénéficie su soutien japonais. Rejoint le Front Viêt-Minh à la fin du mois d’août mais implose.

Mặt Trận Quốc Dân Đảng Việt Nam (Hanoi, 1945-1946) en abrégé QDĐ : Front des partis nationalistes réunissant le ĐVQDĐ, le VNQDĐ et le Đại Việt Dân Chính. Dirigée par un triumvirat secret (Trương Tử Anh, Vũ Hồng Khanh, Nguyễn Tường Tam), l’organisation clandestine échoue à prendre le pouvoir en 1945-1946. Elle implose après les Accords du 6 mars sur la question du retour des Français au Nord. Ses principaux leaders prennent le chemin de l’exil vers la Chine du Sud en 1946 pour fuir la répression des forces de sécurité du Viêt-Minh. Représente avec le ĐMH en 1946 la principale opposition légale au Viêt-Minh/PCI dans le Nord et au Centre26.

Drapeau du Front des Partis nationalistes (Dai Viet + VNQDD), apparaît à Hanoi en décembre 1945.

Guerre d’Indochine (1945-1954) et État associé du Viêt-Nam (1948-1955)

Lorsque la guerre éclate au Nord en décembre 1946 les partis nationalistes sont très affaiblis du fait de la vague de répression des services de sécurité du Viêt-Minh. Les grands partis VNQDĐ et Đại Việt sont exilés en Chine du Sud, les mouvements religieux du Sud sont entrés en résistance à la fois contre le retour des Français et le Viêt-Minh. Les Catholiques préservent également leur autonomie d’action. Mais lorsque la « solution Bảo Đại » se met en place, de façon laborieuse et ambigüe, de nouvelles alliances nationalistes sont créées. Un Front nationaliste à Nankin peine à s’imposer en Indochine. Il est supplanté par le mouvement Quốc Gia Liên Hiệp [Union nationale] qui soutien l’ex-empereur Bảo Đại. Les groupes religieux, catholiques au Nord et caodaïstes ou Hòa Hảo au Sud, qui disposent de formes armées, rallient peu à peu le camp de la résistance anti-Viêt Minh.

Bình Xuyên (Cochinchine, 1945-1955) : « confrérie » et groupe politico-militaire issu de la pègre. Apparu dans les années vingt, c’est surtout pendant la guerre d’Indochine que se distingue cette organisation mafieuse. Elle prend son essor en dirigeant les casinos (ex. Le Grand Monde à Saigon), en contrôlant la prostitution et le commerce de la drogue. Mais surtout elle dirige la police de Saigon jusqu’en 1955. Pour rétablir l’ordre républicain dans le Sud, Ngô Đình Diệm livre au mois d’avril 1955 une guerre contre les sectes et s’attaque aux Bình Xuyên. Son chef Lê Văn Viễn alias Bảy Viễn s’exile en France pour le reste de sa vie27.

Drapeau de l’Armée nationale Binh Xuyen.

Les « Cinq Grands » (Bình Xuyên, Caodaïstes, Catholiques, Đại Việt, Hòa Hảo) : Pendant la période de l’État associé, ces cinq formations politiques et religieuses occupent la scène politique. Elles forment l’assise politique et militaire du régime de l’ex-empereur Bảo Đại28.

Dân Xã (Cochinchine, 1946-1975?), abrégé de Việt Nam Dân Chủ Xã Hội Đảng, Parti Social-Démocrate (depuis 1946), affilié au bouddhisme Hòa Hảo. Le parti est fondé le 21 septembre 1946 contre les Français et contre le Viêt-Minh. Après l’assassinat de son leader en avril 1947, il se scinde en plusieurs factions mais continue ses activités pendant la République du Viêt-Nam entre 1955 et 1975. Il s’oppose au régime diemiste mais reste profondément divisé sous la Seconde République (1967-1975). Il rassemble une poignée de militants en exil depuis 197529.


1945-1975, les journées historiques de la RDVN : Révolution d’août 1945, Déclaration d’indépendance du 2 septembre 1945 et proclamation de la RDVN ; victoire militaire de Dien Bien Phu le 7 mai 1954 ; prise de Saigon le 30 avril 1975.

République démocratique du Viêt-Nam (1945-1975)

[Viêt-Nam unifié de 1945 puis Nord Viêt-Nam à partir de 1954]

Après la période révolutionnaire qui a vu la fondation du Parti démocratique et du Parti socialiste, la RDVN se distingue par la monopolisation de l’espace politique par le Parti des Travailleurs du Viêt-Nam. A ses côtés est mise sur pieds une organisation unitaire dénommée Front Liên Việt (différent du Liên Việt de 1946).

Dân Công (Nord Viêt-Nam, 1950-1954?), « travailleurs civiques » : terme donné au personnel recruté pour la logistique de guerre. Pendant la première guerre d’Indochine, ils sont près de deux millions à transporter armes et nourriture à pieds pour fournir le front. Recrutés principalement parmi les ethnies minoritaires ou les femmes, ce sont les forçats de le guerre populaire30.

Đảng Dân Chủ Việt Nam (Hanoi, 1944-1988) : Parti Démocrate vietnamien. Organisation politique fondée par des étudiants de l’université indochinoise en 1944. Elle intègre le Front Viêt-Minh et participe à l’Assemblée nationale de 1946 et au gouvernement provisoire d’Hồ Chí Minh. Faire valoir du pluralisme politique en RDVN, ce parti a vu son activité décliner jusqu’au Renouveau31.

Đảng Lao Động Việt Nam (Thái Nguyên, 1951-1975) en abrégé Lao Dong : Parti des Travailleurs du Viêt Nam (1951-1976). Parti dirigeant la RDVN de 1951 à la réunification du pays. Il est dirigé par Lê Duẩn de 1960 jusqu’à 1975. L’organisation communiste adopte le nom de PCV en 197632.

Đảng Xã Hội Việt Nam (Hanoi, 1946-1988) : Parti socialiste vietnamien, fondé le 22 juillet 1946 à la suite de la répression contre le VNQDĐ. Son objectif est de rallier les intellectuels au sein du Front Viêt-Minh. Second faire valoir du pluralisme politique en RDVN, ce parti a peu d’activité. Il s’autodissout en congrès le 22 juillet 1988. le parti démocrate et le parti socialiste, selon la terminologie des années 1960, « représentent les tendances progressistes de la bourgeoisie nationale, de la petite bourgeoisie et de l’intelligentsia »33.

Liên Việt (Nord Viêt-Nam, 1951-1955), abrégé de Mặt trận Liên Việt : Front unifié vietnamien . Organisation unitaire qui rassemble des catégories de la société : jeunes, femmes, intellectuels. Elle est issue de la fusion de l’ancien Liên Việt de mai 1946 (Hội Liên Hiệp Quốc Dân Việt Nam) et du Viêt-Minh de 1941. Il est remplacé par le Front de la Patrie en 1955.

Congrès unificateur du Viêt-Minh et du Liên Viêt donnant naissance au Front Liên Viêt de mars 1951. Source : Thu vien lich su

Thanh Niên Xung Phong (Nord Viêt-Nam, 1950-1975…) en abrégé TNXP : Jeunesses de choc. Mouvement de jeunesse fondé par Hồ Chí Minh pour soutenir la campagne des frontières en 1950. Au même titre que les « travailleurs civiques », ils forment la logistique de la « guerre du peuple », théorisée par le général Võ Nguyên Giáp. Ils servent d’éclaireur, de démineurs, de transporteurs de vivres et de munitions… Pendant la guerre « américaine », les Jeunesses de choc sont réorganisées et le mouvement est amplifié en 1965 (centralisées puis de base). Ils sont envoyés sur la Piste Hồ Chí Minh à travers la jungle pour entretenir le réseau de voies de communications. Au Sud, ils combattent parfois sur le front. Spécificité : ce mouvement de jeunesse est formé de plus de 50% de jeunes filles (de 13 à 20 ans).34.

Carte de la zone vietnamienne démilitarisée. Source : Wikipédia / Captain Moyars S. Shore II, The Battle for Khe Sanh. Washington DC: US Marine Corps Historical Branch, 1969.

Le pays est séparé pendant vingt ans (1955-1975) au niveau du Bến Hải, le fleuve-frontière situé au 17ème Parallèle, ligne de démarcation des deux États, dite DMZ « Demilitarized Zone ».


Première République (1955-1963)

[Sud Viêt-Nam]

La scène politique se caractérise par la prépondérance des deux organisations pro-gouvernementales et par l’émergence de deux fronts de lutte armée anti-gouvernementaux : l’un politico-militaire organisé par le Nord, l’autre montagnard. Les leaders des anciens partis nationalistes Đại Việt ou VNQDĐ sont pour la plupart en exil  (Cambodge, Japon, France…) ou survivent sous étroite surveillance policière35.

Bajaraka (Hauts-plateaux, 1958-1964) : front montagnard unitaire rassemblant les communautés ethniques BAnar, JAraï, RAdhé et KAho36.

Cần Lao (Sud Viêt-Nam, 1954-1963), abrégé de Cần Lao Nhân Vị Cách Mạng Đảng : Parti Révolutionnaire Personnaliste du Travail. Fondé en 1954 par Nguyễn Ngọc Thơ, parti de l’élite dirigeante. Fonctionnement quasi-secret, il aurait rassemblé autour de 16.000 membres37.

Mặt Trận Dân Tộc Giải Phóng Miền Nam Việt Nam (Tây Ninh, 1960-1975), en abrégé FNL Sud-Viêt Nam : Front National de Libération du Sud Viêt-Nam, mouvement armé de libération nationale rassemblant des intellectuels sudistes et des militants communistes, calqué sur le modèle du Viêt-Minh. Affublé du terme Việt Cộng [Communistes vietnamiens] par le régime puis par les Américains, le Front est dirigé par l’avocat Nguyễn Hưu Thọ. Il est conçu à Hanoi lors du troisième congrès du Lao Động en 1960. Fondé en décembre 1960 à Tây Ninh, il est peu à peu placé sous la direction de cadres communistes du Bureau central pour le Sud Viêt-Nam, organe de direction de la résistance sudiste chapeauté par Hanoi, et des membres du Parti populaire révolutionnaire (Đảng Nhân Dân Cách Mạng Việt Nam) branche politique du Lao Động au Sud, fondée en 196238.

Phong Trào Cách Mạng Quốc Gia (Sud Viêt-Nam, 1955-1963) : Mouvement de la Révolution Nationale ou Mouvement national révolutionnaire, mouvement de masse de soutien au régime diemiste. Il chapeaute également l’organisation syndicale officielle des fonctionnaires de la République (Liên Đoàn Công Chức Cách Mạng Quốc Gia).

Manchette du quotidien « Révolution nationale » édité sous la Première République (1955-1963).

Thanh Niên Cộng Hòa (Sud Viêt-Nam, 1955-1963) : Jeunesses Républicaines. Mouvement de jeunesse organisé par le régime diemiste. Aurait compté plus 1,3 million de membres39 à la fin de 1962. Mme Nhu (née Trần Lệ Xuân et épouse de Ngô Đình Nhu, frère et conseiller politique de Ngô Đình Diệm), dirige le Mouvement de solidarité des femmes (Phong Trào Liên Đới Phụ Nữ Việt Nam) de sa création en 1958 à 1963.


Seconde République (1967-1975)

[Sud Viêt-Nam]

Après l’effondrement des organisations politiques (Can Lao, MNR) liées au régime de Ngô Đình Diệm, on assiste à une extrême fragmentation de l’espace politique. Le Sud connaît trois ans de chaos politique avant de se stabiliser avec l’avènement d’une nouvelle République en 196740 . Des dizaines de fronts ou alliances sont créées pour soutenir ou pour s’opposer au régime des militaires41. Les partis traditionnels VNQDĐ et Đại Việt se divisent en de multiples factions42. Les mouvements religieux n’échappent pas à la fragmentation de leurs forces43. Deux organisations clés apparaissent en 1969 : le FNL-SVN se dote d’un Gouvernement révolutionnaire provisoire dans le but de participer aux pourparlers de paix et le Mouvement national progressiste, organisation de soutien critique au régime de Nguyễn Văn Thiệu. Les différentes élections de 1966 (assemblée constitutionnelle), 1967 (sénatoriales et présidentielles) et de 1971 (présidentielles et chambre des députés)  donnent lieu à de multiples combinaisons entre les différentes organisations et offre l’image d’une vie politique foisonnante44.

Phật Giáo, Bouddhisme : massivement opposé à la dictature et la guerre la mouvement bouddhiste explose en deux courants. La Pagode Ấn Quang, pagode du mouvement bouddhiste contestataire, reste opposée à la guerre et au « régime de Saigon ». La Pagode Quốc Tự (Việt Nam Quốc Tự), pagode du mouvement bouddhiste officiel, maintient son soutien au régime. Cependant, le mouvement bouddhiste ne parvient pas à se structurer en véritable force politique autonome. Depuis 1951, le mouvement bouddhiste donne naissance au mouvement laïque de la « Famille bouddhique » (Gia Đình Phật Tử Việt Nam) qui rassemble des centaines de milliers de jeunes. L’association du bouddhisme unifié (Giáo Hội Phật Giáo Việt Nam Thống Nhất) voit le jour en janvier 1964 après la chute du régime diemiste. Elle est remplacée après la réunification du pays par une association « officielle » (Giáo Hội Phật Giáo Việt Nam) en novembre 1981.45

Chính Phủ Cách Mạng Lâm Thời Cộng Hoà Miền Nam Việt Nam (Sud Viêt-Nam, 1969-1976), en abrégé GRP : Gouvernement Révolutionnaire Provisoire, issu du FNL-Sud Viêt-Nam. Dirigé par Huỳnh Tấn Phát et composé de 3 vice-présidents et 9 ministres46.

Đại Việt (Partis, Sud Viêt-Nam, 1955-1975) : Après la chute de Ngô Đình Diệm, le parti ĐVQDĐ, parti de cadres, est de retour sur la scène politique, un des seuls capable de remplir le vide politique après l’éviction du Cần Lao. Cependant, ce retour provoque une scission importante et des désaccords sur la stratégie à mener pendant la période de la guerre : autoritarisme, démocratie, révolutionnarisme… Le parti ĐVQDĐ se scinde en trois mouvements : le ĐVQDĐ des origines se maintient, un parti Néo Đại Việt (Tân Đại Việt) est fondé par Nguyễn Ngọc Huy en 1964 et réinvente la « doctrine de la survivance du peuple » dans une perspective démocratique, un parti Đại Việt révolutionnaire est fondé par Hà Thúc Ký (Đại Việt Cách Mạng Đảng) en 1965. Ces clivages cachent des penchants régionalistes : le ĐVQDĐ ancien est dirigé par des leaders originaires du Nord, le Néo Đại Việt par des hommes du Sud et le Đại Việt révolutionnaire par des militants originaires de Huê ou du Centre du pays. Une tentative de réunification des trois factions a eu lieu en 1988 aux États-Unis.

De gauche à droite : Drapeau du Front QDD de 1945-1946 (également drapeau du VNQDD et du DVQDD) ; drapeau du Tân Dai Viêt de 1964 ; drapeau du Dai Viêt Cach Mang Dang (Dai Viêt Révolutionnaire) de 1965 (reprend le fond jaune et rouge du VNQDD de 1930).

Front Unifié pour la Libération des Races Opprimées (Hauts-plateaux, 1964-1992) en abrégé FULRO : Front de résistance montagnard agissant sur les Hauts plateaux du centre du Viêt-Nam47.

Liên Minh Các Lực Lượng Dân Tộc, Dân Chủ và Hòa Bình Việt Nam (Sud Viêt-Nam, 1968-1969) : Alliance des forces nationales de la démocratie et de la paix. Organisation d’opposition au régime de Saigon rassemblant des intellectuels et des fonctionnaires du Sud, fondée après le Têt 1968, pour faire le lien avec le FNL-SVN. Elle s’allie au Front national de libération en 1969 pour créer le Gouvernement Révolutionnaire Provisoire (GRP). En 1977, l’Alliance est de fait auto-dissoute en intégrant le Front de la Patrie.

Congrès fondateur du GRP le 6 juin 1969 à Tây Ninh.

Phong Trào Quốc Gia Cấp Tiến (Sud Viêt-Nam, 1969-1975) : Mouvement National Progressiste, organisation satellite du Tân Đại Việt. Fondé en 1969, ce mouvement unitaire est dirigé par l’intellectuel Nguyễn Văn Bông. Il entend promouvoir la démocratie et l’unité politique. Son leader est assassiné par des agents communistes (Comité de sécurité T4 opérant à Saigon) le 10 novembre 1971.

« Troisième Force » (Sud Viêt-Nam, 1960-1975), terme vague évoquant les forces politiques se situant à la fois contre le régime militaire saigonnais et les résistants communistes48.


République socialiste du Viêt-Nam (depuis 1976)

Après la chute de Saigon, le paysage politique fait l’objet d’une épuration de la part du Parti communiste. Les partis nationalistes sont interdits, même les partis pro-RDVN sont dissous.

Affiche de propagande annonçant le VIIIe Congrès du Front de la Patrie en 2014.

Đảng Cộng Sản Việt Nam (Hanoi, depuis 1976) acronyme PCV : Parti Communiste Vietnamien. Après avoir adopté plusieurs appellations pendant la longue période de guerre (PCV en 1930 puis PCI 1930-1945 puis Lao Động 1951-1975), le parti communiste revient à la première appellation de 1930 sous le nom de Parti Communiste Vietnamien (PCV). Il est, depuis 1988, l’unique parti politique autorisé en RSVN49.

Đoàn Thanh Niên Cộng Sản Hồ Chí Minh (1931 puis 1976-) : Groupement des Jeunesses Communistes Ho Chi Minh. Plongeant ses origines dans les premières années du PCI, ce mouvement de jeunesse a été fondé en 1931. Il a accompagné la lutte du Parti tout au long du XXe siècle sous les différentes appellations suivantes :  Đoàn Thanh niên Cộng sản Đông Dương (1931-1936), Đoàn Thanh niên Dân chủ Đông Dương (1937-1939), Đoàn Thanh niên Phản đế Đông Dương (1939-1941), Đoàn Thanh niên Cứu quốc Việt Nam (1941-1956), Đoàn Thanh niên Lao động Việt Nam (1956-1970), Đoàn Thanh niên Lao động Hồ Chí Minh (1970-1976). Dans les années soixante il contribue aux campagnes d’émulation patriotique et participe au mouvement de soutien à la guerre d’unification. Après la réunification, il rassemble plusieurs mouvements de jeunesse sous l’appellation de « Jeunesses Communistes Ho Chi Minh ». C’est actuellement le mouvement de jeunesse le plus important en RSVN rassemblant plusieurs millions de membres. Le PCV lui confie régulièrement des missions d’éducation et de propagande, de protection publique, de campagne de sensibilisation, d’encadrement et d’animation sociale.

Mặt Trận Tổ Quốc Việt Nam (Hanoi, RDVN 1955 ; RSVN 1977-) : Front de la Patrie, organisation para-communiste, dirigée par le PCV, pour rassembler toutes les composantes et catégories professionnelles de la société (femmes, jeunes, religieux, syndicats, vétérans, enseignants, médecins, juristes…). Depuis la réunification, le Front de la Patrie a organisé huit congrès (VIIIe Congrès en 2014)50.

Formations d’opposition au régime communiste, mouvements exilés :

Interdites de fonctionner à l’intérieur du pays, les organisations politiques prennent le chemin de l’exil et réorganise une série de fronts civils ou militaires pour s’opposer au régime communiste. La fragmentation des forces politiques, effective sous la Seconde république, se reproduit en exil dans les différentes communautés. Cependant, à partir de 2006, plusieurs mouvements pro-démocratiques apparaissent à l’intérieur du pays pour s’opposer au régime de parti unique.

Khối 8406 (Huê, 2006-) : Bloc 8406, mouvement pro-démocratique d’opposition au régime communiste. Fondé publiquement le 8 avril 2006 par une centaine de citoyens, il a été fortement réprimé depuis dix ans. Il préconise une lutte non-violente pour le rétablissement de la liberté d’expression, religieuse, d’association et de mouvement51.

Liên Minh Dân Chủ Việt Nam (États-Unis, 1981-) : Alliance pour la Démocratie au Viêt Nam (Alliance for Democracy in Vietnam), fondée en 1981 en Californie par le professeur Nguyễn Ngọc Huy rassemblant 5 partis politiques. Comme son nom l’indique cette alliance a pour objectif la lutte pour le pluralisme politique et l’instauration de la démocratie au Viêt-Nam. Elle édite le magazine politique Tự do dân bản [Liberté et humanisme] et son fondateur décède en 1990. Deux congrès internationaux sont organisés en 1990 (Hollande) et 1993 (Toronto) mais l’alliance se scinde en deux mouvements concurrents au début des années 2000.

Brochure du Front unifé des Forces patriotiques de Libération du Viêt-Nam, bibliothèque Pham Van Thanh.

Mặt Trận Thống Nhất Các Lực Lượng Yêu Nước Giải Phóng Việt Nam (France, 1976-1988) : Front unifié des forces patriotiques de libération du Viêt-Nam. Front de lutte armée anticommuniste fondée à Paris en 1976 et dirigé par Lê Quốc Túy. Le Front est démantelé à la suite d’une opération policière et militaire de contre-espionnage intitulée CM-12 (Cà Mau).  Les principaux membres du groupe sont arrêtés en 1984 et condamnés lors d’un procès médiatique qui se déroule en décembre 1984 à Ho Chi Minh-Ville en présence de la presse étrangère. Trần Văn Bá, ancien responsable étudiant en France, chef des opérations militaires est fusillé en janvier 1985.

Mặt Trận Quốc Gia Thống Nhất Giải Phóng Việt Nam (États-Unis, 1980-2004), en abrégé Mặt trận HCM, Nufronliv : Front national unifié de Libération du Viêt-Nam. Mouvement de lutte armée anticommuniste fondé en 1980 en Californie, présidé par le vice-amiral Hoàng Cơ Minh. A partir de 1981, le Front établit des bases en Thaïlande pour entrainer ses troupes et dans le but d’établir des connexions avec la résistance intérieure. Dans les années 1980, il organise une intense campagne de propagande au sein des communautés vietnamiennes en exil pour soutenir la résistance. Ses groupes armés tentent de pénétrer au Viêt-Nam via le Laos lors de trois opérations dites « Đông Tiến » (Marche vers l’Est) en 1986, 1987, 1990. Hoàng Cơ Minh, chef militaire du Front, trouve la mort à la fin du mois d’août 1987 au cours de la seconde campagne. Le bras politique de ce Front est le parti Việt Tân fondé en 198252.

« Phục Quốc » (Viêt-Nam, 1975-1980?), abrégé de Lực Lượng Phục Quốc Việt Nam : Terme générique apposé sur les mouvements de la résistance anticommuniste après 1975 pour la « restauration nationale », retour à une république et/ou pour l’avènement d’une Troisième république (non communiste).

Việt Tân (États-Unis/Thaïlande, 1982, lutte armée puis 2004, lutte pacifique), abrégé de Việt Nam Canh Tân Cách Mạng Đảng, Parti révolutionnaire pour la Réforme du Viêt-Nam, fondé dans la clandestinité en 1982, le parti se donne pour objectif de renverser le régime communiste à l’aide d’un soulèvement populaire. Il préconise la lutte armée jusqu’en 1990 et change de mode opérationnel pour la lutte pacifique à la suite de ses échec militaires et de la chute des régimes communistes en Europe de l’Est. En 2004, il sort de la clandestinité et publie son programme politique visant à une transformation du Viêt-Nam par des moyens pacifiques. Classée contre « organisation terroriste » par le RSVN, le Việt Tân poursuit la construction d’un réseau militant à l’intérieur du pays.

« Khmer Krom » (États-Unis, années 1980) : terme désignant les Khmers nés dans le delta du Mékong et revendiquant une identité khmère. En 1985, les Khmers Krom organise leur première convention internationale à New York. En 1996, ils fondent à Toronto l’organisation Khmers Kampuchea-Krom Federation (KKF) pour défendre pacifiquement leurs droits à l’autodétermination et leur identité.

Le drapeau de la Fédération des Khmers du Kampuchea-Krom encore visible dans les manifestations de ce mouvement au Cambodge.

 

Principaux mouvements religieux vietnamiens :

Le Viêt-Nam est riche de multiples mouvements religieux et croyances populaires. Par ordre d’apparition le bouddhisme, le confucianisme puis le catholicisme joue un rôle dans la construction de la nation vietnamienne. De nouveaux mouvements religieux (affublés de l’appellation « sectes politico-militaires » dans les rapports du 2e Bureau) sont fondées en Cochinchine sous la colonisation parmi lequels le Caodaïsme, religion syncrétique et universaliste et le boudhisme rénové Hòa Hảo.

Rappel des principaux mouvements religieux au cours du XXe sècle :

      • Cao Đài : Caodaïsme
      • Công Giáo : Religion catholique
      • Đạo Tin Lành : Religion protestante
      • Hồi Giáo : Religion musulmane
      • Khổng Giáo : Confucianisme / Lão Giáo : Taoïsme
      • Nho Giáo : Doctrine des lettrés
      • Phật Giáo : Bouddhisme
      • Phật Giáo Hòa Hảo : Bouddhisme rénové Hòa Hảo
      • Tam Giáo : Bouddhisme-Confucianisme-Taoïsme, doctrine syncrétique des trois religions (de l’ancien Viêt-Nam)
      • Vô Vi : Croyance d’inspiration taoïste, méthode spirituelle.
Une des nouvelles associations de la société civile : l’Association des Femmes pour les Droits de l’Homme, fondée en 2013.

De quelques symboles et couleurs politiques du Viêt-Nam contemporain

Emblème officiel de la RSVN

L’étoile à cinq branches apparaît être le symbole le plus présent sur les drapeaux des partis, ligues et fronts politiques. Elle incarne le plus souvent la révolution ou le changement. Trois étoiles de couleurs différentes se concurrencent pendant la période révolutionnaire et même au-delà.

L’étoile rouge incarne tout aussi bien le bolchévisme que le nationalisme. Elle est présente sur les emblèmes des Jeunesses d’Avant-Garde (1945), sur le drapeau de l’Alliance Nationale Đại Việt de 1945 (trois étoiles rouges alignées), sur le drapeau des Jeunesses de Protection de la Patrie pendant la période baodaïste53 patronnées par le Đại Việt et sur l’emblème du Mouvement de la Révolution nationale de Ngô Đình Diệm.

L’étoile blanche est plus particulièrement utilisée par les mouvements nationalistes révolutionnaires. On la retrouve sur le drapeau du Front QDĐ de 1945-1946 mais aussi sur les emblèmes des trois partis Đại Việt qui existent encore aujourd’hui. Elle trône également sur les drapeaux d’alliances nationalistes en Chine du Sud dans les années quarante.

Enfin, l’étoile la plus visible est l’étoile jaune ou étoile d’or placée au centre du drapeau du Viêt-Minh. Elle est devenue l’emblème national. Elle est présente sur tous les mouvements liés au communisme vietnamien : drapeau du FLN-SVN et de l’Alliance des forces nationales de la démocratie et de la paix, sur l’insigne des TNXP, celui de la Sécurité publique (Công An) comme sur d’autres emblèmes des institutions para-communistes.

Les stries ou bandes sont aussi présentes sur plusieurs étendards. Elles symbolisent les trois parties du Viêt-Nam et font référence sur les emblèmes nationaux de 1945 et de 1948 aux trigrammes du Feu et du Ciel (Yi King). Les stries peuvent signifier également des valeurs partagées par les membres du Front, ou l’alliance de plusieurs partis (chacun étant représenté par une bande) ou encore symboliser le caractère « vương » (), roi comme pour la ligue monarchiste Phục Quốc.

Pavillons nationaux de gauche à droite : Empire du Viêt-Nam (1945), République de Cochinchine (1946-1948), Etat associé du Viêt-Nam (1948-1954), République du Viêt-Nam (Sud) (1955-1975) et communauté exilée
Drapeau de la République socialiste du Viêt-Nam.

Sur le plan des couleurs, on observe une prédominance du jaune et du rouge notamment sur les emblèmes nationaux du Nord et du Sud lorsque le pays était divisé. Le jaune incarne le plus souvent la « race », le peuple ou la monarchie (couleur royale). Le rouge illustre habituellement la révolution et le sang des patriotes ou encore le bonheur. Le bleu partage parfois une combinaison avec le rouge à l’instar du drapeau du FNL. Il peut incarner l’idée républicaine (influence de la Chine) ou le ciel comme dans le cercle bleu du drapeau du Đại Việt.

S’il est difficile de retracer la genèse du choix des sigles et des couleurs (souvent plusieurs thèses s’affrontent quant à la création des drapeaux), l’influence de la Chine, républicaine puis communiste, ou du Japon impérial a sans doute été déterminante pour certains d’entre eux.

★ ★ ★

Ainsi, les formations politiques vietnamiennes au cours du XXe siècle ont été soumises à de fortes contraintes. D’une part, celles imposées par la colonisation qui engendre à ses propres dépens l’expression violente, d’autre part, celles découlant des alliances révolutionnaires extérieures qui reproduisent le schéma de la guerre civile larvée entre les différentes organisations exilées. Du fait de la guerre, on assiste à un rétrécissement du champ politique en RDVN et à une extrême fragmentation des forces sous le régime des militaires au Sud (République du Viêt-Nam). Après la victoire communiste, le champ des perspectives politiques se réduit sur le modèle du Nord pour aboutir, et ceci de façon paradoxale, à un État de parti unique après 1988 alors que la politique de Renouveau est amorcée. Depuis près de trente ans le champ politique est toujours aussi limité mais les organisations la société civile et de nouvelles formations politiques clandestines ou déclarées forment la toile, à chaque fois défaite (par la répression), d’une opposition virtuelle puisant dans les réalités sociales du pays. Cette opposition, incarnée par les associations d’anciens prisonniers de conscience ou par les blogueurs, donne de la voix sur les réseaux sociaux. Bien que malmenée, elle joue son rôle de contre-pouvoir dans un pays où l’autoritarisme est plus que jamais et quotidiennement négocié.

FG, 08/03/2017, MàJ 09/03/2017

Illustrations : Wikipédia ou collection FG. Image « à la une » : Nguyen Hong Phuong Blog (modifié)

Notes

  1. Sur ce tournant voir l’étude clé de Hue-Tam Ho Tai, 1992 []
  2. Cf. Agathe Larcher-Goscha, Kareem James Abu-Zeid, 2014 []
  3. Voir les recherches de Nguyen Khac Ngu sur les mouvements politiques vietnamiens, Montréal, 1989-1991 []
  4. La majorité des liens des références citées renvoient à la notice de l’ouvrage sur le catalogue SUDOC []
  5. Sur ce mouvement de rénovation, voir Vinh Sinh, ed., 1988 []
  6. Phan Bội Châu a relaté l’histoire des organisations qu’il dirigea ou qu’il inspira dans ses mémoires, voir la traduction de Vinh Sinh et Nicholas Wickenden, 1999 ou celle de Georges Boudarel, 1969 []
  7. Sur ce parti voir : Ralph B. Smith, 1969 repris dans 2008, ch. IX ; Megan Cooke, 1977 ; Philippe Peycam, 2012 []
  8. Huynh Kim Khanh, 1982, pp. 46-47 []
  9. Huynh Kim Khanh, 1982, pp. 46-47 []
  10. Cf. Huynh Kim Khanh, 1982, pp. 45-46 ; 122-123 ; Louis Marty, GGI, 1933, vol. I []
  11. Sur cette organisation, voir le rapport politique de Louis Marty du GGI, 1933, et l’ouvrage de Huynh Kim Khanh, 1982, pp. 63-89 ; 99-119 []
  12. Le document de référence sur ce parti reste la monographie de Hoang Van Dao, édition révisée de 1970, traduite et publiée en anglais en 2008. Voir aussi le rapport de Louis Marty, GGI, 1933 []
  13. Sur ce parti et les réseaux annamites en France voir l’article de Pierre Brocheux, 2005 []
  14. Voir les études de Huynh Kim Khanh, 1982, pp. 119-141 (genèse du PCI) et de David Marr, 1995, sur la prise du pouvoir ; Louis Marty, GGI, 1933, vol. IV []
  15. Sur ce groupe on lira les thèses de Nguyen Van Ky, 1995 et de Martina Nguyen, 2012 []
  16. Cf. l’article de Caroline Herbelin, 2009  []
  17. La référence incontournable sur cette période de la Cochinchine reste la thèse de Daniel Hémery, 1975 et son article en ligne sur le journal La Lutte []
  18. Sur ce parti, voir notre monographie Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam, publiée en 2012 []
  19. Il s’agit respectivement du Đại Việt Quốc Xã, Parti national-socialiste du Grand Viêt-Nam fondé par Nguyễn Xuân Tiếu en 1936 ; du Đại Việt Dân Chính, Parti populaire du Grand Viêt-Nam fondé en 1938 par l’écrivain Nhất Linh – Nguyễn Tường Tam ; du Đại Việt Quốc Dân Đảng, Parti Nationaliste du Grand Viêt-Nam fondé en 1938 par Trương Tử Anh ; du Đại Việt Phục Hưng Hội, Association pour la Restauration du Grand Viêt-Nam fondée en 1942 par Ngô Đình Diệm et du Đại Việt Duy Dân, Parti Humaniste du Grand Viêt-Nam fondé en 1943 par Lý Đông A []
  20. Guillemot, 2012, pp. 174-180 ; 190-213 []
  21. Guillemot, 2012, pp. 203-204 []
  22. Sur ce mouvement voir Tran My Van, 2005 et Shiraishi, 2004 (pdf) ainsi que les mémoires de Cuong De []
  23. Il existe de très nombreuses études en vietnamien. En langue occidentale, voir l’étude pionnière de Bernard Fall, 1960, et les nouvelles études de Christopher Goscha, 2011 et de David Marr, 2013 []
  24. Il n’existe pas encore d’étude spécifique sur cette ligue, on peut se reporter à l’ouvrage ancien de King C. Chen, 1969 ; Hoang Van Dao, 2008, pp. 197-204 []
  25. Voir ce qu’en dit Tran Van Giau dans ses mémoires, extraits repris dans un article de la BBC []
  26. Sur ce front, voir Hoang Van Dao, 2008, ch. 7, 8, 9 et Guillemot, 2012, pp. 298-305 ; 315-328 et ch. VII []
  27. Une thèse américaine est en préparation sur ce sujet. Les Bình Xuyên ont été étudiés en France dans trois mémoires de recherche mais aucun n’a donné suite à une thèse. Sur le climat et le contexte de ce groupe voir la biographie de Pierre Darcourt, 1977, sur Bảy Viễn et la notice de Christopher Goscha dans son dictionnaire en ligne : Binh Xuyen []
  28. Voir la thèse de Pierre Dabezies, 1955, qui décrypte les actions de chacun des groupes pendant la période baodaïste []
  29. Une étude sérieuse mériterait d’être entreprise sur cette organisation politique. Sur le bouddhisme Hòa Hảo, on se reportera à la thèse de Pascal Bourdeaux, 2003 . Sur le Caodaïsme en particulier voir l’étude de sociologie historique de Jérémy Jammes, 2013 []
  30. Sur ce sujet voir Christopher Goscha, 2011, pp. 450-463 []
  31. Sur la période 1945-1946, on se reportera à l’ouvrage de David Marr 2013, pp. 478-486 []
  32. Voir aussi la notice PCV ; Céline Marangé, 2012 []
  33. Le Vietnam d’aujourd’hui, 1965, p. 57. Aucun travail universitaire, à notre connaissance, n’a été mené sur l’existence de ce parti et de ses réseaux []
  34. Sur ce sujet voir notre étude publiée en 2014 et la thèse de Kim Van Chien, 2013 []
  35. Sur l’état des forces politiques à la sortie des Accords de Genève, voir Mme Nguyen Anh Tuan, 1967 []
  36. Voir Russell, 1969, sur Mémoires d’Indochine []
  37. Une thèse mériterait d’être entreprise sur ce parti à partir des archives vietnamiennes disponibles au Centre n°2 à Ho Chi Minh-Ville ; Brocheux, 2011, p. 177 []
  38. Sur ce Front, voir les travaux pionniers de Douglas Pike, 1966 et 1969 []
  39. Demery, 2013, p. 129 []
  40. Lam Vinh The, 2010 []
  41. L’inventaire détaillé de Nguyen Khac Ngu donne une idée de cette fragmentation continuelle au Sud pendant la guerre. Il répertorie quatre alliances religieuses, neuf alliances regroupant les grands partis, huit mouvements sociaux, dix-huit mouvements de jeunesse… La scène politique se divise entre mouvements classés par le gouvernement de Saigon soit « pro-Viêt Công »  soit « anticommunistes ». L’ensemble des autres Blocs, Fronts, Forces, Alliances, Mouvements ou Associations tourne autour d’une cinquantaine. Au total, plus de cent cinquante organisations diverses occupent la scène politique démontrant, outre la fragmentation, l’importance de l’offre politique dans la demi-démocratie sudiste, voir Nguyen Khac Ngu, 1989, ch. 6 []
  42. Nguyen Khac Ngu rapporte l’existence de dix factions pour le VNQDĐ, de cinq pour le ĐVQDĐ et de trois pour le Đại Việt Duy Dân []
  43. Toujours selon Nguyen Khac Ngu, sous la Seconde république, le mouvement bouddhiste est divisé en six tendances, le bouddhisme Hòa Hảo regroupe trois factions, le Caodaïsme, quatre et les Catholiques sont présents dans neuf partis ou fronts []
  44. Cf. Exemple d’une profession de foi aux élections des députés en 1971 : Ứng cử viên dân biểu Hạ Nghị Viện Trần Thế Kỷ et d’une affiche de deux Listes pour les élections présidentielles de 1967 : South Vietnam elections. Propaganda posters # 4 []
  45. Pour une vue générale de la lutte des bouddhistes au Sud entre 1964 et 1966, voir Topmiller 2002 []
  46. Voir sur le site Chinh Phu VN []
  47. Sur l’histoire de ce front montagnard jusqu’en 1975 : Po Dharma, 2006 ; CR de lecture de cet ouvrage sur Mémoires d’Indochine []
  48. Une nouvelle étude explore la complexité de ce courant politique à la fois anti-américain, anti-guerre et non communiste, voir Sophie Quinn Judge, 2017 []
  49. Sur l’histoire du PCV, on se reportera à la monographie importante de Céline Marangé, 2012 []
  50. Cf. le site officiel []
  51. Voir notre billet sur Mémoires d’Indochine []
  52. Des affaires criminelles liées à l’existence de ce front dans les années 1980 aux États-Unis ont fait l’objet du documentaire Terror in Little Saigon, ce dernier ayant entrainé une vive polémique au sein de la communauté vietnamienne []
  53. Au départ, trois étoiles rouges placées en haut à gauche sur fond jaune puis elles ont été remplacées par des étoiles bleues, voir Guillemot, 2012 []

Ngo Dinh Diem : Nationalisme et démocratie [Appel au peuple, 9 mai 1955]

[ndlr] Six mois avant la fondation de la République du Viêt-Nam (Sud) le 26 octobre 1955, discours de Ngo Dinh Diem sur sa conception du nationalisme.

« Le nationalisme qui se livrerait à la réaction est condamné à la mort, comme le nationalisme qui s’allie avec le Communisme est voué à la trahison ».

ngodinhdiem_quoctruongvietnamtudo_1956

Chers Compatriotes,

J’ai adressé le 8 mai un message à nos amis du Monde Libre. Il m’a paru en effet nécessaire que par ma voix, vos aspirations soient une fois de plus exprimées, votre détermination comprise, et votre cause entendue.

Pendant longtemps, on a vidé un mot qui vous était cher de tout son sens, c’est celui d’indépendance.

A présent, on abuse d’un autre mot : c’est celui de nationalisme.

Il ne suffit pas d’avoir peur du communisme, de vivre au dessous du 17e parallèle, de posséder des intérêts importants, pour se dire nationaliste.

Le Viêt-Nam ne sera jamais une Nation, il n’y aura jamais au Viêt-Nam de véritable nationalisme si certains de ses fils tentent de consolider à leur seul profit, les vestiges d’un régime périmé, et si d’autres servent une idéologie absolument étrangère à nos traditions spirituelles.

Le nationalisme que vous honorez de servir, le nationalisme irréductible de nos pères est un nationalisme essentiellement fondé sur la volonté de rejeter toute domination, et de préserver notre union dans ce que nous avons de commun et de plus sacré : notre terre, nos héros, notre sang.

Le nationalisme qui se livrerait à la réaction est condamné à la mort, comme le nationalisme qui s’allie avec le communisme est voué à la trahison.

Le nationalisme n’aurait aucun sens s’il n’apportait pas à nos compatriotes une libération définitive, s’il ne consacrait pas une fois pour toutes, leur liberté, s’il ne leur conférait pas une vie au-dessus de toute indignité.

C’est pourquoi, je pense que le nationalisme ne serait qu’un mensonge s’il ne conduit pas à la démocratie.

En vérité, ceux qui redoutent la démocratie sont ceux-là seuls qui ont mauvaise conscience. Ceux-là qui ont retardé notre accès à l’indépendance, ceux-là qui nous empêchent de réaliser des progrès sociaux, ceux-là qui intriguent mais n’osent pas présenter publiquement un programme, ici, à Saigon, devant le peuple.

Car en fait, il n’y a pas plusieurs programmes. Il n’y en a qu’un : celui qui préserve notre indépendance, qui fit de notre nationalisme un nationalisme vivant, conforme à nos traditions spirituelles, et par lequel nous accèderons tous, ensemble, à la démocratie.

—  —  —

Extrait de : « Nationalisme et démocratie (Appel au peuple, 9 Mai 1955) », in La voie de la juste cause (Traduction des principaux discours et déclarations du Président Ngo-Dinh-Diem), Saigon, Service de Presse, Présidence de la République du Viêt-Nam, 1956, pp. 86-87.

David Lan Pham : Two hamlets in Nam Bo – CR de lecture par Camille Le Guilloux

CR de lecture de Camille Le Guilloux : David Lan Pham, Two hamlets in Nam Bo. Memoirs of life in Viet Nam through Japanese occupation, the French and Americans wars, and Communist rule, 1940-1986, Jefferson, NC, & London, McFarland, 2000, 299 p.

DavidLanPham_TwoHamletsInNamBoCet ouvrage, publié en 2000, est une autobiographie relatant la vie de David Lan Pham, de son vrai nom Pham Dinh Lan. Il naît en 1940, à Thu Dau Mot dans le sud du Vietnam, lors de l’occupation de l’Indochine par le Japon. Il est diplômé de l’Université de Saigon et a enseigné l’histoire et les langues. Par ailleurs, il a pris part à la vie culturelle du Sud-Vietnam avant 1975 et a été entre autres Secrétaire général des enseignants vietnamiens de l’Association des Enseignants d’Histoire et de Géographie et secrétaire général de l’Association de la Bibliothèque nationale vietnamienne. Il vit actuellement aux États-Unis, à Toledo, où il travaille auprès des réfugiés et rédige des ouvrages concernant le Vietnam.

Jusqu’à son départ en 1985, il est le témoin direct de l’occupation japonaise, de la guerre d’Indochine, de la guerre du Vietnam puis de la paix sous le régime communiste. Au travers de son ouvrage, il rend compte de la vie sociale et politique tourmentée du Vietnam pendant quatre décennies. En partant de deux petits villages, Binh Chuan et Tuy An, de la région du Sud-Est (Dông Nam Bô), dans lesquels il a grandi, l’auteur nous apprend comment les Vietnamiens ont survécu et se sont adaptés aux guerres et aux différents régimes. Il mêle les faits historiques, ses analyses politiques, le récit de sa propre vie et des anecdotes de la vie quotidienne pour dresser le portrait de la population vietnamienne.

1940-1954 : Occupation japonaise, domination française, répression Viêt-Minh

L’ouvrage s’ouvre sur une description des deux villages dans les années 1940 : Tuy An et Binh Chuan. Tuy An est un village fondé par l’arrière-grand-père de l’auteur. L’agriculture y est peu développée, c’est pourquoi les villageois doivent étudier pour s’en sortir. Beaucoup parlent le français. Par rapport à Tuy An, Binh Chuan est plus rural, les villageois sont majoritairement des fermiers. Selon l’auteur, le destin de ces deux villages est représentatif de ce qui se passe dans le reste du pays. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Binh Chuan n’a pas été dévasté, mais les villageois ont souffert de la faim et du manque de produits de première nécessité. En effet, suite à la défaite française contre l’Allemagne en 1940, les Japonais pénètrent en Indochine. Les soldats japonais atteignent Binh Chuan où ils battent les villageois et les forcent à faire des corvées. Après la guerre, les personnes ayant accompli ces corvées sont accusées de collaborer avec les Japonais : c’est le premier témoignage de l’atmosphère de suspicion et d’accusations mutuelles qui va régner par la suite au Vietnam. Cependant, l’auteur fait partie d’une famille plutôt riche et respectée, et a relativement peu souffert de la guerre. La violence de l’occupation japonaise est même peu relatée. David Lan Pham souligne par ailleurs l’absence de problèmes majeurs entre les villageois (comme le vol) et met au contraire l’accent sur la solidarité qui régnait entre eux.

Cependant, cette époque décrite par l’auteur comme une « peaceful life in wartime » se termine avec la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le 9 mars 1945, les occupants japonais attaquent l’administration et les garnisons françaises qu’ils avaient laissées en place. L’opération Meigo signe la fin du protectorat français sur l’Indochine. C’est un grand bouleversement dans la vie de l’auteur, car son père, professeur employé par l’administration française, perd son emploi. La famille déménage ensuite à Tuy An pour que l’auteur ait accès à une meilleure éducation. Suite à la capitulation japonaise et à la « révolution d’août » menée par le Viêt Minh, Ho Chi Minh déclare le 2 septembre 1945 l’indépendance du Vietnam et la création de la République Démocratique du Vietnam, dont il est le président. Si la majorité des Vietnamiens dans l’entourage de l’auteur se réjouissent de l’indépendance, son père au contraire reste sceptique et peu perméable aux arguments des partisans du Viêt Minh qu’il doit accueillir chez lui. Il faisait partie des gens peu impliqués en politique et dubitatifs face à l’emploi du terme « démocratie » pour expliquer les bains de sang perpétrés par les révolutionnaires. Pour cette raison, il est surveillé par la police du Viêt Minh.

BaoCongAnMoi1946
« Sécurité publique nouvelle », le journal de la police relatant la répression des opposants en 1946 © DR

A partir de 1946, l’armée française tente de reconquérir l’Indochine. L’avancée des troupes est violente : Tuy An est détruit. Le climat de suspicion est alors à son comble : la police du Viêt Minh accuse le père de travailler pour les Français. Les Français finissent par s’emparer de Tuy An, et tuent les membres du Viêt Minh, dont l’oncle de l’auteur. Par extension, les Français accusent le père d’être Viêt Minh et l’emprisonnent à Laithieu, tandis que la mère et les frères sont menacés par le Viêt Minh qui accuse toujours le père de collaborer avec les Français. L’auteur retourne alors à Binh Chuan auprès de sa grand-mère. Ce que vit la famille de l’auteur reflète le quotidien des Vietnamiens : le jour, les Vietnamiens sont persécutés par les Français, qui les soupçonnent d’appartenir au Viêt Minh. La nuit, les personnes relâchées par les Français sont interrogées par le Viêt Minh, qui les voit comme des collaborateurs. Finalement, le père de l’auteur est relâché par les Français, et devient professeur à Laithieu. C’est donc dans cette ville, contrôlée par les Français, que la famille de l’auteur est réunifiée. Le jeune auteur y est témoin de nombreux massacres de prisonniers par les Français. Les corps sont jetés dans la rivière. Le fort ressentiment de l’auteur à l’égard de la domination française sur son pays le pousse en 1950 – il a alors 10 ans – à essayer de rejoindre le Viêt Minh pour la combattre. Il se rend alors à Binh Chuan, qui est contrôlé par le Viêt Minh, mais il est renvoyé à Laithieu par sa grand-mère. En raison de ce voyage de deux jours à peine, ces parents sont inquiétés par l’administration française qui les soupçonne d’accointance avec le Viêt Minh. L’auteur lui-même est interrogé et échappe de peu à la torture.

1955-1975 : Guerre froide et « Bloody war »

1954 signe la défaite de la France et marque la fin de la guerre d’Indochine. La Conférence de Genève convient du cessez-le-feu et de l’armistice entre l’armée française et la République démocratique du Vietnam. Le pays est séparé en deux au niveau du 17e Parallèle. L’auteur vit alors à Saigon pour ses études, il a 14 ans. La vie dans le Vietnam du Sud est relativement paisible, malgré la corruption et les vices (opium, jeux, maisons closes…). La République du Vietnam au Sud est créée en 1955 : elle est soutenue par les Etats-Unis car elle est anticommuniste. De 1955 jusqu’à son assassinat en 1963, Ngo Dinh Diem en est le président. Les services secrets du régime nationaliste menacent les partisans du Viêt Minh du Vietnam du Sud restés sur place, mais aussi les intellectuels ou autres individus critiquant le président. Lorsque l’auteur commence à enseigner l’histoire et la géographie, il doit donc faire attention de ne rien dire à l’encontre des politiques du gouvernement. David Lan Pham a une opinion politique particulière : il ne soutient ni le régime communiste du nord-Vietnam ni pleinement la République du Vietnam au Sud. Il représente une troisième voie, celle en faveur de l’indépendance et de la démocratie incarnée, par exemple, par le Tan Dai Viet de Nguyen Ngoc Huy. Or le gouvernement de Saigon échoue à installer une véritable démocratie.

DividedVietnamMap

La guerre du Vietnam succède à la guerre d’Indochine. En 1965, les troupes américaines débarquent au Vietnam du Sud pour aider la République du Vietnam à repousser l’expansion des communistes. Dans les années 1960, la culture américaine prend le pas sur la culture française et s’affiche dans les grandes villes du Sud. Le confort y augmente aussi, grâce à la diffusion des frigidaires, de la climatisation, de la télévision ou encore des scooters, signes de modernité. L’auteur retourne vivre à Laithieu après son mariage. Pendant longtemps, Saigon n’est pas touchée directement par la guerre. Cependant, pendant les années de guerre, les Vietnam du Nord et du Sud s’appauvrissent et sont de plus en plus dépendants de l’aide extérieure. Après les accords de paix de Paris en 1973, les États-Unis retirent leurs troupes. Les Vietnamiens du Sud combattent donc par eux-mêmes le Viêt Công et les troupes nord-vietnamiennes jusqu’à la capitulation du gouvernement de Saigon en 1975. Pour faire face à la violence de la guerre, les Vietnamiens se réfugient dans le vaudou et les horoscopes.

1975-1986 : De la « paix communiste » au départ en mer

Si l’année 1975 apporte enfin la paix au Vietnam, elle représente une rupture définitive pour l’auteur : « April 30 [1975] marked a big change in my life. Unpredictably, it separated me from my country forever ». A 35 ans, il se retrouve dans la même situation que son père en 1945 : il est forcé de quitter sa place de professeur lorsque le gouvernement de Saigon tombe aux mains du Vietnam du Nord, car un de ses collègues l’accuse d’être contre-révolutionnaire. Les officiers, les hommes politiques ou encore les professeurs sont envoyés dans des camps de rééducation. L’auteur y échappe, bien qu’il soit surveillé de près par les bo doi. La police locale cherche à prouver qu’il est « réactionnaire » dans le but de le mettre en prison. Elle vient l’interroger une à deux fois par mois, fouille sa maison et lui confisque ses biens. L’auteur détruit lui-même certains de ses livres et sa machine à écrire. Il a évité la prison grâce aux témoignages bienveillants de ses voisins et de sa famille. Certainement aussi parce qu’il impressionnait les membres du parti communiste venant l’interroger – dont il souligne à plusieurs reprises le manque d’éducation. Sa situation se répercute sur sa famille : ses enfants ne peuvent pas être membres des jeunesses communistes, ou continuer leurs études, parce qu’il est surveillé par la police.

DavidLanPham_StudentIDcard
Carte d’étudiant de David Lan Pham, Faculté de Lettres de Saigon, 1966 © McFarland

Pour faire face à l’appauvrissement de sa famille, l’auteur se met à pratiquer l’acupuncture pour soigner les gens autour de lui. Il tente de faire des plantations à Tuy An, mais on lui vole toutes ses récoltes. Il enseigne ensuite les langues, mais cela est politiquement dangereux : cela encouragerait les gens à fuir le Vietnam. L’auteur se tourne vers la religion à mesure qu’il s’affaiblit physiquement (ce qui peut expliquer les passages mystiques de l’ouvrage). La malnutrition touche toute la population, à l’exception des cadres du parti communiste, qui ont accès aux soins et à la nourriture. Les vols de nourriture sont fréquents, ainsi que de tous les autres biens de première nécessité. Si la pauvreté et la malnutrition étaient compréhensibles en temps de guerre, ce n’est plus le cas pendant la paix. Cependant, les Vietnamiens s’adaptent. D’après une connaissance de l’auteur, il n’y a que deux solutions : ou l’on travaille pour le gouvernement communiste, ou l’on part. Le départ du pays devient le sujet de conversation principal au sud du Vietnam pendant les années 1970 et 1980. Dans un premier temps, l’auteur se refuse à quitter son pays : il n’a pas assez d’argent pour partir et ne veut pas vivre dans un autre pays. Il vit donc 10 ans sous le régime communiste. Alors qu’il envisage de faire partir son fils aîné, il est convaincu par sa belle-sœur de partir avec lui et son frère.

DavidLanPhan_BoatPeople
Photo prise le 29 mai 1985, lorsque l’auteur (en bas à droite, avec le sac) est secouru par le Jean Charcot après 2 jours de dérive en mer de Chine méridionale © Philippe Théard / McFarland

Ils partent du Vietnam en bateau le 27 mai 1985. L’auteur a alors 45 ans. Le voyage est très éprouvant : ils peuvent à peine bouger dans le navire, ils suffoquent, la nourriture vient à manquer… Le 29 mai, leur bateau est secouru par le Jean Charcot, un navire de Médecins du Monde. Ils passent ensuite plusieurs mois dans un camp de réfugiés aux Philippines. La vie y est assez paisible. Ils partent le 27 janvier 1986 pour Toledo, Ohio, où leur famille les rejoindra. Le livre se termine sur quelques extraits de poèmes de l’auteur, exprimant sa nostalgie du Vietnam.

Une mémoire critique

David Lan Pham écrit ses mémoires en 2000, soit 14 ans après son arrivée aux États-Unis : ce sont des mémoires reconstruites. L’ouvrage aborde un grand nombre de sujets assez librement. Si le style est clair et aisé à lire, il est cependant parfois difficile de suivre l’auteur. En effet, si ses réflexions sur les faits historiques s’appuient sur beaucoup de noms et de dates, il n’en va pas de même lorsqu’il aborde les faits personnels. Il ne donne pas le nom des gens qu’il rencontre et très peu de dates. L’auteur fait parfois des prolepses et des analepses qui peuvent éventuellement amener le lecteur à faire des erreurs d’interprétation.

En dépit de cette difficulté, l’ouvrage est extrêmement bien documenté : les faits historiques sont clairement expliqués et l’auteur rapporte les trajectoires des nombreuses personnes qu’il a rencontrées. Au fil de l’ouvrage, la vie sociale et culturelle des Vietnamiens est décrite avec soin. Il est facile de supposer un travail actif de recherche d’informations, toutefois l’ouvrage ne dispose pas de bibliographie et l’auteur ne mentionne pas la manière dont il a récolté ces témoignages – avant ou après son départ ? Qui lui a fourni les dialogues datant de sa petite enfance ? -, ce qui peut laisser le lecteur sur sa faim. Enfin, la liberté d’esprit de l’auteur est très appréciable : il ne prend le parti d’aucun gouvernement au pouvoir. Il reste au contraire sceptique et critique.

Camille Le Guilloux, promotion ASIOC 2015-2016.

 

Bibliographie complémentaire :

  • David Lan Pham (2004), International Politico – Cultural Influences on Vietnam in the 20th Century, États-Unis, Xlibris, 256 p.
  • David Lan Pham (2007), Ho Chi Minh (1980-1969), États-Unis, Xlibris, 282 p.
  • Kenneth William Taylor (2013), A history of the Vietnamese, Cambridge university press, 696 p.
  • Philippe Langlet, Quach Thanh Tâm (2001), Introduction à l’histoire contemporaine du Viêt Nam : de la réunification au néocommunisme (1975-2001), Paris, Les Indes Savantes, 247 p.

_______________

Camille Le Guilloux est étudiante du master 2 Asie Orientale Contemporaine à l’IEP de Lyon et à l’ENS de Lyon. Elle effectue actuellement un mémoire de recherche sur le développement du livre numérique au Japon, dans le cadre d’un échange académique avec l’université de Waseda à Tokyo.

End of Empire: 100 days in 1945 that changed Asia and the world [NIAS]

[ndlr] Présentation par Gerald Jackson du projet End Of Empire porté par le Nordic Institute of Asian Studies (NIAS) à Copenhague. Le projet retrace les 100 jours qui ont fait basculer l’Asie en 1945. Il s’adresse à un large public et s’affiche comme un support de référence pour l’enseignement. Actuellement plus de cent chercheurs participent au projet sous la direction de David Chandler, Li Narangoa et Robert Cribb. Le site a été mis en place sous la supervision de David Patrick Stuligross.

Colleagues working on the recent history of Asia may be interested to hear of the recent launch of the End of Empire website (www.endofempire.asia), which publishes day by day ‘real-time broadcasts’ of what happened in Asia at the end of World War II. The site combines daily events with commentary, photographs, maps, personal accounts and other material plus links to resources found elsewhere.

Aiming to balance the focus on European events in global public discussions and reminiscences of World War II, the project focuses on a brief, 100-day period at the end of the war across a broad sweep of eastern Asia – a time when the Indonesian and Vietnamese revolutions were born, the fragile wartime truce between Communists and Nationalists in China began to fray, and the first steps were made in Japan towards a new democratic order.

The website is part of a radical, multi-faceted project to commemorate the 70th anniversary of the war’s end and its immediate aftermath. This is done not just via the website but also in printed and electronic publications plus via social media.

Nor does the project simply present existing scholarship. It also actively reaches beyond the academic world to encourage non-academics to come forward with primary source material unknown to historians and often limited to their own private circles.

Here, perhaps, is a model for scholarly publishing and learning that both exploits new technologies and retains traditional standards.

EndOfEmpire_23-9-2015La page consacrée au 23 septembre 1945

Lien : http://www.endofempire.asia/2015/09/23/

Image « à la une » : End Of Empire 25 Août 1945.

Nakhonkham Bouphanouvong : Sixteen Years in the Land of Death Revolution and Reeducation in Laos – CR de lecture par Ken Messud

Nakhonkham_RevolutionReeducationLaosLe titre volontairement provocateur de cet ouvrage n’est pas sans rappeler au lecteur l’œuvre majeure de Soljenitsyne, L’archipel du goulag. On peut en effet être tenté de réduire ce livre à un témoignage d’un survivant des camps de rééducation communistes, dans lesquels Nakhonkham Bouphanouvong vécût durant seize années de sa vie avant sa libération et son immigration aux États-Unis. Mais cette interprétation, quoique parfaitement valable, met de côté ce qui constitue un élément autrement plus central de ce livre : le témoignage d’un homme acquis aux théories du non-alignement, farouchement opposé au communisme et profondément amoureux de son pays, sur les différents évènements politiques survenus au Laos entre 1945 et 1975.

Bouphanouvong fut en effet de tous les retournements politiques et militaires jusqu’à son arrestation et internement de 1975 à 1991: il fut tour à tour soldat au sein du Lao Issara (mouvement du Laos libre) dès 1945, puis journaliste, haut-fonctionnaire et enfin officier de police sous la monarchie jusqu’à son abolition en 1975. La longévité et l’expérience de Bouphanouvong lui accordent ainsi naturellement une hauteur de vue certaine et une profondeur de réflexion sur les enjeux politiques durant la courte vie de la monarchie laotienne. Les évènements survenus durant ce laps de temps sont en effet d’une intense complexité, liées étroitement au contexte de la guerre froide et de la lutte d’influence de l’époque, ainsi qu’à la guerre du Vietnam.

Bouphanouvong est né en 1927 à Xepone dans une famille modeste. Lorsque le Japon envahi le Laos en mars 1945, celui-ci est toujours sous contrôle administratif de la France. L’auteur, alors en études à Vientiane, décide d’y mettre un terme et emboîte le pas au mouvement nationaliste et révolutionnaire du Lao Issara qui compte tirer parti de l’instabilité de la situation afin de faire gagner au Laos son indépendance. Cet engagement précoce est révélateur de l’important patriotisme qui allait animer et guider les choix de Bouphanouvong tout au long de sa vie. La guerre d’indépendance contre la France qui s’en suivit fut de plus un événement marquant et formateur pour ce jeune homme en pleine maturation politique. En effet, malgré sa modeste éducation du niveau du secondaire, Bouphanouvong fut appelé en 1947 au service de propagande du Lao Issara, avant d’être nommé en 1948 commissaire politique (à seulement 21 ans).

Son récit commence véritablement avec le congrès du Front de Résistance Laotien, tenu en août 1950 dans la province vietnamienne du Tuyen Quang. Au grand désarroi des combattants révolutionnaires de la première heure, ce congrès consacre au pouvoir la faction communiste du Lao Issara (portée par le prince Souphanouvong), ralliée à Ho Chi Minh. Cet événement est vécu comme une profonde désillusion pour Bouphanouvong qui regrette le tournant communiste du mouvement au détriment d’une union commune entre le Vietnam, le Cambodge et le Laos contre l’impérialisme français mais dans le respect des souverainetés de chacun. L’influence exercée par le Vietnam sur la politique laotienne devient en effet croissante, l’endoctrinement communiste des cadres du Lao Issara étant perçu comme un moyen d’affilier le pays dans une perspective de long terme. Cet endoctrinement se matérialise par de nombreux séminaires de formation politique durant lesquels sont inculquées les fondements de la doctrine communiste, et auxquels l’auteur sera imposé de participer activement. Les diverses affectations militaires de Bouphanouvong décrivent l’incidence de ce succès idéologique: malgré l’accord franco-laotien d’octobre 1953 accordant au pays sa pleine souveraineté (et donc mettant un terme théorique à la guerre contre la France), l’effort de guerre du Laos pour venir au soutien du Vietnam se renforce rapidement jusqu’à l’obtention d’une victoire décisive sur le colonialiste: cette victoire, c’est bien évidemment celle de Dien Bien Phu en mai 1954. L’indépendance de l’Indochine est finalement actée avec les accords de Genève en juillet de la même année.

Toutefois l’obtention de l’indépendance ne permet pas de régler l’instabilité politique au Laos, instabilité qui va amener Bouphanouvong à renier son engagement initial (même s’il continuera à se revendiquer du Lao Issara originel). Deux factions se disputent en effet le pouvoir à partir de 1953: d’un côté les royalistes du Royal Lao Government (RLG) souhaitant promouvoir la monarchie laotienne, et de l’autre le Pathet Lao (ou Neo Lao Hak Xat – Front Laotien de Résistance Patriotique) auquel le Lao Issara est rattaché. Le Pathet Lao est composé au départ de différentes factions de tout bords idéologiques, mais se retrouve rapidement dominé par les communistes vietnamiens qui souhaitent s’en servir pour garantir leurs intérêts chez leur voisin. La signature d’un agrément en 1957 et la création d’un gouvernement commun permettent de mettre un terme relatif à cette situation instable.

Conscients de cette emprise grandissante, et peu convaincus par l’idéologie et le système communiste qu’ils critiquent sévèrement, Bouphanouvong et ses amis proches du Lao Issara décident en 1960 de rejoindre le parti neutre du Comité de Défense des Intérêts Nationaux (CDIN). Une guerre fratricide entre les deux factions éclata peu de temps après, forçant Bouphanouvong à fuir Vientiane ; il assistera aux violents combats se déroulant dans le nord du Laos jusqu’à la victoire du CDIN en 1962 et la formation d’un gouvernement de coalition entre les neutralistes, le Pathet Lao et les royalistes. Affilié aux idées du mouvement des non-alignés (notamment suite à la conférence de Bandung de 1955), Bouphanouvong est déterminé à servir les intérêts de son pays et à lutter contre les influences extérieures grandissantes liées au contexte de guerre froide de l’époque. Se refusant d’aider le Pathet Lao, et conscient de l’influence américaine exercée sur le parti royaliste, il décide ainsi de retourner en 1962 à Vientiane afin d’aider au maintien de la paix auprès du cabinet du premier ministre neutraliste Souvanna Phouma. Durant cette période, il travaillera aussi au sein de différents ministères avant de devenir officier de police, tout en exerçant une activité journalistique pour le compte d’hebdomadaires neutralistes. Cependant, la reprise de la guerre civile à partir de 1964 finit par avoir raison de la coalition, aboutissant au démantèlement de celle-ci en février 1973, date de la signature de l’accord sur l’unification du Laos. La faction neutraliste se retrouve dissoute, laissant les mains libres au parti Royaliste ainsi qu’au Pathet Lao pour diriger la monarchie.

Les craintes exprimées par Bouphanouvong à l’égard des communistes se matérialisent malheureusement très rapidement. Le Pathet Lao, fort du soutien vietnamien désormais victorieux sur les États-Unis, prend progressivement le dessus sur le RLG avant de finalement proclamer la République Populaire du Laos en décembre 1975. Pour Bouphanouvong et les autres soutiens anticommunistes du régime monarchique, c’est le début d’une longue agonie. Déportés dans des camps de détention, Bouphanouvong et quelques deux cents autres « séminaristes » (tous officiers haut-gradés ou membre de la haute fonction publique), entament leur longue période de rééducation politique. Abondamment décrite par Bouphanouvong dans la seconde partie de son livre, il témoigne des horreurs subies par lui et ses camarades dont beaucoup périront durant leur détention. Utilisés comme main d’œuvre corvéable à merci, sous-alimentés, vivant sous la menace permanente d’une mort violente, torturés physiquement et surtout mentalement, ces hommes ont en effet dû supporter pendant de longues années des conditions de vie extrêmement dures. La situation économique et sociale catastrophique du Laos permet une certaine ouverture du pays à la fin des années 1980. La pression internationale poussera finalement le régime communiste à relâcher progressivement les survivants des camps de rééducation. Libéré le 22 novembre 1991 après seize ans, trois mois et vingt-deux jours de détention, Nakhonkham Bouphanouvong est un véritable miraculé de l’histoire.

L’approche historique de cet ouvrage, intimement liée au vécu de son auteur, apporte une vision très humaine sur cette période confuse. La lecture de ce témoignage parfois romancé reste agréable tout du long, cependant on peut regretter le manque de contextualisation et d’explications claires des évènements politiques vécus par le narrateur. Une certaine connaissance historique du Laos est ainsi indispensable au lecteur afin de bien saisir l’ensemble du tableau politique dressé par Bouphanouvong. Chargé émotionnellement, ce livre reste néanmoins un témoignage exceptionnel sur l’influence du communisme vietnamien au Laos.

Ken Messud, promotion ASIOC 2014-2015.

 

Bibliographie indicative 

Martin STUART-FOX, A History of Laos, Cambridge University Press, 1997.

Kenneth CONBOY, War in Laos 1954-1975, Squadron/Signal publications, 1994.

Jean DEUVE, Le royaume du Laos, 1949-1965, Paris, L’Harmattan, 2003.

 

Ken Messud est étudiant en Master Asie Orientale Contemporaine à l’ENS de Lyon. Il effectue actuellement un stage dans un cabinet de conseil Indonésien à Jakarta. Son sujet d’étude est l’analyse des conséquences économiques et légales de la nouvelle politique minière indonésienne.

Journée sur l’Immigration vietnamienne : notes et réflexions

La journée rencontre sur l’immigration vietnamienne organisée au Rize à Villeurbanne le samedi 11 octobre 2014 proposait quatre conférences très intéressantes sur un sujet complexe à fleur de peau entre mémoire et histoire. Elle fut à l’initiative du Collectif Lyonnais Année France-Vietnam. Ces quatre interventions ont rappelé chronologiquement les grandes phases de rencontre des Vietnamiens avec la France tout au long du XXe siècle tout en exposant la grande diversité des vagues d’immigration. La présentation de cette Journée rencontre et les débats qui suivirent chaque intervention furent animés par Joël Pham, responsable du site dédié aux Travailleurs indochinois.

JournéeImmigrationVietnamienne2014_1
Les intervenants : Mireille Le Van Ho, Le Huu Khoa, Dominique Foulon, Nguyen Quang Hung Anh © 2014 FG

La première intervention de Mireille Le Van Ho, conservateur des bibliothèques, portait sur l’histoire relativement peu connue (au moins jusqu’à la soutenance de sa thèse en 1986 [1]) des dizaines de milliers de paysans vietnamiens recrutés pour l’effort de guerre pendant la Grande Guerre de 1914-1918. Ils furent mis au service de cette première guerre industrielle en œuvrant dans les services de l’arrière. Sur les 90.000 recrutés, près de 50.000 servirent dans les usines d’armement à la fabrication d’obus, dans les poudreries de Bergerac (55% des effectifs sont des ouvriers vietnamiens) ou de Toulouse (1/5 des effectifs). Elle relata les pénibles conditions de vie et la dangerosité de leur métier (maniement d’explosifs ou de matières toxiques comme l’acide chlorhydrique ou de l’ether…). Cette exposition au danger eut des conséquences directes sur la mortalité de ces ouvriers (8% pour les ouvriers vietnamiens contre 3% chez les français). La main d’œuvre coloniale, militarisée, encasernées mais sans combattre, fit l’objet d’une relégation spatiale. Déployés dans les usines, vivants dans des baraquements spéciaux et confinés à une isolement certain, ces ouvriers vietnamiens furent soumis à une surveillance intensive. Leur courrier était censuré par l’administration qui fit appel à des mandarins spécialement recrutés par la Métropole pour s’acquitter de cette tâche policière. La censure postale illustre bien la méfiance des autorités vis-à-vis de ces Vietnamiens confrontés au monde du travail à la chaîne, sur le modèle du taylorisme, mais aussi à la modernité.

Pour les autorités françaises (sans doute conscientes d’une forme d’exploitation abusive), ceux qui allaient retourner au Viêt-Nam étaient susceptibles de poser les premiers jalons d’une révolte d’envergure. Mireille Le Van Ho démontra comment se mit en place une police politique, sous l’égide des grands commis de Sarraut (Pierre Guesde, Przyzjluski ou Bosc, voir diapositive ci-dessous), pour contrôler ces Indochinois à qui l’on attribua si peu de crédit. Ils furent en effet jugés « habiles mais aussi susceptibles, peu costauds », décrits comme une main d’œuvre « quasi-féminine » et caractérisés comme étant, pour les moins dociles, « rusés et sournois ». Le paternalisme colonial les affubla d’une étiquette d’enfants indisciplinés qui devaient être régulièrement recadrés ou corrigés. Avec la création de la Sûreté générale en 1917, le réseau de la police politique déployé en France put investir l’Indochine, étendre ses ramifications et ses agents, infiltrer les organisations vietnamiennes. Les « retours de France » (un véritable sujet en soi) posaient problème. Leur sacrifice n’était pas reconnu à sa juste valeur, engendrant frustrations et déclassement social fruit d’une déstabilisation sociologique dans les villages. En effet, les mandarins locaux ne voyaient pas d’un bon œil ces compatriotes qui avaient beaucoup appris sur leur condition de colonisé et qui allaient participer à l’insurrection paysanne des Soviets du Nghệ Tĩnh en 1930-1931.

JournéeImmigrationVietnamienne2014_4
Mireille Le Van Ho : « Surveillance et encadrement : les enjeux d’une politique ». © 2014 FG

Mireille Le Van Ho ne s’est pas contentée d’exposer les difficiles conditions de vie et de travail de ces paysans devenus ouvriers dans les usines françaises, elle posa la question de l’attrait de la modernité qui fascinait et interpellait de nombreux Vietnamiens sur leur propre condition de colonisés. En effet, les nationalistes modérés incarnés par la figure majeure de Phan Châu Trinh (1872-1926) faisaient le pari que cette confrontation Orient-Occident, que ce contact avec la Métropole et le service rendu à la France permettraient d’obtenir une indépendance progressive et pacifique de leur pays. En 1919, « les revendications du peuple annamite » étaient publiées mais restèrent lettre morte. Peine perdue. Le « marché » fictif du sacrifice contre l’indépendance ne devait aucunement aboutir sur un quelconque relâchement des autorités coloniales. Du fait de l’attitude fermée de ces dernières, il provoqua de fait la radicalisation du mouvement indépendantiste vietnamien (vers le communisme le plus dur ou l’ultra-nationalisme). L’apprentissage de cette modernité française mais aussi l’évidente supériorité allemande ou américaine offraient des perspectives d’émancipation. Ceci passa également par la rencontre avec la femme française et la possibilité de mariage mixte avec cette « inversion du monopole sexuel » des blancs bien soulignée par l’auteure.

JournéeImmigrationVietnamienne2014_2
© 2014 FG

Cette présentation dûment illustrée par des documents photographiques d’époque était d’une grande qualité, riche de détails et d’informations, l’auteure affichant une grande maîtrise de sa thématique de recherche. Lors de l’échange avec le public, on apprit que 2.500 Cambodgiens furent également recrutés pour les besoins de la Grande guerre mais que ce recrutement fut limité au regard de la révolte des corvées qui se déroula en 1916 au Cambodge. Enfin, Mireille Le Van Ho souligna le rôle crucial de l’administration mandarinale avec laquelle les retours de France eurent beaucoup de mal à composer. Cette question reste évidemment à creuser car elle sous-entend qu’une fracture importante intervient (ou se creuse) précisément à ce moment dans la société vietnamienne [2].

Cette entrée en matière, relativement longue car il y avait beaucoup à dire pour dresser ce tableau effarant de l’exploitation indigène, fut suivie par une seconde communication présentée par Dominique Foulon, rédacteur en chef de la revue Carnets du Viêt Nam, sur les différentes immigrations vietnamiennes. Sa communication prit la forme d’une réflexion générale sur les vagues migratoires successives et l’action politique des groupes vietnamiens exilés ou installés en Métropole. En partant grosso-modo de l’exposition coloniale à Lyon en 1894 (avec un clin d’œil à la création du quartier le Tonkin à Villeurbanne), Dominique Foulon passa en revue les groupes de Vietnamiens qui, depuis les premières associations de 1911, donnèrent du fil à retordre aux autorités coloniales. Il rappela le rôle clé de l’avocat Phan Văn Trường (1876 – 1933) et du moderniste Phan Châu Trinh à travers la création de la Fraternité puis de l’association des patriotes annamites. Les deux hommes, arrêtés lors de ce que Trường appela lui-même « l’affaire des conspirateurs à Paris », furent constamment dans la mire de la Police politique [3].

JournéeImmigrationVietnamienne2014_5
Dominique Foulon © 2014 FG

De 1912 à 1920, Foulon expliqua avec justesse la constitution de ce que l’on appellera plus tard le groupe des « Cinq Dragons » formé de Phan Châu Trinh, Phan Văn Trường, Nguyễn Thế Truyền (1898-1969), Nguyễn An Ninh (1900 – 1943) et Nguyễn Ái Quốc (1890-1969), qui allait devenir le futur Hồ Chí Minh « une quarantaine de pseudonymes plus tard » [4]. Il insista sur l’impact de la révolution russe d’octobre 1917 et de la naissance de la Troisième internationale deux ans plus tard. Nous pûmes ainsi voyager au Congrès des peuples d’Orient à Bakou en 1920 pour revenir au Congrès de Tours qui entérina la scission de la SFIO et la création du Parti communiste français en la présence de Nguyễn Ái Quốc. Ce tournant politique qui offrait des perspectives nouvelles avec la prise en compte des colonisés (nouvelles thèses léninistes), donna naissance à l’Union intercoloniale et à son organe bien connu Le Paria, tribune des populations des colonies, largement pris en main par les Vietnamiens dans les premières années de son existence (en particulier Nguyễn Ái Quốc et Nguyễn Thế Truyền). Dominique Foulon évoqua le rôle de Trần Xuân Hồ, sergent de Tirailleurs et membre actif de l’Union intercoloniale… [5]

En 1922, apparut l’Amicale des Indochinois puis une multitude d’associations. Entre les deux guerres, on n’en comptait pas moins de 57, la plupart prenant la forme d’amicales ou d’associations professionnelles. Des journaux vietnamiens apparurent à Paris et à Marseille. De toute évidence, un réseau social d’émigrés vietnamiens se consolida en France débordant jusque dans le milieu marseillais des années 20 où l’opium était particulièrement ciblé par les groupes mafieux. Ce fut également le temps des associations soutenues et favorisées par les autorités françaises comme l’Association mutuelle des Indochinois. D’autres groupes constitués s’imposèrent comme le Parti Constitutionnaliste de Bùi Quang Chiêu ou le Parti Annamite de l’Indépendance (PAI) de 1925 créé par le révolutionnaire Nguyễn Thế Truyền.

Ce processus prit un tournant décisif à la fin des années 20 avec l’affaire du Café Turquetti (une bagarre entre indépendantistes vietnamiens et des militants d’extrême-droite) en 1929 dans laquelle apparut le nom de Đỗ Đình Thạch (alias Pierre Do Dinh) puis celui de Tạ Thu Thâu (1906-1945), le chef de l’opposition de gauche, d’obédience trotskiste qui allait être assassiné en 1945 par le Viêt-Minh [6]. En 1930, l’activisme des révolutionnaires vietnamiens en Métropole redoubla de vigueur après la répression du soulèvement général du Parti national du Viêt-Nam, le VNQDD en février de la même année. Le 22 mai, une grande manifestation se déroula devant l’Elysée pour tenter de sauver les têtes des futurs condamnés à mort de Yên Bái. Rappelons qu’ils furent guillotinés avec leur chef Nguyễn Thái Học à l’aube du 17 juin [7]. Lorsque Tạ Thu Thâu retourna en Cochinchine, le mouvement communiste légal prit une ampleur jamais égalée auparavant investissant le champ des possibles avec des candidats élus aux élections municipales de Saigon de 1933 et 1937. Mais cette démonstration de force ne résista pas d’une part, à l’implosion du mouvement communiste (staliniens contre trotskistes, très bien rappelée dans le film Công Binh de Lam Lê) et au retour de la répression tous azimuts de la Sûreté coloniale. Les mouvements communistes interdits en Indochine comme en Métropole en 1939 retournèrent à la clandestinité.

Dominique Foulon poursuivit son intervention en évoquant quelques trajectoires vietnamiennes dans la lutte antinazie comme celle de l’ONS Huỳnh Khương An, fusillé avec Guy Môquet [8]. Il poursuivit en rappelant le destin des « rapatriés d’Indochine » de 1954, ceux de Noyant d’Allier ou de Sainte Livrade, laissés pour compte de la décolonisation, et du départ définitif de la France d’Indochine. A l’appui des films documentaires de mon ami Philippe Rostan, il évoqua le sort des 4.500 enfants de mère vietnamienne et de pères inconnus « présumés français » [9]. On partit quelques temps dans les années soixante avec le flots des étudiants et des associations de soutien au régime de Saigon sur lesquelles on sait très peu de choses. A ce propos, témoin de cette époque lors de laquelle il arriva en France, le docteur Vũ Văn Huân, président de l’UGVR, rappela que l’association des étudiants pro-Saigon était très puissante. Pour mémoire, soulignons également que c’est en 1964 que fut créée l’Association Générale des Etudiants Vietnamiens de Paris (AGEVP) et que cette association, en la personne de son ancien président Trần Văn Bá (1945-1985), allait offrir après 1975 son premier martyr à l’histoire de la résistance anticommuniste [10]. Quant aux retours après 1975, M. Vũ Văn Huân garde en mémoire que seuls deux étudiants (dont un de l’INSA) furent autorisés à rentrer au Viêt-Nam.

Dans cet exposé général et parfois décousu (selon son auteur), Dominique Foulon fit la démonstration que l’activisme politique, sociale, professionnel ou culturel des Vietnamiens était très divers et qu’en fin de compte il reste beaucoup à faire pour mieux comprendre l’évolution sociale, politique et économique de cette immigration et évaluer sa contribution au redressement du pays après 1986 (avec l’avènement du Renouveau, Đổi Mới).

JournéeImmigrationVietnamienne2014_6
Nguyen Quang Hung Anh : La grande vague post-1975 © 2014 FG

Nguyễn Quang Hùng Anh, secrétaire général de l’Union Générale des Vietnamiens du Rhône (UGVR), poursuivit sur cette question des vagues successives de Vietnamiens foulant le pied en France en se focalisant sur « la grande vague post-1975 » pour reprendre ses termes. Il associa à son propos, avec beaucoup d’émotion et ce n’était guère évident à exposer en public, son propre parcours familial, celui d’un réfugié désormais installé en France et responsable d’une organisation proche de Hanoi. Il comptabilisa au moins quatre vagues de réfugiés vietnamiens depuis la chute de Saigon ̀(voir photo ci-dessous).

La première vague toucha principalement ceux qu’il nomma « les évacués » (par les Américains) et les « privilégiés » avec deux chiffres à la clé : 5270 (France Terre d’Asile) et 7652 (OFPRA) issus d’une étude d’Eglises d’Asie. La seconde vague, la plus importante de 1978-1980 fut celle qui toucha les Hoa, Sino-Vietnamiens, ou les membres des familles liées à l’ancien régime. C’est la période de la médiatisation du phénomène des boat people et de l’intervention des French doctors (Médecins Sans Frontières puis Médecins Du Monde) pour sauver des vies en Mer de Chine. Nguyễn Quang Hùng Anh rappela à juste titre le changement de monnaie du 2 mai 1978 qui engendra une inflation galopante pendant une décennie, un facteur économique important pour expliquer le départ des citoyens rejetés de l’ancienne République, déjà socialement déclassés et appauvris par la perte de leurs biens. Parmi ces départs illégaux, la France apparaissait dans le dernier choix des réfugiés après les États-Unis, le Canada ou l’Australie. Et pour cause, la politique gaullienne neutraliste restait associée dans l’esprit de nombreux Sud-vietnamiens comme un soutien déguisé à Hanoi.

Lors de la seconde vague, se mit en place la politique des départs légaux (ODP: Orderly Departure Program) qui de 1979 à 1994 permit le regroupement familial d’environ 14.500 Vietnamiens en France (14146 selon France Terre d’Asile et 14.663 selon le Ministère de l’Intérieur). La troisième vague consécutive à la précédente vit l’arrivée en France des boat people en provenance des camps de réfugiés d’Asie du Sud-Est. Hùng Anh estime que, sur la base de 3.668 réfugiés comptabilisés en 1990, c’est sans doute entre 33.000 et 34.000 réfugiés (sans compter les rapatriés) qui ont pu rejoindre la France entre 1981 et 1990. Enfin la période 1990-1994 concernait à la fois le regroupement familial, le « tri » des réfugiés à partir de 1989 entre réfugiés politiques et économiques (Genève) et le rapatriement, parfois forcé, des réfugiés vietnamiens des camps d’Asie du Sud-Est vers leur pays d’origine. Nguyễn Quang Hùng Anh estime qu’environ 3.300 réfugiés purent s’installer en France pendant cette courte période qui vit la fermeture définitive des camps d’Asie du Sud-Est. Il évoqua pour finir la « vaguelette » de 2005 avec l’arrivée, dans un tout autre contexte, des étudiants.

JournéeImmigrationVietnamienne2014_7
Nguyen Quang Hung Anh : « Les diverses vagues d’immigrés vietnamiens » © 2014 FG

Dans la seconde partie de son intervention très intéressante, il exposa son parcours personnel en tant que réfugié, un parcours jalonné de mille difficultés administratives et politiques pour s’installer en France. Issu d’une nombreuse famille de dix enfants (d’un père et de deux mères), celle-ci se trouvait séparée lors des événements qui précipitèrent la chute de Saigon. Au terme d’un départ périlleux par bateau, son père put rejoindre les Philippines puis s’établir en France avant de prendre le chemin des Etats-Unis. La famille parvint à se réunir peu à peu grâce au regroupement familial et Hùng Anh se rendit en avion à Paris en juillet 1986. Il décrivit ainsi tout un processus qui du « bas de l’échelle sociale » vietnamienne d’après-guerre le propulsa dans une situation plus enviable en France. Sans entrer dans les détails de cette destinée, somme toute semblable à celle de nombreux réfugiés à cette époque, Hùng Anh ressort aujourd’hui « apaisé » et reste attaché à cette double culture franco-vietnamienne que cultive d’ailleurs l’UGVR à travers des échanges réguliers avec la RSVN.

Son intervention a suscité beaucoup de questions notamment sur le rôle de la France, sur le choix des étudiants boursiers ou sur d’autres expériences moins traumatisantes. Nguyễn Quang Hùng Anh rappela qu’environ 3.500 étudiants vietnamiens boursiers de l’État vietnamien faisaient actuellement leurs études en France (sans compter ceux qui pouvaient venir à titre individuel soutenus financièrement par leur famille) et que 600 d’entre eux se trouvaient dans la région Rhône-Alpes. Pour la grande majorité, la France se résumait à un choix économique offrant la possibilité d’y faire des études peu onéreuses par rapport aux autres pays. Peu d’entre eux, tout compte fait, faisait le choix de la France pour des raisons culturelles ou affectives (si ce n’est une jeune vietnamien dans le public qui afficha une grande déférence à la France).

Autre question qui se pose et que j’ai pu poser à l’intervenant est la question lancinante de la réconciliation nationale après des décennies de gabegies, des destructions humaines, sociales, mentales, culturelles : comment et quand la République Socialiste du Viêt-Nam va-t-elle officiellement éteindre les flammes du passé en réintégrant dans l’histoire nationale ceux de l’autre camp, nous devrions dire ceux des autres camps, des autres possibles ? A quoi bon rester dans le déni de la brutalité de la réforme agraire des années cinquante, du drame des boat people, des exécutions politiques et de l’exclusion d’une partie de la société après 1975 ?

Ces trois interventions sur l’immigration vietnamienne furent tour à tour discutées au sein de l’audience à travers un certain nombre de questions comme celle de la représentation positive ou négative de la France dans l’imaginaire vietnamien. Chaque époque ayant des spécificités lourdes (décolonisation violente, guerre à la fois anticoloniale et civile, révolution, exil…), il apparaissait clairement que des efforts importants avaient été faits par la France pour accueillir les réfugiés post-1975. Et ce, malgré le relatif échec de garder sur le territoire français les scientifiques vietnamiens les plus en vue. L’exemple récent du scientifique Ngo Bao Chau (médaille Fields en 2010) aurait pu illustrer cette discussion.

JournéeImmigrationVietnamienne2014_8
Communication du professeur Le Huu Khoa © 2014 FG

Enfin, le dernier intervenant qui dut attendre avec une grande patience son tour de parole se vit contraint par politesse au regard de la suite du programme (projection du film Công Binh dans un autre lieu) d’écourter sa communication. Il put néanmoins s’exprimer pendant environ une heure sur un sujet passionnant trop rarement présenté en conférence. Le professeur Lê Hữu Khóa auteur de nombreux ouvrages et d’une anthropologie du Viêt-Nam remarquable [11] proposa en dernière intervention une communication sous la forme d’une interrogation : doit-on parler d’une communauté vietnamienne en France ou de France ? En réalité le sous titre de son intervention était plus explicite : « Confucianisme : qualités et vertus entre codes de conduite et sens collectif ».

On quitta les grandes vagues d’immigration rappelées brièvement dans une première diapositive (voir photo ci-dessous) pour investir les champs du culturel, du cultuel et du mental. Lê Hữu Khóa offrit à une audience captivée par ses talents d’orateur et de conteur un voyage fascinant dans la mentalité vietnamienne et sa réception du confucianisme. A l’appui d’une série de mots clés vietnamiens (Trung 忠 ; Lễ 禮 ; Nghĩa 義 ; Trí 智 ; Tín 信 ; Nhân 仁 ; Công 公 ; Hộ 戶Thương 商 ; Đạo 道… [12]), il put ainsi exposer toutes les facettes du confucianisme, un confucianisme largement revisité par les Vietnamiens eux-mêmes. Il proposa un tableau vivant, illustré par des dictons et expressions populaires, des comportements sociaux, de l’habitus et des caractéristiques propres aux Vietnamiens. Il interrogea longuement la pratique du culte des ancêtres, une éthique et une pratique libre malgré ses codes, qui se retrouve dans toutes les familles vietnamiennes. Certains mots clés ont retenu l’attention de l’audience. Par exemple le concept de Nhân, « sens d’humanité » qui fait appel à la dignité humaine et que Mencius exposa dans cette formule : « Nous ne souhaitons spas supporter l’insupportable » livrée par Lê Hữu Khóa ; Công, « le sens public » et l’importance de l’éthique dans le travail ; Đoàn kết, « la cohésion, la solidarité ou l’unité » ou d’autres concept exprimant la ténacité, l’endurance, la persévérance (Nhẫn), l’auto-éducation (tu thân), l’auto-protection (thư thân) ou l’auto-promotion (tập thân)…

JournéeImmigrationVietnamienne2014_9
Le Huu Khoa : « Les différentes vagues migratoires » © 2014 FG

Ce voyage à l’intérieur de l’âme vietnamienne, introspection itinérante à travers la culture populaire et savante vietnamiennes permit de saisir les enjeux fondamentaux qui se posaient aux Vietnamiens en situation d’exil. Cette autopsie de la pensée vietnamienne fut menée avec beaucoup de recul et agrémentée d’anecdotes personnelles permettant d’illustrer les pratiques sociales évoquées. L’auteur nous fit quelques confidences en nous déclamant son grand respect pour Rimbaud, Gide, Camus, Sartre, voire même Duras comme autant d’auteur/es attachés à une quête pour la liberté et une prise de conscience de soi, de son propre état social et mental. Il interrogea avec humilité les termes complexes de « culture » (attitude/aptitude) ou d’intelligence, « être à l’aise dans différents systèmes de pensée », permettant à l’acteur une circulation mentale ouverte et réfléchie à travers plusieurs systèmes de pensée. Ce décryptage soigné de la culture confucéenne dont le culte des ancêtres constitue la colonne vertébrale se termina par le terme « Học » (xué) « apprentissage, étude », terme ô combien important pour les familles vietnamiennes. Ce 24e terme de son powerpoint et malgré tout dernier de sa discussion permit à l’anthropologue de révéler la matrice mentale des Vietnamiens en quatre expressions comme autant de phases rythmant la vie idéale du lettré : réussite scolaire, succès professionnel, ascension économique, promotion sociale. Ceci me rappela les mots d’un autre conférencier vietnamien, le professeur Bùi Xuan Quang de l’Université Nanterre Paris X, qui un jour exposa les ficelles de son métier à un groupe d’étudiants français médusé : il n’y a qu’une voie possible, tendre à « l’excellence » toujours et partout. Un devoir d’excellence donc qui marqua de nombreux autres professeurs vietnamiens que j’ai eu la chance de croiser : l’historien Nguyễn Thế Anh, le linguiste Nguyễn Phú Phong, l’ethnologue Đinh Trọng Hiếu, le sociologue Trịnh Văn Thảo, le critique littéraire Đặng Tiến, l’historienne Bùi Trân Phượng, le professeur de langue Nguyễn Khắc Thiệu et bien d’autres encore (on me pardonnera de ne citer que quelques noms). Cet exposé remarquable du professeur Lê Hữu Khóa sur les représentations mentales vietnamiennes et leurs implications dans la vie réelle, de tous les jours, rencontra l’audience chaleureuse du public qui dut néanmoins s’abstenir de poser des questions faute de temps.

JournéeImmigrationVietnamienne2014_10
Le professeur Le Huu Khoa © 2014 FG

On retiendra de cette journée riche d’enseignements plusieurs grandes idées. La première concerne directement la thématique du jour : l’immigration vietnamienne. Chacun put se rendre compte et apprécier la grande diversité des vagues d’immigration et la pluralité des destins. Paysans, révolutionnaires, bourgeois, mandarins, militants communistes, nationalistes modérés ou nationalistes révolutionnaires, ouvriers, étudiants, marginaux, boursiers de l’État communiste ou de la République du Sud défunte, l’immigration vietnamienne touche au cours du XXe siècle de nombreuses catégories sociales, politiques ou religieuses. Elles forment et reflètent aujourd’hui la complexité de la société vietnamienne, ce patchwork d’identités métisses brassées par des décennies de guerre, de violences et de misères post-coloniales. Le tableau chronologique et social qui fut exposé lors de cette journée rencontre démontra tout l’intérêt qu’il y aurait à poursuivre les investigations sociologiques pour investir la question des femmes vietnamiennes, la question des mandarins de l’État colonial (qui étaient-ils ?) ou encore d’étudier avec soin le versant politique opposé, souvent oublié par les chercheurs, à l’instar de la mouvance libérale et anticommuniste incarnée par exemple par Nguyễn Ngọc Huy [13].

La seconde leçon à tirer de cette journée montre également tout l’intérêt qu’il y aurait à travailler sur les mouvements sociaux vietnamiens, nationaux et transnationaux tout au long du XXe siècle. Le syndicalisme pourrait par exemple être une efficace porte d’entrée tout comme l’histoire des grèves (et donc des entreprises) ou celle des manifestations ouvrières, paysannes des déshérités d’autrefois comme d’aujourd’hui. En clair, il reste une histoire sociale à élaborer en prenant en compte tous les aspects politiques, sociaux ou religieux des groupes constitutifs de cette nouvelle histoire. Les marges pourraient également servir de porte d’entrée, quelles soient artistiques, sociales, ethniques ou religieuses.

JournéeImmigrationVietnamienne2014_11
Le Huu Khoa : Décryptage du concept Doan ket © 2014 FG

Le troisième point qui nous a particulièrement intéressés a été soulevé par le professeur Lê Hữu Khóa. En s’exilant loin de son pays natal (pour reprendre le titre de l’ouvrage de l’ONS Thieu Van Muu), le recruté des années de la Grande Guerre, le requis de force de la Seconde Guerre mondiale, le rapatrié de 1954, le réfugié des lendemains tragiques d’une réunification bâclée de 1975, l’étudiant des Républiques d’hier et de la RSVN d’aujourd’hui, chacun a su conserver ce qui fait sa force pour s’accommoder à sa nouvelle vie : effort, sacrifice, études, étudier et encore étudier. Cette pratique vietnamienne, souvent évoquée lorsqu’il s’agit de souligner les spécificités des jeunes écoliers originaires d’Asie du Sud-Est, est aussi universelle : la vie est un stage interminable dans lequel la notion d’apprentissage reste ouverte. A ce titre, l’immigration vietnamienne, malgré sa spécificité cultuelle, n’est peut-être pas si fondamentalement différente des autres communautés étrangères aux déchirures multiples, confrontées à cette reconfiguration mentale et au désir d’ascension sociale.

Le pari risqué de cette journée aurait été de tomber dans l’écueil de la « reconnaissance à la France » ou de la « France reconnaissante » envers ses ouailles requises de force puis chaleureusement recueillis, voire du trop plein d’émotion (lié aux déchirures vietnamiennes) empêchant la réflexion. Ces deux écueils furent largement évités grâce à la qualité des quatre intervenants, aux réactions posées du public nombreux et la prise de recul nécessaire pour aborder cette thématique, devenue au fil des années, un champ de recherche pluridisciplinaire passionnant et qui mérite d’autres approfondissements.

François Guillemot, 13/10/2014, Màj du 14/10/2014.

 

Notes

[1] Le Van Ho, Mireille, Un milieu porteur de modernisation : travailleurs et tirailleurs Vietnamiens en France pendant la Première guerre mondiale, Thèse d’archiviste-paléographe, Histoire contemporaine, Ecole nationale des Chartes, 1986, 2 vol. (769 f.). Notice SUDOC : http://www.sudoc.fr/002776391. Cette étude a été publiée sur le titre : Des Vietnamiens dans la Grande Guerre. 50 000 recrues dans les usines françaises, Paris, Editions Vendémiaire, 2014.

[2] A ce titre, l’étude d’Emmanuel Poisson sur le mandarinat du Tonkin mériterait de connaître une suite dans le temps et dans l’espace (Annam notamment) pour mieux saisir ce qui se passe entre les administrés et les administrateurs vietnamiens. Emmanuel Poisson est l’auteur de Mandarins et subalternes au nord du Viêt-Nam. Une bureaucratie à l’épreuve, 1820-1918, Paris : Maisonneuve & Larose, 2004.

[3] Voir la réédition de ce texte : Phan Van Truong, Une Histoire de conspirateurs annamites à Paris ou la vérité sur l’Indochine, Paris, L’Insomniaque, 2003.

[4] Sur les « Cinq Dragons », on lira l’excellent article de Pierre Brocheux : « Une histoire croisée : l’immigration politique indochinoise en France, 1911-1945 » sur le site Europe Solidaire Sans Frontières, mai 2009.

[5] Sur ce sujet, voir Mireille Le Van Ho, « Les débuts de la presse vietnamienne en France », dans Presse et mémoire: France des étrangers, France des libertés, Paris, Mémoire Génériques éditions / éditions ouvrières, 1990, pp. 69-73.

[6] Voir Dominique Foulon, « L’affaire du café Turquetti’, Carnets du Viêt Nam, n° 36, mars 2013, pp. 8-9.

[7] Voir le récit de cette exécution par Louis Roubaud, Viet-Nam, la tragédie indo-chinoise, Paris : Librairie Valois, Enquêtes, 1931. Voir sur Mémoires d’Indochine le Cablogramme de l’exécution.

[8] Sur ce sujet voir le texte d’Alain Ruscio : « Le 22 octobre, je lirai la lettre de Huynh Khuong An…« , Dien Dan Forum, 2007, article paru dans L’Humanité, 18 octobre 2007.

[9] Philippe Rostan est un réalisateur français né à Ban Mê Thuôt au Viêt-Nam. Il est l’auteur de nombreux films documentaires sur la vietnamité : Le Petit Vietnam (2007) sur les rapatriés d’Indochine ; Inconnu, présumé français (2009) et d’un portrait d’Ho Chi Minh (2008).

[10] Tran Van Ba, officiant dans un front de résistance armée, fut condamné à mort en décembre 1984 lors d’un procès médiatisé à Ho Chi Minh-Ville et exécuté en janvier 1985. Sur Tran Van Ba et l’AGEVP, voir  sur mémoires d’Indochine : Trần Văn Bá, portrait d’un résistant – par Olivier Todd [1987] et sa biographie en ligne : Tran Van Ba, 1945-1985 (site commémoratif de son frère).

[11] Le Huu Khoa, Anthropologie du Vietnam, Paris, Les Indes savantes, 2012. Cet ouvrage rassemble : L’espace mental du lien, l’espace spirituel de la vie et l’espace réflexif de l’homme en un seul volume. Le Huu Khoa est professeur d’anthropologie et de sociologie à l’Université Charles-de-Gaulle Lille 3. Il dirige le Master Asie Pacifique de cette université. Il est également Président-fondateur du GRISEA-Groupe de recherche sur l’immigration du sud-est asiatique et expert à l’Unesco.

[12] Trung – Loyauté ; Lễ – Rites ; Nghĩa – Fidélité ; Trí – Lucidité (esprit) ; Thân Tín – Confiance ; Nhân – Sens d’humanité ; Công – Sens public ; Đoàn kết – Cohésion ; Nhất Trí – Unanimité (concordance) ; Họ – Famille (lignage, réseau de parenté) ; Nhẫn – Ténacité (persévérance) ; Thương – Commerce ; Đạo – Voie ; Học – Etude, apprentissage…

[13] Voir notre article à paraître : Guillemot, François (2015), « An Intellectual through Revolution, War, and Exile. The Political Commitment of Nguyen Ngoc Huy (1924-1990) », in Nathalie Huynh Chau Nguyen (ed.), New Perceptions of the Vietnam War. Essays on the War, the South Vietnamese Experience, the Diaspora and the Continuing Impact, Jefferson (NC), McFarland, 2015.

Ressource en ligne : Lịch Sử Đấu Tranh Cận Đại – Việt Nam Quốc Dân Đảng

HoangVanDao_VNQDDLe 17 avril dernier, le site officiel du VNQDD aux États-Unis a posté en ligne le dernier volet de la célèbre monographie de Hoang Van Dao sur l’histoire du Parti National du Viêt-Nam (VNQDD) de 1927 à 1954.

Publiée une première fois à Saigon en 1965 (Giang Đông Nguyễn Hòa Hiệp xb), elle fut rééditée en 1970 dans une seconde édition augmentée et révisée. C’est cette dernière, rééditée une nouvelle fois en 2006 aux États-Unis (Nxb Tân Việt), qui a fait l’objet de la présente mise en ligne entre le 3 octobre 2013 et le 17 avril 2014. Alors que cet ouvrage important pour la connaissance du phénomène révolutionnaire vietnamien a été traduit en anglais en 2008 (RoseDog Books), on attend toujours une traduction française.

La publication en ligne de cet ouvrage en 5 parties se présente sous la forme de 53 pages html dont les liens sont indiqués ci-dessous.

THIÊN THỨ NHẤT (1927-1932)

THIÊN THỨ HAI (1930-1940)

THIÊN THỨ BA (1940-1946)

Thiên Thứ Tư (1947-1950)

Thiên Thứ  Năm (1950-1954)

L'insurrection de Yen Bai de février 1930
L’insurrection de Yen Bai de février 1930

Décryptage 3 : Besoin d’image, besoin de sens – à propos d’une image iconique associée à la lutte pour l’indépendance du Viêt-Nam

Le 17 juin 1930, à l’aube, treize militants du Parti national du Viêt-Nam (Việt Nam Quốc Dân Đảng – VNQDĐ) étaient guillotinés à Hanoi. Cette exécution a été décrite par le journaliste Louis Roubaud dans un célèbre ouvrage intitulé Viêt-Nam la tragédie indochinoise (Librairie Valois, 1931), réédité en 2010. Jusqu’à une période récente aucune image des têtes des partisans du VNQDD exécutés ce jour là n’était disponible.

Or, depuis quelques années, une carte postale reproduisant l’image de treize décapités circule sur la toile, dans des monographies sur le VNQDĐ et parfois même dans des présentations académiques pour illustrer les guillotinés de Yen Bai. Malgré une éventuelle ressemblance s’il l’on n’y prend pas garde, il ne s’agit pas des têtes de ces condamnés à mort. Retour sur cette confusion.

Image 1 : Une carte postale ancienne colorisée (N°47 de la Maison Passignat)

TêtesPiratesDécapités1

La légende de cette carte postale diffusée sur la toile est inscrite en bas de l’image au centre : « 47. Têtes de pirates décapités (N° 1) ». La numérotation entre parenthèses laisse supposer qu’elle appartient à une série publiée sur le même thème, ce qui est le cas (voir en fin d’article, Image 10).

 

Détails intrigants

Notre regard s’est d’abord porté sur plusieurs détails intrigants. Une critique externe du document s’imposait. Le premier détail qui saute aux yeux concerne les timbres figurant sur les cartes postales. Celui de type Grasset (5c vert) mis en circulation en Indochine au mois de juin 1904 et le type Annamite (5c vert) mis en circulation en 1907. Il paraissait peu probable d’avoir été tous deux utilisés jusqu’en 1930 date de l’exécution.

Timbre_TypeGrasset_Indochine_5c
Type Grasset, 5 centimes, 1904.
TypeAnnamite_1907
Type Annamite, 5 centimes, 1907.

 

Image 2 : timbre type Grasset en haut à droite

PiratesDécapités_carte10Source : Cartes postales coloniales (Association des Anciens et Retraités de la Banque Indosuez)

Image 3 : timbre type Grasset en bas à gauche

260217

Source : postcardman.net

Le second détail, concerne la signature de la carte postale. Sur certaines d’entre-elles un tampon rouge apparaît en bas à droite de l’image. Il s’agit du logo-type de la maison Passignat, éditrice de cartes postales sur l’Indochine et la Chine jusqu’en 1922.

Signature_Passignat_Indochine

La regrettée Marie-Hélène Degroise (1947-2012), conservatrice aux archives (CAOM devenu ANOM), nous livre cette information précieuse sur la Maison Passignat :

Passignat est commerçant quai du Commerce, et signe toujours du même signe : un cartouche à l’encre rouge représentant un porteur de palanche. Il édite aussi sur le Cambodge et sur la Chine (Kouang-Tchéou-Wan), mais les vues qu’il choisit sont toujours très intéressantes par les scènes de la vie quotidienne ou les paysages qu’elles montrent. En 1922, la maison Passignat existe toujours, mais est en gérance, installée aux 11 et 13 rue Borgnis-Desbordes, spécialisée dans la gravure, l’encadrement, et les articles cultuels et funéraires.

Il paraissait donc peu probable que la Maison Passignat ait édité cette carte postale après 1930.

 

La véritable source

Enfin, une investigation plus poussée sur les sites de collectionneurs (en général bien informés) à partir d’une série de mots-clés (pirates, décapités, Tonkin, têtes…) nous mena  jusqu’à un numéro du journal L’Illustration paru en 1894 soit 35 ans avant l’affaire de Yen Bai. L’image des fameux « pirates décapités » est reproduite, sous forme de gravure, à la page 121 du N° 2685 (52e année) du samedi 11 août 1894. Elle est légendée : « Au Tonkin. – Têtes des pirates décapités après leur évasion de la prison d’Hanoi » et gravée d’après une photographie de Lepriol.

Image 4 : Recherche sur le site de L’Illustration :

LIllustration_11-08-1894

Image 5 : La gravure éditée par L’Illustration en page 121 du N° 2685

L'Illustration_TêtesPiratesDécapités_1894
© 1894 L’Illustration

Le journal offre au moins deux informations importantes. En premier lieu, elle livre le nom du photographe Lepriol (il s’agit de Le Priol), présent en Indochine à la toute fin du XIXe siècle. En second lieu, le journal rappelle le contexte de l’exécution. De quoi s’agit-il et qui sont ces hommes ?

Sur la première information concernant l’auteur de la photographie, Marie-Hélène Degroise dans sa recherche minitieuse sur les Photographes d’Asie (1840-1944) resitue le personnage et s’interroge sur la paternité des clichés de « décapités » habituellement attribués à Dieulefils :

Jean-Marie Le Priol, est originaire du Morbihan, comme Dieulefils : il est installé dès 1894 à Hanoi comme photographe et L’Illustration publie cette année-là un de ses clichés représentant une exécution de pirates. On peut donc se demander si les clichés ayant servi à éditer les cartes postales représentant le De Tham et son entourage (rébellion de Yên Thê) sont de Dieulefils ou de Le Priol (1898-1905).

En prenant des précautions quant à l’impact que pourrait susciter la publication d’une telle image, dans une chronique intitulée « Les révoltés d’Hanoi », L’Illustration nous informe sur la rebellion qui mena à l’exécution de ces huit Tonkinois. Extraits en p. 124 :

[…] Voici en deux mots l’incident qui a donné lieu à cette multiple et sanglante exécution. Le 19 juin dernier [1894], pendant un violent orage, les pirates prisonniers employés comme coolies au jardin d’essai d’Hanoi, sautèrent subitement et avec ensemble sur les faisceaux, s’emparèrent de huit fusils et des munitions et prirent leur course dans la direction de Sontay, après avoir tué le factionnaire à coups de baïonnette et blessé deux miliciens ; poursuivis aussitôt par la milice indigène commandée par l’inspecteur Chigot et les gardes principaux Savoyat et Turcaz, ils furent atteints, après une poursuite de deux heures, dans la pagode du village de Trien-Khuc, à un kilomètre de la route de Phu-Thanh-Oaï, où ils s’étaient réfugiés pour éviter les coups des habitants du village qui voulaient leur barrer la route. Il fallut faire de la pagode un siège en règle et en créneler les murailles pour pouvoir tirer sur les fugitifs. L’affaire fut chaude ; trois miliciens et un habitant de Trien-Khuc y laissèrent la vie, sept miliciens furent blessés ; mais les treize rebelles, tués ou blessés dans l’engagement, furent décapités séance tenante et leurs têtes rapportées pour l’exemple.

L’affaire fut donc très sérieuse et les prisonniers « rebelles » étaient déterminés à aller jusqu’au bout de leur action. L’affaire expose sans fioritures le traitement infligé à ceux qui défient l’ordre colonial. Cette image symbolisant parfaitement cette brutalité et sa mise en scène a donc été reproduite sous la forme de cartes postales aux alentours de 1904-1908 alors que la résistance du célèbre De Tham (Hoang Hoa Tham, 1936-1913) s’amenuisait. S’il s’agit bien ici de résistants à la colonisation, le journal ne donne pas d’indication sur leurs actions passées et les raisons de leur incarcération. Quant au « complot », il aurait été inspiré par « un ancien lieutenant du pirate Tay, récemment exécuté » sans plus de précisions.

 

Une figure iconique

A l’heure d’internet, l’image, très emblématique, a été rapidement diffusée sur différents sites et blogs en particulier sur le site officiel du VNQDĐ aux Etats-Unis.

Image 6 : Reproduction sur le site du VNQDĐ (Parti Nationaliste du Viêt-Nam)

VNQDD_13LietSiYenBaiSource : Viet Quoc

L’image est tranformée en « icône » pour illustrer le 78e anniversaire (2008) de l’exécution des héros du VNQDĐ comme le montre cette photo encadrée placée sur l’autel des héros patriotiques (ci-dessous à droite de l’encensoir).

HinhBanTho_VNQDD
L’autel du VNQDD en hommage aux 13 guillotinés de Yen Bai © vietquoc.org

Image 7 : Gros plan sur les 13 « Liệt sĩ » (héros morts pour la Patrie) sur l’autel du VNQDD

VNQDD_13LietSiYenBai2

Source : Viet Quoc

La réédition de la monographie de Hoàng Văn Đào (Lịch Sử Đấu Tranh Cận Đại 1927-1954 – Việt Nam Quốc Dân Đảng) sur ce parti publiée en 2006 (4e éd.) par les éditions Tân Việt n’échappe pas à cette erreur. En p. 158 figure la carte postale agrémentée de la légende : « Thủ cấp của 13 Liệt sĩ Yên Bái lên đoạn đầu đài vào sáng sớm ngày 17/6/1930 » [Têtes coupées des 13 Martyrs de Yên Bai, guillotinés à l’aube du 17 juin 1930]. De même, l’illustration est reprise dans l’ouvrage trilingue de Linh Linh Ngọc, Une route interminable, compilation de textes dédiés aux martyrs du VNQDĐ (voir p. 264, Ed. Gió Đông, 2004).

D’autres sites mentionnant la mutinerie de Yen Bai se sont servis de cette illustration sans plus de précautions comme l’atteste l’entrée dédiée à l’année 1930 sur un site à vocation historique : 1930: 13 Viet Nam Quoc Dan Dang cadres, for the Yen Bai mutiny

Image 8 : Executed today

13_vnqdd_martyrs_smaller
© ExecutedToday.com

Il existe pourtant une seconde image, moins spectaculaire, qui met en scène les exécutés et leurs exécuteurs. Cette image reste difficile à authentifier mais elle semble être tirée de la presse de l’époque. Ce qui ouvre la voie à une possible vérification :

Image 9 : Une nouvelle vérification s’impose

13LietSiSiVietQuoc_1930
La tête cerclée serait celle de Nguyen Thai Hoc, le chef du parti © vietquoc.org

Source : Viet Quoc

Frappante, l’image de treize têtes a donc été reprise sur plusieurs sites dont celui du Parti nationaliste (VNQDĐ). Pourquoi cette confusion ? Au premier abord, l’image apparaît cohérente puisqu’il s’agit de la seule image disponible avec autant de têtes de « rebelles » décapités (13). En général, les cartes postales de ce genre présentent tout au plus trois, cinq, voire huit têtes comme le démontre l’exemple suivant publié par la même Maison dans la même série (ici le n° 48 avec cinq têtes).

Image 10 : La série continue (N°48 de la Maison Passignat)

PiratesDécapités2Source : Delcampe

En outre, la tête placée au centre de l’image afficherait une légère ressemblance avec le jeune chef du parti Nguyễn Thái Học. Malgré cette ressemblance lointaine et trompeuse, le chef du VNQDĐ au jour de son exécution ne donnait pas à voir le même visage que sur la photo de Le Priol. Voici comment le journaliste Louis Roubaud qui avait « vu mourrir ces hommes » à l’aube du 17 juin 1930, décrivit le chatiment imposé au dernier condamné :

– Viêt Nam !… Viêt Nam !… Viêt Nam !… Patrie du Sud !… Patrie du Sud !…

J’entendis cela plusieurs fois et le mot retentissait encore à nos oreilles lorsque j’aperçus le dernier condamné, Nguyen Tai Hoc [Nguyen Thai Hoc], le Grand Professeur, le visage gras, une barbiche de lettré. Il souriait ! d’un sourire simple, sans contrainte, et il saluait la foule en inclinant la tête. Lui aussi, d’une fois forte et bien timbrée entonna : « Viêt Nam !… » et la main du légionnaire étouffa son cri [p. 161-162, souligné par nous].

Image 11 : portrait de Nguyen Thai Hoc, le jeune chef du Parti, abondant dans le sens de la description de Louis Roubaud

NguyenThaiHoc
Nguyen Thai Hoc (1902-1930) © Hoang Van Dao 1965

Besoin d’image, besoin de sens

Au delà de l’aspect descriptif, rapidement présenté ci-dessus, se pose la question du sens de ce détournement d’image. A défut de posséder une image iconique du drame du 17 juin 1930, le VNQDĐ s’en est créé une à travers les treize décapités de 1894. Peu importe la réalité historique puisque le symbole est fort et plus il est frappant plus il semble incontestable. Cette jonction entre l’image (exposition malsaine de treize têtes décapités alignées sur deux rangs) et le discours (exécution brutale de nationalistes vietnamiens) à des fins politiques n’est pas le propre de ce parti mais il témoigne de la volonté de la mise en drame par le visuel du destin des Vietnamiens en lutte jusqu’à la mort pour l’indépendance de leur pays. L’image détournée doit servir la cause indépendantiste, anticoloniale, nationaliste et révolutionnaire et nourrir la martyrologie du VNQDĐ.

Comble de l’ironie, ces révolutionnaires vietnamiens qui demandaient l’application de la devise républicaine « liberté – égalité – fraternité » à l’Indochine furent exécutés par l’instrument de terreur lié à l’imaginaire de la Révolution française. Les descendants de la Révolution française, placés en situation coloniale, usèrent de cette machine à tuer contre les partisans de la révolution vietnamienne. Cet écart de considération envers les « Annamites » avaient été, dès les années vingt, dénoncé par les révolutionnaires Nguyễn An Ninh ou Nguyễn Ái Quốc, le futur Hồ Chí Minh, eux aussi attachés aux idéaux de 1789.

Il est évident que ce détournement d’image n’enlève rien à la brutalité de l’acte répressif du 17 juin 1930. Il atteste, 80 ans après les faits, de ce besoin d’image, refusé par les autorités coloniales sur les massacres des milliers de révolutionnaires et de paysans (nationalistes ou communistes) lors des importantes révoltes de 1930 et 1931.

L’histoire contemporaine du Viêt-Nam, à la fois tumultueuse et complexe, est richement illustrée sur la toile. Cette histoire est d’autant plus riche en illustrations qu’il faut prendre garde à ce qui nous est donné à voir. Ce besoin d’images pour illustrer des périodes troubles de l’histoire doit de toute évidence nous faire réfléchir sur les sources iconographiques, l’utilisation de l’image sous toutes ses formes, son sens réel ou caché et sa circulation sur la toile.

François Guillemot, 28/03/2014.

 

* * *

Sur le même thème :

 

Việt Nam Độc Lập 1941-1945 [ressources en ligne]

[ndlr] Le site de l’historien Stein Tonnesson affiche une collection de 122 numéros en ligne du journal clandestin Việt Nam Độc Lập [Viêt-Nam Indépendant] édités par le Front Viêt-Minh de 1941 à 1945. La série est accompagnée d’une traduction anglaise. Sur les conditions l’élaboration de ce bulletin, voir le récit du Général Vo Nguyen Giap : Naissance d’une armée – Ho Chi Minh rentre au pays.

Titre_VietNamDocLap

The following are photocopies and handwritten or typed English translations of the clandestine journal Viet Nam Doc Lap, which was edited by Ho Chi Minh and Pham Van Dong in the border area between Vietnam and China from 1941 to 1945. The originals are in the Museum of Revolution (Hanoi).

Accès à la collection : ClioStein (Source Material on Vietnam).

* * *

N° 106 (21 septembre 1941)
VNDL – N° 106 (21 septembre 1941)
Annonce de la création de la Brigade de Propgande Armée de Libération du Viêt-Nam (VNQL, n° 201, 5 janvier 1945).
Annonce de la création de la Brigade de Propagande de l’Armée de Libération du Viêt-Nam
(VNDL, n° 201, 5 janvier 1945).

 

Une étude en ligne de ce journal :

  • Morragotwong Phumplab, “Việt Nam Độc Lập (The Independent Vietnam)”: Newspapers, propaganda and its competence in anti-colonialism (1941 -1945) : Document 52 [PDF]

 

Søren Ivarsson : Creating Laos – CR de lecture de Constance Voisin

Ivarsson_CreatingLaosIl n’est pas si évident de penser le Laos en tant que nation au XIXème siècle, particulièrement avant l’arrivée des Français en 1860. Au cours du XVIIème siècle le royaume de Lan Xang, alors indépendant, se morcelle en effet en trois différents royaumes : Luang Phrabang, Xiengkhuang et Champasak, et passent tous sous contrôle du royaume siamois voisin. Dans l’ouvrage Creating Laos: The Making of Lao Space between Siam and Indochina, 1860-1945, Søren Ivarsson examine comment la présence française au Laos, de 1860 à 1945 a impulsé la création d’un espace et d’une identité Lao. La position du Laos entre deux espaces à tendance hégémonique : Siam et l’Indochine, fait de son édification nationale un processus particulièrement contesté. Ivarsson Soren développe ainsi dans cet ouvrage l’hypothèse selon laquelle la formation d’un espace Lao ne peut être effective sans qu’une politique de dissociation du royaume de Siam soit mise en place par le pouvoir colonial. Il montre ainsi que ce processus demande de la part des acteurs français et lao d’agir sur deux plans distincts : la création d’une entité territoriale avec l’instauration de frontières claires et précises et la recréation d’une entité culturelle, distincte de la culture siamoise.

Afin de répondre à son hypothèse, l’auteur décompose son ouvrage en cinq chapitres. Le premier chapitre s’intéresse à l’arrivée des coloniaux dans la zone ; le second analyse le discours thaïlandais sur l’espace lao en termes historiques et ethniques ; le troisième étudie le processus de création de routes, d’histoire, de culture, de religion par les français durant la période 1893-1940 ; le quatrième s’intéresse plus particulièrement à la période 1941-1945 et tente d’analyser l’impact de la campagne de réveil national ; le dernier chapitre quant à lui, étudie le phénomène de réappropriation du nationalisme culturel par les Laotiens afin de lutter contre l’hégémonie coloniale française.

Dans ce compte-rendu de lecture nous allons plus particulièrement nous intéresser aux processus de création d’une entité territoriale et d’une entité culturelle.

Création d’une entité territoriale

Plusieurs étapes ont été nécessaires à la création de l’entité territoriale du Laos contemporain. Dans un premier temps, afin d’affirmer son pouvoir sur la zone, la France a mis en place une politique de remise en question systématique de la suzeraineté siamoise qui s’est principalement traduite par une production cartographique. Et finalement en 1893 un traité est signé entre le royaume de Siam et le pouvoir colonial français. Même s’il fut signé par la force, des canonniers étant dirigés sur Bangkok, ce dernier marque la première reconnaissance internationale de la présence française. Ce traité révèle, selon l’auteur, que la construction d’une entité lao n’est pas évidente pour les Français. Le Laos n’y est en effet pas référencié en tant qu’entité politique mais uniquement en tant qu’une entité géographique. Dans cette continuité, lors de la constitution de l’espace colonial l’entité politique du territoire n’est pas envisagée, il est ainsi divisé en 1895 en deux administrations, chacune dirigée par un Commandant Supérieur. Par ailleurs, si l’espace lao intègre l’Union Indochinoise dès 1899, il faudra attendre 1941 pour qu’une entité lao soit politiquement crée et que l’unification du territoire soit réalisée.

En s’appuyant sur travail d’Eugen Weber[1] qui déclare que « l’unité nationale est impossible sans une unité des infrastructures routières »[2], l’auteur révèle qu’en parallèle de la construction administrative d’un territoire, la France a instauré différents projets, chacun ayant pour but de rendre le territoire autonome en infrastructures tout en essayant de l’intégrer à l’espace indochinois. Ces efforts se sont traduits par la construction de la route coloniale numéro huit qui relie Thakhek à Vinh et de la route coloniale numéro neuf reliant Savannakhet à Dong-Ha en 1924 et 1926. Søren note qu’il faudra ainsi attendre 1926 pour que le Laos soit connecté à l’espace indochinois. Cet effort tardif ne permet néanmoins pas de changer la donne, les biens continuent en effet de transiter par Bangkok car le voyage reste deux fois plus rapide.

L’auteur note qu’il existe un réel besoin, du côté des Français, de déconnecter territorialement l’espace lao de Siam. Cependant, il faudra attendre les années quarante pour que les projets d’infrastructures participent activement au processus de déconnexion.

Construction d’une entité culturelle

La construction d’un espace lao ne se résumant pas seulement à une construction administrative, le pouvoir colonial français espèrent déconnecter le Laos du Siam sur le plan ethnique, historique mais également linguistique.

Le Siam justifiant l’appartenance des territoires de l’est du Mékong en se plaçant sur un discours ethnique, dès l’arrivée des français, une étude « scientifique » a été menée afin de démontrer que le lao n’est pas un synonyme du thaï du nord mais appartient bien à une ethnie à part entière. Des différences physiologique et psychique ont ainsi été identifiées afin de placer l’ethnie lao sur le même pied d’égalité que l’ethnie thaï.

Néanmoins si une tentative de différenciation ethnique a été réalisée au XIXe siècle, les politiques de promotion de la culture lao ne sont entreprises par l’administration coloniale qu’à partir des années trente. Cette politique entreprend dans un premier temps de réécrire l’histoire lao afin qu’une continuité entre le royaume de Lan Xang et le protectorat français s’établisse. Des compilations de chroniques sont ainsi réalisées et la première histoire du Laos fut écrite à l’occasion de l’exposition coloniale de 1931 à Paris par Paul Le Boulanger (Histoire du Laos français, Plon, 1930). Dans cette histoire, la colonisation est décrite comme une conséquence naturelle, les Français ayant permis la libéralisation du Laos de l’impérialisme siamois. En parallèle à cette réécriture, les Français mènent également des politiques de restauration des monuments historiques afin de diffuser le message selon lequel des reliques de l’histoire glorieuse du Laos ont pu être restaurées grâce à la « bonté » de l’action française.

Un programme de nationalisation de la religion bouddhique a également été mené afin de restaurer l’aura religieux de Ventiane et éviter que les moines aillent étudier à Bangkok. Selon l’auteur, les Français craignaient que les moines laotiens qui effectuaient leurs études à Bangkok soient spirituellement assujettis. Un institut Bouddhique a ainsi été créé en 1930 afin de centraliser les diverses institutions existantes.

Parallèlement à ces deux politiques, un effort de standardisation de la langue a été réalisé afin de différencier la langue lao de la langue thaïe. Plusieurs propositions d’alphabet ont été faites mais aucune n’est arrivée à concilier le langage utilisé par les moines bouddhistes et celui du peuple. Il existe ainsi en 1930 trois alphabets et deux systèmes orthographiques. Afin de concilier les deux langages un alphabet romain est proposé par les français en 1942, mais fut rejeté quelques années plus tard. Cette volonté de romanisation traduit le désir des Français de moderniser mais également de distinguer le laotien de la langue thaïe, dont l’alphasyllabaire est inspiré du sanskrit.

LaoNhay
© The National Library of Australia

La Seconde Guerre mondiale marque la dernière étape dans la construction de la culture nationale. L’Amiral Decoux, sous autorité du régime de Vichy, a instauré une politique de rénovation nationale, dont l’objectif principal est d’assurer le support de la population locale. Ce plan espère augmenter le niveau de vie de la population, stimuler la production agricole, améliorer le système éducatif et le système de santé. Les élites sont particulièrement visées par cette campagne, l’administration leur propose de nombreux postes de fonctionnaires et augmente le salaire de ceux qui le sont déjà. Cette politique de rénovation culturelle s’accompagne d’une politique de réveil de l’esprit national laotien. En Janvier 1941 un journal, le Lao Nhay est ainsi créé par le Service de la Propagande. Ce journal est écrit en lao afin de toucher les masses. Søren considère que celui-ci a joué un rôle déterminant dans la construction de l’imaginaire national. Il prend l’exemple de la section des nouvelles qui permet de créer une sensation d’espace unifié en reliant des informations qui proviennent de toutes les provinces lao. La section littérature permet quant à elle de diffuser et de promouvoir des œuvres contemporaines. Les auteurs de ces œuvres ont été pour beaucoup subventionnés par le journal lui-même à condition que les codes instaurés, tels que la conservation des règles d’écriture traditionnelle, soient respectés. Ces codes permettent par ailleurs de relier les œuvres contemporaines aux œuvres passés. Simultanément, des symboles sont, pour la première fois, associés au Laos, un drapeau et hymne national sont ainsi créés.

* * *

En s’appuyant sur de nombreux ouvrages et références historiques, Søren Ivarsson considère que malgré certaines politiques peu efficaces, la France a influencé de manière décisive la formation d’un territoire et d’une identité lao, particulièrement pendant les dernières années de la colonisation. L’identité qui a été construite par l’administration française a été reprise par les acteurs lao puis transformée sous l’égide des nationalistes afin de combattre précisément cette hégémonie française.

Constance Voisin, promotion ASIOC 2013-2014

Réf. : Søren Ivarsson, Creating Laos: The Making of Lao Space between Siam and Indochina, 1860-1945, Copenhague, NIAS Press, 2008.


Notes

[1] Eugen WEBER – Peasants into Frenchmen: The Modernization of Rural France, 1870-1914, Stanford University Press, 1976.

[2] « There could be no national unity, before there was national circulation » in Peasants into Frenchman, p. 218.

Réf. illustration du Lao Nhay : New Mandala (2008)

 

Constance Voisin est étudiante en Master 2 à l’ENS de Lyon, ses recherches actuelles portent sur la politique d’aide publique au développement instaurée par la Corée du Sud.