Archives par mot-clé : guerre chimique

Brenda M. Boyle and Jeehyun Lim, eds.: Looking Back on the Vietnam War – Twenty-First Century Perspectives

[ndlr] Parution d’un ouvrage collectif dans lequel les perspectives vietnamiennes sont prépondérantes. Présentation de l’éditeur.

LookingBackOnTheVietnamWarMore than forty years have passed since the official end of the Vietnam War, yet the war’s legacies endure. Its history and iconography still provide fodder for film and fiction, communities of war refugees have spawned a wide Vietnamese diaspora, and the United States military remains embroiled in unwinnable wars with eerie echoes of Vietnam.

Looking Back on the Vietnam War brings together scholars from a broad variety of disciplines, who offer fresh insights on the war’s psychological, economic, artistic, political, and environmental impacts. Each essay examines a different facet of the war, from its representation in Marvel comic books to the experiences of Vietnamese soldiers exposed to Agent Orange. By putting these pieces together, the contributors assemble an expansive yet nuanced composite portrait of the war and its global legacies.

Though they come from diverse scholarly backgrounds, ranging from anthropology to film studies, the contributors are united in their commitment to original research. Whether exploring rare archives or engaging in extensive interviews, they voice perspectives that have been excluded from standard historical accounts. Looking Back on the Vietnam War thus embarks on an interdisciplinary and international investigation to discover what we remember about the war, how we remember it, and why.

Contributors

Brenda Boyle, Jeehyun Lim, Yen Le Espiritu, Quan Tue Tran, Viet Thanh Nguyen, Lan Duong, Vinh Nguyen, Robert Mason, Leonie Jones, Heonik Kwon, Diane Niblack Fox, Cathy Schlund-Vials

Table Of Contents

Chronology

Note on the Text

Introduction: Looking Back at the Vietnam War / Brenda M. Boyle and Jeehyun Lim

  • Chapter 1: Vietnamese Refugees and Internet Memorials: When Does War End and Who Gets to Decide? / Yên Lê Espiritu
  • Chapter 2: Broken, but Not Forsaken: Disabled South Vietnamese Veterans in Vietnam and the Vietnamese Diaspora / Quan Tue Tran
  • Chapter 3: What Is Vietnamese American Literature? / Viet Thanh Nguyen
  • Chapter 4: Viet Nam and the Diaspora: Absence, Presence, and the Archive / Lan Duong
  • Chapter 5: Liberal Humanitarianism and Post–Cold War Cultural Politics: The Case of Le Ly Hayslip / Jeehyun Lim
  • Chapter 6: Ann Hui’s Boat People: Documenting Vietnamese Refugees in Hong Kong / Vinh Nguyen
  • Chapter 7: “The Deep Black Hole”: Vietnam in the Memories of Australian Veterans and Refugees / Robert Mason and Leonie Jones
  • Chapter 8: Missing Bodies and Homecoming Spirits / Heonik Kwon
  • Chapter 9: Agent Orange: Toxic Chemical, Narrative of Suffering, Metaphor for War / Diane Niblack Fox
  • Chapter 10: Re-Seeing Cambodia and Recollecting The ’Nam: A Vertiginous Critique of the Military Sublime / Cathy J. Schlund-Vials
  • Chapter 11: Naturalizing War: The Stories We Tell about the Vietnam War / Brenda M. Boyle

Appendix A: Archives

Appendix B: Publications since 2000

Notes on Contributors

Index

Source : Rutgers University Press

Guerre du Vietnam: l’agent orange, un héritage empoisonné [photos]

[ndlr] Au delà des commémorations du 30 avril 1975, reportage photographique de Damir Sagolj sur les conséquences effroyables de l’Agent orange. Attention certaines photos peuvent heurter la sensibilité des lecteurs.

30 avril 2015 : 40e anniversaire de la fin du de la guerre du Vietnam. Pendant dix ans (1961-1971), les Etats-Unis ont déversé sur les campagnes de ce pays 80 millions de litres d’agent orange, un herbicide extrêmement toxique contenant près de 400 kilos de dioxine, produit par les entreprises Monsanto et Dow Chemical.

Dans-province-Quang-Binh-au-centre-Vietnam_0
Do Duc Diu a aménagé à côté de sa maison un cimetière pour pouvoir se recueillir sur les tombes de ses enfants. Mais il aura attendu 1994 et la naissance de sa dernière fille, handicapée comme ses deux sœurs, pour qu’il connaisse ​les réels dangers de l’agent orange. Auparavant, sa femme et lui consultaient de nombreux chefs spirituels, car ils croyaient en une malédiction. © Reuters/Damir Sagolj

Lire la suite : FranceTVinfo (Géopolis – Laurent Filippi, 28/04/2015). Directement sur le site de Damir Sagolj

Voir aussi :

Viêtnam – La « sale guerre » un film de Christel Fromm [Arte]

[ndlr] Thema spécial Viêt-Nam sur la chaîne Arte, mardi 14 avril 2015 : Viêtnam – La « sale guerre » un film de Christel Fromm (90 mn). Rediffusion lundi 04 mai à 8h50.

 

De la guerre d’Indochine menée et perdue par les Français à la chute de Saigon fin avril 1975, des vétérans américains, des combattants vietnamiens, des journalistes et des militants pacifistes retracent la guerre du Viêtnam. Ces témoignages émouvants alternent avec des images d’archives, des documents laissés par des soldats disparus et des extraits d’actualités de l’époque.

Vietnam_LaSaleGuerre_ArteCliquez sur l’image pour accéder au site

Le cliché de cette petite Vietnamienne nue, fuyant un village en feu suite à un bombardement au napalm en 1972, a fait le tour du monde. Il est depuis resté gravé dans les mémoires. Mais comment en est-on arrivé à une telle horreur ? De la guerre d’Indochine menée et perdue par les Français à la chute de Saigon fin avril 1975, des vétérans américains, des combattants vietnamiens, des représentants des médias et des militants pacifistes retracent le conflit. Ces témoignages émouvants alternent avec des images d’archives inédites, des documents laissés par des soldats disparus et des extraits d’émissions d’actualités de l’époque. À travers cette matière passionnante, le film évoque aussi bien l’esprit de résistance des Vietnamiens que leur combat fratricide, né de la partition de leur pays. Viêtnam – La « sale guerre » explore les facettes les plus sombres de ce conflit aberrant et sans front : le mensonge des Américains pour justifier leur intervention militaire, le recours aux armes chimiques et l’ensemble des atrocités commises. Sans occulter pour autant l’envie tenace des deux camps de retrouver la paix et la liberté.

Notre avis : De nombreuses approximations historiques et quelques anachronismes sur le contexte vietnamien jalonnent le début et la fin du reportage (par exemple les images de la chute de Saigon sont présentées avant celles du départ des Américains de l’ambassade). Le film est intéressant pour mesurer l’ampleur du mouvement anti-guerre (aux États-Unis et en Europe) et le conditionnement des soldats américains formés pour tuer. S’appuyant sur des images crues, il revient avec réalisme sur les atrocités de la guerre, la violence aveugle contre les hommes, la guerre chimique et la résistance opiniâtre du Front National de Libération du Sud Viêt-Nam. Le rôle du photojournalisme est bien souligné dans la condamnation de la guerre et l’émergence d’une opinion publique mondiale. Les vétérans américains racontent leur expérience du conflit, leurs crimes envers les civils vietnamiens avant de revenir dans leur pays, indifférent à leur traumatisme. Cependant, le film reflète surtout une vision occidentale (et allemande) du conflit, celle de la « génération Viêt-Nam » et ne s’attarde pas suffisamment sur la dimension vietnamienne et fratricide de la guerre (discours des parties concernées, stratégie et objectifs) empêchant de comprendre pourquoi la guerre fut si longue et si meurtrière entre le Nord et le Sud.

FG

A revoir sur Arte + 7