Archives par mot-clé : idéologie

RSF : Nguyen Phu Trong, prédateur de la liberté de la presse (175/180)

[ndlr] La République socialiste du Viêt-Nam (RSVN) se retrouve encore mal classée cette année dans la palmarès annuel de RSF sur la question de la liberté de la presse (175e sur 180 pays). Au moins 15 journalistes et blogueurs sont emprisonnés dans ce pays. Malgré une presse florissante de plusieurs centaines de titres, le pouvoir politique exerce un contrôle drastique sur l’information. Les journalistes ont été, le 25 octobre 2016, accusés de « dérives pro-démocratiques » par M. Trương Minh Tuấn, le Ministre de l’information et des médias du gouvernement de la RSVN. La crainte d’une « auto-évolution » (“tự diễn biến”) et d’une « auto-transformation » (“tự chuyển hóa”) en cours justifie pour le pouvoir cette menace directe et explicite à l’encontre des médias.

Voir en ligne sur l’organe officiel du PCV :

vietnam_nguyenphutrong_predateur2016_rsfSource : RSF

Les excuses de Frère N°2 (Nuon Chea): « Je ne cherche pas à fuir mes responsabilités »

[ndlr] La presse française relaie les regrets tardifs de Nuon Chea, l’idéologue des Khmers rouges jugé à Phnom Penh pour crimes contre l’humanité. Extraits.

31 Aug 2011:Nuon Chea during the third day of Trial Chamber's preliminary hearing on fitness to stand trial © 2011 ECCC
31 Aug 2011:Nuon Chea during the third day of Trial Chamber’s preliminary hearing on fitness to stand trial © 2011 ECCC 

 Khmers rouges/génocide: l’idéologue assume

L’idéologue du régime des Khmers rouges, Nuon Chea, jugé pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, a admis pour la première fois jeudi sa responsabilité dans une entreprise de mort qui a fait quelque deux millions de morts entre 1975 et 1979.

Ancien numéro deux du régime, Nuon Chea, 86 ans, est l’un des deux derniers accusés encore jugés, après le décès en mars de Ieng Sary, ministre des Affaires étrangères de Pol Pot, à 87 ans.

« Je ne cherche pas à fuir mes responsabilités », a-t-il déclaré au cours de son procès devant le tribunal international de Phnom Penh, alors qu’il avait rejeté jusqu’à présent toutes les charges pesant contre lui.

Lire la suite : Le Figaro, 30/05/2013.

* * *

Procès des Khmers rouges : Nuon Chea reconnaît sa responsabilité

L’idéologue du régime des Khmers rouges Nuon Chea, jugé pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, a admis pour la première fois jeudi 30 mai sa responsabilité dans une entreprise de mort qui a fait quelque deux millions de morts entre 1975 et 1979. Ancien numéro deux du régime, Nuon Chea, 86 ans, est l’un des deux derniers accusés encore jugés, après la mort, en mars, de Ieng Sary, ministre des affaires étrangères de Pol Pot, à 87 ans.

Lire la suite : Le Monde, 30/05/2013.

* * *

Premiers remords de Nuon Chéa pour les crimes des Khmers rouges

Phnom Penh (Reuters) – Un responsable khmer rouge a exprimé jeudi du remords pour la mort d’environ 1,7 million de ses compatriotes lors du génocide perpétré dans les années 1970 par le régime maoïste et reconnu sa responsabilité pour la première fois depuis le début de son procès.

« Je suis responsable de ce qui s’est passé à l’époque du Kampuchéa démocratique », a déclaré Nuon Chéa devant le tribunal spécial mis en place avec le soutien de l’Onu et qui l’a inculpé de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.

« J’exprime de profonds regrets pour les événements qui ont eu lieu volontairement ou non. Je suis moralement responsable », a dit l’ancien n°2 et chef de la propagande du parti maoïste en adressant ses « condoléances » aux victimes de l’ex-régime présents dans le prétoire.

Lire la suite : Le Nouvel Observateur, 30/05/2013.

* * *

L’idéologue des Khmers rouges reconnaît sa responsabilité dans le génocide

C’est la première fois, depuis le début de son procès pour les crimes du régime de Pol Pot, que Nuon Chea exprime du remords. Il minimise toutefois sa responsabilité.

L’idéologue du régime des Khmers rouges, Nuon Chea, jugé pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, a admis pour la première fois jeudi sa responsabilité dans une entreprise de mort qui a fait quelque deux millions de morts entre 1975 et 1979.

Lire la suite : Libération, 30/05/2013.

* * *

Cambodge: les premiers remords de Nuon Chea, l’idéologue du régime des Khmers rouges

L’idéologue du régime des Khmers rouges, Nuon Chea, admet pour la première fois, ce jeudi 30 mai, sa responsabilité dans une entreprise de mort qui a fait quelque deux millions de victimes entre 1975 et 1979. Ancien numéro deux du régime, Nuon Chea est l’un des deux derniers accusés encore jugés. « Je ne cherche pas à fuir mes responsabilités », a déclaré cet homme de 86 ans, jugé pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, alors qu’il avait rejeté jusqu’à présent toutes les charges pesant contre lui. Son procès se déroule devant le tribunal international de Phnom Penh.

Lire la suite : RFI, 30/05/2013.

Pour suivre l’actualité du Tribunal de Phnom Penh : The Extraordinary Chambers in the Courts of Cambodia (ECCC).

Tuan Hoang: Ideology in Urban South Vietnam, 1950-1975 [PhD diss.]

[ndlr] Signalement d’une thèse de doctorat d’histoire soutenue le 26 mars 2013 à l’Université Notre-Dame (Indiana, Etats-Unis). Félicitations à Tuan Hoang pour ce travail qui apporte une pierre supplémentaire au renouveau des études sur la République du Viêt-Nam (Sud).

FDC_Struggle&Development

 Cliquez sur l’image pour l’agrandir (source: Manh Hai Photo Gallery)

Hoang, Tuan: Ideology in Urban South Vietnam, 1950-1975

This dissertation addresses the subject of noncommunist political and cultural ideology in urban South Vietnam during 1954-1975. It contributes to the historiography of the Vietnam War, specifically on the long-neglected Republic of Vietnam (RVN) that has received greater attention in the last decade. The basic argument is that the postcolonial ideological vision of most urban South Vietnamese diverged greatly from that of the Vietnamese communist revolutionaries. This vision explains for the puzzling question on why the communist revolutionaries were far more effective in winning the minds and hearts of Vietnamese in countryside than in cities. At the same time, this vision was complicated by the uneasy relationship with the Americans.

The dissertation examines four aspects in particular. First is the construction of anticommunism: Although influenced by Cold War bipolarity, anticommunism in urban South Vietnam was shaped initially and primarily by earlier differences about modernity and post-colonialism. It was intensified through intra-Vietnamese experiences of the First Indochina War.

The second aspect is the promotion of individualism. Instead of the socialist person as advocated by communist revolutionaries, urban South Vietnamese promoted a bourgeois petit vision of the postcolonial person. Much of the sources for this promotion came from the West, especially France and the U.S. But it was left to urban South Vietnamese writers to interpret and promote what this person ought to be.

The third one concerns the development of nationalism. Urban South Vietnam continued to uphold the views of nationalism developed during late colonialism, such as the elevation of national heroes and the essentialization of Vietnamese civilization. Noncommunist South Vietnamese urbanites were influenced by ethnic nationalism, although they also developed the tendency to look towards other newly independent nations for nationalistic inspiration and ideas about their own postcolonial nation.

The last aspect has to do with the relationship with Americans: The views of urban South Vietnamese on the U.S. were generally positive during the early years of the RVN. But there was also wariness that burst into resentment and anti-Americanism after Washington Americanized the war in 1965. The dissertation looks into two very different urban groups in order to extract the variety of sources about anti-Americanism.

Source : University of Notre-Dame

Table of contents :

  • Acknowledgments – iii
  • Introduction Urban South Vietnam in the American Experience and Historiography – p. 1
  • Chapter One: Vietnamese Communism and Anticommunism Until 1954 – p. 48
  • Chapter Two: The Critique of Communism in Urban South Vietnam – p. 99
  • Chapter Three: Individualism in Urban South Vietnam: Background and Context – p. 168
  • Chapter Four: The Promotion of “Learning To Be Human” – p. 222
  • Chapter Five: The Development and Continuity of Nationalism – p. 334
  • Chapter Six: Perceptions of the U.S. Before the Americanization of the War – p. 408
  • Chapter Seven: The Roots and Growth of Anti-Americanism – p. 464
  • Epilogue – p. 515
  • Bibliography – p. 523

Les relations idéologiques et l’orientation de Phan Bội Châu et Phan Châu Trinh [conférence]

[ndlr] Annonce d’une conférence-débat programmée à « L’espace » – L’Institut Francais de Hanoi.

Les relations idéologiques et l’orientation de Phan Bội Châu et Phan Châu Trinh

Conférence par Nguyen Dinh Chu, Professeur à l’Ecole Normale Supérieure de Hanoi.

– 01 fevr. 2013 – 14h00 –

Médiathèque de L’Espace à Hanoi

Phan Bội Châu et Phan Châu Trinh sont tous les deux patriotes vietnamiens du début du vingtième siècle mais chacun adopte un chemin révolutionnaire différent.

Langue de la table ronde : vietnamien
Entrée libre

logo tri thruc

Source : L’Espace