Archives par mot-clé : géopolitique

Jean-Christophe Victor, « un intellectuel intègre qui n’a jamais transigé » [décès]

[ndlr] Nouvelle du décès soudain à l’âge de 69 ans de Jean-Christophe Victor, fils de l’explorateur Paul-Émile Victor et de la journaliste Éliane Victor. Connu notamment pour être le fondateur de l’émission « Le dessous des cartes » diffusée sur Arte et du Lépac (Laboratoire d’études politiques et d’analyses cartographiques) dont il assurait la direction scientifique.

Interrogé par L’Express, Pascal Boniface, le directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques, a rendu hommage à Jean-Christophe Victor, le créateur de l’émission Le dessous des cartes, décédé mercredi 28 décembre.

Expert géographe, spécialiste en géopolitique, en relations internationales et anthropologue, Jean-Christophe Victor est décédé mercredi à l’âge de 69 ans. Il était surtout connu pour avoir créé et présenté Le dessous des cartes, émission hebdomadaire d’Arte qui s’appuyait sur les cartes, l’histoire et la géographie pour « faire comprendre » la géopolitique et les événements actuels.

Lire la suite : L’express, 29/12/2016 (article de Victor Garcia).

Pour en savoir plus :

Image « à la une » : Lépac (CV de Jean-Christophe Victor).

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2016 : Séance 7

Année universitaire 2016-2017 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Imaginaires nationaux :

de l’empire colonial aux états-nations d’aujourd’hui

cpa_annam_surlecanaldephucam
Annam, Hue – Sur le canal de Phu Cam

 

★ ★ ★

L’espace social et transnational indochinois d’hier et d’aujourd’hui

Séance 7 : mardi 22 novembre 2016 (F004)

Cette dernière séance replacera l’espace indochinois dans son contexte eurasiatique et transnational. En se libérant d’une grille d’analyse « occidentalo-centrique », une nouvelle lecture des guerres qui ont traversées l’Indochine est possible. On peut ainsi mieux comprendre comment les interactions entre les « trois empires », américain, soviétique (puis russe) et chinois ont pesé et continuent de peser sur cet espace, à la fois péninsulaire et maritime. Le positionnement géographique et politique du Viêt-Nam apparaît central comme le démontrent les tensions en Mer de Chine méridionale et ses répercutions sur le monde transnational vietnamien et chez les voisins cambodgiens ou laotiens. Quelle sera la place des sociétés, du centre et de la marge, dans cet espace traversé par des stratégies concurrentielles ?

Source mobilisée :

  • Goscha, Christopher, « La géopolitique vietnamienne vue de l’Eurasie : quelles leçons de la troisième guerre d’Indochine pour aujourd’hui ? », Hérodote, n° 157, La Découverte, 2e trimestre 2015, pp. 23-38.

★ ★ ★

Exposés oraux

Espace social indochinois, marges, genre et sociétés civiles :


  • scott_zomiaScott, James C., Zomia ou l’art de ne pas être gouverné, Paris, Seuil, 2013. (titre original : The Art of Not Being Governed. An Anarchist History of Upland Southeast Asia)

Exposé de Thomas Licciardi

Présentation de l’éditeur : Seuil


  • ha_frenchwomenandtheempireHa, Marie-Paule, French women and the empire : the case of Indochina, Oxford University Press, 2014.

Exposé de Juliette Rolland

Présentation de l’éditeur : Oxford UP


  • formosoed_societescivilesdaseFormoso, Bernard (dir.), Sociétés civiles d’Asie du Sud-Est continentale : entre pilotage d’État et initiatives citoyennes, ENS éditions, 2016.

Exposé d’Émilie Guet

Présentation de l’éditeur : ENS éditions


Image « à la une  » : © Google Map


Call For Papers – Vietnam Forum 2016 [ISEAS]

[ndlr] Appel à communications sur le thème « Viêt-Nam, 30 ans de Renouveau et au-delà », organisé par l’ISEAS à Singapour les 24 et 25 mars 2016. Date limite de l’envoi du résumé de communication (250 mots) le 17 juillet 2016.

CALL FOR PAPERS

Vietnam Forum 2016

“Vietnam: Thirty years of Doi Moi and beyond”

24-25 March 2016

Institute of Southeast Asian Studies (ISEAS)

30 Heng Mui Keng Terrace, Singapore 119614

———————-

The Communist Party of Vietnam (CPV) adopted the Doi Moi (Renovation) policy at its sixth National Congress in 1986, opening up a new chapter in the country’s modern history. Under Doi Moi, Vietnam has undergone significant socio-economic reforms that transformed the country from a backward centrally-planned, autarkic economy into a dynamic market-based and highly internationally integrated one, and one of the most successful stories in terms of poverty reduction in Asia’s contemporary history. The country’s political system has also adopted various reforms to facilitate economic development and good governance. At the same time, Vietnam’s foreign policy has also been renovated under Doi Moi as Hanoi abandoned the ideology-based foreign policy making to pursue the “diversification and multilateralisation” of its international relations. As such, Vietnam has transformed itself into a well respected international partner with increasing influence over regional affairs.

Next year will witness another milestone in the country’s development as the CPV will convene its 12th National Congress to review the past 30 years of Doi Moi and to introduce new policies to guide the country’s future development. In particular, there have been calls for a second Doi Moi (Doi Moi 2.0) to lift Vietnam out of prolonged economic difficulties since 2008 and to establish a new growth model for the country. Therefore, economic reforms, if any, introduced by the Party at the Congress will have important implications for Vietnam’s future economic performance. Moreover, official documents adopted by the Congress may also shed light on how the CPV will deal with mounting pressures for further political reforms as well as foreign policy challenges brought about by China’s increasing assertiveness in the South China Sea.

Theme and topics

Against this backdrop, ISEAS will organize the Vietnam Forum 2016 on “Vietnam: Thirty years of Doi Moi and beyond”. The Forum will provide a timely opportunity for Vietnam watchers to review and examine the various socio-economic, political and foreign policy transformations that Doi Moi has produced over the past 30 years as well as their national and regional implications. Held at a critical juncture of the country’s development, the Forum will also be an appropriate platform for scholars and policy makers to share their views on Vietnam’s contemporary challenges and its future trajectories.

The Forum is multidisciplinary, and we welcome papers on a broad range of topics as long as they address the general theme of the Forum. Papers with comparative approaches (especially between Vietnam and China) are also welcome. Possible topics include but are not limited to:

  • Vietnam’s current economic restructuring; SOE reforms; the role of private and foreign-invested sectors; the role of foreign aid and foreign actors in Vietnam’s economic development; Vietnam’s outward FDI; the role of overseas Vietnamese in Vietnam’s economic development; the development of Vietnam’s financial sector…
  • Vietnam’s political reforms under Doi Moi; the CPV’s legitimacy and political challenges; politics within the CPV; administrative and judicial reforms; corruption and the fight against corruption; constitutional reform…
  • Vietnam’s social and cultural changes under Doi Moi; immigration and demographic changes; urbanization process; inequality; middle class; Vietnam’s education reform…
  • Vietnam’s foreign policy evolution under Doi Moi; Vietnam’s contemporary foreign policy challenges; Vietnam’s relations with major countries and ASEAN; Vietnam and the South China Sea disputes; Vietnam’s international economic integration…

Forum’s format

The Forum will be divided into four consecutive panels, focusing on four research areas: economics; politics; social and cultural issues; and foreign policy. Each panel will address the overall theme of the Forum with a focus on their specific area.

Each panel will be composed of 4-5 participants, each participant has 20 minutes to present their paper and 10 minutes for Q&A. Depending on the quality of the papers submitted, however, the number of participants in each panel may be increased or decreased so that the best participants/papers will be selected.

It is expected that an edited book based on a number of selected papers will be published within 12-18 months after the Forum concludes.

Submission of abstracts and full papers

Interested scholars should submit author information, paper title and an abstract (maximum 250 words) via the Forum’s website before 17 July 2015. Selected authors will be notified via email on 24 July 2015.

The deadline for full papers to be submitted is 29 January 2016. Please note that authors who do not submit completed papers by due date may be asked to give up their place in the Forum.

The papers must be original research that have not been published or are not being considered for publication anywhere else.

The papers should be between 6000-8000 words, using endnotes and following the rules set out in Chapter 15 of the Chicago Manual Style, 12th edition, 1969.

Conference grants

ISEAS will cover economy class round-trip airfare and accommodation (2 to 3 nights) for selected participants, plus per diems during the Forum.

Key dates

  • Abstract submission: 17 July 2015
  • Selected participants announced: 24 July 2015
  • Full paper submission: 29 January 2016
  • Forum organized: 24-25 March 2016

Further information and contact details

Further information about the Forum is available at the Forum’s website: Vietnamforum.info. All queries should be directed to:

Dr. Le Hong Hiep

Visiting Fellow, Institute of Southeast Asian Studies

30 Heng Mui Keng Terrace, Singapore 119614

Email: le_hong_hiep@iseas.edu.sg

Tel: +65 6870 4545

Source : ISEAS – Vietnam Forum Info

Image « à la une » : ISEAS Vietnam Forum Info website.

Les enjeux géopolitiques du Viêt Nam – Hérodote n° 157 / 2015

[ndlr] Parution d’un nouveau numéro de la revue Hérodote exclusivement consacré au Viêt-Nam. Présentation de l’éditeur et table des matières.

Le Viêt Nam a, en France, une image singulière : l’aura de son armée victorieuse des États-Unis et de la Chine et, d’autre part, sa forte croissance économique depuis la mise en place d’une politique économique libérale le Doi Moi, qui suscite respect et curiosité.

Pour analyser la place et le rôle de ce pays dans la situation géopolitique actuelle de l’Asie du Sud-Est, Benoît de Tréglodé, spécialiste du Viêt Nam, a contribué à réunir, pour ce numéro, des spécialistes abordant les thèmes qui sont moins connus mais pourtant très éclairants pour comprendre la singularité géopolitique du pays. Ainsi, y sont analysées les conséquences géopolitiques du conflit qui a opposé en 1977 le Cambodge et le Viêt Nam, fracturant le Bloc communiste dix ans avant la chute du mur de Berlin ; les relations complexes et ambiguës du Viêt Nam avec son voisin chinois ; les conséquences sociales et environnementales de la forte croissance économique depuis le Doi Moi, générant tensions sociales mais aussi des mutations rapides de l’organisation de l’espace. Enfin, la situation actuelle des religions montre non seulement le caractère multiple du fait religieux, avec ses diverses voies et religions, mais aussi une conscience citoyenne de ces forces religieuses.

Hérodote157_EnjeuxGéopolitiquesViêtNam

Éditorial, Béatrice Giblin

Viêt Nam, le Parti, l’armée et le peuple : maintenir l’emprise politique à l’heure de l’ouverture, Benoît de Tréglodé

La géopolitique vietnamienne vue de l’Eurasie : Quelles leçons de la troisième guerre d’Indochine pour aujourd’hui ? Christopher Goscha

La maritimisation de l’économie vietnamienne : un facteur exacerbant les conflits entre le Viêt Nam et la Chine en mer de Chine méridionale ? Nathalie Fau

Le Viêt Nam et l’Asean : Dépasser la stratégie de l’utilitaire, Sophie Boisseau du Rocher

Le Viêt Nam et le grand tournant post-1989 : témoignage, Entretien avec Claude Blanchemaison, Jean-Luc Racine

Le Viêt Nam sera-t-il le meilleur allié des États-Unis en Asie ? Pierre Grosser

Les relations ambivalentes entre l’État-Parti vietnamien et les Vietnamiens de l’étranger, Pierre Journoud

Géopolitique des religions au Viêt Nam. Les voies multipolaires d’une société civile confessionnelle, Jérémy Jammes et Paul Sorrentino

La cybersécurité au Viêt Nam : formulation et mise en œuvre d’une nouvelle stratégie, Céline Tran Dai

Géopolitique des ressources naturelles et énergétiques au Viêt Nam : un ancrage économiquement viable ? Éric Mottet et Frédéric Lasserre

Viêt Nam : les « nouveaux territoires » d’une modernisation inégalitaire, Christophe Gironde et Olivier Tessier

Gestion foncière métropolitaine et confrontations entre société villageoise et État/province (delta du fleuve Rouge), Sylvie Fanchette

Parution le 18/06/2015.

Image « à la une » : South China Sea – reference map – CIA

Laurent Gédéon : Mer de Chine méridionale – les racines géopolitiques de la crise

Atelier de réflexion : les enjeux de la crise sino-vietnamienne.

Samedi 24 mai 2014. ENS de Lyon

★ ★ ★

Mer de Chine méridionale : les racines géopolitiques de la crise

Par Laurent Gédéon

Institut d’Asie Orientale

UMR 5062 – CNRS – Ecole normale supérieure de Lyon

Le contexte

Le 2 mai 2014, la République populaire de Chine (RPC) a implanté une plateforme de forage en mer de Chine méridionale, dans un secteur revendiqué par le Vietnam. Cette implantation a été à l’origine d’une crise aigüe entre Hanoi et Pékin, marquée par des incidents maritimes entre navires des deux pays et des manifestations antichinoises au Vietnam, certaines accompagnées de graves violences à l’encontre d’usines et d’ouvriers chinois.

Cette rivalité prend sa source en mer de Chine méridionale (figure 1), un espace maritime qui présente trois caractéristiques géopolitiques majeures. La première est liée à sa centralité géographique qui en fait un point de jonction entre Asie du Sud-Est insulaire et Asie du Sud-Est « continentale ». La seconde se rapporte au fait que, dans une région où la plupart des conflits frontaliers terrestres ont été résolus (avec toutefois quelques exceptions telles celle du temple de Preah Vihear qui oppose le Cambodge à la Thaïlande ou encore celle de la province de Sabah, sujette à une rivalité entre la Malaisie et les Philippines), cet espace reste un lieu de rivalités et d’affrontement. Enfin, la mer de Chine méridionale est traversée par une des voies maritimes (Sea lane of communication) les plus importantes de la planète, véritable cordon ombilical entre l’Asie du Nord-Est et le Moyen-Orient ainsi que l’Europe.

schina_sea_88Figure 1 : la mer de Chine méridionale et les archipels contestés

Source : The University of Texas Librairies

La plateforme chinoise, appelée « Haiyang Shiyou-981 », a été implantée à 15 degrés, 29 minutes 58 secondes de latitude Nord et 111 degrés 12 minutes 06 secondes de longitude Est, soit légèrement au sud de l’île de Tri Tôn (située à 15 degrés, 47minutes et 0 secondes Nord et 111 degrés, 12 minutes et 0 secondes Est). Cet îlot fait partie de l’archipel des Paracels (Xisha – 西沙 pour les Chinois et Hoàng Sa pour les Vietnamiens), archipel qui comprend des récifs ainsi qu’une quinzaine d’îles, l’ensemble couvrant une superficie de près de 15 000 km². Il se situe à équidistance (environ 450 km) du Vietnam et de la Chine.

Cet archipel fait l’objet de revendications de la part de trois acteurs distincts : la République populaire de Chine, Taiwan et le Vietnam. Les revendications de ces pays sont similaires, chacun revendiquant la totalité du territoire. La souveraineté effective y est assurée par la RPC depuis le 20 janvier 1974, date de l’expulsion des soldats sud-vietnamiens qui y étaient présents par les troupes chinoises.

Toutefois et bien que centrale dans la crise actuelle, la question des Paracels ne saurait être séparée de celle de l’archipel des Spratleys et, partant, de la question de la mer de Chine méridionale dans son ensemble.

L’archipel des Spratleys ou Spratly (Nansha – 南沙 en chinois, ou encore Trường Sa en vietnamien) comprend une centaine d’îles réparties sur près de 160 000 km². Il se situe à environ 550 km du Vietnam et à près de 1 500 km des côtes chinoises.

La situation y est encore plus complexe et tendue que dans les Paracels puisque pas moins de six pays le revendiquent, en totalité pour ce qui est de la RPC, du Vietnam et de Taiwan et en partie en ce qui concerne les Philippines, la Malaisie et Brunei. Les revendications chinoises et vietnamiennes concurrencent, de ce fait, les ambitions croisées de trois autres pays de l’ASEAN (figure 2).

Afin de donner du poids à leurs revendications respectives et d’éviter un scénario « à la Paracels », les acteurs du conflit ont pratiqué la politique du fait accompli en occupant militairement la quasi-totalité des îlots. C’est ainsi que le Vietnam est présent sur 27 d’entre eux, les Philippines sur 9, la République populaire de Chine en occupe également 9, la Malaisie 3, quant à Taiwan, il n’en occupe qu’un, celui d’Itu Aba qui est aussi le plus étendu.

AFP_Mer-chine-meridionale

Figure 2 : Contentieux en mer de Chine méridionale

Source : Agence France Presse

Les enjeux

Les enjeux portant sur ces territoires insulaires sont divers mais ont peut globalement les réduire en trois catégories : enjeux politiques, enjeux économiques et enjeux géostratégiques.

Sur le plan politique, la question des archipels représente un indéniable enjeu interne pour les parties en présence, en particulier le Vietnam et la Chine car il permet de canaliser les dynamiques nationalistes dans un sens maîtrisé par les autorités. Les derniers événements survenus au Vietnam témoignent cependant du fait que des débordements sont toujours possibles avec des effets potentiellement beaucoup plus dévastateurs que prévu.

Les enjeux économiques, certainement les plus médiatisés, portent principalement sur les ressources halieutiques et les réserves en hydrocarbure de la région. Ils sont étroitement liés à la question de la définition de la zone économique exclusive (ZEE) des pays riverains dont le principe a été défini par la convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 (UNCLOS). Cette convention, également connue sous le nom de convention de Montego Bay, a été ratifiée par le Vietnam le 25 juillet 1994 et par la Chine le 7 juin 1996.

La ZEE, telle que définie par la convention, est large de 200 milles marins ; elle prolonge la mer territoriale (12 milles) ainsi que la zone contiguë (24 milles) (figure 3). On note que si les États ont juridiction sur cet espace, ils ne peuvent en principe, y entraver le passage des navires étrangers. Si la ZEE de chaque pays semble ainsi, de prime abord, clairement définie, la question du prolongement possible du plateau continental (jusqu’à 350 milles) apparaît comme un facteur de complexité voire de conflictualité supplémentaire. Ce dernier point est particulièrement vrai en ce qui concerne la partie ouest de la mer de Chine méridionale. Bien évidemment, ces différentes délimitations s’appliquent (avec certaines réserves) aux îles et îlots ce qui leur accorde une importance considérable et explique largement les rivalités intenses dont ils font l’objet.

Continental_shelf_definitionFigure 3 : les délimitations maritimes selon la convention de Montego Bay

Source : 2B1st Consulting

Il est cependant à noter que, pour la Chine, la question de la zone économique exclusive et celle du plateau continental ne se posent pas vraiment car elle revendique la totalité de la Mer de Chine Méridionale. L’espace maritime revendiqué par la RPC se superpose de ce fait aux ZEE des autres pays riverains et même, dans certains cas, à leurs mers territoriales. Il est délimité par la « ligne en neuf traits » (Nine Dash Line), également appelée « ligne en U » ou encore « langue de bœuf » (voir figure 1).

Outre les enjeux politiques et économiques, on peut identifier des enjeux stratégiques. Ces archipels exercent en effet plusieurs fonctions géostratégiques notamment celles de relais insulaire et de points de projection maritime. A ceci s’ajoute le fait que la mer de Chine méridionale représente le débouché est du détroit de Malacca, détroit dont l’importance géopolitique n’est plus à souligner et par lequel passe l’importante voie maritime internationale évoquée plus haut.

Les discours

L’analyse des discours émis par les acteurs montre qu’ils portent globalement sur trois registres :

Le registre de la légitimité historique. En effet, comme souvent dans les conflits d’antériorité, les acteurs cherchent à légitimer leur présence ou leurs revendications en s’appuyant sur des éléments historiques plus ou moins récents. Ces éléments sont fréquemment à l’origine des représentations les plus passionnées au sein des opinions publiques.

La légitimité juridique est également souvent invoquée en s’appuyant sur le droit international. La convention de Montego Bay apparaît à cet égard comme une référence incontournable notamment pour ce qui a trait à la définition de la ZEE de chaque État. Il faut cependant souligner que la Chine a établi son propre cadre juridique : c’est ainsi que les deux archipels des Paracels (Xisha) et des Spratly (Nansha) ont été intégrés administrativement à la province de Hainan le 13 avril 1988. L’Assemblée nationale de la RPC a ensuite voté une loi le 25 février 1992 plaçant les quatre cinquièmes de la mer de Chine méridionale sous la souveraineté de Pékin. Le texte réaffirme en outre l’appartenance au territoire chinois des cinq archipels des mers de Chine méridionale et orientale : Zhongsha (Macclesfield), Xisha, Nansha, Dongsha (Pratas) et Diaoyutai (Senkaku).

Cette position juridique chinoise est loin d’être simplement anecdotique. Même si cette décision est contestée par les acteurs régionaux, on ne peut que constater que la Chine monte régulièrement en puissance et devient, de ce fait, un acteur toujours plus agissant dans les relations internationales. Or ce sont ces acteurs qui pèsent sur l’évolution du droit international et c’est pourquoi la RPC peut tabler, à terme, sur une évolution du cadre juridique allant dans le sens de ses intérêts. Dans cette hypothèse, elle transformerait ainsi une situation de facto en situation de jure. C’est dans cette logique qu’il faut situer l’implantation des plateformes pétrolières chinoises, notamment celle de Haiyang Shiyou-981.

Bien évidemment, pour contrer une telle évolution, le Vietnam n’a de cesse, de manière inverse, de revendiquer ses droits sur la zone, y compris les Paracels dont il a été évincé depuis près de 40 ans.

Un dernier registre porte sur la légitimité géographique. Celle-ci est en effet parfois invoquée par les adversaires de la Chine pour lui dénier tout droit sur les Spratleys en raison de son éloignement considérable de l’archipel.

A ce stade et pour comprendre en profondeur les raisons de la conflictualité en mer de Chine méridionale, il est nécessaire de les rattacher à la question plus large de la stratégie maritime globale de la RPC.

La stratégie maritime chinoise

La montée en puissance économique de la Chine est inséparable de la dimension maritime. Le discours de Pékin est, à cet égard, dénué d’ambiguïté et lie étroitement sécurité nationale (notamment énergétique) et développement économique en particulier pour ce qui a trait à la sécurité énergétique. Or, il est clair que celle-ci nécessite la sécurisation des voies d’accès en particulier celle qui passe par la mer de Chine méridionale (figure 4). A ce facteur s’ajoute le fait que l’essentiel des importations et des exportations, vitales pour l’économie chinoise, s’effectue par voie maritime. La maîtrise des espaces marins, à tout le moins ceux par lesquels passent des routes maritimes stratégiques, apparaît donc fondamentale aux yeux de Pékin car elle garantit le maintien du développement économique du pays.

oil_trade_flows_map

Figure 4 : les flux d’hydrocarbures en mer de Chine méridionale

Source : US Energy Information Administration

Plus largement, il semble de plus en plus clair que la Chine ambitionne de développer progressivement son influence maritime. En témoigne la part du budget militaire allouée au développement de la marine chinoise, qui s’accroît d’année en année. Cette dynamique s’inscrit dans une volonté politique sur le long terme qui a été explicitée par Hu Jintao dans le rapport d’activité qu’il a présenté le 8 novembre 2012 à l’occasion du 18ème Congrès du PCC. Or, on mesure que la montée en puissance de ce nouvel acteur maritime ne peut que le faire entrer en concurrence, à terme, avec les autres puissances maritimes existantes à commencer par les États-Unis.

Compte tenu de ce qui précède, on comprend que, contrairement aux autres acteurs concernés par la dispute des Spartleys et des Paracels, la République populaire de Chine intègre cette question dans la rivalité beaucoup plus large qui l’oppose aux Etats-Unis. On peut donc poser comme hypothèse que la récente montée de la conflictualité autour de la plateforme pétrolière Haiyang Shiyou-981 viserait, au-delà du seul Vietnam, à adresser un message aux Américains et à renforcer la position de Pékin dans le bras-de-fer qui l’oppose à Washington au sujet des espaces maritimes limitrophes de la RPC (figure 5).

1042-MerChineMeridionale-655Figure 5 : les zones maritimes revendiquées par la PRC

Source : Courrier International

——————

Pour citer cet article :

Gédéon, Laurent (29 mai 2014), « Mer de Chine méridionale : les racines géopolitiques de la crise », Mémoires d’Indochine [carnet de recherche] : https://indomemoires.hypotheses.org/15040 (Page consultée le …).

IRASEC : L’Asie du Sud-Est 2013 Bilan, enjeux et perspectives – sous la dir. de Jérémy Jammes

ASE_2013Jérémy Jammes (sous la dir.), L’Asie du Sud-Est 2013 Bilan, enjeux et perspectives, Paris/Bangkok, Les Indes savantes/ IRASEC, 2013, 430 p.

ISBN (France): 978-2-84654-340-8 / ISBN (Thaïlande): 978-616-7571-10-0

Chaque année l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine (Irasec), basé à Bangkok, analyse les principaux événements politiques, économiques, sociaux, environnementaux ou religieux survenus dans l’ensemble du sous-continent asiatique. Établissant une rétrospective des faits majeurs de l’année 2012, ce livre aide à mieux comprendre les grands enjeux et les perspectives de l’année 2013 dans une région de près de 600 millions d’habitants qui, plus que jamais, joue un rôle d’interface entre les grands pôles asiatiques et l’Occident. Grâce au travail de terrain tout au long de l’année d’une vingtaine de chercheurs et d’experts, Asie du Sud-Est 2013 offre un décryptage d’une actualité asiatique complexe, dense et dynamique.

Outre une analyse claire et détaillée, Asie du Sud-Est 2013 propose de nombreux outils pratiques sur l’Asie du Sud-est : une chronologie des événements de l’année, les adresses des différents centres de recherche francophones et internationaux , une liste des formations et des centres de documentation relatifs à l’Asie du Sud-Est, une liste des principaux ouvrages publiés au cours de l’année, ainsi qu’un référencement des sites Internet institutionnels et communautaires sur la région.

Sommaire

  • Jérémy Jammes, Avant propos, pp. 15-20

Première partie : Les dossiers de l’année

  • Jean-Raphaël Chaponnière, La résilience économique de l’Asean, pp. 23-45
  • Pierre-Olivier Peytral et Jean-Christophe Simon, Défis énergétiques et climatiques en Asie du Sud-Est, pp. 47-68
  • Pierre Journoud et Hugues Tertrais, Militaires et politique en Asie du Sud-Est : des évolutions décisives ?, pp. 69-84

Deuxième partie : Débat

  • Quelle(s) société(s) civile(s) en Asie du Sud-Est ? Réflexions partagées sur la base d’un texte de Bernard Formoso, associant Romain Bertrand, Jérémy Jammes et François Robinne, pp. 87-106

Troisième partie : La région

  • Romain Caillaud et Renaud Egreteau, Birmanie. Changement d’époque, pp. 109-1209
  • Marie-Sybille de Vienne, Brunei. Plus l’on brille, mieux l’on prie ?, pp. 131-149
  • Grégory Mikaelian, Cambodge. Ad majorem pecuniae gloriam [Pour la plus grande gloire de l’argent], pp. 151-176
  • Anne-Fleur Delaistre, Indonésie. Entre renouvellement politique et enquête sur le passé, pp. 177-198
  • Vatthana Pholsena et Martin Rathie, Laos. Risques et gains d’une plus grande intégration régionale, pp. 199-217
  • Nathalie Fau, Malaisie. L’année des « promesses tenues » ?, pp. 219-242
  • François-Xavier Bonnet, Philippines. Une année de croissance… et d’espoirs, pp. 243-263
  • Éric Frécon, Singapour. La cité cinq étoiles ? Egalité – Démocratie – Justice – Progrès – Paix, pp. 265-283
  • Arnaud Dubus et Bruno Jetin, Thaïlande. L’abcès gonfle, pp. 285-312
  • Christine Cabasset, Timor-Leste. Dix ans d’indépendance, une année électorale sans faute et un retour sur l’échiquier géostratégique mondial, pp. 313-332
  • Laurent Gédéon et François Guillemot, Viêt Nam. « Xin lỗi » ou les dilemmes de l’Etat-Parti, pp. 333-360

Quatrième partie : Les Annexes

  • Chronologie de l’année 2012 (préparée par Fanny Louvel et Adrien Rebours), pp. 363-384
  • Centres, fondations et associations de recherche francophones sur l’Asie du Sud-Est, pp. 385-392
  • Formations relatives à l’Asie du Sud-Est 2012-2013, pp. 393-397
  • Principales parutions 2012 – Français et anglais, hors publications Irasec, pp. 398-405
  • Revues et presse francophones, pp. 406-408
  • Bibliothèques et centres de ressources, pp. 409-411
  • Sites institutionnels et communautaires sur l’Asie du Sud-Est, pp. 412-425