Archives par mot-clé : historien

« Tạ Chí Đại Trường, la lucidité d’un regard historien » par Nguyễn Thế Anh [1993]

[ndlr] A l’occasion du décès de l’historien Tạ Chí Đại Trường le 24 mars dernier et pour lui rendre hommage nous reproduisons ci-dessous un texte du Professeur Nguyễn Thế Anh, également historien, paru initialement en 1993 dans Le Médecin du Viêt Nam. Ce texte a contribué à faire connaître en France et aux États-Unis les travaux de recherche de Tạ Chí Đại Trường. Texte retranscrit ici avec l’autorisation de l’auteur que nous remercions chaleureusement.

TaChiDaiTruong_VanMieu

Tạ Chí Đại Trường, la lucidité d’un regard historien

Nguyễn Thế Anh

1993

Originaire du Bình Định mais venu au monde à Nha Trang, Tạ Chí Đại Trường porte la marque du cadre géographique de sa naissance, son père, lettré confucéen, ayant en effet voulu que son nom soit composé des deux principaux toponymes de la province de Khánh Hòa, le mont Đại Lãnh et la rivière Trường Giang. Son enfance passée dans une région particulièrement empreinte des souvenirs historiques du Nam Tiến (la progression du peuple vietnamien en direction du Sud) a en tout cas contribué à déterminer une vocation dont rien ne peut l’écarter depuis qu’il l’a choisie. Faisant partie des toutes premières promotions d’étudiants en histoire de la Faculté des Lettres de Saigon, il tranche déjà sur les autres par l’originalité de sa pensée. Le mémoire qu’il rédige en 1964 pour l’obtention du diplôme d’études supérieures en histoire le fait remarquer par la hardiesse de ses conceptions et la largeur de ses vues : s’appuyant sur une utilisation exhaustive des anciens documents, il y expose les tenants et les aboutissants d’une situation de guerre civile qui a débuté en réalité bien avant le XVIIIe siècle pour ne se terminer qu’en 1802. Cette étude doit être couronnée en 1970 par un premier prix littéraire en République du Việt Nam, avant d’être publiée sous le titre « Histoire de la guerre civile au Việt Nam de 1771 à 1802 ». Mais elle va aussi, après 1975, valoir à son auteur toute une série de critiques acerbes de la part des auteurs marxistes de Hà Nội s’érigeant en seuls détenteurs de la vérité, tellement ses analyses attentives à la rigueur historique se démarquent d’une interprétation orientée idéologiquement. Leur sévérité n’empêche pas du reste ces censeurs de faire de larges emprunts, bien entendu inavoués à un ouvrage qu’ils ne cessent d’éreinter.

TaChiDaiTruong_ouvrages

Mobilisé en 1964 comme tant d’autres enseignants du secondaire de sa génération, Tạ Chí Ðại Trường va passer les dix années suivantes sous les drapeaux : c’est seulement vers la fin de cette période qu’une affectation à l’État-major, au bureau du service historique de l’armée, vient apporter un certain adoucissement à son sort. Il continue cependant, malgré la servitude militaire, à mener des recherches sur l’histoire monétaire du XVIIIe siècle, à laquelle ses connaissances numismatiques l’ont poussé à s’intéresser. Il rédige en même temps une thèse de doctorat sur le soldat colonial en Cochinchine (1862-1945) : elle ne sera pas soutenue, la chute de Saigon survenant alors qu’il y met la dernière main1. Il vient à peine d’être rendu à la vie civile quand la victoire des troupes du Nord-Vietnam impose le régime communiste sur le Sud. Son ancien grade de capitaine lui vaut à ce moment une période interminable de « rééducation », de 1975 à 1981. Les souffrances physiques et morales endurées ne réussissent pourtant pas à l’abattre ; elles lui permettent au contraire d’affiner son regard sur les hommes et les choses, et les notes qu’il a prises au long de cette détention constituent un témoignage lucide d’historien, sans haine ni passion, sur toute la malédiction qu’implique la formule Vae Victis ! Il est à souhaiter que ces notes puissent être publiées un jour2. Après sa libération, Tạ Chí Ðại Trường trouve, pour subsister, un travail d’ouvrier à la coopérative de fabrique de papier Ðồng Tháp (Saigon), puis à partir de 1987, un emploi de correcteur d’épreuves dans une imprimerie. TCDT_BaiSuKhacChoVNDepuis mai 1991, il est au chômage, vivotant grâce à des commandes de traduction de romans policiers occidentaux. A cette « prolétarisation » correspond toutefois la phase la plus productive de sa vie, car l’adversité l’a extraordinairement mûri, tout en l’incitant à prendre courageusement le contre-pied des thèses et hypothèses aventureuses de l’école officielle. Il en est résulté des études et articles proposant des vues tout à fait neuves sur différents aspects de l’histoire du Việt Nam, et qui ont pu être connus à l’extérieur du pays par l’entremise d’amis dévoués. L’ouvrage intitulé « Les génies, l’homme et la terre vietnamienne »3, notamment, est une admirable synthèse d’histoire des mentalités qui éclaire l’évolution des croyances populaires dans la société vietnamienne.

Tạ Chí Ðại Trường se propose dans un proche avenir d’étudier l’histoire de la formation de la principauté méridionale des Nguyễn et de redresser les erreurs d’interprétation qui n’en finissent pas d’être proférées sur le XVIIème et XVIIIème siècles. Il ne renonce donc toujours pas  à perpétuer la tradition antique des historiens dignes de ce nom, celle qui conduit au refus de se plier devant la force.

Nguyễn Thế Anh, historien, Directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études (Sorbonne-Paris).

TCDT_nhung_bai_da_su_vietTexte paru dans Le Médecin du Việt Nam, journal de l’Association des Médecins du Viêt Nam, n° 8, V-VI/1993, p. 13 puis reproduit sur la couverture de l’ouvrage Những bài dã sử Việt, California, Thanh Văn, 1996.

Image « à la une » : illustration de couverture de la 3e réédition de Thần, người và đất Việt à Hanoi en 2013.

Notes

  1. Un chapitre en a été extrait pour être publié dans la revue Văn Lang (Westminster, California), n° 1, 1991, pp. 65-87, sous le titre « Le recrutement militaire en Cochinchine pendant la Première guerre mondiale » []
  2. Ðã in dưới tựa đề Một khoảnh VNCH nối dài, Thanh Văn XB, 1993 (Chú, 1995) []
  3. Thần, người và đất Việt, Westminster, CA, Văn Nghệ, 1989, 397 p. []

Décès de l’historien Tạ Chí Đại Trường (1935-2016)

[ndlr] Le quotidien Nguoi Viet, depuis la Californie, a annoncé de décès de l’historien vietnamien Tạ Chí Đại Trường à l’âge de 81 ans à Ho Chi Minh-Ville.

Nhà Sử Học Tạ Chí Đại Trường qua đời tại Sài Gòn

WESTMINSTER (NV) – Nhà sử học, nhà nghiên cứu văn hóa Việt Nam, ông Tạ Chí Đại Trường, vừa qua đời tại Sài Gòn, thọ 81 tuổi. Người chị dâu của ông Tạ Chí Đại Trường, là bà Nguyễn Thị Minh Hiền, xác nhận với Người Việt tin này.

Theo bà Minh Hiền, ông Tạ Chí Đại Trường mất vào khoảng từ 4 giờ đến 4:30 sáng ngày 24 tháng Ba (giờ Việt Nam), tại tư gia ở Quận 5 của người anh ruột, là ông Tạ Chí Đông Hải.

Bà Minh Hiền cho biết ông Tạ Chí Đại Trường sinh năm 1935 (nhưng trên giấy tờ ghi 21 tháng Sáu, 1938), tại tỉnh Bình Định. Và vì ông có quốc tịch Hoa Kỳ nên gia đình phải khai báo để cơ quan hữu trách thực hiện khám nghiệm tử thi. Gia đình cho biết người quá cố sẽ được hỏa thiêu tại Việt Nam.

Bác Sĩ Ngô Thế Vinh, tác giả “Vành Đai Xanh” và “Cửu Long Cạn Dòng, Biển Đông Dậy Sóng,” nói với Người Việt: “Tạ Chí Đại Trường là một nhà nghiên cứu sử học quan trọng, không chỉ với miền Nam, mà của cả Việt Nam.”

Theo Wikipedia, tên của ông, Đại Trường, được ghép từ hai địa danh của tỉnh Khánh Hòa là Đại Lãnh và Trường Giang (sông Cái). Ông là con trai Cử Nhân Hán Học Tạ Chương Phùng, một nhà cách mạng hoạt động trong phong trào toàn dân chống Pháp giành độc lập dân tộc thập niên 40 – 50.

Vẫn theo Wikipedia, năm 1964, Tạ Chí Đại Trường tốt nghiệp cao học Sử tại Đại Học Sài Gòn rồi nhập ngũ. Ông phục vụ trong Quân Lực Việt Nam Cộng Hòa từ năm 1964, cấp bực cuối cùng là đại úy. Trong thời gian chiến tranh, Tạ Chí Đại Trường bắt đầu sưu tập tiền cổ và tập trung nghiên cứu về đề tài này. Những bài viết của ông về tiền cổ trong thời gian sau đó được giới nghiên cứu sử học quốc tế đánh giá cao.

Năm 1964, trong thời gian học Cao Học, Tạ Chí Đại Trường cho ra đời một cuốn tiểu luận lịch sử Việt Nam giai đoạn 1771 đến 1802, trong đó ghi lại những sự kiện xoay quanh cuộc nội chiến giữa nhà Tây Sơn và Nguyễn Ánh. Tác phẩm này đoạt giải Văn Chương Toàn Quốc, bộ môn Sử năm 1970 và được nhà xuất bản Văn Sử Địa in thành sách năm 1973 với tựa đề Lịch sử nội chiến ở Việt Nam từ năm 1771 đến 1802.

Wikipedia viết, sau ngày 30 Tháng Tư, 1975, cuốn sách với nội dung đặt lại vấn đề về nhà Tây Sơn đã khiến Tạ Chí Đại Trường gặp nhiều rắc rối. Lịch sử nội chiến bị cho là “hạ thấp Quang Trung, đề cao Gia Long” và bị cấm lưu hành tại Việt Nam trong một thời gian dài và chỉ được in lại trong nước từ cuối thập niên 2000.

Sau năm 1975 ông bị tù “cải tạo” đến năm 1981.

Lire la suite : Nguoi Viet, 23/03/2016.

A lire également sur Mémoires d’Indochine : L’historien Ta Chi Dai Truong récompensé pour l’ensemble de son oeuvre (14/04/2014).

Image « à la une » : montage Dan Lam Bao.

 

Sébastien Ledoux : Le devoir de mémoire – une formule et son histoire [parution]

[ndlr] Présentation de l’éditeur.

Ledoux_LeDevoirDeMémoireD’où vient l’expression « devoir de mémoire » ? Comment s’est-elle imposée dans notre langage courant ? À partir de nombreux entretiens, d’archives inédites et de sources numériques massives, Sébastien Ledoux retrace la trajectoire de cette formule qui éclaire la relation souvent douloureuse que la France entretient avec son histoire récente. Forgé à l’orée des années 1970, le terme investit le débat public dans les années 1990, accompagnant le « syndrome de Vichy » et la réévaluation du rôle de la France dans la mise en œuvre de la Solution finale, avant d’être repris pour évoquer les non-dits de la mémoire coloniale. Doté d’une forte charge émotive, il traverse les débats sur la recomposition du récit national, la place du témoin, le rôle de l’historien, la patrimonialisation du passé ou la reconnaissance des victimes, qui traduisent un tournant majeur et accouchent de nouvelles questions dont l’actualité est toujours brûlante. Ce sont les mutations de la société française des cinquante dernières années qui sont ici analysées par le biais de ses nouveaux rapports au passé que le « devoir de mémoire » est venu cristalliser.

Préface de Pascal Ory

Enseignant à Sciences Po Paris et chercheur en histoire contemporaine à Paris 1 (Centre d’histoire sociale du xxe siècle), Sébastien Ledoux a consacré sa thèse à l’histoire du « devoir de mémoire » pour laquelle il a obtenu en 2015 le Prix de la recherche de l’INA.

Source : CNRS éditions

  • Sébastien Ledoux était l’invité de Jean Lebrun sur France Inter pour l’émission « La marche de l’histoire », jeudi 21 janvier 2016.

The Pre-Eminent Historian of War Gabriel Kolko, 1932-2014

gabriel-kolko[ndlr] Annonce de la disparition de Gabriel Kolko, célèbre historien de la guerre et auteur d’ « Anatomie d’une guerre » un des premiers ouvrages clés sur le conflit vietnamien publié en 1985. Il poursuivit son investigation sur le Viêt-Nam avec « Anatomie d’une paix » publié en 1997.

Son ouvrage Anatomy of a war fut publié en deux volumes en vietnamien sous le titre de : Giải phẫu một cuộc chiến tranh. Việt Nam, Mỹ và kinh nghiệm lịch sử hiện đại.

We received word this morning that our friend and long-time CounterPunch writer Gabriel Kolko died yesterday at his home in Amsterdam. Kolko, author of The Triumph of Conservatism, Anatomy of a War: the United States, Vietnam and the Modern Historical Experience, and Century of War: Politics, Conflicts and Society Since 1914, was one of the pre-eminent historians of our time. Kolko was born in Paterson, New Jersey in 1932. He attended Kent State University and received his doctorate in history from Harvard.  Along with Saul Landau, Kolko was one of the circle of historians trained at University of Wisconsin by the great William Appleman Williams. Kolko taught history for many years at York University in Toronto. He moved to Amsterdam soon after his retirement. Kolko’s books on the progressive era, the Cold War, Vietnam and the war on terror stand as some of the most trenchant and revealing documents of our time. For the past few years, Gabe had been working feverishly on an assessment of Vietnam in the decades after the war. Kolko had a profound influence on my thinking and it was a privilege to publish his writing over the last 15 years. A fuller appraisal of Kolko’s life and work is forthcoming.

Jeffrey St. Clair edits CounterPunch. He can be reached at: sitka@comcast.net.

Source : Counter Punch (reproduit sur VSG)

* * *

Gabriel_Kolko

Annonce en vietnamien sur le site Dien Dan Forum :

Nhà sử học Gabriel KOLKO, người bạn lớn của Việt Nam, đã từ trần ngày 19.5.2014

Kolko_GiaiPhau2

Triste nouvelle – Tin buồn: Giáo sư Vĩnh Sính (1944-2014)

VinhSinhNous avons appris tardivement comme d’autres la très triste nouvelle de la disparition à 70 ans du Professeur Vĩnh Sính, historien et spécialiste des relations vietnamo-japonaises. Comme le souligne Tran Huu Dung sur le site Dien Dan – Forum, il y a des pertes inconsolables. Celle de Vĩnh Sính le 1er janvier 2014 en est une.

Professeur émérite à l’Université d’Alberta au Canada, Vĩnh Sính laisse derrière lui une série de travaux importants sur le mouvement Dong Du au début du XXe siècle, sur le révolutionnaire Phan Boi Chau et le moderniste Phan Châu Trinh. Il fut également l’un des premiers à s’intéresser à l’itinéraire de Komatsu Kiyoshi, ami des révolutionnaires et indépendantistes vietnamiens.

Quelques références :

  • Edited and translated by Vinh Sinh, Phan Chau Trinh and His Political Writings, Ithaca, Cornell University, Southeast Asia Program Publications, 2009.
  • « Phan Châu Trinh (1872-1926) et sa conception  de la modernisation du Vietnam », in Gilles de Gantès & Nguyen Phuong Ngoc, Vietnam, le moment moderniste, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2009, pp. 115-123.
  • « Komatsu Kiyoshi and French Indochina », Moussons 3 (2001 ), pp. 57-86. [sommaire en PDF]
  • Việt Nam và Nhật Bản – Giao lưu Văn hoá, Nxb Văn Nghệ TP. HCM, 2000. [sélection d’articles publiés au Viêt-Nam]
  • Overturned Chariot: The Autobiography of Phan Boi Chau, Honolulu, University of Hawai’i Press, 1999.
  • Hyôden Tokutomi Sohô [Tokutomi Soho: A Critical Biography], Iwanami Shoten, 1994.
  • Phan Bội Châu and the Đông Du Movement, Yale Center for International and Area Studies, Council on Southeast Asia Studies, © 1988. PDF en ligne. Avec les contributions de Vinh Sinh (ed.), Nguyen The Anh, Nguyen Khac Kham, Shiraishi Masaya, Furuta Motoo, Huynh Sanh Thong.

Sources : Tin buồn: Giáo sư Vĩnh Sính (1944-2014), Dan Luan, 05/01/2014 & Vĩnh Sính (1944-2014), Dien Dan – Forum.

Voir aussi Tran Huu Dung, Nhớ Vĩnh Sính, Dien Dan – Forum, 07/01/2014.

FG

Hommage de Edward Miller, Associate Professor of History, Dartmouth College

This is indeed a terrible loss.  I first got to know Prof. Sinh via email when I was in graduate school.  At the time, I was working on a paper on Confucianism in South Vietnam.  Quite presumptuously, I emailed him a great many questions about the subject out of the blue.  He graciously sent detailed replies to each query.  In the years after that, Prof. Sinh continued to be exceedingly generous with his time and expertise on modern Vietnamese politics and culture, and he often went out of his way to share his research and published work with me.  He will be greatly missed.

PhanChauTrinhPoliticalWritings

PhanBoiChau_OverturnedChariot

Disparition de l’historien vietnamien Đào Hùng (1932-2013)

[ndlr] Annonce de la triste disparition le 17 décembre 2013 de l’historien vietnamien Đào Hùng, fils de Đào Duy Anh et rédacteur en chef adjoint de la célèbre revue d’histoire Tạp chí Xưa và Nay [Jadis et Aujourd’hui]. Hommages.

NhasuhocDaoHung

 

TIN BUỒN  Chúng tôi vô cùng kính tiếc báo tin:

Nhà sử học, Nhà báo, Dịch giả

ĐÀO THẾ HÙNG

(ĐÀO HÙNG)

sinh năm 1932, nguyên quán Khúc Thủy, 

huyện Thanh Oai, Hà Nội

Phó Tổng biên tập Tạp chí Xưa & Nay

đã từ trần hồi 17h07 phút ngày 17 tháng 12 năm 2013

tại Hà Nội, hưởng thọ 82 tuổi.

Lễ viếng từ 09h00 đến 11h00, Thứ Bảy ngày 21.12.2013
tại Nhà tang lễ Bệnh viện Bạch Mai, Hà Nội

Trong giờ phút đau buồn này, chúng tôi thành kính dâng lời cầu nguyện anh linh Nhà sử học Đào Hùng thanh thản về cõi vĩnh hằng. Xin nghiêng mình chia buồn cùng bà quả phụ Công Huyền Tôn Nữ Nghi Trinh và các con cháu trong đại gia đình.

Source : Nguyen Xuan Dien Blog, 18/12/2013.

Voir aussi : Nhà sử học Đào Hùng qua đời, Dân Trí, 18/12/2013.

* * *

Hommages

Very sad news from Prof. Phan Huy Le regarding Dao Hung (Dao The Hung). Dao Hung was the long-time editor of Xua & Nay, the organ of the Association of Vietnamese Historians. This task is now the responsibility of his son Dao The Duc. Besides Duc, who received his Ph.D. in Anthropology from the University of Washington, Dao Hung leaves behind his wife Ton Nu Nghi Trinh, a wonderful cook who specializes in the cuisine of Hue and in particular palace cuisine, and his daughter Hong Mai, a French-trained economist.

Dao Hung was the son of Dao Duy Anh. While his brother Dao The Tuan was allowed to remain in Moscow to study agronomy in the aftermath of the Nhan Van affair, the younger Hung spent ten years exiled from Hanoi. I used to visit Hung every time I was in Hanoi. Hung had an inexhaustible fund of stories regarding Vietnamese history (and seemed to know all the Trostkyists living in France). He will be greatly missed.

Hue Tam Ho Tai (Harvard University)

* * *

J’ai appris hier le décès de mon vieil ami Dào Hùng. Voilà vingt-cinq ans que je le voyais de manière régulière et vingt-cinq ans qu’après chaque rencontre, toujours éblouissante, truffée de surprises et d’informations, fraternelle en diable et cocasse à la folie, je me disais : « S’il y a bien un esprit libre au Vietnam, et rebelle, et drôle, et vert, c’est lui ! ».

La dernière fois, nous avions fait un petit tour en mobylette, ensemble, mais j’ai vite vu qu’il était épuisé et qu’il valait mieux aller boire un café, tranquillement, et discuter le coup assis. Oh ! il touillait encore très bien son mélange de facéties, d’intelligence et de provocations ! Mais il le touillait plus lentement et, comment dire ?, avec moins de flammes et en le coupant d’eau. Il était exténué, fourbu, un peu triste et comme pris dans une pâte collante de pessimisme.

Depuis hier, le téléphone, le mail, les SMS, bref : les mille tentacules vivants qui relient le Vietnam à l’extérieur et les chercheurs entre eux, s’agitent en tous sens pour porter la mauvaise nouvelle et s’en affliger. Il faut dire que Hùng était aimé, énormément, pour lui-même, à l’unanimité. Le temps avance et les générations passent, certes, mais on voit mal comment se consoler d’une disparition qui nous laissera longtemps, à la mesure de l’homme magnifique qu’il était, inconsolables.

Philippe Papin (Ecole Pratique des Hautes Etudes)

* * *

I was very sad to hear of the passing of Dao Hung, respected writer, translator and editor.  I first met Dao Hung in 1978, and from then on always looked forward to our lively, informative talks on each visit to Hanoi.  He had a fine sense of humor, which helped me see even the most boring official pronouncements in a different light.

David G. Marr (Australian National University)

Disparition du Professeur Philippe Langlet (1935-2013)

Langlet_giaiPhanChauTrinhNous venons d’apprendre avec une grande tristesse la disparition du Professeur Philippe Langlet, historien, spécialiste du Viêt-Nam ancien et du bouddhisme « Thien ». Le Professeur Langlet est décédé avant l’aube ce samedi 15 juin comme nous l’a annoncé Dominique De Miscault. L’historien Pierre Brocheux a confirmé cette douloureuse nouvelle à midi : « C’est avec une très grande tristesse que je vous annonce le décès de Philippe Langlet après une longue maladie contre laquelle il luttait depuis plusieurs années ». Les travaux de Philippe Langlet avait été récompensés du prix Phan Chau Trinh en mars 2013. A cette occasion Philippe Langlet avait reçu des mains de l’ancienne présidente Nguyen Thi Binh le prix de la Vietnamologie « pour ses contributions à la recherche et à la présentation à l’étranger de la culture et de l’histoire du Vietnam ».

Lors de la parution de son ouvrage Un livre des moines bouddhistes dans le Viêt Nam d’autrefois. L’école de l’Esprit (Thiên Tông) au X-XIIe siècles (illustré graphiquement par Dominique De Miscault), Philippe Langlet nous avait délivré cet envoi d’une signification profonde :

« Toujours plus charmés par les formes et les images nous ne percevons pas la merveilleuse lumière qui nous entoure et nous pénètre ».

Nous, ses ami-e-s, collègues ou étudiants transmettons nos sincères condoléances à sa famille et exprimons notre grand respect à notre ancien professeur d’histoire de la section de vietnamien de l’Université de Paris Diderot, Paris 7.

FG, 15/06/2013

Langlet_SagesseBouddhiste

 Principales publications :

  • Langlet, Philippe (rédaction), Dominique de Miscault (expressions graphiques), Un livre des moines bouddhistes dans le Việt Nam d’autrefois : l’école de l’esprit (Thiện tông) aux Xe-XIIe siècles, Paris, Ed. Aquilon, 2005.
  • Langlet, Philippe & Quach, Thanh Tâm, Références bibliographiques d’histoire et civilisation du Việt Nam, Paris, 2003. (ébauche de 2004 en ligne).
  • Langlet, Philippe & Quach, Thanh Tâm, Atlas historique des six provinces du sud du Vietnam : du milieu du XIXème au début du XXème siècle, Paris, Les Indes savantes, 2001.
  • Langlet, Philippe & Quach, Thanh Tâm, Introduction à l’histoire contemporaine du Viêt Nam : de la réunification au néocommunisme (1975-2001), Paris, Les Indes savantes, 2001.
  • Langlet, Philippe, Notes sur les phénomènes naturels extraordinaires au Tonkin sous la dynastie des Lê, Marseille, Cahiers d’Outremer, Vol. IV-VI, N°190, 1995.
  • Langlet, Philippe, L’ancienne historiographie d’État au Vietnam. T. 1, Raisons d’être, conditions d’élaboration et caractères au siècle des Nguyen, Paris, École française d’Extrême-Orient, 1990.
  • Langlet, Philippe, L’Ancienne historiographie d’État au Viet-Nam. T. 2, Texte et commentaire du Miroir complet de l’Histoire Việt établie par ordre impérial, 1856-1884 chapitres 36 et 37, 1722-1884 = Khâm định Việt sử Thông giám cương mục / Trad. et notes explicatives par Philippe Langlet), Paris, École française d’Extrême-Orient, 1985.
  • Langlet, Philippe, Texte et commentaire du miroir complet de l’histoire viêt établi par ordre impérial : Khâm định Việt sử Thông giám cương mục. Chapitre XXXV (1706-1721) / Trad. et notes explicatives par Philippe Langlet, Paris, École française d’Extrême-Orient, 1978.
  • Langlet, Philippe, La Tradition vietnamienne : un état national au sein de la civilisation chinoise d’après la traduction des trente-troisième et trente-quatrième chapitres du Khâm định Việt sử Thông giám cương mục. Texte et commentaire formant le miroir complet de l’histoire viet, établi par ordre impérial, Saigon, Société des Études indochinoises, 1970, 2 Vol.
Notons également ses nombreuses contributions dans le Bulletin de la Société des Etudes indochinoises (BSEI) publié à Saigon avant 1975.

Voir aussi sur Mémoires d’Indochine : Remise du prix Phan Châu Trinh 2012

Remise du prix Phan Châu Trinh 2012

Parmi les lauréats du prix Phan Chau Trinh de cette année (prix 2012, liste publiée le 18 mars 2013), se trouvent trois personnalités bien connues des chercheurs français. Il s’agit de Mme Bui Tran Phuong, historienne et rectrice de l’Université Hoa Sen à Ho Chi Minh-Ville et de deux autres historiens du Viêt-Nam : les professeurs Philippe Langlet et Lê Thành Khôi. L’annonce de cette remise de prix nous invite à les féliciter chaleureusement pour leurs contributions, dans leurs domaines respectifs, à la connaissance du Viêt-Nam. Le prix de cette sixième édition a  été remis dans un premier temps en France. Il est délivré aujourd’hui à HCM-Ville.

Nous avons ici une pensée toute particulière pour notre ancien professeur d’histoire Philippe Langlet, enseignant-chercheur à la section de vietnamien de l’Université de Paris Diderot Paris 7. En 2008, le professeur Langlet avait fait don à l’Institut d’Asie Orientale (IAO) d’une collection d’environ 200 ouvrages en langue vietnamienne, de plus de 200 cartes et de quelques collections de périodiques. Sa collection de cartes sur l’Indochine et le Viêt-Nam contemporain, très précieuse pour la recherche, a été depuis numérisée en grande partie. Elle est peu à peu mise en ligne sur le site Virtual Saigon, base de données iconographiques et cartographiques.

FG, 29/03/2013

L'ancienne présidente de la RSVN Nguyên Thi Binh remet le prix Phan Châu Trinh 2012 au docteur Philippe Langlet. © 2013 Lê Hà/Vietnam+
L’ancienne présidente de la RSVN Nguyên Thi Binh remet le prix Phan Châu Trinh 2012 au docteur Philippe Langlet. © 2013 Lê Hà/Vietnam+

Remise du prix Phan Châu Trinh 2012

Six personnes dont un Français se verront décerner les prix Phan Châu Trinh 2012 pour leurs contributions dans divers secteurs : culture et éducation, traduction, vietnamologie, recherche, a annoncé le Fonds culturel Phan Châu Trinh.

La remise des prix aura lieu le 29 mars à Hô Chi Minh-Ville, a déclaré lundi après-midi à Hanoi à la presse le professeur Chu Hao, vice-président permanent du Fonds culturel Phan Châu Trinh.

Mme Bui Trân Phuong, rectrice de l’Université Hoa Sen (Hô Chi Minh-Ville), et Vu Duc Hiêu, directeur du Musée de l’Espace culturel Muong à Hoa Binh (Nord), recevront le Prix de la culture et de l’éducation.

Le Prix de la recherche sera attribué au professeur Lê Thanh Khôi pour ses contributions à l’étude des civilisations orientales et occidentales. Lê Thanh Khôi, né à Hanoi en 1923, est Professeur émérite d’éducation comparée et d’éducation et développement à la Sorbonne. En 1970, il a été nommé professeur associé, professeur puis titulaire à l’Université Paris V – René Descartes où il enseigne l’éducation comparée. Il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages et de nombreux articles publiés dans des revues et des ouvrages collectifs.

Le prix de la Vietnamologie sera remis au Dr Philipe Langlet pour ses contributions à la recherche et à la présentation à l’étranger de la culture et de l’histoire du Vietnam.

Philippe Langlet, historien et enseignant-chercheur à la section de vietnamien de l’Université de Paris Diderot, Paris 7, a écrit plusieurs ouvrages importants sur le Vietnam.

Chu Tiên Anh et Pham Duy Hiên se partageront le prix de la traduction.

Fondé en 2007, membre de l’Union des associations scientifiques et techniques du Vietnam (VUSTA), le Fonds culturel Phan Châu Trinh a pour but de mobiliser les ressources intellectuelles et matérielles pour une renaissance culturelle du pays, contribuant aussi à sa modernisation. – AVI

Source : Vietnam+

L'ancienne vice-présidente du Vietnam, Nguyên Thi Binh, remet le prix de la recherche au professeur Lê Thành Khôi, le 21 mars à Paris. © 2013 Lê Hà/CVN
L’ancienne vice-présidente du Vietnam, Nguyên Thi Binh, remet le prix de la recherche au professeur Lê Thành Khôi, le 21 mars à Paris. © 2013 Lê Hà/CVN

Remise du prix Phan Châu Trinh 2012 à Paris

Un professeur vietnamien de France et un Français se sont vu décerner les prix Phan Châu Trinh 2012 pour leurs contributions à plusieurs secteurs dont la recherche et la vietnamologie, a annoncé le Fonds culturel Phan Châu Trinh.

L’ancienne vice-présidente de la République, Nguyên Thi Binh, qui est également présidente du Fonds culturel Phan Châu Trinh, actuellement en France pour participer à la Semaine célébrant le 40e anniversaire de la signature des Accords de Paris, a remis le 21 mars à Paris le prix de la recherche au professeur Lê Thành Khôi pour ses contributions à l’étude des civilisations orientales et occidentales.

Lê Thành Khôi, né à Hanoi en 1923, est professeur émérite d’éducation comparée et d’éducation et développement à la Sorbonne. En 1970, il est élu professeur associé, professeur puis titulaire à l’Université Paris V – René Descartes où il enseigne l’éducation comparée. Il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages et de nombreux articles publiés dans des revues et des ouvrages collectifs.

Nguyên Thi Binh a aussi remis le prix de la vietnamologie au Dr Philipe Langlet pour ses contributions à la recherche et à la présentation à l’étranger de la culture et de l’histoire du Vietnam.

Philippe Langlet, historien et enseignant-chercheur à la section de vietnamien de l’Université de Paris Diderot, Paris 7, a écrit plusieurs ouvrages importants sur le Vietnam.

Fondé en 2007, membre de l’Union des associations scientifiques et techniques du Vietnam (VUSTA), le Fonds culturel Phan Châu Trinh a pour but de mobiliser les ressources intellectuelles et matérielles pour une renaissance culturelle du pays, mais aussi en vue de contribuer à sa modernisation.

Texte et photos : Lê Hà/CVN

Source : Le Courrier du Vietnam

TS. Bùi Trân Phượng đã có nhiều đóng góp tiêu biểu trong việc phát triển văn hóa và giáo dục © 2013 HSU
TS. Bùi Trân Phượng đã có nhiều đóng góp tiêu biểu trong việc phát triển văn hóa và giáo dục
© 2013 HSU

TS. Bùi Trân Phượng được trao giải thưởng văn hóa Phan Châu Trinh lần thứ VI

Ngày 18/3, Qũy văn hóa Phan Châu Trinh đã công bố danh sách những cá nhân nhận giải thưởng Văn hóa Phan Châu Trinh lần thứ VI – năm 2012.

Theo đó, giải Vì sự nghiệp Văn hóa và Giáo dục đã được trao cho TS. Bùi Trân Phượng – Hiệu trưởng Trường Đại học Hoa Sen và ông Vũ Đức Hiểu – Giám đốc Bảo tàng Không gian Văn hóa Mường; giải Dịch thuật cho ông Chu Tiến Ánh và ông Phạm Duy Hiển (bút danh Phạm Nguyên Trường); giải Nghiên cứu cho nhà sử học Lê Thành Khôi; giải Việt Nam học cho nhà Việt Nam học người Pháp Philippe Langlet.

Quỹ Văn hóa Phan Châu Trinh, tiền thân là Quỹ Dịch thuật Phan Châu Trinh, được thành lập tháng 1-2007. Năm 2008, Quỹ được đổi tên thành Quỹ Văn hóa Phan Châu Trinh. Bên cạnh chương trình tài trợ và hỗ trợ dịch thuật các tác phẩm thuộc dự án Tủ sách Tinh hoa Tri thức Thế giới, Quỹ có nhiều hoạt động văn hóa khác, đặc biệt là việc khuyến khích, tôn vinh các công trình nghiên cứu văn hóa đặc sắc; tổ chức phổ biến các giá trị văn hóa Việt Nam và thế giới. Quỹ Văn hóa Phan Châu Trinh chủ trương hệ thống Giải thưởng Văn hóa Phan Châu Trinh, định kỳ và không định kỳ bao gồm các giải thưởng “Vì Sự nghiệp Văn hóa và Giáo dục”, “Dịch thuật”, “Việt Nam học” và giải « Nghiên cứu » cho các nhà hoạt động giáo dục, văn hóa, nhà khoa học, dịch giả trong và ngoài nước.

Trong 5 lần trao giải (2007-2011), Quỹ đã vinh dự được trao tặng và vinh danh nhiều dịch giả, nhà khoa học, nhà văn hóa trong và ngoài nước như Bùi Văn Nam Sơn, Lê Hồng Sâm, Nguyễn Đình Đầu, David Marr, Hồ Ngọc Đại, G. Condominas, Hoàng Tụy, Kevin Bowen, Nguyễn Sự, Nguyễn Văn Khoa, Alain Ruscio…

  • Buổi giới thiệu hệ thống Giải thưởng Văn hóa Phan Châu Trinh lần thứ VI – năm 2012 sẽ diễn ra tại Hội trường tầng 3, VUSTA 53 Nguyễn Du, Hai Bà Trưng, Hà Nội.
  • Lễ trao giải thưởng Văn hóa Phan Châu Trinh lần VI năm 2012 sẽ diễn vào lúc 19:00, Ngày 29/3/2013  tại Phòng hội Sunflower (lầu 1) Khách sạn REX, 141 Nguyễn Huệ – Quận 1 – TP Hồ Chí Minh.

Source : HSU, 19/03/2013

François Hartog : Régimes d’historicité et présentisme – [conférence 2004]

[ndlr] En 2003, François Hartog, Directeur d’études à l’EHESS, publiait un ouvrage majeur proposant une analyse des catégories du temps dans l’histoire et de leurs relations avec les sociétés d’hier et d’aujourd’hui. L’ouvrage qui fut traduit en plusieurs langues a été réédité en poche en 2012 (Points Histoire). L’occasion pour Mémoires d’Indochine de signaler quelques recensions de cet ouvrage et d’inviter le lecteur à visionner la conférence de François Hartog faite le 21 janvier 2004 à la Maison Suger à Paris dans laquelle il explicite les concepts de « régimes d’historicité » et de « présentisme ».

Présentation de l’éditeur :
Les expériences du temps sont multiples. Chaque société entretient un rapport particulier avec le passé, le présent et le futur. En comparant les manières d’articuler ces temporalités, François Hartog met en évidence divers « régimes d’historicité ». Dans les deux dernières décennies du XXe siècle, la mémoire est venue au premier plan. Le présent aussi. Histoire du présent, Les Lieux de mémoire ont exploré ces mots du temps : commémoration, mémoire, patrimoine, nation, identité. Tandis que le temps lui-même devenait, toujours plus, objet de consommation et marchandise. Historien attentif au présent, François Hartog observe la montée en puissance d’un présent omniprésent, qu’il nomme « présentisme ». Cette expérience contemporaine d’un présent perpétuel, chargé d’une dette tant à l’égard du passé que du futur, signe, peut-être, le passage d’un régime d’historicité à un autre. Serait-on passé insensiblement de la notion d’histoire à celle de mémoire ?

Réf. : François Hartog, Régimes d’historicité, Présentisme et Expériences du temps, Paris, Le Seuil (coll. « La Librairie du XXIe siècle »), 2003 ; trad. en hongrois, A történestiség Rendjei. Prezentizmus és idötapasztalat, L’Harmattan-Atelier, Budapest, 2007 ; en italien, Regimi di storicità, Palerme, Sellerio editore, 2007 ; en bulgare, 2007 ; en espagnol, 2008 ; en japonais 2008 ; en arabe 2011 ; en grec 2011.

Recensions de l’ouvrage :

  • Claude Dubar, « François Hartog, Régimes d’historicité, Présentisme et expériences du temps », Temporalités [En ligne], 2 | 2004, mis en ligne le 29 juin 2009.
  • Laurent Sébastien Fournier, François Hartog, Régimes d’historicité : présentisme et expériences du temps, Culture & Musées, 2004, vol. 4, n° 1, pp. 128-133.
  • Martine Fournier dans la revue Sciences Humaines, mis à jour le 15 juin 2011.
  • Bertrand Lessault, « F. Hartog. Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps », L’orientation scolaire et professionnelle [En ligne], 33/3 | 2004, mis en ligne le 28 septembre 2009.

* * *

L’objectif d’Hartog (EHESS) est de réfléchir sur un certain nombre de notions qui sont présentes dans l’espace public aujourd’hui. Son exposé porte essentiellement sur la réflexion qu’il développe dans son livre Régimes d’historicité. L’outil qu’il propose pour élaborer cette réflexion sur le contemporain est la notion de régime d’historicité qu’il définit comme la manière dont les catégories du passé, du présent et du futur s’articulent. Toute société à un moment donné a articulé ces catégories, même si le contenu de chacune des trois catégories peut varier. Il utilise comme référence l’Europe et la vieille France, mais il essaie d’étendre sa réflexion vers d’autres espaces. Il développe alors cette notion de régime d’historicité, en partant de l’hypothèse que dans les trente dernières années le rapport au temps a changé et qu’il est dominé par la catégorie du présent. Cette période est par lui nommée présentisme. Au cours de son exposé Hartog explique la notion de régime d’historicité en revenant non seulement sur son concept de présentisme, mais aussi sur les régimes d’historicités antérieurs.