Archives par mot-clé : génocide

Sévane Garibian (dir.) : La mort du bourreau. Réflexions interdisciplinaires sur le cadavre des criminels de masse [parution]

[ndlr] Présentation de l’éditeur. Ouvrage disponible en français et en espagnol.

lamortdubourreauLa dernière décennie a vu la mort de Slobodan Milosevic, Augusto Pinochet, Saddam Hussein, Oussama Ben Laden ou Mouammar Kadhafi. Car les génocidaires, criminels de guerre, dictateurs, tyrans ou agents du terrorisme international des XXe et XXIe siècles, meurent aussi. Dans tous les cas, les questions que posent ces disparitions singulières sont identiques, bien que se situant dans des contextes différents : quand et comment ces criminels sont-ils morts ? Que faire de leur dépouille ? Comment appréhender leur héritage, la mémoire de leur personne et de leurs crimes ?

Malgré leur caractère crucial et leur actualité, ces questions n’ont pour l’heure suscité que peu de travaux dans le domaine des sciences juridiques et sociales. Si l’on observe un important regain d’intérêt pour la parole du bourreau en tant que source d’information, rares sont les études qui s’attachent au sort de celui-ci, une fois décédé. Cet ouvrage vise précisément à combler ce manque.

La réflexion interdisciplinaire engagée ici met en dialogue les apports du droit, de l’histoire, de l’anthropologie, de la sociologie, de la littérature et de la psychologie autour de trois thématiques principales : les modalités de la (mise à) mort du bourreau, le traitement post-mortem de son corps, et la question de la patrimonialisation face aux exigences de justice et de réparation. Ce volume entend ainsi montrer les enjeux entourant la fin des criminels de masse – une mort jamais anodine, même lorsqu’elle est naturelle.

Ouvrage dirigé par : Sévane Garibian

Contributions de : Rosa Ana Alija Fernández, Ana Arzoumanian, Antoine Garapon, Sévane Garibian, Anne Yvonne Guillou, Florence Hartmann, Frédéric Mégret, Muriel Montagut, Didier Musiedlak, Nicolas Patin, Karine Ramondy, Élodie Tranchez

Sommaire

Remerciements

Présentation des auteurs

Préface
Antoine Garapon

  • Introduction
    La mort du bourreau, ou le temps incalculable de son éternité

    Sévane Garibian
  • Prologue
    Tyrannicide et droit international : une coexistence possible ?

    Élodie Tranchez

Mort naturelle, mort suspecte

  • « Ubus africains » : de l’hubris à la « belle mort », l’exception-nalité africaine ?
    Karine Ramondy
  • Le chemin inextricable entre le lit de mort et la lutte contre l’impunité : les cas de Franco et de Pinochet
    Rosa Ana Alija Fernández
  • La revanche posthume de Slobodan Milosevic
    Florence Hartmann
  • Le « maître de la terre ». Les cultes rendus au cénotaphe de Pol Pot
    Anne Yvonne Guillou

Mise à mort judiciaire

  • Expier le meurtre de millions d’hommes ? L’exécution des hauts dignitaires nazis après la Seconde Guerre mondiale
    Nicolas Patin
  • Saddam Hussein. De la politique de la cruauté à une dramaturgie de l’enterrement
    Ana Arzoumanian

Exécution extrajudiciaire

  • Ordonné par le cadavre de ma mère. Talaat Pachat, ou l’assas­sinat vengeur d’un condamné à mort
    Sévane Garibian
  • Les métamorphoses du corps de Mussolini
    Didier Musiedlak
  • Ben Laden, chronique juridique d’une mort annoncée
    Frédéric Mégret
  • La mort de Mouammar Kadhafi : contexte, traitement médiatique et signification
    Muriel Montagut

Source : éditions Petra

Version en espagnol : La muerte del verdugo. Reflexiones interdisciplinarias sobre el cadáver de los criminales de masa (Ed. Miño y Dávila, Buenos Aires). Lien : Miño y Dávila

Breanna Atwood : Khmer Rouge, evolution of the academic debate [2010]

[ndlr] Document en ligne pour accompagner la séance 3.

 

Khmer Rouge: Evolution of the Academic Debate

atwood_kr_evolutionoftheacademicdebateCliquer sur l’image pour accéder au texte en ligne (PDF)

Abstract: On April 7, 1975, Khmer Rouge revolutionary forces invaded and took control of the capital city of Phnom Penh, Cambodia. The Khmer Rouge regime remained in power for the next four years, causing destruction, violence, torture, and death to devastate the citizens of Cambodia. Since the revolution, the intentions, motives, and appropriate process of justice regarding the actions of the Khmer Rouge have been the subject of contentious debate among academic scholars. This paper will evaluate the evolution of this debate over the last thirty years, considering how and why the views of various scholars have changed or remained the same and how these views have often conflicted with one another. I will argue that from 1975 to 2009, academic scholars have selected various types of evidence to reach different conclusions about the events of the Khmer Rouge, primarily as a result of their own perceptions ofthe political situation of Indochina during this time, as well as their willingness to admit that the Khmer Rouge revolution was not improving the situation of Cambodia.

  • Lire également l’article d’Hélène Lavoix sur ce sujet sur le site de Sciences Po consacré aux Violences de masses.

Séminaire « Mémoires d’Indochine » 2015 : séance 6

Année universitaire 2015-2016 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

MémoiresIndochine_2015_vintage

Séance 6 : mardi 10 novembre 2015

Réfléchir sur le génocide cambodgien

Le régime du Kampuchéa Démocratique dirigé par Pol Pot et les Khmers Rouges, au cours de sa révolution radicale, a provoqué la mort d’environ 1,7 millions de Cambodgiens entre 1975 et 1979. Ce génocide plonge ses racines dans la guerre civile vietnamienne qui fit plus de 500.000 victimes. A travers le récit de Chhit Do, ancien Khmer rouge réfugié en 1979, nous tenterons de comprendre les conséquences des bombardements américains sur la paysannerie khmère et l’endoctrinement khmer rouge. Avec Rithy Panh, cinéaste reconnu sur le plan international, nous questionnerons le travail de mémoire et sa vision du génocide. Nous plongerons dans le processus de la mise à mort khmère rouge à partir d’un dialogue entre le peintre Vann Nath (1946-2011), survivant du génocide, et les gardiens de la prison S21.

Sources orales à discuter :

Interview with Chhit Do, 1982

ChhitDo[date : 1982, durée : 29:38, traduction en anglais en regard]

Rithy Panh : « Le bourreau du génocide cambodgien ne regrette rien »

RithyPanh_TV5Monde[Rithy Panh parle de son film « Duch, le maître des forges de l’enfer » sur TV5 Monde, 8:22]

Dialogue avec le peintre Vann Nath. Extrait de La machine de mort Khmer Rouge 3/7 (Khmer – sub Fr)

VannNath_S21[Vann Nath, 14:12]

* * *

Exposés oraux

  • Szymusiak_LesPierresCrierontSzymusiak, Molyda, Les pierres crieront. Une enfance cambodgienne, 1975-1980, Paris : La Découverte, 1988.

CR de lecture de Marie Bruchet

Présentation de l’éditeur : La Découverte

  • LeVanHo_DesVietnamiensDansLaGrandeGuerreLe Van Ho, Mireille, Des Vietnamiens dans la Grande Guerre. 50 000 recrues dans les usines françaises, Paris : Vendémiaire, 2014.

CR de lecture de Bastien Golovkine

Présentation de l’éditeur : Vendémiaire

  • Goscha_IndochineOuVietnamGoscha, Christopher E., Indochine ou Vietnam, Paris, Vendémiaire, 2015.

CR de lecture de Xiao Han

Présentation de l’éditeur : Vendémiaire

 

Pour en savoir plus :

  • Brague, Rémi, Le propre de l’homme : sur une légitimité menacée, Paris, Flammarion, Champs Essais, 2015, 258 p.
  • Chandler, David, Brother Number One – A Political Biography of Pol Pot, Chiang Mai : Silkworm Books, 2000, 254 p.
  • Chandler, David, S21 ou le crime impuni des Khmers rouges, Paris, Autrement, coll. Frontières, 2002, 202 p.
  • DC-CAM, Victims and Perpetrators, Testimony of Young Khmer Rouge Comrades, National Library of Cambodia cataloguing in Publication Data, 2001.
  • De Nike, Howard J. & al. (eds), Genocide in Cambodia. Documents from the trial of Pol Pot and Ieng Sary, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2000, 559 p.
  • Kiernan, Ben, Le génocide au Cambodge 1975-1979. Race, idéologie et pouvoir, Paris, Gallimard, 1998, 730 p.
  • Locard, Henri, Pourquoi les Khmers rouges, Paris, Vendémiaire, Révolutions, 2013, 350 p.
  • Rithy Panh (avec Christophe Bataille), L’élimination, Paris, Grasset, 2012, 332 p.
  • Vann Nath, Dans l’enfer de Tuol Sleng. L’inquisition khmère rouge en mots et en tableaux, Paris, Calmann-Lévy, 2008, 189 p.

Sitographie :

Collection particulière : Le Cambodge, c’est comme une balle de fusil dans mon corps

[ndlr] Signalement de la rediffusion du documentaire remarquable « Le Cambodge, c’est comme une balle de fusil dans mon corps ».

PhotosOfVictimsInTuolSlengPrison
Photos de victimes dans la prison de Tuol Sleng © Dudva/Wikicommons

 

Un documentaire de Régis Guyotat et Loan Lam

Réalisation : Bernard Treton

Mixage : Christian Fontaine

1ere diffusion le 05.11.2002 dans l’émission Le monde en soi

« On y entend des témoignages très forts de jeunes franco-cambodgiens, nés après le génocide, traumatisés par le silence de leurs parents. On y entend aussi Rithy Panh, qui était pratiquement inconnu à l’époque, mais qu’avec Loan Lam nous avions rencontré au Cambodge dès 1996.

Au dialogue chaotique, voire impossible, entre parents, survivants, et enfants, nés en France après le génocide, et finalement contraints de s’informer par eux-mêmes, s’ajoutait pour ces enfants que nous avions interviewés, la « honte » d’être cambodgien, d’être issu d’un peuple qui se serait livré à un « auto-génocide », ce qui était évidemment insupportable à entendre pour eux, comme pour leurs parents. Une jeune franco-khmère que nous avions interrogée, disait : « Je sais que ma mère a voulu par son silence me préserver de sa souffrance, mais elle me l’a transmise »…

En quelque sorte ces enfants interrogés souffraient de la souffrance de leurs parents. »

Régis Guyotat

Source : France Culture, 16/04/2015

Omer Bartov et Eric D. Weitz : Shatterzone of Empires [séminaire ENS de Lyon]

[ndlr] Annonce de séminaire.

Séminaire

« L’ordinaire de la guerre. Guerres et violences extrêmes sous le regard des sciences sociales”

ENS de Lyon

Bartov&Weitz_ShatterzoneOfEmpire

André Loez et Sylvain Bertschy

présentation de l’ouvrage dirigé par Omer Bartov et Eric D. Weitz

Shatterzone of Empires

Coexistence and Violence in the German, Habsburg, Russian, and Ottoman Borderlands

(Presses de l’université d’Indiana, 2013)

Mardi 13 mai 2014

de 14h à 17h, en salle F001.

 

Shatterzone of Empires is a comprehensive analysis of interethnic relations, coexistence, and violence in Europe’s eastern borderlands over the past two centuries. In this vast territory, extending from the Baltic to the Black Sea, four major empires with ethnically and religiously diverse populations encountered each other along often changing and contested borders. Examining this geographically widespread, multicultural region at several levels—local, national, transnational, and empire—and through multiple approaches—social, cultural, political, and economic—this volume offers informed and dispassionate analyses of how the many populations of these borderlands managed to coexist in a previous era and how and why the areas eventually descended into violence. An understanding of this specific region will help readers grasp the preconditions of interethnic coexistence and the causes of ethnic violence and war in many of the world’s other borderlands both past and present.

Omer Bartov is the John P. Birkelund Distinguished Professor of European History at Brown University. His books include Erased: Vanishing Traces of Jewish Galicia in Present-Day Ukraine and Mirrors of Destruction: War, Genocide, and Modern Identity.

Eric D. Weitz is Dean of Humanities and the Arts and Professor of History at City College, City University of New York. His books include A Century of Genocide: Utopias of Race and Nation and Weimar Germany: Promise and Tragedy.

 

Pour en savoir plus sur cet ouvrage :

Génocides tropicaux. Catastrophes naturelles et famines coloniales. Aux origines du sous-développement [2003]

Davis_GénocidesTropicaux[ndlr] Une approche « longue durée » sur l’histoire de la colonisation et du climat et les conséquences sur le développement des pays colonisés. Paru il y a plus de dix ans (2001 en anglais dans sa version originale et 2003 pour la version française) cet ouvrage à thèse a fait débat pour son parti pris anti-libéral. Son auteur, Mike Davis, « chercheur inclassable de la gauche américaine » selon Libération, défend une histoire critique de la mondialisation. Titre original : Late Victorian Holocausts: El Niño Famines and the Making of the Third World. Réédité en 2006, présentation de l’éditeur ci-après.

À la fin du XIXe siècle, plus de cinquante millions de personnes moururent dans d’épouvantables famines qui survinrent quasi simultanément en Inde, au Brésil, en Chine et en Afrique. Déclenchées par le phénomène climatique aujourd’hui connu sous le nom d’El Niño, la sécheresse et les inondations provoquèrent des épidémies terribles, l’exode des populations rurales et des révoltes brutalement réprimées. C’est cette tragédie humaine absolument méconnue que Mike Davis relate dans cet ouvrage. Il montre en particulier comment la « négligence active » des administrations coloniales et leur foi aveugle dans le libre-échange aggrava de façon meurtrière ces situations catastrophiques. Ce livre offre une description saisissante des méfaits du colonialisme et de son régime politique et économique. Il présente ainsi un autre regard sur la naissance du tiers monde, en construisant une double histoire économique et climatique du développement qui conduit à penser l’interconnexion des deux grandeurs, naturelles et humaines, dans le cadre de ce qui était déjà, au XIXe siècle, un « système-monde ». À bien des égards, Génocides tropicaux ajoute un chapitre important au grand « livre noir du capitalisme libéral ».

Table des matières :

RemerciementsIntroduction – Vacances au pays des famines – L’histoire secrète du XIXe siècle – Les « forçats de la faim » – Définitionspréalables – El Niño – Sécheresse – Famine (causalité) – Famine (mortalité due à la) – Holocauste (image de l’) – I. La grande sécheresse, 1876-1878 – 1. Les fantômes de Victoria – Le Néron des Indes – Le « salaire de Temple » – La « grève des secours » – Lytton descend de l’Olympe – « Meurtres de masses » – Famine et nationalisme – 2. Quand les pauvres dévorent leur propre toit – La Chine – Le Brésil – 3. Messies et canonnières – Sécheresse et projets impériaux en Afrique – Les tombes à ciel ouvert d’Afrique du Nord – Le nombre des victimes dans le monde II. El Niño et le nouvel impérialisme, 1888-1902 – 4. Le gouvernement de l’enfer – Après la charrue, la sécheresse – Éthiopie : « jours cruels » – Le jihad vaincu par la famine – Apocalypse fin de siècle ? – 5. Le carnaval des squelettes – « Les charniers du gouvernement » (1896-1897) – Malheur aux petits enfants – Le ciel bleu de la famine (1899-1902) – « Un vice-roi authentiquement impérialiste » – Le « chant de la famine » – L’enfer du Gujarat – 6. Révolutions millénaristes – Chine : quand les chrétiens « mettent le ciel en bouteille » – Brésil : la guerre de la Fin du monde – Asie : la famine comme stratégie coloniale – Afrique : les Européens vus comme des sauterelles – Des séquelles durant tout le XXe siècleIII. À la recherche d’ENSO – 7. Le mystère des moussons – Une science impériale – Socialisme et taches solaires – Géopolitique et oscillation australe – Bjerknes et le paradigme ENSO – Un régime multidécennal ? – 8. Climats de famine – Téléconnexion et causalité – Les climatologies régionales du phénomène ENSOUne chronologie du phénomène El NiñoIV. Écologie politique des famines – 9. Les origines du tiers monde – « Mauvais climat » ou « mauvais système » ? – Les « lois de cuir » contre les « lois de fer » – Perspectives sur la vulnérabilité – La défaite de l’Asie – L’économie de la fin de l’ère victorienne – Étalon or et militarismeL’hypothèse malthusienne – Le déficit d’irrigation – 10. Inde : la modernisation de la pauvreté – La misère nue des producteurs de coton – Affamés par le boom céréalier – L’État colonial – Enclosures victoriennes – Le déclin de l’irrigation indigène – 11. Chine : la révocation des mandats – De l’autarcie au marché – L’épuisement des réserves des greniers – Corruption et décentralisation – La rançon de l’âge d’or – La déforestation de la Chine du Nord – La crise de la Commission du fleuve Jaune – L’abandon de l’aménagement hydraulique – 12. Brésil : race et capital dans le Nordeste – Colonialisme informel et pouvoir d’État – Eugénisme et involution économique – Le déclin écologique – Le boom du coton – La farce de l’irrigation – Notes.

L’auteur :

Mike Davis, né en 1946 à Fontana (Californie), ancien camionneur et ouvrier d’entrepôt frigorifique, enseigne aujourd’hui la sociologie urbaine. Chercheur indépendant doté d’une grande curiosité interdisciplinaire, il a publié un livre sur l’histoire de la classe ouvrière américaine, intitulé Prisoners of the American Dream. City of Quartz (La Découverte, 1998 ; nouvelle édition La Découverte/poche, 2000), Génocides tropicaux (La Découverte, 2003 ; nouvelle édition 2006) et Au-delà de Blade Runner (Allia, 2006). Il a reçu le « Best Book Award de la American Social Science » et le prix 1998 « Lire la Ville ».

Source : La Découverte

Pour en savoir plus :

  • CR de lecture de Cyrille Ferraton, « Mike Davis, Génocides tropicaux. Catastrophes naturelles et famines coloniales (1870-1900). Aux origines du sous-développement, Paris, La Découverte, 2003, 479 p., trad. Late Victorian Holocausts, El Niño Famines and the Making of the Third World, 2001. », Astérion [En ligne], 2 | 2004, mis en ligne le 05 avril 2005. URL : http://asterion.revues.org/97
  • CR de lecture de Alicia Sliwinski, Génocides Tropicaux. Catastrophes naturelles et famines coloniales. Aux origines du sous-développement by Mike Davis; Marc Saint-Upéry (trad.), Anthropologica, Vol. 45, No. 2 (2003), pp. 307-309.

Richard Rechtman : Les vivantes [parution]

Rechtman_LesVivantes[ndlr] Présentation de l’éditeur.

17 avril 1975, les troupes de Pol Pot pénètrent dans Phnom Penh, la capitale du Cambodge, après quatre années de guerre civile. En quelques heures, la ville est intégralement vidée de ses occupants. Les citadins, comme les habitants des campagnes jusqu’alors non acquises aux Khmers rouges, sont déportés dans les zones les plus hostiles du pays. Travaux forcés, exécutions sommaires, famines, meurtres de masse… Dans ce désastre qui s’annonce, où plus du tiers de la population du pays sera exterminée, et où vivre se résumera simplement à ne pas mourir, rares seront les voix qui parviendront à se faire entendre. Ce livre retrace le destin de l’une d’entre elles. Celle d’une femme prise dans la tourmente d’événements qui lui échappent et pourtant l’emprisonnent, et qui puisera dans les ressorts les plus profonds de son intimité les armes d’une lutte sans merci contre les blessures de sa chair. Avec le fol espoir de vivre, pour ne pas les laisser gagner. Vivre, pour ne pas voir son propre corps disparaître. Vivre encore, juste l’instant suivant…

Réf. Richard Rechtman, Les vivantes, Paris, Editions Léo Scheer, collection Littérature, 2013, 152 p.

Source : Editions Léo Scheer

L’auteur

Richard Rechtman est psychiatre, psychanalyste et anthropologue, directeur d’études à l’EHESS. Il a créé et dirige depuis 1990 le dispositif de consultations psychiatriques spécialisées pour réfugiés cambodgiens au sein du Centre Philippe Paumelle de Paris. Il est membre du Centre de Ressources Audiovisuelles du Cambodge, fondé par le cinéaste cambodgien Rithy Panh et de l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (Iris). Il a notamment publié L’empire du traumatisme en collaboration avec Didier Fassin (Flammarion, 2007).

Source : EHESS

Cambodge : perpétuité requise contre deux hauts dirigeants khmers rouges [Le Monde]

[ndlr] A lire dans la presse.

KhieuSamphan_5_December_2011

Les procureurs du tribunal international de Phnom Penh ont requis, lundi 21 octobre, la prison à perpétuité contre les deux plus hauts dirigeants du régime khmer rouge encore en vie. L’idéologue du régime Nuon Chea, 87 ans, et le chef de l’Etat du Kampuchéa démocratique Khieu Samphan, 82 ans, sont poursuivis pour leur responsabilité dans une machine totalitaire qui a fait, entre 1975 et 1979, quelque deux millions de morts, d’épuisement, de faim, sous la torture ou dans des exécutions sommaires.

Lors de trois journées de réquisitoire commencé la semaine dernière, les deux procureurs ont décrit implacablement le rôle selon eux « primordial » des deux accusés dans les atrocités du régime de Pol Pot, qui a « déshumanisé » des habitants devenus « esclaves« .

Lire la suite : Le Monde, 21/10/2013.


Vidéo : dernière étape du procès de deux… par lemondefr

[à lire] Democratic Kampuchea’s Genocide of the Cham – Julie Thi Underhill

Woman in Svay Khleang, during conversation about the village's history © Julie Thi Underhill
Woman in Svay Khleang, during conversation about the village’s history © Julie Thi Underhill

[ndlr] Publié sur la revue en ligne diaCRITICS il y a presque trois ans nous vous recommandons cet essai de Julie Thi Underhill sur le destin des populations cham pendant la période du Kampuchéa Démocratique des Khmers rouges. L’article est accompagné de 13 photos prises pour la plupart dans le village de O Russei (province de Kampong Chhnang) et à Svay Khleang dans le district de Krauch Chhmar (province de Kampong Cham) le long du Mékong. Nous remercions le professeur Nguyen The Anh de nous avoir signalé ce document.

The Cham are descendants of Champa, a longstanding kingdom that that once occupied most of today’s central Việt Nam—roughly from Quảng Bình to Đồng Nai provinces. Beginning in the late fifteenth century, the Cham fled Vietnamese incursions into northern Champa, finding refuge in southern Champa and in the successive Buddhist kingdoms that emerged after the fall of Angkor. Some Cham territory in Việt Nam remained intact, in gradually eroding parcels, until 1832. The Cham in Cambodia lived in relative peace until the 1970s, when they were targeted by the Khmer Rouge. For five hundred years now, in both Việt Nam and Cambodia, only some Cham have survived the most perilous conditions. However, international attention has never settled upon any Cham community until now, in the Extraordinary Chambers in the Courts of Cambodia, more casually known as the Khmer Rouge tribunal. In Phnom Penh, the tribunal currently considers whether the well- documented persecutions of the Cham in Cambodia do indeed provide sufficient evidence of the Khmer Rouge’s intent to destroy them, in whole or in part.

Lire la suite : diaCRITICS, 15/10/2010

  • Essay and photographs by Julie Thi Underhill, managing editor of diaCRITICS and artist, photographer, filmmaker, writer, and historian. She is currently a doctoral candidate at University of California Berkeley in the department of ethnic studies, where she specializes in Cham studies, diasporic studies, Asian American film/video, Asian American history, and transnational feminisms.

Pin Yathay : Tu vivras mon fils – CR de lecture par Eva Claude

PinYathay_TuVivrasMonFilsPin Yathay, ingénieur de formation, survivant du régime des Khmers rouges, actuellement résidant en France où il travaille pour l’Agence Française pour le Développement, a très tôt écrit sur l’enfer de ce régime. Il fit paraître un premier ouvrage fin 1979, seulement deux ans après sa fuite en Thaïlande intitulé L’utopie meurtrière. Préfacé par le journaliste français Jean Lacouture, il s’agissait d’un témoignage historique important, un des premiers à l’époque qui fourmille de détails sur l’organisation du régime.

Tu vivras, mon fils est une édition remaniée de son premier récit, divulguée sur un ton plus personnel, d’ordre biographique, qui fut publié en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis (Free Press) en 1987. Cet ouvrage s’inscrit dans le cadre du succès rencontré par le film La Déchirure, réalisé par Roland Joffé, sorti en 1984. Les parallèles que l’on peut tracer entre l’ouvrage et ce film sont nombreux toutefois ce dernier explore davantage la perspective étrangère avec le personnage du journaliste américain (Sam Waterson incarnant Sydney Schanberg), sa soif de raconter et sa culpabilité immense d’avoir dû partir sans son plus fidèle collaborateur cambodgien (Haing S. Ngor incarnant Dith Pran) abandonné aux mains des Khmers rouges.

C’est aussi le moment où une vaste documentation sur l’horreur du Kampuchéa Démocratique est éditée par le nouveau gouvernement cambodgien provietnamien. Tu vivras mon fils, publié pour la première fois en France en l’an 2000, est préfacé par David Chandler, spécialiste américain de l’histoire contemporaine du Cambodge. D’autres témoignages voient le jour à ce moment-là notamment D’abord ils ont tué mon père de Loung Ung (Plon, 2002) et When broken glass floats de Chanrithy Him (Norton, 2000). Toutefois, ces ouvrages diffèrent par le regard qu’ils portent sur les évènements qui se sont déroulés au Cambodge entre 1975 et 1979. Loung Ung n’a que cinq ans lorsque les Khmers rouges arrivent au pouvoir et Chanrithy Him dix. Pin Yathay avait lui la trentaine et c’est donc le regard d’un homme mature qui nous est offert. Son regard est plus subtil que beaucoup de récits d’autres membres de l’élite cambodgienne qui étaient trop jeune pendant les années soixante-dix. De ce point de vue-là, son récit est plus proche d’Une odyssée cambodgienne de Haing Ngor.

Le regard de Pin Yathay est moins manichéen, que celui de ces plus jeunes compatriotes, en particulier sur la frontière décrite comme fine entre les Nouveaux et les Anciens qui développent chacun des stratégies de survie mais aussi entre bourreaux et victimes : marché noir, accusations en public puis des portes de sortie quand les autres bourreaux sont hors de vue. Les bourreaux peuvent vite passer de l’autre côté. Cela fait notamment écho au  travail de Sorya Sim, elle aussi victime du régime. Elle s’est attachée dans son œuvre Victims and Perpetrators ?Testimony of Young Khmer Rouge Comrades à montrer que les bourreaux sont aussi des victimes, ayant subi le même genre de traumatismes et présentant le même genre de symptômes après 1979.

Le récit bien qu’autobiographique et par moult aspects tragique ne sombre à aucun moment dans le pathos. L’histoire n’est toutefois pas non plus livrée « à sec », brutalement, par à coup à la façon de Rithy Panh dans L’élimination. Pin Yathay couche sur le papier tout ce monde imaginaire, le monde de ses pensées qu’il ne pouvait dire sous risque de mourir. Confronté à l’arbitraire, à l’inique, à tout ce que l’humain peut subir d’indicible de la part d’une société désaxée, seule la malhonnêteté intelligente peut sauver. C’est d’ailleurs la même malhonnêteté qui préside à la volonté de se montrer idiot alors qu’on ne l’est pas. Mais c’est ce monde intérieur qui lui permettait, quand la fatigue physique n’était pas insoutenable, d’échapper, au moins mentalement, de ce monde concentrationnaire.

L’ouvrage se présente comme une mise en garde : « je veux que chacun constate comment des idéaux séduisants de justice et d’égalité engendrent, lorsqu’ils sont pervertis par des fanatiques, l’oppression la plus cruelle et la misère la plus générale » (p. 17). L’auteur n’a eu de cesse de rendre public son histoire au nom de la justice, pour ceux qui n’ont pas eu la chance de s’en sortir. Le public potentiel de cet ouvrage est très large, confirmant le but avoué de l’auteur de toucher le plus grand nombre.

KhmersRouges
Partisans Khmers rouges

Pin Yathay explique comment il a cru à ce régime. Le régime du maréchal Lon Nol, soutenu par les Américains, était un régime fortement corrompu. Ce régime dit Républicain face aux « Nationalistes » (les Khmers rouges ne se sont pas présentés comme communistes dès l’origine) a engendré des désenchantements et la naissance d’une opposition à Lon Nol ce « dirigeant infirme et déconsidéré » (p. 27). C’est dans ce cadre que l’auteur explique qu’il a eu participé à des réunions de Khmers rouges. « Je n’avais rien à craindre des Khmers Rouges » (p. 23). L’auteur était tout à la fois opposé au totalitarisme, au communisme et au régime de Lon Nol, il était en faveur d’un régime de réconciliation nationale, fusse celui des Khmers rouges. Il ne peut concevoir son déclassement, de par sa position sociale, il pense pouvoir être préservé, alors qu’il deviendra une cible privilégié. « Du fait de mon statut, je serai épargné car je serai utile à la reconstruction » (p. 64), « j’étais impatient de jouer un rôle dans le nouveau Cambodge » (p. 28). Pin Yathay décrit le monde privilégié dans lequel il a été bercé pendant que le coup militaire des Khmers rouges se préparait, il évoque l’insouciance et, avec le recul, l’inconscience qui régnait alors chez cette poignée de privilégiés. De là découle une certaine culpabilité, de ne rien avoir vu venir : il exprime la culpabilité de l’élite du pays qui n’a pas compris ce qui se préparait. Mais aussi la culpabilité de ne pas avoir pu protéger sa famille ayant fait fi des mises en garde de son père :

« Mon père, moins réservé, répétait ses mises en gardes pessimistes sur la nature communiste des Khmers rouges. C’était un homme grand et solide mentalement, (…) peu bavard et très respecté pour son bon sens. Mais ses prédictions sinistres m’énervaient. Je les avais assez entendues. A maintes reprises, je lui dis de ne pas s’inquiéter » (p. 31).

Une des premières dissonances se fit entendre lorsque les Khmers rouges pénétrèrent chez les religieux. Cela choqua fortement la population majoritairement croyante. Ces croyances étaient considérées comme réactionnaires. « Ce fut là le premier signe que des valeurs morales vieilles de plusieurs siècles allaient bientôt être renversées » (p. 41). « Ce qui me choqua, c’est qu’une fois de plus, le Patriarche était ignoré » (p. 43). De là partit la prise de conscience.

L’auteur remet également en cause le roi Sihanouk et le rôle qu’il a joué dans cette tragédie. Il l’accuse d’avoir compromis la neutralité du Cambodge. « Sihanouk désireux de rester en bons termes avec son puissant voisin, avait donné secrètement son accord pour que les Nord-Vietnamiens utilisent les régions reculées de l’Est du Cambodge pour transporter des hommes et des armes vers le Sud Vietnam » (p. 25). « La politique de Sihanouk, qui voulait plaire à  tout le monde, avait fini par abolir tout semblant de neutralité » (p. 25). Puis Sihanouk est renversé par Lon Nol. Il s’enfuit alors à Pékin et proclame son soutien à ses anciens ennemis les Khmers rouges, ils les qualifient de libérateurs et minimisent leur idéologie communiste.

Enfin, Pin Yathay, pointe l’abandon du Cambodge par les forces internationales et en particulier par les Français et les Américains. A ce titre il s’inscrit dans la même perspective que Roland Joffé dans La déchirure. Le journaliste américain laisse avec regret son homologue au Cambodge et parvient seulement à sauver la famille de celui-ci. Les Cambodgiens ne sont pas autorisés à se réfugier à l’ambassade des Etats-Unis ni à l’ambassade de France alors que beaucoup sont francophones, qu’une importante partie de l’élite a suivi un cursus universitaire en France, à l’instar de Pin Yathay lui-même qui a fait une partie de ses études au Canada francophone. Du côté américain, après le retrait, les forces américaines n’ont pas tenté d’intervenir.

Comme beaucoup d’autres, les témoignages laissent une place importante à l’évacuation, censée être temporaire, marqueur du premier choc, le récit de Pin Yathay n’échappe pas à cette règle. L’évacuation organisée par l’Angkar, l’organisation révolutionnaire,  apporte son cortège d’incompréhensions, de morts par épuisement et de suicides. Lors de ce processus les Nouveaux : les citadins qu’il a fallu conquérir et qu’il faut rééduquer vont rejoindre les Anciens : les habitants des zones déjà conquises et acquises aux Khmers Rouges dès le départ, les zones rurales. Cela n’est pas sans rappeler le processus de la Révolution Culturelle en Chine à l’exception notable qu’au Cambodge de cette époque les deux tiers de la population étaient urbaine, c’est donc une grande majorité qui a été déplacée pour aller conquérir des régions inhabitées et inhospitalières du pays.

Après deux ans et trois mois d’enfer dans son propre pays, Pin Yathay n’est jamais retourné au Cambodge. Un certain nombre de membres de sa famille y sont pourtant revenus pour contribuer à la reconstruction. Mais de nombreuses élites ont fui le pays. Cette culpabilité de ne pas participer à la reconstruction de son pays se double d’une réelle incapacité psychologique à y retourner. Pourtant la situation du Cambodge demeure celle d’un extrême dénuement, le pays a besoin de son élite. L’auteur vit toujours à l’étranger, a épousé une étrangère et a eu d’autres enfants. Pin Yathay a écrit Tu vivras mon fils en Nouvelle Calédonie. Il a ce sentiment de ne pas être cette personne qui a assisté au génocide de son propre peuple il y a trente ans. « C’est comme une réincarnation » (préface).

Eva Claude, promotion ASIOC 2012-2013.

* * *

PinYathay_TuVivrasMonFils2Bibliographie indicative :

  • AFFONCO Denise, Rescapée de l’enfer Khmers rouges, Paris, Presses de la Renaissance, coll. Témoignage, 2008.
  • CHANDLER David, Une histoire du Cambodge, Paris, Les Indes savantes, coll. Etudes sur l’Asie, 2011.
  • HIEGEL Jean-Pierre & Colette, Vivre et revivre au camp de Khao I Dang, Paris, Fayard, 2006.
  • KIERNAN Ben, Le génocide au Cambodge 1975-1979. Race, idéologie et pouvoir, Paris, Gallimard, 1998.
  • LOCARD Henri,  « Le petit livre rouge » de Pol Pot, ou « Les paroles de l’Angkar », Paris, L’Harmattan, 1996.
  • MARGOLIN  Jean-Louis, “Cambodia, the Country of Disconcerting Crimes,” in The Black Book of Communism: Crimes, Terror, Repression, Stéphane Courteois et al., eds, Cambridge, MA: Harvard University Press, 1999.
  • ONG THONG HOEUNG, J’ai cru aux Khmers rouges, Paris, Buchet-Chastel, 2003.
  • PIN YATHAY, L’utopie meurtrière, Paris, Robert Laffont, 1979.
  • SORYA Sim, Victims and Perpetrators? Testimony of Young Khmer Rouge Comrades, National Library of Cambodia cataloguing in Publication Data, 2001.
  • VANN Nath, A Cambodian prison portrait; one year in the Khmer Rouge’s S21, Bangkok, White Lotus, 1998.

Filmographie :

  • Khmers Rouges amers. Réalisation Bruno Carette et Sien Meta France – 2007 95’ – Couleur- VF- VA.
  • S21, la machine de mort khmère rouge. Documentaire de Rithy Panh, Cambodge, 2003.
  • La Déchirure (The Killing Fields). Film de Rolland Joffé, 2 h 18, 1984. Warner Bros. / Universal pictures.

Webographie:

  • Diffusion télévisée d’un entretien avec Pin Yathay mené par Vincent Hervouet dans le cadre de l’émission Le Forum de l’Histoire.

Eva Claude est étudiante à l’ENS de Lyon. Elle est actuellement en Master 2 « Asie Orientale Contemporaine ». Après une année de mobilité dans le cadre du cursus de SciencesPo Lyon à l’Université Waseda de Tokyo, elle continue de travailler sur le thème de la mémoire, ses recherches actuelles portent sur les enjeux de la transmission de la mémoire des Nikkei  aux Etats-Unis.