Archives par mot-clé : historiographie

Joël Pham : Travailleurs indochinois – Non à une histoire travestie

[ndlr] A lire sur le site Travailleurs indochinois le billet d’humeur de Joël Pham sur les affabulations médiatiques autour de cette question historique.

Que n’a-t-on pas entendu depuis quelques années quand il était question de la « présentation générale » de l’histoire des travailleurs indochinois de la seconde guerre mondiale. « Histoire cachée », «histoire dissimulée », « histoire enfouie », « histoire méconnue », « histoire occultée », etc… toutes ces formulations incluant, circonstance aggravante dans l’esprit de leurs auteurs, ce sous-entendu définitif… par la France.

Lire la suite : Travailleurs indochinois [pdf en ligne]

Philippe Olivera : « Dans la tête des poilus » (Conférence 2014)

[ndlr] Intervention de l’historien Philippe Olivera sur l’historiographie de la guerre de 1914-1918 et la littérature de témoignage : analyse de l’évolution de l’historiographie du témoignage de guerre et retour sur la controverse française sur la « culture de guerre » (école de Péronne). Présentation sur la chaîne de Jacques Paul.

Invité par la section rennaise de la Ligue des droits de l’Homme, l’Université Rennes II et l’association Histoire deux, l’historien Philippe Olivera démonte [les] dérives de la « nouvelle histoire », qui, depuis la disparition des derniers poilus, entend se mettre dans leur tête, et déformer voire contester leurs témoignages. Il souligne les enjeux historiques et politiques de cette « entreprise d’histoire à succès », d’histoire « décomplexée »… Une conférence salutaire et passionnante.

Pour en savoir plus :

L’expérience historiographique – Autour de Jacques Revel

[ndlr] Parution en février 2016 d’un ouvrage intéressant à avoir dans sa bibliothèque.

LExpérienceHistoriographique_EHESSLa réflexion historiographique interroge les transformations de la conscience historique ainsi que les enjeux de la connaissance et de l’écriture de l’histoire. Jacques Revel a largement contribué aux évolutions historiographies en France, qu’il n’a cessé d’éclairer et d’impulser, tout au long de sa carrière.

Depuis le début des années 1980, la multiplication des débats historiographies a progressivement vu la remise en cause d’un ensemble de convictions scientifiques fortes. La réflexion des historiens s’est d’abord éloignée des certitudes de l’histoire sociale sérielle pour notamment se confronter aux propositions de la microstoria. Plus récemment, le rôle croisant des histoires et des historiographies non européennes a transformé le domaine de la recherche historique. Enfin, l’écriture de l’histoire et ses ressources narratives sont de nouveau au centre de l’attention.

Jacques Revel, historien, est directeur d’études à l’EHESS dont il a été le président de 1995 à 2004. Il a notamment publié Jeux d’échelles (Hautes Études/EHESS, 1995) et Penser par cas avec Jean-Claude Passeron (EHESS, 2006). Ce volume rend hommage à l’influence de son travail, en proposant des études libres sur ce qui fonde le quotidien du métier d’historien.

Antoine Lilti, historien, travaille principalement sur l’histoire et l’historiographie des Lumières. Sabina Loriga, historienne, étudie les rapports entre l’histoire et la biographie, l’histoire et la mémoire, et travaille sur la construction du temps historique. Jean-Frédéric Schaub, historien. Ses recherches portent sur les changements dans les structures politiques de l’Europe occidentale et les empires coloniaux hispaniques. Silvia Sebastiani, historienne, est spécialiste des Lumières écossaises et du monde britannique.

Source : Les Éditions EHESS

Nicolas Mariot : Faut-il être motivé pour tuer ? Sur quelques explications aux violences de guerre

[ndlr] Cet article de Nicolas Mariot, long compte-rendu critique de la nouvelle historiographie sur la « culture de guerre » des deux guerres mondiales, complète notre discussion de la séance 6 du séminaire consacrée au génocide cambodgien sous les Khmers rouges. Plus généralement, il permet d’approfondir notre réflexion sur les violences de guerre en péninsule indochinoise. Il est paru dans la revue Genèses, n° 53, décembre 2003, p. 154-177 et constitue un des documents de travail du séminaire L’ordinaire de la guerre organisé à l’ENS de Lyon. 

L’article est disponible en ligne sur le site du Collectif de Recherche International et de Débat sur la Guerre de 1914-1918 (CRID 14-18) :

Mariot_FautilEtreMotivéPourTuerLien : http://www.crid1418.org/doc/textes/mariot_motive.pdf

 

Pierre Goubert ou comment faire oeuvre d’historien [journée d’études]

[ndlr] Journée d’études à l’ENS de Lyon.

Pierre Goubert ou comment faire oeuvre d’historien

Centenaire de sa naissance

GoubertPierre

le mardi 13 octobre 2015
14h-17h30

Site René Descartes – 15 parvis René Descartes

Salle F08

Son oeuvre ne cesse encore aujourd’hui d’interroger les historiens.

« Comprendre, faire comprendre et faire revivre », c’est ce que Pierre Goubert écrit de sa conception du travail d’historien dans la préface à la réédition de Louis XIV et vingt millions de Français en 1976.

Cette journée d’études sera donc l’occasion de questionner les pratiques de l’historien, en réfléchissant aux différentes voies et aux perspectives ouvertes par Pierre Goubert qui nourrissent encore aujourd’hui la recherche historique.

Journée organisée en partenariat avec le département de sciences sociales de l’École normale supérieure de Lyon et l’association des anciens élèves des ENS de Lyon/Fontenay/Saint-Cloud.

Programme

  • 14h : Présentation de la journée, Thibaut Poirot, agrégé d’histoire (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • 14h15 : « Pierre Goubert et la vie quotidienne d’Ancien Régime paysan », Daniel Roche, professeur honoraire (Collège de France)
  • 14h40 : « Pierre Goubert, historien de la ville moderne », Maurice Garden, professeur honoraire (Lyon 2/ENS Cachan)

Discussion et pause

  • 15h40 : « L’économie de l’Ancien Régime dans l’œuvre de Pierre Goubert », Guillaume Garner, maître de conférences (ENS de Lyon)
  • 16h05 : « Pierre Goubert, historien de la culture ? », Françoise Dartois-Lapeyre, maîtresse de conférences (Paris IV/Espé Paris)
  • 16h30 : « La voix écrite de Pierre Goubert », Nicolas Schapira, maître de conférences HDR (UPEM)

16h55 : Discussion

  • 17h10 : Conclusions par Igor Moullier, maître de conférences, directeur du département des sciences sociales (ENS de Lyon)

Source : ENS de Lyon / Voir aussi : Calenda

A La Fabrique de l’Histoire : Louis XIV 4/4 : Louis XIV vu par l’historien Pierre Goubert ou la révolution historiographique

Notice Wikipedia

Indochina, Thailand, Japan and France during Word War II – International workshop – Tokyo 6/7 Dec. 2014

Un important workshop international s’est déroulé les 6 et 7 décembre 2014 à l’Université de Waseda (早稲田大学) à Tokyo. Organisé par le professeur Masaya Shiraishi de l’Institut de recherche sur l’Asie-Pacifique (WIAPS), il rassembla près de vingt chercheurs japonais, vietnamiens, chinois, taïwanais, thaïlandais et français. Un état des lieux des recherches et un inventaire des fonds d’archives ont été dressés, principalement dans les pays d’Asie et en France. Une seconde édition sera organisée pour établir l’état des recherches et des fonds d’archives en langue anglaise. Ce programme de recherche a pour objectif de renouveler le champ des études sur le Japon et la péninsule indochinoise durant la Seconde Guerre mondiale.

La première journée a été consacrée à l’état des recherches et des fonds d’archives disponibles au Japon, au Viêt-Nam, à Taïwan puis en Chine sur la période 1940-1945. La seconde journée a poursuivi l’investigation en France, en Thaïlande, au Cambodge puis au Laos. Enfin, les recherches sur l’occupation japonaise en Asie du Sud-Est ont été exposées notamment à travers les collections de l’université Waseda sur l’Indonésie, les Philippines ou Singapour. Ces deux jours de réflexion et d’analyse se sont terminés par une discussion générale et les remarques conclusives du professeur Shiraishi sur les futurs développements scientifiques de ce programme. Une prochaine rencontre internationale est d’ores et déjà programmée à Hanoi (Viêt-Nam) à l’automne 2015.

FG

WasedaUniversity_logo

Indochina, Thailand, Japan and France during Word War II: Overview of the Existing Literature and Related Documents for Future Development of Research.

Waseda University Institute of Asia-Pacific Studies (WIAPS) & Kaken Study Team on Japan-Indochina relations

Program of International Workshop December 2014 (update version) – Tokyo

6 December (Sat.)

09:0009:30 Opening Session

  • Brief introduction by the Organizer: Masaya Shiraishi (Waseda University)
  • Welcome speech by GSAPS Dean: Yasushi Katsuma (Waseda University)
Japan-Indochina_WasedaWorkshop_1
Overview of the workshop © 2014 FG

09:3010:15 Keynote speech: moderator Masaya Shiraishi

  • Kenichiro Hirano (Executive Director of Toyo Bunko (The Oriental Library), Professor Emeritus of University of Tokyo and Waseda University; Former Director-General of Japan Center for Asian Historical Records)

Opening remarks: On the use of official documents: Beyond JACAR database

10:3012:00 Japan: moderators Kenichiro Hirano & Masaya Shiraishi

  • Motoo Furuta (University of Tokyo)

Current trend of the study in Japan

  • Kyoichi Tachikawa (National Institute of Defense Studies)

Historical documents related to the relations between Japan and French Indochina during the Second World War collected by the archives in Japan: Diplomatic Archives of the Ministry of Foreign Affairs and National Institute for Defense Studies of the Ministry of Defense

13:3015:00 Vietnam: moderators Nguyen Tien Luc & Junichi Iwatsuki

  • Nguyen Van Kim and Vo Minh Vu (University of Social Sciences and Humanities, Hanoi)

Status of archives and research on Vietnam-Japan relationship during Word War II

Commentators: Nguyen Tien Luc (University of Social Sciences and Humanities, Hochiminh City) & Junichi Iwatsuki (University of Tokyo)

Japan-Indochina_WasedaWorkshop_4
Yi-Ling Lee (Taichung City Government Tourism Bureau) and Yuyama Eiko (Hokkaido University) © 2014 FG

15:1517:30 China/Taiwan: moderator Shinzo Hayase

  • Shiu Wen-tang (Institute of Modern History, Academia SINICA)

A survey of the researches and the archives on the Vietnamese studies in Taiwan

  • Yi-Ling Lee (Taichung City Government Tourism Bureau, formerly Institute of Taiwan History, Academia SINICA) and Eiko Yuyama (Hokkaido University)

Introduction to the materials related to the French Indochina archived in Taiwan

  • Bi Shihong (Yunnan University)

A study of the international relations of Indochina during World War II by mainland China

18:30Reception

Japan-Indochina_WasedaWorkshop_2
Scholars from Vietnam, France, China, and Japan. Prof. Vo Minh Vu, K. Tachikawa, Nguyen Van Kim, […], Nguyen Tien Luc, M. Shiraishi, F. Guillemot, M. Furuta, H. Sasagawa, Bi Shihong © 2014 FG

 * * *

7 December (Sun)

09:0010:30 France: moderators Motoo Furuta & Iwatsuki Junichi

  • Chizuru Namba (Keio University)

An introduction to French research and historical sources concerning Indochina under French-Japanese rule

  • Francois Guillemot (CNRS, Lyons Institute of East Asian Studies)

Knowledge in France of Japan and Indochina (1940-45): Academic works, narratives, and archives

Japan-Indochina_WasedaWorkshop_5
Prof. Namba Chizuru (Keio University) © 2014 FG

10:4512:00 Thailand: Moderator Eiji Murashima

  • Nongluk Limsiri (Institute of Management Panyapiwat)

The studies of Thailand-Japan relations in the context of Japanese presence in Thailand during the World War II

  • Preeyaporn Kantala (Waseda University)

Survey Thai materials in the Second World War: Thai Government records and newspaper

Commentator: Prof. Eiji Murashima (Waseda University)

13:3014:15 Cambodia: Moderator Shinzo Hayase

  • Hideo Sasagawa (Ritsumeikan Asia Pacific University)

Cambodia during World War II: The Status Quo on existing studies and documents

Japan-Indochina_WasedaWorkshop_6
Prof. Sasagawa Hideo (Ritsumeikan Asia Pacific University) © 2014 FG

14:1515:00 Laos: Moderator Eiji Murashima

  • Yoko Kikuchi (Tokyo University of Foreign Studies)

Laos during World War II: Overview of existing literature and related documents

15:1516:00 Japan’s Southeast Asia Policy: Moderator Shiu Wen-tang

  • Shinzo Hayase (Waseda University, Institute of Asia-Pacific Studies)

The compilation of records of the Japanese occupation of Southeast Asia

Japan-Indochina_WasedaWorkshop_3
Scholars from Japan, Taiwan and Thailand. Prof. C. Namba, E. Yuyama, Yi-Ling Lee, Nongluk Limsiri, Preeyaporn Kantala © 2014 FG

16:0017:00 Moderator: Masaya Shiraishi (Waseda University)

  • Summary Discussion

17:0017:15 Closing Remarks: Masaya Shiraishi (Waseda University)

* * *

Exhibition of Related Documents

Collection de documents publiés au Japon sur l’occupation japonaise en Asie du Sud-Est principalement aux Philippines et en Indonésie. On notera les collections photographiques concernant l’Indonésie, la Thaïlande, Singapour ou l’Indochine. Ici quelques images des troupes japonaises à Hanoi, Bac Ninh ou Saigon. © Waseda University / photos FG.

* * *

どうもありがとうございます

Japan-Indochina_WasedaWorkshop_7
Bento’s workshop © 2014 FG

A parcourir : Etudes postcoloniales – Aperçus sur une notion en devenir

[ndlr] En complément de l’introduction sur le cours du Viêt-Nam au XXe siècle, retrouvons ci-après quelques clés de compréhension pour appréhender la diversité des Colonial et Postcolonial Studies. Notre sélection, loin d’être exhaustive, regroupe quelques articles en ligne et une trentaine d’ouvrages (aperçu Google Books).

Pour les études françaises dépassant ce cadre conceptuel, on pourra se reporter à la bibliographie illustrée en ligne de Michel Renard : « Les historien(ne)s du temps colonial. Essai de répertoire hypermédia » (mise à jour le 13/08/2012).

 

Articles en ligne

  • Note sur les fondements des postcolonial studies – Béatrice Collignon

Résumé / Abstract

Longtemps absent dans les sciences sociales françaises, le terme « postcolonial » apparaît de plus en plus fréquemment dans les publications et programmes de rencontres, sous l’impulsion des débats autour de l’héritage de la colonisation et des « indigènes de la République ». Dans ce contexte, cette note présente les principaux traits qui fondent des postcolonial studies telles qu’elles se sont développées dans le monde anglo-saxon depuis une vingtaine d’années. Cette mise au point, à l’usage des géographes entre autres, vise à clarifier les échanges en montrant le décalage entre le post-colonial français et les postcolonial studies.

Long ignored by French social sciences, the term « postcolonial » has recently become popular in academic literature and meetings, in relation to the political debate about colonial legacy and 2nd and 3rd immigrants generations (the so-called « indigènes de la République »). Yet, although the term is the same (« postcolonial »), the meaning it is usually given in France by those who qualify their work as such is quite different from the one it has in the anglo world. In this context, this note aims at clarifying the situation for French geographers and others by presenting briefly some of the main aspects of postcolonial theory.

Référence électronique :

Béatrice Collignon, « Note sur les fondements des postcolonial studies », EchoGéo [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 06 mars 2008, consulté le 23 janvier 2013. URL : http://echogeo.revues.org/2089 ; DOI : 10.4000/echogeo.2089

Lire la suite : http://echogeo.revues.org/2089

 

  • Post-Colonial et Colonial Studies: enjeux et débats – Emmanuelle Sibeud

De tous les développements récents des Cultural Studies, les Post-Colonial Studies sont sans doute le plus mystérieux. Que veut dire être « Post-Colonial »?

S’agit-il d’un nouvel ordre de phénomènes à étudier ou d’un projet théorique et éventuellement politique ? Ces questions sont encore très exotiques en France, mais elles occupent une place importante dans les recherches anglophones. Ainsi le dernier congrès annuel de la Society for French Historical Studies (à Paris au mois de juin 2004) proposait-il un nombre relativement élevé de travaux sur la colonisation française, qui ne se rattachaient certes pas tous aux Post-Colonial Studies, mais qui soulignaient la légitimité qu’elles ont acquise jusque dans les réseaux assez classiques des historiens.

Cet engouement peut surprendre. Les Post-Colonial Studies sont délibérément transdisciplinaires, bardées de références théoriques assez hétérogènes et quelque peu jargonnantes. Elles posent cependant des questions importantes en particulier aux historiens. Peut-on dire que nous vivons dans un monde « Post-Colonial », c’est-à-dire libéré politiquement, économiquement et culturellement des formes coloniales de domination et de leurs éventuels avatars, mais en même temps profondément marqué par cette domination ? Et si tel est le cas, comment rendre compte de la diversité des expériences historiques des ex-colonisés et des ex-colonisateurs en évitant le double écueil d’un éclatement de l’histoire en récits divergents ou, au contraire, de son enfermement dans une logique binaire qui reconduirait sempiternellement l’opposition entre « eux » et « nous »?

Réf. électronique : Emmanuelle Sibeud « Post-Colonial et Colonial Studies: enjeux et débats », Revue d’histoire moderne et contemporaine 5/2004 (no51-4bis), p. 87-95.
URL : www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2004-5-page-87.htm.

Lire la suite : https://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2004-5-page-87.htm

 

  • Que faire des postcolonial studies ? [CR de lecture] – Yves Gounin

A propos de l’ouvrage : La situation postcoloniale. Les postcolonial studies dans le débat français / sous la direction de Marie-Claude Smouts, Paris, Presses de Sciences Po, septembre 2007, 451 p.

Les postcolonial studies sont devenues depuis une vingtaine d’années dans le monde anglo-saxon un domaine d’études à part entière. Elles ont leurs figures tutélaires (Frantz Fanon, Edward Said), leurs grands-prêtres (Gayatri Spivak, Homi Bhabba), leurs anthologies, leurs chapelles… On les enseigne aux États-Unis, en Australie, en Angleterre, mais aussi au Danemark, en Italie, au Mexique. Mais bizarrement, les postcolonial studies sont longtemps restées ignorées en France. Aussi le colloque qui s’est tenu les 4 et 5 mai 2006 au CERI et dont le présent ouvrage est issu constitue-t-il un événement dans les sciences sociales françaises. Pour la première fois en France, des philosophes, des anthropologues, des politologues, des sociologues, des historiens, des professeurs de littérature ont débattu avec une communicative alacrité de la définition, des méthodes et des enjeux de cette approche novatrice.

Quel est l’objet des études postcoloniales ? Pour certains, elles devraient se borner à décrire le monde de l’après-colonialisme. Il s’agirait d’aller débusquer les séquelles de la colonisation aussi bien dans les ex-colonies (néocolonialisme, échange inégal, État importé, etc.) que dans les ex-métropoles. Cet aspect-là n’est pas le moins intéressant et a d’ailleurs déjà donné lieu, en France, à des recherches très stimulantes de la part de chercheurs qui ne se revendiquent pas expressément des postcolonial studies. Tel est l’objet de l’ouvrage capital La fracture coloniale où les auteurs, Pascal Blanchard, Nicolas Bancel et Sandrine Lemaire, s’emploient, comme l’indique leur sous-titre à décrypter la société française contemporaine « au prisme de l’héritage colonial ».

Lire la suite du CR : https://www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2008-3-page-145.htm

 

  • Introduction to Postcolonial Studies – by Deepika Bahri, Fall 1996

The Postcolonial Studies website (PS) is a project in progress at the English Department at Emory University.

The field of Postcolonial Studies has been gaining prominence since the 1970s. Some would date its rise in the Western academy from the publication of Edward Said’s influential critique of Western constructions of the Orient in his 1978 book, Orientalism. The growing currency within the academy of the term « postcolonial » (sometimes hyphenated) was consolidated by the appearance in 1989 of The Empire Writes Back: Theory and Practice in Post-Colonial Literatures by Bill Ashcroft, Gareth Griffiths, and Helen Tiffin. Since then, the use of cognate terms « Commonwealth » and « Third World » that were used to describe the literature of Europe’s former colonies has become rarer. Although there is considerable debate over the precise parameters of the field and the definition of the term « postcolonial, » in a very general sense, it is the study of the interactions between European nations and the societies they colonized in the modern period. The European empire is said to have held sway over more than 85% of the rest of the globe by the time of the First World War, having consolidated its control over several centuries. The sheer extent and duration of the European empire and its disintegration after the Second World War have led to widespread interest in postcolonial literature and criticism in our own times.

Read more : http://www.english.emory.edu/Bahri/Intro.html

 

  • Les postcolonial studies – Retour d’empires – Nicolas Journet ( Revue Sciences humaines, 15/06/2011)

Le postcolonial ne désigne pas seulement ce qui vient après les colonies, mais un genre d’études issu de la critique des sources occidentales du savoir et de l’histoire. Est donc postcolonial tout objet qui résiste à ce regard colonial, ou que l’on décrit comme tel.

Lire la suite (article payant) : http://www.scienceshumaines.com/les-postcolonial-studies-retour-d-empires_fr_14840.html

 

Colloques, Recherche, Réseaux

  • Des analyses « Tiers-mondistes » aux « Postcolonial Studies » – théories critiques du pouvoir et revendications politiques (UQAM, annonce de colloque 1er et 2 septembre 2011)

En moins d’une trentaine d’années, les postcolonial studies se sont imposées comme des approches théoriques incontournables dans l’ensemble des disciplines des sciences sociales. Leur enseignement est désormais institutionnalisé dans les universités anglophones états-uniennes en particulier (Parry, 2006) et elles font, depuis peu, l’objet d’importants débats dans le champ universitaire francophone comme en témoigne les traductions récentes des travaux de K. Bhabha (2007), de G. Spivak (2009), de D. Chakrabarty (2009) ou encore la multiplication d’ouvrages en français plus ou moins polémiques sur la question (Smouts, 2007 ; Amselle, 2009 ; Bayart, 2010 ; Bernault et al., 2010 ; Lacoste, 2010).

Cette pensée critique émerge dans les départements littéraires des universités américaines à la fin des années 80 (Ashcroft) et s’inspire tout à la fois de la critique de l’Orientalisme d’Edward Saïd (Saïd, 1978), de la French theory poststructuraliste (Derrida, Foucault, Deleuze et Lyotard), des cultural studies (S. Hall ; P. Gilroy) et des historiens des subaltern Studies (Guha, 1982). Il s’agit donc d’emblée d’un courant de pensée multidisciplinaire.

Les théories postcoloniales partagent cependant un certain nombre d’objectifs et de postulats communs. Au nombre des objectifs, elles se proposent en particulier de rompre avec la conception hégémonique – occidento-centrique et/ou eurocentrique – du progrès et de la modernité, héritée simultanément de l’humanisme des Lumières, de la construction de l’Étatnation et de la colonisation. Cette rupture s’imposerait notamment pour dépasser les historiographies dominantes – colonialiste, nationaliste et/ou marxiste – qui en plus d’instrumentaliser les contestations populaires, marginaliseraient les subaltern (Dipesh Chakrabarty). Par opposition, les théories postcoloniales préconisent une approche « par le bas », centrée sur ces subaltern, leur conscience et leur capacité d’agir (agency), plutôt que sur le point de vue des institutions et des « élites », y compris nationalistes ou militantes.

Lire la suite : CEDIM/UQAM

 

  •  The Postcolonial Film Series: (starting January 8, 2013) – PCI Project

On January 8, 2013, the Postcolonial Initiative PCI Utrecht starts its third postcolonial film series with a selection of films that draw on a variety of different contexts in our postcolonial world. The series will be organized annually between January and June and invites all interested in our European postcolonial present and the representation of its political, cultural and aesthetic realities and challenges. We want to explore, through visual representations and cinematographic narratives, how these realities are analyzed and re-imagined in contemporary film. Each film will be introduced briefly by scholars connected to the PCI and we hope to chat in the bar afterwards.

Lire la suite : http://www.postcolonialstudies.nl/

 

  • Quelques centres et réseaux de recherche

Centre d’Enseignement et de Recherche en Etudes Postcoloniales (CEREP) – Faculté de Philosophie et Lettres. Université de Liège, Belgique

Centre for Colonial and Postcolonial Studies – University of Sussex, UK

Centre for Cultural, Literary and Postcolonial Studies (CCLPS) – SOAS. University of London, UK

Centre for Postcolonial and Globalisation Studies – University of South Australia

Centre for Postcolonial Studies – Goldsmiths. University of London, UK

Colonial and Post Colonial Studies – Worldwide Universities Network

Frankfurt Research Center for Postcolonial Studies (FRCPS) – Goethe-Universität Frankfurt am Main

Institute for Colonial and Postcolonial Studies (ICPS) – Faculty of Arts. University of Leeds, UK

The Postcolonial Studies Association (PSA) – Professional organisation. Doncaster, South Yorkshire, UK

Postcolonial Studies Research Network – Division of Humanities, University of Otago, New Zealand

The Institute of Postcolonial Studies (IPS) – Independent organisation. Melbourne, Australia

The Stockton Postcolonial Studies Project Home – Digital research project of The Richard Stockton College of New Jersey, USA

 

Débat et lectures

  • La situation postcoloniale : les postcolonial studies dans le débat français

L’irruption des postcolonial studies dans le débat français, sur fond de malaise dans les banlieues, s’accompagne de malentendus. Cette approche, venue des universités anglophones, est tantôt évoquée pour dénoncer la lenteur de la France à prendre en considération les réalités postcoloniales, tantôt repoussée comme une mise en accusation du passé, dangereuse pour la cohésion nationale. Mais rares sont ceux qui, en France, connaissent vraiment ces écrits, leur genèse et leur évolution.

Cet ouvrage sans équivalent présente de façon contradictoire mais dépassionnée les principaux auteurs, concepts et problématiques des postcolonial studies. Il en fait l’examen critique et discute à plusieurs voix leur pertinence pour la situation française actuelle.

Penser en termes postcoloniaux ne signifie pas se crisper avec amertume sur le passé et creuser des oppositions négatives. Cela conduit au contraire à penser la diversité de la société française dans la « Relation » et la convergence des histoires. L’exercice est nécessaire, et il y a urgence. – 4e de couverture- (date de publication : septembre 2007)

A écouter sur France Culture (La Fabrique de l’histoire)

 

  •  Lectures en ligne (sélection Google books, aperçu de la diversité des approches)

A Companion to Postcolonial Studies (2005)

A Critique of Postcolonial Reason: Toward a History of the Vanishing Present (1999)

Against the Postcolonial: Francophone Writers at the Ends of the French Empire (2005)

Coloniality at Large: Latin America and the Postcolonial Debate (2008)

Critical Theory And Performance (2007): see Postcolonial Studies, p. 67-70

Crossing Borderlands: Composition and Postcolonial Studies (2004)

Deconstruction and the Postcolonial: At the Limits of Theory (2007)

Encyclopedia Of Postcolonial Studies (2001)

Exegesis in the Making: Postcolonialism and New Testament Studies (2011)

Exploring Postcolonial Biblical Criticism: History, Method, Practice (2012)

Interdisciplinary Measures: Literature and the Future of Postcolonial Studies (2008)

La construction du discours colonial – L’empire français aux XIXe et XXe siècles (2009)

Les études postcoloniales: un carnaval académique (2010)

Lineages of Political Society: Studies in Postcolonial Democracy (2011)

Linked Histories: Postcolonial Studies In A Globalized World (2005)

Mapping Subaltern Studies and the Postcolonial (2012)

Marxism, Modernity and Postcolonial Studies (2002)

Nationalism and Cultural Practice in the Postcolonial World (1999)

Post-Colonial Cultures (2005)

Post-Colonial Studies: The Key Concepts (2000) and Post-colonial Studies: The Key Concepts, 2nd edition (2007)

Post-colonial Women Writers: New Perspectives (2008)

Postcolonial Approaches to the European Middle Ages: Translating Cultures (2005)

Postcolonial Biblical Criticism: Interdisciplinary Intersections (2005)

Postcolonial Challenges in Education (2009)

Postcolonial Contraventions: Cultural Readings of Race, Imperialism, and transnationalism (2003)

Postcolonialism, Feminism and Religious Discourse (2002)

Postcolonial Literary Studies: The First Thirty Years (2011)

Postcolonial Representations: Women, Literature, Identity (1995)

Postcolonial Studies: A Materialist Critique (2004)

Postcolonial Theory and the United States: Race, Ethnicity, and Literature (2000)

Reconstructing Hybridity: Post-Colonial Studies in Transition (2007)

Terror and the Postcolonial: A Concise Companion (2010)

The Cambridge Companion to Postcolonial Literary Studies (2004)

The Politics of the Female Body: Postcolonial Women Writers (2006)

The Post-Colonial Studies Reader (1995)

The Postcolonial Science and Technology Studies Reader (2011)

The Postcolonial Unconscious (2011)

The Pre-Occupation of Postcolonial Studies (2000)

Transnational French Studies: Postcolonialism and Littérature-monde (2010)

Travel Writing and Empire: Postcolonial Theory in Transit (1999)

Visual Difference: Postcolonial Studies and Intercultural Cinema (2011)

Péninsule n° 64 : Etudes khmères ? 1 – Outils pour une approche du Cambodge contemporain

[ndlr] La revue Péninsule consacre deux numéros au renouvellement des Etudes khmères en France. Le premier numéro intitulé « Outils pour une approche du Cambodge contemporain » vient de paraître. Il propose en neuf tableaux un parcours pluridisciplinaire dans l’histoire et la société du Cambodge contemporain. Il s’agit de faire le point sur les thématiques privilégiées par la khmérologie actuelle. Les analyses sur l’historiographie et la religion côtoient l’histoire quantitative ou la science-politique et s’intéressent aux récentes transformations culturelles, urbaines, spatiales et économiques de ce pays.

Cette initiative est le fruit d’un colloque organisé conjointement par l’Association d’Echanges et de Formation pour les Etudes Khmères (AEFEK), l’Institut National des Langues et Civilisations orientales (INALCO) et le Centre Asie du Sud-Est (CASE) du CNRS. Rappel ci-dessous des résumés en ligne sur le site de la revue Péninsule.

 

I. Les cadres culturels hérités

L’emprunt et l’empreinte culturelle khmère

Jacques DOLIAS, Docteur en études khmères (INALCO).

La société cambodgienne marque sa vitalité et son originalité par la manière dont elle a adopté les mythes, récits et légendes empruntés, qu’ils proviennent de l’Hindouisme (exemple du dieu Viśvakarman) ou du Bouddhisme (témoignage de la déesse Terre Braḥ Dharaṇī peu avant l’illumination du Bouddha). Elle a réajusté les emprunts à l’aune de son propre univers légendaire et animiste. Dans leurs choix, les Khmers n’ont pas manqué non plus de reconnaître quelques-uns des éléments mythologiques ou religieux orientaux que les anciennes populations austro-asiatiques véhiculèrent d’est en ouest, dont certains furent intégrés aux mythes indiens.

De la religion au Cambodge comme phénomène historique

Alain FOREST, Professeur à l’Université Paris-VII-Denis Diderot.

Cet article présente un essai d’histoire religieuse du Cambodge, à paraître aux éditions Les Indes savantes (Paris, 2012). Il s’agit, d’une part, de tenter une histoire ‘générale’, des origines à nos jours – en étant conscient des limitations d’un tel projet ; d’autre part, d’établir un lien constant entre histoire religieuse et histoire de la société cambodgienne. L’ouvrage épouse les données classiques concernant la chronologie des grands mouvements religieux au Cambodge tout en accordant une attention particulière aux synthèses entre ces grands mouvements et les expressions populaires locales. Il met ainsi en lumière la capacité enveloppante du bouddhisme mais aussi quelques-unes de ses limites : le rapport à l’animalité, le devenir des défunts… Il interroge également la portée socio-politique des réformes du bouddhisme depuis le début du XXe siècle.

* * *

II. Du protectorat à l’indépendance

Gens de la rizière à l’époque du protectorat français. Essai d’histoire quantitative sur l’accès à la terre des paysans khmers

Mathieu GUÉRIN, chargé de recherche au Centre de Recherche en Histoire Quantitative, UMR 6583 CNRS.

Le traitement des archives cambodgiennes et françaises sur la période du protectorat français au Cambodge par les méthodes de l’histoire quantitative permet d’aller bien au-delà de la récolte des informations contenues dans les sources. L’utilisation des documents fiscaux, judiciaire et administratif émis par les administrateurs cambodgiens et français de Kompong Thom au début des années 1930, permet ainsi de montrer que l’accès à la terre n’était pas assuré pour tous, mais aussi que les femmes pouvaient jouer un rôle important en tant que chef d’exploitation agricole ou encore que la société villageoise cambodgienne était largement dominée par les hommes de la tranche d’âge 40-60 ans.

Relire l’historiographie des Cambodgiens

David CHANDLER, Professeur émérite à l’Université de Monash.

L’historiographie cambodgienne, traditionnellement limitée au genre des chroniques royales (rājabaṅsāvatār), a pris son envol sous le régime de Lon Nol (1970-1975), avant de s’altérer sous les Khmers Rouges (1975-1979) lorsque les gens du commun ont été forcés de penser à eux-mêmes ainsi qu’à leur société en des termes narratifs. Aujourd’hui libérée des contraintes de son cadre traditionnel, l’histoire nationale cambodgienne revêt un intérêt plus grand qu’il ne l’a jamais été pour la plupart des Khmers.

 Khmers et autochtones : des études orientalistes aux idéologies ethnonationalistes

Catherine SCHEER, doctorante en ethnologie, Centre Asie du Sud-Est, CNRS/EHESS, UMR 8170.

Cet article se propose d’étudier la place qui fut attribuée au Cambodge à ceux qu’on regroupe aujourd’hui sous le titre de « minorités autochtones nationales ». Avant d’aborder des thèses ethno-nationalistes forgées par les élites cambodgiennes depuis l’indépendance, il s’agira de retourner à des travaux de khmérologues qui leur ont servi de sources d’inspiration. On peut enfin s’interroger sur l’influence que de telles constructions idéologiques ont pu avoir sur la manière dont ces minorités définissent aujourd’hui leur identité au sein de la nation khmère.

* * *

III. Les bouleversements urbains

À la recherche des savoirs urbains. Les enjeux socio-spatiaux du marché du logement à Phnom-Penh

Gabriel FAUVEAUD, doctorant en géographie, ATER à l’IEDES, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8586-PRODIG.

L’accélération des investissements immobiliers locaux engendre une transformation rapide des espaces urbains de Phnom Penh. Au-delà des stratégies économiques, l’organisation des échanges et de la construction de logements sont tributaires de l’accès à certaines ressources socio-spatiales. La mobilisation par les individus et les groupes de leur capital spatial, la sollicitation de leurs réseaux socio-spatiaux et la captation d’informations territoriales semblent être des enjeux de premier plan dans le déploiement des
stratégies immobilières.

Siem Reap : processus et enjeux de la fabrication d’une ville touristique

Adèle ESPOSITO, docteur de l’Université Paris Ouest-Nanterre. Laboratoire IPRAUS de l’ENSAPB

La ville de Siem Reap, située aux portes du site d’Angkor, connaît, depuis l’inscription de ce dernier dans la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO (1992), un développement sans précédents. L’article examine les processus de fabrication urbaine qui mettent en échec les nombreux documents de planification proposés par des experts de la coopération internationale. L’analyse des démarches et des logiques de l’activité constructive offre des clés de compréhension, en montrant que promoteurs et investisseurs élaborent des procédures qui contournent le cadre réglementaire et leur permettent d’accéder à un véritable pouvoir de transformation de la ville.

Des bidonvilles aux nouveaux-villages (bhūmi, dī kruṅ, bhūmi thmī). Sémantique des nouvelles formes urbaines du Cambodge et ses enseignements géographiques

Julie BLOT, Doctorante en géographie et ATER à l’Université Paris- Sorbonne, Laboratoire ENeC (UMR 8185).

Cet article se penche sur la géographie khmère à travers les termes désignant à la fois les entités traditionnelles, telles que la ville et le village, mais aussi de nouveaux espaces comme la banlieue et le bidonville. Quant aux « sites de relocalisation », créés pour accueillir les bidonvillois chassés du centre-ville, la langue peine à traduire une réalité apparue trop brutalement. Les mots désignant ces lieux nous renseignent sur la façon dont les Cambodgiens perçoivent les mutations urbaines contemporaines.

* * *

IV. Bilan économique

Le Cambodge entre réalité économique et fiction statistique (1990-2010)

Marie-Sybille de VIENNE, professeur des universités, INALCO, directrice du Centre d’études sur l’Asie du Sud et du Sud-est (ASIES EA 4512)

En 1970, le profil productif élémentaire (corrélation du PNB et du PNB/capita) du Cambodge le situait dans la même catégorie que le Sri
Lanka, dans une position voisine de celle du Cameroun. La même opération effectuée à l’année 2010 révèle un profil comparable à celui du Mali, loin derrière les deux pays précédemment cités. Pour autant, une plus ample analyse statistique, couplée à un passage sur le terrain, montre une activité économique n’ayant que peu à voir avec celle du Mali, alimentée par des investissements étrangers (IDE) qui, cumulés, représentent près de 60% du PNB : le Cambodge se retrouve ainsi au 4e rang de l’ASEAN. Qui plus est, les flux d’aide au développement sont supérieurs aux IDE. Quel est donc l’incidence de ce double apport en capitaux sur l’économie cambodgienne ?

Documents en ligne en pdf :

Source : Revue Péninsule

La nouvelle historiographie sur Ngô Đình Diệm et la Première République du Viêt-Nam

Depuis une dizaine d’années, les recherches sur la Première République du Viêt-Nam (1955-1963) de Ngo Dinh Diem se sont considérablement développées. Les études américaines cherchent à comprendre l’engagement américain et le départ de la guerre au Viêt-Nam. Elles réexaminent également le fonctionnement du régime et la personnalité du Président de la Première République. Elles s’intéressent aux conséquences de la chute de Diem (assassiné avec son frère Nhu le 2 novembre 1963) et au rôle des services américains auprès du régime sudiste.

De leur côté, les récentes études vietnamiennes ou témoignages de personnalités proches de Diem tendent à revaloriser le rôle de ce leader et de son régime auparavant fortement critiqués dans les mémoires du général Do Mau (1986), lui-même impliqué dans le coup d’Etat de novembre 1963.

Notons que deux nouvelle études américaines sont à paraitre en 2013 (Chapman et Miller).

  • Chapman, Jessica M., Cauldron of Resistance: Ngo Dinh Diem, the United States, and 1950s Southern Vietnam, Ithaca, Cornell University Press, 2013 (à paraître).
  • Catton, Phillip E., Diem’s final failure. Prelude to America’s war in Vietnam, Lawrence, University Press of Kansas, Modern War Studies, 2003, 312 p. See presentation ; book review by Edward Miller

Often portrayed as an inept and stubborn tyrant, South Vietnamese president Ngo Dinh Diem has long been the subject of much derision but little understanding. Philip Catton’s penetrating study provides a much more complex portrait of Diem as both a devout patriot and a failed architect of modernization. In doing so, it sheds new light on a controversial regime.

Catton treats the Diem government on its own terms rather than as an appendage of American policy. Focusing on the decade from Dien Bien Phu to Diem’s assassination in 1963, he examines the Vietnamese leader’s nation-building and reform efforts—particularly his Strategic Hamlet Program, which sought to separate guerrilla insurgents from the peasantry and build grassroots support for his regime. Catton’s evaluation of the collapse of that program offers fresh insights into both Diem’s limitations as a leader and the ideological and organizational weaknesses of his government, while his assessment of the evolution of Washington’s relations with Saigon provides new insight into America’s growing involvement in the Vietnamese civil war.

Focusing on the Strategic Hamlet Program in Binh Duong province as an exemplar of Diem’s efforts, Catton paints the Vietnamese leader as a progressive thinker trying to simultaneously defeat the communists and modernize his nation. He draws on a wealth of Vietnamese language sources to argue that Diem possessed a firm vision of nation-building and sought to overcome the debilitating dependence that reliance on American support threatened to foster. As Catton shows, however, Diem’s plans for South Vietnam clashed with those of the United States and proved no match for the Vietnamese communists.

Catton analyzes the mutually frustrating interactions between Diem and the administrations of Eisenhower and Kennedy, and reveals patterns in this uneasy alliance that have eluded other observers. He also clarifies many of the problems, setbacks, and miscalculations experienced by the communist movement during that era.

Neither an American puppet, as communist propaganda claimed, nor a backward-looking mandarin, according to Western accounts, Catton’s Diem is a tragic figure who finally ran out of time, just a few weeks before JFK’s assassination and at a moment when it still seemed possible for America to avoid war.

  • Hoang Ngoc Thanh & Than Thi Nhan Duc, Why the Vietnam war? President Ngo Dinh Diem and the US: His Overthrow and Assassination, Tuan-Yen & Quan-Viet Mai-Nam Publishers, 2001, 562 p.
  • Jacobs, Seth, America’s Miracle Man in Vietnam: Ngo Dinh Diem, Religion, Race, and U.S. Intervention in Southeast Asia, Durham, Duke University Press Books, 2005, 392 p. See the book presentation ; see the Roundtable on H-Diplo (pdf) ; and the book review by Nick Cullather (pdf). For other articles by the same author, see its own page at Boston College.

America’s Miracle Man in Vietnam rethinks the motivations behind one of the most ruinous foreign-policy decisions of the postwar era: America’s commitment to preserve an independent South Vietnam under the premiership of Ngo Dinh Diem. The so-called Diem experiment is usually ascribed to U.S. anticommunism and an absence of other candidates for South Vietnam’s highest office. Challenging those explanations, Seth Jacobs utilizes religion and race as categories of analysis to argue that the alliance with Diem cannot be understood apart from America’s mid-century religious revival and policymakers’ perceptions of Asians. Jacobs contends that Diem’s Catholicism and the extent to which he violated American notions of “Oriental” passivity and moral laxity made him a more attractive ally to Washington than many non-Christian South Vietnamese with greater administrative experience and popular support.

A diplomatic and cultural history, America’s Miracle Man in Vietnam draws on government archives, presidential libraries, private papers, novels, newspapers, magazines, movies, and television and radio broadcasts. Jacobs shows in detail how, in the 1950s, U.S. policymakers conceived of Cold War anticommunism as a crusade in which Americans needed to combine with fellow Judeo-Christians against an adversary dangerous as much for its atheism as for its military might. He describes how racist assumptions that Asians were culturally unready for democratic self-government predisposed Americans to excuse Diem’s dictatorship as necessary in “the Orient.” By focusing attention on the role of American religious and racial ideologies, Jacobs makes a crucial contribution to our understanding of the disastrous commitment of the United States to “sink or swim with Ngo Dinh Diem.”

  • Jacobs, Seth, Cold War Mandarin: Ngo Dinh Diem and the Origins of America’s War in Vietnam, 1950-1963, Rowman & Littlefield Publishers, 2006, 220 p.

For almost a decade, the tyrannical Ngo Dinh Diem governed South Vietnam as a one-party police state while the U.S. financed his tyranny. In this new book, Seth Jacobs traces the history of American support for Diem from his first appearance in Washington as a penniless expatriate in 1950 to his murder by South Vietnamese soldiers on the outskirts of Saigon in 1963.

Drawing on recent scholarship and newly available primary sources, Cold War Mandarin explores how Diem became America’s bastion against a communist South Vietnam, and why the Kennedy and Eisenhower administrations kept his regime afloat. Finally, Jacobs examines the brilliantly organized public-relations campaign by Saigon’s Buddhists that persuaded Washington to collude in the overthrow–and assassination–of its longtime ally.

In this clear and succinct analysis, Jacobs details the « Diem experiment, » and makes it clear how America’s policy of « sink or swim with Ngo Dinh Diem » ultimately drew the country into the longest war in its history.

  • Miller, Edward, « Vision, Power, and Agency: The Ascent of Ngo Dinh Diem, 1945-54 », Journal of Southeast Asian Studies, Vol. 35, No. 3, 2004, pp. Pdf online at Viet Studies.
  • Miller, Edward, Misalliance: Ngo Dinh Diem, the United States, and the Fate of South Vietnam, Harvard University Press, 2013 (à paraître).
  • Moyar, Mark, Triumph forsaken. The Vietnam war, 1954-1965, Cambridge – New York, Cambridge University Press, 2006, 512 p.
  • Nashel, Jonathan, Edward Lansdale’s Cold War, University of Massachusetts Press, 2005, 278 p. (sur le conseiller de Diem à son arrivée au pouvoir)
  • Shidler, Derek, « Vietnam’s changing historiography: Ngo Dinh Diem and the America’s leadership ». This paper was written for Dr. Shelton’s History 5000, Historiography, in the fall of 2008: online article

 

Quelques études ou témoignages récents en langue vietnamienne :

  • Minh Võ, Ngô Đình Diệm và Chính Nghĩa Dân Tộc, California, Hồng Đức, 2008, 450 tr.
  • Minh Võ, Hồ Chí Minh, Ngô Đình Diệm và cuộc chiến Quốc – Cộng (Tâm Sự Nước Non 2), Diễn Đàn Giáo Dân/ Tiếng Quê Hương, 2011, 430 tr.
  • Ngô Đình Châu, Chính biến 1-11-1963  Tổng Thống Ngô Đình Diệm, California, Thằng Mõ, 2009, 330 tr.
  • Nguyễn Hữu Duệ, Nhớ lại những ngày ở cạnh Tổng Thống Ngô Đình Diệm, San Diego, cA, 2003, 270 tr.
  • Nguyễn Văn Lục, Một thời để nhớ. Những sự thật về cố Tổng Thống Ngô Đình Diệm và nền Ðệ Nhất Cộng Hòa, California, Nguyệt San Diễn Đàn Giáo Dân, 2011, 396 tr.
  • Nguyễn Văn Minh, Dòng họ Ngô Đình ước mơ chưa đạt, Garden Grove, Hoàng Nguyên xuất bản, tái bản lần thứ ba, 2-2004.
  • Phạm Văn Lưu & Nguyễn Ngọc Tấn, Ðệ Nhất Cộng Hòa Việt Nam, 1954-1963: Một cuộc cách mạng, Melbourne – Los Angeles – Paris, Center for Vietnamese Studies, 2005, 229 tr.
  • Văn Bia, Đời một phóng viên và những ngày chung sống với Chí Sĩ Ngô Đình Diệm. Hồi Ký của Ký Giả Văn Bia, Lê Hồng XB, 2001, 360 tr.
  • Vĩnh Phúc, Những Huyền Thoại và sự thật về chế độ Ngô Đình Diệm, California, Văn Nghệ, 1998, 482 tr. [réédité en 2006].