Archives par mot-clé : histoire sociale

Dịu-Hương Nguyễn – “Eve of Destruction: A Social History of Vietnam’s Royal City, 1957-1967” [PhD]

[ndlr] Annonce de la soutenance de thèse (PhD) de Dịu-Hương Nguyễn sur l’histoire sociale de Huê, l’ancienne ville impériale, en temps de guerre. Résumé de Christoph Giebel sur ce travail qu’il a dirigé. Nous le remercions pour son aimable autorisation pour la publication de cette annonce.

Dr Diu-Huong Nguyen © 2017

With great pleasure I’d like to announce that Dịu-Hương Nguyễn successfully defended her dissertation last week at the University of Washington in Seattle and earned a PhD degree in History with a specialization in modern Viet Nam. Her dissertation is titled “Eve of Destruction: A Social History of Vietnam’s Royal City, 1957-1967” and captures Huế and its residents in the decade between the founding of the University of Huế and the city’s near-total destruction in early 1968. With great sensitivity and attention to detail, Hương Nguyễn is able to recreate in evocative ways the habits of life in Huế, its citizens’ quotidian interactions, activities, and concerns, the mentalité of the times, even the sounds and smells of street life in this former royal city renowned for its tranquility, pastoral ambience, and measured rhythm of public life. While the years 1957-1962 were marked by increasing urbanization and a renewed cultural and intellectual scene, the religious and political upheavals of 1963 rocked the city, and during 1964-1967, war and civil strife cast ominous clouds and crept ever closer to the city.

Hương Nguyễn’s dissertation focuses our attention on several critically understudied areas in the field: on Central Viet Nam and Huế in their own right, on social history and urban transformations, and on Vietnamese human experiences and the voices of ordinary people at a time of violent conflict. It is an important, timely corrective to the still dominant top-down approaches to Viet Nam at war, with their overwhelming emphasis on political and military affairs and their habitual employment of simplistic regional, political and ideological binaries, holdouts from the Cold War. In this dissertation, pre-1968 Huế and its inhabitants reappear in their rich multiplicity and local specificity that have long defied cooptation by any larger claim of the powerful.

Admirably researched under sometimes challenging circumstances, the dissertation is based on materials found in the Provincial Archives of Huế, Viet Nam’s National Archives II and III, multiple media and literary sources, as well as published memoirs and a host of interviews of current and former residents of Huế conducted on three continents. Hương Nguyễn’s doctoral committee at UW comprised Professors Laurie Sears, Raymond Jonas, Miriam Kahn, and Christoph Giebel (chair).  Professors Nguyễn Quang Ngọc and Phạm Hồng Tung at VNU’s History Department and William Frederick at Ohio University’s Southeast Asia Program provided earlier guidance as well. The completion of the dissertation was supported by a prestigious Mellon/American Council of Learned Societies fellowship.  Congratulations, Dr. Nguyễn Dịu-Hương!

C. Giebel

UW-Seattle, USA

Image « à la une » : Vue d’une rue animée de Huê dans les années 1950 (Sontrung’s Blog).

Bradley Camp Davis : Imperial Bandits Outlaws and Rebels in the China-Vietnam Borderlands (Conférence le 23 février 2017))

[ndlr] A ne pas manquer. La Section d’Études Vietnamiennes de LCAO, recevra Bradley Camp Davis à Paris Diderot le 23 février prochain (16h – 17h30) autour de la publication de son ouvrage Imperial Bandits Outlaws and Rebels in the China-Vietnam Borderlands (2017). Ce séminaire est ouvert à tous, dans la limite des places disponibles.

conferencesev_bradleycampdavis_2017

Pour l’étude des filiations du communisme vietnamien : l’utilité d’une base de données prosopographique

Réflexion et hypothèse de travail sur l’élite communiste vietnamienne. L’interrogation d’un de nos lecteurs sur la sociologie des boat people vietnamiens me donne l’occasion de revenir succinctement et à grand traits sur les possibles filiations du communisme vietnamien. Des filiations multiples, croisées, composées de liens de forte ou de faible intensité, que seule une base de données prosopographique relationnelle pourrait contribuer à éclairer.

Un corpus conséquent

De quoi est faite l’élite politique vietnamienne d’aujourd’hui ? Quelles en sont les composantes ? Quelles filiations sont prépondérantes ? Quelles articulations entre-elles ? Une des sources essentielles permettant l’approche prosopographique1 pour l’étude du Parti communiste vietnamien depuis sa fondation en 1930 est le site officiel du parti2. Les notices biographiques des dirigeants de l’organisation et des membres du Comité central constituent une source officielle précieuse que l’on peut confronter aux sources archivistiques et aux nombreuses publications biographiques ou monographies régionales publiées au Viêt-Nam. A travers les différents sites officiels de l’Etat-Parti, l’ensemble des données aujourd’hui publiques et disponibles sur la toile se comptent par milliers. La constitution d’une base de données sur le modèle de celle élaborée depuis 1989 par Jean-Pierre Dedieu pour l’étude de la monarchie espagnole du XVIIIe et du XIXe siècles permettrait un traitement efficace de ces données3.

On peut évaluer à la louche un corpus (échelon national) de plus de dix mille fiches brassant les différentes composantes du PCV depuis sa création : les dirigeants du Parti et de l’État ; les membres du Comité central (le bureau politique, le secrétariat général…) pour chaque congrès (de 1930 à 2011 : I à XI, le XIIe congrès en janvier 2016) ; les membres des dix comités du Parti liés au Comité central ; les cellules du Parti rattachées au Comité central. A cela s’ajoutent les députés de l’Assemblée nationale4, les membres du Parti aux différents échelons de l’administration locale ou de la représentation populaire (Comités populaires et Conseils populaires) sur trois niveaux : provinces et cités-provinces, districts, communes.

Une double filiation mandarinale/paysanne et sino-soviétique ?

Tenter d’inscrire le Viêt Minh dans une filiation de longue durée en plaçant le mouvement indépendantiste fondé par Ho Chi Minh en mai 1941 dans la continuité des lettrés résistants du Can Vuong (Mouvement « Aide au Roi », 1885-1895) est une perspective séduisante mais qui pose problème5. La sociologie du mouvement communiste vietnamien tout au long du XXe siècle montre que c’est en réalité plus complexe. Car si une filiation avec les partisans du Can Vuong est réelle, elle ne concerne pas que le mouvement national-communiste. D’autres partis révolutionnaires comme le VNQDD ou le Dai Viet peuvent en effet s’inscrire dans cette généalogie sociale et politique6. En ce qui concerne le mouvement communiste, il faudrait voir s’il n’y a pas plutôt rupture volontaire avec cette filiation emblématique à partir des années 1950. Entre 1925 et 1930, l’histoire de la genèse du parti expose les premières difficultés pour unifier les différentes factions communistes vietnamiennes et démontre la multiplicité des trajectoires7. Dans le même ordre d’idée, la lutte à mort entre les kominterniens et les trotkistes dans les années 1937-1945 illustre la tentative d’unifier le communisme vietnamien dans une ligne stalinienne unique.

Après l’accession au pouvoir en 1945, par deux fois, notamment pendant la période des deux guerres (1945-1954 + 1955-1975), la sociologie du Viêt-Minh va être modifiée, toute la question (et la difficulté) est de pouvoir mesurer la profondeur de cette transformation et son inscription dans le temps. Une première transformation s’opère avec la réforme agraire radicale (déc. 1953-1956) lorsque celle-ci met violemment hors jeu la génération de lettrés affiliés au Viêt-Minh à laquelle se rattachent (à titre d’exemple) Vo Nguyen Giap ou Dang Van Viet. La filiation mandarinale est écrasée au profit de la filiation paysanne ou supposée telle8. La seconde transformation, plus politique que sociale, intervient avec la fracture de 1966-1967 lors de l’affaire dite du « révisionnisme anti-parti ». A ce moment, un second coup de massue est infligé à la filiation mandarinale pro-soviétique au profit de la filiation paysanne maoïste représentée par l’ascension de Le Duan à la tête du parti Lao Dong à partir de 19609. Pour faire court, le communisme de guerre, moteur de la réunification par la force, l’emporte jusqu’en 1975 contre la coexistence pacifique Nord-Sud10.

Des fractures non refermées

Ces deux fractures internes au mouvement communiste ou national-communiste vietnamien ont à mon sens fortement impacté à la fois la sociologie du parti mais aussi les choix politiques qui découlèrent de cette transformation. Ces crises ont laissé des traces à l’intérieur du Parti communiste vietnamien jusqu’à nos jours11. Elles sont décelables dans les filiations politiques des membres du PCV, dans la composition des lieux de pouvoir du parti. Pour ainsi dire, les maoïstes ont gagné la guerre d’un point de vue militaire tandis que les pro-soviétiques ont su relever le pays après la disparition des premiers et la jonction entre les deux s’est réalisée sans grande purge publique « à la chinoise ». En maintenant un équilibre entre ces branches multiples (politiques et régionales) le PCV a pu concevoir sa rénovation à la fin des années 80. Celle-ci intervient néanmoins après dix ans de gabegie économique et, ce n’est pas un hasard, après la mort des vieux dirigeants, notamment des idéologues pro-chinois.

Le Doi Moi (Rénovation, perestroika vietnamienne) marque le retour définitif des « experts » sur les « rouges ». Le pragmatisme redevient la règle, c’est en réalité une question de survie pour le régime qui fait face à une situation économique et sociale désastreuse. Le Parti effectue un virage idéologique clair (inscrit dans les différences des constitutions de 1980 et de 1991) et amorce une libéralisation économique avec l’abandon du « droit de maître collectif » cher à Le Duan. Tout ceci est accompagné et soutenu par un virage diplomatique très bien maîtrisé entre 1990, date du retour de la paix avec la Chine (conférence secrète de Chengdu) et 1995, adhésion à l’ASEAN sans parler de la normalisation des relations avec les États-Unis avec la fin de l’embargo en février 1994.

Le maintien du PCV au pouvoir repose sur l’équilibre (toujours recherché lors des congrès) entre les différentes filiations historiques, lettrée, paysanne mais aussi régionale, voire extra-nationale. En effet, il faut intégrer dans le jeu au moins trois filiations « externes » depuis 1975 dont l’éducation politique a peu à voir avec le communisme d’antan : celle des « sudistes », d’abord écartés puis remobilisés pour sortir de l’impasse économique, celle des « retours de l’Ouest » du Doi Moi, cette génération d’experts formés dans les pays du bloc soviétique et enfin celle des « diplomates / entrepreneurs » formée dans les universités et écoles de commerce des pays capitalistes notamment aux États-Unis, à Singapour, en Australie ou en Europe. Cette dernière s’impose de plus en plus dans le paysage économique. Elle est aujourd’hui une ressource indispensable au bon maintien de l’économie.

Alors que le Viêt-Nam s’est converti depuis 25 ans à l’économie de marché « socialiste », la classe des entrepreneurs du parti, souvent dénommée dans la presse comme « groupes d’intérêts » (nhom loi ich) liés aux différentes factions du pouvoir, se positionne désormais comme le maillon fort du régime. Comme le rappelait Philippe Papin dans son analyse socio-culturelle du Viêt-Nam, sur le plan politique l’enjeu reste le même : « L’enjeu, c’est de conserver le contrôle – ou prétendre le conserver, cela peut suffire – sur une machine économique de plus en plus autonome mais qu’il faut pourtant rendre compétitive pour assurer la stabilité sociale, le développement et l’intégration régionale »12. La recherche d’un équilibre entre les différents groupes politico-économiques dans le contexte d’une économie de plus en plus mondialisée (voir l’accord récent sur le TPP) est à ce titre particulièrement importante.

L’unification nationale, un moyen et non une fin

Le Viêt-Minh (1941-1951) a, chacun sait, joué un rôle crucial dans la lutte pour l’indépendance mais il a failli dans l’unification des forces nationales dès 1946. Il faut dire que la France a pesé considérablement dans les divisions vietnamiennes (soutien et mise en place de la République autonome de Cochinchine le 1er juin 1946 alors que le gouvernement de la RDVN négociait l’unification du territoire). La disparition du Viêt-Minh en tant qu’organisation populaire unitaire en 1951 au profit de la création du Parti des Travailleurs du Viêt-Nam sur le modèle chinois atteste que le mouvement indépendantiste fut plus un moyen qu’une fin. Il permit l’accession au pouvoir d’une poignée de cadres communistes déterminés (Ho Chi Minh, Vo Nguyen Giap, Truong Chinh, Pham Van Dong, Le Duan, Le Duc Tho) pour mener à bien la révolution et la guerre. Le schéma de l’alliance patriotique fut reproduit au Sud à travers le FNL-Sud Viêt-Nam cette fois-ci contre les « américano-fantoches » selon la terminologie communiste avec un certain « succès » (obtenir le contrôle total sur le plan politique).

Ce groupe très restreint de leaders communistes allait conserver le pouvoir suprême jusqu’à sa disparition. Le décès des figures historiques (ou la mise à l’écart de certains dirigeants comme Vo Nguyen Giap) permit, après la décennie noire de l’économie subventionnée (1976-1986), d’ajourner la « triple révolution socialiste » pour promouvoir l’économie de marché « à orientation socialiste » (1991) qui a enrichi les nouvelles élites du Parti depuis vingt-cinq ans. Nous sommes donc désormais loin des premiers mandarins affiliés au Viêt-Minh et la filiation chinoise reste particulièrement prégnante au regard des rapports amicaux entre les deux Partis communistes. La Chine populaire pèse encore lourdement sur le destin intérieur du Viêt-Nam par ses relais économiques et sociaux mais aussi via la filiation politique qu’elle entretient au sein du Parti frère. Pour l’étude du communisme vietnamien et plus généralement pour saisir les ressorts cachés de l’évolution politique du pays, l’approche prosopographique nous paraît indispensable. A l’approche du XIIe Congrès du PCV prévu en début d’année 2016, le partage du pouvoir et le bon équilibre à trouver entre ces différentes filiations semble de plus en plus difficile. L’étude des ces filiations et des réseaux qui en découlent seraient des plus utiles pour saisir cette évolution interne et imaginer le futur.

FG

Image « à la une » : affiche de propagande célébrant le 85e anniversaire de la naissance du PCV.

A lire sur Mémoires d’Indochine :

Notes

  1. Claire Lemercier & Emmanuelle Picard, Quelle approche prosopographique?, Hal, 2010 ; Emmanuelle Picard et le LARHRA organisent depuis 2012 un séminaire intitulé « La prosopographie: objets et méthodes ». La quatrième édition de cette année 2015-2016 s’intéresse plus particulièrement aux questions de recherche mobilisant la prosopographie []
  2. Báo điện tử Đảng Cộng sản Việt Nam []
  3. Voir la présentation succincte : Fichoz, base de données pour l’histoire sociale ; Jean Pierre Dedieu et Álvaro Chaparro, « De la base au réseau. L’apport des bases de données à l’étude des réseaux », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 12 | 2013, mis en ligne le 01 février 2013 []
  4. Un important travail avait été initié par Matthieu Salomon, voir : « Les élections législatives du 19 mai 2002 (XIe Assemblée nationale) : Processus de sélection des candidats et vote populaire dans le Vietnam contemporain », in Christophe Gironde et Jean-Luc Maurer (sous la dir.), Le Viêt-Nam à l’aube du XXIe siècle, Paris, Karthala, 2004, pp. 41-71 []
  5. Une perspective surtout inscrite dans l’historiographie des années 70 et 80 avec les études de Jean Chesneaux, Charles Fourniau et Nguyen Khac Vien. Sur quelques portraits du Can Vuong, voir l’article en trois volets du sociologue Trinh Van Thao sur Mémoires d’Indochine []
  6. Par exemple Truong Chinh Duong, l’arrière-grand père de Truong Tu Anh, chef du parti national du Grand Viêt-Nam, avait été un acteur du Can Vuong au niveau local dans la province de Phu Yen, voir : François Guillemot, Dai Viet, indépendance et révolution au Viêt-Nam, Paris, Les Indes savantes, p. 53 []
  7. Huynh Kim Khanh, Vietnamese Communism 1925-1945, Ithaca, Cornell University Press, 1982 []
  8. Voir les témoignages personnels de Bui Tin ou de Dang Van Viet sur ce sujet : Bui Tin, 1945-1999 Vietnam la face cachée du régime, Paris, Éditions Kergour, 1999 ; Dang Van Viet, Souvenirs d’un colonel Vietminh : portrait, Paris, Indo éditions, 2006 []
  9. Martin Grossheim, ‘Revisionism’ in the Democratic Republic of Vietnam: New Evidence from the East German Archives, Cold War History, Vol. 5, Issue 4, 2005, pp. 451-477 ; Sophie Quinn-Judge, « The Ideological Debate in the DRV and the Significance of the Anti-Party Affair, 1967–68 », Cold War History, Vol. 5, Issue 4, 2005, pp. 479-500  []
  10. Lien-Hang T. Nguyen, Hanoi’s War. An international history of the war for peace in Vietnam, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2012  []
  11. Voir par exemple les débats soulevés en septembre 2014 autour de l’exposition hanoïenne sur l’histoire de la Réforme agraire (1946-1957), exposition rapidement fermée pour « un problème électrique », on ne pouvait pas mieux dire au sens figuré. Voir Bàn về triển lãm Cải cách ruộng đất, BBC tieng Viet, 09/09/2014 ; Đóng triển lãm ‘Cải cách Ruộng đất’?, BBC tieng Viet, 11/09/2014 ; Hoàng Phương, Khoảng lặng bên trong triển lãm Cải cách ruộng đất, VN Express, 11/11/2014 ; Pham Chi Dung, Triển lãm Cải cách ruộng đất: “Nông dân hết thời, địa chủ vạn đại”, VNTB, 13/09/2014 []
  12. Philippe Papin, Viêt-Nam, parcours d’une nation, Paris, Belin / La Documentation française, 2003, p. 129 []

La nouvelle histoire des idées politiques [Repères 2015]

[ndlr] Cet ouvrage évoqué en séminaire est paru en avril 2015 dans la collection Repères (n° 639) des éditions La Découverte. Présentation de l’éditeur suivie de liens vers des recensions.

LaNouvelleHistoireDesIdéesPolitiquesL’histoire des idées politiques s’est longtemps résumée au commentaire savant de grands penseurs ou de grandes questions éternelles. Partout dans le monde, les entreprises de refondation se sont pourtant multipliées depuis les années 1970, portées par des approches parfois divergentes, mais s’accordant sur la nécessité de ne pas traiter les idées comme des objets désincarnés. Étrangement, ces développements n’ont eu, encore récemment, que peu de retentissement en France.

C’est à cette situation que remédie cet ouvrage. Disséquant les apports d’écoles consacrées (école de Cambridge, sémantique historique allemande, généalogie foucaldienne, histoire sociale des idées politiques bourdieusienne, etc.) et mettant en perspective des thématiques particulières (idées et milieux populaires, idées et décision publique, etc.), il offre des réponses à des questions essentielles : qu’est-ce qu’une idée politique ? Les idées politiques sont-elles le fruit du seul génie créateur de leurs auteurs ? Gouvernentelles le monde ?

Arnault Skornicki est maître de conférences en science politique à l’université Paris-Ouest-Nanterre, membre de l’ISP (Institut des sciences sociales du politique). Spécialiste d’histoire sociale des idées politiques et économiques aux XVIIIe-XIXe siècles, il est notamment l’auteur de L’Économiste, la cour et la patrie. L’économie politique dans la France des Lumières (CNRS Éditions, 2011).

Jérôme Tournadre est chargé de recherche CNRS à l’ISP (Institut des sciences sociales du politique, CNRS/université Paris-Ouest/ENS Cachan). Spécialiste de sociologie des intellectuels, des idées politiques contemporaines et des mouvements sociaux, il a publiéAu-delà de la gauche et de la droite, une troisième voie britannique ? (Dalloz, 2006) et Après l’apartheid. La protestation sociale en Afrique du Sud (PUR, 2014).

Source : La Découverte

Recensions :

Giovanni Carpinelli, « Arnault SKORNICKI et Jérôme TOURNADRE, 2015, La Nouvelle Histoire des idées politiques, Paris, La Découverte, 123 p. », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], mis en ligne le 16 septembre 2015, consulté le 03 novembre 2015. URL : http://ress.revues.org/3156

Manuel Cervera-Marzal, « Skornicki (Arnault), Tournadre (Jérôme), La nouvelle histoire des idées politiques. », Revue française de science politique, vol. 65, no 3, juin 2015, pp. 515‑516.

Arthur Hérisson, « Arnault Skornicki, Jérôme Tournadre, La nouvelle histoire des idées politiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 12 mai 2015, consulté le 03 novembre 2015. URL : http://lectures.revues.org/18003

Louis Pinto, « Arnault Skornicki, Jérôme Tournadre, La nouvelle histoire des idées politiques », Lire les sciences sociales [En ligne], mis en ligne le 22 juin 2015, consulté le 03 novembre 2015. URL : http://llss.hypotheses.org/821

Lien vers l’ouvrage en ligne sur le portail CAIRN : https://www.cairn.info/la-nouvelle-histoire-des-idees-politiques–9782707174260.htm

Les sites du pouvoir : capitales, palais et lieux saints – Séminaire du CASE

[ndlr] Programme du Séminaire de recherche du CASE.

Histoire sociale de l’Asie du Sud-Est à l’époque moderne et jusque dans ses développements contemporains – OE01VT

Programme du séminaire de Master

1er semestre 2015-2016

bandeau_CASE

 

Mathieu Guérin (INALCO – UMR 8170), Grégory Mikaelian (CNRS – UMR 8170) et Emmanuel Poisson (U. Paris Diderot – UMR 7219)

Les sites du pouvoir : capitales, palais et lieux saints

Un vendredi sur deux, de 14 h à 17 h

Salle : 220A

Université Paris Diderot

Bâtiment Condorcet – 2e étage

Accès public : 4 rue Elsa Morante 75013 Paris

Evoqués dans de nombreuses études, les capitales, leurs palais et les lieux saints qui leur sont associés ont mobilisé diverses disciplines pour rendre compte de la manière dont, en Asie du Sud-Est, le pouvoir fondateur s’inscrit dans le paysage. Mobilisant l’archéologie, l’histoire urbaine, l’analyse de la symbolique royale ou l’anthropologie politique, c’est surtout la notion d’Etat segmentaire qui, pour l’époque moderne, a servi de fil conducteur à ces recherches. A travers ses diverses formulations qui ne sont pas toutes équivalentes (l’‘Etat cosmique’, l’‘Etat mandalaïque’, le ‘pouvoir galactique’, l’‘Etat théâtre’, le ‘royaume solaire’, le ‘royaume des mots’, ‘l’Etat volatile’, etc.), les auteurs accordent souvent une attention particulière aux modalités concrètes de l’inscription spatiale du pouvoir ainsi qu’à la relation qu’il est possible d’établir entre cette inscription et la forme que revêt le pouvoir.

C’est à ce type de relations que sera consacré le séminaire. A l’aide de données actualisées, il sera notamment question d’examiner l’hypothèse déjà ancienne selon laquelle l’adoption du bouddhisme et celle de l’islam, modifiant diversement la relation des hommes aux dieux, œuvrerait à une centralité plus affirmée du pouvoir incarné par les figures de la royauté. La pérennité des lieux saints, les déplacements de la capitale, l’existence en son sein d’un urbanisme géométrique plus ou moins affirmé, l’éventuelle centralité du palais royal – ou de ce qui est venu, à une époque tardive, le remplacer –, la présence de palais hiérarchisés au sein d’une maison royale qui se déploie dans la capitale, l’esthétique et l’architecture palatiale comme politique de la représentation du pouvoir seront autant de phénomènes dont la recension et l’analyse permettront de mettre en évidence la cohérence des sociétés politiques de l’époque moderne, jusque dans leurs éventuels développements contemporains. Dans une démarche comparative, certaines interventions porteront sur les aires culturelles voisines de l’Asie du Sud-Est informées par le bouddhisme ou l’islam.

Programme rectifié : 1ère séance le vendredi 23 octobre 2015

23 octobre : les capitales du monde taï

  • François Lagirarde (EFEO) : « Haripunchai et les Mueang Taï »
  • Michel Lorrillard (EFEO / CASE, UMR 8170) : « Luang Prabang et Vientiane »

13 novembre : les palais d’Insulinde (1)

  • Pierre-Yves Manguin (EFEO/CASE, UMR 8170) : « Les palais d’Insulinde, de Palembang à Majapahit et Malaka »
  • Marie-Sybille de Vienne (INALCO, ASIEs), « Le palais de Bruneï »

27 novembre : les palais d’Insulinde (2)

  • Claude Guillot (CASE, UMR 8170), « La ville de Banten et son palais royal »
  • Amandine Lepoutre (CASE, UMR 8170), « Parik, capitale came du XVIIIe siècle »

11 décembre : les palais de l’aire culturelle sinisée

  • Emmanuel Poisson (U. Paris Diderot, UMR 7219) : « Les palais de Thang Long : Hanoi à la lumière des récentes découvertes archéologiques »
  • Guillaume Carré (EHESS / CRJ, UMR 8173) : « Le château d’Edo et le palais de Séoul »

8 janvier : capitales et palais du monde khmer, une approche sur le temps long

  • Eric Bourdonneau (EFEO/CASE, UMR 8170) : « Capitales et palais du Cambodge ancien »
  • Grégory Mikaelian (CASE, UMR 8170) : « Capitales et palais du Cambodge post-angkorien »

C. Michele Thompson: Vietnamese Traditional Medicine – A Social History

[ndlr] Une nouvelle publication très intéressante. Présentation de l’éditeur.

Medical manuscripts in Chinese and in Nom (vernacular Vietnamese) capture various aspects of the historical interaction between Chinese and Vietnamese thought. In Vietnamese Traditional Medicine: A Social History, Michele Thompson argues that indigenous Vietnamese concepts regarding health and the human body helped shape Vietnam’s reception of foreign medical ideas and practices, first from China and then from the West. To illustrate this theme, she presents a detailed analysis of the Vietnamese response to a Chinese medical technique for preventing smallpox, and to the medical concepts associated with it, looking at Vietnamese healers from a variety of social classes. Thompson’s account brings together colorful historical vignettes, contemporary observations and interviews, and textual analysis. One particularly instructive episode was Jean Marie Despiau’s 1820‒21 journey from Vietnam to Macau to secure doses of smallpox vaccine to vaccinate the royal children of the Nguyen Dynasty. The documentation associated with Despiau’s effort provides insight into the Vietnamese receptiveness to one foreign medical technique and the concepts of the body associated with it.

Thompson_VietnameseTraditionalMedecine_SocialHistory_book

Ref. : Thompson, C. Michele, Vietnamese Traditional Medecine. A Social History, Honolulu: University of Hawaii Press, 2015, 248 p. ISBN: 978-9971-69-835-5

Source : University of Hawaii Press

Solène Granier : Domestiques indochinois – CR de lecture par Sara Moisy

Granier_DomestiquesIndochinoisL’ouvrage Domestiques indochinois de Solène Granier est paru aux éditions Vendémiaire en 2014. Venant combler un « vide historiographique », celui de la domesticité et des domestiques indochinois qui ont migré puis travaillé en métropole, cet ouvrage pose la question du statut du domestique, un statut très ambivalent puisqu’il est à la jonction de plusieurs statuts : celui du colonisé, celui du migrant, celui du travailleur, celui du dominé ou encore celui du non-ayant droit.

Pour qualifier la situation des domestiques indochinois, l’auteure met en avant trois dimensions : celle de l’expérience professionnelle et de l’identité professionnelle, celle de l’itinéraire migratoire individuel ou collectif et celle des interactions sociales dans trois espaces donnés que sont la colonie, l’espace migratoire et la métropole. Solène Granier utilise la notion d’Indochinois pour désigner les domestiques migrants originaires du Vietnam, du Cambodge et du Laos, même si la grande majorité étudiée est originaire des trois provinces vietnamiennes. Ses approches sont historique et sociologique : elle croise l’histoire des migrations coloniales de 1897 à 1939 à l’analyse des relations sociales entre groupes qui composent la société coloniale, la société colonisée et la société migrante.

Trois idées principales permettent de retracer les évolutions du statut de domestique à travers le temps et les différents espaces et de rendre compte de la réalité des pratiques, en allant notamment à l’encontre de certaines prénotions sur la domesticité coloniale. Tout d’abord, il s’agit de la relation et de l’évolution de la mise à distance des perceptions de l’Autre, entre la colonie et la métropole, entre le colonisé et le colon, qui permettent de rendre compte du statut et de la trajectoire sociale du domestique (1). Ensuite, le lieu principal d’interaction sociale entre le domestique et le métropolitain demeure celui du « foyer familial », à savoir la famille française ou européenne dans laquelle l’Indochinois travaille en tant que boy et l’Indochinoise en tant que congaï. Il apparaît que les interactions en son sein sont plus complexes et plus nuancées ; il s’agit en ce sens de « la réalité » des pratiques sociales (2). Enfin, l’histoire des domestiques indochinois doit prendre en compte l’expérience migratoire : elle apparaît comme un processus de construction de l’identité du domestique et comme un interstice où le colonisé est acteur de son propre parcours migratoire (3).

Évolution de la mise à distance colonie-métropole à travers le temps et les espaces coloniaux

On peut découper l’évolution de la relation colonie-métropole en trois étapes historiques majeures (a) et l’analyser à l’aune de cadres de pensées et de modes de vie différenciés (b).

  • Les étapes historiques de la mise à distance

La première étape historique, de 1897 à 1920, correspond à la construction de l’identité coloniale et de la domination du métropolitain sur le colonisé. C’est le temps de l’affirmation de l’idéologie colonialiste et des premières interactions entre « employeurs blancs » et « domestiques jaunes ». Il s’agit d’asseoir la supériorité du métropolitain et le domestique est fortement mis à distance ; Solène Granier parle d’une figure du boy asexué, dévirilisé, efféminé et inculte. L’arrivée des femmes européennes dans la société coloniale accentue par ailleurs cette distance car, selon les discours coloniaux, la femme devient garante de l’ordre moral au sein du foyer ; elle doit maintenir les distances entre les corps tout en acceptant les influences mutuelles qui s’y développent. La seconde, de 1920 à 1930, correspond à la période des premières migrations de masse, le port de Saïgon étant devenu une plaque tournante entre la métropole et la colonie avec l’ouverture de lignes régulières qui nécessitent une main-d’œuvre indochinoise. C’est également le début du tourisme colonial, avec ce que Solène Granier qualifie d’« hôtels flottants » et de « domesticité flottante ». Ces deux phénomènes ont pour effet de démocratiser la migration, devenant une migration de masse qui modifie radicalement la distance métropole-colonie. L’arrivée de migrants indochinois en métropole s’effectue parallèlement au retour des soldats en Indochine ; la perception de l’Autre change, ce dernier devenant de plus en plus familier. La troisième période enfin, de 1930 à 1939, correspond au temps de la rationalisation des rapports entre métropolitains et colonisés avec la popularité que connaît la domesticité coloniale en France. La mise à distance existe toujours mais son ampleur est très réduite et les distances physiques et sociales peuvent dans certains cas disparaître.

Il est toutefois nécessaire de concevoir ces étapes à l’aune des cadres de pensées et des modes de vies dans lesquels elles s’inscrivent. Les influences entre métropolitains et domestiques indochinois sont inégales mais réciproques ; elles permettent de poser la question de la transposition des modèles respectifs dans le territoire de l’Autre.

  • Transposition des cadres de pensée et des modes de vie

Dans le cas de la société coloniale en Indochine, on a une transposition de la hiérarchie sociale métropolitaine et de la conception du service domestique. La domesticité apparaît comme un « marqueur de la stature coloniale » ; la subordination est essentielle et le rapport de domination, aussi bien racial que social, est au cœur de la relation professionnelle. Le métropolitain acquiert une double supériorité, en sa personne de colonisateur et d’employeur. Ces conceptions, au départ du moins et dans le cas de la domesticité sur le territoire indochinois, ne s’éloignent donc pas des conceptions traditionnelles du domestique qui prévalaient en France. Dans le cas des domestiques migrants en métropole, on a une transposition du modèle de migration et de solidarité collective indochinois. En effet, les migrations sont le fait des villages indochinois, qui ne sont pas des espaces figés mais bien des espaces en mouvement dans lesquels de nombreuses migrations rurales s’effectuent. La migration vers la métropole ne constitue donc qu’une étape supplémentaire dans le parcours migratoire de certains domestiques. Par ailleurs, les traditions communautaires et villageoises de la société vietnamienne ont permis aux migrants de tisser des réseaux pour être travailler dans les hôtels flottants lors de la traversée ou dans des familles lors de l’arrivée en métropole.

Pour autant, ces modèles sont perméables et leurs frontières mouvantes. En réalité, la nature des relations sociales dans les espaces coloniaux est plus complexe et résulte de l’espace ambivalent que constitue le « foyer familial » ou « foyer colonial ».

Réalité des pratiques sociales au sein du foyer colonial

La réalité se comprend à travers l’imbrication des sphères professionnelle et privée qui rend le rapport professionnel ambigu (a) et influence la nature des relations sociales au sein du foyer (b).

  • Imbrication des sphères professionnelle et privée

Au sein du foyer, on a tout d’abord une imbrication des sphères professionnelle et privée. Le rapport professionnel est donc ambigu, puisqu’il mélange domination et proximité. Une transaction peut s’effectuer entre des valeurs morales et des contreparties financières : Solène Granier parle de probité et de respect pour la personne du domestique et de l’assurance de rétribution pour l’employeur. Une violation, qu’elle soit du côté métropolitain ou du côté migrant, est considérée comme un motif valable et légal de plainte. Il y a également la dimension symbolique de la domesticité pour les classes métropolitaines supérieures ; employer des domestiques est le symbole de la vie bourgeoise et de la possession des ressources économiques et sociales. Il y a donc un double besoin : un besoin pratique pour faire face à la crise de la domesticité dans la capitale parisienne en employant des domestiques étrangers, et un besoin social, à savoir celui du statut bourgeois et du prestige de l’Empire. Les dépendances sont néanmoins réciproques puisque la migration et le travail de domestique peuvent apparaître comme le moyen de fuir la pauvreté pour les Indochinois.

DomestiquesIndochine
© Blog études coloniales

Cette imbrication n’est pas sans influence sur la nature de la relation sociale au sein du foyer familial. Elle permet d’aller à l’encontre de certaines visions de la littérature anti-coloniale et d’apporter les nuances nécessaires pour rendre compte des véritables pratiques.

  • Réalité des rapports sociaux au sein du foyer familial

Tout d’abord, il existe un contrat de travail entre le domestique et l’employé. Malgré cet encadrement toutefois, les pratiques restent diverses selon les employeurs : le montant du salaire varie, l’échéance de paiement également, certains sont payés en biens matériels, certains domestiques ont le droit à un jour de congés par semaine et à du temps libre le soir alors que d’autres sont contraints par des corvées quinze heures par jour. Néanmoins, cela a le mérite d’aller à l’encontre des approches misérabilistes du domestique ; grâce à ce contrat, les litiges existent et chaque partie peut se défendre. Le rapport de domination varie également. L’auteure dénonce en ce sens la littérature anti-coloniale qui dépeint parfois ce qu’elle appelle les « relations turbulentes », faites de violences et de domination sévère et montre en quoi certains rapports peuvent devenir affectueux et de quelle façon certaines amitiés naissent entre métropolitains et domestiques. Il y a même la formation de couples mixtes, majoritairement entre femmes métropolitaines et domestiques hommes indochinois.

Cette réalité permet de faire passer le domestique du statut d’objet à celui de sujet, analysant désormais les trajectoires individuelles et le domestique migrant en tant qu’acteur de son expérience migratoire.

Expérience migratoire : trajectoires individuelles et collectives et réappropriation

L’expérience migratoire s’effectue par la maîtrise du parcours migratoire et professionnel (a) et par l’insertion au sein des espaces de socialisation plus ou moins politisés (b).

  • Maîtrise du parcours migratoire et professionnel

Les Indochinois font parfois le choix de partir en métropole. Leur parcours migratoire n’est donc pas le simple fait de leur employeur et l’on distingue les stratégies familiales individuelles et les stratégies migratoires. Dans le premier cas, le départ est motivé par la perspective de la rémunération ; les domestiques en partance pouvaient en effet bénéficier d’une avance de salaire par l’employeur, versée à la famille du domestique. Dans le second cas, il s’agit pour certains domestiques de sortir de leur position de vulnérable et de la précarité de leur situation sociale. La profession de domestique étant accessible et connue des communautés de migrants, la perspective d’une embauche en métropole pouvait être perçue positivement. Une fois installés en métropole, les domestiques peuvent également maîtriser leur parcours professionnel. Solène Granier prend l’exemple de la rupture du contrat de travail comme pouvoir du domestique vis-à-vis de l’employeur. Selon elle, cette pratique relève de l’émancipation car le domestique est celui qui se réapproprie non seulement sa trajectoire professionnelle mais également son droit de participation à la vie sociale en métropole. Elle qualifie même cette rupture d’acte subversif.

Cette décision du domestique de rompre son contrat est d’autant plus motivée par le soutien que peuvent apporter les réseaux associatifs de la communauté indochinoise et par les solutions qu’offrent les réseaux professionnels à Paris.

  • Espaces de socialisation et politisation des espaces

Du fait de la transposition du modèle associatif vietnamien en métropole et d’une certaine proximité géographique des domestiques à Paris, les réseaux professionnels permettent de faire dialoguer employeurs et employés. La domesticité étant fortement associée à la bourgeoisie, Paris constitue en ce sens un grand lieu de regroupement des Indochinois. Ainsi, la plupart d’entre eux habite chez leurs employeurs au sein des quartiers bourgeois des 7ème, 8ème et 16ème arrondissements. Leur proximité géographique les amène à se retrouver dans des cafés du quartier et à alimenter le bouche à oreille déjà important dans ce milieu professionnel. Les petites annonces dans les journaux lus par les classes supérieures parisiennes permettent aux domestiques de s’insérer dans le monde bourgeois et d’y demeurer. En outre, le modèle associatif n’est pas seulement réservé aux milieux professionnels. D’autres associations, plus sociales ou politiques voient le jour au sein de la communauté indochinoise dans les années 1920. Les associations représentent un espace de socialisation et un lieu de rassemblement pour les Indochinois, en particulier les domestiques de la capitale. L’auteure donne l’exemple de l’Association des Cuisiniers Annamites et Domestiques de Maisons Bourgeoises, fondée en 1922, qui constitue l’un des premiers groupements corporatifs de domestiques. Cette association vit de cotisations qui financent ses actions dans les domaines divers que sont l’aide au chômage ou à la maladie, l’épargne et plus festif, les fêtes communautaires. Après la Première Guerre mondiale, de nombreuses associations font l’objet d’un double processus de politisation : il relève d’une part de l’émigration d’une élite indochinoise vers la capitale à des fins politiques au sein des courants nationalistes et communistes et d’autre part par l’insertion d’idéologies politiques au sein même des associations. Cette participation à la vie politique – certains domestiques adhèrent même à des partis politiques en France tel que la SFIO – renvoie à nouveau aux pratiques d’émancipation que peuvent produire les domestiques indochinois.

* * *

Cet ouvrage est dans l’ensemble très agréable à lire. Solène Granier y aborde également les questions de genre, à travers la présence des femmes au sein des foyers familiaux ou l’engagement politique des domestiques indochinoises. L’auteure fait le choix en partie d’une microhistoire.

Néanmoins, le croisement des différents niveaux d’analyse, bien qu’il soit indispensable, rend parfois l’ouvrage complexe, dans la mesure où les passages entre ces différents niveaux s’effectuent sans cesse et où il est difficile de prendre la mesure de leurs effets explicites et implicites. Par ailleurs, Solène Granier fait elle-même le constat de la dimension d’autorité des archives, ces dernières provenant en grande majorité des récits et des discours tenus par les employeurs ou les fonctionnaires métropolitains et non des domestiques eux-mêmes.

Sara Moisy, promotion ASIOC 2014-2015

Réf. Solène Granier, Domestiques indochinois, Paris : Vendémiaire, coll. Empires, 2014, 221 p.

Notice SUDOC : http://www.sudoc.fr/177834536

Voir également sur Mémoires d’Indochine :

Pierre Brocheux : L’Indochine comme sociogénèse d’une rencontre et d’une transculturation – Recension d’ouvrages

Solène Granier : Domestiques indochinois [parution]

Sara Moisy est étudiante du Master Asie Orientale Contemporaine à l’ENS de Lyon. Elle séjourne actuellement à Pékin et effectue un mémoire de recherche en sociologie sur les jeunes diplômés chinois à l’épreuve de la déqualification.

Solène Granier : Domestiques indochinois [parution]

Granier_DomestiquesIndochinois[ndlr] Nouvelle parution dans la collection Empires des éditions Vendémiaire. Présentation de l’éditeur.

« On demande serviteur annamite, connaissant bien service table français, parlant français, pour service valet de chambre-maitre d’hôtel-argentier, hôtel particulier, bonne place. »

De la fin du XIXe siècle à la Seconde Guerre mondiale, des milliers d’Indochinois sont venus en France comme domestiques. Un décret promulgué dans l’Empire français en 1897 permet en effet aux fonctionnaires coloniaux d’emmener des serviteurs colonisés en métropole.

Pour la plupart d’entre eux, dont un petit nombre restèrent à Paris, ce séjour devait être une expérience marquante, qui modifia leurs identités et leurs perceptions des mondes sociaux, coloniaux et métropolitains.

L’analyse de leurs parcours individuels et collectifs offre une nouvelle vision de l’histoire des migrations coloniales. À partir des archives et de leur correspondance, Solène Granier nous livre ici l’analyse d’une rencontre entre deux mondes, faite de méfiance et de préjugés, mais aussi de formes d’attachement, voire de fascination réciproque.

Au sujet des domestiques indochinois

Lors d’un échange universitaire à Montréal en dernière année de licence, j’ai eu l’occasion pour la première fois de suivre un cours sur les impérialismes et les sociétés est-asiatiques aux XIXe et XXe siècles. Cette initiation à l’histoire coloniale de l’Asie a été pour moi une révélation. Les problématiques liées à cette histoire me passionnèrent et c’est tout naturellement qu’en rentrant en France à l’issu de mon année de licence, je décidais de poursuivre mes recherches dans cette voie.

Souhaitant dans un premier temps travailler sur les nationalistes indochinois présents en métropole durant l’entre-deux-guerres, j’ai réorienté mon choix, sur les conseils de mes directeurs de recherche, vers d’autres migrations coloniales, celles des domestiques indochinois. Le sujet n’avait jamais été étudié et le corpus de sources semblait être suffisamment riche pour pouvoir donner naissance à un mémoire de master. M’étant en premier lieu intéressée aux migrations coloniales par le biais de l’histoire politique et idéologique, je commençai alors à explorer les archives politiques et la place des domestiques dans les mouvements.

Des domestiques au carrefour de deux mondes

Rapidement, il m’est apparu que l’histoire des domestiques était singulière et qu’elle ne pouvait être comprise sans explorer plus en profondeur l’ambivalence de leur position au sein des sociétés coloniales et colonisées tant en Indochine qu’en métropole. J’ai alors élargi mes recherches à d’autres types de sources, des archives administratives aux ouvrages de la littérature coloniale, des récits de voyage, des études ethnologiques etc. qui se sont révélées très riches sur la question. Influencée dans cette démarche par les travaux de sociologues et d’anthropologues spécialisés dans l’étude du fait colonial, j’ai été amenée à penser d’autres aspects de la situation des domestiques : les représentations des domestiques dans la colonie, leurs conditions sociales, les contacts qu’ils entretenaient avec les sociétés coloniales, leurs cadres de vie, de travail, et enfin, leurs trajectoires migratoires en métropole…

Solène Granier est diplômée d’un master en histoire du fait colonial à l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales). Ses recherches portent principalement sur les migrations coloniales et leurs interactions.

Source : Vendémiaire

Prix du livre anticolonial : Histoire des plantations Michelin au Viêt Nam

Panthou_LesPlantationsMichelinAuViêtNam[ndlr] Message d’Eric Panthou auteur de cette étude en deux parties. Récit de Tran Tu Binh, transcrit par Ha An, traduit par Carola Kaufmann et Jacques Joubert et annoté par Éric Panthou.

J’ai le plaisir de vous annoncer que le livre Histoire des plantations Michelin au Viêt Nam, a reçu le 16 février le Prix du livre anticolonial, décerné par un jury de libraires lors du Salon du livre anticolonial qui s’est tenu à Paris.

Parmi les récents lauréats, notons en 2008, Alain Ruscio et Sébastien Jahan (dir.), Histoire de la colonisation : réhabilitation, falsifications et instrumentalisation (éd. Les Indes Savantes) ; en 2010, Claude Liauzu, Colonisations, migrations, racismes : Histoires d’un passeur de civilisations (éd. Syllepse)

Ce prix vient après différentes recensions positives signées par des spécialistes du Viêt Nam dans plusieurs revues faisant référence dans le domaine de l’histoire coloniale et sociale (Moussons, Le Mouvement Social, Carnets du Viêt Nam, La Lettre de l’Association Française sur la Recherche en Asie du Sud-Est, l’Académie des Sciences d’Outre Mer). Une recension est à paraître dans Outre Mers.

Je vous rappelle par ailleurs que la première édition étant épuisée, nous avons procédé à un second tirage donnant lieu à une édition revue et corrigée. Celle-ci est disponible depuis début janvier auprès de l’éditeur ou auprès de moi.

Vous pouvez consulter un dossier complet de 12 pages sur le livre (présentation du livre, des auteurs, extraits des principales recensions, table des matières, etc) sur le site de l’UPC63.

Eric Panthou (Clermont-Ferrand).

Quelques avis :

  • Jean-Louis Margolin, Maître de Conférence, Université Aix-Marseille, IrAsia, Moussons, n°22, 2013, p. 173-177.

« On a là un ouvrage en partie double : d’abord, le long récit autobiographique du haut cadre communiste Tran Tu Binh (« Phu-Riêng, la Rouge : récit d’une révolte sur une plantation Michelin d’Indochine en 1930 », publié en vietnamien en 1965) ; ensuite, l’étude récente, très fouillée, du spécialiste d’histoire sociale du Puy-de-Dôme, Éric Panthou (« Aux sources du particularisme des plantations Michelin en Indochine, de leur origine à 1939 »). Le caractère disparate de ces textes, et leurs divergences mêmes, font un ensemble passionnant, et extrêmement instructif, tant sur les faits que sur leur réfraction mémorielle et politique. […]

Si l’on souhaite avoir une vision plus nuancée (ce qui ne signifie pas complaisante, on va le voir) et plus globale des plantations coloniales d’hévéas, on se tournera donc plutôt vers Éric Panthou, qui porte successivement son analyse sur leur rationalité économique, le statut et le traitement de leur main-d’œuvre, enfin sur les conséquences politiques – tensions et mobilisations – des violences qui s’y exerçaient. »

  • Alain Ruscio, historien, spécialiste de la décolonisation en Indochine. Extrait d’une critique parue dans Le Monde diplomatique, août 2013.

« Dans la seconde partie, l’historien Éric Panthou a rassemblé à peu près toute la documentation disponible sur les plantations Michelin en Indochine à l’époque coloniale. Le tableau, d’abord apocalyptique se nuance ensuite : la mortalité était telle qu’il fallut assurer un minimum de repos à ces coolies, puis les soigner… La colonisation fut bien l’une des phases de la mondialisation capitaliste. »

  • Jeanne-Marie Amat-Roze  (recensions de l’Académie des sciences d’outre-mer)

« Cet ouvrage associant témoignage et analyse historique en miroir est une  contribution originale et de grand intérêt pour mieux connaître et comprendre l’Indochine  d’hier et le Vietnam d’aujourd’hui. »

  • Caroline Herbelin, La Lettre de l’Association Française pour la Recherche sur l’Asie du Sud-Est, 2013, n°83

« Il s’agit d’un travail universitaire très documenté sur une face oubliée de l’histoire sociale de la multinationale clermontoise. […] C’est à une nouvelle approche de la politique sociale de Michelin, en contexte colonial, que cette étude vous invite »

  • Philippe Dumont, Carnets du Viêt Nam, n°37, juin 2013, p. 44-45.

« Eric Panthou, qui annote fort honnêtement les anciens propos de l’ancien rebelle développe ensuite sur 180 pages un travail d’ordre universitaire très circonstancié pour examiner les conditions historiques qui ont conduit la société Michelin à gérer ses propres plantations d’hévéas en Indochine. Alignant les chiffres, croisant les sources, accumulant les données, l’auteur s’intéresse aux deux plantations « modèles » de Michelin, celle de Phu Riêng et de Dâu Tiêng, pour souligner comment le taylorisme clermontois superposé aux méthodes coloniales aboutit, dans ces camps de travail où l’ « l’engagé » n’est plus qu’un matricule, à un travail contraint et à un traitement totalement déshumanisé où seule la violence industrielle a force de loi.

C’est sans doute ce souci de mettre l’accent sur la responsabilité directe de la famille Michelin dans l’élaboration, depuis Clermont-Ferrand, d’un système d’exploitation colonial à la logique économique implacable qui éloigne trop les événements de février 1930 à Phu Riêng de leur contexte vietnamien. […] En historien mesuré, Eric Panthou, lui, ramène sans doute trop ce qui s’est passé à Phu Riêng à une simple grève et il n’évoque qu’incidemment la répression telle qu’elle s’exerce « à l’échelle de la colonie ». [… ]

Mais l’important est que la lecture de cet ouvrage donne par ses informations suffisamment à réfléchir par ailleurs : à savoir sur les conditions de vie de milliers d’hommes et de femmes dont on nie l’humanité, main-d’œuvre systématiquement déconsidérée, maltraitée et surexploitée sur une plantation française d’hévéas dans les années trente. »

« Ce récit engagé [celui de Tran Tu Binh]  renseigne avec force détails sur la manière dont ont été vécus les événements par un acteur majeur du mouvement et constitue une source rare sur le quotidien des travailleurs dans les plantations Michelin. Par sa nature même, ce récit comprend de nombreuses exagérations, soulignées par Éric Panthou dans les notes de bas de page et l’étude qui constitue la seconde partie de l’ouvrage. [… ]

L’étude d’Éric Panthou permet donc de montrer à quel point l’adaptation des pratiques métropolitaines de Michelin en Indochine a conduit à un système particulier, marqué par la violence, jusqu’à s’opposer à « l’esprit Michelin » de Clermont-Ferrand. D’un point de vue purement formel, on peut regretter l’absence des accents diacritiques, ce qui ne laisse pas d’étonner dans un ouvrage sur le Việt Nam, qui cherche à redonner aux populations locales toute leur place, et d’ailleurs y parvient. »

  • HO Hai Quang, Professeur d’Economie à l’Université de la Réunion, auteur en 1982 de la thèse intitulée Le rôle des investissements français dans la création du secteur de production capitaliste au Vietnam méridional.

« Bravo pour votre travail, Les plantations Michelin au Viet Nam que j’ai lu avec beaucoup d’intérêt. Vous avez eu l’excellente idée de mettre à la portée de tous, le témoignage de Tran Tu Binh. Quant à votre propre contribution, on voit que vous avez cherché à être objectif, honnête et critique. Les sources que vous citez seront précieuses pour ceux qui voudront approfondir le sujet. Vous avez également rectifié quelques inexactitudes et exagérations »

Voir également sur Mémoires d’Indochine :

« Michelin ou l’opportunité coloniale : l’exemple de l’Indochine » [31:41]

Video Campus (Université Blaise Pascal)

[parution] Les plantations Michelin au Viêt Nam

Panthou_LesPlantationsMichelinAuViêtNam[ndlr] Eric Panthou nous fait part de la parution de son ouvrage sur Les plantations Michelin au Viêt Nam. La présentation ci-après est extraite du dossier de presse communiqué par l’auteur.

Dans l’histoire de la domination française en Indochine, l’exploitation de l’hévéa demeure le symbole de l’expansion économique de la région qui a fait la fortune de nombreux colons et de grandes sociétés. Parmi elles, Michelin.

Mais la culture de l’hévéa marque aussi une des périodes les plus noires du colonialisme par le traitement infligé au prolétariat indigène venu travailler là. Or, les plantations Michelin sont, aussi bien dans la presse et les rapports des autorités de l’époque que dans la mémoire du peuple vietnamien, l’un des lieux emblématiques de cette exploitation orchestrée par ceux qu’on appelait les « jauniers ».

Premier ouvrage en français traitant d’un sujet constituant encore un enjeu mémoriel, Les plantations Michelin au Viêt-nam se présente en deux parties distinctes : la traduction du témoignage célèbre d’un coolie ayant travaillé sur une plantation Michelin jusqu’à 1930, puis une rigoureuse étude historique. C’est à une nouvelle approche de la politique sociale de Michelin, en contexte colonial, à laquelle cette étude vous invite.

Un ouvrage né d’un travail collectif et associatif, entamé depuis deux ans

L’histoire sociale des plantations Michelin est un projet né il y a deux ans. L’Université Populaire et Citoyenne du Puy-de-Dôme (UPC 63) conserve dans ses archives le texte original en vietnamien, et aussi sa traduction américaine publiée en 1985 par une université, du témoignage d’un coolie, Tran Tu Binh,  ayant travaillé sur les plantations Michelin de 1927 à 1930. Son témoignage raconte les terribles conditions de vie et de travail des milliers de coolies acheminés du Nord vers ces grandes plantations, les mauvais traitements infligés par l’encadrement français et les efforts d’organisation des ouvriers pour se défendre et finalement se révolter. Tran Tu Binh devenu alors militant communiste, fut l’organisateur d’une grève sur cette plantation en 1930, ce qui lui valut 5 ans de prison au tristement célèbre bagne de Poulo Condor.

Après l’accord de la famille de Tran Tu Binh, Carola Kaufmann, membre du groupe Histoire et mémoire sur le mouvement social de l’UPC 63, a réalisé la traduction de ce texte très fort. Parallèlement, Éric Panthou, historien, membre également de ce groupe a entrepris ce qui ne devait être qu’une simple mise en perspective du cadre historique dans laquelle ce récit se déroule. Puis, au gré de ses lectures et de ses recherches aux archives d’outre-mer, se sont faits jour de nombreux particularismes des plantations Michelin. Ceci justifiait l’intérêt de rédiger une véritable histoire de ces plantations.

Cet ouvrage dévoile un pan inconnu de l’histoire sociale de la Société Michelin. Si les historiens anglo-saxons continuent depuis les années 1980 à étudier cette question sociale dans l’économie de plantation en Indochine, il n’existait à ce jour aucune publication sur ce sujet en français depuis un article fondateur de Pierre Brocheux paru en 1977. Ce livre vient donc combler un manque concernant un secteur, l’hévéaculture, qui après 1925 jusqu’à la décolonisation fut le secteur symbole de la « mise en valeur » coloniale chère aux autorités, et en même temps celui qui fut emblématique de cette violence et de cette domination coloniales.

Phu-Riêng la Rouge, par Tran Tu Binh, un témoignage majeur sur l’histoire et la société vietnamienne

La première partie de l’ouvrage est la traduction du témoignage d’un coolie, Tran Tu Binh, parue en 1965 pour la première fois au Viêt Nam, sur les conditions de vie et de travail extrêmement difficiles sur l’une des plantations Michelin et les efforts d’organisation des ouvriers pour se soulever. Il y a quelques semaines, à la question suivante, posée sur le forum américain Vietnam Studies Group à plusieurs dizaines de spécialistes du  monde entier, « Quels livres conseillerez-vous à un étudiant se rendant au Viêt Nam ? », Phu-Riêng, la Rouge, de Tran Tu Binh, a été retenu aux côtés d’une vingtaine d’autres ouvrages de référence. C’est dire l’importance de ce récit, que l’Université Populaire et Citoyenne, grâce à la traduction de Carola Kaufmann, avec l’aide de Jacques Joubert, à partir de la version originale en vietnamien, est fière de présenter pour la première fois en français.  Ce texte, bien qu’il s’agisse d’un témoignage militant, d’un homme devenu ensuite un cadre du régime nord-vietnamien, est en effet considéré par les meilleurs spécialistes, tels Pierre Brocheux ou l’historien américain David G. Marr, comme le plus fiable sur la condition ouvrière dans ces grandes plantations. Il est le plus fréquemment cité par les historiens s’intéressant à cette période et ce sujet.

Cette carte postale des années 1920-1930 est le symbole de la domination française en Indochine. Dans les plantations d'hévéa de Michelin, 6000 coolies vont défricher des milliers d'hectares de forêts, afin de récolter cette matière première stratégique. © http://auvergne.france3.fr
Cette carte postale des années 1920-1930 est le symbole de la domination française en Indochine. Dans les plantations d’hévéa de Michelin, 6000 coolies vont défricher des milliers d’hectares de forêts, afin de récolter cette matière première stratégique. © 2013 France3 Auvergne

Le particularisme des plantations Michelin en Indochine, par Éric Panthou

Un travail universitaire très documenté sur une face oubliée de l’histoire sociale de la multinationale clermontoise.

La seconde partie est historique. Si l’intérêt pour l’histoire sociale et économique des plantations d’hévéas en Indochine est croissant depuis des années, en particulier chez les auteurs anglo-saxons, presque tous ont été confrontés au refus de la Société Michelin d’ouvrir ses archives. En s’appuyant sur plusieurs centaines de pages de documents issus de ces archives, cette étude constitue une réponse à l’attente de nombreux chercheurs concernant l’attitude du géant du pneumatique en Indochine. Ce travail, à travers certaines comparaisons, établit le particularisme de ces plantations ; particularisme par la généralisation précoce des méthodes d’organisation du travail inspirées de Taylor et génératrices de pressions et violences sur les ouvriers ; particularisme par la fréquence et la gravité des incidents entre direction et ouvriers ; particularisme par la méconnaissance des mœurs des ouvriers de la part de cette même direction, par les conflits importants qu’ont noué les dirigeants avec les autres planteurs…

Cette publication est le fruit de deux ans de travail et de recherches dans différents centres d’archives, s’appuyant aussi sur les copies fournies par d’autres chercheurs, issues aussi bien des archives publiques en France et au Viêt Nam que des archives Michelin. Si la direction Michelin a attendu 15 mois pour répondre aux sollicitations d’Éric Panthou, pour invoquer finalement un manque de personnel pour retrouver et fournir les archives demandées, il a pu disposer de plusieurs centaines de pages de photocopies de ces archives, confiées par un autre chercheur. Ce travail s’appuie en outre sur une bibliographie de plus de 200 titres aussi bien en français qu’en anglais (consultable en ligne sur le site de l’UPC 63).

Michelin a considéré qu’il suffisait de dépenses importantes dans le domaine sanitaire (hôpital et drainage pour réduire le fléau du paludisme qui a causé 17% de morts en 1927 sur l’une de ses plantations) pour obtenir la paix sociale et des rendements élevés. Mais à côté, il a délaissé l’habitat, ses cadres ne connaissaient pas les mœurs et coutumes des coolies, et considéraient toute protestation comme émanant des communistes donc non entendables. Tout cela a contribué à ce que des incidents graves (assassinat d’un surveillant français, cas de torture dévoilés par l’inspection du Travail, grève insurrectionnelle en 1930, assassinat de 3 coolies par des gardes en 1932, etc.) surviennent régulièrement et que les autorités soient de plus en plus critiques à son égard comme en témoigne l’extrait du rapport du Gouverneur de Cochinchine qui figure ci-après.

Cette étude établit aussi le succès économique de ces plantations, que les chercheurs pressentaient bien-sûr, mais sur lequel ils ne disposaient d’aucun chiffre, la Société Michelin cultivant le secret depuis ses origines. L’extrême faiblesse des salaires des coolies combinée à la forte demande en faveur du caoutchouc naturel, ont contribué à faire de ces plantations des domaines extrêmement rentables. Ceci explique sans doute pourquoi Michelin est resté au Viêt Nam jusqu’à la chute de Saigon en 1975 et le départ des Américains, bientôt suivis de l’expropriation des plantations du Sud Viêt Nam par le nouveau pouvoir communiste. Mais Michelin et ces grands planteurs ont laissé une trace indélébile dans la mémoire populaire vietnamienne qui voit cette période des grandes plantations comme celle emblématique de la domination coloniale et de la violence faite aux Vietnamiens. Tran Tu Binh ne qualifie t-il pas Phu-Riêng, la plantation Michelin où il fut employé, d’ « enfer sur terre » ? Le fait qu’après que les autorités vietnamiennes ont réouvert le pays aux capitaux occidentaux en 1992, Michelin ait reçu une fin de non recevoir, est également significatif de la trace laissée par cette entreprise dans ce pays.

Un ouvrage au croisement de l’histoire coloniale et de l’histoire sociale

Depuis la fin des années 1990, on a assisté à un regain d’intérêt et à un profond renouvellement de l’Histoire coloniale, en grande partie parce que ces questions liées à la mémoire, la repentance ont été remises à l’ordre du jour à travers la loi Taubira qualifiant l’esclavage de crime contre l’Humanité, puis à travers la tentative  il y a peu, d’inscrire dans le marbre et faire enseigner «le rôle positif de la présence française outre-mer» et « la mission civilisatrice de la France » défendue par certains depuis Jules Ferry [1]. En témoigne aussi cette année le fait que cette question des sociétés coloniales soit au programme des concours du CAPES et de l’agrégation en Histoire contemporaine. Cette Histoire coloniale est un enjeu mémoriel important, elle n’est pas neutre. La présentation conjointe de la vision des colonisés et d’une analyse historique rigoureuse constitue l’une des originalités et l’intérêt de cet ouvrage.


[1] Article 4 de la  loi française n° 2005-158 du 23 février 2005, abrogé par décret du 15 février 2006 suite à une importante mobilisation.

Les auteurs

Éric Panthou est bibliothécaire à Clermont-Ferrand, détenteur d’un DEA en histoire contemporaine. Son mémoire de maîtrise a reçu le prix Maitron 1994, décerné au meilleur mémoire en Histoire sociale. Il mène depuis vingt ans des recherches sur l’histoire sociale et politique du Puy-de-Dôme dans l’entre-deux-guerre et en particulier chez Michelin.

TranTuBinhTran Tu Binh (1907-1967), de son vrai nom Pham Van Phu, a raconté en 1965 son témoignage d’ancien coolie sur les plantations Michelin. Il est alors un haut dirigeant Nord-Vietnamien. Fils de paysan pauvre, lettré grâce à son passage au séminaire, il est conquis par les idées communistes et décide d’œuvrer à l’essor de son organisation en se faisant ouvrier en 1927 sur la plantation Michelin de Phû-Riêng. C’est là qu’il fut à l’origine d’une grève insurrectionnelle en 1930. Il fut pour cela condamné à 5 ans de bagne où il prit son nom de Tran Tu Binh, « l’homme qui pouvait mourir pour la paix ». et devint ensuite un cadre du Parti Communiste Vietnamien. Il mena une brillante carrière militaire qui l’amena au grade de général et parallèlement, sa proximité avec Ho Chi Minh l’aida dans sa carrière politique le menant au poste d’ambassadeur  de la République du Viêt Nam en Chine mais aussi au Comité Central du Parti Communiste vietnamien.

Source : Dossier de presse Les plantations Michelin au Viêt Nam