Archives par mot-clé : Ham Nghi

Amandine Dabat : Hàm Nghi (1871-1944) Empereur en exil, artiste à Alger [thèse]

[ndlr] Soutenance de thèse.

Amandine Dabat

Doctorante sous la direction du professeur Édith Parlier-Renault

Centre de Recherche sur l’Extrême Orient de Paris Sorbonne

Soutiendra sa thèse d’Histoire de l’Art intitulée :

Hàm Nghi (1871-1944) 

Empereur en exil, artiste à Alger

Le jeudi 3 décembre 2015, à 9h00

À l’Institut National d’Histoire de l’Art

Salle Perrot, 2e étage,
4-6 rue des Petits-Champs, 75002 Paris
Entrée par la Galerie Colbert.

La soutenance sera suivie d’un apéritif.

Le jury sera composé de :BronzeHamNghi

Mme Édith Parlier-Renault  
Professeur, Université Paris-Sorbonne

M. Antoine Gournay    
Professeur, Université Paris-Sorbonne

M. Philippe Papin    
Directeur d’études, École Pratique des Hautes Études (EPHE)

Mme Nora Taylor    
Professeur, School of the Art Institute of Chicago (SAIC)

Mme Vũ Thị Minh Hương   
Directrice générale émérite des Archives d’État du Vietnam

Résumé de la thèse

Hàm Nghi (1871-1944), empereur patriote selon l’historiographie vetnamienne, victime ou acteur de la résistance anticoloniale selon les historiens français, fut exilé à Alger dans l’espoir de mettre fin au mouvement Cần Vương. Déporté à l’âge de dix-huit ans, pion sur l’échiquier politique de l’Indochine, il était considéré par une partie des autorités françaises comme un homme politique influent. Il fut surveillé toute sa vie et ne fut jamais autorisé à entrer en contact avec l’Indochine. Cependant, celui qui était désormais appelé « prince d’Annam », noua des amitiés avec des élèves vietnamiens au lycée d’Alger, des officiers et des missionnaires français, qui circulaient entre l’Indochine, l’Algérie et la métropole. Ces intermédiaires lui permirent de conserver un lien avec l’Indochine. Hàm Nghi consacra sa vie à l’art. Il devint peintre et sculpteur. Il fut l’élève du peintre orientaliste Marius Reynaud, du sculpteur Auguste Rodin, et fréquenta de nombreux artistes de son époque. Les archives nationales, vietnamiennes et françaises, nous apprennent les aspects administratifs de son exil : seul le point de vue du gouvernement français est alors connu. Les archives privées du fonds Hàm Nghi, récemment découvertes, apportent le regard intime de l’empereur exilé sur sa vie, par l’intermédiaire de sa correspondance. Ces documents permettent d’écrire une biographie et d’établir un catalogue raisonné de son œuvre.

HamNghi_CanVuong

Hàm Nghi (1971-1944), patriotic emperor according to Vietnamese historiography, victim or actor of the resistance against colonisation according to French historians, was sent into exile in Algiers in order to end the movement called Cần Vương. Deported when he was eighteen years old, pawn on the political chessboard of Indochina, he was considered by some French authorities to be an influential political figure. He was kept under surveillance his entire life and was never allowed contact with Indochina. Hàm Nghi, who was henceforth called “prince of Annam”, nevertheless established friendships with Vietnamese students of the Algiers highschool, and with officiers and missionnaries who travelled between Indochina, Algeria and France. These intermediaries helped him to maintain a connection with Indochina. Hàm Nghi dedicated his life to art. He became a painter and a sculptor. He was the student of the orientalist painter Marius Reynaud and of the sculptor Auguste Rodin, and he associated with many artists of his day. Previously the Vietnamese and French national archives informed us of the administrative aspects of the emperor’s exile, revealing only the point of view of the French government. Today the private archives of Hàm Nghi’s collection bring us the personal view of the emperor on his life. These documents enable us to write a biography and a catalogue raisonné.

Illustrations et image « à la une » : collection Amandine Dabat