Archives par mot-clé : Ho Chi Minh

Michael Goebel : Paris, capitale du tiers monde. Comment est née la révolution anticoloniale (1919-1939)

[ndlr] Parution à La Découverte d’une étude intéressante et importante (450 p.) sur la l’organisation et la lutte des immigrés de Paris contre l’impérialisme et l’oppression coloniale. Présentation de l’éditeur.

Ce livre retrace l’expansion, au cours de l’entre-deux-guerres, de l’anti-impérialisme mondial, mouvement dans lequel Paris joua un rôle de tout premier plan. La Ville Lumière accueillit en effet d’innombrables futurs leaders tiers-mondistes qui vinrent y faire, sans même le savoir, leur formation politique – formation qui, en retour, les mènera vers l’une des plus fantastiques déflagrations révolutionnaires de l’histoire. Dans ce Paris incroyablement cosmopolite où affluaient les âmes errantes venues du monde entier, on pouvait ainsi croiser Hô Chi Minh, Zhou Enlai, Léopold Sédar Senghor, C. L. R. James, George Padmore, Messali Hadj ou le révolutionnaire indien M. N. Roy. En étudiant le contexte sociopolitique parisien dans lequel ces apprentis activistes évoluaient, ce livre nous plonge dans des complots d’assassinat prétendument ourdis par des étudiants chinois, dans des manifestations menées par des nationalistes latino-américains, ou simplement dans la vie quotidienne des ouvriers algériens, sénégalais ou vietnamiens.

Sur la base de rapports de police et autres sources de première main, Michael Goebel montre le rôle de force motrice essentiel joué par les mouvements migratoires et les interactions vécues au sein des milieux immigrés dans le développement de l’opposition à l’ordre impérial mondial, qui a fait se croiser les histoires de peuples issus de trois continents.

S’appuyant sur les travaux de l’histoire globale et impériale, et sur les études des questions migratoires et « raciales » en France, ce livre ne propose rien de moins qu’une compréhension renouvelée des origines de l’idée de tiers monde et de tiers-mondisme.

Mickaël Goebel est historien. Il enseigne l’histoire globale et de l’Amérique latine à la Freie Universität de Berlin.

Source : La Découverte

Image « à la une » : Nguyen Ai Quoc (le futur Ho Chi Minh) lors du congrès fondateur du Parti communiste français (Congrès de Tours) en 1920 © DR

Lien-Hang Nguyen : Who Called the Shots in Hanoi?

[ndlr] Le Viêt-Nam en guerre pendant l’année 1967 : une vue de Hanoi. Signalons cet excellent article de l’historienne Lien-Hang Nguyen.

As any account of combat in the Vietnam War will tell you, America fought an “elusive enemy”: guerrillas who would strike and then disappear; battalion commanders who refused to engage in open battles. But there’s more to the cliché than most people realize. Even by 1967, America’s military, intelligence and civilian leaders had no real idea who was actually calling the shots in Hanoi.

To some extent, this is what the North wanted — the impression that decisions were made collectively, albeit under the gentle guiding hand of President Ho Chi Minh. But the American confusion also, inadvertently, reflected the messy, factionalized reality of North Vietnamese politics, one that historians are only now coming to grasp. Thanks to the slow if capricious process of historical declassification, the publications of renegade memoirs and histories, the dissemination of “open letters” by disgruntled former leaders, and the careful and painstaking research and analysis by Vietnam specialists, we now have a better understanding of who was on top in Hanoi and what battles he waged to get there.

Lire la suite / Read more : The New York Times, The Opinion Pages, 14/02/2017.

Lien-Hang Nguyen is a professor of history at Columbia and the author of the forthcoming “Tet 1968: The Battles That Changed the Vietnam War and the Global Cold War.”

Image « à la une » ; Ho Chi Minh, le président de la RDVN et Le Duan, le secrétaire général du Parti des Travailleurs du Viêt-Nam [futur PCV] à Hanoi.

Olga Dror : « Traditions and Transformations in the Formation of Hồ Chí Minh’s Cult »

[ndlr] Signalement d’un article d’Olga Dror sur l’histoire du culte d’Ho Chi Minh au Viêt-Nam.

Résumé

hochiminhgold
Timbre en or édité le 2 août 2016 à l’occasion du 70e anniversaire de la fondation du Service postal révolutionnaire (RDVN)

« After Vietnam’s August Revolution in 1945, Hồ Chí Minh was venerated as the center of a newly created political religion that eventually became part of the Vietnamese religious landscape. This article traces the origins of Hồ Chí Minh’s veneration and his own role in cementing his image not only as the leader of the nation but as the Uncle, the head of the Vietnamese national family. Through an examination of Hồ Chí Minh’s first (auto)biography, it explores some of the means employed to achieve these results. Hồ Chí Minh’s cult transformed the nation and altered Vietnamese cultural traditions. It served to acquaint people with the new order and to create and perpetuate people’s loyalty to the newly formed state entities. This article looks at how Hồ Chí Minh went from being the master of his own cult to losing control over it and becoming its employee. »

Réf. : Olga Dror,  “Traditions and Transformations in the Formation of Hồ Chí Minh’s Cult,” The Journal of Asian Studies, 75:2, May 2016, pp. 433 – 466.

Source : JAS (Cambridge)

Image « à la une » :  © NLD

Hà Sĩ Phu: Cứ êm ái chết đúng quy trình như đàn cá ư ? [interview]

[ndlr] Interview intéressante de l’intellectuel Hà Sĩ Phu sur « la question chinoise » qui refait surface avec l’affaire de la pollution industrielle à l’origine de milliers de tonnes de poissons morts dans le centre du Viêt-Nam.

Il y développe sa théorie : « Pour sortir de l’orbite chinoise, il faut sortir du communisme mais pour sortir du communisme il faut sortir du mythe de l’Oncle Ho ».

« … Thoát Trung là một công cuộc không đơn giản, rất khó khăn và lâu dài. Nhưng rút gọn lại như một triết lý, như cái cốt lõi của vấn đề thì “Muốn Thoát Trung phải Thoát Cộng, mà muốn Thoát Cộng thì phải Thoát được Hồ”. Nếu bảo Việt Nam không thể Thoát Hồ, không thể Thoát Cộng được đâu thì điều đó cũng có nghĩa là xin thua luôn, cứ chịu Bắc thuộc thôi, Việt Nam không thể Thoát Trung được! Nạn Bắc thuộc mới sẽ diễn ra đúng như quy trình và bất khả kháng!? » – Hà Sĩ Phu.

Source : Dân Làm Báo

Kế hoạch hợp tác Mỹ với Việt Minh chống phát xít trước Cách mạng Tháng Tám [ANTG]

[ndlr] Retour sur le rôle de l’OSS auprès du Viêt-Minh. Une aide non négligeable dans la préparation des journées d’Août 1945.

Cuối năm 1944, một chiếc máy bay của Mỹ bị quân Nhật bắn hỏng máy trên vùng trời Hòa An, Cao Bằng, Trung úy phi công Shaw nhảy dù xuống khu rừng gần tỉnh lị được du kích Việt Minh cứu thoát và đưa về gặp lãnh tụ Hồ Chí Minh. Người đã quyết định đưa viên phi công sang Côn Minh trao trả cho đại diện quân đội Mỹ ở đây, vừa thể hiện thiện chí của Việt Minh, đồng thời cũng muốn khẳng định lực lượng Việt Minh đứng về phe Đồng minh cùng chống phát xít.

Sau những cuộc gặp gỡ giữa lãnh tụ Hồ Chí Minh với tướng Chennault, đại diện Tập đoàn Không quân số 14 của Đồng minh vào tháng 3/1945 và thiếu tá tình báo A. Patty của Cơ quan Tình báo chiến lược Mỹ OSS cuối tháng 4/1945, mối quan hệ hợp tác giữa Việt Minh và Đồng minh đã được thiết lập. Một chủ trương về việc Mỹ giúp đỡ vũ khí, phương tiện liên lạc và huấn luyện quân sự cho lực lượng Việt Minh chống phát xít đã được hai bên thỏa thuận.

Thực hiện giao ước này, các cán bộ Việt Minh ở Côn Minh đã viết truyền đơn bằng tiếng Việt gửi đến Không quân Mỹ để đem rải 8 vạn tờ ở miền Bắc Việt Nam khiến cho uy tín của Việt Minh tăng lên nhanh chóng như một lực lượng của phe Đồng minh chống phát xít. Ban không trợ mặt đất của Mỹ đã lập một mạng lưới vô tuyến điện từ Hà Nội đến Sài Gòn theo kế hoạch của OSS và  trung úy C. Fenn, phụ trách nhóm tình báo Đồng minh hoạt động ở Việt Nam, được giao nhiệm vụ làm liên lạc giữa OSS và Việt Minh.

Cuối tháng 5/1945, từ Tân Trào, lãnh tụ Hồ Chí Minh phái giao liên trao cho A. Patty tại Côn Minh một thông báo về việc quân Nhật xây dựng công sự ở Cao Bằng và trên đường về Hà Nội. Đầu tháng 6/1945, Người điện báo cho Patty đã chuẩn bị sẵn sàng hơn 1.000 quân du kích được huấn luyện tốt, tập trung ở Chợ Chu, Định Hóa.

Đến giữa tháng 6/1945, qua đầu mối Patty, Hồ Chí Minh biết tin sẽ có một toán quân Mỹ, bao gồm nhân viên kỹ thuật đưa theo thuốc men, lương thực, vũ khí nhẹ do một sĩ quan dẫn đầu sắp được thả dù xuống địa bàn Tuyên Quang và yêu cầu phía Việt Minh chuẩn bị đón.

Lire la suite : An Ninh The Gioi Online, 02/09/2015.

Image « à la une » : Đội Con Nai chuẩn bị nhảy dù / L’équipe du Cerf prête à sauter en parachute © ANTG

Pour en savoir plus

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2015 : Séance 3

Année universitaire 2015-2016 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

MémoiresIndochine_2015_vintage

Séance 3 : mardi 13 octobre 2015

Affirmation de deux Viêt-Nam (1945-1975)

A travers une approche comparative, cette séance se focalisera sur la vie politique, culturelle et sociale au sein des deux Viêt-Nam après les Accords de Genève (juillet 1954), accords qui prévoient la séparation provisoire du pays au 17ème parallèle. Il s’agira de s’immerger dans les sociétés en révolution et en guerre de la République Démocratique du Viêt-Nam (RDVN) au Nord (1945-1976) et de la République du Viêt-Nam (1955-1975). La situation des deux Viêt-Nam pendant les années soixante sera analysée dans le contexte de la Guerre froide à partir des entretiens avec des personnalités de premier plan : Ho Chi Minh, le président de la RDVN, Nguyen Van Thieu, le président de la Seconde République du Viêt-Nam (1967-1975), Pham Van Dong, Premier ministre de la RDVN et Bui Diem, ancien conseiller de Phan Huy Quat puis de Nguyen Cao Ky et ambassadeur de la République du Viêt-Nam aux Etats-Unis.

La seconde partie du séminaire sera consacrée aux exposés oraux.

Sources orales à discuter :

Cinq Colonnes à la Une : Interview de Ho Chi Minh, juin 1964  [Extrait] Phỏng vấn chủ tịch Hồ Chí Minh – Tháng 6/1964 – Source originale : INA.

HoChiMinh_5ColonnesUne_une[date : 5 juin 1964, durée : 09:38, texte retranscrit ici]

 

Profils INA : Nguyen Van Thieu (Tổng Thống Nguyễn Văn Thiệu )
Nguyen Van Thieu, Président de la République du Vietnam
Un film de Jean-François Chauvel et Tessa Destais. Une production Le Figaro, Télévision Rencontre, Agence Française d’Images. Source originale : INA.

NguyenVanThieu_Profils[date : 5 avril 1973, durée : 52:23, texte retranscrit ici]

Interview with Pham Van Dong, 1981

OpenVault_PhamVanDong[date : 19 février 1981, durée : 58:03, texte traduit en regard]

Interview with Bui Diem [1], 1981

BuiDiem[date : 03 juin 1981, durée : 32:55, texte en anglais en regard]

Exposés oraux

  • RobicDiaz_L'IndochineDansLeCinémaFrançaisRobic-Diaz, Delphine, La guerre d’Indochine dans le cinéma français. Images d’un trou de mémoire, Rennes, PUR, coll. Histoire, 2015.

CR de lecture de Lorène Delhoume

Présentation de l’éditeur : PUR

  • NguyenCongLuan_NationalistVietnamWars Nguyen Cong Luan, Nationalist in the Vietnam wars. Memoirs of a victim turned soldier, Bloomington: Indiana University Press, 2012.

CR de lecture de Lauriane Simony

Présentation de l’éditeur : IUPress

 

Pour aller plus loin :

Consulter les sources de la séance de l’année dernière (2014) en fin de billet.

Interview avec Ho Chi Minh, 5 juin 1964 – Cinq colonnes à la une [INA]

[ndlr] Retranscription de l’introduction et du dialogue.

Hanoi. Le carrefour de l’ancienne rue Paul Bert et du Petit lac à l’heure de la sortie d’usine. Pas une seule voiture mais beaucoup de vélos sur lesquels se déplacent lentement, machinalement, la foule des travailleurs dans une régularité impressionnante.

La sensation que ce pays est anormale ne nous a pas quitté au Nord Viêt Nam. Anormale d’abord parce que toute vie individuelle a disparu au bénéfice d’un effort collectif extraordinaire, dirigé d’une main de fer à l’intérieur d’un dispositif de sécurité draconien. Anormale ensuite parce que, dans ce pays coupé en deux depuis dix ans, un grand nombre de familles vivent le drame de la rupture qui alimentent à sa façon la guerre du Sud.

Entretien avec Ho Chi Minh

Est-ce que vous pensez, Monsieur le Président, qu’il y a une solution militaire à la guerre du Sud Viêt Nam ?

Ho Chi Minh : Non, parce que ah, vous savez bien que le peuple Viêt Nam, c’est un Un, et le pays du Viêt Nam, c’est Un. Les Américains veulent faire une guerre d’agression, comme qu’ils disent, une guerre non déclarée. Comme vous savez aussi, vous avez pu lire dans la presse mondiale, que plus la guerre [se] prolonge, plus les Américains et leurs valets, n’est-ce pas, comment dire ça, [se tournant vers quelqu’un à côté], sa lầy… s’enliser… et plus, ils supportent des échecs comme vous savez là récemment. Par conséquent, la guerre ne peut pas durer éternellement, et je suis très heureux que les politiciens haut placés français ont reconnu cela.

Vous pensez que le général de Gaulle pourrait en quelque sorte, à un certain moment, arbitrer le conflit ?

HCM : Arbitrer ! Qu’est-ce que vous comprenez par le mot arbitrer ? Nous ne sommes pas des équipes de football. [Rire].

Mais au-delà des Accords de Genève si je ne me trompe, une idée du général de Gaulle est la neutralisation de tout le Sud-Est Asiatique. Est-ce que c’est une idée qui vous semble intéressante ?

HCM : Comme j’ai déjà dit quelquefois, c’est une idée intéressante, mais ça dépend [de] la volonté de ces peuples, et… la manière comment on procède… à réaliser.

C’est une grande question… et je ne peux pas dire que je suis d’accord,… je ne dis pas que je ne suis pas d’accord, n’est-ce pas ? Parce que.. vous dites par exemple fleurs, fleurs ; il y a beaucoup de sortes de fleurs, il y a des roses, des blanches, des rouges, etc. des fleurs qui sentent bon, d’autres qui ne sentent pas bon… , mais on dit fleurs, n’est-ce pas ?

Monsieur le Président, nous avons constaté avec chagrin au cours de notre voyage au Nord Viêt Nam, que l’influence française est devenue à peu près inexistante dans votre pays. Les moins de 25 ans ne comprennent plus du tout le français. Et je me demande si, à votre idée, des rapports peuvent se rétablir tels que la France continue à jouer… une sorte de rôle culturel ici ?

HCM : Avec la France surtout, et avec tous les autres pays, nous voulons avoir une coopération amicale, culturelle, économique, etc… , mais je suis sûr que vous ne voulez pas avoir, n’est-ce pas, que la France ait l’influence qu’elle avait avant, … c’est une autre chose… mais coopération culturelle, économique, qu’est ce qu’il y a encore ?, sportive par exemple, etc… etc… nous, nous[le] désirons.

Si la guerre se cristallise au Sud et se poursuit encore pendant quelques années, pensez-vous que l’avenir économique du Nord Viêt Nam soit viable ?

HCM : Je suis sûr que ça non seulement viable, mais ça progresse. Parce que vous avez vu vous-même, vous avez constaté vous-même que, ici, nous travaillons beaucoup, notre peuple travaille beaucoup, avec abnégation, n’est-ce pas, avec dévouement, avec enthousiasme. D’un côté, nous travaillons pour…, comment dirais-je, pour principalement, n’est-ce pas, de nos propres forces, et aussi nous avons l’aide fraternelle des pays socialistes, n’est-ce pas. Jusqu’ici, nous avons déjà réalisé des progrès, pas tant comme nous le voulons, nous avons réalisé des progrès et dans l’avenir, nous progressons nous-mêmes.

Vous mentionnez là l’aide des pays socialistes. Est-ce que cette aide ne s’est pas trouvée légèrement compromise à la suite du conflit idéologique entre la Russie et la Chine ?

HCM : Non, parce que ces questions, n’est-ce pas, n’est pas différence idéologique entre nos différents partis-frères, c’est nos affaires intérieures ; ça passera et l’union… l’unité, ça se fera. Mais l’aide fraternelle continue et continuera, c’est très précieuse pour nous.

Certains ont l’impression chez nous, Monsieur le Président, que le Nord Viêt Nam se trouve actuellement assez isolé, asphyxié même, et, politiquement , il ne pourra difficilement éviter de devenir une sorte de satellite de la Chine. Qu’est-ce que vous répondez à ça ?

HCM : Jamais !

Nguyen Khac Vien : « Ho Chi Minh et la voie léniniste »

[ndlr] Extrait d’un entretien avec l’intellectuel communiste Nguyen Khac Vien sur le choix de la voie léniniste par Ho Chi Minh. Documentaire de Gérard Guillaume diffusé le 7 octobre 1973 sur la première chaîne de télévision française. Retranscription ci-dessous des huit première minutes de l’entretien. Texte en support de la séance 1 du séminaire (2015).

Nguyen Khac Vien : « Ho Chi Minh et la voie léniniste »*

Documentaire de Gérard Guillaume, 1973.

NguyenKhacVien_HoChiMinh
Nguyen Khac Vien © 1973

Gérard Guillaume [GG] : Est-ce que Ho Chi Minh, plus exactement Nguyen Ai Quoc ou je ne sais pas comment l’appeler appartenait à cette jeune génération qui se posait des questions, qui se disait mais comment faire, tous les mouvements ont échoué, quel a été son chemin ?

Nguyen Khac Vien [NKV] : Il s’est posé cette question, je crois que… avant les autres, étant déjà très jeune.

GG : Comment s’appelait-il ?

NKV : Il s’appelait Nguyen Tat Thanh mais peu nous importe les différents noms qu’il a pris au cours de sa vie clandestine, le fait important c’est que, il a pris conscience de l’impasse bien avant les autres, donc il était parti avant les autres à la recherche d’une nouvelle voie, d’une nouvelle solution. Alors que les autres partaient pour le Japon, pensant à une aide aussi des Japonais, lui il était parti vers la France, vers le monde occidental, pour voir sur place comment était l’ennemi, comment agissait l’ennemi, de quoi était fait, pour ainsi dire… l’ennemi principal.

GG : Il avait quel âge à l’époque ?

NKV : Il avait vingt ans à peu près. Donc il s’était engagé sur un bateau comme aide cuisinier, il était parti, il a fait tous les ports, il a été en France, il a été à Londres, il a été en Amérique, il a été un peu dans tous les pays mais il s’était fixé après à Paris. Et c’est à Paris qu’il a fait la rencontre essentiellement de la classe ouvrière française, du Parti Socialiste français à l’époque, mais aussi de toute la gauche française. Il assistait par exemple à toutes les réunions du club du Faubourg [1].

Voix off [incarnant Ho Chi Minh] : Madame, avant de vous remercier très sincèrement, permettez-moi de vous résumer en deux mots le livre très intéressant que vous avez eux la bonté de me prêter. Les deux mots sont JE VEUX…

NKV : La première révélation qu’il a eu c’est que, en France, il y a des gens de progrès, il n’y a pas de que capitalistes, des colonialistes, il y a des gens qui pouvaient prendre parti aussi pour le peuple vietnamien. Et, il y a des ouvriers français qui sont exploités aussi par le capitalisme français. Et c’est là qu’il a pris cette image : le capitalisme est comme une pieuvre qui a deux ventouses, une ventouse qui suce le sang du prolétariat français et l’autre qui suce le sang du peuple vietnamien et des peuples coloniaux en général. Il faut couper les deux ventouses à la fois. Si on en laisse une, elle repoussera, l’autre repoussera. Cette solidarité entre la classe ouvrière française et les peuples coloniaux, il l’a découvert pour ainsi dire pratiquement avant d’aborder la théorie. Mais à un moment donné, au moment crucial, au moment de la révolution d’octobre en (19)17, la question principale qui se posait dans le parti socialiste français à l’époque : est-ce qu’on était pour ou contre la révolution d’octobre 17 ? C’est-à-dire, est-ce qu’on était pour la troisième ou la seconde internationale ? Et c’était la question qui s’était posée au congrès de Tours, et lui il a dit que ce qui lui importait à l’époque c’était pas la deuxième internationale, deuxième internationale et demi, ou troisième ce qui lui importait, mais quelle est l’internationale qui prenait partie pour les peuples coloniaux ?

Voix off [Ho Chi Minh] : Camarades, j’aurai voulu venir aujourd’hui collaborer avec vous à l’œuvre de la révolution mondiale mais c’est avec la plus grande tristesse et la plus profonde désolation que je viens aujourd’hui comme socialiste protester contre les crimes abominables commis dans mon pays d’origine. Plus nombreuses que les écoles, les prisons sont toujours ouvertes et effroyablement peuplées. Tout indigène réputé avoir des idées socialistes est enfermé et parfois mis à mort sans jugement. C’est la justice dite « indochinoise ». Dire que ce pays peuplé de plus de vingt millions d’exploités est prêt aujourd’hui à une bonne révolution est faux. Mais dire qu’il ne la désire pas et est content du régime comme prétendent nos maîtres serait plus faux encore. Empoisonnés moralement et physiquement par l’opium, l’alcool, etc., on pourrait croire que ce troupeau humain est pour toujours destiné à l’autel du bon dieu capitaliste, qu’il ne vit plus, qu’il ne pense plus et ne sert à rien dans la transformation sociale. Non ! L’Indochinois n’est pas mort, il vit encore, il vit toujours. Sous le masque d’une docilité passive, il cache quelque chose qui bouillonne, qui gronde, et qui, le moment venu, explosera formidablement.

NKV : C’était d’abord la révolution d’octobre et ensuite la lecture des thèses de Lénine, qui avaient éclairé le chemin de tous ceux qui pensaient le problème à l’époque et en particulier à des coloniaux, à Ho Chi Minh. Et il a écrit une page… saisissante quand il a raconté comment il a découvert les thèses de Lénine et comment s’était pour lui la révélation [2]. Et il a écrit, il a dit que, tout seul dans sa chambre, il s’était écrié, il s’écrié tout seul à haute voix : voilà mes compatriotes, on a trouvé, c’était là. C’était vraiment cette révélation d’une nouvelle voie, d’une nouvelle solution pour le problème national. Et, … cette révélation, c’était à peu près la même pour tous les patriotes vietnamiens qui, peu à peu, étaient venus au marxisme après. A un moment donné, on a toujours cette impression d’une porte qui s’ouvre alors que tout était bloqué jusque là, vous voyez. On a trouvé les… la compréhension du problème, les moyens de résoudre le problème, les méthodes d’action et les principes d’action, vous voyez, avec cette certitude on partait pour l’action. Il a milité dans le parti communiste, dans les syndicats, il a milité dans les milieux coloniaux, puis il a milité à l’internationale communiste après, toujours pour montrer cette idée, l’importance des mouvements de la libération des peuples coloniaux dans la lutte anti-impérialiste. Et c’est toujours l’image de cette pieuvre à deux tentacules… qu’il faut briser à la fois et cette solidarité entre mouvement ouvrier de la métropole, vous voyez, des nations impérialistes et les peuples colonisés. Pour ainsi dire, toute sa vie, il a bâti, là-dessus, sur cette thèse, toute son activité militante.

Voix off [Ho Chi Minh] : Ouvriers, paysans, soldats, jeunes gens, écoliers, le parti communiste indochinois est fondé. C’est le parti de la classe ouvrière. Sous sa conduite le prolétariat dirigera la révolution dans l’intérêt de tous les opprimés et des exploités.

Source : http://www.cinearchives.org/Films-447-297-0-0.html

Notes

* Le titre est de nous.

[ndlr 1] Le Club du Faubourg était un lieu de débats politiques situé dans le 17e arrondissement de Paris en activité de 1918 à 1939. Sur ce sujet voir le mémoire en ligne de Claire Lemercier : Le Club du Faubourg, Tribune libre de Paris, 1918-1939 (mémoire IEP de Paris, dir. Nicolas Offenstadt, 1995).

[ndlr 2] Nguyen Khac Vien fait référence au texte d’Ho Chi Minh, « Comment j’ai choisi le léninisme (avril 1960), in Ho Chi Minh : action et révolution, Paris, Union Générale d’Éditions, coll. 10/18, n° 413, 1968, pp. 17-19. Article rédigé à l’occasion du 90e anniversaire de Lénine, publié dans la revue soviétique Problèmes de l’Asie en avril 1960.

Séminaire « Mémoires d’Indochine » 2015 : Séance 1

Année universitaire 2015-2016 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

MémoiresIndochine_2015_vintage

Séance 1 : mardi 29 septembre 2015

Mémoires de l’engagement révolutionnaire et de la lutte pour l’indépendance

En préambule de cette séance, nous aborderons la question de la constitution du corpus mobilisé pour le séminaire, des biais qu’il peut contenir et du débat qu’il a suscité au sein de la communauté vietnamienne et des chercheurs.

Dans toute la péninsule indochinoise, le processus révolutionnaire est né de la colonisation et s’est imposé face à l’inertie et la brutalité du pouvoir colonial. Quels étaient les motivations de ceux qui ont choisi l’engagement révolutionnaire ? Quelles étaient les pratiques et les approches révolutionnaires ? Quelles étaient les voies qui s’offraient pour accéder à l’indépendance ? Nous interrogerons le parcours d’un mineur, d’un musicien renommé, d’une résistante sudiste communiste et du fondateur de la République Démocratique du Viêt-Nam (RDVN). Nous analyserons les discours, les gestes, les contextes historiques, les constructions du dialogue et les situations données.

Sources orales à discuter :

CaoXuanNghia_OpenVault_1981[date : 9 mars 1981, durée : 13:19, texte traduit en regard]

PhamDuy_1982_OpenVault[date : 11 juin 1982, durée : 14:42, texte traduit en regard]

NguyenThiDinh_1981_OpenVault[date : 16 février 1981, à visionner jusqu’à 13:38, texte traduit en regard]

* * *

Deuxième partie du séminaire : retour sur l’itinéraire politique d’Ho Chi Minh

HoChiMinh_PortraitPolitique[Le cheminement politique d’Ho Chi Minh présenté par l’intellectuel communiste Nguyen Khac Vien, entretien en français, à visionner jusqu’à la minute 08:00 – Retranscription de cette partie de l’entretien]

Pour en savoir plus :

  • Brocheux, Pierre, Ho Chi Minh, Paris, Presses de Sciences Po, Références facettes, 2000.
  • Hémery, Daniel, Ho Chi Minh, de l’Indochine au Vietnam, Paris, Découvertes / Gallimard, 1990.
  • Nguyen The Anh, « Du rêve mandarinal au chemin de la révolution : Hô Chi Minh et l’Ecole coloniale », in Nguyen The Anh, Parcours d’un historien du Viêt Nam, Paris, Les Indes savantes, 2008, pp. 496-502.

Voir aussi sur Mémoires d’Indochine :

Autres liens :

MémoiresIndochine_2015_Séance1

Nguyễn Thế Anh : Un vingtième siècle vietnamien [parution]

NguyenTheAnh_UnXXeSiècleVietnamien[ndlr] Avis de parution d’un recueil d’articles du Professeur Nguyen The Anh. Présentation de la quatrième de couverture.

« L’émergence en 1949 de la Chine communiste étant apparue aux yeux des États-Unis comme une menace pour toute l’Asie du Sud-Est, la guerre entre la France et les Vietnamiens s’est transformée en un test de la résistance occidentale à la progression communiste. La partition du Viêt-Nam le long du 17e parallèle s’étant ensuite institutionnalisée, le Sud Viêt-Nam est devenu la sentinelle avancée de la lutte anticommuniste. Consécutivement, l’Organisation du Traité de l’Asie du Sud-Est, constituée en 1954 à Manille, a consacré la division idéologique de l’Asie du Sud-Est en deux ensembles hostiles.

Ces événements ont eu de fortes incidences sur la perception même du Viêt-Nam. En effet, dans le contexte de la guerre du Viêt-Nam, l’attention s’est portée notamment sur la définition de l’identité vietnamienne, la question étant de savoir lequel des deux gouvernements, celui de Hà-Noi ou celui de Saigon, serait le plus fondé à représenter le vrai Viêt-Nam. Autrement dit, il s’agit de spécifier les bases sur lesquelles doit être construit un État-nation moderne, sur une idéologie (plus précisément sur le communisme ou le capitalisme) ou sur une certaine conception de l’histoire et de la culture. Dans ces débats, l’histoire en particulier est devenue une discipline engagée, et les batailles d’historiens ont pris très tôt l’aspect de batailles politiques, la recherche historique étant conçue par les uns comme un moyen de mettre en accusation le colonialisme occidental, et par les autres comme une contribution à la défense de l’œuvre impériale accomplie. »

extrait de l’article « Le Viêt-Nam : une société unique ? ».

 

Tables des matières :

  • France-Indochine, un siècle de rapports politiques et culturels
  • Le Việt-Nam entre confucianisme et modernité
  • L’élite intellectuelle vietnamienne et le fait colonial dans les premières années du XXe siècle
  • Du rêve mandarinal au chemin de la révolu­tion :  Hồ Chí Minh et l’École Coloniale
  • Le Việt-Nam : une société unique ?
  • L’engagement politique du bouddhisme au Sud-Việt-Nam dans les années soixante
  • 1975 : le mécanisme d’une débâcle
  • Dissensions internes et rénovation
  • Parti communiste et libéralisation économique au Việt-Nam

Nguyên Thê Anh, directeur d’études émérite à l’École Pratique des Hautes Études, nous livre une série d’articles sur quelques points essentiels de l’histoire du XXè siècle au Viêt-Nam, où il a été recteur d’Université.

Source : Les éditions de La Frémillerie