Archives par mot-clé : Fulro

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2016 : Séance 6

Année universitaire 2016-2017 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Imaginaires nationaux :

de l’empire colonial aux états-nations d’aujourd’hui

sapa_hmong_1996
Jeune Hmong de Sapa © 1996 FG

★ ★ ★

Marges, ethnies minoritaires et frontières

Séance 6 : mardi 15 novembre 2016 (F111)

Il a été beaucoup question dans ce séminaire de l’espace indochinois, de sa géographie (physique, humaine et culturelle), de ses marges, de sa composition ethnique ou de ses frontières. Cette séance poursuivra l’investigation en rappelant les principales révoltes montagnardes qui ont secoué l’espace transnational indochinois de la fin du XIXe siècle jusqu’à une période récente pour tenter de saisir les multiples revendications identitaires qui entendent s’inscrire dans la durée.

Source mobilisée :

★ ★ ★

Exposés oraux

Espace indochinois colonial et post-colonial, imaginaire national et enchevêtrement des guerres :


  • anderson_limaginairenational_pocheAnderson, Benedict, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte / Poche, 2006.

Exposé de Léa Debraux

Présentation de l’éditeur : La Découverte


  • LePasséDesKhmers_couv.Abdoul-Carime, Nasir / Mikaelian, Grégory et Thach, Joseph (eds.), Le passé des Khmers. Langue, textes, rites, Berne, Peter Lang, 2016.

Exposé d’Élisabeth Beauvallet

Présentation de l’éditeur : Peter Lang


  • cesari_lindochineenguerresCesari, Laurent, L’Indochine en guerres 1945-1993, Paris, Éditions Belin, Histoire Belin Sup, 1995.

Exposé de Rémy Lacaze

Présentation de l’éditeur : Belin

★ ★ ★

Quelques ouvrages clés :

  • Guérin, Mathieu, Hardy, Andrew, Nguyen Van Chinh et al., Des montagnards aux minorités ethniques. Quelle intégration pour les habitants des hautes terres du Viêt Nam et du Cambodge ? Paris / Bangkok, L’Harmattan / IRASEC, Analyses en regard, 2003. Cote IAO : 103AV.06/227
  • Hardy, Andrew [2003], Red Hills. Migrants and the state in the highlands of Vietnam, Copenhagen, Singapore, NIAS press / ISEAS, 2005. Cote IAO : 604AV.03/1161
  • Hickey, Gerald C., Free in the forest: ethnohistory of the Vietnamese central highlands, 1954-1976, New Haven, Yale University Press, 1982. Cote IAO : 600AV.03/534

Image « à la une » : Rizières en terrasse de Sapa © 1996 FG

Du FLM au FULRO, une lutte des minorités du sud indochinois – CR de lecture par P.-E. Bachelet

PoDharma_FLM&FulroLa question de la participation des minorités du centre et du Sud-Vietnam à la deuxième guerre d’Indochine a longtemps été entourée de zones d’ombre ; par ailleurs elle a été manipulée et en partie dissimulée par les autorités vietnamiennes et les Américains. Dans son ouvrage Du FLM au FULRO, Po Dharma tente d’éclaircir ce point encore méconnu de la guerre du Vietnam en mettant au jour pour la première fois les archives de ce mouvement.

Le titre ne doit pas nous tromper : le FULRO n’a jamais été une organisation uniforme et monolithique et c’est l’une des révélations majeures de ce livre. C’est ainsi que les documents américains et vietnamiens ont eu tendance à le présenter ; ils ont également omis, deuxième aspect fondamental, le rôle joué par le Cambodge à cette époque. C’est un cam du Cambodge, le colonel Lès Kosem, qui est, partiellement du moins, à l’origine de ce mouvement et il a été largement soutenu par Norodom Sihanouk et le gouvernement khmer. Le travail de Po Dharma permet également de mesurer la complexité des relations que ces Montagnards révoltés ont entretenues avec le gouvernement du Sud-Vietnam, ainsi que les tensions qui ont agité l’organisation et ont conduit à son effondrement.

Po Dharma dresse donc ici le portrait d’un mouvement de révolte à travers un axe exclusivement événementiel, ce qui n’a rien d’étonnant au vu des sources utilisées dans son étude : documents administratifs classiques traitant de problèmes de ravitaillement, de litiges entre militants, lettres échangées entre le FULRO et les autorités vietnamiennes ou américaines, documents militaires traitant des diverses opérations menées par l’organisation… On regrettera cependant que le découpage chronologique des différentes parties n’ait pas été davantage problématisé (chaque partie s’intitule « les événements de [telle année] »), même s’il prend en compte les principaux tournants de la période.

C’est la démarche qui sera adoptée dans ce travail : nous reprendrons le fil chronologique des événements en relevant et en caractérisant les différentes étapes de l’histoire du FULRO, les multiples « Fronts » qui l’ont composé et les acteurs qui ont animé sa vie politique. Nous ajouterons à cette reprise des événements une réflexion sur la place des Cam et du Campa dans cette organisation : elle nous permettra de comprendre la complexité et la diversité des composantes du FULRO, déchiré entre les aspirations des Montagnards, des Cam et des Khmers qui ne se recoupent pas toujours, ainsi que les raisons de son échec.

Montagnards_1962
Montagnards en armes © 1962 AP wire photo / collection FG

1955-1963 : l’émergence

L’histoire du FULRO se divise donc en plusieurs étapes qu’il est assez facile de repérer. Au cours d’une première période qui irait de 1955 à 1963, le premier mouvement de contestation de la politique vietnamienne à l’égard des minorités ethniques voit le jour. Il s’agit du FLM (Front de Libération des Montagnards) dont la principale figure est Y Thih Eban. Il s’agit d’un mouvement clandestin né en 1955 à Banmethuot (Buôn Ma Thuột, dans la province de Dắk Lắk au centre ouest du Vietnam), ville qui devient rapidement la capitale de la revendication montagnarde au Vietnam. Il est alors exclusivement composé d’ethnies montagnardes, à commencer par les Rhadé qui semblent être les plus nombreux : c’est d’ailleurs en rhadé qu’est publié le premier texte de l’association.

Ce mouvement apparaît en réaction à la politique menée par le président de la République du Sud-Vietnam Ngô Đình Diệm dans les hautes terres peuplées par les Montagnards. Après avoir pris le pouvoir, il décide de supprimer le statut d’autonomie auparavant octroyé à cette région par l’Empereur Bảo Đại et pousse de très nombreux migrants vietnamiens à s’installer dans la région des hauts plateaux. Ceux-ci s’approprient souvent les terres de façon brutale et faute de pouvoir se défendre les Montagnards sont contraints de travailler pour eux, dans des conditions qui avoisinent parfois la servitude. Le président Ngô Đình Diệm considère alors le FLM comme un groupuscule de rebelles dangereux et se refuse à tout compromis.

Après une tentative d’attentat ratée et un durcissement de la politique de Saigon, le FLM évolue en Bajaraka (ce nom reprend les initiales des principales ethnies qui composent le mouvement) et le Rhadé Y Bham Enuôl se distingue comme leader charismatique. L’organisation commence alors à prendre contact avec les Américains pour leur demander de faire pression sur le gouvernement de Saigon.

En 1960 de nouveaux groupes de pression voient le jour : le Nord-Vietnam créé le FNL (Front National de Libération) au Sud-Vietnam et au Cambodge, soutenus par le gouvernement, apparaissent le FLKK (Front de Libération du Kampuchea Krom) qui cherche à récupérer la zone du delta du Mékong autrefois khmère et à défendre les intérêts des Khmers vivant dans cette région, et le FLC (Front de Libération du Campa), dirigé par le colonel Lès Kosem, dont l’objectif ambitieux est de récupérer le territoire cam postérieur à la prise de Vijaya en 1471.

Cette période est donc caractérisée, d’une part par la constitution de groupes de pression qui s’opposent à la politique sud-vietnamienne, et d’autre part par l’intransigeance de Ngô Đình Diệm. A la suite d’un coup d’Etat orchestré par des généraux vietnamiens avec l’aide des Américains, celui-ci est renversé et tué en novembre 1963. Les mouvements nés au Cambodge se réunissent alors pour former le FULRO (Front Unifié de Lutte des Races Opprimées) : cette organisation a donc une origine cambodgienne et non vietnamienne ou montagnarde, ce qui n’avait pas été noté jusque lors.

1964-1969 : l’âge d’or

La deuxième période, qui va de 1964 à 1969, est sans conteste la plus dense : elle voit les liens entre le Bajaraka et le FULRO de Lès Kosem se resserrer. De plus, le dialogue commence à s’instaurer entre les autorités sud-vietnamiennes et les Montagnards, non sans heurts. Ce premier compromis correspond à un échange de prisonniers : Lès Kosem libère un général vietnamien ami des putschistes de 1963 et ceux-ci, menés par le général Nguyễn Khánh, acceptent de relâcher Y Bham Enuôl que Ngô Đình Diệm avait emprisonné. Lès Kosem entreprend alors de rallier Y Bham Enuôl à sa cause en voulant faire du leader rhadé le chef d’un FLC-Fulro-Bajaraka réunis.

Nguyễn Khánh, alors premier ministre, entame la discussion avec les Montagnards : les années qui suivent sont marquées par les progrès extrêmement timides du Sud-Vietnam qui accorde aux Montagnards certaines de leurs revendications, et par la réaction toujours identique des Montagnards qui demandent à ce que leurs exigences soient pleinement satisfaites. Le livre de Po Dharma accumule ainsi les listes de requêtes souhaitées, accordées ou refusées, adressées tantôt aux Américains, tantôt au Sud-Vietnam, les tractations étant les plus délicates quand il s’agit de la création d’un drapeau officiel pour le FULRO ou d’un corps d’armée composé de Montagnards.

C’est à cette époque, en 1964, que les dirigeants du Bajaraka acceptent de se fondre dans le FLC-Fulro, convaincus par Lès Kosem que le combat des Montagnards était le même que celui des Cam, vision qu’Y Bham Enuôl ne partage pas forcément. Ceci ne l’empêche pas de prendre la tête du mouvement et de s’établir au Cambodge.

Au vu des réticences du gouvernement de Saigon, le FULRO entreprend de plus en plus d’actions armées : prises de camps militaires et d’otages américains notamment, ce qui pousse les Etats-Unis à assumer un rôle d’intermédiaire et de négociateur dans le conflit qui s’enlise. Les Américains multiplient les tractations et réunions secrètes avec les dirigeants du FULRO, au détriment de leurs relations avec Saigon.

GalKhanh&Fulro1964
Conférence de presse du général Nguyen Khanh à Saigon en octobre 1964. Le général de brigade Nguyen Duc Thang présente un drapeau du Fulro saisi lors d’une opération contre le front montagnard.
© 1964 AP wire photo

Au fil du temps les autorités sud-vietnamiennes et le FULRO tendent à se rapprocher : le nouveau premier ministre Nguyễn Cao Kỳ appelle au calme et à la discussion alors que le général Vĩnh Lộc souhaite écraser la rébellion et a fait exécuter des membres du FULRO, ce qui atteste les divergences au sein même du gouvernement de Saigon. Les premiers ralliements de membres du FULRO au gouvernement de Saigon ont alors lieu.

Des dissensions commencent également à apparaître au sein du FULRO : Y Bham Enuôl accuse certains de ses collègues d’avoir mené une opération militaire désastreuse qui a conduit à l’exécution des quatre militants. Ceux-ci sont retrouvés morts quelques jours plus tard : cette crise préfigure les tensions qui mènent quelques années plus tard à l’éclatement du mouvement.

Po Dharma accorde également de l’importance aux institutions qui apparaissent alors pour calmer les tensions : le FULRO en réclame constamment et finalement, en 1967, le gouvernement sud-vietnamien créé un Conseil des minorités ethniques qui devient en 1968 le Ministère des minorités ethniques dirigé par un ex-membre du Bajaraka rallié à Saigon, Paul Nưr.

La progression du FNL communiste change profondément la donne : en prenant contrôle d’une grande partie de la région des hauts plateaux, il coupe le quartier général du FULRO au Cambodge du Vietnam. Il s’ensuit qu’Y Bham Enuôl tente de rallier le gouvernement de Saigon pour pouvoir regagner le Vietnam, ce qui aggrave les tensions avec Lès Kosem, et décide de créer le FLPMSI (Front de Libération du Pays Montagnard du Sud Indochinois) en tant que nouvelle composante du FULRO : la rupture n’est pas consommée mais le morcellement du mouvement se poursuit. Il faut attendre quelque mois et le ralliement officiel d’Y Bham Enuôl à Saigon : Lès Kosem organise alors l’arrestation d’Y Bham Enuôl et le place en résidence surveillée à Phnom-Penh.

Cette période correspond à l’âge d’or du FULRO et en même temps à son déclin rapide : les tensions, entre Cam et Montagnards, entre partisans du gouvernement de Saigon, de la lutte armée ou encore du soutien au FNL communiste, ont eu raison de l’unité du FULRO. Dès 1969, près de 3000 sympathisants d’Y Bham Enuôl quittent le FULRO et rallient le gouvernement sud-vietnamien.

FULRO-flag
Le drapeau du FULRO

1970-1975 : l’effondrement

La dernière période, qui s’échelonne de 1970 à 1975, est la plus courte et consacre l’effondrement définitif du FULRO. Le premier coup porté à l’organisation est le coup d’Etat du général Lon Nol au Cambodge, qui destitue Norodom Sihanouk et fragilise l’entente entre les autorités khmères et le FULRO : l’invasion du Cambodge par les armées du FNL, américaine et sud-vietnamienne n’arrangent pas non plus la situation car les membres du FULRO ne savent plus réellement à qui s’attaquer…

La situation des Montagnards au Sud-Vietnam semble s’être malgré tout améliorée au fil des résignations du gouvernement de Saigon : c’est en effet un militant du FULRO, Nay Luett qui accède au poste de Ministre des minorités ethniques en 1971, ce qui démontre bien que les Montagnards ont réussi à se faire entendre. Aux élections législatives de 1971, deux sénateurs et huit députés issus de minorités ethniques sont élus.

L’éclatement du FULRO survient finalement en 1973-1974, quand certains de ses membres rejoignent le FNL et mènent des actions armées dans les hauts plateaux sans aucune concertation avec le siège du mouvement au Cambodge. Ils s’approprient malgré tout l’appellation FULRO pour attirer les populations montagnardes et les déçus qui avaient rallié Saigon en 1969.

Les événements s’accélèrent très vite : la progression des Khmers rouges conduit à l’implosion du FULRO au Cambodge. Lès Kosem fuit vers la France et conseille à ses collègues de rejoindre l’Ambassade de France à Phnom-Penh. Au même moment, un Cam du Vietnam fidèle à Y Bham Enuôl, Jaya Marang fonde un nouveau FULRO indépendant dans la région de Phan Rang : il est tué et son groupe anéanti par le FNL quelques jours plus tard. A Phnom-Penh, les Khmers rouges prennent l’Ambassade de France de force et quelques heures plus tard, fusillent Y Bham Enuôl et les derniers membres du FULRO restés au Cambodge.

C’est sur cette vision apocalyptique que le récit chronologique de Po Dharma se termine : la dernière partie du livre contraste singulièrement avec la précédente, avec son accélération de la narration et cette impression finale d’effondrement inéluctable. L’auteur choisit de finir sur une note sobreet dramatique (« Ce 20 avril 1975 marqua la fin de l’existence officielle du sigle FULRO ») et sur les photos des deux principaux protagonistes de cette épopée, Y Bham Enuôl et Lès Kosem. Les annexes qui suivent, auxquelles a participé le spécialiste du Cambodge Mak Phoeun, remettent en perspective ces événements dans un contexte historique plus large, et l’on demeure frappé par l’absence de réelle conclusion, de phase d’apaisement qui rappellerait les progrès que les gouvernements khmer et vietnamien ont faits dans la reconnaissance des droits des minorités.

La question du Champa et des Cham

Il nous a semblé intéressant d’étudier dans un second point le rôle joué par les Cam dans ce mouvement de révolte : c’est un exemple qui permet de saisir certaines raisons de l’effondrement du FULRO, d’autant que la question cam y occupe une place à part. En effet, les Cam subissent comme les autres minorités ethniques les mauvais traitements de l’administration et des colons viêt : pourtant ils ne font pas partie des Montagnards et n’ont pas exactement les mêmes visées. Po Dharma lui-même les différencie constamment : ils appartiennent à une autre catégorie, et c’est bien pour cette raison que le drapeau du FULRO les distingue des Khmers et des Montagnards en adoptant trois étoiles blanches pour désigner chaque peuple.

Ceci pour les raisons historiques suivantes : les Cam ne sont pas des Montagnards, même si les Viêt tendent à les regrouper. Ils n’ont jamais vraiment appartenu aux sociétés des hauts plateaux puisqu’ils étaient vraisemblablement la composante ethnique majeure des populations qui vivaient sur la côte. Ce n’est que relativement récemment qu’ils ont été chassés des côtes par la conquête vietnamienne. A l’époque où les Montagnards militent pour que leurs droits soient respectés, ils sont portés à se différencier des autres ethnies. Po Dharma ne le précise pas directement, mais certains d’entre eux se considèrent probablement comme les héritiers d’une civilisation brillante dont les Montagnards seraient exclus.

A la création du FLM en 1955, et plus tard quand il devient le Bajaraka, il n’est nullement question du Campa et les Cam ne semblent pas prendre part au mouvement, ce qui confirme leur distance vis-à-vis des Montagnards (considérés comme une entité unie mais l’histoire du FULRO montre bien la limite de cette vision un peu simpliste). Les Cam ne prennent réellement part à la révolte qu’avec la création du FLC de Lès Kosem, c’est-à-dire d’un mouvement créé au Cambodge par un Cam malais dont l’objectif, le rêve fou de recréer le Campadu XVIe siècle, n’a pas grand-chose à voir avec le combat des Montagnards.

C’est ainsi que l’on doit comprendre l’œuvre de Lès Kosem : il consacre ses efforts à convaincre Y Bham Enuôl que ses aspirations sont identiques aux siennes, et c’est là que se joue l’évolution du Bajaraka quand il rejoint le FLC. Est-ce qu’il s’agit uniquement d’une manipulation de Lès Kosem pour servir ses intérêts ? Probablement non, puisqu’il devait être intimement convaincu du bien-fondé de son combat. Les Montagnards doivent-ils consacrer leur lutte à la renaissance du Campa : voilà la question qui est posée au cours de la décennie 1960-1970. Il s’agit d’un projet ambitieux, quasiment irréaliste, mais il repose sur une autre question tout aussi fondamentale : quelle a été la place des Montagnards dans l’histoire du Campa ?

Cette question est débattue au cours de la décennie, notamment à travers l’ouvrage Dân Tộc Chàm Lược Sử (Histoire du peuple cam) publié par Dorohiem et Dohamide en 1965, deux Cam du Vietnam ralliés à Saigon qui développent la thèse suivante : les Montagnards n’ont jamais eu de rôle dans l’histoire du Campa. Po Dharma ne l’évoque qu’en annexe, mais il a lui-même prouvé qu’aux XVIIIe et XIXe siècles, et certainement bien avant, l’administration royale cam était composée de Cam… ainsi que de Rhade, Jarai. L’argument selon lequel les Montagnards et les Cam pourraient partager le même combat est donc cohérent ; cependant il correspond plus à une revendication identitaire spécifiquement cam qu’aux aspirations des Montagnards. Y Bham Enuôl hésite au cours de la période : il ménage Lès Kosem mais prend également ses distances.

Flag_FLHPM
Le drapeau du Front de Libération des Hauts Plateaux du Campa

C’est pourquoi les tensions ne tardent pas à éclater, particulièrement autour du nom du mouvement : Y Bham Enuôl est gêné par ce FLC qui semble suggérer que seuls les Cam sont concernés. Le FLC devient le FLHPC (Front de Libération des Hauts Plateaux du Campa) afin d’inclure les Montagnards ; mais ceux-ci demeurent insatisfaits et suggèrent à Y Bham Enuôl le nom de Front de Libération Dega-Cham (« Dega » désigne les Montagnards dans leurs langues, ce qui montre bien qu’ils se regroupent et se dissocient d’eux-mêmes des Cam). Les premiers conflits naissent à ce sujet, quand Y Bham Enuôl signe des documents officiels avec cette dernière appellation. A ces mésententes s’ajoutent les hésitations quant au camp à rejoindre dans le cadre de la guerre, ce qui rendait la séparation inévitable.

Finalement, si l’on excepte la figure de Lès Kosem, et quelques autres personnages secondaires comme Jaya Marang, le livre de Po Dharma nous donne l’impression de parler très peu des Cam (et par ailleurs encore moins des Khmers Krom !). Ils étaient sans doute très présents dans le FLC et  ses déclinaisons postérieures mais parmi les cadres du FULRO ils semblent relativement absents. Dans la seconde moitié du livre il est davantage question d’eux, et plus particulièrement des Cam du Vietnam, qui ne luttent pas aux côtés de Lès Kosem : on remarque d’ailleurs que ce sont les plus indisciplinés dans la mesure où ils ne suivent aucune directive du FULRO. Pendant les élections législatives, ils préfèrent régler leurs querelles entre eux plutôt que d’œuvrer pour obtenir le maximum de sièges à l’assemblée et plus tard recréent indépendamment un autre FULRO dans les maquis de Phan Rang. Tout particulièrement dans ces régions du Vietnam, ils sont suffisamment éloignés du quartier général du FULRO pour agir sans concertation avec les cadres du mouvement, ce qui démontre qu’ils sont peut-être moins unis et dans une certaine mesure en marge de la révolte montagnarde de la Seconde guerre d’Indochine.

* * *

Po Dharma reconstruit dans son ouvrage l’histoire d’un mythe et de son échec, celui de l’aspiration des Montagnards et des minorités ethniques à l’autonomie et à la reconnaissance de leurs droits et de leur spécificité. Cet échec marque en même temps pour les Cam la fin du rêve, somme toute assez irréaliste, de la reconquête du Campa sur les Vietnamiens. Il a révélé que, malgré une apparente unité, le FULRO était composé de personnages aux intérêts proches mais divergents sur de nombreux points, ce qui ne pouvait que fragiliser à terme le mouvement : de l’ethnie dont on veut privilégier les visées aux alliés dont on se dote pour y parvenir (Cambodge, Nord-Vietnam, gouvernement de Saigon…), il devenait difficile de trouver un terrain d’entente.

1975 ne marque bien entendu pas la fin des revendications montagnardes : en annexe Po Dharma rappelle les manifestations récentes qui ont eu lieu au Vietnam, en 2001 et en 2004. Dans certains domaines (tels que la colonisation ou la vietnamisation des hauts plateaux) peu de progrès ont été accomplis depuis 1975. Les manifestations ont été réprimées par l’armée, ce qui a conduit une fois de plus à un exode important des populations montagnardes vers le Cambodge.

Pierre-Emmanuel Bachelet, promotion ASIOC 2012-2013.

Réf. : Po Dharma, Du FLM au FULRO : une lutte des minorités du sud indochinois 1955-1975, Paris: Les Indes Savantes, 2006, 208 p.

ChampakaFulro
Lès Kosem (au second plan) et Y Bham Enuôl
sur la couverture de la version vietnamienne de l’ouvrage

Pierre-Emmanuel Bachelet est étudiant en histoire moderne à l’ENS de Lyon. Après avoir soutenu son Master 1 sur les sources écrites de l’histoire du Campa, il poursuit son M2 en s’intéressant à la cartographie de l’ancien royaume.

Roy C. Russell: Their time has come [1969]

Montagnard mother and child
© 1971 AP Wire Photo

The following story appeared in the October 1969 issue of TYPHOON magazine.  The TYPHOON was published by First Field Forces Vietnam (IFFV) of the US Army Vietnam (USARV).

 

 

Looking like their fathers of
1,000 years ago, the
Montagnards are riding out
of the past.  They are sure that

 

 

 

Their Time Has Come

By 1LT Roy C. Russell

In the Highlands near Gia Nghia, lives a pretty Montagnard girl, lithe with delicate features and black hair that streams out over the back seat of her jeep when she lets it blow in the wind.  If you are a friend, she calls you grandson (though she is only 27), and she will get you discount prices on Ba Muoi beer at the local bar.

But say the Montagnards are savages, and the flash in her eyes says she would like to come at you with anything from a M16 to a crossbow.  Say they are nomads who should not own land, or say they are too ignorant for schools, to superstitious for hospitals, and too primitive to make good soldiers, and she will erupt with the torrent of rebuttals that would scare the Black Panthers.

She can talk to you in French, Vietnamese, several Montagnard dialects, and English.  « Where did you learn these? » you ask.

« In the forest, » she answers, and her eyes twinkle just long enough to accent the mystery that surrounds her.  « You know I am 107 years old.  That is long enough to learn many things, but I am still a Montagnard. »

She represents a new generation of Montagnards, proud of its past, but demanding a modern role in the future of the Highlands.  You can help a village sacrifice a water buffalo by beating it to death with sticks and rocks.  You can watch a woman plant rice by poking small holes in the ground instead of plowing it up and disturbing the spirits.  You can sit through hot afternoons drinking ricewine inside smoke-filled longhouses which have not changed for centuries.  You can imagine you are living a thousand years ago.   But when the talk turns to politics, you know you are in the 20th Century.   The Montagnards know what time it is, and a variety of groups — some militant, others peaceful — are making sure no one else forgets.

For generations, the Montagnards have lived in the Highlands, unconcerned about the Vietnamese along the coast.   The feeling was mutual because Vietnamese fishermen and rice-farmers had no reason to leave the lowlands.  Traditionally separated, the two groups viewed one another with suspicion and, eventually, prejudice.  But in 1954, South Vietnam’s president, Ngo Dinh Diem, resettled approximately 200,000 ethnic Vietnamese lowlanders into land the Montagnards considered their own.  he also attempted to blanket the Montagnards with Vietnamese culture.  He eliminated tribal courts and disregarded Montagnard self-government and other institutions.

Over several months, many Montagnard tribes began to organize a resistance movement.  It started with casual grumbling as men sat around their longhouses complaining quietly about strangers from the lowlands who were taking up more and more of the land, and about the government which seemed to ignore their established customs.  Then, as occasional visitors travelled through the village, they learned that other tribes were talking about the same things.

Soon, messengers were hurrying along the highland trails to call a meeting of tribal leaders.  In 1958, these leaders formed a group called « Bajaraka, » a name derived from the initials of four powerful Montagnard groups — the Bahnar, Jarai, Rhade, and Koho.  United in this way, the Montagnards began working to make the Highlands a separate nation with its own army.  When letters and petitions to the Vietnamese government, the United Nations, and various diplomatic missions were ignored, Bajaraka staged demonstrations throughout the Highlands.  These brought results, but not the ones desired: all the Bajaraka leaders were arrested and jailed by President Diem.

After the overthrow of Diem, the government of Nguyen Khanh released these Montagnards.  Paul Nur, who is now the GVN Minister for Ethnic Minorities, seeks peaceful cooperation between Montagnards and Vietnamese while preserving Montagnard culture and traditions.  Y B’ham Enuol, once exiled and now living in the Cambodian jungles, became the leader of a militant faction known as FULRO (United Front for the Liberation of Oppressed Races), which wanted virtual Montagnard autonomy, a separate nation.  FULRO has since been replaced by a legitimate political party working for Montagnard advancement within the Vietnamese nation.  The third man, Y Bih Alio, joined the Viet Cong and fought to bring the Montagnards under communist control.  A recent VC prisoner reported that he had seen Y Bih dead in a jungle a year ago.

Part of the communist strategy for victory in the South depended on driving a wedge between the Montagnards and the Government of Vietnam.  Communist Montagnards and Vietnamese cadre from North Vietnam were sent into the highlands to live in villages, where they successfully exploited Montagnard prejudices and their hopes for independence.  At the same time, communist military units terrorized the Montagnards, stealing their crops and forcing them to fight against the government.  Since there were very few GVN representatives in the highlands, the VC cadre were not contested seriously, and by 1961 it appeared the government had lost the loyalty and cooperation of much of the Montagnard population.   To counter this, the GVN let the US send Special Forces advisors into the highlands to train village defense units, border patrols, and other reconnaissance teams.   Spirited and well equipped with modern weapons, these Montagnard units succeeded in reversing the communist success in the highlands.  Even so, the relations between the GVN and the Montagnards did not improve.  By 1964, the movement for Montagnard independence, which had begun peacefully, had become more militant.  But its goal was the same: Montagnard independence.

In late 1964, Montagnard yearnings for autonomy were increasing at a time when they had the arms with which to revolt and when the countryside was weakened by repeated coups and disunity.  This environment bred the first armed Montagnard revolt on September 20, 1964.  Montagnard strikers (Civilian Irregular Defense Group soldiers in Quang Duc and Darlac provinces) revolted, killed some 70 Vietnamese, and marched on Ban Me Thuot.  The organization which planned and conducted this revolt identified itself as FULRO (United Front for the Liberation of Oppressed Races).  It appears to have been an outgrowth of the Bajaraka movement with the addition of an armed military organization.  With American assistance, the GVN persuaded the Montagnards not to attack Ban Me Thuot.  But Y B’ham, the FULRO leader, fled to Cambodia with several thousand followers.

Immediately after the revolt, the government of Nguyen Khanh met with Montagnard leaders and planned an assistance program that showed respect for Montagnard traditions.  The Highlanders would choose their own representatives in the National Assembly and hold positions in the central and local administrations.  The traditional Montagnard court system would be reinstituted.  Entrance requirements for officer and NCO students would be revised to admit Montagnards, and a pre-military school for children would be opened.  The government also agreed to recognize Montagnard ownership of land and to provide assistance in developing it.  Additional schools would be built for Montagnards, and scholarships to high school and universities would be granted.  Except for autonomy, most of the Montagnard’s grievances were recognized by Khanh, and he proposed remedial action.

The Khanh government, however, was replaced through a coup in 1965, and his successors did little to implement this program.  The Montagnards felt the promises made to them had been broken.   Tensions in the highlands increased.  On December 18, 1965, there was a second FULRO uprising at various places in Quang Duc, Darlac, and Phu Bon.  The rebellion was put down in a day, and its leaders were either imprisoned or executed.

At that point, there appeared to be little hope for improved relations.  In 1966, the government of Nguyen Cao Ky began to implement General Khanh’s program.  In February, a Special Commissariat for Highlander Affairs was appointed commissioner.  At this time, FULRO forces began negotiating the conditions for their return to the GVN.  Finally, on October 17, 1966, 250 FULRO soldiers swore allegiance to the government, by Y B’ham who was still the nominal FULRO leader, remained in Cambodia.

During the following year, tensions eased between the Vietnamese and Montagnards.  Six Montagnards, including a member of FULRO, were elected to the National Assembly; President Nguyen Van Thieu signed a special law which recognized the Montagnards’ right to own their land; and the GVN established the Ministry for Ethnic Minorities with Paul Nur installed as a regular member of the Cabinet.

While most Montagnard leaders recognized that the GVN had outlined a credible minority policy, Y B’ham remained dissatisfied.  Having lived in exile for three years and still in command of a force of militant Montagnard guerrillas, he claimed to have the underground support of thousands of other Montagnards within the Republic of Vietnam itself.  Finally, in July, 1968, the government invited him to Ban Me Thuot for further negotiations.  Y B’ham returned in August to a Special Forces camp in Quang Duc Province.  From there he was flown by Caribou to Ban Me Thuot.  After a week of meetings, Y B’ham’s position narrowed to a few specific issues.  He still wanted some degree of regional Montagnard autonomy within the political framework of the GVN and with himself installed as Commissioner General.  He also asked the GVN to arm Montagnard forces commanded by Montagnard officers to protect Montagnard villages and fight the communists.

He rescinded two other demands he had made earlier: the right of the Montagnards to receive foreign aid directly from other countries, and separate Montagnard representation in all international conferences dealing with Vietnam.

With this understanding, Y B’ham returned to Cambodia and notified his representative in South Vietnam, Y D’he Adrong, to make final agreements for FULRO’s permanent return to the country.  An agreement was reached on December 12, 1968.  Among other things, it specified that the Montagnards could form their own political party, fly their own flag in the same manner as do other political parties in the Republic of Vietnam, and that the returning FULRO soldiers would be trained and organized into Regional Force companies with Montagnard leaders.  Y D’he returned to Saigon with the news.

In January 1969, more than 1,300 FULRO soldiers and their families filtered across the Cambodian border into Quang Duc Province, collecting near the Special Forces camp at Bu Prang.  From there, they were flown to Ban Me Thuot, where an official ceremony on February 1 marked the renewal of their allegiance to GVN.

Everything had gone according to plan, except for one thing: Y B’ham, the FULRO leader, had stayed in Cambodia.  The reason for this is still not clear.  Either he was not pleased with the final agreement Y D’he negotiated with GVN, or he was held captive by a dissident and radical FULRO faction which tried to subvert the FULRO-GVN accord.  In either case, Y B’ham’s absence did not stop 1,300 of his former followers from rallying to the government.

During the ceremony, Y D’he announced something which seemed to take most FULRO members by surprise: not only would they swear allegiance to the GVN, but they would also formally dissolve the FULRO organization and replace it with a new, non-militant Montagnard political party, later named the Ethnic Minorities Solidarity Movement (EMSM).  While Y D’he’s followers did not expect this mandate, they acquiesced quickly.

Since then, Y D’he has played a less active role in Montagnard politics and has turned more to farming.   Another former FULRO leader, Y Bling, took charge of the new party and continues as it chairman today.  While the EMSM works to preserve Montagnard customs and to protect the full citizenship rights of its members, it advocates peaceful accomodation with the GVN, not militant secession.  This is its principal difference from FULRO.

In a series of written agreements, the GVN has promised to issue land titles to Montagnard farmers; to provide better schools, medical facilities, and agricultural assistance; and to establish Montagnard Regional Force companies while integrating other Montagnard officers into regular ARVN units.

EMSM is now the strongest force uniting the Montagnards.  Y Bling claims 65,000 dues-paying members, but probably many fewer are ardent supporters.  Still, EMSM has emerged as the first viable form of political leverage the Montagnards have had — at least it is the first which has gained significant support from the GVN.  How long it can contain the undercurrent of militancy in the Highlands depends on how well the GVN can fulfill its plans.  In wartime, it is hard to build schools and train politicians.  The Montagnards know this.  But they also know this is the 20th Centry and that it is time they have a place in the future of the country.

It is doubtful they will let anyone forget.

 

Major Montagnard Tribes
© October 1969 Typhoon Magazine

Source : landscaper.net

Interviews with FULRO partisans (extracts) – by Virginia Morris

Virginia Morris: Security and Defence Analyst & Author

Virginia Morris is commissioned to do presentations on security and defence. Her specialist subjects are asymmetric warfare and terrorism. Virginia also examines how poverty and environmental issues affect these fields. She has worked for the United Nations in Lao, as an engineering consultant in the UK and alongside senior members of the Communist Party in Vietnam. Her work has led Virginia to be invited to give presentations to noted audiences such as American Special Forces. She has also been interviewed for Vietnamese and British TV. For part of her work she has interviewed Vietnam War Veterans. Many of which fought along the Ho Chi Minh Trail. Most had been in American Special Forces for many years and some of which were Montagnard people. They now belong to Vietnam Veteran Associations and support Save the Montagnard People.

Extracts

Ysiu Hlong – Vietnam War Veteran

Mien Pangting – Vietnam War Veteran

Source You Tube, chaîne de Virginia Morris

Virginia Morris official website

Séminaire “Mémoires d’Indochine” : Mémento personnalités – séance 3

Mémento Personnalités

Rappel biographique succinct des auteurs et personnalités historiques  évoqués lors de la Séance 3

 

Partie 1 : Les deux Viêt-Nam

Pavillon national de la RDVN
(Nord Viêt-Nam 1945-1975)
Pavillon national de l’Etat du Viêt-Nam
(1948-1955)
et de la République du Viêt-Nam
(Sud Viêt-Nam 1955-1975)

 

Bùi Tín (1927-)

Dissident vietnamien, ancien vice-rédacteur en chef du quotidien du peuple (Nhân Dân, le journal officiel du Parti communiste du Vietnam). Il rejoint le Viet Minh en 1945 et exerce en tant que journaliste pour le journal de l’Armée populaire du Vietnam. Engagé dans l’Armée populaire vietnamienne à l’âge de 18 ans, il est blessé lors de la bataille Dien Bien Phu. Il sert au sein l’état-major de l’armée nord-vietnamienne pendant la guerre du Vietnam et s’occupe de la question des prisonniers de guerre américains. Durant la prise de Saigon le 30 avril 1975, il fait partie de l’unité nord-vietnamienne qui reçoit la reddition de Duong Van Minh, dernier dirigeant de la RVN (Sud). Après la victoire, il perd peu à peu ses illusions face à la corruption d’après-guerre et l’isolement de la RSVN. En 1990, Bui Tin quitte le Vietnam pour vivre en exil à Paris et exprimer publiquement ses critiques vis-à-vis du régime. A partir de novembre 1991, il intervient dans le débat sur les MIA-POW. Il publie plusieurs ouvrages en vietnamien qui font sensation dans lequel il dénonce l’appareil totalitaire communiste. Il publie en anglais deux ouvrages importants : Following Ho Chi Minh: The Memoirs of a North Vietnamese Colonel (University of Hawaii Press, 1995) et From Enemy To Friend: A North Vietnamese Perspective on the War (US Naval Institute Press, 2002). Il continue aujourd’hui à donner son avis sur l’évolution du Vietnam à travers son propre blog sur VOA.

David Lan Pham (1940-)

David Lan Pham est né à Thu Dau Mot dans la province de Binh Duong au Sud du Vietnam. Diplômé de l’Université de Saigon, il a enseigné l’histoire et a eu de multiples activités culturelles et journalistiques au Sud-Vietnam avant 1975. Il a exercé diverses fonctions de direction en tant que Secrétaire général des enseignants vietnamiens de l’Association des Enseignants d’Histoire et de Géographie, secrétaire général de l’Association de la Bibliothèque nationale vietnamienne, Conseiller à la Confédération Vietnamienne Travail (CVT) de Binh Duong et conseiller d’une Ecole bouddhiste à Binh Duong. Il quitte le pays clandestinement avec son fils et ses deux frères en 1986. Il publie en 2000 un récit de vie dans lesquel il rend compte de la vie sociale et politique vietnamienne sur quatre décennies de guerre civile. Il publie également d’autres ouvrages dont une biographie d’Ho Chi Minh en 2007. Aux Etats-Unis, il a travaillé pour le programme des réfugiés en Alabama et a créé le Bulletin bilingue / Tin Viet et Dac San Que Huong. Pour ses activités éducatives et sociales auprès des réfugiés il est cité dans plusieurs répertoires biographiques. Il vit actuellement à Toledo, dans l’Ohio.

* * *

Ngô Đình Diệm (1901-1963)

Mandarin nationaliste et catholique, originaire de Huê. Ministre de l’empereur Bao Dai en 1932, démissionne en 1933. Il se rend aux Etats-Unis au début des années cinquante. De retour au Viêt-Nam, il prend la direction du dernier gouvernement de Bao Dai en juin 1954. Un an plus tard à la suite d’un référendum populaire douteux, il devient Chef d’Etat de la Première République du Viêt-Nam (1955-1963) qu’il fonde le 26 octobre 1955. Il met en place une politique anticommuniste autoritaire avec les Agrovilles en 1959 et les Hameaux stratégiques en 1961. Très contesté au sein même du camp nationaliste, il est assassiné en novembre 1963 avec son frère Nhu à la suite de la violente crise bouddhiste. Sa diparition plonge le Sud Viêt-Nam dans une période de chaos et de troubles politiques pendant trois ans. Pour une biographie plus complète voir Ngo Dinh Diem (par Kelsey Leonard – Cold War Museum).

Thích Quảng Đức (1897-1963)

Vénérable bouddhiste, né Lâm Văn Tức en 1897, originaire de la province de Khanh Hoa au centre. Pratiquant dès l’âge de 7 ans, il consacre sa vie à l’étude du bouddhisme. Moine à 20 ans, il s’isole lors d’une retraite de trois ans après son ordination. Il s’immole par le feu à Saigon le 11 juin 1963 pour s’opposer à la politique répressive du gouvernement de Ngô Đình Diệm contre les bouddhistes. L’image de cette immolation (Malcom Browne, prix Pulitzer et 1963),  fera le tour du monde et précipitera la chute du clan des Ngo et de l’appareil diemiste. Par ce geste, Thich Quang Duc est depuis devenu une icône internationale.

Trường Chinh (Đặng Xuân Khu, 1907-1988)

Dirigeant communiste, principal théoricien du parti. Secrétaire général du PCI à partir de mai 1941 puis du Lao Động entre 1951 et 1956. Auteur du célèbre texte La résistance vaincra, regroupant une série d’articles parus à l’origine dans la revue du parti Su That (La Vérité) du 4 mars au 1er août 1947. Pro-chinois, il est le maître d’œuvre de la réforme agraire radicale avant d’être écarté de la direction du parti. Président de l’Assemblée nationale de la RDVN en 1960. Chef de l’Etat de la RSVN de juillet 1981 à juin 1987. Incarne la ligne dure du PCV et la ligne maoïste dans les années soixante. Paradoxalement, il est favorable aux réformes du Doi Moi en 1986 à la fin de sa vie.

 

 

Partie 2 : Mouvements de résistance

Le FULRO

Pavillon du Front de Libération du Champa
Pavillon du Front de Libération des Hauts Plateaux Montagnards
(Flag by Chrystian Kretowicz)
Pavillon du FULRO
(Front Unifié de Lutte des Races Opprimées)

 

Lès Kosem (?-1976)

Officier militaire cambodgien d’origine Cham, connu sous le nom de guerre « Po Nagar », et figure marquante de la Deuxième Guerre d’Indochine. Parachutiste dans l’Armée royale cambodgienne, il fonde le Front de Libération du Champa dans les années 1950. Son organisation rejoint le front de résistance montagnarde FULRO (Front Unifié de Lutte des Races Opprimées) créé le 20 septembre 1964. Il se sépare du FULRO en 1968 après un désaccord avec Y Bham Enuol, le leader du Front. Lié aux services secrets cambodgiens, Les Kosem est impliqué dans le trafic d’armes avec les Nord-Vietnamiens. Après le renversement de Sihanouk en 1970, il devient un fervent partisan de Lon Nol et reçoit le grade de général des Forces Armées Nationales Khmères (FANK). A la victoire des Khmers rouges en avril 1975, il se serait réfugié en Malaisie où il décède un an plus tard.

Y Bham Enuol (1923-1975)

Résistant montagnard d’origine E-Dhe (Radhé), il fonde et dirige plusieurs mouvements armés montagnards. Au mois de mai 1958, il créé le front Bajaraka mais il est arrêté en septembre par le régime de Ngo Dinh Diem et reste emprisonné jusqu’à la chute de Diem. En mars 1964, il fonde le Front de Libération des Hauts Plateaux Montagnard, front qui intègre le FULRO (Front Unifié de Lutte des Races Opprimées) créé le 20 septembre 1964 dont il prend la direction. Pour divergence de stratégie, il est arrêté par Les Kosem, un des leaders cambodgien du Front. Il est assigné à résidence à Phnom Penh jusqu’à sa mort en avril 1975 où il est exécuté par les Khmers rouges avec sa famille.

 * * *

Le FNL Sud-Vietnam

Pavillon du Front national pour la libération du Sud-Viêt Nam (FNL-Sud VN 1960-1975)

 

Nguyen Huu Tho,  (born July 10, 1910, Cho Lon, southern Vietnam—died Dec. 24, 1996, Ho Chi Minh City, Vietnam), chairman of the National Liberation Front (NLF), the South Vietnamese political organization formed in 1960 in opposition to the U.S.-backed Saigon government.

The son of a rubber-plantation manager who was later killed during the First Indochina War (1946–54), Nguyen Huu Tho studied law in Paris in the 1930s. Returning to Saigon, he set up practice, remaining politically inactive until 1949, when he led student demonstrations against the French; he also organized protests in 1950 against the patrolling of the southern Vietnamese coast by U.S. warships. He was imprisoned and won popular acclaim for his prolonged hunger strike in protest of the war.

After the Geneva Agreements had divided Vietnam into northern and southern zones in 1954, Tho cooperated with the southern regime of Ngo Dinh Diem until he was arrested for advocating nationwide elections on reunification. Except for a short interval in 1958, Tho remained in prison from 1954 to 1961, when he escaped with the aid of some of his anti-Diem followers. These men, who had recently formed the National Liberation Front, made Tho, a noncommunist, provisional and then full-time chairman of the NLF.

Tho essentially served as a figurehead leader, while real power in the NLF was held by its military arm, the Viet Cong, and by veteran communists who reported directly to the North Vietnamese leadership. Tho helped attract a wide spectrum of South Vietnamese supporters to the NLF. In June 1969 the NLF established a Provisional Revolutionary Government (PRG) with Huynh Tan Phat as president and Nguyen Huu Tho as chairman of its advisory council. The PRG, in effect, became the government of South Vietnam in April 1975, when the Saigon government’s troops surrendered to the North Vietnamese and PRG forces. Tho was made a vice president of Vietnam in 1976, a post he held until 1980, when he became acting president. In 1981 Tho was made vice president of the Council of State, as well as chairman of the Standing Committee of the National Assembly. (source : Encyclopedia Britannica).

Séminaire “Mémoires d’Indochine” : Séance 3

Année universitaire 2012-2013 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

Regards internes sur la décolonisation et la guerre

au Viêt-Nam, Laos et Cambodge

 

Séance 3 – Vendredi 12 octobre 2012

« Naissance et affirmation de deux Viêt-Nam »

 

A travers une approche comparative, cette séance se focalisera sur la vie politique, culturelle et sociale au sein des deux Viêt-Nam après les accords de Genève (juillet 1954). Il s’agira de s’immerger dans les sociétés en révolution de la RDVN sous l’égide du parti des Travailleurs du Viêt-Nam (Lao Dong) et de la Première République du Viêt-Nam (1955-1963) de Ngo Dinh Diem.

 

Extraits de textes à discuter :

  • BUI TIN, 1945-1999, Vietnam. La face cachée du régime, Paris, Editions Kergour, 1999, pp. 47-75 [+ dos de couverture].
  • DAVID LAN PHAM, Two hamlets in Nam Bo. Memoirs of life in Vietnam through Japanese occupation, the French and American wars, and communist rule, 1940-1986, Jefferson (NC), McFarland & Company, 2000, (réédition de 2008), pp. 79-108 [+ dos de couverture].

 

Exposé oral :

Pierre-Emmanuel Bachelet : présentation critique de l’ouvrage de Po Dharma sur le FULRO.

  • Réf. : Po Dharma, Du FLM au FULRO. Une lutte des minorités du sud indochinois (1955-1975), Paris, Les Indes Savantes, 2006. Cote IAO : 103AV.06/223

 

Pour aller plus loin :

  • Fall, Bernard, Les deux Viet-Nam, Paris, Payot, Etudes et documents, 1967.
  • Dommen, Arthur J., The Indochinese experience of the French and the Americans. Nationalism and communism in Cambodia, Laos and Vietnam, Bloomington, Indiana University Press, 2001 (voir chapitres 5, 6 et 7).

 

Sur la RDVN (Nord Viêt-Nam)

  • Boudarel, Georges, Cent fleurs écloses dans la nuit du Vietnam. Communisme et dissidence 1954-1956, Paris, Jacques Bertoin, 1991.
  • Goscha, Christopher E. & Tréglodé, Benoît de, Naissance d’un Etat-Parti. Le Vietnam depuis 1945, Paris, les Indes Savantes, 2004 (voir en particulier les chapitres de Judy Stowe, Shawn McHale et Nguyen Van Ky).
  • Hartingh, Bertrand de, Entre le peuple et la nation. La République Démocratique du Viêt Nam de 1953 à 1957, Paris, EFEO, Monographies 189, 2003.
  • Hoang Van Chi, From colonialism to communism. A case history of North Vietnam, New York – London, Frederick A. Praeger, 1968, third printing.
  • Marangé, Céline, Le communisme vietnamien (1919-1991). Construction d’un Etat-nation entre Moscou et Pékin, Paris, Presses de Sciences Po, 2012 (voir chapitres 4, 5, 6).
  • Tréglodé, Benoît de, Héros et révolution au Viet Nam 1948-1964, Paris, L’Harmattan (nouvelle édition à paraître prochainement).
  • Turner, Robert F., Vietnamese Communism, it’s origins and development, Stanford, Stanford University, Hoover Institution Press, 1975 (voir chapitres 5, 6, 7, 8).

 

Sur la RVN (Sud Viêt-Nam)

  • Fitzgerald, Frances, Fire in the lake. The Vietnamese and the Americans in Vietnam, Boston – Toronto, Little Brown, An Atlantic Monthly Press Book, 1972.
  • Hammer, Ellen J. A death in November. America in Vietnam, 1963, New York, E.P. Dutton, 1987.
  • Nghiem Dang, Viet-Nam politics and public administration, Honolulu, East-West Center Press, 1966.
  • Mme Nguyen An Tuan, Les forces politiques au Sud Viet Nam depuis les accords de Genève 1954, Louvain, Université Catholique de Louvain, Faculté des sciences économiques, sociales et politiques, nouvelle série n° 31, 1967.
  • Nguyen Thai, Is South Vietnam viable?, Manila, November 1962.
  • Scigliano, Robert, South Vietnam. Nation under stress, Boston, Houghton Mifflin Company, 1964.
  • Shaplen, Robert, The lost revolution. The U.S. in Vietnam 1946-1966, New York, Harper & Row, Harper Colophon Books, 1966, revised edition.