Archives par mot-clé : Formosa

Le lourd silence de la mer vietnamienne : « La mer morte » de Nguyên Công Nhân

Art et autoritarisme ne font pas bon ménage en République socialiste du Viêt-Nam. Une œuvre et son auteur ont fait l’objet d’une confiscation et d’une sanction disciplinaire de la part de l’Association des Lettres et Arts de la province de Tra Vinh dans le sud du pays. L’œuvre picturale incriminée, intitulée « La mer morte » de l’artiste Nguyên Công Nhân, fait référence au scandale écologique de la pollution maritime de la société taïwanaise Formosa. C’est un tableau figuratif comme il en existe des milliers d’autres… mais celui-ci déclenche une gêne, une inquiétude, un brouillage entre rêve et réalité, un dialogue silencieux entre ciel et mer.

On observe au premier plan une femme ramassant des poissons morts, une image directement inspirée d’une photographie prise lors de la pollution maritime au Centre du Viêt-Nam1. L’image de cette femme accroupie occupe une grande partie du tableau. Au second plan, on distingue nettement en haut à gauche une forme allongée : une jeune femme vêtue de blanc, couleur de la mort, semble flotter sur les eaux. Le symbole est fort, le cadavre fantomatique de l’océan. De l’image se dégage une impression de silence puis de malaise. L’océan habité par la mort déverse son chargement de poissons morts que cette femme, les yeux baissés, récupère… dubitative. Elle est plongée dans ses pensées et ne paraît pas se rendre compte du danger qui l’a déjà enveloppée. La mort est là, dans un bleu vert envahissant, conférant une unité de ton et de couleur au tableau.

La position de la jeune fille morte est particulièrement frappante. Son cadavre flotte dans la partie gauche du tableau, derrière le chapeau conique, comme si il était intégré dans les pensées de la femme de pêcheur. Qui est cette femme ? Est-ce la fille de la femme au chapeau conique ? Positionné horizontalement, le corps ne brise pas la ligne d’horizon. Seule la tête, oreilles dégagées et cheveux noirs plongés dans l’eau, apparaissent. Le reste du corps est comme recouvert d’un linceul blanc. Un croissant de lune éclaire la scène renforçant le caractère funèbre de l’œuvre.

« Biển chết » du peintre Nguyễn Nhân © DR

Les autorités n’ont pas apprécié cette charge à la fois symbolique et politique. Le 1er juin 2017, l’Association des Lettres et des Arts de Tra Vinh émanation du Comité populaire de Tra Vinh (et donc instance de l’Etat-Parti au niveau local) publiait une Décision disciplinaire contre l’artiste. Ce dernier recevait un avertissement doublé d’une mise à l’épreuve d’un an. En outre, le troisième prix qu’il avait reçu en 2016 de la province de Tra Vinh pour cette œuvre lui fut retiré et l’artiste fut sommé de rembourser les gratifications et récompenses liées à ce prix. Officiellement la raison de cette confiscation et de cette mesure disciplinaire ne serait liée qu’à un non respect du droit d’auteur et non à un quelconque tabou lié à l’affaire Formosa. Or, pour l’artiste, il s’agit bien d’une censure a posteriori. L’autorisation d’exposer avait été donnée par l’Association des Lettres et Arts du Viêt-Nam après un contrôle effectif. De plus, l’auteur de la photographie n’avait pas porté plainte contre l’artiste pour cette œuvre dérivée. Réfutant toute violation de droits d’auteurs l’artiste défend son droit à l’adaptation à partir d’une photo de presse :

« J’insiste, j’ai seulement emprunter cette image pour composer un travail pictural personnel et je n’ai pas juste recopié l’image. Cette photo que j’ai trouvé dans la presse représente une femme de pêcheur ramassant chaque poisson mort échoué sur la plage, alors que dans ma peinture il y a aussi une jeune fille morte sous un clair de lune au milieu de l’océan. Ces deux images sont complètement différentes. Donc, on « m’oblige » à dire que j’ai violé le droits d’auteur alors que je ne l’ai pas fait. Je suis prêt à rendre le prix, mais je n’accepte pas cette accusation de violation du droit d’auteur. »2.

Le 3 juillet prochain, l’Association des Lettres et des Arts de Tra Vinh doit organiser une conférence de presse au sujet de cette affaire qui secoue le monde des artistes. Et ce d’autant plus que l’Association des Lettres et des Arts du Viêt-Nam (au niveau national) a condamné l’acte confiscatoire, jugé contraire à la loi, de sa filiale de Tra Vinh.

Nous avons, vu de France, peu l’occasion de connaître les œuvres récentes liées au drame de Formosa. L’occasion nous est donné par cette mesure disciplinaire. Rien de mieux pour un auteur qu’une publicité de cet ordre pour donner résonance à son œuvre. C’est chose faite.

FG, 01/07/2017.

En haut : la photographie publiée dans le quotidien Thanh Niên et en bas : l’interprétation artistique de Nguyên Nhân © DR

Pour en savoir plus :

L’artiste (au milieu) et son tableau © VnExpress

Notes

  1. Cette inspiration non dissimulée a servi de prétexte pour attaquer l’artiste pour non respect des droits d’auteurs []
  2. Lùm xùm “án kỷ luật” đối với tác giả bức tranh “Biển chết” ở Trà Vinh, Dân Tri, 29/06/2017 []

Deux prêtres du diocèse de Vinh sont la cible d’une campagne de diffamation orchestrée par les autorités provinciales

[ndlr] Signalement. Le « bras de fer » continue entre les autorités communistes vietnamiennes et deux paroisses de la communauté catholique de la province de Nghê An entrées en résistance.

Deux prêtres du diocèse de Vinh sont la cible d’une campagne de diffamation orchestrée par les autorités provinciales

Deux prêtres du diocèse de Vinh sont aujourd’hui dans le collimateur des autorités civiles locales. Les deux prêtres, le P. Dang Huu Nam et le P. Nguyên Dinh Thuc, respectivement curés des paroisses de Phu Yên et de Song Ngoc, ont, les mois derniers, pris la tête de la résistance des fidèles catholiques dans leur protestation contre le complexe industriel Formosa, responsable d’une très grave pollution de l’environnement maritime dans la région et contre l’absence ou l’insuffisance d’indemnisation pour certaines des victimes de la catastrophe écologique.

La campagne calomniatrice lancée contre les deux curés de paroisse a été reprise sur tous les médias officiels aussi bien à la télévision, à la radio que sur les journaux contrôlés par le pouvoir. Face à cette attaque sans précédent contre leurs confrères, les membres du clergé local ne sont pas restés sans réaction. Une déclaration signée par de nombreux prêtres a pris leur défense avec vigueur.

Lire la suite : Églises d’Asie, 11/05/2017.

Image « à la une » : Le P. Dang Huu Nam (au centre, mégaphone en main) organise une manifestation pour dénoncer la pollution causée par l’entreprise Formosa © fvpoc.org/RFA.

Démonstration de force : Hàng ngàn người dân biểu tình ở huyện Lộc Hà – RFA Vietnamese News

[ndlr] Manifestation de pêcheurs vietnamiens dans le centre du pays le 3 avril 2017. Reportages vidéographiques sur l’occupation du siège du Comité populaire du district de Loc Ha (province de Ha Tinh) par la population remontée contre la répression policière exercée sur des manifestants réclamant de comptes à l’entreprise Formosa, responsable de la pollution maritime au centre du pays en 2016. Un an après cette catastrophe écologique, les pêcheurs attendent toujours l’indemnisation promise.

Voir aussi la vidéo lauréate du 54e Prix du Reporter de Rue (Giải Phóng Viên Vỉa Hè 54).

Le 3 avril dernier, des paysans sont venus manifester devant le Centre administratif du Comité du Peuple de Loc Hà pour demander des clarifications concernant la catastrophe écologique causée par la société Formosa (250 km de mer polluée au centre Vietnam). Pour la première fois, des paysans ont pu déjouer toutes les ruses du pouvoir et ont repéré des policiers en civil infiltrés dans des groupes de manifestants. (Dans les bousculades, un policier est tombé et est resté inanimé calmement pendant deux heures sans aucune tentative de secours !). Source : VNinfos

Vidéo sur Facebook

Image « à la une » : la banderole dit « Nous autres pêcheurs, il faut nous indemniser ».

Paul Jobin : Autour du « scandale Formosa » au Viêt-Nam [table-ronde LCAO]

[ndlr] Annonce d’une conférence sur un sujet majeur de santé publique au Viêt-Nam.

Pour en savoir plus : LCAO

Image « à la une » : Manifestation du 15 mars 2017 à Taiwan © DR

Famille de pêcheurs en colère au centre Viêt-Nam : 1er septembre 2016

[ndlr] Signalé par VN Infos à l’occasion du 50e Prix du Reporter de Rue (2 septembre 2016).

A la veille de la « fête nationale » du 2 septembre, des milliers de pêcheurs ont manifesté contre la Compagnie FORMOSA qui a pollué 250km de mer du Centre Vietnam et qui a réduit des millions de pêcheurs au chômage.

Vidéo : Nghệ An, Hà Tĩnh tiếp tục xuống đường chống Formosa – 21/08/2016

[ndlr] Les manifestations contre l’usine chimique Formosa se poursuivent dans les provinces de Nghe An et de Ha Tinh. Aperçu vidéographique du rassemblement matinal du 21 août 2016 à l’église de Phú Yên, district de Quỳnh Lưu, province Nghệ An. Les Catholiques s’organisent.

Source : Dân Làm Báo, 21/08/2016.

Source : CTM Media

Voir également sur Tin Mừng Cho Người Nghèo [La bonne nouvelle pour les pauvres], 21/08/2016 :

 

Assomption de Marie : les Catholiques vietnamiens à l’avant-poste de la contestation écologique

[ndlr] Dans la matinée du 15 août, environ 30.000 fidèles catholiques ont participé à la messe de l’église du diocèse de Vinh commémorant l’Assomption de la Vierge Marie. Sur leurs banderoles de nombreux fidèles ont exprimé leurs inquiétudes au sujet des dangers environnementaux au Viêt-Nam. En particulier des slogans dénonçaient la pollution de l’usine Formosa dans le centre du pays. Cette démonstration de force place les catholiques de Vinh à l’avant-poste de la contestation écologique. Un appel à l’action politique. Reportages photographiques et vidéographiques.

« A l’heure où le pays est en danger, où la Mer orientale est polluée, Que font nos grands-parents, nos parents pour sauver la mer et leurs propres enfants ? »

« Mère du diocèse de Vinh ! Formosa est en train d’anéantir tes enfants »

« Formosa a reconnu ses fautes, le gouvernement vietnamien a reçu une compensation financière, tandis que le peuple récolte d’un désastre » – « Agissons pour nos enfants »

« Formosa hors du Viêt-Nam »

« Nous exigeons du gouvernement vietnamien la fermeture immédiate de Formosa »

« Ne vendez pas l’honneur et ne trahissez pas les ancêtres pour Formosa »

« Qui a prêté main forte à Formosa pour tuer l’environnement ? »

Source : Viêt Tân / Photos : Facebook Lê Văn Sơn / Dũng Mai / Chu Mạnh Sơn

Voir également :

 

Image « à la une » : © 2016 Dũng Mai

Les Catholiques vietnamiens manifestent contre l’usine Formosa – 24 juillet 2016

[ndlr] Manifestation de 2000 catholiques du diocèse de Phu Yen dans la province de Nghe An contre l’usine de plastiques Formosa responsable d’une pollution massive sur les côtes du Centre du pays au mois d’avril dernier. La manifestation pacifique s’est déroulée dans la matinée du 24 juillet 2016. Les pères Antôn Đặng Hữu Nam et Trần Đình Tề ont accompagné le cortège. Images extraites du reportage du site Tin Mừng cho người Nghèo [La bonne nouvelle pour les pauvres].

 

Source : GNsP

Voir également :

Image « à la une » : © 2016 GNsP. La première banderole indique : « Pays, honneur : ne sont pas à vendre ».

Biển chết – La Mer morte 2016

L’image du jour :

BienChet_VungAng2016Affiche parodique de la pollution maritime au Viêt-Nam. Titre : « La mer mort 2016 », Réalisateur : province de Ha Tinh, Dans le premier rôle : Formosa, Scénario : Vung Ang. Affiche apparue sur la toile à la fin du mois d’avril © DR.

La nouvelle est officielle depuis le 30 juin 2016. Le gouvernement de la RSVN a confirmé que la société Formosa était bien à l’origine de la pollution maritime massive sur les côtes du centre du Viêt-Nam.

Pour en savoir plus :

Seconde manifestation pour l’environnement au Viêt-Nam : un 8 mai répressif

Le 8 mai 2016, une seconde manifestation pour l’environnement au Viêt-Nam [xuống đường vì môi trường] s’est déroulée au Viêt-Nam : à Ho Chi Minh-Ville, Hanoi ou Nha Trang. La population demande des éclaircissements sur l’affaire de la pollution industrielle qui a engendré des tonnes de poissons morts sur les côtes de quatre provinces vietnamiennes.

Lors de ce « second round », la répression a été plus forte : des dizaines de manifestants ont été arrêtés et des violences policières on été rapportées. En particulier, à Ho Chi Minh-Ville, l’intervention d’une bande mafieuse dénommée « les chiens aux anneaux verts » a secondé la Sécurité publique dans sa confrontation avec les manifestants. Selon des internautes, photos à l’appui, ces hommes en civil utilisés pour créer des violences portent un anneau en plastique vert sur leur doigt.

La répression a été principalement menée par des hommes casqués en uniformes verts issus des troupes des Jeunesses de choc (ou TNXP, fondées pendant la guerre du Viêt-Nam et autrefois assignées à la logistique de guerre). L’avocat dissident Phạm Công Út a appelé à mener une action en justice contre cette unité spéciale issue des Jeunes Volontaires. Ces jeunes recrues sont habituellement chargées de la protection des touristes dans le centre-ville et mobilisées pour fluidifier la circulation aux heures de pointe. Pour témoigner des exactions de ces forces supplétives, de nombreux manifestants ont pris des photos ou filmé à l’aide de leur portables les violences qui ont émaillées le cortège pacifique.

Ces événements relancent une fois de plus la question de la loi sur le droit de manifester, l’étendue de ce droit et sa gestion par l’État-Parti. Dans un entretien avec la BBC, le député Dương Trung Quốc a souligné l’ambiguïté du droit actuel qui relève plus de la gestion de la protection de l’État-Parti que du droit des citoyens. Malgré la volonté de légiférer sur ce droit, l’équilibre entre droits des citoyens et autoprotection d’un État craignant la subversion politique semble difficile à trouver.

En guise de réponse aux demandes de transparence sur la pollution des côtes, via la télévision officielle VTV, le gouvernement a lancé cette semaine (du 9 mai au 12 mai) une opération d’envergure dénommée « Nous devons nettoyer la mer » [?!] (Hãy làm sạch biển) mobilisant quelques 4000 jeunes pour nettoyer les côtes investies par des poissons morts dans quatre provinces du centre du pays : Hà Tĩnh, Quảng Bĩnh, Quảng Trị, Thừa Thiên Huế).

Étend donné l’ampleur de la pollution et de son impact sur l’économie de la pêche dans tout le pays, le nouveau gouvernement joue sa crédibilité dans cette première crise environnementale qu’il se doit de résoudre. A défaut d’une réponse appropriée, transparente et mesurée le gouvernement donnerait du crédit à l’hypothèse du professeur Lê Viết Khuyến sur une possible volonté délibérée de saborder l’économie maritime vietnamienne à travers une « guerre géophysique » (chiến tranh địa vật lý).

On comprend à demi-mot qu’il pourrait y avoir un lien entre cette affaire de pollution et les problèmes récurrents rencontrés par la RSVN en Mer de Chine méridionale. Ainsi, en touchant l’intérêt national, une grande partie de l’économie du Viêt-Nam étant tournée vers la pêche, l’affaire pourrait prendre, à l’avenir, un tour beaucoup plus politique.

FG, MàJ 09/05/2016.

Aperçus vidéographiques et compte-rendus en ligne :


Deux policiers en civil arrêtant et frappant au visage un manifestant.


Hommes de main : arrestation musclée d’un manifestant qui tente de fuir et protestation de la foule suivie par l’agression contre un autre manifestant (peu après embarqué manu-militari).

Près de la Cathédrale de Saigon, protestation de manifestantes contre la violence exercée sur une femme et son enfant.

Un manifestant délivré des mains des forces de Sécurité par d’autres manifestants.


Arrestations de manifestants par les forces de la Sécurité publique (ici l’unité spéciale des Jeunes Volontaires). Des manifestants sont isolés, frappés et embarqués de force par des policiers en civils et des hommes de main dans des cars de tourisme.


Idem. Une technique répétée à chaque manifestation.


Ici, une première voiture noire aux vitres teintées s’arrête et un manifestant est embarqué de force à l’intérieur suivie d’une seconde voiture et d’un autre manifestant.


Cars de tourisme réquisitionnés par la Sécurité publique pour embarquer les manifestants dans les commissariats du secteur. Applaudissements et soutien solidaire des autres manifestants contre la répression.


Manifestation à Nha Trang.


Les supporters de l’équipe de football de Haiphong manifestent pour la sauvegarde des poissons : « Nous choisissons la mer, nous choisissons le poisson, nous aimons le foot ! ».

Image « à la une » : arrestation d’un manifestant par deux membres de l’unité anti-manifestation des Jeunesses de choc © Dân Làm Báo