Archives par mot-clé : Huê

Dịu-Hương Nguyễn – “Eve of Destruction: A Social History of Vietnam’s Royal City, 1957-1967” [PhD]

[ndlr] Annonce de la soutenance de thèse (PhD) de Dịu-Hương Nguyễn sur l’histoire sociale de Huê, l’ancienne ville impériale, en temps de guerre. Résumé de Christoph Giebel sur ce travail qu’il a dirigé. Nous le remercions pour son aimable autorisation pour la publication de cette annonce.

Dr Diu-Huong Nguyen © 2017

With great pleasure I’d like to announce that Dịu-Hương Nguyễn successfully defended her dissertation last week at the University of Washington in Seattle and earned a PhD degree in History with a specialization in modern Viet Nam. Her dissertation is titled “Eve of Destruction: A Social History of Vietnam’s Royal City, 1957-1967” and captures Huế and its residents in the decade between the founding of the University of Huế and the city’s near-total destruction in early 1968. With great sensitivity and attention to detail, Hương Nguyễn is able to recreate in evocative ways the habits of life in Huế, its citizens’ quotidian interactions, activities, and concerns, the mentalité of the times, even the sounds and smells of street life in this former royal city renowned for its tranquility, pastoral ambience, and measured rhythm of public life. While the years 1957-1962 were marked by increasing urbanization and a renewed cultural and intellectual scene, the religious and political upheavals of 1963 rocked the city, and during 1964-1967, war and civil strife cast ominous clouds and crept ever closer to the city.

Hương Nguyễn’s dissertation focuses our attention on several critically understudied areas in the field: on Central Viet Nam and Huế in their own right, on social history and urban transformations, and on Vietnamese human experiences and the voices of ordinary people at a time of violent conflict. It is an important, timely corrective to the still dominant top-down approaches to Viet Nam at war, with their overwhelming emphasis on political and military affairs and their habitual employment of simplistic regional, political and ideological binaries, holdouts from the Cold War. In this dissertation, pre-1968 Huế and its inhabitants reappear in their rich multiplicity and local specificity that have long defied cooptation by any larger claim of the powerful.

Admirably researched under sometimes challenging circumstances, the dissertation is based on materials found in the Provincial Archives of Huế, Viet Nam’s National Archives II and III, multiple media and literary sources, as well as published memoirs and a host of interviews of current and former residents of Huế conducted on three continents. Hương Nguyễn’s doctoral committee at UW comprised Professors Laurie Sears, Raymond Jonas, Miriam Kahn, and Christoph Giebel (chair).  Professors Nguyễn Quang Ngọc and Phạm Hồng Tung at VNU’s History Department and William Frederick at Ohio University’s Southeast Asia Program provided earlier guidance as well. The completion of the dissertation was supported by a prestigious Mellon/American Council of Learned Societies fellowship.  Congratulations, Dr. Nguyễn Dịu-Hương!

C. Giebel

UW-Seattle, USA

Image « à la une » : Vue d’une rue animée de Huê dans les années 1950 (Sontrung’s Blog).

S. E. Bùi Bằng Ðoàn

130723154600_0026 - Copie (3)S. E. Bùi Bằng Ðoàn, Ministre de la Justice. Originaire de la province de Hà-Ðông (Tonkin).

Issu d’ancêtres lauréats des anciens concours et grands mandarins : son père était Tuần-Vũ. Son grand-père, reçu Thủ-Khoa (1er lauréat des concours littéraires triennaux) sous le règne de Minh-Mạng, Tiến-sĩ sous le règne de Thiệu-Trị, était Tổng-Ðốc de Bắc-Ninh sous le règne de Tự-Ðức avec le grade de Thái-tử-Thiếu-bảo.

Reçu Cử-nhơn au concours triennal de 1906.

Entré à l’école des mandarins en 1907, en est sorti diplômé en 1911 avec le numéro 1.

Nommé Tri-huyện à Nam-Định.

A occupé successivement de 1913 à 1925 cinq postes de Tri-huyện et deux de Tri-phủ.

Án-sát (1926), Tuần-phủ p. i. de Cao-Bằng (1928).

Chargé en 1930 des fonctions de Président du Tribunal provincial à Bắc-Ninh, fonctions qui étaient confiées depuis le début de la réforme judiciaire au Tonkin (1917) à des magistrats français ou des administrateurs des Services civils.

Tuần-phủ de Cao-Bằng (1932), de Ninh-Bình (1933).

Ministre de la Justice à Huế depuis mai 1933.

Commandeur du Dragon d’Annam (1934).

Commandeur du Mérite Agricole (1936).

Commandeur du Million d’Éléphants (1939).

Grand Officier de l’Ordre royal du Cambodge (1942).

Officier de la Légion d’Honneur (1942).

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 21.

Suite biographique :

BuiBangDoan1889-1955Notice Wikipedia VN :

Bùi Bằng Đoàn (1889-1955)

A partir de novembre 1945, participe au gouvernement provisoire de la RDVN : membre du comité de recherche pour le redressement national puis dirige le Comité de contrôle du gouvernement

En janvier 1946, est élu député de l’Assemblée nationale pour la province de Hà Ðông et en novembre 1946 dirige le Comité permanent de l’Assemblée nationale.

Rejoint le maquis Việt Bắc en 1947-1948.

Décède à Hanoi le 13 avril 1955.

Marié à Trần Thị Đức, il est le père du journaliste Bùi Tín (dissident), de l’entrepreneur Bùi Nghĩa et de huit filles.

S. E. Ưng Đinh

SE_UngDinhS. E. Ưng Đinh, Tổng-Đốc en retraite (de la famille royale). Né en 1870 à Huế.

Cử-Nhân.

Entré dans le Mandarinat en 1900.

Actuellement Tổng-Đốc en retraite avec grade Hiệp-Tá-Đại-Học-Sĩ.

Chevalier de la Légion d’Honneur.

Officier du Dragon d’Annam.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 21.

S. E. Trương Như Ðinh

SE_TruongNhuDinhS. E. Trương-như-Ðinh, ministre de l’Économie rurale du Royaume d’Annam. Né en 1892 à Hiền-Lương (Thừa-Thiên, Annam), fils de feu S.E. Trương-như-Cương, Ancien Ministre, Président du Conseil de Cơ-Mật.

Reçu Cử-Nhơn (Concours triennal) en 1909.

Ayant subi avec d’excellentes notes aux 3 épreuves du concours Doctorat en 1910 et admis au concours gradué du Collège Quốc-Học (1910).

Nommé Thừa-Phái au Conseil de Cơ-Mật (1914).

Hành-Tấu au Ministère de l’Instruction Publique (1914).

Lãnh-Viên-Ngoại (1915).

Lãnh-Lang-Trung (1916).

Tri-Phủ de Ninh-Hòa (Nha-Trang) (1919).

Tri-Phủ de Tam-Kỳ (Quảng Nam) (1922).

Lang-Trung au Ministère de la Guerre (1924).

Nommé en outre, cumulativement Phó-Sứ au Hộ-Thành (Service de la Police de la Citadelle) (1926).

Trésorier Royal (1926).

Thị-Lang au Ministère de la Guerre et du Service de la Police de la Citadelle (1928).

Tham-Tri titulaire du Ministère des Finances (1933).

Tuần-Vũ de Phú-Yên (1936).

Ministre de l’Économie rurale (1942).

Mission à l’École coloniale en France (1911 à 1913).

Commandeur du Dragon d’Annam (1940).

Officier du Mérite agricole (1941).

Chevalier de la Légion d’Honneur.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 20.

Viêt-Nam : La douleur des poissons [Huế, 29/04/2016]

L’image du jour :

CaChet

Art. Une performance artistique sur La douleur des poissons, réalisée par un groupe d’artistes dont le Français Maxime Lacino a pris fin suite à l’intervention des autorités dans la ville de Hue dans la matinée du 29 avril. Le groupe artistique Viet Art Space souhaite reproduire cette performance dans le cadre du Festival Hue qui s’ouvrira dans la soirée. Le groupe n’a pas sollicité d’autorisation (source : RDP Ambassade de France au Vietnam)

Nhã Ca : Mourning Headband for Hue. An Account of the Battle for Hue, Vietnam 1968 – Review by Gary Kulik

[ndlr] Signalement d’un CR de lecture en ligne de Gary Kulik sur l’ouvrage de Nhã Ca, Mourning Headband for Hue: An Account of the Battle for Hue, Vietnam 1968. Témoignage poignant sur massacre perpétré par le Viêt-Công (FNL Sud Viêt-Nam) à Huê lors de l’offensive du Têt.

NhaCa_MourningHeadbandForHueMourning Headband for Hue, originally published in Saigon in 1969 as Giải khăn sô Huế, was the first book-length account of the Tet Offensive. Its author, a prominent Vietnamese writer, Trần Thị Thu Vân, wrote under the pen name Nhã Ca. In late January 1968, she had traveled to Hue, where she was born, to mourn the death of her father. The North Vietnamese Army and the Viet Cong attacked the next day. She remained trapped in Hue with her family for more than a month, until US and South Vietnamese forces finally prevailed in bloody urban fighting. Returning to Saigon, she wrote a forceful, fearful, poetic account of the devastating impact of war on civilians; its title invokes the white headband worn by Vietnamese grieving their dead. The book attests to the communist forces’ horrendous killings of thousands of Vietnamese in the Hue Massacre. Olga Dror’s translation now makes it accessible to an English-speaking audience.

Born in 1939, Nhã Ca became a prominent poet and writer in Saigon in the early 1960s. Her themes were « love, passion, and longing » (xvi). Raised a Buddhist, she adopted her pen name after reading the Old Testament « Song of Solomon, » also known (to Catholics) as « Canticles » (the approximate meaning of « Nhã Ca » is « canticle »). In 1966, she joined the Voice of Freedom, a radio station broadcasting into North Vietnam. Her first major work, At Night I Hear Cannons, was reprinted six times and sold over 100,000 copies. It tells the story of a family waiting, in the end futilely, for a son and son-in-law to return from the war to celebrate Tet, the Lunar New Year. While decrying the cost of war, its author yet takes no sides.

Olga Dror (Texas A&M), a scholar of Vietnamese history, worked closely with the author to capture her « unadulterated voice from the time of war » (xi). Her long « Translator’s Introduction » sketches Nhã Ca’s life and work and explains how the special « staccato tempo » of Mourning Headband « dramatically and palpably [reflects] life in raw and desperate eloquence in the middle of the battlefield that was Hue » (xviii). Especially valuable is Dror’s detailed and fair-minded analysis of contemporary reports of the massacre, the political uses of that reportage, and the rare and little known personal comments on the atrocity from the communist side. The current Vietnamese government has never acknowledged or openly discussed the massacre and there is no serious scholarly study of it.

Lire la suite : Michigan War Studies Review

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2014 : Séance 6

Année universitaire 2014-2015 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre

vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

Mémoiresd'Indochine_2014

Séance 6 – Mardi 18 novembre 2014

« Femmes dans les guerres d’Indochine »

Cette séance abordera la question des femmes aux prises d’une décolonisation brutale et celle de leur mobilisation dans la guerre civile vietnamienne de part et d’autre du 17ème Parallèle. Pour illustrer cette thématique, nous nous appuierons sur une nouvelle littéraire de Lê Minh Khuê évoquant le sort des jeunes filles des Jeunesses de choc (TNXP) sur le front de guerre en RDVN et un témoignage clé de l’écrivaine Nha Ca sur les ravages de la guerre à Huê en 1968. Deux expériences directes de la guerre du Viêt-Nam.

Extraits de textes à discuter :

  • Lê Minh Khuê, “Lointaines étoiles”, in Lointaines étoiles, Hanoi, Editions en Langues Etrangères, 1973, pp. 10-37.

 

* * *

Exposés oraux sur le Cambodge des Khmers Rouges (croire et mentir) :

  • Bernard, Alexia, CR de lecture de : Chuth Khay, Comment j’ai menti aux Khmers Rouges, Paris : L’Harmattan, 2004.

 

Pour aller plus loin :

  • Doan Cam Thi, « Femme, fantasme et guerre. Genèse d’une parole libre dans “La survivante de la Forêt qui rit”, nouvelle vietnamienne de 1991 », La revue des ressources, 2 avril 2007.
  • Nathalie Huynh Chau Nguyen, Memory is another country. Women of the Vietnamese Diaspora, Santa Barbara, California: Praeger, 2009. (traduit en français sous le titre : La mémoire est un autre pays. Femmes de la diaspora vietnamienne, Paris, Riveneuve éditions, 2013).
  • Phan Thanh Hao & Karen G. Turner, Even the Women Must Fight. Memories of War from North Vietnam, New York: John Wiley & Sons, 1998.
  • Sandra C. Taylor, Vietnamese Women at war. Fighting for Ho Chi Minh and the revolution, Lawrence: University Press of Kansas, Modern war studies, 1999.
  • Gina Marie Weaver, Ideologies of Forgetting. Rape in the Vietnam War, New York: State University of New York Press, 2010.
  • Guillemot, François, Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre, 1945-1975, Paris : Les Indes savantes, 2014.

Tran Thi Hao : Nam Phuong, la dernière impératrice d’Annam [parution]

TranThiHao_NamPhuong[ndlr] Avis de parution d’un récit romancé sur l’impératrice Nam Phuong. Présentation de l’éditeur.

Après avoir obtenu son baccalauréat en France, Nguyên Huu Thi Lan retourne au Vietnam et devient impératrice, sous le nom de Nam Phuong. Splendide, pleine de talents et vertueuse, elle connaît malgré tout un destin tragique. Ayant trop tôt fait confiance à un empereur infidèle, son époux Bao Daï, la solitude la poursuit jusqu’au dernier moment de sa vie : seule à Huê pour élever ses enfants et s’occuper de sa belle-mère, seule pendant les mois et les années de guerre suite au départ de son mari en Chine, seule en France après le retour de ce dernier au Vietnam pour reprendre le pouvoir…

Source : L’Harmattan

Réf. Tran Thi Hao, La dernière impératrice d’Annam : Nam Phuong la sacrifiée. Récit de la première reine vietnamienne, Paris : L’Harmattan, 2014. ISBN : 978-2-343-03749-3

Déclaration des milieux bouddhistes du Sud Viêt Nam [1963]

Déclaration des milieux bouddhistes du Sud Viêt-Nam

CoPhatGiao_PhapLuan

(Texte lu devant les fidèles rassemblés en la pagode Tu Dam à Huê).

Depuis des millénaires, les bonzes et les fidèles du Bouddha, dans le monde entier comme au Viêt-Nam, sont demeurés fidèles à l’idéal de douceur et d’altruisme de notre Maître Cakya Mouni.

Aussi bien, partout où il arrive, le bouddhisme apporte-t-il avec lui une atmosphère de calme et de paix. L’histoire en fournit la preuve indéniable. Durant toutes ces dernières années, à la répression qui nous frappait en tous lieux, nous avons opposé notre résignation constante, non par faiblesse, mais par volonté de partager les souffrances et les deuils de notre pays en ces temps de malheur. Nous constatons avec combien d’amertume, que certains ont abusé de leurs pouvoirs pour semer le deuil chez les bonzes et les fidèles du Bouddha à travers tout le pays, pour commettre des injustices vis-à-vis d’une foi dont l’histoire remonte à des millénaires dans la vie de la nation. D’arbitraire en violence, on en est venu à fouler aux pieds les droits les plus sacrés du bouddhisme : son drapeau international a été interdit. Cette décision illégale est une violation éhontée de la liberté de croyance. Face à de telles injustices, nous nous voyons tous, bonzes et fidèles d’un bout à l’autre du pays, dans l’obligation de nous lever pour défendre notre idéal.

Les événements qui se sont produits durant ces trois derniers jours s’inscrivent dans cet esprit. Le sang a coulé, des vies humaines ont été sacrifiées. Avec une ferme détermination, nous réclamons une nouvelle fois du gouvernement la satisfaction de nos aspirations :

  • 1. Retrait définitif de l’ordre interdisant le drapeau bouddhique.
  • 2. Jouissance effective pour les bouddhistes des droits inscrits dans l’ordonnance n° 10.
  • 3. Cessation des arrestations et autres mesures de répression à l’encontre des bouddhistes.
  • 4. Liberté pour les bonzes et les fidèles de propager leur foi et pratiquer leur culte.
  • 5. Indemnisation équitable des familles des innocentes victimes et sévères sanctions aux responsables de leur mort.

Ce sont là des revendications minima, celles qui tiennent le plus à cœur à tous les bonzes et fidèles dans l’ensemble du pays.

Nous sommes prêts à tous les sacrifices jusqu’à ce que soit donnée satisfaction à ces légitimes aspirations.

En l’année 2507 du Bouddha, Huê, le 10 mai 1963.

L’Association Générale des Bouddhistes Vietnamiens.

5NguyenVongCuaPhatGiaoVietNam

Extrait de : Terreur contre les bouddhistes au Sud Viêt Nam, S.l., Éditions Libération, 1963, pp. 42-43.

L’abdication de Bao Dai entre au musée de la révolution de Hue

Vu sur le quotidien Phap Luat TP.HCM [Lois HCM-Ville], article et photos de Viết Long :

BaoTangCachMangHue1
Đại diện phái đoàn Chính phủ lâm thời do Phó Chủ tịch Chính phủ kiêm Bộ trưởng Tuyên truyền Trần Huy Liệu làm Trưởng đoàn, cùng với hai thành viên khác là ông Nguyễn Lương Bằng và ông Cù Huy Cận. Ảnh: VLong

Tái hiện cảnh vua Bảo Đại thoái vị

(PLO)- Ngày 26-8, Bảo tàng lịch sử và cách mạng Thừa Thiên – Huế, cho biết vừa mở cửa trưng bày không gian tái hiện cảnh vua Bảo Đại thoái vị, đánh dấu sự chấm dứt của triều đại phong kiến cuối cùng trong lịch sử Việt Nam.

Lire la suite : Phap Luat TP. HCM, 27/08/2014.

 

Légendes des photos :

1 – [Photo du haut] La délégation du Gouvernement provisoire (Viêt-Minh) dirigée par Tran Huy Lieu, lui-même accompagné de Nguyen Luong Bang et Cu Huy Can.

2 – Bao Dai en personne et son secrétaire présentent des attributs de l’Empire (sceau et épée) aux représentants du Gouvernement provisoire. En réalité, les précieux attributs furent portés par deux membres de la Garde officielle de l’Empereur (voir lien plus bas).

3 – Remise des attributs de l’Empire du Viêt-Nam aux représentants du Gouvernement provisoire.

4 – La foule en liesse brandissant une banderole proclamant « Vive la République Démocratique du Viêt-Nam ». Celle-ci n’existe pas encore et ne sera proclamée que quelques jours plus tard le 2 septembre 1945 à Hanoi.

5 – Révolutionnaire enfermé dans un cachot de la prison de Thua Phu (Hue).

6 – Réplique de la fabrique clandestine d’armes dans le maquis de Hoa My (district de Phong Dien).

7 – Gros plan sur un ouvrier de la fabrique d’armes.