Archives par mot-clé : guerre d’Indochine

Vietnam Afrique Antilles – Histoires oubliées, mémoire vive [5 octobre 2016]

[ndlr] Annonce d’une soirée cinéma et débat au Musée d’histoire de l’immigration dans le cadre des « Mercredis du film ethnographique ». Projection d’extraits suivie d’une discussion.

documentaire_afriquevietnamAprès la guerre d’Indochine, des soldats africains et antillais engagés au service de la France regagnent leur contrée d’origine avec femmes vietnamiennes et enfants. De leurs unions nouées en temps de conflit sont issues des familles mixtes marquées par la déchirure, partagées entre Hanoi et d’autres lieux de résidence géographiques. De Dakar à Cotonou via Le Robert et Morne-Rouge en Martinique, acteurs et descendants de ces rencontres interculturelles s’interrogent aujourd’hui.

Trois documentaires racontent cette histoire silencieuse dont la mémoires reste vive : « Si loin du Vietnam » de Laurence Gavron, « Héritiers du Vietnam » d’Arlette Pacquit, « Indochine, sur les traces d’une mère » de d’Idrissou Mora Kpaï…

Avec la participation de Wasis Diop (musique), Laurence Gavron (cinéaste), Jean-Charles Germany (cinéaste), Mai Lan Ndoye-Olive (anthropologie intercultrurelle), Pap Mbodj (producteur), Céline Roisier.

Séance animée par Brice Ahounou (Mercredis du Film ethnographique)

Entrée libre

Mercredi 5 octobre 2016 à 19h

Auditorium Philippe Dewitte, Palais de la Porte Dorée

Musée de l’histoire de l’immigration, 293 avenue Daumesnil 75012 Paris – Métro : Porte Dorée.

★ ★ ★

Voir également : Projection du film : SI LOIN DU VIETNAM mercredi 5 octobre à 19 h au Musée de l’immigration

Image « à la une » extraite de « Si loin du Vietnam » de Laurence Gavron.

La fabrique de la Guerre froide [épisodes sur l’Indochine]

[ndlr] La série « La fabrique de la Guerre froide »1 consacre des épisodes à la révolution et la guerre d’indépendance du Viêt-Nam. Avec Céline Marangé, chercheuse à l’Institut de Recherches stratégiques de l’École militaire, Ministère français de la Défense (épisodes 9, 15, 35, 37) et Jenny Raflik, maître de conférences à l’université de Cergy-Pontoise (épisode 42).  

Après la capitulation du Japon, le Vietminh marche sur Hanoï contre la reprise en main des autorités coloniales française sur l’Indochine. Le 19 août, l’empereur du Vietnam Bao Daï lui-même, formé et placé par les autorités coloniales demande à la radio au gouvernement d’accorder l’indépendance.

Fin de la seconde guerre mondiale l’empire français est contesté dans ses colonies d’Indochine et notamment au Vietnam. Une conférence de négociation, entre le gouvernement français et une délégation de la nouvelle République démocratique du Vietnam, est organisée à Fontainebleau.

1949, rencontre Mao Tsetung-Staline, la République populaire de Chine est proclamé. Mao incarne la victoire possible du communisme en Asie. Sa rencontre avec Staline lui réserve quelques déceptions…

Au début de l’année 1950, Ho Chi Minh soutenu par la nouvelle Chine communiste part clandestinement pour Moscou afin de négocier l’aide soviétique dans sa guerre contre le pouvoir colonial français.

Le 7 mai 1954, signe la fin de la bataille de Dien Bien Phu et dans son sillage celle de la Guerre d’Indochine qui opposait le Vietminh.

Image « à la une » : le 2 septembre 1945 à Hanoi, Ho Chi Minh déclare l’indépendance du Viêt-Nam et la fondation de la République Démocratique du Viêt-Nam © DR

  1. Une série d’Anaïs Kien, chercheuse en Sciences humaines, productrice à France Culture (La Fabrique de l’histoire) []

Décès du journaliste et documentariste Henri de Turenne (1921-2016)

[ndlr] La presse rend (un petit) hommage à ce journaliste d’exception. Rappelons à nos lectrices/lecteurs et/ou visiteurs qu’Henri de Turenne réalisa en 1984 une histoire du Viêt-Nam en 6 épisodes (en co-production internationale), une série jamais égalée à ce jour et à notre connaissance non éditée en DVD. Néanmoins disponible (provisoirement) sur YouTube, espérons qu’à l’occasion de sa disparition, cette série puisse voir le jour. A redécouvrir, une voix posée et un ton juste.

A lire :

  • AFP et Culture Box, La mort du grand journaliste et documentariste Henri de Turenne, France Info / Culture Box, 25/08/2016. Le journaliste et documentariste Henri de Turenne, l’un des grands noms de la presse et télévision française, est mort mardi dans son sommeil à l’âge de 94 ans, a-t-on appris jeudi auprès du jury du prix Albert Londres, dont il était membre.
  • Hervé Brusini, Henri de Turenne : les élégances du journalisme, France Info / Culture Box, 25/08/2016. « Ici, on sait qu’on arrive sur le front quand on vous tire dessus. » Tout le style de Turenne est là dans ces quelques mots. A la fois pure description, et distance ironique sur soi et sa condition de reporter. Rien de plus, rien de moins. Les élégances du journalisme.
  • Le journaliste Henri de Turenne est décédé, Le Figaro, 25/08/2016. DISPARITION – Le membre du jury du prix Albert Londres est mort dans son sommeil à l’âge de 94 ans. Journaliste et documentariste, il était connu pour ses reportages de guerres.
  • Antoine Perraud, Henri de Turenne (1921-2016), journaliste de l’affranchissement, Mediapart, 25/08/2016. Henri de Turenne, mort à 94 ans dans la nuit du 23 au 24 août, ne saurait être résumé à sa particule ou à sa diction patricienne : ce grand reporter puis fabuleux grognard de la télévision était un partageur aux aguets. Toujours partant pour faire connaître le réel, histoire que reculent l’ignorance, la démagogie, donc l’intolérance…

Page Wikipedia : Henri de Turenne (scénariste)

Image « à la une » : Henri de Turenne © DR

Marie-Danielle Demélas : Parachutistes en Indochine [parution]

[ndlr] Présentation de l’éditeur.

Réf. : Demélas, Marie-Danielle, Parachutistes en Indochine, Paris, Vendémiaire, coll. Chroniques, 2016, 384 p. (cahier photos)

Demelas_ParachutistesEnIndochineQuand les premiers parachutistes sont envoyés en Indochine, ils appartiennent à des unités d’élite, entraînées pour des actions spectaculaires qui doivent redonner à la France le prestige qu’elle a perdu après l’effondrement de 1940. Pourtant, ces combattants ne sont guère préparés à ce qui les attend : une guérilla sans merci qui préfigure le conflit algérien, en même temps qu’une guerre plus classique menée avec artillerie lourde et DCA. Équipés de bric et de broc, embarqués dans les coups les plus durs et les plus audacieux contre un ennemi redoutable, trop souvent employés à des tâches routinières et harassantes, ils payeront à cette première guerre de décolonisation un terrible tribut, lors des batailles de la RC 4, à Diên Biên Phu, puis pendant de longs mois de captivité dans les camps des Viêt-minh.

Au plus près des sources, Marie-Danielle Demélas décrit la vie de ces soldats et de leurs officiers au jour le jour, tout en analysant sans concessions les errements stratégiques dont ils furent à la fois les victimes et les principaux protagonistes.

Docteur d’État en histoire, Marie-Danielle Demélas a été chercheur au CNRS et professeur à l’Université de Paris 3. La plupart de ses recherches ont été consacrées à l’histoire politique et militaire de l’Amérique latine et de l’Espagne. Elle a publié plusieurs ouvrages, parmi lesquels Genèse de la guerre de guérilla (Plural, La Paz, 2007).

Source : Vendémiaire

David Lan Pham : Two hamlets in Nam Bo – CR de lecture par Camille Le Guilloux

CR de lecture de Camille Le Guilloux : David Lan Pham, Two hamlets in Nam Bo. Memoirs of life in Viet Nam through Japanese occupation, the French and Americans wars, and Communist rule, 1940-1986, Jefferson, NC, & London, McFarland, 2000, 299 p.

DavidLanPham_TwoHamletsInNamBoCet ouvrage, publié en 2000, est une autobiographie relatant la vie de David Lan Pham, de son vrai nom Pham Dinh Lan. Il naît en 1940, à Thu Dau Mot dans le sud du Vietnam, lors de l’occupation de l’Indochine par le Japon. Il est diplômé de l’Université de Saigon et a enseigné l’histoire et les langues. Par ailleurs, il a pris part à la vie culturelle du Sud-Vietnam avant 1975 et a été entre autres Secrétaire général des enseignants vietnamiens de l’Association des Enseignants d’Histoire et de Géographie et secrétaire général de l’Association de la Bibliothèque nationale vietnamienne. Il vit actuellement aux États-Unis, à Toledo, où il travaille auprès des réfugiés et rédige des ouvrages concernant le Vietnam.

Jusqu’à son départ en 1985, il est le témoin direct de l’occupation japonaise, de la guerre d’Indochine, de la guerre du Vietnam puis de la paix sous le régime communiste. Au travers de son ouvrage, il rend compte de la vie sociale et politique tourmentée du Vietnam pendant quatre décennies. En partant de deux petits villages, Binh Chuan et Tuy An, de la région du Sud-Est (Dông Nam Bô), dans lesquels il a grandi, l’auteur nous apprend comment les Vietnamiens ont survécu et se sont adaptés aux guerres et aux différents régimes. Il mêle les faits historiques, ses analyses politiques, le récit de sa propre vie et des anecdotes de la vie quotidienne pour dresser le portrait de la population vietnamienne.

1940-1954 : Occupation japonaise, domination française, répression Viêt-Minh

L’ouvrage s’ouvre sur une description des deux villages dans les années 1940 : Tuy An et Binh Chuan. Tuy An est un village fondé par l’arrière-grand-père de l’auteur. L’agriculture y est peu développée, c’est pourquoi les villageois doivent étudier pour s’en sortir. Beaucoup parlent le français. Par rapport à Tuy An, Binh Chuan est plus rural, les villageois sont majoritairement des fermiers. Selon l’auteur, le destin de ces deux villages est représentatif de ce qui se passe dans le reste du pays. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Binh Chuan n’a pas été dévasté, mais les villageois ont souffert de la faim et du manque de produits de première nécessité. En effet, suite à la défaite française contre l’Allemagne en 1940, les Japonais pénètrent en Indochine. Les soldats japonais atteignent Binh Chuan où ils battent les villageois et les forcent à faire des corvées. Après la guerre, les personnes ayant accompli ces corvées sont accusées de collaborer avec les Japonais : c’est le premier témoignage de l’atmosphère de suspicion et d’accusations mutuelles qui va régner par la suite au Vietnam. Cependant, l’auteur fait partie d’une famille plutôt riche et respectée, et a relativement peu souffert de la guerre. La violence de l’occupation japonaise est même peu relatée. David Lan Pham souligne par ailleurs l’absence de problèmes majeurs entre les villageois (comme le vol) et met au contraire l’accent sur la solidarité qui régnait entre eux.

Cependant, cette époque décrite par l’auteur comme une « peaceful life in wartime » se termine avec la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le 9 mars 1945, les occupants japonais attaquent l’administration et les garnisons françaises qu’ils avaient laissées en place. L’opération Meigo signe la fin du protectorat français sur l’Indochine. C’est un grand bouleversement dans la vie de l’auteur, car son père, professeur employé par l’administration française, perd son emploi. La famille déménage ensuite à Tuy An pour que l’auteur ait accès à une meilleure éducation. Suite à la capitulation japonaise et à la « révolution d’août » menée par le Viêt Minh, Ho Chi Minh déclare le 2 septembre 1945 l’indépendance du Vietnam et la création de la République Démocratique du Vietnam, dont il est le président. Si la majorité des Vietnamiens dans l’entourage de l’auteur se réjouissent de l’indépendance, son père au contraire reste sceptique et peu perméable aux arguments des partisans du Viêt Minh qu’il doit accueillir chez lui. Il faisait partie des gens peu impliqués en politique et dubitatifs face à l’emploi du terme « démocratie » pour expliquer les bains de sang perpétrés par les révolutionnaires. Pour cette raison, il est surveillé par la police du Viêt Minh.

BaoCongAnMoi1946
« Sécurité publique nouvelle », le journal de la police relatant la répression des opposants en 1946 © DR

A partir de 1946, l’armée française tente de reconquérir l’Indochine. L’avancée des troupes est violente : Tuy An est détruit. Le climat de suspicion est alors à son comble : la police du Viêt Minh accuse le père de travailler pour les Français. Les Français finissent par s’emparer de Tuy An, et tuent les membres du Viêt Minh, dont l’oncle de l’auteur. Par extension, les Français accusent le père d’être Viêt Minh et l’emprisonnent à Laithieu, tandis que la mère et les frères sont menacés par le Viêt Minh qui accuse toujours le père de collaborer avec les Français. L’auteur retourne alors à Binh Chuan auprès de sa grand-mère. Ce que vit la famille de l’auteur reflète le quotidien des Vietnamiens : le jour, les Vietnamiens sont persécutés par les Français, qui les soupçonnent d’appartenir au Viêt Minh. La nuit, les personnes relâchées par les Français sont interrogées par le Viêt Minh, qui les voit comme des collaborateurs. Finalement, le père de l’auteur est relâché par les Français, et devient professeur à Laithieu. C’est donc dans cette ville, contrôlée par les Français, que la famille de l’auteur est réunifiée. Le jeune auteur y est témoin de nombreux massacres de prisonniers par les Français. Les corps sont jetés dans la rivière. Le fort ressentiment de l’auteur à l’égard de la domination française sur son pays le pousse en 1950 – il a alors 10 ans – à essayer de rejoindre le Viêt Minh pour la combattre. Il se rend alors à Binh Chuan, qui est contrôlé par le Viêt Minh, mais il est renvoyé à Laithieu par sa grand-mère. En raison de ce voyage de deux jours à peine, ces parents sont inquiétés par l’administration française qui les soupçonne d’accointance avec le Viêt Minh. L’auteur lui-même est interrogé et échappe de peu à la torture.

1955-1975 : Guerre froide et « Bloody war »

1954 signe la défaite de la France et marque la fin de la guerre d’Indochine. La Conférence de Genève convient du cessez-le-feu et de l’armistice entre l’armée française et la République démocratique du Vietnam. Le pays est séparé en deux au niveau du 17e Parallèle. L’auteur vit alors à Saigon pour ses études, il a 14 ans. La vie dans le Vietnam du Sud est relativement paisible, malgré la corruption et les vices (opium, jeux, maisons closes…). La République du Vietnam au Sud est créée en 1955 : elle est soutenue par les Etats-Unis car elle est anticommuniste. De 1955 jusqu’à son assassinat en 1963, Ngo Dinh Diem en est le président. Les services secrets du régime nationaliste menacent les partisans du Viêt Minh du Vietnam du Sud restés sur place, mais aussi les intellectuels ou autres individus critiquant le président. Lorsque l’auteur commence à enseigner l’histoire et la géographie, il doit donc faire attention de ne rien dire à l’encontre des politiques du gouvernement. David Lan Pham a une opinion politique particulière : il ne soutient ni le régime communiste du nord-Vietnam ni pleinement la République du Vietnam au Sud. Il représente une troisième voie, celle en faveur de l’indépendance et de la démocratie incarnée, par exemple, par le Tan Dai Viet de Nguyen Ngoc Huy. Or le gouvernement de Saigon échoue à installer une véritable démocratie.

DividedVietnamMap

La guerre du Vietnam succède à la guerre d’Indochine. En 1965, les troupes américaines débarquent au Vietnam du Sud pour aider la République du Vietnam à repousser l’expansion des communistes. Dans les années 1960, la culture américaine prend le pas sur la culture française et s’affiche dans les grandes villes du Sud. Le confort y augmente aussi, grâce à la diffusion des frigidaires, de la climatisation, de la télévision ou encore des scooters, signes de modernité. L’auteur retourne vivre à Laithieu après son mariage. Pendant longtemps, Saigon n’est pas touchée directement par la guerre. Cependant, pendant les années de guerre, les Vietnam du Nord et du Sud s’appauvrissent et sont de plus en plus dépendants de l’aide extérieure. Après les accords de paix de Paris en 1973, les États-Unis retirent leurs troupes. Les Vietnamiens du Sud combattent donc par eux-mêmes le Viêt Công et les troupes nord-vietnamiennes jusqu’à la capitulation du gouvernement de Saigon en 1975. Pour faire face à la violence de la guerre, les Vietnamiens se réfugient dans le vaudou et les horoscopes.

1975-1986 : De la « paix communiste » au départ en mer

Si l’année 1975 apporte enfin la paix au Vietnam, elle représente une rupture définitive pour l’auteur : « April 30 [1975] marked a big change in my life. Unpredictably, it separated me from my country forever ». A 35 ans, il se retrouve dans la même situation que son père en 1945 : il est forcé de quitter sa place de professeur lorsque le gouvernement de Saigon tombe aux mains du Vietnam du Nord, car un de ses collègues l’accuse d’être contre-révolutionnaire. Les officiers, les hommes politiques ou encore les professeurs sont envoyés dans des camps de rééducation. L’auteur y échappe, bien qu’il soit surveillé de près par les bo doi. La police locale cherche à prouver qu’il est « réactionnaire » dans le but de le mettre en prison. Elle vient l’interroger une à deux fois par mois, fouille sa maison et lui confisque ses biens. L’auteur détruit lui-même certains de ses livres et sa machine à écrire. Il a évité la prison grâce aux témoignages bienveillants de ses voisins et de sa famille. Certainement aussi parce qu’il impressionnait les membres du parti communiste venant l’interroger – dont il souligne à plusieurs reprises le manque d’éducation. Sa situation se répercute sur sa famille : ses enfants ne peuvent pas être membres des jeunesses communistes, ou continuer leurs études, parce qu’il est surveillé par la police.

DavidLanPham_StudentIDcard
Carte d’étudiant de David Lan Pham, Faculté de Lettres de Saigon, 1966 © McFarland

Pour faire face à l’appauvrissement de sa famille, l’auteur se met à pratiquer l’acupuncture pour soigner les gens autour de lui. Il tente de faire des plantations à Tuy An, mais on lui vole toutes ses récoltes. Il enseigne ensuite les langues, mais cela est politiquement dangereux : cela encouragerait les gens à fuir le Vietnam. L’auteur se tourne vers la religion à mesure qu’il s’affaiblit physiquement (ce qui peut expliquer les passages mystiques de l’ouvrage). La malnutrition touche toute la population, à l’exception des cadres du parti communiste, qui ont accès aux soins et à la nourriture. Les vols de nourriture sont fréquents, ainsi que de tous les autres biens de première nécessité. Si la pauvreté et la malnutrition étaient compréhensibles en temps de guerre, ce n’est plus le cas pendant la paix. Cependant, les Vietnamiens s’adaptent. D’après une connaissance de l’auteur, il n’y a que deux solutions : ou l’on travaille pour le gouvernement communiste, ou l’on part. Le départ du pays devient le sujet de conversation principal au sud du Vietnam pendant les années 1970 et 1980. Dans un premier temps, l’auteur se refuse à quitter son pays : il n’a pas assez d’argent pour partir et ne veut pas vivre dans un autre pays. Il vit donc 10 ans sous le régime communiste. Alors qu’il envisage de faire partir son fils aîné, il est convaincu par sa belle-sœur de partir avec lui et son frère.

DavidLanPhan_BoatPeople
Photo prise le 29 mai 1985, lorsque l’auteur (en bas à droite, avec le sac) est secouru par le Jean Charcot après 2 jours de dérive en mer de Chine méridionale © Philippe Théard / McFarland

Ils partent du Vietnam en bateau le 27 mai 1985. L’auteur a alors 45 ans. Le voyage est très éprouvant : ils peuvent à peine bouger dans le navire, ils suffoquent, la nourriture vient à manquer… Le 29 mai, leur bateau est secouru par le Jean Charcot, un navire de Médecins du Monde. Ils passent ensuite plusieurs mois dans un camp de réfugiés aux Philippines. La vie y est assez paisible. Ils partent le 27 janvier 1986 pour Toledo, Ohio, où leur famille les rejoindra. Le livre se termine sur quelques extraits de poèmes de l’auteur, exprimant sa nostalgie du Vietnam.

Une mémoire critique

David Lan Pham écrit ses mémoires en 2000, soit 14 ans après son arrivée aux États-Unis : ce sont des mémoires reconstruites. L’ouvrage aborde un grand nombre de sujets assez librement. Si le style est clair et aisé à lire, il est cependant parfois difficile de suivre l’auteur. En effet, si ses réflexions sur les faits historiques s’appuient sur beaucoup de noms et de dates, il n’en va pas de même lorsqu’il aborde les faits personnels. Il ne donne pas le nom des gens qu’il rencontre et très peu de dates. L’auteur fait parfois des prolepses et des analepses qui peuvent éventuellement amener le lecteur à faire des erreurs d’interprétation.

En dépit de cette difficulté, l’ouvrage est extrêmement bien documenté : les faits historiques sont clairement expliqués et l’auteur rapporte les trajectoires des nombreuses personnes qu’il a rencontrées. Au fil de l’ouvrage, la vie sociale et culturelle des Vietnamiens est décrite avec soin. Il est facile de supposer un travail actif de recherche d’informations, toutefois l’ouvrage ne dispose pas de bibliographie et l’auteur ne mentionne pas la manière dont il a récolté ces témoignages – avant ou après son départ ? Qui lui a fourni les dialogues datant de sa petite enfance ? -, ce qui peut laisser le lecteur sur sa faim. Enfin, la liberté d’esprit de l’auteur est très appréciable : il ne prend le parti d’aucun gouvernement au pouvoir. Il reste au contraire sceptique et critique.

Camille Le Guilloux, promotion ASIOC 2015-2016.

 

Bibliographie complémentaire :

  • David Lan Pham (2004), International Politico – Cultural Influences on Vietnam in the 20th Century, États-Unis, Xlibris, 256 p.
  • David Lan Pham (2007), Ho Chi Minh (1980-1969), États-Unis, Xlibris, 282 p.
  • Kenneth William Taylor (2013), A history of the Vietnamese, Cambridge university press, 696 p.
  • Philippe Langlet, Quach Thanh Tâm (2001), Introduction à l’histoire contemporaine du Viêt Nam : de la réunification au néocommunisme (1975-2001), Paris, Les Indes Savantes, 247 p.

_______________

Camille Le Guilloux est étudiante du master 2 Asie Orientale Contemporaine à l’IEP de Lyon et à l’ENS de Lyon. Elle effectue actuellement un mémoire de recherche sur le développement du livre numérique au Japon, dans le cadre d’un échange académique avec l’université de Waseda à Tokyo.

Delphine Robic-Diaz : La guerre d’Indochine dans le cinéma français – CR de lecture par Lorène Delhoume

CR de lecture de Lorène Delhoume : Delphine Robic-Diaz, La guerre d’Indochine dans le cinéma français. Images d’un trou de mémoire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Histoire, 2014, 358 p. + 16 p. de pl.

Robin-Diaz_LaGuerredIndochineDansLeCinemaFrançaisCet ouvrage publié en 2015, correspond à la thèse soutenue en 2007 par Delphine Robic-Diaz, aujourd’hui maître de conférences en études cinématographiques à l’université Paul-Valéry Montpellier, spécialiste du cinéma de guerre et des représentations coloniales et postcoloniales.

Afin de démontrer en quoi la guerre d’Indochine fait l’objet d’un trou de mémoire du cinéma français, l’auteur a recours à des analyses filmiques précises ainsi qu’ à un décryptage exhaustif de toutes les mentions, même les plus anecdotiques, de la guerre d’Indochine dans les films français depuis 1952. Elle montre que la guerre d’Indochine constitue un refoulé cinématographique, un sujet qui revient de façon récurrente mais toujours de manière inachevée. Elle pointe du doigt ce qui est montré et ce qui ne l’est pas. L’ouvrage analyse également les représentations de la Guerre d’Indochine, des soldats français, comme l’armée des oubliés, et des Indochinois comme figures de l’Autre.

Un huis clos mémoriel

La guerre d’Indochine a été le sujet de 51 films français en 65 ans, statistique pauvre comparée au nombre de films américains réalisés sur la guerre du Vietnam. Sur ces 51 films, huit sont des films militaires. Le reste est composé de fictions qui peuvent n’avoir aucun rapport avec la guerre d’Indochine si ce n’est une simple allusion dans une réplique d’un personnage secondaire pendant un bref instant du film. Ces films représentent les deux tiers du corpus. L’auteure voit donc la guerre d’Indochine comme condamnée à toujours jouer les seconds rôles au cinéma.

dien-bien-phu-de-pierre-schoendoerffer-910666207_LL’auteure insiste également sur la différence entre un déni de mémoire et un trou de mémoire. La guerre d’Algérie, pourtant surnommée la guerre sans nom, fait l’objet de 47 films de guerre français, contre huit seulement pour l’Indochine. Il n’y a pas de déni de la guerre d’Indochine, juste un oubli. Il n’y a pas de volonté de dissimuler ce qui s’est passé, juste un manque de souvenirs. De manière générale, les témoins de la guerre d’Indochine ne cherchent pas à se taire, mais personne ne les interroge. Ainsi, s’ils n’en parlent pas, rien ne sera dit.

C’est pourquoi la représentation de cette guerre fait l’objet d’une privatisation. Les quelques réalisateurs qui adaptent la guerre d’Indochine à l’écran ont un lien direct (familial ou personnel) avec ces évènements. Régis Wargnier, fils d’un vétéran d’Indochine, évoque cette guerre dans trois films. Pierre Schoendoerffer, qui a réalisé sept films sur le sujet et Claude Bernard-Aubert, qui en a tourné trois, sont tous deux d’anciens opérateurs militaires de la guerre d’Indochine. Le premier se veut porte-parole d’une communauté réduite au silence, le second voit son travail comme un devoir de mémoire, une urgence à perpétuer le souvenir. Ainsi, parce qu’elle a été menée par des militaires de carrière, la guerre d’Indochine voit sa mémoire conservée à huis clos.

Une guerre de trop ?

Si les cinéastes évitent le sujet de la guerre d’Indochine c’est parce que les Français s’en désintéressent. D’une part, l’opinion s’en détourne car elle vient en surplus, en « trop-plein ». Quand la guerre d’Indochine éclate, les Français sont occupés à panser leurs plaies après la période de l’Occupation. D’autre part, cette guerre ne fait pas appel au contingent, elle ne concerne que les professionnels ou volontaires, elle n’a pas lieu sur le territoire métropolitain mais « de l’autre côté de la terre »1. De plus, à la différence de l’Algérie, l’Indochine n’est pas majoritairement une colonie de peuplement mais une colonie d’exploitation. Selon l’auteur, cette guerre apparaît alors aux Français comme un feuilleton exotique dont on diffuse les évènements durant les actualités précédant les films dans les cinémas.

IlsEtaientCinq

Guerre de trop, entre la Seconde Guerre mondiale et le conflit algérien, la guerre d’Indochine est traitée comme telle au cinéma. Occultée par les deux autres conflits, elle est rarement utilisée comme sujet en soi ; elle sert en fait de complément d’information sur la trajectoire d’un personnage. Dans Ils étaient cinq, film réalisé par Jack Pinoteau en 1951, le personnage d’André, figure secondaire, s’engage en Algérie pour racheter la conduite de son père durant l’Occupation. La guerre d’Indochine est donc présentée comme une séquelle de la Seconde Guerre mondiale. De la même façon, on fait allusion à la guerre d’Indochine pour expliquer les antécédents d’un officier français en Algérie. Pierre Schoendoerffer s’en sert pour mettre au jour les traumatismes de l’armée bringuebalée d’un front d’une guerre coloniale à un autre2 L’Indochine apparaît alors comme le fantôme qui hante les officiers français (les fameux « Centurions ») durant la guerre d’Algérie : elle évoque la peur d’une nouvelle débâcle et la honte d’une colonie perdue.

Imaginaire colonial et figures de guerre

Dans une approche post-colonialiste, l’auteur examine les représentations de l’Autre dans les films français sur la guerre d’Indochine. Il y en est fait l’usage de beaucoup de stéréotypes, à commencer par la congaye (de « con gái« , fille en vietnamien), la femme vietnamienne présentée comme un bien que l’on se prête. Dans les histoires d’amour, elle représente la perdition car le Français comme la Vietnamienne, renient leur culture et trahissent les leurs. Le Viêt-Minh est lui aussi représenté de manière stéréotypée, quand il n’est pas évincé. Le Viêt-Minh apparaît toujours comme l’agresseur, quand le Français se contente de répondre aux attaques. Les morts sont souvent des Français, rarement des Vietnamiens tués par des Français. Les motivations nationalistes de leur action ne sont jamais évoquées, laissant l’impression que leurs actes sont gratuits. Soit l’ennemi est représenté de façon caricaturale et apparaît comme comploteur et vicieux, soit le cinéaste, ne sachant représenter le Viêt-Minh, occulte le personnage afin d’éviter toute résonance raciste.

le crabe tambour1977

Puis, l’auteur s’intéresse à la représentation des tabous à travers les rôles de déserteurs ou de combattants alliés indochinois, beaucoup plus rares dans le cinéma français. Les représentations sont parfois rétrogrades (« les fantoches » sont désignés comme des jouets) mais ont l’avantage de la lisibilité en ne cédant pas aux facilités de l’anachronisme. Si ces figures sont les grands délaissés de la mémoire filmique, cela prouve bien que montrer le « jaunissement » de l’armée posait un problème. L’auteur fait également une analyse très intéressante de la difficile représentation des camps viêt-minh dans le contexte de la fin des années 1960.

Enfin, l’ouvrage présente de manière détaillée la représentation des figures françaises composant l’armée des oubliés : les soldats sacrifiés, la figure du père parti à l’autre bout du monde, les délinquants de droit commun enrôlés, les enfants de troupe… ). A leur retour, les vétérans peuvent être représentés comme des asociaux, des alcooliques ou des amnésiques. L’ancien d’Indochine est un paria, du simple marginal au sociopathe, qui inspire méfiance, crainte et rejet. Il est exclu de la société comme la guerre qu’il incarne est exclue de la mémoire filmographique française et même de manière générale, de la mémoire collective.

* * *

Ainsi, dans cet ouvrage, l’auteur met l’accent sur la spécificité de la représentation de la guerre d’Indochine qui dit pour mieux taire, mais tait aussi pour mieux dire. La guerre d’Indochine serait devenue un mythe, à la fois d’une sale guerre et d’un oubli sélectif. Pour l’auteur cela s’explique facilement : le cas indochinois est un cadavre abandonné dans le placard de la politique française. Elle pose enfin la question d’une possible reconquête mémorielle.

L’ouvrage de Delphine Robic-Diaz est enrichissant en ce qu’il croise les notions de mémoire, de représentation ou encore d’indicible au sujet de la guerre d’Indochine. Bien que ce livre soit très bien documenté et détaillé, l’aspect exhaustif d’un travail de thèse ne doit pas effrayer le lecteur. En effet, la lecture est facile, agréable et illustrée par des images de films, d’acteurs, et des extraits de scripts. Si le raisonnement de l’auteur est tout à fait juste en ce qui concerne le cinéma français, la lecture de son livre peut être complétée par des films américains et asiatiques qui abordent la guerre d’Indochine. C’est peut-être par ces films étrangers que le cinéma retrouvera la mémoire sur cette page occultée de l’histoire.

Lorène Delhoume, promotion ASIOC 2015-2016.

Perrin_LhonneurDunCapitaine_1982
Jacques Perrin dans L’Honneur d’un capitaine, film de Pierre Pierre Schoendoerffer (1982) © DR

Bibliographie indicative :

  • Lagny, Michèle ; Ropars, Marie-Claire et Sorlin, Pierre (sous la dir.), Film-mémoire, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, Hors cadre, 1991, 223 p.
  • Ricoeur, Paul, « Histoire et mémoire », in De l’histoire au cinéma, Bruxelles, Éditions Complexes, IHTP / CNRS, 1998, pp. 45-60.
  • Robic-Diaz, Delphine, « Diên Biên Phû. Portraits de combattants sans images », Guerres mondiales et conflits contemporains, 2003/3 (n° 211), pp. 107-121.
  • Robic-Diaz, Delphine, « L’art de témoigner de Pierre Schoendoerffer », Le Temps des médias, 2005/1 (n° 4), pp. 178-187.
  • Robic-Diaz, Delphine, « Réactualisation d’une idée reçue : le mythe du « péril jaune » dans Indochine de Régis Wargnier », in Dulac, Elodie & Robic-Diaz, Delphine (dir.), L’autre en images. Idées reçues et stéréotypes, Paris, L’Harmattan, coll. Champs visuels, 2005, pp. 21-39.
  • Robic-Diaz, Delphine, « Grands hommes et petits écrans : le cas du téléfilm, Leclerc un rêve d’Indochine », in Bernard Leconte et Erika Thomas (coord.), Ecrans et politique, Paris, L’Harmattan, Les Cahiers du CIRCAV, n° 16, 2005, pp. 127-143.
  • Robic-Diaz, Delphine, « La guerre d’Indochine revue et corrigée par le cinéma américain des années 1950 », in Jahan, Sébastien & Ruscio, Alain, Histoire de la colonisation. Réhabilitations, Falsifications et Instrumentalisations, Paris, Les Indes savantes, 2007, pp. 127-135.

Image « à la une » : La 317e Section de Pierre Schoendoerffer.

_______________

Lorène Delhoume est étudiante du Master 2 Asie Orientale Contemporaine à l’ENS de Lyon. En échange universitaire à l’université de Fudan à Shanghai, elle effectue un mémoire de recherche sur la diminution des terres arables et la sécurité alimentaire en Chine.

Notes

  1. Selon les mots de Pierre Schoendoerffer en préface []
  2. Dans quatre de ses fictions : « La 317e Section » (1965), « Objectif 500 millions »(1966), « Le Crabe-tambour » (1977), « L’honneur d’un capitaine » (1982). []

Nguyen Van Thieu, Président de la République du Viêt-Nam, extraits d’entretiens en 1973

Extraits d’entretiens avec Nguyen Van Thieu en 1973 : extraits tirés de « Nguyen Van Thieu, Président de la République du Vietnam », film de Jean-François Chauvel et Tessa Destais. Une production Le Figaro, Télévision Rencontre, Agence Française d’Images. Source : INA.

La mer et le legs familial

[04:04 – 06:15]

Nguyen Van Thieu : J’aime la solitude, je suis comme un solitaire, dans ce sens que je… euh, enfin, pour les moments de repos, euh, de détente, j’aime être seul devant… un grand paysage comme la mer avec un horizon… très lointain d’ailleurs, une vue très large. C’est pour moi une source de méditation parce que j’ai passé toute mon enfance dans mon village, et puis fait… ma maison est tournée vers la mer et puis partout je vois la mer, les lagunes et les montagnes… Faut pas perdre cette habitude là, c’est pourquoi j’ai passé presque tous mes week-end, là où il y a un peu de mer, ou dans mon village natal ou dans une île quelconque ou au Cap Saint Jacques.

J’aime la mer avant tout, je voudrai continuer la carrière de mon grand père, de mon père. J’aimais voyager, j’aimais la mer. J’ai fait la marine marchande. Mon grand père était un amateur de jonques, alors il commandait une flotte de dix jonques, de douze jonques, pour transporter du nuoc mam de Phan Rang jusqu’à Saigon, et dans tous les… dans toutes les provinces du Sud de Saigon et des fois il est allez jusqu’à Singapour pour acheter des tissus, des étoffes, des dattiers [?] puis il est allé parfois jusqu’au, plus au nord, au nord de Hue, de Tourane, c’est comme ça. Dans le temps, c’était des jonques…, des grosses jonques et il est plus fort en navigation que moi. Et, j’ai dû lui demander des fois des conseils sur la navigation astronomique, même avec les livres que j’ai appris. C’est la pratique qui compte, il pouvait prédire les orages…

La pratique du pouvoir

[06:27 – 07:35]

NVT : Je ne m’assoie jamais dans mon bureau pour plus d’une heure. Je marche tout le temps et puis je m’assoie là, m’assoie là, m’assoie là, voyez-vous, bon ben… on ne peut pas me tenir pendant une ou deux heures exception faite pour des réunions, des conseils de ministres. Si j’avais la liberté de travailler comme eux… j’ai plusieurs bureaux dans ce palais, j’ai plusieurs bureaux.

Vous êtes comme Napoléon qui ne pouvait pas rester en place ?

NVT : (rires) Excusez-moi mais le moment où je donne le plus d’ordres c’est le matin quand je fais ma toilette alors j’ai un interphone, alors là, c’est, c’est… Oui, quand je me peigne, quand je me rase, quand je… ça c’est, c’est ça… Je m’en fous là où est le Premier ministre, où est mon chef de Cabinet, où est Nha [Hoang Duc Nha, son neveu], il peut être dans sa maison, en voiture, en déplacement mais… il faut que je puisse parler ou bien donner des ordres à travers l’officier de permanence pour qu’il puisse transmettre mais c’est là, où, à ce moment là que viennent les idées. Les ordres, les ordres viennent comme ça.

[Passage sur le petit dejeuner au Palais présidentiel, Nguyen Van Thieu aborde la question des prisonniers de guerre avec son chef de Cabinet et neveu Hoang Duc Nha]

NVT : J’ai mis beaucoup de temps pour euh… lire les dossiers, pour écouter mes collaborateurs exposer le problème. Mais quand à prendre une décision, j’ai pris une décision très vite, après avoir, si je peux employer le mot « pigé », et surtout après une nuit de réflexion.

[Passage sur une cérémonie présidée par Mme Thieu dédiée aux prisonniers militaires libérés des prisons communistes]

[Passage sur l’organisation par Mme Thieu de la fête des soeurs Trung, héroïnes nationales]

[Entretien privé avec Mme Thieu, elle raconte sa rencontre avec son futur époux, ses études, le contexte familial]

[Passage sur Mme Thieu qui rend visite à l’hôpital aux prisonniers libérés]

[16:10 – 16:37]

NVT : Je vais discuter avec le Président Nixon des… des relations d’après-guerre. C’est-à-dire, on ne parlera plus de guerre mais on parlera de paix et surtout entre les Etats-Unis et le Sud Viêt-Nam certainement des questions d’aide économique, d’investissements, euh, pour la reconstruction, pour le développement de long terme du Sud Viêt-Nam.

[Second passage sur Mme Thieu qui rend visite aux prisonniers libérés à l’hôpital]

[Passage sur Nguyen Van Thieu dans le cadre d’une réunion sur la pacification]

[Troisième passage sur Mme Thieu qui rend visite aux prisonniers libérés à l’hôpital]

Une réunification pacifique ?

  • [18:46 – 19 :44]

NVT : Si les communistes respectaient le cessez-le-feu, il y a une solution politique très rapide, des élections, euH… qui devraient [se] dérouler le plus vite possible… alors la réunification ne pourrait se faire que par un choix libre et démocratique alors… on ne peut pas espérer avoir la liberté, la démocratie sous les communistes. Donc, personne ne peut prédire quand et comment les vingt millions d’habitants du Nord Viêt-Nam pourraient avoir une opportunité… d’exprimer leur volonté librement et démocratiquement. On écarte une guerre de réunification (rires). Moi, j’écarte une guerre de réunification, moi je préconise une réunification pacifique. Avec ça, c’est très difficile de prédire parce que… tant que les communistes sont là. C’est presque non faisable.

[Passage sur le catholicisme et la conversion de Nguyen Van Thieu, messe privée au Palais présidentiel suivie du rappel de la destruction de la cathédrale de La Vang à Quang Tri]

[Passage sur la cérémonie funéraire du vénérable bouddhiste Thich Tinh Khiet de la pagode An Quang et hommage de Nguyen Van Thieu]

[Passage sur Nguyen Van Thieu dans l’avion « Peaceful Cooperation » le menant à Washington]

[Passage sur le Palais de l’Indépendance, son histoire, le jardin et le bureau présidentiel]

Bao Dai, le Viêt-Minh et l’indépendance de 1945

  • [32:24 – 35:11]

NVT : Moi, j’étais né à Phan Rang qui était en… en Annam. Il y a ma sœur, mon beau-frère, ils surveillent la maison. Ca reste comme un… lié à un souvenir… une maison. Et je fais le marché, je faisais le marché dans ces villages, deux fois par jour pour ma sœur, voyez-vous et puis comme ça là… Et le pont… existait seulement depuis quatre années, cinq années depuis le programme de pacification. C’est pourquoi on l’appelait le pont de… de M. Thieu. Mais d’ici de cette montagne, j’ai surveillé les batailles navales entre Américains et Japonais dans la mer qui est à peu près à… cinq ou six kilomètres un peu plus loin. Et mon village a été bombardé le premier par l’aviation américaine en 1945. Parce que c’est tout près de Cam Ranh alors la chasse japonaise, la chasse américaine, engageaient une bataille dans le ciel et puis quand ils veulent décharger les bombes, ils le font ici.

En 1945, tout le monde était dans la jeunesse, dans la jeunesse de… sous… Bao Dai et après sous les… Viet Công, les Viêt Minh. Enfin, je peux dire que l’empereur Bao Dai… il a laissé passer l’occasion. Si vraiment, il était un empereur qui voulait lutter pour l’indépendance du pays, il n’aurait jamais permis aux… aux Viêt Công à ce moment de prendre le pouvoir. Moi, je me rappelle bien quand ils prenaient le pouvoir à Phan Rang où j’étais un des leaders du mouvement de jeunesse, ils avaient seulement des fusils. Nous en avons une cinquantaine mais parce qu’il manquait de leadership alors l’empereur Bao Dai, peut-être a été trompé, disant « je voudrais être un citoyen d’un pays indépendant que d’être un empereur d’un état colonisé », c’est trop beau comme… déclaration mais ce n’est pas pratique d’un point de vue politique.

Je travaillais en même temps… que j’étudiais. A ce moment là, j’étais dans une situation pécuniaire assez difficile, alors je m’engageais à travailler dans la direction du lycée Yersin en même temps je préparais mon baccalauréat.

[Passage sur la distribution des prix par Nguyen Van Thieu aux Championnats nationaux du Viêt-Nam]

[Passage sur Nguyen Van Thieu sur un petit bateau de pêche au large de Con Son, Thieu raconte un souvenir de jeunesse sur le chant des pêcheurs]

L’Armée nationale vietnamienne

  • [39:36 – 43:40]

Qu’est-ce qui vous a amené à vous engager dans l’armée ?

NVT : Ah, c’est la situation au Sud Viêt-Nam. J’étais dans la première promotion des officiers de l’Armée nationale vietnamienne, nous étions treize. Nous étions des sous-lieutenants élèves, c’est-à-dire la troisième née de Saint Cyr. Or, j’avais de très bons amis, il y avait toute une promotion qui venait ici se battre, c’est la promotion Général Frère, qui venait ici se battre. Alors, j’ai des amis très… très intimes, des très bons amis de promotion, qui ont été tué au Viêt-Nam… Le mal… Un de mes meilleurs amis qui a été tué sept après son arrivée au Viêt-Nam… dans le Nord.

La dernière, on m’a dit que la dernière bataille à laquelle vous avez participé avec l’armée française c’était, euh, l’opération, euh…

NVT : Atlante. Pas avec les Français. Pas avec l’armée français parce que… ça c’est la première fois qu’à l’armée vietnamienne a été donné un secteur et j’étais assigné à Binh Dinh pour commander dix bataillons pour débarquer et comme il n’y a pas dix bataillons au moment voulu alors… je dois débarquer à Song Cau beaucoup plus au Sud et puis remonter jusqu’à Binh Dinh. Mais, tous nous étions des Vietnamiens dans cette opération soutenue par la logistique française… et commandée par des Vietnamiens.

C’était la première fois qu’il y avait un… secteur confié complètement à des Vietnamiens ?

NVT : Non, j’étais au secteur de Hung Yen au Nord Viêt-Nam, au sud de Hanoi, ça c’était le premier secteur vietnamisé. Alors, c’est le morceau le plus dur qui a été passé à nous par la zone Sud, enfin… j’étais… je travaillais avec le Général Cogny. Alors j’ai plusieurs fois rouspété et puis… (rires) même j’ai envoyé un rapport de tonnerre au Général Cogny [René Cogny, 1904-1968]. Il était venu : « Qui a rédigé ce rapport ? » Alors il y avait là un commandant… un commandant français qui est chef d’Etat-Major, un colonel vietnamien qui était commandant de secteur, moi j’étais lieutenant chef du troisième bureau. J’ai rédigé le rapport. Et… Alors il signe comme ça, après avoir lu, il signe. Le commandant mais…, le Général Cogny, il dit que : « C’est formidable ce rapport ». Il ne pensait pas que c’est le commandant français qui avait osé, et puis il a répondu que : « Quel est celui qui a rédigé ce rapport ? ». Je dis que : « Mon général c’est moi ! » Il dit que : « Pourquoi ? », « – Mais je dois dire la vérité ». Alors le général Hinh qui est mon chef d’Etat-Major, il a été signalé par le Général Cogny, le général Hinh était venu, il dit : « Viens ici » : « C’est bon, c’est bien comme officier mais tu n’as pas le droit de faire ça. Tu feras ça quand tu seras général mais pas maintenant. (rires)

Qu’est-ce vous avez ressenti au moment de la chute de Dien Bien Phu ?

NVT : J’étais à ce moment là lieutenant-colonel à Song Cau. Tout le monde, enfin… officiers vietnamiens comme français, on était très triste parce que ça c’est… Mais moi je vous dis franchement, si il n’y avait pas la politique en France, si on est pas battu en politique, on ne… même à Paris, la chute de Dien Dien Phu avec la perte de quinze mille hommes, ça ne justifie pas la perte d’une guerre. Et la chute de Dien Bien Phu en comparaison avec la chute de Quang Tri, de Kontum, de Binh… Binh Dinh, qu’est-ce que c’est ? Et quinze mille hommes par rapport à 180.000 Français, c’est même pas un dixième de l’armée, plus 180… 120.000 Vietnamiens. On peut toujours continuer la guerre si on en avait les moyens. C’est juste qu’on a dit qu’on a perdu la guerre à Paris, pas en Indochine. Dien Bien Phu, mais c’est un coin qu’on ne peut même pas retrouver sur la carte, c’est un nom tout à fait inconnu.

[Passage sur le Conseil des Généraux au Palais de l’Indépendance]

Vo Nguyen Giap et la conduite de la guerre

  • [44:35 – 46:35]

NVT : Dès le début de (19)68, Vo Nguyen Giap a fait une erreur très grave, il a recommencé cette erreur en 1972. Il a sous-estimé l’armée sud-vietnamienne [Passage sur l’ARVN à l’entrainement]. Il a sous-estimé aussi l’armée américaine et il croyait que tout devrait se passer au Viêt-Nam en 1967-68 comme… ça c’était passé au Viêt-Nam en 1953 ou en 1954. Or, tout était différent. L’armée française à ce moment là n’était pas aussi puissante que l’armée américaine et bien doté au point de vue matériel que l’armée américaine… dans cette guerre. De plus, l’armée vietnamienne est considérée comme si elle n’existait pas. Il y a quelques bataillons, régiments séparés sous le commandement vietnamien ou sous le commandement français, il n’y avait presque pas de gouvernement. Les… les leaders… de Hanoi, ils n’ont pas bien compris tout ça. C’est pourquoi il ont commis des erreurs très graves au point de vue politique, psychologique, comme militaire. Et c’est aussi une des causes, euh… de leur défaite parce que, euh… ils ont mal compris et ils s’étaient trompés. Et que la guerre de… de 1965-1972 devraient être comme la guerre de 1950, 1954.

[Passage sur Nguyen Van Thieu examinant les armes prises à l’ennemi à Sa Huynh et inspection du secteur]

[49:03 – 46:35]

NVT : Vo Nguyen Giap, il pensait qu’il pourrait continuer à faire le Napoléon de 1972 comme il était le Napoléon vietnamien de 1953-54.

[Passage sur Nguyen Van Thieu inspectant les troupes et les positions sud-vietnamiennes]

[50:35 – 51:12]

NVT : Alors j’ai dis ça à quelques Américains qui me demandaient ça. Et qu’on s’attendait à ce que pouviez terminer cette guerre en trois mois avec votre massive aviation. Alors c’était, au contraire, le gradualisme qui prévaut dans la politique de la guerre. On ne peut pas faire la guerre avec gradualisme.

La population au Nord Viêt-Nam s’attendait à ce qu’on libérait le Nord Viêt-Nam dès le premier bombardement américain en 1966, alors ils étaient découragés.

  • [51:24 – 51:53]

NVT : Si j’avais tous [eu] les moyens nécessaires, j’aurai cassé le corps de bataille de Giap même au Laos… en 1971.

Vous n’aviez pas suffisamment de moyens à l’époque ?

NVT : Pas suffisamment de moyens, la logistique était très difficile, très longue à suivre et les Américains ne voulaient pas… s’engager totalement dans cette bataille.

Vous connaissez le Général Giap, personnellement ?

NVT : Non, j’ai entendu parler de lui. Et je… J’ai entendu parler de lui comme un professeur d’histoire de… dans un collège… au collège de Gia Long à Hanoi quand j’étais encore collégien.

Retranscription des dialogues et intertitres : FG

Philippe Franchini : Continental Saigon [à paraître]

[ndlr] Réédition de l’ouvrage de Philippe Franchini. Présentation de l’éditeur, sortie le 21 mai 2015.

Symbole et miroir de l’histoire de l’Indochine, l’hôtel Continental fut le point d’ancrage de tous les aventuriers, les rêveurs et les ambitieux. Son salon, sa terrasse bruissaient des intrigues et des illusions tissées par ces hommes qui ont cédé aux charmes de l’Extrême-Orient, ses promesses de fortune, le parfum du pastis et des tamaris, la fumée brune de l’opium puis celle des canons.

À travers l’histoire de la famille Franchini – un père corse propriétaire du fameux hôtel et une mère vietnamienne – c’est tout le Saigon des années 1930 à 1970 qui ressurgit : la vie quotidienne des Vietnamiens, la tragédie du métissage, le crépuscule du « règne des Blancs », la prospérité et les désillusions, la corruption et le sang.

Poste d’observation des personnalités militaires et politiques, journalistes, écrivains et cinéastes, le Continental est un lieu d’envoûtement par lequel sont passés Segalen, Dorgelès, Malraux, Mayréna, Bodard, Graham Greene, Schoendoerffer, Lartéguy, Coutard ou encore Chancel.

Récit magnifique et poignant d’un témoin privilégié de l’Histoire et de ses coulisses, de l’Indochine française à la guerre du Vietnam, Continental Saigon est un livre devenu mythique. Depuis sa première publication en 1977, il incarne autant les fantasmes de cette luxuriante et mystérieuse Indochine que le rêve colonial brisé.

« A la terrasse du Continental, on prenait en quelques heures la température de la ville, la mesure de son chaos et de sa folie. »

Philippe Franchini est né à Saigon. De 1965 à 1975, il a dirigé le Continental Palace. « Peintre par vocation, écrivain de profession, hôtelier de circonstance » (Bernardo Valli), l’auteur est avant tout un Eurasien déchiré par sa double culture mais nourri par le démon de l’aventure.

Cahier-photos inédit, 318p., 21€ – ISBN 978-2-84990-400-8

Editions des Equateurs / Littérature – Sortie officielle le 21 mai 2015.

Source : Editions des Equateurs

Yvan Cadeau : La guerre d’Indochine – De l’Indochine française aux adieux à Saigon 1940-1956 [parution]

YvanCadeau_LaGuerredIndochine[ndlr] Parution d’un nouvel ouvrage (de 624 p.) sur la guerre d’Indochine. Présentation de l’éditeur.

Saigon, avril 1956 : la France quitte le sol vietnamien. Près d’un siècle après la conquête, au terme de dix années de guerre et de centaines de milliers de morts, la page de l’Extrême-Orient français se referme.

Au printemps  1940, l’effondrement de la France sonne le glas de l’Indochine française. L’intrusion japonaise et le réveil des nationalismes locaux bouleversent les rapports que la métropole entretient avec le Vietnam, le Laos et le Cambodge. Après 1945, cependant, les Français ne saisissent pas l’ampleur des changements survenus au cours du second conflit mondial chez les peuples colonisés. Au Vietnam, les revendications du Viêt-minh sont en totale opposition avec la politique menée depuis Paris. Fin 1946, la rupture est consommée : la guerre d’Indochine commence. Elle va durer neuf ans. Neuf ans de guerre sans front, et au cours desquels le corps expéditionnaire français ne parvient pas à vaincre un ennemi insaisissable mais omniprésent.

Face à la tactique de guérilla du Viêt-minh, notamment, le matériel moderne de l’armée française se révèle peu adapté. Embuscades et pièges démoralisent les soldats et le haut commandement perd progressivement l’initiative du combat. En mai 1954, la défaite de Diên Biên Phu porte le coup de grâce aux forces du corps expéditionnaire et accélère la fin des hostilités.

Les officiers français sortent profondément marqués de ce combat, meurtris par l’indifférence, le mépris et l’opprobre dont ils se sont sentis victimes de la part de la nation. Nombreux sont les cadres bien décidés à ne plus revivre l’humiliation de l’expérience indochinoise, alors qu’une nouvelle guerre les attend sur un autre théâtre d’opérations, en Algérie.

Source : Tallandier

  • Officier et docteur en histoire, spécialiste des guerres d’Indochine et de Corée, Ivan Cadeau enseigne auprès de différents organismes de l’armée de terre et est notamment l’auteur de Diên Biên Phu (Tallandier, 2013). Sa thèse remaniée a été publiée sous le titre : Le Génie au combat – Indochine 1945-1956, SHD, Collection Études , 2013, 510 p.

Nakhonkham Bouphanouvong : Sixteen Years in the Land of Death Revolution and Reeducation in Laos – CR de lecture par Ken Messud

Nakhonkham_RevolutionReeducationLaosLe titre volontairement provocateur de cet ouvrage n’est pas sans rappeler au lecteur l’œuvre majeure de Soljenitsyne, L’archipel du goulag. On peut en effet être tenté de réduire ce livre à un témoignage d’un survivant des camps de rééducation communistes, dans lesquels Nakhonkham Bouphanouvong vécût durant seize années de sa vie avant sa libération et son immigration aux États-Unis. Mais cette interprétation, quoique parfaitement valable, met de côté ce qui constitue un élément autrement plus central de ce livre : le témoignage d’un homme acquis aux théories du non-alignement, farouchement opposé au communisme et profondément amoureux de son pays, sur les différents évènements politiques survenus au Laos entre 1945 et 1975.

Bouphanouvong fut en effet de tous les retournements politiques et militaires jusqu’à son arrestation et internement de 1975 à 1991: il fut tour à tour soldat au sein du Lao Issara (mouvement du Laos libre) dès 1945, puis journaliste, haut-fonctionnaire et enfin officier de police sous la monarchie jusqu’à son abolition en 1975. La longévité et l’expérience de Bouphanouvong lui accordent ainsi naturellement une hauteur de vue certaine et une profondeur de réflexion sur les enjeux politiques durant la courte vie de la monarchie laotienne. Les évènements survenus durant ce laps de temps sont en effet d’une intense complexité, liées étroitement au contexte de la guerre froide et de la lutte d’influence de l’époque, ainsi qu’à la guerre du Vietnam.

Bouphanouvong est né en 1927 à Xepone dans une famille modeste. Lorsque le Japon envahi le Laos en mars 1945, celui-ci est toujours sous contrôle administratif de la France. L’auteur, alors en études à Vientiane, décide d’y mettre un terme et emboîte le pas au mouvement nationaliste et révolutionnaire du Lao Issara qui compte tirer parti de l’instabilité de la situation afin de faire gagner au Laos son indépendance. Cet engagement précoce est révélateur de l’important patriotisme qui allait animer et guider les choix de Bouphanouvong tout au long de sa vie. La guerre d’indépendance contre la France qui s’en suivit fut de plus un événement marquant et formateur pour ce jeune homme en pleine maturation politique. En effet, malgré sa modeste éducation du niveau du secondaire, Bouphanouvong fut appelé en 1947 au service de propagande du Lao Issara, avant d’être nommé en 1948 commissaire politique (à seulement 21 ans).

Son récit commence véritablement avec le congrès du Front de Résistance Laotien, tenu en août 1950 dans la province vietnamienne du Tuyen Quang. Au grand désarroi des combattants révolutionnaires de la première heure, ce congrès consacre au pouvoir la faction communiste du Lao Issara (portée par le prince Souphanouvong), ralliée à Ho Chi Minh. Cet événement est vécu comme une profonde désillusion pour Bouphanouvong qui regrette le tournant communiste du mouvement au détriment d’une union commune entre le Vietnam, le Cambodge et le Laos contre l’impérialisme français mais dans le respect des souverainetés de chacun. L’influence exercée par le Vietnam sur la politique laotienne devient en effet croissante, l’endoctrinement communiste des cadres du Lao Issara étant perçu comme un moyen d’affilier le pays dans une perspective de long terme. Cet endoctrinement se matérialise par de nombreux séminaires de formation politique durant lesquels sont inculquées les fondements de la doctrine communiste, et auxquels l’auteur sera imposé de participer activement. Les diverses affectations militaires de Bouphanouvong décrivent l’incidence de ce succès idéologique: malgré l’accord franco-laotien d’octobre 1953 accordant au pays sa pleine souveraineté (et donc mettant un terme théorique à la guerre contre la France), l’effort de guerre du Laos pour venir au soutien du Vietnam se renforce rapidement jusqu’à l’obtention d’une victoire décisive sur le colonialiste: cette victoire, c’est bien évidemment celle de Dien Bien Phu en mai 1954. L’indépendance de l’Indochine est finalement actée avec les accords de Genève en juillet de la même année.

Toutefois l’obtention de l’indépendance ne permet pas de régler l’instabilité politique au Laos, instabilité qui va amener Bouphanouvong à renier son engagement initial (même s’il continuera à se revendiquer du Lao Issara originel). Deux factions se disputent en effet le pouvoir à partir de 1953: d’un côté les royalistes du Royal Lao Government (RLG) souhaitant promouvoir la monarchie laotienne, et de l’autre le Pathet Lao (ou Neo Lao Hak Xat – Front Laotien de Résistance Patriotique) auquel le Lao Issara est rattaché. Le Pathet Lao est composé au départ de différentes factions de tout bords idéologiques, mais se retrouve rapidement dominé par les communistes vietnamiens qui souhaitent s’en servir pour garantir leurs intérêts chez leur voisin. La signature d’un agrément en 1957 et la création d’un gouvernement commun permettent de mettre un terme relatif à cette situation instable.

Conscients de cette emprise grandissante, et peu convaincus par l’idéologie et le système communiste qu’ils critiquent sévèrement, Bouphanouvong et ses amis proches du Lao Issara décident en 1960 de rejoindre le parti neutre du Comité de Défense des Intérêts Nationaux (CDIN). Une guerre fratricide entre les deux factions éclata peu de temps après, forçant Bouphanouvong à fuir Vientiane ; il assistera aux violents combats se déroulant dans le nord du Laos jusqu’à la victoire du CDIN en 1962 et la formation d’un gouvernement de coalition entre les neutralistes, le Pathet Lao et les royalistes. Affilié aux idées du mouvement des non-alignés (notamment suite à la conférence de Bandung de 1955), Bouphanouvong est déterminé à servir les intérêts de son pays et à lutter contre les influences extérieures grandissantes liées au contexte de guerre froide de l’époque. Se refusant d’aider le Pathet Lao, et conscient de l’influence américaine exercée sur le parti royaliste, il décide ainsi de retourner en 1962 à Vientiane afin d’aider au maintien de la paix auprès du cabinet du premier ministre neutraliste Souvanna Phouma. Durant cette période, il travaillera aussi au sein de différents ministères avant de devenir officier de police, tout en exerçant une activité journalistique pour le compte d’hebdomadaires neutralistes. Cependant, la reprise de la guerre civile à partir de 1964 finit par avoir raison de la coalition, aboutissant au démantèlement de celle-ci en février 1973, date de la signature de l’accord sur l’unification du Laos. La faction neutraliste se retrouve dissoute, laissant les mains libres au parti Royaliste ainsi qu’au Pathet Lao pour diriger la monarchie.

Les craintes exprimées par Bouphanouvong à l’égard des communistes se matérialisent malheureusement très rapidement. Le Pathet Lao, fort du soutien vietnamien désormais victorieux sur les États-Unis, prend progressivement le dessus sur le RLG avant de finalement proclamer la République Populaire du Laos en décembre 1975. Pour Bouphanouvong et les autres soutiens anticommunistes du régime monarchique, c’est le début d’une longue agonie. Déportés dans des camps de détention, Bouphanouvong et quelques deux cents autres « séminaristes » (tous officiers haut-gradés ou membre de la haute fonction publique), entament leur longue période de rééducation politique. Abondamment décrite par Bouphanouvong dans la seconde partie de son livre, il témoigne des horreurs subies par lui et ses camarades dont beaucoup périront durant leur détention. Utilisés comme main d’œuvre corvéable à merci, sous-alimentés, vivant sous la menace permanente d’une mort violente, torturés physiquement et surtout mentalement, ces hommes ont en effet dû supporter pendant de longues années des conditions de vie extrêmement dures. La situation économique et sociale catastrophique du Laos permet une certaine ouverture du pays à la fin des années 1980. La pression internationale poussera finalement le régime communiste à relâcher progressivement les survivants des camps de rééducation. Libéré le 22 novembre 1991 après seize ans, trois mois et vingt-deux jours de détention, Nakhonkham Bouphanouvong est un véritable miraculé de l’histoire.

L’approche historique de cet ouvrage, intimement liée au vécu de son auteur, apporte une vision très humaine sur cette période confuse. La lecture de ce témoignage parfois romancé reste agréable tout du long, cependant on peut regretter le manque de contextualisation et d’explications claires des évènements politiques vécus par le narrateur. Une certaine connaissance historique du Laos est ainsi indispensable au lecteur afin de bien saisir l’ensemble du tableau politique dressé par Bouphanouvong. Chargé émotionnellement, ce livre reste néanmoins un témoignage exceptionnel sur l’influence du communisme vietnamien au Laos.

Ken Messud, promotion ASIOC 2014-2015.

 

Bibliographie indicative 

Martin STUART-FOX, A History of Laos, Cambridge University Press, 1997.

Kenneth CONBOY, War in Laos 1954-1975, Squadron/Signal publications, 1994.

Jean DEUVE, Le royaume du Laos, 1949-1965, Paris, L’Harmattan, 2003.

 

Ken Messud est étudiant en Master Asie Orientale Contemporaine à l’ENS de Lyon. Il effectue actuellement un stage dans un cabinet de conseil Indonésien à Jakarta. Son sujet d’étude est l’analyse des conséquences économiques et légales de la nouvelle politique minière indonésienne.