Archives par mot-clé : histoire des idées

Tzvetan Todorov, essayiste et historien des idées, est mort

[ndlr] Triste disparition d’un grand chercheur dont les travaux ont accompagné le séminaire Mémoires d’Indochine.

Tzvetan Todorov, essayiste et historien des idées, est mort

Français d’origine bulgare, né à Sofia en 1939, il était un théoricien de la littérature et a notamment travaillé sur le rapport des Occidentaux à l’altérité et sur l’expérience totalitaire.

L’essayiste et historien des idées Tzvetan Todorov est mort à 77 ans, a-t-on appris mardi 7 février. « Infinie tristesse d’apprendre la mort de Tzvetan Todorov, penseur de la liberté », a réagi Sandrine Tolotti, ex-rédactrice en chef du bimestriel littéraire Books, dont M. Todorov était membre du comité éditorial.

Lire la suite : Le Monde, 07/02/2017.

Pour en savoir plus :

  • Le philosophe et historien Tzvetan Todorov est mort, L’Express, 07/02/2017. L’essayiste franco-bulgare est décédé à 77 ans. Tzvetan Todorov avait quitté la Bulgarie dans les années 60 afin d’échapper au communisme. Il a notamment travaillé sur la pensée humaniste et sur le totalitarisme.
  • Disparition d’un humaniste : Tzvetan Todorov, Les Inrocks, 07/02/2017. Le philosophe et historien des idées Tzvetan Todorov est mort à l’âge de 77 ans. De la théorie poétique à la critique politique de son temps et à l’éloge des insoumis, il ne cessa de déployer une pensée profondément humaniste.
  • L’essayiste Tzvetan Todorov est mort, Télérama, 07/02/2017. […] Auteur de plus d’une quarantaine d’essais, il avait notamment publié Face à l’extrême, la vie morale dans les camps de concentration (1994),  La Vie commune, réflexion sur la nature sociale de l’homme (1995), Mémoire du mal, tentation du bien (2001), Les Ennemis intimes de la démocratie (2012). Son dernier ouvrage, Insoumis, était paru à l’automne 2016.
  • Agnès Bozon-Verduraz, Tzvetan Todorov, ou la lucidité de l’exilé, Télérama, 07/02/2017. L’intellectuel est mort le mardi 7 février à Paris à l’âge de 77 ans. Touche-à-tout des sciences humaines, cet enfant de Bulgarie était aussi dur avec la dictature qu’il était exigeant de la démocratie. Nous republions un entretien datant de 1996, paru à l’occasion de la sortie de son livre “L’Homme dépaysé”. Et plus de vingt ans après, ses paroles sonnent toujours aussi juste.
  • David Caviglioli et Grégoire Leménager, Mort de Tzvetan Todorov, le fantastique humaniste, BibliObs, 07/02/2017. Dans la vie intellectuelle française, Tzvetan Todorov, mort dans la nuit du 6 au 7 février à l’âge de 77 ans, a occupé une place singulière. On n’a jamais pu le rattacher à un camp. Il ne figure pas dans le panthéon de la French Theory. Très anti-communiste, notamment à cause de son parcours personnel, il a fait partie du moment antitotalitaire, sans devenir un «nouveau philosophe».

Image « à la une » : © 1996 ULF ANDERSEN / Aurimages / AFP

Mauro Carbone : Mobilité, visibilité, désir : le cinéma dans la réflexion de Sartre, Merleau-Ponty, Lyotard (7-12-2016)

La section arts du département lettres et arts de l’ENS de Lyon accueillera une conférence de Mauro CARBONE, mercredi 7 décembre à 14h, salle Dutilleux :

Mobilité, visibilité, désir : le cinéma dans la réflexion de Sartre, Merleau-Ponty, Lyotard

 

Mauro Carbone, spécialiste d’esthétique, est professeur de Philosophie à l’Université Jean Moulin Lyon 3 et membre senior de l’Institut Universitaire de France. Il a été longuement Professeur d’Esthétique Contemporaine auprès de l’Università degli Studi de Milan.

Carbone est le fondateur ainsi que l’un des directeurs de la revue Chiasmi International. Publication trilingue autour de la pensée de Merleau-Ponty. Il dirige aussi la collection « L’œil et l’esprit. Esthétique, phénoménologie, textes plurilingues » auprès de la maison d’édition Mimésis (Milan-Paris). La pensée de Merleau-Ponty, dont il est l’un des plus importants spécialistes de sa génération, inspire entre autres La chair des images : Merleau-Ponty entre peinture et cinéma (Paris, Vrin, 2011 ; Albany, NY, SUNY Press, 2015 ; Shanghai, VI Horae, 2016, traduction japonaise en cours).

carbone_philosophieecransSes recherches actuelles sont focalisées sur les rapports entre l’expérience visuelle contemporaine et la philosophie à faire aujourd’hui. À ce sujet, parmi ses livres, il faut rappeler aussi Être morts ensemble : l’événement du 11 Septembre 2001 (Genève, MētisPresses, 2013) et Philosophie-écrans (Paris, Vrin, 2016 ; Milan, Raffaello Cortina, 2016).

 

★ ★ ★

Après le XIIe Congrès du PCV : Où va le Viêt Nam ? # 3

Suite et fin de notre compte-rendu de colloque suivi d’un billet critique complémentaire, objet d’un billet à part.

ColloqueVN_FGP_Atelier3
Intervenants du troisième atelier : M. Hugues Tertrais, M. Vu Minh Giang, M. Michel Maso (animateur), M. Philippe Delalande et M. Benoît de Tréglodé © 2016 FG

Troisième atelier : le marxisme-léninisme vietnamien questionné

Le troisième atelier intitulé « Le PCV, un parti encore marxiste ? » se déroula à partir de 14h30 devant un auditoire plutôt clairsemé à cause de la pause repas assez courte, le public revenant progressivement. Michel Maso introduisit le sujet avec cette grande question idéologique et la problématique de la sinisation du marxisme. Le marxisme et l’Asie, le sujet avait d’ailleurs dans d’autres temps fait l’objet d’une publication universitaire très intéressante 1. Le sujet qui peut prêter à sourire, ce que souligna Michel Maso avec une dose d’humour, n’était en rien anodin pour l’auditoire de la Fondation Gabriel Péri dans l’attente, dirons-nous, d’une certaine clarification. Notons que les horaires devant être respectés, chaque intervenant eu droit à quinze minutes de communication.

Michel Maso FGP © DdM
Michel Maso s’interroge : « Le parti communiste vietnamien est-il encore marxiste ? » © 2016 DdM

La séance débuta avec l’intervention d’Hugues Tertrais, fin observateur de l’évolution de l’Asie du Sud-Est et professeur émérite de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il organisa sa communication autour de trois points : la notion de transition, le statut du capitalisme au Viêt-Nam et le marxisme en Asie. En introduction, il rappela quelques spécificités vietnamiennes : « le socialisme scientifique », le rôle de l’État et sa qualification à travers les différentes constitutions du pays (1946, 1959, 1980, 1992, 2001…).

J’en profite, dans une parenthèse un peu longue, pour développer ce point à partir des textes sources2. En 1946, la première constitution de la RDVN stipule en son article 1 : « Le Viêt-Nam est une République démocratique. Tous les pouvoirs appartiennent au peuple sans distinction de race, de sexe, de fortune, de classe, de religion » ; en 1959, la constitution révisée de la RDVN stipule en son article 2 : « La République démocratique du Vietnam, fondée et consolidée à la suite des victoires remportées par le peuple vietnamien au cours de la glorieuse Révolution d’Août et de la Résistance héroïque, est un État de démocratie populaire » ; en 1980, la nouvelle constitution du Viêt-Nam réunifié sous l’appellation de RSVN stipule en son article 2 : « La République socialiste du Viêt-Nam est un État de dictature prolétarienne. […] » ; enfin en 1992, la constitution de la RSVN est révisée puis amendée par deux fois en 2001 et 2013. Son article 2 stipule : «  L’État de la RSVN est un État du peuple, par le peuple, pour le peuple. […] ». Cette dernière expression en vietnamien (của dân, do dân và vì dân) devrait nous faire réfléchir3.

Lincoln_WDC_May2014
Lincoln Memorial, Washington DC © 2014 FG

Créée par Lincoln en 1863, elle figure dans le Préambule de la Constitution de la République du Viêt-Nam (Sud) de 1967 : Tin tưởng rằng lòng ái quốc, chí quật cường, truyền thống đấu tranh của dân tộc bảo đảm tương lai huy hoàng của đất nước. Ý thức rằng sau bao năm ngoại thuộc, kế đến lãnh thổ qua phân, độc tài và chiến tranh, dân tộc Việt Nam phải lãnh lấy sứ mạng lịch sử, tiếp nối ý chí tự cường, đồng thời đón nhận những tư tưởng tiến bộ để thiết lập một chánh thể Cộng Hòa của dân, do dân và vì dân, nhằm mục đích đoàn kết dân tộc, thống nhất lãnh thổ, bảo đảm Độc Lập Tự Do Dân Chủ trong công bằng, bác ái cho các thế hệ hiện tại và mai sau. D’où mon questionnement : la constitution de 1946 est plus proche de la constitution de 1967 de la défunte république (si l’on en extrait les aspects purement liés à la Guerre froide). Autrement dit, qu’est-ce qui légitimait une telle confrontation entre Vietnamiens et qui en porte aujourd’hui l’écrasante responsabilité ?

Hugues Tertrais © DdM
M. Hugues Tertrais, historien, agrégé, spécialiste de l’Asie du Sud-Est auteur de nombreux ouvrages de référence © 2016 DdM

Comment appréhender la transition vietnamienne : une sortie du communisme, le passage d’une économie socialiste planifiée à une économie de marché capitaliste ? Transition vers quoi, vers quel type de société (socialiste, capitaliste) ? Pour apporter une réponse à ce questionnement, Hugues Tertrais poussa son raisonnement : quel est le statut du capitalisme au Viêt-Nam ? Il rappela que, dans la culture communiste vietnamienne, il s’agissait d’un « gros mot », citant à l’appui Hồ Chí Minh au congrès de Tours en 1920 : « les bandits du capital ». Deuxième illustration rapide avec l’avènement du Ðổi Mới en 1986 annonçant la fin de l’économie subventionnée. Hugues Tertrais a eu raison de nous remettre en tête le climat de l’époque. Le Ðổi Mới, selon lui, fut d’une dureté sociale incomparable engendrant un chômage de masse et deux types de phénomènes : une croissance très forte doublée d’inégalités également très fortes. Le passage à « l’économie de marché à orientation socialiste » fut douloureux mais il fonctionne. En s’appuyant sur un rapport de la World Bank de 2013, Hugues Tertrais propose un bilan provisoire du Renouveau : le Viêt-Nam reste positionné dans la tranche inférieure des pays à revenus intermédiaires ; l’aggravation des inégalités est très nette notamment en ce qui concerne les ethnies minoritaires ; le secteur public est endetté et pose la question de sa contribution réelle à la croissance (scandale Vinashin, etc.). Les critiques sont d’ailleurs très vives sur le statut du secteur des grandes entreprises déficitaires, sorte de « cancer » de l’économie vietnamienne aux dires de quelques experts (Cf. par exemple les analyses de l’économiste Lê Ðăng Doanh mais Hugues Tertrais n’avança aucun nom). Quelle est la tendance actuelle en 2015 ? La RSVN poursuit son intégration régionale au sein de l’ASEAN, l’accord TPP est en marche, exposant désormais l’économie vietnamienne comme jamais auparavant (danger ou non ?). Selon Hugues Tertrais, cette exposition, si elle présente quelques risques, paraît moins importante que le Ðổi Mới de 1986. Le dernier point rapidement évoqué faute de temps concerne le marxisme et l’Asie. Citant un texte d’octobre 1962 de l’intellectuel communiste Nguyễn Khắc Viện intitulé Confucianisme et marxisme, Hugues Tertrais donna du crédit à la problématique d’un communisme fortement ancré dans une tradition confucéenne à l’instar de la Chine et peut-être source de sa pérennité. Cette question importante réactive la problématique plus générale du « despotisme oriental »4 qui connut son heure de gloire et fit grand débat dans les années soixante pour tenter d’expliquer l’implantation durable du modèle communiste en Asie. Notons que d’autres chercheurs comme le sociologue Nguyễn Ðức Nhuận ou l’historien Nguyễn Thế Anh se sont interrogés sur la pertinence de ces questions5.

Delalande_VietnamDragonEnPuissanceLa parole fut ensuite donnée à Philippe Delalande, expert et conseiller économique et grand défenseur des modèles de réussite économique asiatiques, chinois et vietnamien. Il se livra à un exercice intéressant en revenant aux fondamentaux du marxisme et en mobilisant Marx, Engels ou Lénine. On partit ainsi dans un grand voyage dans le temps à travers le matérialisme historique, le prélèvement de la plus-value, l’accumulation du capital, la baisse tendancielle du taux de profit jusqu’à la question de l’effondrement de l’État… L’idée du communisme étant d’accélérer cette chute de l’État en regroupant tous les prolétaires dans un parti d’avant-garde. Objectif : élimination du capitalisme. La nouvelle force révolutionnaire doit aboutir à la fin de la lutte des classes permettant ainsi l’accès à cette période transition entre capitalisme et communisme qu’incarne la dictature du prolétariat. L’extinction de l’État doit mener le peuple au communisme, stade suprême marquant la fin de l’exploitation de l’homme par l’homme. Après cette leçon amusante qui me replongea quelques moments en classe de première, M. Delalande put conclure : la révolution accomplie sonne la fin du marxisme. Mais tout ceci ne présenterait pas d’intérêt sans l’impulsion donnée par Lénine en 1924 lorsqu’à travers la NEP (Nouvelle politique économique), il n’avait décidé de réintroduire le marché (capitaliste) pour sortir la jeune URSS du marasme économique. La NEP est supprimée par Staline l’année suivante après la mort du grand Lénine. Il faudra attendre l’avènement de Deng Xiaoping en Chine et ses « quatre modernisations » de 1978 pour que le communisme asiatique s’ouvre au capitalisme. L’initiative privée est promue, même fortement recommandée, le droit au profit est restauré et les investissements étrangers convoités. Ce changement intervint quelques années plus tard au Viêt-Nam malgré les premières interrogations de Nguyen Van Linh en 1982 lors du Ve congrès. C’est le VIe congrès du Doi Moi (changer pour du neuf) qui réintroduit une dose de capitalisme dans l’économie. Comme à Cuba ou en Corée du Nord M. Delalande a parfaitement raison de faire remarquer que le capitalisme a été réintroduit pour sauver le régime.

Hérodote157_EnjeuxGéopolitiquesViêtNam
Le numéro spécial de la revue Hérodote consacré au Viêt-Nam sous la direction de Benoît de Tréglodé © DR

On observe en 2002 en Chine un renouvellement théorique avec les « trois représentativités » qui se fixent les objectifs suivants : développer les forces productives ; assurer la représentation du peuple dans toutes ses composantes ; innover avec la culture progressiste. Production, Peuple et Culture forment les trois piliers de la nouvelle doxa chinoise. Le matérialisme historique est révoqué (complétons : La lutte des classes est jetée aux oubliettes de l’histoire). Le Viêt-Nam poursuit sa transformation sur ce modèle hybride au Congrès de 2011, les statuts du PCV sont modifiés pour intégrer les acteurs capitalistes au sein du Parti. On peut désormais être communiste et capitaliste à la fois (je dirais que c’est même une des conditions de l’avancement interne). Trois justifications sont convoquées par M. Delalande pour expliquer le maintien au pouvoir du parti unique : la stabilité du pays (différence notoire avec les autres pays d’Asie du Sud-Est) ; l’unité politique et territoriale ; la continuité politique sans alternance permettant ainsi d’appliquer des politiques économiques au long cours (et donc une certaine cohérence). Bon gré mal gré, le Front de la Patrie fait office de représentation nationale. Bien sûr, selon l’auteur, ce modèle présente des « contreparties gênantes » à savoir la répression des dissidents et la censure. Pour M. Delalande, il s’agit en quelque sorte d’un moindre mal puisque les avantages seraient plus forts que les inconvénients, répondant ainsi à une question posée dans l’auditoire par un membre d’Amnesty International lors du débat. Pour conclure, Philippe Delalande souleva cette question sur laquelle tout un débat pourrait continuer : « Le Parti unique au XXIe siècle est-il encore une forme d’organisation qui peut durer ? », selon lui cette disposition est encore possible notamment en Asie confucéenne. Nous ajouterons que des contre-exemples existent notamment avec Taiwan, le Japon, le Cambodge, la Thaïlande, l’Indonésie ou le Myanmar…

Benoît de Tréglodé © FG
Benoît de Tréglodé, Directeur du programme Asie à l’IRSEM et spécialiste du Viêt-Nam contemporain © 2016 FG

Après cette grande leçon de marxisme asiatique, le chercheur Benoît de Tréglodé, Directeur du programme Asie à l’IRSEM et spécialiste du Viêt-Nam contemporain, proposa de répondre à la question posée en analysant les différences de discours dans la production théorique du PCV. Interroger le discours permet de mieux saisir l’adaptation constante de ce discours à la conjoncture nationale, régionale ou internationale. En citant l’exemple du Parti en 1948, Benoît de Tréglodé rappela qu’il n’y avait pas de références à un marxisme unitaire au sein du Kominform. Le PCV mit du temps à être accepté par l’URSS comme une authentique formation communiste (L’URSS voyait une forme de Titisme dans le Hochiminisme). Pour appuyer sa démonstration, le chercheur convoqua trois textes théoriques vietnamiens et un texte théorique chinois qui fut une des sources d’inspiration de la formation des cadres de la RDVN dans les années cinquante. Il s’agit de 1937 de Liu Shaoqi (Liou Chao-Chi) intitulé « Pour être un bon communiste ». Selon ce chercheur, trois textes vietnamiens composent le premier corpus théorique du parti communiste : Les thèses sur la révolution culturelle au Viêt-Nam (1943) ; La résistance vaincra de Trường Chinh (1946) ; Marxisme et culture vietnamienne (1948). L’apport principal de Liu Shaoqi dans cette sinisation du marxisme est la transformation du marxisme en un idéalisme moral (et moralisateur pourrions nous ajouter).

A partir des années 40, l’idéologie est centrée sur l’éthique. Interrogeant ainsi les termes « morale ou vertu révolutionnaire » (đạo đức cách mạng), le chercheur observe au Viêt-Nam comme en Chine une construction éthique du marxisme, une moralisation du prolétariat ou du peuple. Le chercheur raconta qu’à travers ses échanges avec des camarades vietnamiens il avait pu observer la permanence de ce discours très porté sur la morale, l’éthique, l’éducation politique, la pensée Hồ Chí Minh et la défense des intérêts nationaux. Nous reviendrons plus loin dans nos réflexions succinctes sur le vocabulaire politique vietnamien sur la notion « d’autocritique » qui nous semble elle aussi empreinte d’une certaine éthique. Bien entendu, il faudrait confronter ces actes de langage avec la réalité crue de la vie d’aujourd’hui ou la morale révolutionnaire est sérieusement bafouée selon l’avis des autorités communistes elles-mêmes.

Vu Minh Giang © DdM
M. Vu Minh Giang, membre du Conseil des études théoriques du Comité central du PCV : le PCV est bien un parti marxiste © 2016 DdM

La dernière intervention de ce marathon idéologique fut présentée par M. Vũ Minh Giang. Ce chercheur prit ses précautions en nous avertissant qu’il n’aborderait pas dans son intervention les questions purement théoriques. Il nous offrit un survol de cette histoire vietnamienne si spéciale (đặc biệt) si particulière, « peu ordinaire » (không bình thường). Trois points clés ont rythmé sa démonstration sur PowerPoint (voir plus bas) :

  1. Le marxisme a accompagné le destin national vietnamien (parvenu au Viêt-Nam grâce à Hồ Chí Minh, le marxisme est avant tout et essentiellement une arme théorique et idéologique de libération nationale) ;
  2. Le PCV a mis en œuvre le marxisme dans la direction de la révolution vietnamienne (Soviets du Nghệ Tĩnh, 1930 / Révolution d’Août, 1945 / Victoire de Ðiện Biên Phủ, 1954 / Construction du socialisme en RDVN, 1954-1975 / Extension du socialisme dans le pays réunifé, 1976-1986 / Politique de Renouveau, depuis 1986) ;
  3. La nature marxiste du PCV n’a pas changé (selon les 5 critères suivants : le PCV possède un socle idéologique et un système théorique propres basé sur le marxisme, la pensée Hồ Chí Minh et le patriotisme ; le principe du centralisme démocratique dans l’organisation et les activités du parti est appliqué ; le PCV détient le rôle d’avant-garde de la classe ouvrière, de l’alliance des ouvriers, paysans, intellectuels et du peuple tout entier ; des relations à la fois permanentes et d’entraide avec les partis frères dans le cadre de l’internationale communiste sont maintenues tout comme la promotion de la paix et du progrès social).

Son allocution se limita à glorifier les vertus de l’idéologie marxiste-léniniste dans le combat pour l’indépendance et à préciser que cette doctrine était avant tout une boîte à outils bien pratique pour la prise du pouvoir et son maintien sur l’ensemble du pays. Le chercheur insista d’ailleurs sur la nécessité de préserver ce pouvoir (quyền lực) dans les mains du PCV. Plus qu’un outil théorique, le marxisme-léninisme à la vietnamienne avait donc servi d’outil pour la libération nationale, le contrôle de la population et pour l’élimination en règle des opposants.

N’ayant pas eu beaucoup de temps pour aller au fond des choses, M. Vũ Minh Giang après avoir fait la démonstration que son parti était bien marxiste présenta un slide/repentir sur quelques grands sacrifices à retenir de l’histoire contemporaine du pays (les Soviets du Nghệ Tĩnh, 1930-1931 / la réforme agraire radicale, 1954-1955 / l’économie subventionnée bureaucratique / l’application prématurée du modèle socialiste du Nord à tout le pays à partir de 1975 / le volontarisme dans la gestion économique6.

« Marxisme et révolution vietnamienne », diapositives de la communication de M. Vũ Minh Giang (extraits) © FG

L’atelier devait se terminer ainsi sur une parole d’adhésion à l’orthodoxie officielle (rappelée également en 5 points dans la dernière diapositive).

Un débat général s’ensuivit au cours duquel on revint sur les relations entre morale et corruption, un auditeur rappelant que les moralistes et les corrupteurs étaient en réalité les mêmes. Notons que cette assertion un peu réductrice fut contestée par M. Vũ Minh Giang, gardien de l’honneur du parti rétorquant que « cette accusation ne reposait sur aucun fondement ». Quant au débat au sein du Parti, Benoît de Tréglodé rappela cet épisode peu connu de 1947-48 où l’aile gauchiste du Parti fut éradiquée. Une seule question fut posée sur les enjeux écologiques par la sénatrice Hélène Luc à propos de la salinisation des sols et donc des rizières du delta du Mékong, un processus inquiétant.

Nguyen Duc Nhuan
Commentaire du sociologue Nguyen Duc Nhuan sur la communication de M. Vu Minh Giang © 2016 FG

A notre avis, la réponse à la question du marxisme pouvait se résumer en un mot : pragmatisme. Adaptation permanente à la conjoncture et aux aléas de l’histoire. Mais je pense aussi que cette réponse n’est pas totalement suffisante car l’on oublie de prendre en compte la construction d’un appareil de sécurité très efficace (sur le modèle de la RDA et de la Chine) dans la répression permanente des opposants potentiels comme je l’évoquerai plus loin dans un prochain billet7. Je suis, par ailleurs étonné, que certaines questions n’aient trouvé preneur ou n’aient été posées sur la formation du cadre communiste (qu’est-ce le quotidien d’un cadre du parti ?), le nombre d’adhérents du parti, la sociologie du PCV, sa répartition géographique, le maillage de l’appareil communiste et les formes de représentations para-communistes au sein de la société civile. Le PCV est-il contesté, par qui et comment ? Comment répond-il aux critiques internes ? Quid des luttes des ouvrières ? Ces aspects descriptifs mais concrets, que des études de cas pouvaient illustrer, auraient pu être présentés rapidement en introduction de colloque car sans ces données, il paraît difficile d’entrevoir l’avenir d’une organisation qui rassemble environ 4 millions d’adhérents sur plus de 95 millions d’habitants8.

Conclusion : vers un « Renouveau total », Ðổi Mới toàn diện ?

La conclusion fut portée avec enthousiasme par M. Phạm Xuân Sơn. Dans un discours lyrique appelant à soutenir des deux bras le processus de transformation du Viêt-Nam communiste, M. Sơn nous rappela tous les bénéfices de ses trente années de Ðổi Mới et que la route était désormais tracée pour un Renouveau total, un Ðổi Mới sur tous les plans. M. Son souligna les aspects très positifs du colloque, la franchise des échanges, l’ouverture d’esprit et le respect des idées parfois contradictoires ou carrément opposées. Parti dans une envolée du type « tous derrière nous », il fut néanmoins stoppé par une série d’applaudissements précoces, ce qui n’était guère fair play de la part d’une partie de l’auditoire. Il est vrai qu’avec M. Sơn, on repart avec le sentiment que tout est possible et que les Vietnamiens, à la recherche de solutions, sont prêts à envisager de grands changements pour leur pays.

Pham Xuan Son & Alain Obadia
Discours de clôture du colloque de M. Pham Xuan Son et de M. Alain Obadia, Président de la Fondation Gabriel Péri © 2016 FG

Enfin, Michel Maso puis Alain Obadia clôturèrent cette intense « journée de travail » qui devrait, selon eux, en appeler d’autres. Espérons-le.

François Guillemot, MàJ 19/03/2016.

Image « à la une » : Dam Sen Park © 2014 FG.

Les portraits des intervenants sont de Dominique de Miscault

Lire la suite : Viêt-Nam : Révolutions en devenir, langage totalitaire : questions sans réponses

Notes

  1. Schram, Stuart R. et Carrère d’Encausse, Hélène (dir.), Le marxisme et l’Asie, 1853-1964, Paris, Armand Colin, Collection U, Série Idées politiques, 1965. A cette référence, nous ajouterons le survol déjà ancien de Francis Doré, Les régimes politiques en Asie, Paris, Presses Universitaires de France, coll. Thémis, 1973 []
  2. Cf. Les constitutions du Vietnam, 1946-1959-1980-1992, Hanoi, Éditions The Gioi, 1995 []
  3. Ce concept de « gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple » a été créé à l’origine par le président américain Abraham Lincoln lors du fameux discours de Gettysburg du 19 novembre 1863 et figure aussi dans le dernier alinéa de l’Article 2 de la Constitution de la Quatrième République française de 1946 ! []
  4. Karl A. Wittfogel, Oriental Despotism: A Comparative Study of Total Power, New Haven, Connecticut, Yale University Press. En français : Le Despotisme oriental. Étude comparative du pouvoir total, Paris, Éditions de Minuit, coll. Arguments, 1964 et nouvelle édition en 1977 avec une traduction de Micheline Pouteau []
  5. Cf. Nguyễn Thế Anh, Le Viêt-Nam entre confucianisme et modernité, texte en ligne sur le site Tin Paris, page consultée le 15 mars 2016 []
  6. Notons l’ambiguïté de cette dernière mention []
  7. Sur ce sujet, écouter en ligne le dernier rapport sur les brutalités policières publié par Trinh Nguyễn sur le site Loa : Police Brutality: Abuse and Repeat, 7 mars 2016 []
  8. Pour des illustrations concrètes, nous renverrons le lecteur au livre de Philippe Papin et Laurent Passicousset, Vivre avec les Vietnamiens, Paris, L’Archipel, coll. Des hommes et des pays, 2010 []

La nouvelle histoire des idées politiques [Repères 2015]

[ndlr] Cet ouvrage évoqué en séminaire est paru en avril 2015 dans la collection Repères (n° 639) des éditions La Découverte. Présentation de l’éditeur suivie de liens vers des recensions.

LaNouvelleHistoireDesIdéesPolitiquesL’histoire des idées politiques s’est longtemps résumée au commentaire savant de grands penseurs ou de grandes questions éternelles. Partout dans le monde, les entreprises de refondation se sont pourtant multipliées depuis les années 1970, portées par des approches parfois divergentes, mais s’accordant sur la nécessité de ne pas traiter les idées comme des objets désincarnés. Étrangement, ces développements n’ont eu, encore récemment, que peu de retentissement en France.

C’est à cette situation que remédie cet ouvrage. Disséquant les apports d’écoles consacrées (école de Cambridge, sémantique historique allemande, généalogie foucaldienne, histoire sociale des idées politiques bourdieusienne, etc.) et mettant en perspective des thématiques particulières (idées et milieux populaires, idées et décision publique, etc.), il offre des réponses à des questions essentielles : qu’est-ce qu’une idée politique ? Les idées politiques sont-elles le fruit du seul génie créateur de leurs auteurs ? Gouvernentelles le monde ?

Arnault Skornicki est maître de conférences en science politique à l’université Paris-Ouest-Nanterre, membre de l’ISP (Institut des sciences sociales du politique). Spécialiste d’histoire sociale des idées politiques et économiques aux XVIIIe-XIXe siècles, il est notamment l’auteur de L’Économiste, la cour et la patrie. L’économie politique dans la France des Lumières (CNRS Éditions, 2011).

Jérôme Tournadre est chargé de recherche CNRS à l’ISP (Institut des sciences sociales du politique, CNRS/université Paris-Ouest/ENS Cachan). Spécialiste de sociologie des intellectuels, des idées politiques contemporaines et des mouvements sociaux, il a publiéAu-delà de la gauche et de la droite, une troisième voie britannique ? (Dalloz, 2006) et Après l’apartheid. La protestation sociale en Afrique du Sud (PUR, 2014).

Source : La Découverte

Recensions :

Giovanni Carpinelli, « Arnault SKORNICKI et Jérôme TOURNADRE, 2015, La Nouvelle Histoire des idées politiques, Paris, La Découverte, 123 p. », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], mis en ligne le 16 septembre 2015, consulté le 03 novembre 2015. URL : http://ress.revues.org/3156

Manuel Cervera-Marzal, « Skornicki (Arnault), Tournadre (Jérôme), La nouvelle histoire des idées politiques. », Revue française de science politique, vol. 65, no 3, juin 2015, pp. 515‑516.

Arthur Hérisson, « Arnault Skornicki, Jérôme Tournadre, La nouvelle histoire des idées politiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 12 mai 2015, consulté le 03 novembre 2015. URL : http://lectures.revues.org/18003

Louis Pinto, « Arnault Skornicki, Jérôme Tournadre, La nouvelle histoire des idées politiques », Lire les sciences sociales [En ligne], mis en ligne le 22 juin 2015, consulté le 03 novembre 2015. URL : http://llss.hypotheses.org/821

Lien vers l’ouvrage en ligne sur le portail CAIRN : https://www.cairn.info/la-nouvelle-histoire-des-idees-politiques–9782707174260.htm

Chloé-Mélie Mazzani : Phan Châu Trinh, la république imaginée

[ndlr] Soutenance de mémoire de M2 en histoire contemporaine.

Logo_ENS

* * *

Phan Châu Trinh,
la République imaginée

PhanChauTrinh

Mémoire soutenu le 24 Juin 2014
Par Chloé-Mélie Mazzani

Mémoire de Master 2 d’Histoire contemporaine
2013/2014

Directeur de mémoire : M. François Guillemot, de l’Institut d’Asie Orientale.

Introduction (extraits). Le nom de Phan Châu Trinh est encore aujourd’hui gravé dans les mémoires vietnamiennes comme étant celui d’un des pères du nationalisme, tenant une place d’honneur au sein du panthéon national. On se souvient de lui pour avoir été un penseur réformiste qui, toute sa vie durant, a prêché la non violence et la modernité. Ce que les livres d’histoire retiennent peut être moins, c’est que Phan Châu Trinh, à la différence de son contemporain Phan Bội Châu, était avant tout favorable à la collaboration franco-annamite et que pour lui, l’indépendance du Viêt-Nam n’était envisageable que sur le long terme, une fois que le peuple vietnamien aurait suffisamment évolué.

Né en 1872 dans la province de Quảng Nam, connue pour être une pépinière de penseurs progressistes, Phan Châu Trinh adhère rapidement aux idées modernes véhiculées par les écrits de penseurs chinois comme Liang Qichao (1873-1929) et Kang Youwei (1858-1927). La présence coloniale française en Indochine mais aussi les incroyables bouleversements que connaît le Japon de l’ère Meiji convainquent le jeune homme de la nécessité d’engager le peuple vietnamien sur la voie de la modernité en rénovant la vieille tradition confucéenne et en s’inspirant des nouveautés techniques et intellectuelles venues d’Occident.

Tout au long de sa vie, Phan Châu Trinh n’a de cesse de dénoncer les injustices commises en Indochine par le système colonial et les mandarins de la Cour de Hué, ce qui lui vaut de se créer de nombreux ennemis et de n’éviter le bagne à perpétuité qu’au prix d’un exil de près de quinze ans en France. Durant son long séjour en Métropole, Phan s’intéresse de très près à la culture politique française : séduit par les principes de la République, il déclare que le Viêt-Nam libre sera une démocratie ou ne sera pas. Malgré cette fascination pour le modèle républicain, il continue à confronter les dirigeants de la Troisième République à l’attitude indigne de ses représentants en Indochine. Persuadé que la civilisation vietnamienne est en plein déclin et que seuls l’éducation du peuple et l’éveil patriotique pourront améliorer la situation du pays, Phan Châu Trinh incite les jeunes Vietnamiens à venir en France s’inspirer des pratiques métropolitaines.

À Paris, Phan se trouve au coeur d’un réseau mettant en lien des activistes politiques annamites de renom, tels Nguyễn Ái Quốc ou Nguyễn An Ninh, des étudiants vietnamiens et plusieurs membres de la haute administration française. Pendant des années Phan Châu Trinh s’efforce de faire connaître la cause annamite aux Métropolitains, convaincu de la nécessité que les Français civilisés de la métropole rappellent aux Français dévoyés de la colonie l’exigence de justice et d’humanité de la République. En d’autres termes, Phan Châu Trinh croit en la mission civilisatrice de la France. Il considère d’ailleurs cette dernière comme un moyen de transfert des qualités techniques et intellectuelles modernes vers le Viêt-Nam, qui pourra, en se modernisant et en atteignant un degré de civilisation proche de celui des Français, obtenir l’indépendance sans risquer de sombrer aussitôt sous la coupe d’une autre puissance étrangère. C’est ainsi qu’il imagine l’avènement de la République vietnamienne.

En étudiant les conditions dans lesquelles s’est formée sa pensée, nous pouvons envisager le transfert des exigences modernistes à la population vietnamienne, qui à son tour va se prendre à imaginer un avenir meilleur. Nous pourrions dès lors considérer que, plus que les difficultés du quotidien, c’est l’espoir d’un futur meilleur qui a motivé l’engagement politique puis révolutionnaire des Annamites. L’action pour le changement a lieu à partir du moment où la situation n’est plus seulement vécue mais est aussi pensée : c’est le décalage entre ce qu’on pense être et ce qui pourrait être qui déclenche la mobilisation. Phan Châu Trinh participe à la diffusion dans la société vietnamienne des années 1920 des notions de justice, de démocratie et de fierté patriotique, et de là, à la constitution d’une première forme de nationalisme indochinois. Si sa mort causée par la tuberculose en 1926 l’empêche de mener à bien son projet de réforme et de collaboration, le rassemblement auquel Phan Châu Trinh contribue s’avère une étape décisive sur le chemin de la mobilisation nationaliste, même si celle-ci s’éloignera des idéaux tracés par le penseur moderniste pour prendre finalement la forme de la révolution communiste et antifrançaise.

Peter Zinoman: Vietnamese Colonial Republican – The Political Vision of Vu Trong Phung [parution]

Zinoman_VuTrongPhung[ndlr] Une étude importante de Peter Zinoman vient de paraître. Présentation de l’éditeur.

This volume is a comprehensive study of Vietnam’s greatest and most controversial 20th century writer who died tragically in 1939 at the age of 28. Vu Trong Phung is known for a remarkable collection of politically provocative novels and sensational works of non-fiction reportage that were banned by the communist state from 1960 to 1986.

Leading Vietnam scholar, Zinoman, resurrects the life and work of an important intellectual and author in order to reveal a neglected political project that is excluded from conventional accounts of modern Vietnamese political history. He sees Vu Trong Phung as a leading proponent of a localized republican tradition that opposed colonialism, communism, and unfettered capitalism—and that led both to the banning of his work and to the durability of his popular appeal in Vietnam today.

Contents

List of Illustrations
Acknowledgments

Introduction
1. Sources of Vu Trong Phung’s Colonial Republicanism
2. Capitalism and Social Reform
3. The Question of Communism
4. The Crisis of Vietnamese Sexuality
5. Banning Vu Trong Phung
Conclusion

Notes
Bibliography
Index

Peter Zinoman is Professor of History and Southeast Asian Studies at the University of California, Berkeley; author of The Colonial Bastille: A History of Imprisonment in Vietnam, 1862-1940 (UC Press, 2001); and cotranslator of Dumb Luck: A Novel by Vu Trong Phung.

* * *

Reviews

« Vietnamese Colonial Republican is the best single study of a major twentieth-century Southeast Asian writer, and his critical relationship to both the colonial and postcolonial eras, known to me. It offers an unsurpassed discussion of the complexities of colonial modernity and their troubled Cold War aftermath. » —Alexander Woodside, author of Community and Revolution in Modern Vietnam

« Peter Zinoman and Vu Trong Phung are two gadflies who were meant for each other. In this wonderfully researched and beautifully crafted biography, Zinoman introduces us to the short productive life and extraordinary times of modern Vietnam’s greatest writer. Vu Trong Phung’s social critiques earned him the opprobrium of communists and colonialists in the 1930s, but the themes he explored remain as relevant today as ever. And as always, Zinoman argues provocatively: Phung serves as a case study in how French Republicanism worked itself out in fascinating ways in the empire. Neither Zinoman nor his subject disappoint. » —Christopher Goscha, author of Going Indochinese: Contesting Concepts of Space and Place in French Indochina.

« In Vietnamese Colonial Republican, Peter Zinoman gives three important contributions to the study of modern Vietnam. First, he proposes a new interpretation of debates among intellectuals in the interwar period; his exposition of ‘colonial republicanism’ is a fresh and compelling alternative to the version of modern politics that primarily focuses upon the Vietnamese communists. Second, his analysis of the work of Vu Trong Phung greatly expands our view of literature, thought, and culture in the 1930s. Third, his discussion of ‘reform communism’ offers a fresh vantage on Hanoi politics in the late 1950s. This professionally documented work is clear and readable, yet full of substance. » —Keith Weller Taylor, author of The Birth of Vietnam.

Source : University of California Press

 

Tuan Hoang: Ideology in Urban South Vietnam, 1950-1975 [PhD diss.]

[ndlr] Signalement d’une thèse de doctorat d’histoire soutenue le 26 mars 2013 à l’Université Notre-Dame (Indiana, Etats-Unis). Félicitations à Tuan Hoang pour ce travail qui apporte une pierre supplémentaire au renouveau des études sur la République du Viêt-Nam (Sud).

FDC_Struggle&Development

 Cliquez sur l’image pour l’agrandir (source: Manh Hai Photo Gallery)

Hoang, Tuan: Ideology in Urban South Vietnam, 1950-1975

This dissertation addresses the subject of noncommunist political and cultural ideology in urban South Vietnam during 1954-1975. It contributes to the historiography of the Vietnam War, specifically on the long-neglected Republic of Vietnam (RVN) that has received greater attention in the last decade. The basic argument is that the postcolonial ideological vision of most urban South Vietnamese diverged greatly from that of the Vietnamese communist revolutionaries. This vision explains for the puzzling question on why the communist revolutionaries were far more effective in winning the minds and hearts of Vietnamese in countryside than in cities. At the same time, this vision was complicated by the uneasy relationship with the Americans.

The dissertation examines four aspects in particular. First is the construction of anticommunism: Although influenced by Cold War bipolarity, anticommunism in urban South Vietnam was shaped initially and primarily by earlier differences about modernity and post-colonialism. It was intensified through intra-Vietnamese experiences of the First Indochina War.

The second aspect is the promotion of individualism. Instead of the socialist person as advocated by communist revolutionaries, urban South Vietnamese promoted a bourgeois petit vision of the postcolonial person. Much of the sources for this promotion came from the West, especially France and the U.S. But it was left to urban South Vietnamese writers to interpret and promote what this person ought to be.

The third one concerns the development of nationalism. Urban South Vietnam continued to uphold the views of nationalism developed during late colonialism, such as the elevation of national heroes and the essentialization of Vietnamese civilization. Noncommunist South Vietnamese urbanites were influenced by ethnic nationalism, although they also developed the tendency to look towards other newly independent nations for nationalistic inspiration and ideas about their own postcolonial nation.

The last aspect has to do with the relationship with Americans: The views of urban South Vietnamese on the U.S. were generally positive during the early years of the RVN. But there was also wariness that burst into resentment and anti-Americanism after Washington Americanized the war in 1965. The dissertation looks into two very different urban groups in order to extract the variety of sources about anti-Americanism.

Source : University of Notre-Dame

Table of contents :

  • Acknowledgments – iii
  • Introduction Urban South Vietnam in the American Experience and Historiography – p. 1
  • Chapter One: Vietnamese Communism and Anticommunism Until 1954 – p. 48
  • Chapter Two: The Critique of Communism in Urban South Vietnam – p. 99
  • Chapter Three: Individualism in Urban South Vietnam: Background and Context – p. 168
  • Chapter Four: The Promotion of “Learning To Be Human” – p. 222
  • Chapter Five: The Development and Continuity of Nationalism – p. 334
  • Chapter Six: Perceptions of the U.S. Before the Americanization of the War – p. 408
  • Chapter Seven: The Roots and Growth of Anti-Americanism – p. 464
  • Epilogue – p. 515
  • Bibliography – p. 523