Archives par mot-clé : histoire

Martin Stuart-Fox : A History of Laos – CR de lecture par Nelly Didelot

Martin Stuart Fox est l’un des grands noms de l’historiographie laotienne. Aujourd’hui professeur émérite à l’Université de Queensland, les racines de son intérêt pour le Laos remontent à la guerre du Viêt-Nam qu’il a couvert en partie en tant que journaliste. À une époque où l’étude du Laos restait un champ dominé par la recherche française, cet Australien s’est spécialisé dans l’étude du symbolisme religieux du Laos et dans son histoire politique.

           La publication de A History of Laos apparait comme l’aboutissement et la synthèse d’années d’études. Publiée en 1997, à une époque où la tendance historiographique générale n’est plus à l’histoire nationale, où on reproche aux grandes synthèses leur structure narrative, leur rhétorique centralisatrice et le focus sur les élites politiques, le choix d’une étude générale du Laos peut surprendre. M. Stuart-Fox, conscient des nouvelles orientations de la recherche, met toutefois en avant la pauvreté de l’historiographie laotienne, qui justifie et rend nécessaire la publication d’une synthèse de l’histoire nationale. Il faut rassembler les historiographies de chaque période qui poursuivent chacune un but particulier, pour écrire une histoire ouverte, support de la construction d’une identité nationale inclusive. Les chroniques pré-coloniales cherchent essentiellement à assurer la légitimité dynastique, tandis que l’historiographie coloniale dépeint le Laos comme un peuple en danger, menacé par le Siam que la France se devrait se protéger et lit toute son histoire dans ce sens. Les travaux réalisés sous le royaume du Laos (1946-1975) font du royaume du Laos l’héritier direct du Lan Xang en mettant de côté les moments sombres de l’histoire du pays. Cette histoire se concentre sur les populations des plaines sans inscrire les minorités dans l’histoire. Avec l’arrivée au pouvoir du Pathet Lao, les travaux insistent cette fois sur la tradition de résistance à la domination. M. Stuart-Fox tire de ce rapide bilan historiographique la conclusion que le Laos est le pays d’Asie du Sud-Est dont l’historiographie nationale est la moins développée, la moins à même de servir à la consolidation d’un État-nation inclusif. Son objectif est d’écrire une histoire générale du pays, non pour les Laotiens – ce qui est la tâche des historiens laotiens selon lui – mais pour ceux qui voient le Laos de l’extérieur, notamment les enfants de la diaspora. Cet ouvrage est un manuel, la première histoire générale du Laos écrite en anglais, qui vient combler un manque historiographique puisque avant sa parution la dernière synthèse parue sur le Laos datait des années 1970. M. Stuart Fox mène ici un travail de synthèse plus que de recherche, il travaille peu sur des sources primaires. Toutefois l’ouvrage poursuit un but : mettre en avant la continuité de l’histoire laotienne qui forme un tout cohérent au delà des difficultés de construction étatique, de la diversité du pays et parfois de sa fragmentation. En démontrant à un public non laotien l’existence d’une base culturelle laotienne, Stuart Fox cherche à légitimer un État-nation parfois menacé.

Une identité lao inclusive

            Les trois éléments généralement pointés comme constitutifs, voire créateurs, de l’identité nationale, c’est-à-dire la religion, la langue et l’histoire, se retrouvent à intervalles réguliers au cours de la lecture de l’ouvrage. Cela permet à l’auteur de consolider la thèse d’une identité laotienne commune et continue sans être pour autant a-historique, imperméable aux changements. Le bouddhisme Theravada est peut-être l’élément culturel le plus fort de l’identité laotienne, il est en tout cas bien mis en avant par M. Stuart-Fox sûrement grâce à ses travaux sur le symbolisme religieux. Il modèle profondément la culture et les esprits, au moins depuis que la doctrine s’est structurée au XVIè siècle. Le régime communiste au pouvoir ne s’y est d’ailleurs pas trompé en l’utilisant pour se légitimer, notamment en utilisant les éléments de ressemblance entre doctrine bouddhiste et idéologie communiste, comme la compassion pour le pauvre et l’opprimé. Si cet usage du bouddhisme est assez particulier, la profonde influence de cette religion sur les structures de la société ne semble pas très différente des pays voisins, Thaïlande ou Cambodge par exemple, où on retrouve le même attachement à la religion, le même type d’apports animistes. La circulation des moines en formation entre Laos, Cambodge et Thaïlande montre d’ailleurs bien que cet élément d’identité est régional. La construction d’un bouddhisme laotien, minimisant les contacts avec Bangkok, a d’ailleurs été un des objectifs du pouvoir colonial et du prince Phetsarath, montrant bien l’importance de ce facteur pour construire une identité propre.

            Le facteur linguistique souligne également la proximité avec la Thaïlande mais aussi la multiplicité laotienne. Le Laos est en effet un pays de pluralité linguistique, avec trois grandes familles linguistiques (môn-khmère, tai-kadai et sino-tibétaine) présentes sur le territoire et se déclinant en dizaines de langues. La langue dominante, le laotien, appartient à la famille des langues tai. Son unification et la stabilisation de son écriture a fait l’objet d’un travail des Français pendant la période coloniale afin d’accentuer la différence avec le thaïlandais parlé par les Siamois.

            Quant à l’histoire, les Laotiens actuels n’ont pas toujours été réunis dans les mêmes États, ou plutôt dans les mêmes mandalas, en raison de la grande fragmentation qui est un trait caractéristique de l’histoire laotienne, sans pour autant que cela ait empêché leur proximité, leurs échanges. Il faut également souligner qu’à travers le récit de M. Stuart-Fox, en particulier de l’histoire pré-coloniale, il apparait que ces différents États et leur population ont généralement partagé la même situation de marginalité, de zone tampon. L’existence relativement longue du Lan Xang (1354-1707) crée également un horizon commun, la conscience d’un passé commun perpétué à travers les chroniques des différents muangs.

            Ces éléments ne font pas l’objet d’un traitement spécifique de l’auteur, mais leur présence régulière dans les différents chapitres chronologiques construit l’idée d’une continuité de l’identité laotienne, et de son caractère nécessairement inclusif en raison de la disparité des communautés qu’elles rassemblent.

Difficultés d’existence d’un État-tampon

            Il semble pourtant au fil de la lecture que le Laos est surtout caractérisé par sa difficulté à exister comme État, ou simplement comme ensemble unifié, la notion d’État paraissant peut-être anachronique, au moins pour les débuts de l’histoire laotienne. Reste toutefois la question, bien plus délicate à trancher, de savoir si la conscience d’une identité commune existait, question à laquelle M. Stuart Fox ne s’attaque pas directement mais qui est forcément implicite, et ouverte par un travail tel que celui-ci.

            Les difficultés de la construction d’un État-nation laotien sont d’abord les obstacles à son indépendance. Les décolonisations et les indépendances du XXè siècle, ainsi que leur traitement par les nouvelles historiographies, ont construit l’idée du rassemblement de la nation dans la lutte contre le colonisateur. Ce schéma peut être modifié et nuancé à bien des égards, et prend ainsi une forme particulière au Laos, où gagner l’indépendance politique est loin d’être l’unique enjeu pour exister en tant qu’État-nation viable. M. Stuart Fox montre que la présence française est relativement peu contestée avant la Seconde Guerre Mondiale, qui marque le véritable essor du nationalisme laotien. Les quelques révoltes antérieures n’avaient pas de caractère nationaliste mais souvent un caractère anti-fiscal, un rébellion contre l’encadrement créé par l’État colonial. Les oppositions se font plutôt contre les Vietnamiens, alors que les Français gardent assez longtemps l’image de protecteur auprès des Lao Lum. Si la présence française s’achève officiellement en 1953, le poids des Français demeure important jusqu’à la prise de pouvoir communiste en 1975, par leur influence auprès des élites laotiennes, notamment du premier ministre Souvana Phouma, et par leur influence économique.

            Toutefois le principal défi lancé à l’indépendance laotienne depuis le XIXè siècle est celui de son existence comme Etat viable dans une région dominée par la Chine, le Viêt-Nam et la Thaïlande. Le Laos est constamment pris entre les stratégies d’influence thaïes et vietnamiennes, et ce depuis l’effondrement du Lan Xang, où les pays lao servent d’États tampons puis font l’objet d’une tentative d’intégration au territoire national en construction du Siam, seulement stoppée par la colonisation. Celle-ci a tendance à faire du pays une arrière cour du Viêt-Nam, simple fournisseur de matières premières dominé par les élites vietnamiennes, qui sont à la tête de l’administration malgré les combats précoces du prince Phetsarath. La guerre froide qui succède à la colonisation, entraine le Laos dans une guerre qui n’est pas la sienne, coincé entre Viêt-Nam et Thaïlande, séparé en deux camps, pro-Viêt-Minh ou pro-occidental, largement dépendants de leurs soutiens. Si le Pathet Lao parvient ainsi à contrôler officiellement une partie du territoire laotien suite à la conférence de Genève c’est grâce aux forces Viêt-Minh, largement présentes sur l’espace qui lui est attribué. Le régime en place depuis 1975 nourrit une forte dépendance à l’égard du Viêt-Nam, à laquelle s’ajoute dès les années 1990, qui ferment l’ouvrage, l’influence grandissante de la Thaïlande sur le plan économique et culturel, et de la Chine, qu’évoque brièvement l’auteur, mais qui se révèle particulièrement d’actualité aujourd’hui autour notamment de la question de la gestion du Mékong et des barrages hydro-électriques. Par sa localisation indispensable au lien entre sud de la Chine et Asie du Sud-est continentale le Laos est toujours en position d’intermédiaire.

Les faiblesses de l’État

            L’enjeu lancé à l’État laotien que révèle l’histoire brossée par M. Stuart-Fox est aussi celui d’un gouvernement effectif. Le pouvoir étatique a souvent du mal à s’exercer, contraint par la faiblesse de la population, et le fractionnement géographique du pays. L’État colonial, certes forme bien particulière d’État, n’a ainsi jamais réussi à implanter plus que quelques fonctionnaires dans une vingtaine de « centres » au travers du pays1 et a toujours eu beaucoup de mal à faire rentrer les impôts, signal souvent révélateur du fonctionnement de l’État. Cela s’explique notamment par le maintien d’une forte autonomie villageoise, qui induit une gestion à une échelle plus locale, à travers des réseaux villageois qui travaillent ensemble. Cette logique plus horizontale que verticale ne facilite donc pas la centralisation recherchée par l’État.

            Enfin l’État laotien est confronté à l’enjeu de réunir une population éclatée spatialement, socialement, ethniquement voire idéologiquement. L’étagement de la population, correspondant à une stratification ethnique et sociale, n’est pas l’apanage du Laos, mais ce dernier rassemble une population bien plus diverse que son voisin thaï et doit inventer une autre intégration. On touche ici à ce que M. Stuart Fox présente comme l’un des principaux apports du Pathet Lao, obligé pendant la guerre froide de s’appuyer sur les populations des hauteurs, longtemps méprisées par les habitants des plaines, et les a ensuite revalorisées dans une rhétorique égalitaire. Reste que la division du pays en deux camps de l’après Seconde Guerre Mondiale à 1975 a laissé des traces, accentuées par les purges qui ont suivi l’arrivée des communistes au pouvoir, afin de réaliser l’unité du pays autour d’une doctrine imposée.

            Pour Martin Stuart Fox, au tournant du XXe et du XXIe siècle, le renforcement du sens de l’unité nationale, la lutte contre le régionalisme et contre la mise à l’écart des minorités doivent être les priorités de l’État laotien. Dans ce contexte l’intégration à l’ASEAN lui parait à la fois être un refuge (qui offre au Laos un siège comme nation indépendante) et un danger (la coopération régionale risquant d’augmenter le mouvement d’absorption dans la sphère thaïe). Près de 20 ans après ce constat, il semble qu’il soit toujours valable : le Laos est toujours très dépendant du régime de Hanoi, pays frère communiste passé comme lui à l’économie de marché, les échanges entre les deux rives du Mékong se multiplient, notamment le passage de touristes thaïs au Laos. Le rôle de la Chine, relativement absente de l’analyse de Stuart-Fox, parait toutefois toujours plus prééminent, surtout sur le plan économique.

* * *

            Cet ouvrage clair est une ressource précieuse pour entrer en contact avec l’histoire du Laos, en particulier avec la période postérieure à la Seconde Guerre Mondiale, puisque les époques précédentes sont balayées en une cinquantaine de pages. Ce choix non justifié s’explique surement en partie par l’état des connaissances, bien plus avancé pour ce qui concerne le deuxième XXè siècle, mais va quelque peu contre sa volonté de montrer une identité laotienne précaire mais continue.

            Martin Stuart Fox cherche à palier l’absence ou la faiblesse passée et présente de l’État laotien et à justifier son existence actuelle en mettant en avant une identité commune, par une culture partagée. L’étude des identités implique souvent l’étude des représentations, ce qui n’est pas le cas ici, où l’attention est plutôt portée aux organisations, aux institutions. C’est l’État plus que la nation qui fait l’objet de l’ouvrage, mais cet État est justifié implicitement par l’existence d’une nation. L’auteur postule une nation, qu’il définit comme ouverte et inclusive, mais n’étudie pas sa construction. Ce n’est pas son objectif, comme il l’explique en introduction, mais la question de savoir comment et pourquoi se construit une identité commune, comment elle se propage et à quel point elle est partagée, parait devoir être la suite logique de son travail de synthèse2. De la même manière, Martin Stuart Fox ne s’interroge pas sur le terme ‘Laos’ en lui même, et ne prête que peu d’attention à la construction territoriale de ce Laos. On peut le regretter, d’une part parce que la maitrise du territoire est un des éléments clés de la construction d’un État-nation, et d’autre part en raison de l’histoire de l’État laotien, passé du statut d’État-mandala, voire de périphérie de mandala, à celui d’État territorial, suite à l’irruption occidentale dans la péninsule indochinoise.

            Enfin, on peut se demander, mais la question revêt alors une forte dimension politique, si le modèle de l’État doit être à tout prix adopté et défendu au XXIè siècle, ou si un partage et une délégation des pouvoirs à la fois au sein d’une plus grande coopération régionale et sur le plan local ne pourraient pas représenter un modèle alternatif pour le Laos.

Nelly Didelot, ENS de Lyon

Nelly Didelot est étudiante en deuxième année de Master sciences sociales à l’ENS de Lyon, ses recherches actuelles portent sur la gestion de la frontière occidentale de l’Indochine par les pouvoirs coloniaux.

Références

  • Ivarsson Søren, 2008, Creating Laos: the making of a Lao space between Indochina and Siam, 1860-1945, Copenhagen Abingdon, NIAS Marston distributor, x+238 p.
  • Bruneau Michel, 2002, « Évolution des étagements ethnopolitiques dans les montagnes sino-indochinoises », Hérodote, 2002, vol. 107, nᵒ 4, p. 89.

Image à la une : Pha That Luang, Vientiane, Laos by Aaron Smith, 2007.

Notes

  1. En 1910, on comptait ainsi seulement 200 Français pour administrer le pays. []
  2. Les travaux de Soren Ivarsson, notamment son ouvrage Creating Laos, permettent en partie de répondre à ces questions. []

Nguyễn ngọc Châu : Le Caodaïsme

[ndlr] Annonce de la mise en ligne d’un article de M. sur la fondation du Caodaïsme en 1926. Nous remercions M. Hua Vang Tho pour nous avoir signalé ce document.

Le 7 octobre 1926, la création de la religion caodaïste fut officiellement annoncée et une Déclaration signée par 28 adeptes, fut envoyée au Gouverneur de Cochinchine, monsieur Le Foll ; elle était accompagnée de la liste de 247 noms de ceux qui étaient présents à la réunion de décision le 23 du 8è mois de l’année Bính Dần (1926) chez monsieur Võ Văn Tường (voir annexe 1 du document en ligne).

Pour l’avènement du Caodaïsme, des fêtes grandioses furent célébrées du 18 au 20 novembre 1926 à Tứ  Lâm Tự, pagode  bouddhiste dont la construction  avait été financée en grande  partie  par M. Nguyễn Ngọc Thơ et Mme Lâm Hương Thanh3 (qui devinrent peu après des dignitaires caodaïstes), et dont le supérieur était favorable au caodaïsme naissant. Un sacerdoce fut mis en place et un code religieux promulgué.

Le nom officiel de la religion caodaïste, Đại Đạo Tam Kỳ Phổ Độ, veut dire  » La Grande Voie de la Troisième Amnistie », sous entendu « de Dieu vis à vis de l’humanité », ou, dans une appellation plus moderne, « La Troisième Ère Universelle du Salut Divin de La Grande Voie ».

NguyenNgocChau_LeCaodaisme

Source : Paris Times

Image « à la une » : L’oeil de Cao Dai au Temple de Tay Ninh © Ethnotek Blog

Sophie Quinn-Judge : The Third Force in the Vietnam War: The Elusive Search for Peace 1954-75 [parution]

[ndlr] Avis de parution d’une nouvelle étude l’historienne Sophie Quinn-Judge. Présentation de l’éditeur.

It was the conflict that shocked America and the world, but the struggle for peace is central to the history of the Vietnam War. Rejecting the idea that war between Hanoi and the US was inevitable, the author traces North Vietnam’s programs for a peaceful reunification of their nation from the 1954 Geneva negotiations up to the final collapse of the Saigon government in 1975. She also examines the ways that groups and personalities in South Vietnam responded by crafting their own peace proposals, in the hope that the Vietnamese people could solve their disagreements by engaging in talks without outside interference. While most of the writing on peacemaking during the Vietnam War concerns high-level international diplomacy, Sophie Quinn-Judge reminds us of the courageous efforts of southern Vietnamese, including Buddhists, Catholics, students and citizens, to escape the unprecedented destruction that the US war brought to their people. The author contends that US policymakers showed little regard for the attitudes of the South Vietnamese population when they took over the war effort in 1964 and sent in their own troops to fight it in 1965.

A unique contribution of this study is the interweaving of developments in South Vietnamese politics with changes in the balance of power in Hanoi; both of the Vietnamese combatants are shown to evolve towards greater rigidity as the war progresses, while the US grows increasingly committed to President Thieu in Saigon, after the election of Richard Nixon. Not even the signing of the 1973 Paris Peace Agreement could blunt US support for Thieu and his obstruction of the peace process. The result was a difficult peace in 1975, achieved by military might rather than reconciliation, and a new realization of the limits of American foreign policy.

Sophie Quinn-Judge is the Associate Director of the Centre for Vietnamese History at Temple University. She was for many years a South East Asia correspondent for the Far Eastern Economic Review and for The Guardian. One of the foremost scholars of the Vietnam War, she taught for many years at the LSE and SOAS.

Ref. : Quinn-Judge, Sophie, The Third Force in the Vietnam War: The Elusive Search for Peace 1954-75, London, I.B.Tauris & Co Ltd, 2017, 336 p. ISBN: 9781784535971

Source : I.B.Tauris

 

Joël Pham : Travailleurs indochinois – Non à une histoire travestie

[ndlr] A lire sur le site Travailleurs indochinois le billet d’humeur de Joël Pham sur les affabulations médiatiques autour de cette question historique.

Que n’a-t-on pas entendu depuis quelques années quand il était question de la « présentation générale » de l’histoire des travailleurs indochinois de la seconde guerre mondiale. « Histoire cachée », «histoire dissimulée », « histoire enfouie », « histoire méconnue », « histoire occultée », etc… toutes ces formulations incluant, circonstance aggravante dans l’esprit de leurs auteurs, ce sous-entendu définitif… par la France.

Lire la suite : Travailleurs indochinois [pdf en ligne]

Sébastien Ledoux : « La mémoire, mauvais objet de l’historien ? »

[ndlr] Signalement d’un article de Sébastien Ledoux, chercheur au Centre d’histoire sociale du XXe siècle (CNRS) qui rejoint les préoccupations du séminaire.

Réf. : Ledoux, Sébastien, « La mémoire, mauvais objet de l’historien ? », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 133, janvier-mars 2017, pp. 113-128.

Née à la fin des années 1970 et remobilisée dans les années 2000, l’opposition entre histoire et mémoire mérite d’être reconsidérée. Plusieurs travaux récents ont montré le potentiel d’une compréhension fine des frontières poreuses entre les deux concepts. Les réflexions de Paul Ricoeur sur l’écriture de l’histoire et sur la mémoire devraient permettre d’approfondir ces recherches d’une grande fécondité.

Lire la suite : Vingtième Siècle, Revue d’histoire [n° 133, janvier-mars 2017, à paraître]

vingtiemesiecle133_2017

Signalons dans ce même numéro notre recension longue de l’ouvrage photographique Regards sur l’Indochine par Hugues Tertrais, pp. 167-170 (Rubrique « Images, lettres et sons »).

Histoire du Viêt-Nam au XXe siècle : révolution, guerre et société

[ndlr] Fiche de présentation DEMEOC 2016-2017. Descriptif des cours / « Histoire du Viêt-Nam au XXe siècle : révolution, guerre et société », semestre 2 à Sciences Po Lyon.

Enseignant :
François GUILLEMOT

Diplôme(s):

Catégorie :

guillemot_histoireduvietnam2017

Présentation du cours :

La constitution de l’État-nation vietnamien est abordée autour des trois concepts de « révolution, guerre et société ». Au fil de la chronologie tourmentée du XXe siècle, nous verrons que ces concepts recouvrent une réalité au pluriel : plusieurs types de révolutions ont été envisagés, le pays a connu quatre guerres successives ou enchevêtrées et la société comprend de multiples populations en interaction. La présentation d’un Viêt-Nam unique et homogène ne résiste pas aux faits historiques. Selon l’historien Nguyen The Anh : « il n’y a pas qu’une manière unique d’être Vietnamien, mais toute une variété de points de vue vietnamiens, selon les moments et les endroits considérés ». Pour illustrer ce propos, nous nous explorerons chronologiquement quelques moments clés de l’histoire :

  • l’avènement d’une révolution indépendantiste, de sa transformation communiste et du retour de la question nationale posée dans les années vingt ;
  • la guerre de réunification suivie d’une guerre d’expansion territoriale et le retour des contingences avec la question de la mer de Chine ;
  • l’évolution de la société à travers un XXe siècle éprouvant, du « choc colonial » à la décolonisation brutale jusqu’à l’avènement d’un État réunifié, puis du défi postcolonial à la globalisation.

A travers l’étude de l’évolution de « la question vietnamienne », l’objectif de ce cours vise à offrir aux étudiants un cadre de réflexion pour comprendre ce qu’est le Viêt-Nam dans toute sa diversité.

Bibliographie :

  • Brocheux, Pierre, Histoire du Viêt Nam contemporain. La nation résiliente, Paris, Fayard, 2011.
  • Césari, Laurent, L’Indochine en guerres : 1945-1993, Paris, Belin, 1995.
  • Papin, Philippe, Viêt-Nam : parcours d’une nation, Paris, La Documentation française, 2003, 2e éd.

Source : Sciences Po Lyon / DEMEOC

Michel Serres : Darwin, Bonaparte et le Samaritain, une philosophie de l’histoire

[ndlr] Mise en ligne le 22 novembre 2016 d’une conférence de Michel Serre. Playdoyer pour une philosophie de l’histoire : questionnements sur la mémoire, les oublis, les écritures du temps, la guerre et la paix, la violence…

Texte de présentation sur Agora des Savoirs :

Darwin raconta l’aventure de flore et de faune ; devenu empereur, Bonaparte, parmi les cadavres sur le champ de bataille, prononça, dit-on, ces mots : « Une nuit de Paris réparera cela ». Quant au Samaritain, il ne cesse, depuis deux mille ans, de se pencher sur la détresse du blessé. Voilà trois personnages qui scandent trois âges de l’histoire.

Le premier, long, compte des milliards d’années. Réussissant à dater les événements dont elles s’occupent, les sciences contemporaines racontent le Grand Récit de l’univers, de la planète et des vivants, récit qui déploie nos conditions d’habitat et de nourriture, sans lesquels nous ne vivrions ni ne survivrions.

Pendant des milliers d’années, le deuxième, dur, répète cette guerre perpétuelle dont un chiffre bien documenté dit qu’elle occupa 90% de notre temps et de nos habiletés.

Quant au dernier, doux, il glorifie, depuis quelques décennies seulement, l’infirmière, le médecin, la biologiste dont les découvertes et les conduites redressèrent à la verticale la croissance de notre espérance de vie ; puis le négociateur, qui cherche la paix ; enfin l’informaticien qui fluidifie les relations humaines.

Histoire ou Utopie ? Il n’y a pas de philosophie de l’histoire sans un projet, réaliste et utopique. Réaliste : contre toute attente, les statistiques montrent que la majorité des humains pratiquent l’entraide plutôt que la concurrence. Utopique : puisque la paix devint notre souci, ainsi que la vie, tentons de les partager avec le plus grand nombre ; voilà un projet aussi réaliste et difficile qu’utopique, possible et enthousiasmant.

Professeur à l’université de Stanford, membre de l’Académie française, Michel Serres est l’auteur de nombreux essais philosophiques et d’histoire des sciences, dont les derniers, Petite Poucette (Le Pommier, 2012) et Le Gaucher boiteux (Le Pommier, 2015) ont été largement salués par la presse. Il est l’un des rares philosophes contemporains à proposer une vision du monde qui associe les sciences et la culture.

 

Centre n° 2 des Archives nationales : Fonds du Gouvernement de Cochinchine [vidéo]

[ndlr] Présentation vidéographique du Fonds du Gouvernement de Cochinchine (en abrégé GouCouch) conservé à Ho Chi Minh-Ville au Centre n°2 des Archives nationales du Viêt-Nam. Entretiens avec les chercheurs vietnamiens Ha Minh Hong, Le Huu Phuoc et notre collègue Pascal Bourdeaux, maître de conférences à l’EPHE (Paris) sur ce fonds très riche qui s’étend sur près de 2,5 km linéaires.

The National Archives Center No.2 is taking the mission of preserving the largest number of materials in all agencies of the State Records Management and Archives Department of Vietnam.

 

La fabrique numérique du passé. Source, outils, récits : What next ? [16/09/2016]

[ndlr] Journée d’études à l’université d’Aix-Marseille.

Le workshop « La fabrique numérique du passé. Source, outils, récits : What next ? » organisé par Christian Henriot aura lieu le vendredi 16 septembre 2016 de 09H00 à 18H00 au pôle multimédia du Campus Schuman à Aix-en-Provence.

Programme :

  • 9h00 – Ouverture et introduction : Christian Henriot (AMU), Gérald Foliot (CNRS, Huma-Num)
  • 9h20 – Bernard Cousin (AMU), Eric Carroll (AMU) : « Le mur numérique des ex-voto peints provençaux »
  • 10h00 – Sophie Gebeil (AMU) : « Le web comme source pour l’historien : la fabrique numérique des mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français de 1999 à 2014 »
    10h40 – Pause
  • 10h55 – Jean-Pierre Dedieu (CNRS) : « De la source à la base de données. Les Répertoires d’Extrême Orient »
  • 11h35 – Anne Kerlan (IHTP, CNRS-Université Paris 8) :  » ‘Loin d’Hollywood’ : une base de données croisées pour une histoire globale du cinéma »

Après-midi – 13h45 14h00

  • Cécile Armand (IAO) : « MADSpace : un compagnon numérique pour écrire l’histoire spatiale de la publicité à Shanghai dans la première moitié du XXe siècle (1905-1949) »
  • 14h40 – Christian Henriot (IrAsia, AMU) : « August 1937. Death en masse in Shanghai : A VizStory narrative »
  • 15h10 – Fleur Chabaille (Inalco, IAO) : « Interpréter, écrire et publier le visuel : un retour réflexif sur Scalar »

15h50 – Pause

  • 16h00 – Mou Zhenyu (Collegium de Lyon / SASS) : « Cadasters, land market and urban transformation in the foreign settlements of Shanghai (1843–1943) »

17h10 – Discussion finale

Plus info : http://www.irasia-recherche.com/# !m…

lafabriquenumeriquedupasse_programme

Décès du journaliste et documentariste Henri de Turenne (1921-2016)

[ndlr] La presse rend (un petit) hommage à ce journaliste d’exception. Rappelons à nos lectrices/lecteurs et/ou visiteurs qu’Henri de Turenne réalisa en 1984 une histoire du Viêt-Nam en 6 épisodes (en co-production internationale), une série jamais égalée à ce jour et à notre connaissance non éditée en DVD. Néanmoins disponible (provisoirement) sur YouTube, espérons qu’à l’occasion de sa disparition, cette série puisse voir le jour. A redécouvrir, une voix posée et un ton juste.

A lire :

  • AFP et Culture Box, La mort du grand journaliste et documentariste Henri de Turenne, France Info / Culture Box, 25/08/2016. Le journaliste et documentariste Henri de Turenne, l’un des grands noms de la presse et télévision française, est mort mardi dans son sommeil à l’âge de 94 ans, a-t-on appris jeudi auprès du jury du prix Albert Londres, dont il était membre.
  • Hervé Brusini, Henri de Turenne : les élégances du journalisme, France Info / Culture Box, 25/08/2016. « Ici, on sait qu’on arrive sur le front quand on vous tire dessus. » Tout le style de Turenne est là dans ces quelques mots. A la fois pure description, et distance ironique sur soi et sa condition de reporter. Rien de plus, rien de moins. Les élégances du journalisme.
  • Le journaliste Henri de Turenne est décédé, Le Figaro, 25/08/2016. DISPARITION – Le membre du jury du prix Albert Londres est mort dans son sommeil à l’âge de 94 ans. Journaliste et documentariste, il était connu pour ses reportages de guerres.
  • Antoine Perraud, Henri de Turenne (1921-2016), journaliste de l’affranchissement, Mediapart, 25/08/2016. Henri de Turenne, mort à 94 ans dans la nuit du 23 au 24 août, ne saurait être résumé à sa particule ou à sa diction patricienne : ce grand reporter puis fabuleux grognard de la télévision était un partageur aux aguets. Toujours partant pour faire connaître le réel, histoire que reculent l’ignorance, la démagogie, donc l’intolérance…

Page Wikipedia : Henri de Turenne (scénariste)

Image « à la une » : Henri de Turenne © DR