Archives par mot-clé : Hoang Van Chi

Gareth Porter’s articles on the bloodbath myths in Vietnam [danlambao]

[ndlr] Signalement d’un article de Cao Dac Tuan relançant le débat autour des articles de l’historien engagé Gareth Porter publiés dans les années 1970 : l’un concerne la réforme agraire en RDVN et l’autre le massacre de 1968 à Hue. Sur le blog dissident Dan Lam Bao, Cao Dac Tuan livre son point de vue sur cette bataille de chiffres incarnation de deux désastres humains dans un Viêt-Nam en révolution et en guerre. De quoi nourrir notre réflexion sur les sources historiques, leurs constructions et leurs interprétations.

 

mauthan-matmau-danlambao

Abstract: In the 1970s, Gareth Porter, an anti-war American scholar, published two articles on the land reform campaign in North Vietnam in the 1950s and the massacre at Huế in the Tết Offensive 1968, calling these myths. Porter’s articles are full of distortions and devoid of scholarship. Porter committed several logical fallacies in his reasoning and reflected a malicious misrepresentation of facts to suit his political stand.

In the 1970s, Gareth Porter, an anti-war American scholar, has written a number of articles opposing the Vietnam War (Wikipedia 2014a). Porter is one of many anti-war American scholars including Noam Chomsky, Edward Herman, and Marilyn Young. One of Porter’s specialties is to hunt down statistical information provided by the anti-communist Vietnamese and Americans, looking for errors or mistakes to make a case for accusing these authors of lying, mis-representation, or exaggeration. While the objective of truth finding is commendable, Porter’s one-sided approach is seriously flawed and renders him a communist propagandist who uses cheap and malicious tricks to attack others.

There are two myths that Porter has raised: the bloodbath in North Vietnam’s land reform campaign (1953 – 1956) and the Huế massacre in 1968 (Wikipedia 2014). As will be presented in the following, the truths about the bloody land reform program and the massacre at Huế have been known for many years. Nevertheless, Porter’s articles still appear as references in many sources, including the Internet, and are exploited to the maximum by the Vietnamese communists in their propaganda.

Lire la suite : Dan Lam Bao, 14/11/2014.

Cao Dac Tuan est arrivé aux États-Unis en 1975 en tant que réfugié. Il a reçu un doctorat en génie électrique et un diplôme en droit. Il a enseigné le génie informatique et de l’informatique dans une université d’État. Il est actuellement avocat spécialisé dans le droit de la propriété intellectuelle. Il vit avec sa famille dans le comté d’Orange (Orange County), en Californie du Sud. Il a publié un recueil de nouvelles sur trame historique intitulé Fire in the rain en 2014.

Hoàng Văn Chí : From colonialism to communism [1964]

[ndlr] L’étude de Hoang Van Chi sur l’évolution du communisme vietnamien et l’application brutale de la réforme agraire au Nord Viêt-Nam paraît en langue anglaise la première fois en 1964 (1). L’ouvrage est réédité en 1965 et 1968 chez Praeger. Il constitue un témoignage unique à cette époque sur l’emprise des méthodes chinoises adoptées et appliquées par le Parti des Travailleurs du Viêt-Nam (Lao Dong). Présentation de l’éditeur ci-après.

Combining scholarly depth with a highly readable, personal style of writing, From colonialism to Communism is the detailed inside story yet published of the establishment of Communism in North Vietnam. The author was an active participant in Indochina’s national struggle for independence from the French. Along with his fellow nationalists who believed a genuine democratic society could be brought into being by co-operation in war and peace between communists and non-Marxists progressives, he experienced the bitter disillusionment of seeing the Vietminh movement transformed into a regime modeled on Mao’s China.

Hoang Van Chi surveys the various nationalist movements in Indochina since the turn of the century and the history of the Comintern’s efforts in the inter-war period to establish a strong Communist Party in the country. The key-role of Ho Chi Minh in these developments is discussed in detail. After a brilliant description of the way in which the communists seized the initiative in the struggle against France, the author moves to his main themes: the aims and methods of Maos’s imitators in North Vietnam.

Collating his own eye his own eye-witness testimony with documentary evidence from communist sources, he traces the steps whereby Ho Chi Minh and his associates made by the Vietminh movement an instrument for achieving complete communist control of the newly independent country’s economy, political and cultural life. Presenting information hitherto unpublished in English, Hoang Van Chi examines in detail the motives, methods and consequences of the “Land Reform” campaign and its attendant terrorism. His treatment of this and of the techniques of “thought-reform”, together with his account of the Communist Party’s methods of exacting obedience from all strata of Vietnamese society, make this book a definitive study of the penetration of a South Asian society by militant communism, directed by the policies and philosophy of Mao Tse-tung. It is essential reading for all who interested in the problem of Asia and the triple confrontation of traditionalist, democratic and communist forces in former colonial territories.

L’ouvrage paru chez Popular Library, New York, 1964.

(1) La notice en langue anglaise sur Hoang Van Chi dans en.Wikipedia mentionne une première édition en 1962 mais la version en langue vietnamienne rappelle la date de 1964 : vi.Wikipedia. En outre une notice de l’ouvrage sur World Cat évoque la date de 1963 entre crochets. 1964 apparaît être la date de première édition la plus probable ce que confirme Talawas. L’ouvrage a été traduit et publié en vietnamien dans les années 1980 [1983?] aux Etats-Unis par un certain Mac Dinh qui n’est autre que le pseudonyme de l’auteur lui-même (voir ci-dessous).

La version vietnamienne est en ligne sur Talawas.

Hoàng Văn Chí, Từ thực dân đến cộng sản – Một kinh nghiệm lịch sử của Việt Nam, Mạc Định dịch. Dịch từ nguyên bản tiếng Anh nhan đề: From Colonialism to Communism, xuất bản năm 1964 đồng thời tại: Anh (The Pall Mall Press Ltd. 77–79 Charlotte Street, London W.I.), Hoa Kỳ (F. A. Praeger inc, Publisher III, 4th Ave. New York, N.Y.), Ấn Độ (The Allied Publishers, 13-14 Asaf Road, New Delhi). Cùng với bản tiếng Việt này đã có những bản dịch sau đây: Tiếng Bồ Đào Nha (Nhà xuất bản GRD, Rio de Janeiro, Brésil), tiếng I-pha-nho (Nhà xuất bản Editorial SUR, Buenos Aires, Argentine), tiếng Pháp (Nhà xuất bản MAME, Tours, Pháp).

Une édition rare : Du colonialisme au communisme. L’expérience du Nord-Vietnam par Hoàng Văn Chí

[ndlr] Très rarement mentionnée, l’édition française de l’ouvrage clé de Hoang Van Chi sur la RDVN des années cinquante existe pourtant bien (1). Alors que ce témoignage capital sur le Nord-Vietnam paraît dans plusieurs pays à la fois, une édition française voit le jour en 1965 dans une collection diffusée uniquement en Afrique au prix de 100 CFA/2FF. L’ouvrage, traduit de l’anglais par Pierre Nicolas, est paru sous le titre Du colonialisme au communisme. L’expérience du Nord-Vietnam (Tours, Mame, Coll. Dialogues #3, 1965, 345 p.) avec une préface de P. J. Honey comme pour l’édition en langue anglaise. Nous reproduisons ci-dessous le texte de présentation au dos de couverture.

Patriote nord-vietnamien et combattant de la liberté, nul n’est mieux qualifié que l’auteur, Hoang Van Chi, pour décrire la longue lutte de son pays conte l’impérialisme. Comme beaucoup d’autres nationalistes vietnamiens, Hoang Van Chi avaient cru que les communistes et les progressistes non-marxistes pouvaient coopérer pour édifier une société véritablement démocratique. Il fut amèrement déçu de voir le mouvement vietminh progressivement transformé par Ho Chi Minh jusqu’à devenir un régime satellite de la Chine rouge.

Alliant à son témoignage personnel une masse de renseignements convaincants, l’auteur relate avec précision la mainmise communiste sur le Nord-Vietnam et démontre ce que signifie pour son jeune pays le fait que sa vie économique, politique et culturelle soit contrôlée par les communistes. Il analyse sans ambiguïté les buts véritables et les méthodes des dirigeants du Nord-Vietnam. Sans passion mais sans équivoque, il passe au crible de la vérité les mobiles, le processus terroriste et les conséquences de la prétendue « Réforme agraire ». Il met particulièrement l’accent sur les techniques de « réforme de la pensée » et les méthodes qui ont permis au parti communiste d’imposer une obéissance aveugle à tous les Vietnamiens.

Du colonialisme au communisme, l’expérience du Nord-Vietnam est une étude approfondie de la pénétration d’un nouveau pays par le communisme militant. C’est un livre qui, à ce titre, mérite d’être lu avec la plus grande attention.

* * *

Hoàng Văn Chí
(1913-1988)

« Autobiographie. L’auteur a connu très tôt des engagements politiques. Avant 1940, il est membre du Parti Socialiste français. Dès 1945, il se rallie au Viêt-Minh. La première étape de la Guerre de Résistance est plutôt enthousiasmante. Mais il vit mal l’influence chinoise, relayée par les cadres communistes vietnamiens. Il dénonce ce qui est vite devenu un « régime totalitaire », (Chapitre III), en particulier la Réforme agraire (description des méthodes et des résultats dans le Chapitre V). Il quitte la R.D.V. [République Démocratique du Vietnam] en avril 1955 pour se réfugier au Sud, puis à l’étranger » (La Guerre « française » d’Indochine (1945-1954). Les sources de la connaissance, sous la direction d’Alain Ruscio, Paris, Les Indes Savantes, 2002, p. 437).

« Hoang Van Chi, membre du Parti Socialiste français dès 1936, avait rejoint les rangs du Viêt-Minh en 1945. Des fonctions de cadre (technique) lui furent confiées pendant la période de guerre. Il quitta la RDVN en avril 1955 pour se réfugier au Viêt-Nam du Sud, puis à l’étranger. Son témoignage constitue un apport essentiel pour mesurer l’influence et la présence de la Chine populaire dans les maquis vietminh, notamment au début de la période de réforme agraire (1953-1956) » (François Joyaux, La Chine et le règlement du Premier conflit d’Indochine. Genève 1954, Paris, Université de Paris-I Panthéon-Sorbonne, Institut d’histoire des relations internationales contemporaines, 1979, p. 420).

(1) L’entrée de Wikipedia sur Hoang Van Chi omet de citer cette édition française, mentionnée à juste titre par le site vietnamien Talawas lors de la mise en ligne de l’édition vietnamienne.