Archives par mot-clé : identités

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2016 : Séance 1

Année universitaire 2016-2017 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Imaginaires nationaux :

de l’empire colonial aux états-nations d’aujourd’hui

iyanglepecheur
Illustration extraite de M. Percheron, Contes et légendes d’Indochine (Fernand Nathan, 1947).

★ ★ ★

Mythes et génies fondateurs

Séance 1 : mardi 27 septembre 2016

La première séance de ce séminaire est une invitation au voyage, une plongée dans l’univers des contes des trois pays de la péninsule indochinoise. Notre choix s’est porté sur les contes et légendes à portée historique ou cosmologique. Ils serviront de point d’appui pour engager la discussion sur les imaginaires nationaux du Cambodge, du Laos et du Viêt-Nam. Au préalable, nous introduirons les enjeux généraux du séminaire en abordant successivement la question de l’espace indochinois, celle des identités plurielles, la rencontre stimulante entre mémoire, société et histoire ainsi que la question de la place grandissante des antagonismes mémoriels dans l’espace public. Les contes sélectionnés seront envisagés comme l’ébauche d’une écriture de soi collective.

Sources mobilisées :

  • Duong Dinh Khuê, La littérature populaire vietnamienne, Saigon, 1968. Réédité en fac-similé par les éditions Thanh-Long (Bruxelles, 1976). Voir le chapitre IX : Contes instructifs, pp. 159-179.
  • Hoc Dy Khing, Contes et légendes du pays khmer, Paris, Sudestasie / Conseil international de la langue française, 1989. Voir « Légende du temple d’Angkor Wat« , en ligne sur Khmet Network (texte en bas de la page).
  • Monod, G. H., Contes khmers, Paris, Centre de documentation et de recherche sur la civilisation khmère, 1985. Voir « Sdēch Kmēng, le Roi-Enfant », pp. 249-297 + Glossaire et notes, pp. 298-303.
  • Percheron, Maurice, Contes et légendes d’Indochine, Paris, Fernand Nathan, 1947. Voir les contes : « Iyang, le pêcheur qui devint roi (Conte pnong) » pp. 95-118 ; « La création du monde (Histoire du peuple miao) » pp. 145-153 ; « Le lac de l’Épée rendue (Conte historique tonkinois) » pp. 165-174.
  • Phinith, Savèng (trad.), Contes et légendes du pays lao, Paris, Agence de coopération culturelle et technique / Conseil international de la langue française, 1986. Voir le chapitre « Origines légendaires », pp. 18-24.

 

En complément de cette séance, l’article de Chivallon Christine, « Retour sur la « communauté imaginée » d’Anderson.  Essai de clarification théorique d’une notion restée floue », Raisons politiques 3/2007 (n° 27), p. 131-172 . URL : www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2007-3-page-131.htm.

 

Image « à la une » : ill. dos de couv. M. Percheron, Contes et légendes d’Indochine (Fernand Nathan, 1947).

Christopher E. Goscha : Indochine ou Vietnam ?

[ndlr] Parution dans une édition révisée de la traduction de Going Indochinese. Présentation de l’éditeur. Une étude clé pour comprendre ce que fut l’Indochine en termes d’espace, de populations, de questionnements et d’imaginaires.

« L’Indochine française est formée de cinq merveilleux départements : la Cochinchine, le Cambodge, l’Annam, le Tonkin, le Laos »… Tel était le message que l’on pouvait trouver dans un ouvrage destiné, à la fin du XIXe siècle, aux enfants des écoles de cette nouvelle colonie française.

Goscha_IndochineOuVietnam

Puis vinrent la Seconde Guerre mondiale et les décolonisations, dans un mouvement de l’histoire qui paraît simple et linéaire : de l’effondrement d’un empire à l’indépendance des territoires conquis, d’une mosaïque de peuples arbitrairement réunis à la construction d’États modernes… Pourtant, les anciens colonisés continuèrent longtemps à se penser eux-mêmes comme des Indochinois. Un effet de l’éducation dispensée pendant des décennies, sans doute. Mais aussi de l’expansionnisme vietnamien, et de la longue association de ce peuple avec les colonisateurs dans l’administration des territoires. De fait, les Vietnamiens, tous horizons politiques confondus, furent bien plus enclins qu’on ne le croit à construire leur nouvelle identité sur l’ancien modèle colonial. Beaucoup trouvèrent dans la révolution et la lutte pour l’indépendance un motif d’asseoir leur domination sur les autres États de la région…

Une étude inédite sur l’identité indochinoise, qui invite à repenser l’histoire coloniale de la péninsule.

Professeur à l’Université du Québec à Montréal, Christopher E. Goscha est un historien américain spécialiste de la péninsule indochinoise dans les périodes de colonisation et de décolonisation. Pour en savoir sur ses cours, ses publications et ses recherches, voir son site personnel.

Source : Vendémiaire – Parution le 1er octobre 2015

Solène Granier : Domestiques indochinois [parution]

Granier_DomestiquesIndochinois[ndlr] Nouvelle parution dans la collection Empires des éditions Vendémiaire. Présentation de l’éditeur.

« On demande serviteur annamite, connaissant bien service table français, parlant français, pour service valet de chambre-maitre d’hôtel-argentier, hôtel particulier, bonne place. »

De la fin du XIXe siècle à la Seconde Guerre mondiale, des milliers d’Indochinois sont venus en France comme domestiques. Un décret promulgué dans l’Empire français en 1897 permet en effet aux fonctionnaires coloniaux d’emmener des serviteurs colonisés en métropole.

Pour la plupart d’entre eux, dont un petit nombre restèrent à Paris, ce séjour devait être une expérience marquante, qui modifia leurs identités et leurs perceptions des mondes sociaux, coloniaux et métropolitains.

L’analyse de leurs parcours individuels et collectifs offre une nouvelle vision de l’histoire des migrations coloniales. À partir des archives et de leur correspondance, Solène Granier nous livre ici l’analyse d’une rencontre entre deux mondes, faite de méfiance et de préjugés, mais aussi de formes d’attachement, voire de fascination réciproque.

Au sujet des domestiques indochinois

Lors d’un échange universitaire à Montréal en dernière année de licence, j’ai eu l’occasion pour la première fois de suivre un cours sur les impérialismes et les sociétés est-asiatiques aux XIXe et XXe siècles. Cette initiation à l’histoire coloniale de l’Asie a été pour moi une révélation. Les problématiques liées à cette histoire me passionnèrent et c’est tout naturellement qu’en rentrant en France à l’issu de mon année de licence, je décidais de poursuivre mes recherches dans cette voie.

Souhaitant dans un premier temps travailler sur les nationalistes indochinois présents en métropole durant l’entre-deux-guerres, j’ai réorienté mon choix, sur les conseils de mes directeurs de recherche, vers d’autres migrations coloniales, celles des domestiques indochinois. Le sujet n’avait jamais été étudié et le corpus de sources semblait être suffisamment riche pour pouvoir donner naissance à un mémoire de master. M’étant en premier lieu intéressée aux migrations coloniales par le biais de l’histoire politique et idéologique, je commençai alors à explorer les archives politiques et la place des domestiques dans les mouvements.

Des domestiques au carrefour de deux mondes

Rapidement, il m’est apparu que l’histoire des domestiques était singulière et qu’elle ne pouvait être comprise sans explorer plus en profondeur l’ambivalence de leur position au sein des sociétés coloniales et colonisées tant en Indochine qu’en métropole. J’ai alors élargi mes recherches à d’autres types de sources, des archives administratives aux ouvrages de la littérature coloniale, des récits de voyage, des études ethnologiques etc. qui se sont révélées très riches sur la question. Influencée dans cette démarche par les travaux de sociologues et d’anthropologues spécialisés dans l’étude du fait colonial, j’ai été amenée à penser d’autres aspects de la situation des domestiques : les représentations des domestiques dans la colonie, leurs conditions sociales, les contacts qu’ils entretenaient avec les sociétés coloniales, leurs cadres de vie, de travail, et enfin, leurs trajectoires migratoires en métropole…

Solène Granier est diplômée d’un master en histoire du fait colonial à l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales). Ses recherches portent principalement sur les migrations coloniales et leurs interactions.

Source : Vendémiaire