Archives par mot-clé : Grande guerre

Philippe Olivera : « Dans la tête des poilus » (Conférence 2014)

[ndlr] Intervention de l’historien Philippe Olivera sur l’historiographie de la guerre de 1914-1918 et la littérature de témoignage : analyse de l’évolution de l’historiographie du témoignage de guerre et retour sur la controverse française sur la « culture de guerre » (école de Péronne). Présentation sur la chaîne de Jacques Paul.

Invité par la section rennaise de la Ligue des droits de l’Homme, l’Université Rennes II et l’association Histoire deux, l’historien Philippe Olivera démonte [les] dérives de la « nouvelle histoire », qui, depuis la disparition des derniers poilus, entend se mettre dans leur tête, et déformer voire contester leurs témoignages. Il souligne les enjeux historiques et politiques de cette « entreprise d’histoire à succès », d’histoire « décomplexée »… Une conférence salutaire et passionnante.

Pour en savoir plus :

Mireille Le Van Ho : Des Vietnamiens dans la Grande Guerre – CR de lecture par Bastien Golovkine

CR de lecture de Bastien Golovkine : Mireille Le Van Ho, Des Vietnamiens dans la Grande Guerre : 50 000 recrues dans les usines françaises, Paris, Vendémiaire, 2014.

LeVanHo_DesVietnamiensDansLaGrandeGuerreCet ouvrage, publié le 4 septembre 2014, est issue d’une thèse soutenue presque trente ans plus tôt en 1986 à l’École des Chartes. Il relate l’implication de 90 000 Vietnamiens, expatriés en France, durant la Première Guerre mondiale. L’auteure s’intéresse plus particulièrement à la trajectoire des 50 000 ouvriers, forcés de travailler dans les usines. Il s’agit d’un véritable sujet d’histoire sociale, qui est traité via un plan chronologico-thématique. Cette approche, la meilleure à mon sens, donne toute la mesure du travail effectué par Mireille Le Van Ho. Celle-ci, née en 1959, a bénéficié d’une solide formation d’historienne et d’archiviste. Élève de la prestigieuse École des Chartes, elle présenta sa thèse sous l’intitulé suivant : Un milieu porteur de modernisation : travailleurs et tirailleurs vietnamiens en France pendant la Première Guerre mondiale. Elle a par la suite occupé plusieurs postes d’importance comme celui de conservateur en chef de la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (BDIC) ou encore celui de directrice de la bibliothèque centrale du Conservatoire national des Arts et des Métiers (CNAM). Parallèlement à ces activités, elle a écrit plusieurs articles reconnus sur le général Pennequin et son projet d’ « Armée Jaune » notamment, ou sur les ouvriers vietnamiens durant la Première Guerre mondiale, ou encore sur la numérisation des archives.

Depuis la publication de son ouvrage, elle a multiplié les interventions et les colloques dans le cadre du centenaire du premier conflit mondial. En dehors de cette commémoration spécifique, le livre de Mireille Le Van Ho s’inscrit dans un mouvement plus large, initié il y a quelques années en France, sur la reconnaissance de la place et de l’action des minorités durant les guerres1. Plusieurs personnes, comme le journaliste Pierre Daum par exemple, qui se bat pour la mémoire des Vietnamiens durant la Deuxième Guerre mondiale, ont salué avec enthousiasme la publication de cet ouvrage. Mireille Le Van Ho précise dans son introduction que son but est de montrer comment furent mobilisés ces 90 000 Vietnamiens (qui font partie des 887 400 « indigènes » mobilisés entre 1916 et 1918) dans la colonie indochinoise, puis de décrire leur vie une fois en métropole. Son propos repose sur trois parties distinctes dans son livre : tout d’abord, elle détaille les vicissitudes de la mobilisation au sein de la colonie indochinoise (pp. 13 à 66), avant d’analyser le quotidien des ouvriers indochinois en France (pp. 67 à 168) et d’enfin de questionner le caractère émancipateur de l’expérience de la guerre (pp. 169 à 221).

annamites_soldats
Tirailleurs annamites recrutés pour la Grande Guerre

Les atermoiements de la mobilisation de l’Indochine

En mai 1915, deux millions de Français se retrouvent au front pour contenir l’invasion allemande. Le Nord et l’Est du pays se retrouvent ravagés par les combats et le gouvernement français est obligé de rechercher des expédients à une main-d’œuvre mobilisée à la guerre. Le « front de l’arrière » a besoin d’être renfloué et les colonies apparaissaient de plus en plus comme une réserve inépuisable. Plusieurs hommes d’États et des généraux avaient déjà avancé l’hypothèse d’un recours à la population coloniale : le général Pennequin, par exemple, au tournant des années 1910, avait présenté son projet d’armée jaune, reposant sur la mobilisation de 100 000 Annamites. Néanmoins, ce fut seulement en 1915 que le gouvernement français se décida à franchir le Rubicon. D’une part, sous l’impulsion d’Albert Thomas, socialiste et sous-secrétaire d’État à l’artillerie et à l’équipement militaire dans le cabinet Viviani, remarquable pour ses qualités d’organisateur, le travail à l’usine fut progressivement libéralisé et on permit l’introduction du taylorisme dans les arsenaux français. D’autre part, la Commission de l’Armée en mai 1915 reconnut la nécessité de recourir à la main d’œuvre coloniale, avant d’élaborer en décembre 1915, un projet de recrutement de 50 000 tirailleurs et travailleurs en Indochine.

Cette entreprise reposait sur deux outils dans la colonie indochinoise : premièrement, les communes rurales (les ), le conseil des notables, qui étaient chargés de la nomination des mobilisés, et deuxièmement, les « maires » du village (les lý truong), à l’origine destinés à collecter les impôts, devaient ramener les « volontaires » aux centres de recrutement. Peu de voix s’opposèrent à ce projet car les socialistes, affaiblis par la mort de Jaurès et par la participation d’Albert Thomas au gouvernement d’Union sacrée, et les cégétistes, contraints de suivre les directives de Léon Jouhaux, ne purent se faire entendre. Cependant, les syndicats allaient faire montre durant le conflit d’une attitude ambivalente vis-à-vis des travailleurs coloniaux, tantôt considérés comme des camarades prolétariens, tantôt comme des agents du patronat.

annamite_ouvrier
Ouvriers annamites à la fabrication d’obus

La situation en Indochine en 1915 était peu propice à l’application d’un tel ordre de la part de la Commission. Seulement quelques milliers d’engagés volontaires (environ 2000) étaient partis vers la métropole à l’aube de la grande mobilisation. En janvier 1916, l’ordre de recrutement parvint à Ernest Roume, gouverneur général de l’Indochine française (de janvier 1914 à janvier 1917). La péninsule indochinoise était en ébullition et ne semblait en aucun cas prête à une mobilisation de grande ampleur. Ce fut pourquoi les catastrophes se multiplièrent durant le recrutement : on avait recours de plus en plus à l’enrôlement forcé (contrairement aux plans initiaux de la Commission), des épidémies de choléra se déclarèrent à cause des conditions d’hygiène déplorables durant le transport, on négligeait les critères sanitaires lors du recrutement au niveau local (ce qui entraina des retours en masse dans les villages), les bateaux manquaient et les infrastructures étaient insuffisantes à l’arrivée des mobilisés en métropole. Plusieurs Vietnamiens furent durablement marqués par le voyage jusqu’en France, où ils étaient entassés dans les cales des navires, soumis à la faim, à la fatigue et à la maladie. Néanmoins, le gouvernement général parvint presque à remplir les objectifs définis par la Commission. 49758 mobilisés indochinois partirent pour la France entre le 18 janvier 1916 et le 31 octobre 19162. Ce succès relatif poussa le gouvernement français à appeler au recrutement permanent.

Contrairement à l’enrôlement de 1916, les autorités coloniales obtinrent des crédits supplémentaires pour mobiliser davantage d’hommes dans les colonies. Elles créèrent des commissions ambulantes de recrutement ainsi que quatre bureaux d’enrôlement (deux à Haiphong, un à Tourane et un à Saigon), chargés d’administrer l’embarquement et le débarquement, de recenser les déserteurs, d’établir les registres et de faire parvenir les allocations mensuelles aux familles. La propagande de guerre prit son essor à ce moment-là : on procédait à la lecture publique de lettres envoyées par les mobilisations, à l’impression de tracts et d’affiches vantant les mérites de la vie en France ou encore à des visites organisées par les mandarins dans les provinces. À ces dispositions s’ajouta la mise en place d’une instruction sommaire à la fois pour les tirailleurs et les ouvriers. Les futurs soldats suivaient des cours de gymnastique, de manœuvres militaires mais aussi d’entretiens d’infrastructures (la future affectation de la plupart des tirailleurs indochinois). Les ouvriers allaient bénéficier de stage d’apprentissage pour les familiariser avec le travail à l’usine.

InaEdu04509
Des ouvriers annamites sont employés dans une usine française de construction d’avions. Ils effectuent différents travaux (assemblage, peinture, usinage des moteurs…) sous la surveillance d’un officier français, 1916 © INA

Sur l’ensemble, le bilan de ces années de recrutement colonial en Indochine demeure contrasté : selon la répartition chiffrée du recrutement établie par Mireille Le Van Ho, pour mars 1916, le Tonkin a fourni une grande partie des hommes (22530) avec une forte proportion d’ouvriers (60%). À l’inverse, les chiffres sont moins impressionnants pour le Cambodge et la Cochinchine (respectivement 2760 hommes et 5290 hommes)3. Ces disparités s’expliquent par la puissance de la structure communale au Tonkin, où les habitants de delta du fleuve rouge respectent cette autorité locale. Par contre, la porosité des communes en Cochinchine et au Cambodge a considérablement mis à mal la stratégie de la Commission des Armées. De plus, les actes de résistances se multipliaient dans ces deux provinces. Cette opposition ne parvint néanmoins pas à empêcher la poursuite du recrutement durant la guerre.

Le quotidien des travailleurs

Cette partie constitue véritablement le cœur de l’ouvrage de Mireille Le Van Ho. Elle a choisi de développer la vie difficile des Vietnamiens en métropole durant le conflit. Sur place, les expatriés étaient pris en charge par le Service d’Organisation des Travailleurs Coloniaux. Cette structure était chargée de répondre aux demandes et aux besoins en main d’œuvre des différents départements, en établissant des contrats avec les dirigeants des entreprises et des arsenaux. Les témoignages recueillis par l’historienne insistent sur l’insuffisance des infrastructures en métropole. Les cas de Marseille, où les mobilisés changent trois fois de camps à cause de la faible capacité et de la vétusté des bâtiments, et d’Arles étayent ces propos. De plus, les Vietnamiens sont parqués dans des baraquements vieillissants au même titre que d’autres travailleurs coloniaux : la cohabitation était difficile avec certaines populations et plusieurs incidents éclatèrent. Si les Annamites s’entendaient bien avec les Malgaches et les Maghrébins, Mireille Le Van Ho fait état de mésententes avec les mobilisés d’Afrique subsaharienne pour des questions liées aux jeux d’argent ou aux affectations.

Guerre 1914-1918. Femmes et ouvriers chinois travaillant dans une usine d’armement française © Roger Viollet

La vie quotidienne des expatriés devint de plus en plus surveillée au fur et à mesure du prolongement de la guerre. Le 18 avril 1917, le gouvernement français ordonna la création du Service de Contrôle des Tirailleurs et Travailleurs Coloniaux. Cet organe devait encadrer de façon stricte les correspondances et les comportements des Vietnamiens. Cette structure allait s’appuyer sur des mandarins, rappelés du Vietnam, pour veiller à l’application des directives du Contrôle. Les fonctionnaires vietnamiens n’avaient aucun intérêt à soutenir une quelconque velléité de rébellion de la part des travailleurs expatriés, car cela remettrait en question leurs privilèges issus du système colonial. Ils allaient être les agents d’une politique du gouvernement français, teintée de paternalisme mais aussi de tolérance religieuse. D’un côté, les autorités du camp essayaient de promouvoir des cours de français pour les ouvriers vietnamiens, et de l’autre, elles autorisaient l’expression de la religiosité des Annamites (via la construction de pagodes notamment, qui suscitèrent des controverses chez les Français).

De la même manière, ce strict contrôle sur la vie quotidienne des travailleurs se retrouvait également à l’usine. Une phrase citée par Mireille Le Van Ho illustre bien cela : « Plus les Annamites arrivent, plus la discipline devient sévère »4. Cette discipline était essentiellement militaire. Les Vietnamiens pouvaient passer devant le conseil de guerre et recevoir des condamnations allant de privations alimentaires jusqu’au rapatriement forcé en passant par des séjours au cachot. Un certain niveau de productivité était attendu de la part des autorités françaises, d’où l’application de cadences infernales et la mise en pratique du taylorisme, de la rationalisation du travail. La nature de leurs activités à l’usine était durablement marquée par des stéréotypes raciaux chez les permanents patronaux : la « frêle » constitution et l’ingéniosité supposée des Annamites les cantonnaient, selon eux, aux travaux de l’usine. À l’inverse, les patrons étaient prompts à incriminer la « fourberie » des Vietnamiens aux moindres manifestations de mécontentement. Cependant, cette main d’œuvre aisément corvéable permettait aux autorités de les assigner aux travaux les plus dangereux. Par exemple, à la poudrière d’Arles, la moitié des effectifs était quotidiennement absente pour des raisons de santé : l’infirmerie apparaissait comme un véritable refuge pour les travailleurs coloniaux. D’autant plus que les relations avec les ouvriers français étaient changeantes. Les incertitudes de la CGT entretenaient cette ambivalence des travailleurs de la métropole à l’égard des coloniaux.

TravailleurVietnamienEtSonEpouse
Photographie d’un couple franco-vietnamien retenue par les bureaux de censure à l’arrivée en Indochine © ANOM

Mireille Le Van Ho s’intéresse ensuite à la confrontation des expatriés avec la métropole moderne. La censure s’exerçait encore, via le Contrôle, sur les correspondances des mobilisés avec leurs familles. Des milliers de lettres furent saisies avant leur arrivée en Indochine. Cette politique stricte était liée à un autre élément : les relations des Indochinois avec l’autre groupe social particulièrement sollicitée durant le premier conflit mondial, les femmes. Il s’agit probablement d’un des principaux chocs culturels pour les Annamites, désillusionnés à cause de leurs conditions de vie précaires. Plusieurs témoignages font état de cette admiration des Vietnamiens pour la beauté des femmes françaises, « différentes » à leurs yeux. Des couples se formèrent et des solidarités se créèrent grâce au travail à l’usine. Cette attraction réciproque était mal vue par le gouvernement français, qui essayait de limiter ces contacts et qui souhaitait éviter des mariages mixtes. Il s’agissait désormais de contrôler les correspondances où les coloniaux faisaient état de leurs relations avec les femmes françaises, d’où une sévérité accrue de la censure.

Au-delà de la rencontre avec la femme en France, pour la plupart des expatriés, les yeux se décillent vis-à-vis de la puissance coloniale : la République française, incapable de fournir des conditions de logement et de vie décentes, affaiblie par les affres de la guerre, vit son prestige et son crédit entamé auprès des travailleurs coloniaux. Ceux-ci, délaissant la puissance française, préféraient se tourner vers l’Allemagne (dont on vante le tài, à savoir l’habilité et le talent, des ouvriers allemands)5 ou plus encore vers les États-Unis. Pour les Indochinois, les Américains avaient apporté la force économique et militaire décisive dans la victoire de l’Entente : en plus de cela, les promesses du président Woodrow Wilson, lors de son discours sur les 14 points, avaient enthousiasmé les peuples colonisés et éveillé une conscience politique chez les populations subissant le joug européen. Les Indochinois n’échappèrent pas à cela et Mireille Le Van Ho affirme que ce séjour en métropole fut un élément constitutif de l’éveil politique des Vietnamiens. Dès la fin de la guerre, les conséquences de ce changement allaient être observables à la fois en métropole et en Indochine.

Une expérience émancipatrice

Mireille Le Van Ho démontre dans cette partie le processus de création d’une conscience politique chez les Vietnamiens partis en France. Cette partie se rapproche de la démarche de Kim Loan Vu Hill dans son dernier ouvrage6 où l’impact de la guerre est vu dans une perspective plus politique. Certains évènements en France attestent de ce réveil des Indochinois à l’égard du colonisateur français. Tout d’abord, la signature de l’armistice le 11 novembre 1918 n’a en aucun cas signifié le retour des Annamites dans leur pays. Les départs se firent particulièrement tardifs : certains travailleurs indochinois restèrent en France jusqu’en 1920. À la fin du conflit, ils se virent affecter à la reconstruction du pays, en particulier dans l’Est et le Nord du pays. Ces milliers d’expatriés étaient notamment assignés à la remise en service du réseau ferroviaire dans ces régions. Les conditions de vie étaient encore plus précaires durant cette période, ce qui suscita de vifs mécontentements. Les ouvriers coloniaux avaient fait l’apprentissage des moyens de contestations auprès des travailleurs français, d’où la multiplication des cessations de travail et des grèves pour obtenir des égalités de salaire.

Ce bouillonnement social allait de pair avec une effervescence politique dans la capitale française. La tenue de la Conférence de la Paix à Paris en Janvier 1919 apparaissait pour les peuples colonisés comme une tribune pour exprimer leurs velléités indépendantistes. Les Vietnamiens étaient un des groupes les plus actifs : plusieurs figures politiques, favorables à l’autonomie de la colonie indochinoise (Phan Châu Trinh, Phan Văn Trường, ou encore Nguyễn Ái Quốc, le futur Hô Chi Minh), militaient pour manifester leurs revendications aux dirigeants des grandes puissances. Ce fut pourquoi ils publièrent dans l’Humanité le 18 juin 1919 un tract exprimant les réclamations du peuple annamite7. 6000 exemplaires de cette déclaration furent diffusés dans la capitale. Le ton relativement modéré du tract n’empêcha pas les conférenciers d’ignorer superbement ces revendications. Des troubles se déroulèrent de façon concomitante en Indochine.

annamites_tirailleurs_en_marche
Tirailleurs annamites en marche © DR

En juillet 1919, les autorités françaises établirent les chiffres des pertes humaines des 90 000 expatriés vietnamiens : 1797 travailleurs et 1548 tirailleurs avaient perdu la vie durant leur séjour en France. Le rapatriement des mobilisés se fit difficilement ; d’abord, dépassés par les évènements, les autorités coloniales mirent en place des comités chargés de l’accueil des contingents en juin 1918. Ils étaient chargés de réintroduire progressivement les Indochinois partis en France dans leurs villages et dans le marché du travail de la colonie. Cette impréparation fit que les incidents se multiplièrent à l’arrivée des mobilisés. Certaines maladresses d’Albert Sarraut – le nouveau gouverneur général de l’Indochine, homme d’expérience et de compromis – comme la suppression des primes de démobilisation, « par mesure d’économie », en mai 1920, poussèrent les travailleurs à protester et à s’en prendre aux gradés français. Les contreparties timides, concédées par le gouvernement général, comme la mise en place d’un suffrage censitaire pour les communes du Tonkin, ne pouvaient éteindre l’incendie. Les individus restés en France ne bénéficièrent pas de la moindre mansuétude la part du gouvernement de la République. L’octroi de la nationalité française à ces expatriés demeurait extrêmement limité.

Ces éléments poussèrent les autorités françaises à prendre des mesures radicales. La première décision fut celle d’étendre les pouvoirs du Contrôle des coloniaux dans la péninsule indochinoise. Désormais permanente, cette institution allait disposer de registres et des fichiers assez exhaustifs sur les anciens expatriés. La censure allait pouvoir s’exercer avec vigueur sur les populations de la colonie. Les tirailleurs et travailleurs vietnamiens étaient immédiatement suspects aux yeux des fonctionnaires du gouvernement général mais aussi auprès des notables locaux. Désillusionnés, parfois mal intégrés, Mireille Le Van Ho rapporte des échanges terribles avec les potentats indochinois : certains tirailleurs avaient rétorqué aux notables en 1918 « Allez au front chercher la Croix de guerre, vous pourrez ensuite me donner des ordres ». Les lính thợ, les soldats-ouvriers (une assimilation problématique) était mal vu par les populations. Influencés par les habitudes et les valeurs françaises, leur intégration dans une société éloignée des préoccupations de la guerre fut difficile et ils devinrent assez rapidement les bouc-émissaires des notables. Néanmoins, aguerris par leur expérience en France, les anciens expatriés importèrent certains moyens de protestations et apparaissaient de plus en plus à l’avant-garde des mouvements de résistance contre le gouvernement colonial. Cela accrédite la thèse de Mireille Le Van Ho selon laquelle l’épreuve de la Première Guerre mondiale fut initiatrice d’un éveil politique de la population indochinoise.

expo_indochinois_GrandeGuerre

* * *

L’historiographie du premier conflit mondial attendait la rédaction d’un tel livre, qui étudierait la place et le rôle des Indochinois dans ce contexte. Cet ouvrage, exhaustif et dense, répond parfaitement à cette attente. La qualité et la diversité des sources archivistiques (Archives Nationales d’Outre-Mer, Service Historique de la Défense, archives départementales…) utilisées pour la rédaction, renforcent encore la démonstration de Mireille Le Van Ho. De plus, la qualité d’écriture, la clarté du plan et la pertinence des annexes de l’ouvrage rendent accessible cette thèse remarquable. Peut-être pourrait-on regretter un certain manque de développement sur les relations entre les Vietnamiens et les autres groupes sociaux (comme les prisonniers de guerre par exemple). De la même manière, l’approfondissement sur les leaders indépendantistes ne semblait pas forcément nécessaire dans la thèse de Mireille Le Van Ho. Quelques centres archivistiques auraient également pu apporter des éléments complémentaires à l’ouvrage comme le centre des Archives diplomatiques de la Courneuve, celui des missions étrangères à Paris ou encore les archives de certains arsenaux. Ces éléments n’enlèvent rien à la grande qualité d’ensemble de l’ouvrage, dont on ne peut que saluer la solidité et la pertinence.

Bastien Golovkine, promotion ASIOC 2015-2016.

Bibliographie et sitographie :

  • Kim Loan Vu-Hill, Coolies into Rebels. Impact of World War I on French Indochina, Paris, Les Indes savantes, 2011.
  • Youtube, entretien avec Mireille Le Van Ho, chaîne des Éditions Vendémiaire, mise en ligne le 24 septembre 2014.

Pour en savoir plus :

Mireille Le Van Ho, 14-18 : 50 000 Vietnamiens dans l’industrie de guerre française, sur le site du Réseau Asie Pacifique / GIS Asie.

Image « à la une » : Arsenal de Tarbes : fabrication des munitions (avril 1916) © coll. BDIC

_______________

Bastien Golovkine est un étudiant du master Asie Orientale Contemporaine de l’ENS de Lyon. Après avoir soutenu un mémoire sur le mouvement du 1er mars 1919 en Corée en 2014-2015, ses recherches actuelles portent sur l’action des missionnaires français en Corée durant la colonisation japonaise.

Notes

  1. L’auteure le précise également dans la vidéo de présentation de son ouvrage à l’adresse suivante sur la chaine Youtube des Éditions Vendémiaire : https://www.youtube.com/watch?v=V6x3Dx_M6f8 []
  2. Cf. p. 41 []
  3. Cartes aux p. 277 et 278 de l’ouvrage []
  4. Cf. p. 99 []
  5. Cf. p. 158 []
  6. Kim Loan Vu-Hill, Coolies into Rebels. Impact of World War I on French Indochina, Paris, Les Indes savantes, 2011 []
  7. Le livre contient un exemplaire de ce tract à la p. 161 []

Vietnamiens dans la Grande Guerre – entretien avec Mireille Le Van Ho

LeVanHo_DesVietnamiensDansLaGrandeGuerre[ndlr] A voir sur la chaîne YouTube (Vendémiaire éditions). Vidéo mise en ligne le 24 septembre 2014.

 

50 000 recrues dans les usines françaises

Entretien avec Mireille Le Van Ho

En 1915, alors que la France s’enlise dans la guerre, augmentant sans relâche sa production d’armement, les ouvriers manquent et le recours à l’Empire semble s’imposer : de 1916 à 1919, 50 000 Vietnamiens seront recrutés, parmi les paysans les plus pauvres du delta du Fleuve rouge. Pour ces hommes déracinés, la découverte de l’Occident sera brutale : cadences infernales, manipulation d’explosifs, travail à la chaîne, acculturation forcée… Précipité dans la guerre industrielle, ce prolétariat en formation accélérée croisera néanmoins des ouvriers organisés, découvrira la démocratie, la ville moderne et – expérience décisive – fréquentera les femmes françaises, toutes choses inimaginables dans la colonie.

Dès lors, les retours en Indochine ne se feront pas sans heurts : en échange des sacrifices consentis, beaucoup aspireront à une légitime reconnaissance et réclameront, dans le sillage du futur Ho Chi Minh, une participation effective à la vie politique de leur pays. Au plus près des sources, l’auteur explore et retrace le parcours méconnu de ces hommes qui nourriront la contestation anticolonialiste.

Mireille Le Van Ho : Des Vietnamiens dans la Grande Guerre [parution]

[ndlr] Avis de parution le 4 septembre 2014. Présentation de l’éditeur.

LeVanHo_DesVietnamiensDansLaGrandeGuerreEn 1915, alors que la France s’enlise dans la guerre, augmentant sans relâche sa production d’armement, les ouvriers manquent et le recours à l’Empire semble s’imposer : de 1916 à 1919, 50.000 Vietnamiens seront recrutés, parmi les paysans les plus pauvres du delta du Fleuve rouge. Pour ces hommes déracinés, la découverte de l’Occident sera brutale : cadences infernales, manipulation d’explosifs, travail à la chaîne, acculturation forcée… Précipité dans la guerre industrielle, ce prolétariat en formation accélérée croisera néanmoins des ouvriers organisés, découvrira la démocratie, la ville moderne et – expérience décisive – fréquentera les femmes françaises, toutes choses inimaginables dans la colonie.

Dès lors, les retours en Indochine ne se feront pas sans heurts : en échange des sacrifices consentis, beaucoup aspireront à une légitime reconnaissance et réclameront, dans le sillage du futur Ho Chi Minh, une participation effective à la vie politique de leur pays. Au plus près des sources, l’auteur explore et retrace le parcours méconnu de ces hommes qui nourriront la contestation anticolonialiste.

Nous travaillons dans l’obscurité, méconnus comme des parias, mais taillables et corvéables à merci. Puisque c’est notre couleur qui nous a faits tels que nous sommes en ce moment, nous la conserverons jalousement, tout en continuant à mettre notre conscience au service du devoir.

Conservateur des bibliothèques, Mireille Le Van Ho a publié sur l’histoire de l’Indochine et des migrations coloniales. Ce livre est issu de sa thèse soutenue à l’École des Chartes.

Réf. Mireille Le Van Ho, Des Vietnamiens dans la Grande Guerre. 50 000 recrues dans les usines françaises, Paris, Editions Vendémiaire, 2014.

Source : Editions Vendémiaire

Kim Loan Vu-Hill, Coolies into Rebels. Impact of World War I on French Indochina – CR de lecture par Pierre Brocheux

Vu-Hill_CooliesIntoRebelsKim Loan Vu-Hill, Coolies into Rebels.  Impact of World War I on French Indochina, Paris, Les Indes savantes, 2011, 190 p., index, bibliographie, documents annexes.

Cette thèse revient sur la première guerre mondiale lorsque la France mobilisa les ressources matérielles et humaines de son empire colonial pour combattre l’Allemagne. Le gouvernement français fit venir en métropole des dizaines de milliers de travailleurs et de soldats recrutés dans les populations de ses colonies. L’arrivée des tirailleurs sénégalais, malgaches et nord africains est relativement bien connue, celle des travailleurs et tirailleurs indochinois (en grande majorité des Vietnamiens) l’est beaucoup moins. Certes, Mireille Lê Văn Hô avait soutenu en 1978 une thèse de l’École des Chartes restée inédite mais consultable à la BDIC (à Nanterre). Son auteure s’intéressait aux Indochinois comme « agents de la modernisation ». Kim Loan Vu-Hill se place dans une perspective différente et recherche ce qui a pu conduire ces hommes à devenir des rebelles à la domination coloniale, d’où le choix du titre : coolies into rebels.

D’abord ils furent moins nombreux (92 102 contre 211 359 Sénégalais et Malgaches et 267 000 Nord-Africains) et les tirailleurs ne bénéficièrent pas de la réputation guerrière des soldats africains. L’appellation lính th (traduite de façon littérale et donc erronée par soldats-ouvriers et non par soldats et ouvriers) entretint une confusion entre les travailleurs et les soldats : les premiers, la majorité, étant affectés aux arrières (usines, voies de communication et transports) à des tâches non combattantes, ainsi tous les Indochinois passèrent–ils pour incapables de supporter le feu en première ligne. Le livre présente suffisamment de documents qui font justice de cette opinion injustifiée. Rappelons qu’en 1922, le général Weygand écrivit un article où il faisait l’éloge des tirailleurs indochinois. Pour cette raison, on peut reprocher également (à l’auteur ou à l’éditeur ?) le titre de l’ouvrage : coolies (mot chinois qui désigne les hommes de peine) englobe les soldats mais aussi des travailleurs civils qui n’étaient pas des coolies (9 019 infirmiers, 5 339 employés de bureau, et des ouvriers spécialisés).

Du point de vue historiographique, l’ouvrage est novateur pour deux raisons. D’abord, l’auteure refuse la vulgate anti-colonialiste selon laquelle ces hommes furent enrôlés de force et transférés manu militari dans un milieu hostile où ils servirent de chair à canon pour la cause de ceux qui les opprimaient dans leur pays. Elle exploite tous les fonds d’archives disponibles sur ce sujet, en particulier le très riche SLOTFOM / Service de liaison des originaires des territoires français d’Outre-mer. Selon  l’auteure, la majorité des Indochinois qui partirent pour la France où les premiers contingents arrivèrent en 1915, était volontaire pour des raisons diverses : servir la « Mère Patrie » ou mourir pour elle ne fut certainement pas la principale. Ruraux pour la plupart, ils espéraient sortir de la pauvreté voire de la misère ; les jeunes étaient tentés par l’aventure dans un ailleurs mythique. Aucune motivation n’est à écarter mais il ressort des rapports de l’encadrement et des lettres interceptées par le Contrôle postal que ces hommes  attendaient que leurs sacrifices fussent récompensés autant par des gestes symboliques que matériels : octroi de la nationalité française, égalité de traitement, accès à des fonctions réservées et des grades élevés, promotions professionnelles grâce à la formation qu’ils avaient acquises pendant leur séjour en métropole, tout ce qui ferait qu’ils ne seraient plus traités comme des sujets de condition inférieure.

La thèse développée par l’auteure rend tout à fait plausible l’état d’esprit ou les sentiments attribué à ces hommes : elle est l’histoire d’une immense déception causée par le traitement qu’ils reçurent ou dont ils s’estimèrent victimes après la guerre et une fois qu’ils furent rapatriés dans leur pays. Ils ne furent pas victimes d’un marché de dupes parce qu’ il n’y eut pas de tromperie intentionnelle de la part des Français sur le sort qui leur échoirait lorsqu’ils retourneraient chez eux, il n’en resta pas moins qu’ils se sentirent frustrés.

Deux séries de facteurs déçurent leurs espoirs d’une vie meilleure. Le fait fondamental fut le maintien et le renforcement de la domination coloniale. Rien ne fut changé dans les rapports entre colonisateurs et colonisés, bien au contraire ; les retours de France qui avaient été traités en égaux dans les usines ou les tranchées et qui avait connu, pour un certain nombre d’entre eux, des moments heureux avec des femmes furent de nouveau assujettis à la hiérarchie raciale de la colonie. Or, le séjour en France fut également l’occasion de faire connaissance avec les théories socialistes, avec l’action syndicale des travailleurs : ils furent témoins des mutineries en 1917 et des grèves ouvrières (1915, 1917, 1918).

En outre, ils subirent  les effets de la conjoncture économique et financière qui suivit la fin de la guerre et qui  aggrava leur situation : la dépréciation du franc se répercuta sur les soldes, les  pécules, les pensions, la chute de valeur des rentes des souscriptions aux bons de la défense nationale. Parallèlement, les emplois pour lesquels ces travailleurs avaient reçu une formation en France ne furent pas créés localement en dépit d’importants investissements dans les travaux publics et dans l’économie des grandes plantations. Des frustrations au ressentiment, le cheminement fut plus ou moins rapide, ponctué par la grande crise économique des années 1930, accompagné par l’émergence d’une intelligentsia modernisatrice et porte-parole de revendications sociales et politiques, la diffusion des idéologies radicales comme le communisme, l’accentuation du mouvement anticolonialiste en métropole.

L’ouvrage de Kim Loan Vu-Hill démontre que la « Grande guerre » fut un tournant dans l’histoire du Viet Nam contemporain, elle fut quatre années initiatrices d’évolution sociétale, de maturation de la conscience collective et qui déterminèrent les transformations politiques ultérieures. De ce point de vue aussi la thèse est neuve parce que l’auteur se détache de l’historiographie nationale (nationaliste et communiste) qui fait partir le mouvement de résistance moderne des années 1930 (mutinerie de Yên Bay et soulèvement des campagnes du Nord Annam et de la Cochinchine).

S’il faut féliciter les Indes savantes pour l’édition de cette « histoire partagée », il est souhaitable que ce livre sérieusement documenté, très intéressant et qui comble une grosse lacune historiographique, soit traduit pour être accessible au public francophone. Reproduire la thèse rédigée en anglais est une solution de facilité que l’on ne peut que regretter.

Pierre Brocheux

Présentation de l’ouvrage sur le site des Indes savantes.