Archives par mot-clé : histoire

La fabrique numérique du passé. Source, outils, récits : What next ? [16/09/2016]

[ndlr] Journée d’études à l’université d’Aix-Marseille.

Le workshop « La fabrique numérique du passé. Source, outils, récits : What next ? » organisé par Christian Henriot aura lieu le vendredi 16 septembre 2016 de 09H00 à 18H00 au pôle multimédia du Campus Schuman à Aix-en-Provence.

Programme :

  • 9h00 – Ouverture et introduction : Christian Henriot (AMU), Gérald Foliot (CNRS, Huma-Num)
  • 9h20 – Bernard Cousin (AMU), Eric Carroll (AMU) : « Le mur numérique des ex-voto peints provençaux »
  • 10h00 – Sophie Gebeil (AMU) : « Le web comme source pour l’historien : la fabrique numérique des mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français de 1999 à 2014 »
    10h40 – Pause
  • 10h55 – Jean-Pierre Dedieu (CNRS) : « De la source à la base de données. Les Répertoires d’Extrême Orient »
  • 11h35 – Anne Kerlan (IHTP, CNRS-Université Paris 8) :  » ‘Loin d’Hollywood’ : une base de données croisées pour une histoire globale du cinéma »

Après-midi – 13h45 14h00

  • Cécile Armand (IAO) : « MADSpace : un compagnon numérique pour écrire l’histoire spatiale de la publicité à Shanghai dans la première moitié du XXe siècle (1905-1949) »
  • 14h40 – Christian Henriot (IrAsia, AMU) : « August 1937. Death en masse in Shanghai : A VizStory narrative »
  • 15h10 – Fleur Chabaille (Inalco, IAO) : « Interpréter, écrire et publier le visuel : un retour réflexif sur Scalar »

15h50 – Pause

  • 16h00 – Mou Zhenyu (Collegium de Lyon / SASS) : « Cadasters, land market and urban transformation in the foreign settlements of Shanghai (1843–1943) »

17h10 – Discussion finale

Plus info : http://www.irasia-recherche.com/# !m…

lafabriquenumeriquedupasse_programme

Décès du journaliste et documentariste Henri de Turenne (1921-2016)

[ndlr] La presse rend (un petit) hommage à ce journaliste d’exception. Rappelons à nos lectrices/lecteurs et/ou visiteurs qu’Henri de Turenne réalisa en 1984 une histoire du Viêt-Nam en 6 épisodes (en co-production internationale), une série jamais égalée à ce jour et à notre connaissance non éditée en DVD. Néanmoins disponible (provisoirement) sur YouTube, espérons qu’à l’occasion de sa disparition, cette série puisse voir le jour. A redécouvrir, une voix posée et un ton juste.

A lire :

  • AFP et Culture Box, La mort du grand journaliste et documentariste Henri de Turenne, France Info / Culture Box, 25/08/2016. Le journaliste et documentariste Henri de Turenne, l’un des grands noms de la presse et télévision française, est mort mardi dans son sommeil à l’âge de 94 ans, a-t-on appris jeudi auprès du jury du prix Albert Londres, dont il était membre.
  • Hervé Brusini, Henri de Turenne : les élégances du journalisme, France Info / Culture Box, 25/08/2016. « Ici, on sait qu’on arrive sur le front quand on vous tire dessus. » Tout le style de Turenne est là dans ces quelques mots. A la fois pure description, et distance ironique sur soi et sa condition de reporter. Rien de plus, rien de moins. Les élégances du journalisme.
  • Le journaliste Henri de Turenne est décédé, Le Figaro, 25/08/2016. DISPARITION – Le membre du jury du prix Albert Londres est mort dans son sommeil à l’âge de 94 ans. Journaliste et documentariste, il était connu pour ses reportages de guerres.
  • Antoine Perraud, Henri de Turenne (1921-2016), journaliste de l’affranchissement, Mediapart, 25/08/2016. Henri de Turenne, mort à 94 ans dans la nuit du 23 au 24 août, ne saurait être résumé à sa particule ou à sa diction patricienne : ce grand reporter puis fabuleux grognard de la télévision était un partageur aux aguets. Toujours partant pour faire connaître le réel, histoire que reculent l’ignorance, la démagogie, donc l’intolérance…

Page Wikipedia : Henri de Turenne (scénariste)

Image « à la une » : Henri de Turenne © DR

Christopher Goscha: « Towards a History of Modern Vietnam » [Cornell University]

[ndlr] Excellente conférence de notre collègue Christopher Goscha à l’occasion de la présentation de son nouvel ouvrage sur le Viêt-Nam. Une nouvelle histoire pour comprendre la pluralité du Viêt-Nam d’aujourd’hui et comment ce pays s’est construit culturellement, géographiquement, humainement.

Cornell Voices on Vietnam Spring 2016 Speakers’ Series presents  Professor Christopher Goscha (Professor of History at Université du Québec à Montréal) – « Towards a History of Modern Vietnam. » Recorded May 5, 2016.

This event is co-sponsored by Southeast Asia Program, the Department of Asian Studies, the Department of History and the Department of Government.

Acclaimed historian and Vietnam specialist Christopher Goscha discusses his latest work, The Penguin History of Modern Vietnam (2016). Popular impressions of Vietnam are still largely dominated by the Vietnam War, with most English-language accounts focused on American experiences, sources, and perspectives. But Vietnam’s history is much richer and more complex than a mere Cold War confrontation, complete with expansion, schisms, colonial conquest and subjugation, cultural renaissance, and revolution.

Drawing on research and discoveries from a host of Vietnamese-language and global sources, Professor Goscha outlines a rich and compelling overview of modern Vietnamese history, portraying a cast of memorable characters – from Emperors to rebels, poets to priests – and providing a fascinating look at the intricacies and complexities of modern Vietnamese history. Compelling for scholars and non-specialists alike, The Penguin History of Modern Vietnam represents the first English-language general history of contemporary Vietnam.

Source : Voices On Vietnam

Christopher Goscha : The Penguin History of Modern Vietnam

[ndlr] A paraître le 30 juin 2016. Le nouvel ouvrage de Christopher Goscha, professeur à l’UQAM (Montréal), sur l’histoire du Viêt-Nam, une somme de 672 p. Présentation de l’éditeur.

Goscha_ThePenguinHistoryofModernVietnam_2016

Over the centuries the Vietnamese have beenboth colonizers themselves and the victims of colonization by others. Their country expanded, shrunk, split and sometimes disappeared, often under circumstances far beyond their control. Despite these often overwhelming pressures, Vietnam has survived as one of Asia’s most striking and complex cultures.

As more and more visitors come to this extraordinary country, there has been for some years a need for a major history – a book which allows the outsider to understand the many layers left by earlier emperors, rebels, priests and colonizers. Christopher Goscha’s new work amply fills this role. Drawing on a lifetime of thinking about Indo-China, he has created a narrative which is consistently seen from ‘inside’ Vietnam but never loses sight of the connections to the ‘outside’. As wave after wave of invaders – whether Chinese, French, Japanese or American – have been ultimately expelled, we see the terrible cost to the Vietnamese themselves. Vietnam’s role in one of the Cold War’s longest conflicts has meant that its past has been endlessly abused for propaganda purposes and it is perhaps only now that the events which created the modern state can be seen from a truly historical perspective.

Christopher Goscha draws on the latest research and discoveries in Vietnamese, French and English. His book is a major achievement, describing both the grand narrative of Vietnam’s story but also the byways, curiosities, differences, cultures and peoples that have done so much over the centuries to define the many versions of Vietnam.

ChristopherGoscha_portraitChristopher Goscha is professor of history at the University of Quebec at Montreal. He has spent much of his adult life studying the people, politics and history of Southeast Asia, particularly Thailand, Cambodia, Laos and Vietnam. He studied at Georgetown University and the Ecole Pratique des Hautes Etudes (IVème Section, La Sorbonne, Paris). He has written extensively about many of the different regions of Indo-China.

Source : Penguin

 

Hoang Ngo: Building a New House for the Buddha: Buddhist Social Engagement and Revival in Vietnam, 1927-1951 – PhD

[ndlr] Presentation de Christoph Giebel de la thèse de Hoang Ngo sur le bouddhisme socialement engagé des années 1927-1951, une période rarement considérée. Chronique publiée avec l’autorisation de son auteur.

Ref.: Hoang Ngo, Building a New House for the Buddha: Buddhist Social Engagement and Revival in Vietnam, 1927-1951, Chair: Christoph Giebel.

Now that most of us have begun the new academic year around the world, I am very pleased to make the following announcement:

Recently, in the University of Washington (Seattle) History department, Hoang Ngo successfully defended his dissertation « Building a New House for the Buddha: Buddhist Social Engagement and Revival in Vietnam, 1927-1951. »  The dissertation is based on extensive archival and library research in Viet Nam and France; it was supervised by Laurie Sears, Raymond Jonas, and Christoph Giebel (chair), and earlier also by Professor Emeritus Charles « Biff » Keyes.

The dissertation investigates in particular social engagement of Vietnamese Buddhists, in itself the product of the Buddhist revival emerging in the 1920s. During the revival, Vietnamese Buddhists attempted to remake their religion into a this-worldly Buddhism, establishing Buddhist associations and monastic schools and publishing periodicals to propagate the Dharma. Their goal was to use Buddhism to effectively deal with the colonization of the country by the French and the challenges posed by colonial modernity.

Hoang follows in great detail the debates within and among the emerging Buddhist associations of Cochinchina, Annam, and Tonkin, particularly during the 1930s and early 1940s when new ideas and profound change caused much excitement and activities as well as great anxieties and self-doubt.  What was the best way to propagate the Dharma among the masses?  How could one separate the « true » monk from the « fake »?  What was to be the proper balance between the sangha and the laity?  How could Buddhist associations organize themselves and operate effectively within an all-encompassing colonial order of control?  What role was there for revived Buddhism in the national(ist) struggle?  These and other questions fueled an explosion of intense debates, both in personal interactions as well as in various print media, over doctrinal, organizational and institutional aspects of Buddhism.

Despite personal and institutional rivalries, tensions between leading monks,  newly empowered lay people, and French authority, and persistent regional divisions, the ideal of a unified, all-Vietnamese Buddhist organization remained a long-standing, if elusive goal.  Unity, however, would come about only in the twilight of the colonial empire and the early years of the Cold War, and via the catalyst of the World Buddhist Conference in Sri Lanka.  In an epilogue, Hoang links the (short-lived) moment of unity in 1951 to the Buddhist Struggle Movement in the 1960s Republic, the subject of his earlier, pre-dissertation work.  At the end of a rigorous and vigorous defense, Hoang’s committee urged him to turn this important and richly documented dissertation into a full-fledged book manuscript.

Congratulations to Dr. Hoang Ngo!
C. Giebel

UW-Seattle, USA

Source : VSG

Thèse en ligne (PDF) téléchargeable sur le site de l’Université de Washington : https://digital.lib.washington.edu/researchworks/handle/1773/33976

Anthony Heathcote : Remember Forever – Relationships With the Living and the Dead in a Vietnamese Online Memorial Site [2015]

[ndlr] Résumé de la thèse de Anthony Heathcote (University of Adelaide, School of Social Sciences, 2015) sur un sujet inédit et passionnant : la mémorialisation en ligne dans le Viêt-Nam contemporain à travers l’étude des interactions des internautes sur un forum dédié aux personnes décédées. Cette recherche ethnographique « se déplace à travers le temps, l’espace et les mondes virtuels pour examiner la relation entre les nouvelles technologies des médias et des pratiques commémoratives qui sont souvent culturellement et politiquement controversées » (Christina Schwenkel, VSG).

This thesis is concerned with online memorialisation in contemporary Vietnam. It argues that the experiences of Vietnamese who participate in the online memorial site Nghĩa Trang Online highlight the continuities as well as tensions which exist between online, offline and other world (the world of the dead) communications. At its starting point, this thesis situates Vietnamese online interactions within the cultural practice of ancestor worship in Vietnam, which is the dominant relationship Vietnamese have with the dead. It demonstrates that online interactions with the dead which may seem new and untraditional are profoundly embedded in ancestor worship, and that the practice of ancestor worship itself is one which has transformed, through political, technological, economic and cultural changes.

These examinations also feed into wider socio-political issues in Vietnam, including the online memorialisation of fetuses after an abortion, and the remembering of revolutionary martyrs (liệt sĩ) killed during the American/Vietnam War in contrast to the forgetting of soldiers in the ARVN (Army of the Republic of Vietnam/South Vietnamese Army). This thesis also argues that Nghĩa Trang Online engenders a community where Vietnamese can express their emotions relating to loss, continue a relationship with the deceased through comments and online offerings, and give and receive support with fellow members. Such emotional expression is often disenfranchised in Vietnamese society and so online memorialisation becomes a new vehicle for the enfranchisement of grief.

This thesis is based on twelve months’ fieldwork between 2012-2013 in Vietnam within the major cities of Ho Chi Minh City, Hanoi and Da Nang, through online and offline participant observation in the country’s largest online memorial, Nghĩa Trang Online (Cemetery Online). The site is also known as Nhớ Mãi (Remember Forever). Originating in 2008, the website currently has around 60,000 members who use the memorial to create online tombs for the dead, ‘light’ candles and ‘burn’ incense, create online offerings, and remember and communicate with the living and the dead. A number of members also meet in person and participate in death days, cemetery visits, birthdays, weddings, charity events and other social gatherings.

The Internet is burgeoning with spaces dedicated to remembering the dead through social networking sites, blogs, museums, archives, cemeteries and memorials. While there is an expanding body of research contributing to this field, the interactions between the online, offline and the other world in contemporary Vietnam have not been anthropologically researched. This work aims to fill this gap, focusing on the extraordinarily diverse intersection of remembrance, continuing relationships, community, emotion and online memorialisation in contemporary Vietnam.

Mots clés : Nghĩa Trang Online / Nhomai.vn / Anthropology / Ancestor Worship / Death / Ethnography / Vietnam / Online Memorial / Community / Continuing Bonds / Grief / Emotion / Forgetting / Abortion / Revolutionary Martyrs / ARVN / Reflexivity

Source : VSG et Adelaide Research & Scholarship

Image « à la une » : illustration de la page d’accès du site mémoriel Nho Mai © DR

Henry Rousso : Face au passé. Essai sur la mémoire contemporaine [parution]

{ndlr] Présentation de l’éditeur.

Réf. : Rousso, Henry, Face au passé. Essai sur la mémoire contemporaine, Paris, Belin, coll. Histoire, 2016, 336 p. ISBN 978-2-7011-9763-0

« La mémoire du passé peut-elle conjurer le retour de la violence de masse? »

Rousso_FaceAuPasséLe terme de « mémoire » n’est plus seulement un mot galvaudé, c’est un mot usé. Il a fini par désigner sans distinction tout type de rapport entre passé et présent, reléguant au second rang, non sans de vives querelles, d’autres modalités comme la tradition ou l’histoire. Si la mémoire continue de fonder toute identité collective, elle a donné lieu ces dernières décennies à des formes inédites de revendications sociales et de politiques publiques. Elle est devenue une valeur cardinale de notre temps, un nouveau droit humain, un marqueur des sociétés démocratiques, qui repose sur l’idée qu’il faut agir rétroactivement sur l’Histoire, même révolue, pour la « réparer » et la réécrire au nom de principes qui fondent notre présent.

Dans cet ouvrage, Henry Rousso, l’un des premiers historiens à avoir travaillé sur l’histoire du souvenir des grands traumatismes collectifs, s’intéresse aux évolutions récentes des usages et politiques de mémoire en France mais montre aussi à quel point la compréhension de ces phénomènes doit se penser à une échelle globale, européenne ou mondiale. L’enjeu est d’importance : l’investissement considérable des sociétés modernes pour entretenir le souvenir des catastrophes historiques ne les a pas prémunies contre un retour du tragique et de la violence de masse qu’elles pensaient ainsi conjurer.

Henry Rousso est directeur de recherche au CNRS (Institut d’histoire du temps présent) et enseigne en France et à l’étranger. Il est notamment l’auteur de : Le Syndrome de Vichy (1987), Vichy un passé qui ne passe pas (avec É. Conan, 1994), La Hantise du passé (1997), La dernière catastrophe. L’histoire, le présent, le contemporain (2012).

Source : Belin

Pamela D. McElwee : Forests Are Gold Trees, People, and Environmental Rule in Vietnam

[ndlr] Parution d’un ouvrage intéressant sur les forêts vietnamiennes. Selon son auteure, il s’agit d’une étude interdisciplinaire à cheval entre l’anthropologie, les études environnementales, la géographie et l’histoire. Présentation de l’éditeur.

McElwee_ForestsAreGoldForests Are Gold examines the management of Vietnam’s forests in the tumultuous twentieth century-from French colonialism to the recent transition to market-oriented economics-as the country united, prospered, and transformed people and landscapes. Forest policy has rarely been about ecology or conservation for nature’s sake, but about managing citizens and society, a process Pamela McElwee terms « environmental rule. » Untangling and understanding these practices and networks of rule illuminates not just thorny issues of environmental change, but also the birth of Vietnam itself.

Pamela D. McElwee is associate professor of human ecology at Rutgers University. She is the coeditor of Gender and Sustainability: Lessons from Asia and Latin America.

Source : University of Washington Press

Réf. : Pamela D. McElwee, Forests are gold : trees, people, and environmental rule in Vietnam, Seattle : University of Washington Press, 2016, 312 p. ISBN : 9780295995489

Site personnel de l’auteure : http://www.pamelamcelwee.com/forestsaregold/

Image « à la une » : Poster de propagande de l’artiste Le Thiep (1977).

 

Một ngày ở Trung tâm Lưu trữ quốc gia II [vidéo]

[ndlr] Présentation vidéographique intéressante du Centre n° 2 des Archives nationales à Ho Chi Minh-Ville. Intitulée « Un jour au Centre des archives nationales II », la vidéo offre un aperçu du travail effectué en coulisses et de la préservation des documents. Merci à l’équipe des archives pour cette initiative.

Le Centre n° II à Hô Chi Minh-Ville : comprend les archives du Gouvernement de Cochinchine (Goucoch, plus de 2435 mètres linéaires) pour la période coloniale et celle de l’État national du Viêt-Nam (1948-1955) (43 mètres).

Il comprend les archives de la République du Viêt-Nam de 1955 à 1975 (460 mètres pour la Première République, 1955-1963 ; 2 mètres pour le Conseil militaire révolutionnaire, 1963-1965 ; 15 mètres pour le Comité directeur national, 1965-1967 et 158 mètres pour la Seconde République). Pour l’ensemble de la période 1954-1975 au Sud, il détient également le Fonds du premier ministre soit 1044 mètres ainsi que de nombreux autres Fonds sur une période plus longue, par exemple le Fonds du ministère des Finances de 1940 à 1975 soit 547 mètres, celui des Douanes, 547 mètres également. Selon Nguyen Thi Thiem, conservatrice, le Centre n° 2 gère actuellement un fonds de plus de 14.000 mètres linéaires au total comprenant plus de 4000 mètres pour la période coloniale jusqu’en 1945 et plus de 4000 mètres pour la période républicaine (1955-1975).

Enfin, il comprend de nombreux Fonds sur le pouvoir révolutionnaire et le Viêt-Nam réunifié jusque dans les années 1990. En plus d’une très grande richesse documentaire, le Centre n° 2 possède des collections de cartes (plus de 30.000), de documents iconographiques (plus de 100.000 photographies) et d’images animées ainsi que 200 heures enregistrées.

Voir les inventaires (PDF) ci-après :

Réf. : Trung tâm Lưu trũ Quốc gia II, Phạm Thị Huệ (chủ biên), Sách chỉ dẫn các phông lưu trữ bảo quản tại Trung tâm Lưu trũ Quốc gia II [Guide des fonds d’archives conservés au Centre n° 2 des Archives nationales], TP. HCM, NXB Tổng hợp Thành phố Hồ Chí Minh, 2006, 600 p.

FG

« Tạ Chí Đại Trường, la lucidité d’un regard historien » par Nguyễn Thế Anh [1993]

[ndlr] A l’occasion du décès de l’historien Tạ Chí Đại Trường le 24 mars dernier et pour lui rendre hommage nous reproduisons ci-dessous un texte du Professeur Nguyễn Thế Anh, également historien, paru initialement en 1993 dans Le Médecin du Viêt Nam. Ce texte a contribué à faire connaître en France et aux États-Unis les travaux de recherche de Tạ Chí Đại Trường. Texte retranscrit ici avec l’autorisation de l’auteur que nous remercions chaleureusement.

TaChiDaiTruong_VanMieu

Tạ Chí Đại Trường, la lucidité d’un regard historien

Nguyễn Thế Anh

1993

Originaire du Bình Định mais venu au monde à Nha Trang, Tạ Chí Đại Trường porte la marque du cadre géographique de sa naissance, son père, lettré confucéen, ayant en effet voulu que son nom soit composé des deux principaux toponymes de la province de Khánh Hòa, le mont Đại Lãnh et la rivière Trường Giang. Son enfance passée dans une région particulièrement empreinte des souvenirs historiques du Nam Tiến (la progression du peuple vietnamien en direction du Sud) a en tout cas contribué à déterminer une vocation dont rien ne peut l’écarter depuis qu’il l’a choisie. Faisant partie des toutes premières promotions d’étudiants en histoire de la Faculté des Lettres de Saigon, il tranche déjà sur les autres par l’originalité de sa pensée. Le mémoire qu’il rédige en 1964 pour l’obtention du diplôme d’études supérieures en histoire le fait remarquer par la hardiesse de ses conceptions et la largeur de ses vues : s’appuyant sur une utilisation exhaustive des anciens documents, il y expose les tenants et les aboutissants d’une situation de guerre civile qui a débuté en réalité bien avant le XVIIIe siècle pour ne se terminer qu’en 1802. Cette étude doit être couronnée en 1970 par un premier prix littéraire en République du Việt Nam, avant d’être publiée sous le titre « Histoire de la guerre civile au Việt Nam de 1771 à 1802 ». Mais elle va aussi, après 1975, valoir à son auteur toute une série de critiques acerbes de la part des auteurs marxistes de Hà Nội s’érigeant en seuls détenteurs de la vérité, tellement ses analyses attentives à la rigueur historique se démarquent d’une interprétation orientée idéologiquement. Leur sévérité n’empêche pas du reste ces censeurs de faire de larges emprunts, bien entendu inavoués à un ouvrage qu’ils ne cessent d’éreinter.

TaChiDaiTruong_ouvrages

Mobilisé en 1964 comme tant d’autres enseignants du secondaire de sa génération, Tạ Chí Ðại Trường va passer les dix années suivantes sous les drapeaux : c’est seulement vers la fin de cette période qu’une affectation à l’État-major, au bureau du service historique de l’armée, vient apporter un certain adoucissement à son sort. Il continue cependant, malgré la servitude militaire, à mener des recherches sur l’histoire monétaire du XVIIIe siècle, à laquelle ses connaissances numismatiques l’ont poussé à s’intéresser. Il rédige en même temps une thèse de doctorat sur le soldat colonial en Cochinchine (1862-1945) : elle ne sera pas soutenue, la chute de Saigon survenant alors qu’il y met la dernière main1. Il vient à peine d’être rendu à la vie civile quand la victoire des troupes du Nord-Vietnam impose le régime communiste sur le Sud. Son ancien grade de capitaine lui vaut à ce moment une période interminable de « rééducation », de 1975 à 1981. Les souffrances physiques et morales endurées ne réussissent pourtant pas à l’abattre ; elles lui permettent au contraire d’affiner son regard sur les hommes et les choses, et les notes qu’il a prises au long de cette détention constituent un témoignage lucide d’historien, sans haine ni passion, sur toute la malédiction qu’implique la formule Vae Victis ! Il est à souhaiter que ces notes puissent être publiées un jour2. Après sa libération, Tạ Chí Ðại Trường trouve, pour subsister, un travail d’ouvrier à la coopérative de fabrique de papier Ðồng Tháp (Saigon), puis à partir de 1987, un emploi de correcteur d’épreuves dans une imprimerie. TCDT_BaiSuKhacChoVNDepuis mai 1991, il est au chômage, vivotant grâce à des commandes de traduction de romans policiers occidentaux. A cette « prolétarisation » correspond toutefois la phase la plus productive de sa vie, car l’adversité l’a extraordinairement mûri, tout en l’incitant à prendre courageusement le contre-pied des thèses et hypothèses aventureuses de l’école officielle. Il en est résulté des études et articles proposant des vues tout à fait neuves sur différents aspects de l’histoire du Việt Nam, et qui ont pu être connus à l’extérieur du pays par l’entremise d’amis dévoués. L’ouvrage intitulé « Les génies, l’homme et la terre vietnamienne »3, notamment, est une admirable synthèse d’histoire des mentalités qui éclaire l’évolution des croyances populaires dans la société vietnamienne.

Tạ Chí Ðại Trường se propose dans un proche avenir d’étudier l’histoire de la formation de la principauté méridionale des Nguyễn et de redresser les erreurs d’interprétation qui n’en finissent pas d’être proférées sur le XVIIème et XVIIIème siècles. Il ne renonce donc toujours pas  à perpétuer la tradition antique des historiens dignes de ce nom, celle qui conduit au refus de se plier devant la force.

Nguyễn Thế Anh, historien, Directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études (Sorbonne-Paris).

TCDT_nhung_bai_da_su_vietTexte paru dans Le Médecin du Việt Nam, journal de l’Association des Médecins du Viêt Nam, n° 8, V-VI/1993, p. 13 puis reproduit sur la couverture de l’ouvrage Những bài dã sử Việt, California, Thanh Văn, 1996.

Image « à la une » : illustration de couverture de la 3e réédition de Thần, người và đất Việt à Hanoi en 2013.

Notes

  1. Un chapitre en a été extrait pour être publié dans la revue Văn Lang (Westminster, California), n° 1, 1991, pp. 65-87, sous le titre « Le recrutement militaire en Cochinchine pendant la Première guerre mondiale » []
  2. Ðã in dưới tựa đề Một khoảnh VNCH nối dài, Thanh Văn XB, 1993 (Chú, 1995) []
  3. Thần, người và đất Việt, Westminster, CA, Văn Nghệ, 1989, 397 p. []