Archives par mot-clé : FNL-Sud Viêt Nam

Christopher Goscha : Peace matters [book review]

[ndlr] Signalement de la recension de l’ouvrage de Sophie Quinn-Judge (The Third Force in the Vietnam War: The Elusive Search for Peace, 1954-75) par Christopher E. Goscha. En accès libre pendant quelques jours sur Mekong Review. Lecture vivement conseillée.

Sophie Quinn-Judge landed in central Vietnam in 1973 as a member of the American Friends Service Committee (AFSC). She served in the AFSC-run Rehabilitation Centre in Quang Ngai province until the end of the war in 1975, providing prosthetics and relief help to war-injured civilians coming from all sides of the conflict ripping Vietnam apart. Quinn-Judge grew up in Quaker country in the suburbs of Philadelphia. Although she was not initially a member of this breakaway Protestant faith, she took part in their youth camps as a youngster and felt at home working in the AFSC in France and Vietnam.

The Quakers established the AFSC upon the United States’ entry into the First World War in 1917. The Quakers refused to take part in war as an article of faith. So instead of sending their sons into the trenches of the Western Front, the AFSC mobilised their young people to help civilians hurt and displaced by the conflagration. The AFSC did more than provide humanitarian aid, however. Drawing on centuries of Quaker pacifism, the organisation actively promoted “lasting peace with justice, as a practical expression of faith in action”. Educational programs, youth camps and exchanges helped nurture “the seeds of change and respect for human life that transform social relations and systems”. In 1947, the AFSC received the Nobel Prize for Peace for its humanitarian relief efforts during and after the Second World War and its promotion of world peace. The Quakers continued their work during the Cold War, dispatching people to work in war-torn areas of the Afro-Asian world, including Vietnam.[1]

Quinn-Judge carried these values with her to Quang Ngai, working tirelessly in the rehabilitation centre. Arriving shortly after the signing of the Paris Peace Accords, she also became an advocate of peace. The Paris Agreement, signed by the Vietnamese and US sides in January 1973, called for the creation of a coalition government in South Vietnam that would eventually replace the embattled Republic of Vietnam. The coalition would include members from this state, a host of non-communist religious, neutralist and democratic leaders, as well as the communist-backed National Liberation Front (NLF) and the People’s Revolutionary Government for the south. This southern coalition would then decide the south’s destiny via negotiations with the north.

Lire la suite : Mekong Review

Image « à la une » : With journalists from Van nghe quan doi, Quinn-Judge, far right. Photograph : Claudia Krich © Mekong Review

 

Nhã Ca : Mourning Headband for Hue. An Account of the Battle for Hue, Vietnam 1968 – Review by Gary Kulik

[ndlr] Signalement d’un CR de lecture en ligne de Gary Kulik sur l’ouvrage de Nhã Ca, Mourning Headband for Hue: An Account of the Battle for Hue, Vietnam 1968. Témoignage poignant sur massacre perpétré par le Viêt-Công (FNL Sud Viêt-Nam) à Huê lors de l’offensive du Têt.

NhaCa_MourningHeadbandForHueMourning Headband for Hue, originally published in Saigon in 1969 as Giải khăn sô Huế, was the first book-length account of the Tet Offensive. Its author, a prominent Vietnamese writer, Trần Thị Thu Vân, wrote under the pen name Nhã Ca. In late January 1968, she had traveled to Hue, where she was born, to mourn the death of her father. The North Vietnamese Army and the Viet Cong attacked the next day. She remained trapped in Hue with her family for more than a month, until US and South Vietnamese forces finally prevailed in bloody urban fighting. Returning to Saigon, she wrote a forceful, fearful, poetic account of the devastating impact of war on civilians; its title invokes the white headband worn by Vietnamese grieving their dead. The book attests to the communist forces’ horrendous killings of thousands of Vietnamese in the Hue Massacre. Olga Dror’s translation now makes it accessible to an English-speaking audience.

Born in 1939, Nhã Ca became a prominent poet and writer in Saigon in the early 1960s. Her themes were « love, passion, and longing » (xvi). Raised a Buddhist, she adopted her pen name after reading the Old Testament « Song of Solomon, » also known (to Catholics) as « Canticles » (the approximate meaning of « Nhã Ca » is « canticle »). In 1966, she joined the Voice of Freedom, a radio station broadcasting into North Vietnam. Her first major work, At Night I Hear Cannons, was reprinted six times and sold over 100,000 copies. It tells the story of a family waiting, in the end futilely, for a son and son-in-law to return from the war to celebrate Tet, the Lunar New Year. While decrying the cost of war, its author yet takes no sides.

Olga Dror (Texas A&M), a scholar of Vietnamese history, worked closely with the author to capture her « unadulterated voice from the time of war » (xi). Her long « Translator’s Introduction » sketches Nhã Ca’s life and work and explains how the special « staccato tempo » of Mourning Headband « dramatically and palpably [reflects] life in raw and desperate eloquence in the middle of the battlefield that was Hue » (xviii). Especially valuable is Dror’s detailed and fair-minded analysis of contemporary reports of the massacre, the political uses of that reportage, and the rare and little known personal comments on the atrocity from the communist side. The current Vietnamese government has never acknowledged or openly discussed the massacre and there is no serious scholarly study of it.

Lire la suite : Michigan War Studies Review

Trinh Dinh Khai : Décolonisation du Viêt Nam, un avocat témoigne – CR de lecture par Louise Gatinot

CR de lecture de Louise Gatinot : Trinh Dinh Khai, Décolonisation du Viêt-Nam, un avocat témoigne. Me Trinh Dinh Thao, Paris, L’Harmattan, Mémoires asiatiques, 1994, 207 p.

TrinhDinhKhai_DécolonisationDuVietNamL’ouvrage présenté ici est une biographie de Me Trinh Dinh Thao, juriste saigonnais né le 20 juillet 1901 et mort le 31 mars 1986, rédigée en 1992 par son fils Trinh Dinh Khai. Ce dernier était lui-même professeur de droit installé en France depuis 1975. Il s’agit d’un récit à la première personne, ce qui renforce sans doute l’effet de vraisemblance que l’auteur a voulu produire en faisant parler son père. Cela constitue donc le témoignage d’un intellectuel à l’itinéraire remarquable par son engagement nationaliste tout au long de sa vie, qui illustre ainsi les modalités de la participation d’un avocat à la cause de son pays.

Dès la période coloniale, celui-ci consacre en effet sa vie de militant nationaliste à la défense des révolutionnaires vietnamiens. Emprisonné à plusieurs reprises par les différents régimes, tracassé, menacé, il rejoint finalement le maquis à la fin des années 1960. Sa trajectoire traverse toute l’histoire agitée du Vietnam, ce qui lui permet de faire le récit de son long combat contre l’oppression des pouvoirs en place depuis l’époque coloniale française jusqu’à l’intervention américaine dans la défense ds droits de ses compatriotes à vivre dans la liberté et la dignité. Son fils écrit dans la préface : « Puisse le récit de sa Vie, vouée à la cause de la Justice et de la Paix contribuer à éclairer les zones d’ombre de la tragédie vietnamienne de 1930 à nos jours. » (p. 12). Lire cet ouvrage, c’est connaître le point de vue d’un intellectuel du Sud de culture française sur la décolonisation du Vietnam, en un témoignage intéressant parce qu’il croise l’itinéraire singulier d’un homme et les grands évènements de l’histoire politique.

Du contact colonial à l’engagement patriotique

La première partie est consacrée à la période 1916-1945, c’est-à-dire aux débuts de l’engagement pendant la période coloniale, alors que Me Trinh Dinh Thao commence à défendre les détenus politiques et à lutter pour les libertés démocratiques. Ce dernier est né d’une famille de fonctionnaires dans un village du Nord de l’Indochine. Son père était cadre important de l’administration coloniale à Hanoï, et sa situation familiale lui permet d’être admis au collège Paul Bert, qui offrait aux rares Vietnamiens qui y étaient inscrits un cursus entièrement européen. Après le bac, il devient le précepteur des enfants du gouverneur de la Cochinchine, qu’il accompagne à Saigon. Il y rencontre la belle-fille d’un préfet colonial, et l’épouse ; grâce à l’intervention de ses beaux-parents, il peut partir faire ses études supérieures en France, à la faculté de droit de Aix-en-Provence. Il faut bien souligner que dans les années 1920 seule une faible minorité de l’élite vietnamienne bénéficiait de l’autorisation de l’Administration coloniale pour étudier en France, et que les conditions d’expatriation étaient draconiennes (l’expatriation dépendait des moyens financiers des parents et de la possibilité de fournir des garanties morales et politiques irréprochables). Me Trinh Dinh Thao arrive donc en France grâce à ce qu’il appelle les « chances de sa vie ». obtient un doctorat et débute sa carrière d’avocat à la cour d’Appel d’Aix.

MeTrinhDinhThao
Portrait de Me Trinh Dinh Thao (1901-1986)

Le début du récit est consacré à sa vie en France au début des années 1920. L’accent y est mis sur l’atmosphère « chaleureuse » de la société « de liberté et d’égalité » de l’après-guerre ; « Nous ne subissions plus cette discrimination raciale que les colons pratiquaient envers les indigènes, nos cœurs s’ouvraient à cette ambiance chaleureuse et nos esprits s’imprégnaient de cet environnement de liberté et d’égalité. » (p. 17), écrit-il. C’est le moment des débuts de son engagement patriotique. Pendant sa scolarité en Indochine, il avait déjà participé à des réunions où certains élèves animés de sentiments nationalistes s’élevaient contre le système de l’enseignement colonial. À Aix, il rejoint donc logiquement les milieux du militantisme estudiantin, où il rencontre des Vietnamiens avec lesquels il développe les thèmes des revendications politiques qui seront repris plus tard dans le journal La Lutte, organe de presse d’expression française fondé à Saigon en 1933 qui suscita le premier mouvement politique d’opposition « légale » au régime colonial de la Cochinchine. Il aborde avec eux les thèmes de l’iniquité du système colonial imposé par les traités de 1862 et 1874 (réclamation de leur abolition pure et simple et de la réunification du Vietnam) ; des injustices qui découlent de l’indigénat, de son caractère vexatoire et répressif ; de la répression des mouvements de résistance des nationalistes et leur reconnaissance comme des partis politiques authentiques ; de la politique d’exploitation économique dont la colonie fait l’objet. Cela constitue à ses yeux le moment d’une prise de conscience de l’histoire tragique de leur pays et des sacrifices endurés par des patriotes lors des mouvements de revendication des droits politiques et sociaux pour nombre de Vietnamiens. Bref, Me Trinh Dinh Thao prend goût aux libertés démocratiques en France, mais contrairement à beaucoup de ses compatriotes qui choisissent de s’y établir définitivement, lui décide de retourner au pays affronter les risques de la répression policière et les tracas de l’administration coloniale, et de poursuivre ainsi sa carrière à la cour d’appel de Saigon.

Avocat en Indochine

Commencent donc les premières expériences de la profession d’avocat en Indochine. À l’époque, un grand nombre de prisonniers étaient incarcérés dans les prisons et bagnes coloniaux ; avec une poignée d’avocats vietnamiens et français, Me Trinh Dinh Thao s’attache à défendre les militants nationalistes que l’administration judiciaire qualifie de « criminels de droit commun » mais qu’ils cherchent à démontrer comme des militants nationalistes, et à faire reconnaître leur statut de prisonniers politiques. En effet, c’est une période de troubles, surtout dans les campagnes où les mouvements clandestins se propagent plus facilement. Cela commence à inquiéter les administrateurs français, et s’ensuit ainsi une vague de répression policière contre les activités politiques subversives. De nombreux paysans sont suspectés par les Services de sûreté ou dénoncés comme des agents communistes, et condamnés à de lourdes peines de travaux forcés voire à la peine de mort. C’est l’époque de grands procès à vocation exemplaire tels que le procès de 121 « agitateurs communistes » en novembre 1933, devant la Cour Criminelle de Saigon. Les formules de l’auteur sont significatives : « À chaque fois je me révoltai contre l’impuissance de la profession d’avocat dans le régime colonial. » (p. 39). « C’était dans ce climat détestable que j’avais dû exercer le noble métier d’avocat défenseur des droits de l’homme contre l’arbitraire et l’injustice. J’avais été maintes fois informé par mes clients des méthodes employées par les services de la Sûreté et de la Police pour obtenir les aveux des suspects. » (p. 35). Parallèlement, il lutte également pour améliorer les conditions d’incarcération (notamment faire cesser les mauvais traitements infligés par les gardiens).

LaLutte36Il faut encore souligner le fait que l’histoire de l’engagement de Trinh Dinh Thao s’écrit également à l’échelon plus élevé de la lutte pour les libertés démocratiques : « La défense des droits des détenus politiques n’était qu’un des aspects de notre lutte légale pour la reconnaissance des droits et des libertés de la population cochinchinoise. » (p. 42). Il s’insurge en effet contre un milieu politique vietnamien policé, dans lequel domine le consensus politique de collaboration étroite entre les Français d’origine et les Vietnamiens naturalisés dont les intérêts économiques sont identiques. Cet engagement passe aussi par sa participation à La Lutte (1933-1938), qui publie des articles virulents de dénonciation des abus et exactions des propriétaires terriens au nom du combat contre l’injustice sociale. Ce journal fut saisi maintes fois, ses collaborateurs gardés à vue, ce qui n’empêche pas le mouvement de continuer à étendre son influence auprès de la classe moyenne. Enfin, il faut dire un mot de son engagement au service de la liberté des cultes, à la fin des années 1930 surtout : notamment le Caodaïsme, mouvement religieux syncrétique dont il est fait conseiller suprême du fait des services rendus, mais aussi le protestantisme (intervient auprès du gouvernement de Vichy en faveur d’une mission protestante qui commençait à s’implanter en Indochine) ou encore la religion Hoa Hao.

Du premier gouvernement national à la déchirure nationale

La deuxième partie de l’ouvrage concerne la période 1945-1968, au cours de laquelle est proclamée l’indépendance puis les guerres contre la France et les États-Unis. À cette époque, l’avocat se consacre à de multiples campagnes pour une paix négociée et pour l’auto-détermination.

DeQuocVietNam_flag
Drapeau national de l’Empire du Viêt Nam (1945)

1945 constitue un tournant dans l’histoire du Vietnam et dans la vie de Trinh Dinh Thao. Le 9 mars, l’Armée japonaise prend le pouvoir en Indochine et proclame l’indépendance du Vietnam. Le 16 mars, l’Empereur lui propose le poste de ministre de la Justice dans le premier Gouvernement du Vietnam libre présidé par Tran Trong Kim. Il fait donc le récit de son action en tant que Ministre de la Justice pour faire libérer les détenus politiques : « Ce que je n’avais pu faire en tant qu’avocat, je pourrai désormais le réaliser en tant que Ministre. » (p. 61). La croissante impopularité au Nord et l’engrenage des évènements font que le Viêt Minh, mouvement indépendantiste de Hô Chi Minh, s’empare finalement du pouvoir après l’abdication de Bao Dai par rescrit impérial le 24 août 1945. Trinh Dinh Thao s’engage dès cet instant dans des campagnes pour une paix négociée. Mais les autorités françaises rétablissent progressivement l’ordre dans toute l’Indochine après avoir refoulé la résistance au Sud et le gouvernement Viêt Minh. L’activité des nationalistes vietnamiens est dès lors soumise à une surveillance politique permanente, et leur marge de manœuvre légale est étroite. Trinh Dinh Thao est arrêté une première fois en avril 1949 pour activités subversives, subit des intimidations, puis est finalement libéré.

C’est ensuite le temps de la guerre franco-vietnamienne qui dure jusqu’en juillet 1954 (signature des Accords de Genève consacrant la partition du Vietnam). « Avec mes amis politiques, nous soutenions aussi la France, non pas la France colonialiste de jadis mais celle signataire des accords de Genève qui prévoyaient les élections libres en juillet 56 » (p. 103). Trinh Dinh Thao s’attache aux côtés des nationalistes vietnamiens « épris de la paix » à alerter l’opinion mondiale pour que les Accords de Genève ne fussent pas violés par les États participants. C’est dans ce cadre qu’est créé un Mouvement de la Défense de la Paix, qui organise des meetings de protestation contre l’introduction des armes et munitions américaines pour équiper l’armée sud-vietnamienne en violation des accords de Genève et diffuse un bulletin pour promouvoir la tenue des élections libres et la recherche de la paix au Vietnam. Leur action politique s’amplifie dans les grandes villes du Sud. Cependant, Ngo Dinh Diem, président du Sud, rejette les élections générales prévues pour juillet 1956 et commence à craindre pour sa légitimité auprès de la population. La réaction est brutale : arrestation des dirigeants du Mouvement de la Défense de la Paix les plus représentatifs. Trinh Dinh Thao est convoqué à la Direction générale de la Police par le chef du service des Enquêtes politiques, et soumis une nouvelle fois à la méthode d’intimidation policière, puis finalement libéré avec tous les membres du mouvement de la paix détenus.

De la lutte pour l’autodétermination…

La répression continue avec la consolidation du pouvoir de Ngo Dinh Diem grâce à l’appui des États-Unis, synonyme de l’édification d’un régime autocratique sur le plan interne. Les opposants au régime sont catalogués par les services de la police soit comme des nostalgiques de l’ancien régime colonial, soit comme sympathisants communistes. Les persécutions s’intensifient, notamment envers la religion bouddhique que Trinh Dinh Thao s’attache à protéger et à défendre, ce qui lui vaut une nouvelle arrestation. « Mon analyse était que le soulèvement de la population dépassait le cadre religieux, il reflétait plutôt l’expression d’un mécontentement politique et social non seulement contre le régime autoritaire de Diem mais encore contre la domination étrangère qui se manifestait par l’omnipotence de l’Ambassadeur des États-Unis. » (p. 113) Il est détenu pendant quatre mois, et finalement libéré de même que tous les détenus politiques suite à la chute de Ngo Dinh Diem en 1963 après la réussite d’un coup d’État – ce qui ne signifie pas pour autant une amélioration de la situation : « nous attendîmes en vain le retour à la paix et aux libertés démocratiques promises à la population par le nouveau chef de l’État. » (p. 120). Il reprend néanmoins normalement ses activités professionnelles, mais est témoin de la dégradation de la situation politique et militaire.

C’est la phase de l’américanisation de la guerre, et donc de l’intervention massive des forces armées des États-Unis. Lui est persuadé de l’importance de la non-ingérence étrangère et exhorte tous les patriotes à se rassembler pour constituer un mouvement national en vue de promouvoir le principe d’autodétermination du peuple sud-vietnamien. Cela occasionne la création d’un Mouvement d’autodétermination, dont les objectifs sont le retrait du Corps expéditionnaire américain et la libre détermination du peuple sud-vietnamien à résoudre le conflit. S’ensuivent beaucoup d’arrestations de signataires, et lui-même est à nouveau convoqué à la direction générale de la police et conduit au centre de détention, dont il est libéré à condition de signer une déclaration mentionnant qu’il avait été abusé en signant le manifeste et qu’il ignorait que le Mouvement d’autodétermination était noyauté par les communistes.

LMCLLDTDCHBVN
Drapeau de l’Alliance des Forces Nationales de la Démocratie et de la Paix (1968-1977)

Trinh Dinh Thao est ensuite de nouveau arrêté en 1967 lorsqu’il devient le vice-président du Mouvement gouvernemental de la paix au Sud-Vietnam, comme principal instigateur du mouvement. Cela constitue l’une des mesures de politique intérieure de dissuasion à l’égard des nationalistes partisans de la paix avec le Front national de libération du Sud Viêt-Nam (FNL). Après cinq mois de détention, il est traduit devant le Tribunal militaire d’exception « pour atteintes à l’ordre public en temps de guerre » (p. 139), et accusé de vouloir « renverser le gouvernement légitime du Sud Vietnam au profit du gouvernement communiste du Nord. » (p. 140). Des verdicts sévères sont prononcés (3 à 20 ans de travaux forcés), mais lui est acquitté. Il est plus tard de nouveau interpellé, gardé à vue pendant dix jours puis libéré dans le cadre de l’affaire de l’agent double Ba Tra en 1968, qui représente un exemple type d’opération destinée à réprimer les activités des nationalistes en faveur de la résistance (l’avocat est en effet piégé par un agent double qui vient à son cabinet lui demander des consultations).

… au maquis du FNL

La troisième partie concerne enfin les années 1968-1975, et par là son engagement aux côtés du FNL-Sud Viêt Nam. « Depuis les années 1956, mes compagnons de lutte dans les mouvements pacifistes soit avaient rejoint le maquis pour prendre des hautes responsabilités au sein du FLN [FNL] soit avaient été arrêtés et condamnés à de longues peines de prison dans les geôles du régime de Saigon. J’étais parmi ceux qui « survivaient » entre deux séjours à la Direction Générale de la Police. » (p. 151). En 1966, Trinh Dinh Thao se rallie ainsi finalement au FNL qui prépare une contre-offensive générale dans les grandes villes. Les objectifs visés sont le renversement du gouvernement de Nguyen Van Thieu en vue de constituer un cabinet de coalition regroupant les membres du FNL et les personnalités nationalistes du Sud-Vietnam ; le retrait du Corps expéditionnaire américain et de ses Alliés ; la réconciliation entre les deux factions sud-vietnamiennes sans aucune ingérence étrangère. L’avocat décide donc de rejoindre le maquis pour assurer la présidence de « l’Alliance des Forces Nationales de la Démocratie et de la Paix ».

Alliance&FNLSVN_1969
Congrès de la résistance sud-vietnamienne fondateur du Gouvernement Révolutionnaire Provisoire le 6 juin 1969. On distingue le drapeau de l’Alliance et celui du FNL Sud-Viêt Nam.

Sa mission y est de promouvoir l’adhésion de tous les intellectuels nationalistes dans les régions libérées et de conduire une délégation de l’Alliance auprès des pays étrangers pour obtenir la reconnaissance officielle du FNL. « Mon combat depuis plus de 22 ans pour soutenir la Résistance dans la zone urbaine arrivait à son terme, le FLN [FNL] entrait dans la phase de la politique internationale qui nécessiterait une collaboration plus active des personnalités représentatives du Sud-Vietnam. J’étais fermement convaincu que ma présence au maquis serait plus utile à la Résistance que le fait d’être à nouveau emprisonné dans les geôles de Thieu. » (p. 154) (il est en effet condamné à mort par contumace avec séquestration de tous ses biens). Il passe huit mois au maquis du Sud, puis il est invité par le Gouvernement de la RDVN pour une visite officielle à Hanoi avant son départ en mission à l’étranger au printemps 1969 : il remonte ainsi vers le Nord par la piste Hô Chi Minh – la route du front reliant Nord et Sud. Il est reçu solennellement par les membres du Gouvernement de Hanoï et ses compatriotes sudistes regroupés au Nord, et reçoit la visite du Président Hô Chi Minh et du Premier ministre Pham Van Dong. C’est la première et dernière fois qu’il rencontre Hô Chi Minh ; il évoque « la joie des retrouvailles d’un révolutionnaire du Nord et d’un nationaliste du Sud. » (p. 160) ; il aura été son compagnon de route pendant toute sa vie.

Dernières missions diplomatiques et désillusions d’après-guerre

Trinh Dinh Thao effectue ensuite des missions diplomatiques à l’étranger ; à Pékin et au Cambodge notamment, où il s’entretient avec Zhou en Lai et Sihanouk (il évoque leurs « souvenirs communs » en France et à Saigon, car ils sont tous les trois de culture française, ce qui explique qu’ils aient pu « établir les bases d’une compréhension commune des problèmes spécifiques à chacun de nos pays car nous étions animés du désir de vivre ensemble dans la paix et dans la concorde. » (p. 162). Il se rend ensuite URSS, en Europe de l’Est, en Corée, puis il revient à Saigon en 1975 après le succès de l’offensive du printemps et la prise de pouvoir par les communistes pour assumer les pouvoirs dévolus au Gouvernement Révolutionnaire Provisoire.

Les dernières pages expriment une certaine désillusion. Jusqu’à sa mort en 1986, il vit en semi-retraite comme député à l’Assemblée nationale. Peut-être est-ce son fils qui parle, avec le recul dû aux années ; il évoque en tout cas la façon dont il a tenté de rassurer ses anciens amis et compagnons de lutte, des intellectuels idéalistes et nationalistes qui avaient lutté pour la paix et la liberté et toujours soutenu la résistance malgré la répression policière des régimes de Diem et de Thieu. Mais lui-même est assez amer face à la réunification hâtive du Vietnam et la marche forcée vers le collectivisme qui fut dramatique pour la population du Sud, à l’encontre de l’idéal sous lequel il a placé sa vie. « Ils espéraient vivre dans un pays libre et indépendant et se retrouvaient dans un régime où les libertés fondamentales étaient absentes. Ils furent témoins des atteintes à la dignité humaine en assistant au transfert forcé de la population vers les insalubres zones de développement économique et à la déportation sans jugement de leurs parents et alliés, anciens cadres de l’armée et de l’administration, dans les camps de rééducation. Ils durent subir les conséquences désastreuses des erreurs commises dans l’accélération de la collectivisation de l’économie du Sud avec la suppression de la propriété privée, la démonétisation, la fixation arbitraire de prix d’achat et de vente des produits agricoles et la nationalisation de l’industrie et du commerce. À leurs doléances je n’avais pu leur opposer que des raisons d’État qui justifiaient la brève existence du GRP et la réunification hâtive des deux Vietnam » (p. 169). « Les héritiers de « l’oncle Hô » avaient accompli son testament politique par la réunification du Vietnam mais ils avaient oublié ses dernières recommandations. « Au Sud », disait-il, « il faut suivre le rythme sinueux et lent du Mékong vers son embouchure. Précipiter le mouvement de collectivisation risquerait de provoquer la résistance passive de la population, ce qui pourrait aboutir à son échec ».  Je regrettai surtout que la politique de concorde et de réconciliation n’avait pu être réalisée au Sud-Vietnam pour que mes proches et amis ne s’exposassent pas aux périls et souffrances des « boat people ». Certains m’avaient reproché d’avoir contribué à la ruine et à la misère au Sud. Ils ne croyaient plus à la justesse de mon choix politique, à ceux-là je répondrai que l’Histoire jugera que mes 50 années de lutte pour la Justice et la Dignité n’avaient pas été détournées de leur objectif final. » (p. 170).

* * *

Cette autobiographie retrace donc la trajectoire d’un « intellectuel pris dans la tourmente révolutionnaire », profondément patriote mais déclarant : « Je n’appartiens à aucun parti politique, je ne suis qu’un homme qui aspire à la paix pour son pays ». L’étudier a été l’occasion de connaître la vie exemplaire d’une prise de conscience, d’un engagement, et d’une aspiration à la sagesse politique pour laquelle l’auteur aura combattu toute sa vie. Pour l’historien, il est intéressant d’étudier un exemple de nationalisme libéral et démocratique du Sud, d’un patriotisme éclairé formé à l’école occidentale autour des problématiques de l’État-nation, des droits de l’homme et de l’autodétermination des peuples.

Louise Gatinot, ENS de Lyon

Image « à la une » : Membres de l’Alliance des Forces Nationales de la Démocratie et de la Paix au Viêt-Nam (Liên minh các Lực lượng Dân tộc Dân chủ và Hòa bình Việt Nam) : Le vénérable Thích Đôn Hậu, l’avocat Trịnh Đình Thảo, le professeur Lê Văn Hảo et Mme Nguyễn Đình Chi (Coll. NĐX).

_______________

Louise Gatinot est étudiante en master 1 d’histoire moderne à l’ENS de Lyon. Elle travaille sur l’engagement et la radicalisation politique des membres du Mouvement Ibérique de Libération et des Groupes d’action révolutionnaire internationalistes, en France et en Catalogne, de 1968 à 1974.

Vietnam : les 30 jours de Saigon – un film de Jean-Pierre Moscardo [1975]

Affiche de propagande : "30/4/1975 Le Sud est complètement libéré" © Dogma Collection
Affiche de propagande : « 30/4/1975 Le Sud est complètement libéré » © Dogma Collection

Le 30 avril 1975 met fin de la guerre civile vietnamienne. Fin avril et durant le mois de mai 1975, le réalisateur Jean-Pierre Moscardo (1938–2010) filme la vie quotidienne à Saigon alors que la ville vient de tomber aux mains des divisions nord-vietnamiennes secondées par les forces de libération du Sud. Restitution d’un climat et d’une ambiance avec des images exceptionnelles sur la chute de la capitale de la République du Viêt-Nam, agrémentées de la participation et des commentaires de personnalités connues ou inconnues s’exprimant en français : Mme Nguyen Ngoc Dung, cadre révolutionnaire du FNL inspirée par Ho Chi Minh, Mme Ngo Ba Thanh, figure de la troisième force et le discours sceptique des anonymes ; un soldat nationaliste prêt à jouer le jeu de la réconciliation, une jeune fille de Saigon évoquant la censure à venir, un jeune officier anticommuniste attaché à la liberté du Sud et qui ne se fait aucune illusion sur le nouveau régime… De quoi faire réfléchir sur une réunification menée manu militari mais une réconciliation totalement manquée…

FG, 30/04/2013

Voir la suite sur YouTube

* * *

Discours croisés sur Saigon « libérée ou conquise »

  • Mme Nguyen Ngoc Dung, commandant du FNL, justifie le projet du nouveau Viêt-Nam révolutionnaire [extraits] :

Les Saigonnais et les Sud Vietnamiens en général, quelle est leur conception de ce mot « socialisme » ? Pour eux, c’est d’abord l’indépendance et la paix. Et pour cela, je sais que la grande majorité de la population sait que, avec les départ des Américains, avec l’effondrement du régime… euh satellite des Etats-Unis, nous aurons la paix, l’indépendance.

Question [Q] : Oui, mais excusez-moi, le socialisme ce n’est pas uniquement l’indépendance et la paix, c’est autre chose :

– C’est ça, pour eux, plusieurs ne connaissent pas ce qu’est le socialisme. Pour eux, ce qui compte, c’est une vie décente, avoir à manger, à se vétir, à s’instruire. Et pour nous le Gouvernement révolutionnaire provisoire, nous nous fixons ces objectifs. Ce sont nos objectifs les plus importants, de tâcher de faire en sorte que toute la population ait de quoi vivre, manger, se vétir et s’instruire. C’est le minimum, mais on fera tout pour que le niveau de vie soit amélioré et pour tout le monde, par pour une poignée d’hommes, de gens.

Q : J’ai remarqué, comme vous le dites, que beaucoup de gens au Sud Viêt-Nam sont prêts à adhérer à un effort de paix, de reconstruction, même s’ils doivent matériellement changer un peu de condition mais beaucoup ont peur, ce font une idée du socialisme telle qu’ils en ont peur, ils croient que c’est quelque chose de très austère, de très dur. Et ils ne sont pas prêts pour ça. Comment est-ce qu’on va leur expliquer ?

– Je crois que, je ne sais pas si je suis trop optimiste, mais je crois que ça va très très vite et cela grâce même aux gens de Thieu [Nguyen Van Thieu] qui avaient toujours trop dit de mensonges. Que maintenant quand on… comment dire, quand on voit qu’il y a des mensonges, par exemple ils disent que les communistes pour eux c’est des gens, des révolutionnaires, qui empêchent les gens d’organiser une partie de campagne pour se régaler avec des amis, ils… comment dire, … interdisent… Ils disent que les communistes interdisent les femmes à porter des pantalons blancs, à garder des ongles euh… rouges, etc. Alors quand les gens voient la réalité, alors ils sont…, ils se rendent bien compte que ce sont des mensonges et pour ceci alors ce sera aussi pour autre chose. Ils disent aussi que les enfants ne peuvent pas être avec les parents, ils seront regroupés et qu’il faut des permissions pour voir son enfant… Vous voyez, ils ne peuvent rien faire contre nous. Pour faire peur aux gens, ils inventent des choses et maintenant que la population tout d’un coup vit avec les révolutionnaires, ils voient que c’est le contraire.

Q : Qu’est-ce vous avez éprouvé lorsque vous êtes entrées dans Saigon avec les troupes de libération ?

– Naturellement, nous ne sommes pas surprises, nous avons que notre lutte doit s’achever par cette libération. Nous ne sommes pas tout à fait prises au dépourvu alors nous sommes très heureuses parce que notre lutte était si longue, si coûteuse en vies humaines et en biens que nous sommes débordées de joie parce que nous savons qu’enfin notre peuple peut terminer son chemin de souffrance.

Q : Vous avez ressenti que c’était la paix :

– Certainement, parce que nous savons que tant que les étrangers, les agresseurs étrangers sont encore sur notre sol, il n’y aurait pas de paix. Au temps de la première résistance contre les colonialistes français, c’était le président Ho Chi Minh qui nous a fait cette révélation, qui paraissait simple au début mais personne n’y pensait. Moi-même quand je faisais mes études, on disait que la mère-patrie était la France, alors nous nous disons est-ce que c’est le destin qui fait que nous soyons toujours des colonisés ? Et il y a beaucoup de gens, même presque tous les gens que je connaissais, pensaient vraiment que… on est des colonisés et c’est peut-être qu’on allait le rester jusqu’à la mort, éternellement quoi. Mais c’était le président Ho Chi Minh qui a dit que l’homme n’est pas fait pour être colonisé, tous les hommes doivent être libres. Et c’est la colonisation qui fait que nous avons été colonisés et qu’on peut être un peuple, des gens libres, indépendants comme les autres peuples. C’est une vérité qui paraît très simple mais on ne peut pas le savoir au début et il faut beaucoup de temps pour le savoir et y croire. Si je fais toujours référence au président Ho Chi Minh c’est parce que c’est lui qui nous a vraiment donné cette foi. Il a expliqué aux simples gens, aux femmes illettrées que pour nourrir un enfant il faut qu’il mange et bouchée par bouchée pour grandir. Il faut neuf mois et quelques… pour que le bébé soit tout fait, pour donner au monde un petit enfant. Et quand il est au monde, il a un an, et pourqu’il soit adulte, combien d’années il faut pour qu’un enfant soit adulte ? On ne peut pas avoir un pays indépendant d’un jour à l’autre. Et je crois que ce sont des vérités qui sont très simples et que tous les gens comprennent. Et on croit au jour de l’indépendance comme on croit que l’enfant qu’on nourrit va grandir et devenir une grande personne.

Tous nos combattants comprennent que les gens qui travaillent avec les Américains, les collaborateurs, les profiteurs de guerre, tout ça, pour la plupart, ils sont des victimes d’une politique d’assimilation ou bien [subissant] des contraintes par la force armée ou bien par le dollar pour faire ce travail. Nous nous sentons blessés profondément en nous-mêmes que nos propres compatriotes soient [?] ces victimes et le Front national de libération et le Gouvernement provisoire révolutionnaire dit toujours aux cadres et combattants que tout notre peuple, tous nos compatriotes sont d’un même peuple et s’il y a des collaborateurs c’est parce qu’il y a des agresseurs. Et temps que les agresseurs s’en vont, alors pour les collaborateurs qui ceux qui veulent toujours rester Vietnamiens honnêtes, ils sont accueillis par le peuple.

Q : Le nouveau pouvoir révolutionnaire ne va pas punir Saigon ?

– Parce que ce n’est pas la peine, c’est l’impérialisme qui nous divise et qui nous fait souffrir. Nous n’avons aucun intérêt à faire encore souffrir notre peuple en plus pour cela. Ce n’est pas une question de punition. Peut-être s’il y a punition ce sera pour ceux qui ont causé toute cette guerre, toute cette misère à notre peuple. Ceux là méritent d’être punis mais pas Saigon.

Q : Pour convaincre la population, est-ce que le nouveau pouvoir populaire va aller vite ou lentement ?

– Je crois que cela dépend du niveau de connaissance de la population. Par exemple, si vous avez une maladie, si je veux vous guérir de cette maladie, naturellement, je souhaite que ce soit le plus rapidement possible parce que tant que vous garder une maladie en vous, ça vous fait souffrir. Alors, je souhaite que ce soit rapidement. Mais il faut que vous preniez une dose nécessaire de médicaments pour vous guérir. Alors cette dose, pour un bon médecin, je ne parle pas d’un mauvais médecin qui vous fourre les choses (« pas de remède de cheval » réplique l’interviewer). Voilà, si on voit que ce n’est pas la peine de traîner le traitement, alors on donne une dose adéquate et, pour cela, on ne peut pas faire des prévisions sans se baser sur des données concrètes. Je crois que c’est tout à fait naturel, que nos compatriotes du Nord ne connaissent pas autant que nous la situation, le tempérament des gens, etc. c’est tout à fait naturel. Alors ce qui est important, c’est que nous sommes les… nous prenons en charge notre travail, nous écoutons nos amis du Nord comme d’autres amis qui peuvent nous donner des bons conseils mais c’est à nous de décider. Et pour éviter des… des actions qui sont trop, comme vous dites, en avance sur le tempérament des gens, nous travaillons collectivement pour discuter. Peut-être, je donne une formule qui est trop accélérée, alors il y en aura d’autres qui discutent, qui disent que maintenant il faudrait encore plus de temps je crois, c’est une travail collectif. Et ce qui est important c’est que ce sont nous qui décidons…

  • Mme Ngo Ba Thanh explique l’enjeu de la troisième force :

La victoire de la révolution dans ce sens [ne réside], non pas tellement, d’un choix, d’une option entre Nord ou Sud, entre deux options éventuelles, mais plutôt la synthèse de deux extrêmes dont nous troisième force devrions être en mesure, tout au moins c’est là notre rôle, de réaliser cette synthèse, en excluant ce qu’il y a de mauvais et en prenant ce qu’il y a de bon de part et d’autre pour faire cette synthèse dans l’intérêt supérieur de la nation. Et je conçois justement dans ce sens que le gouvernement futur, dans la mesure où il veut être… représentatif – non, dans la mesure où il veut euh… réussir doit représenter non… ne doit pas être un gouvernement d’une faction, d’un parti, d’une idéologie mais le gouvernement de toute la nation vietnamienne. Et c’est là le grand test. Est-ce que les leaders futurs seront en mesure de représenter non pas le parti communiste, le parti socialiste, les bouddhistes, les catholiques mais le peuple vietnamien dans son entier, dans quelle mesure le peuple se sentira représenté, défendu par les gouvernants là, pour moi, c’est là le problème.

  • Un officier de l’ARVN quelques jours avant la chute de Saigon :

La situation est très grave, sérieuse mais pas désespérée. Alors je pense que si les combattants de l’armée vietnamienne peuvent tenir debout pour un certain temps, suffisamment pour [mener] des entretiens avec les communistes, on pourrait atteindre [obtenir] des clauses peut-être acceptables.

Q : Vous vous sentez capables de vivre avec les communistes ?

– De vivre avec les communistes, franchement dit, je ne suis pas un capitaliste et au point de vue des destructions des biens ce ne serait pas un grand problème. La question de liberté, ce serait à voir… mais, par exemple, si ici on va subir une défaite immédiate, je pense que ce serait [?] mais si on a un certain temps, un delai de quelques années pour chercher, pour les communistes et les nationalistes, chercher à se comprendre et à s’adapter, je pense que ça va s’arranger. Si tout le monde cherche à s’en aller, à s’enfuir, à se montrer égoïste, lâche, ce serait fini.

  • Une jeune saigonnaise exprime sa méfiance vis-à-vis de Hanoi et sa vision pessimiste de l’avenir :

Q : Quelles libertés à votre avis vont être mises en question ? Quels genre de chose dans votre genre de vie ?

– La liberté de s’amuser ? S’amuser autant qu’on voulait comme avant. Sortir, danser, cinéma.

Q : Est-ce que vous pensez que vous pourrez lire les livres que vous voulez, lire les journaux que vous voulez ?

– Je ne crois pas. Et sincèrement je trouve que dans même dans les journaux, il y aura encore beaucoup plus de censure qu’avant.

Q : Et pourquoi ils vont faire ça, pourquoi ils ne laisseraient pas les gens libres ?

Parce qu’ils ne veulent pas que les gens soient intéressés par la liberté qui existe dans les autres pays. Ils ne veulent pas que les gens puissent connaître toutes les libertés qui existent dans les autres pays. Tout le monde va demander à quitter le pays et ne jamais plus revenir.

Q : Et ça, ce manque de liberté là il va être ressenti par des jeunes comme vous. Est-ce que pour les paysans, les ouvriers, ça va être pareil ?

– Non, je ne crois pas, parce que eux ils sont toujours comme ça. Les paysans, les ouvriers, toujours, toujours, ils ont leur champ et leur usine. Alors ça va être la même chose, au contraire, ils vont être plus heureux.

Q : Ils seront beaucoup plus heureux ?

– Je crois oui parce que tout le monde sera comme tout le monde et il n’y aura pas de riches, il n’y aura pas de pauvres. Et puis, je crois que Hanoi c’est le peuple des ouvriers, toujours. Il n’y aura que les ouvriers et les paysans c’est tout. Il n’y aura pas de bourgeois, il n’y aura personne.

Q : Saigon va devenir comme Hanoi ?

– S’il sera là oui, ça dépend, ça dépend si Hanoi sera là ou si on a toujours le GRP.

Q : Avec le GRP, ça rique d’être plus humain, plus doux ?

– Je crois, mais pas tout à fait comme avant.

Q : Mais est-ce qu’il faut que ça soit tout à fait comme avant ? Est-ce que c’était si bien que ça avant ?

A part la corruption et…

Q : Et si le gouvernement est dur, qu’est-ce que vous allez faire ?

– Bien, on va essayer d’accepter au début. Si vraiment on peut pas accepter, soit peut-être… peut-être qu’il y aura une révolte ou si tout le monde est courageux ou alors si tout le monde accepte d’accepter de supporter la vie dure là, il y aura une petite somme [de gens] qui va essayer de se suicider pour raccourcir la vie et puis c’est tout. Et puis les autres ils restent, ils mènent leur vie dure comme ils veulent.

  • Un jeune officier nationaliste exprime son refus catégorique de se soumettre à la dictature :

Tant que la liberté existait encore au Viêt-Nam, je désirais vivre au Sud Vietnam c’est mon pays. Je prenais la défense de mon pays en tant que soldat. Ce qui veut dire que je ne porte pas les habits militaires pour défendre le régime de Thieu. C’est un régime pourri mais tout le monde y retrouve son compte. A vrai dire, c’était un mode de vie et l’on a appris à vivre avec. Il y avait beaucoup de liberté dans cette pourriture. Je porte les habits militaires pour défendre mon pays contre le communisme. Je prends la défense de ma liberté et de la liberté de ma famille et cette liberté hélas ça n’existe plus. Avec le Front de libération national, avec les communistes, il n’existe plus de liberté. On a pas été libérés, on est fait prisonniers et on en subira toutes les conséquences. Il n’existera plus de liberté. Et les Européens, ceux qui pensent que c’est une libération se trompent. Il n’y a pas de libération, il y a une conquête. On a perdu la guerre, on a été trahis, on a combattu pour rien. Et maintenant, on se demande quel sort sera réservé à nous tous, nous les Vietnamiens libres, nous qui avons combattu contre le communisme, nous qui avons reçu une instruction comme il faut. Nous sommes trop intellectuels pour être communistes.

Source : Dialogues retranscrits et légèrement corrigés de Vietnam : les 30 jours de Saigon.

2 janvier 1963 : La bataille d’Ấp Bắc – récits

[ndlr] Le 2 janvier 1963, l’Armée de la République du Viêt-Nam (ARVN) lançait une offensive contre un maquis Viêt-Công (FNL Sud-Vietnam) dans le cadre de la « guerre spéciale » menée au Sud contre les positions communistes. L’ARVN pourtant appuyée par un soutien aérien américain essuya un revers mémorable face à une résistance Viêt-Công opiniâtre et organisée sur un terrain favorable. L’objectif fut atteint (prendre la position) mais l’élimination des forces armées de la résistance du FNL fut un échec. Cette première victoire pour le FNL Sud-Vietnam obligea l’État-major sudiste à repenser ce type d’opération contre les bases VC. Dans ce regard retrospectif, nous proposons quelques liens vers les témoignages de Ha Mai Viet et de Hoang Co Lan du côté de l’ARVN suivi de deux articles s’appuyant sur les témoignages du général Tran Van Tra et de Dang Minh Nhuan, l’officier du FNL qui dirigea la résistance à Ap Bac ce jour-là. Comme nous l’indiquons en fin de billet, un timbre fut émis par le FNL le 20 décembre 1963 pour célébrer ce qui est considéré aujourd’hui comme une « illustre victoire » Viêt-Công (voir illustration ci-dessus).

 

Trận Ấp Bắc

Tác giả: cựu Đại tá Hà Mai Việt

Trích trong cuốn « THÉP và MÁU, Thiết-Giáp trong chiến-tranh Việt-Nam »

dẫn nhập

Vào đầu tháng giêng năm 1963, tại Ấp Bắc, một làng nhỏ hẻo-lánh, dân cư thưa-thớt, với nhiều kinh rạch chằng-chịt, thuộc tỉnh Định-Tường, cách Sài-Gòn khoảng 40 dặm về phía Tây-Nam, đã xảy ra một cuộc giao-chiến dữ dội giữa quân đội Việt-Nam Cộng-Hòa (VNCH) và Việt-Cộng (VC) mà địa-hình, địa-vật tại nơi này đã giúp địch-quân có nhiều ưu-thế trong việc phòng-thủ. Nơi đây cũng là ngoại-vi tiếp-cận của khu-vực mà Cộng-Sản gọi là mật-khu Ba-Bèo.

Trong thời điểm này, chi đoàn 5/1 thiết-vận-xa M113 (1) do tôi (đại-úy Hà-Mai-Việt) chỉ-huy, đang hành-quân tại Đồng-Soài thuộc Vùng 3 Chiến-thuật thì vào lúc nửa đêm ngày 2-1-1963 được lệnh khẩn di-chuyển về Ấp Bắc để tăng-cường cho lực-lượng hành-quân đang bị địch-quân áp-lực nặng. Chi đoàn 5/1 được đặt dưới quyền điều động của đại-tá tư-lệnh sư đoàn 7 Bộ-binh kể từ ngày 3-1-1963 (2).

Nhân dịp này, chúng tôi nhận thấy, theo binh-thuyết, kế-hoạch hành-quân tiên khởi của trận Ấp Bắc khả-thi, nhưng trên thực-tế lại có những khuyết điểm mà các đơn-vị-trưởng thường gặp như địch-tình không xác-thực, không có ưu-tiên không-yểm. Điểm sai trái nhất là không thống-nhất chỉ-huy (3), nếu không muốn nói là việc điều-quân khá phức-tạp. Ngoài ra chúng tôi cũng nhận thấy trận Ấp Bắc chỉ là một biến-cố quân-sự thông-thường, mặc dầu đây là lần đầu-tiên toàn-bộ một tiểu đoàn Bộ-binh được trực-thăng-vận đến điểm tập-trung (4). Sau nữa, chúng tôi không thấy có điều gì quan-hệ đến mức độ giới truyền-thông Hoa-Kỳ phải đem ra mổ xẻ để lươ.ng-giá chiến-tranh Việt-Nam.

Sau đây là những nét chính về cuộc hành-quân nàỵ

Lire la suite : Trận Ấp Bắc

 

Trận Ấp Bắc (2 tháng 1, 1963)  Ký ức của một  quân y sĩ .

Lời nói đầu:  Trận Ấp Bắc xẩy ra cách đây 40 năm, là một bại trận của Quân đội Quốc Gia. Vâng, một bại trận, vì không có một danh từ nào khác để đánh giá trận này. Quân Cộng sản do Hanoi điều khiển, xưa nay vẫn chỉ quen du kích chiến, đã giám đương đầu trong suốt một ngày với Quân đội Quốc Gia đông người và nhiều phương tiện hơn, đã thắng trận này và đã bảo toàn được lực lượng khi rút lui. Thất bại này của phe ta, hoàn toàn do sự bất tài bất lực của cấp chỉ huy. Lý do chính là việc dùng người của Tổng thống Ngô đình Diệm, không tin những ai  thật sự yêu Nước và có khả năng, mà chỉ vì ưa nịnh và sợ đảo chính, đã cho giai cấp gia nô khiếp nhược nắm hầu hết chức vụ then chốt trong Quân đội. Trường hợp điển hình là việc điều quân một cách bết bát ngoài sức tưởng tượng trong trận Ấp Bắc, khiến chúng ta đáng lẽ thắng lớn, mà đành phải chịu thua một địch quân yếu hơn chúng ta nhiều. Trận Ấp Bắc còn có một ảnh hưởng chiến lược lớn lao: trước hết Ðồng minh Hoa Kỳ đánh giá lại khả năng của Quân đội Quốc Gia và mượn cớ này để sửa soạn đổ quân ào ạt vào miền Nam, điều mà chính Tổng thống Ngô đình Diệm không muốn chút nào! Thứ hai là bộ máy tuyên truyền của Hanoi  mở hết tốc lực thổi phồng chiến thắng Ấp Bắc lên như một Stalingrad của phe Cộng sản, vận động tinh thần quân cán và gửi thêm nhiều người và khí cụ vào miền Nam từ sau trận này. Tôi viết bài này để tưởng nhớ đến những quân nhân của Quân đội ta đã hy sinh trong ngày 2 tháng 1 năm 1963 tại Tân Thới – Ấp Bắc vì họ đã không được chỉ huy, và đặc biệt 18 chiến binh của TÐ8ND đã cùng chúng tôi nhẩy xuống vùng đồng lầy nước đọng này chiều tối hôm đó, và đã bỏ mình một cách oan uổng vì sự  kém cỏi cũng như tính toán ngu xuẩn của những người chỉ huy đương thời.

Trong bài này, đôi khi tôi ôn lại những kỷ niệm cũ không liên quan gì với đề tài chính, mong những mẩu chuyện ngoài đề đó giúp các chiến hữu đọc giả nhớ lại quãng đời  chúng ta đội mũ đỏ phục vụ Quê Hương.

Bác sĩ  Hoàng Cơ Lân – Cựu Y sĩ trưởng SÐND/ QLVNCH

Lire la suite : Mekong Forum

 

Chiến thắng Ấp Bắc trong trang sử oanh liệt của dân tộc

Bị thất bại thảm hại trong chiến lược “chiến tranh đơn phương” ở miền Nam; năm 1961, Mỹ chuyển sang thực hiện chiến lược “chiến tranh đặc biệt”, nhằm dập tắt cuộc chiến tranh giải phóng của nhân dân miền Nam.

Để thực hiện chiến lược này, chính quyền Mỹ đề ra kế hoạch Staley – Taylor nhằm  bình định miền Nam trong vòng 18 tháng; trong đó, biện pháp quan trọng hàng đầu là tăng cường xây dựng lực lượng quân ngụy, dùng lực lượng quân ngụy mạnh do cố vấn Mỹ chỉ huy, được một số đơn vị quân Mỹ yểm trợ, áp dụng chiến thuật cơ động bằng máy bay trực thăng và xe thiết giáp (chiến thuật trực thăng vận và thiết xa vận) để nhanh chóng đập tan lực lượng vũ trang cách mạng.

Theo Thượng tướng Trần Văn Trà, chiến thuật trực thăng vận và thiết xa vận nguy hiểm ở chỗ “với trực thăng chở quân được bố trí tại các căn cứ quân sự  có ở khắp nơi, Mỹ có thể đưa quân ngụy tấn công vào bất cứ vùng rừng núi hiểm trở hay bưng biền, sông rạch nào trong vòng một vài tiếng đồng hồ một cách bất ngờ; với trực thăng vũ trang, Mỹ có thể bắn phá và chi viện cho quân ngụy bằng súng liên thanh và hỏa tiển từ trên trời bất chấp địa hình và cả thời tiết; xe thiết giáp M.113 là loại xe có vỏ thép chống đạn, được trang bị mạnh, dùng chở bộ binh tấn công đột phá vào trận địa đối phương, lại chạy được trên địa hình bình thường hay lầy lội sông rạch”; trong khi đó, quân giải phóng và du kích của ta mới chỉ được trang bị súng bộ binh nhẹ và chưa có cách đánh thích hợp cũng như kinh nghiệm  để đối phó với những chiến thuật “tân kỳ” của địch.

Bằng những nỗ lực chiến tranh điên cuồng, địch đã gây cho lực lượng võ trang giải phóng nhiều khó khăn và tổn thất. Do đó, việc đề ra một chiến thuật mới để đánh bại chiến thuật “trực thăng vận” và “thiết xa vận” của Mỹ – ngụy là một yêu cầu cấp bách và sống còn  của quân dân miền Nam. Trước tình hình đó, ngày 7 – 9 – 1962 tại căn cứ Hưng Thạnh (nay thuộc huyện Tân Phước, tỉnh TG), Đoàn cán bộ của Ban Thường vụ Trung ương Cục miền Nam, do Phó bí thư Võ Chí Công làm Trưởng đoàn, đã có cuộc họp với Khu ủy Khu 8 và Tỉnh ủy Mỹ Tho.

Lire la suite : Tien Giang University

 

Đặng Minh Nhuận, người tham gia chỉ huy trận Ấp Bắc (1)

Trận Ấp Bắc đã có tiếng vang cả nước và trên thế giới. Theo dòng lịch sử, có người hỏi, người chỉ huy trận đánh nổi tiếng đó là ai, nhất là thế hệ trẻ tìm hiểu tên, họ quê quán người anh hùng để tri ân người đã làm rạng danh truyền thống vẻ vang của dân tộc.

Trong bài này chỉ đề cập một phần của một mũi chiến đấu của Đại đội 1, do Đặng Minh Nhuận chỉ huy, phản ánh từ hai phía để suy nghĩ và “quyển nhật ký” của người Đại đội trưởng để lại là một di sản quý, tuổi trẻ yêu nước với lý tưởng hoài bão lớn không thể không biết đến.

Trận Ấp Bắc

Với phương tiện tạo sức cơ động nhanh, sức tấn công ác liệt, hai năm 1961 – 1962, Mỹ – ngụy đã giành thế chủ động một số chiến trường. Mỹ đã huênh hoang với những chiến thuật tân kỳ “trực thăng vận”, “thiết xa vận”, “bủa lưới phóng lao”, “phượng hoàng vồ mồi”… Chúng sẽ làm chủ mặt đất, mặt nước và trên không. Từ “uy lực vô biên” này đã gây chiến tranh tâm lý. Không ít người quan tâm đến thời cuộc với tư tưởng “băn khoăn, lo lắng”. Câu hỏi đặt ra : “Làm sao đối đầu với Mỹ – ngụy và đánh thắng Mỹ – ngụy với thiết bị và vũ khí trang bị đến tận răng như thế?”.

Suốt năm 1962, Mỹ – ngụy gấp rút triển khai kế hoạch Staley – Taylor nhằm giành toàn thắng trong vòng 18 tháng với hai biện pháp chủ yếu : một là lập ấp chiến lược dồn dân, vừa thanh lọc tiêu diệt người yêu nước, hai là dùng vũ khí tối tân ra sức càn quét tiêu diệt lực lượng quân sự, đặc biệt là bóp chết du kích chiến, sẵn sàng lập nhà tù “thà tù đày lầm hơn thả lầm”. Ý đồ chúng giành toàn thắng vào năm 1963.

Nguyễn Long Hồ – Theo sách Những người con trung hiếu.

Lire la suite : THVL

 

Vietnam Stamp

Kỷ niệm Chiến thắng Ấp Bắc (02-01-1963)

Ngày 02-01-1963, tại Ấp Bắc, xã Tân Phú, huyện Cai Lậy, nay thuộc tỉnh Tiền Giang, một đơn vị Quân Giải phóng với số quân ít hơn đối phương 10 lần, dựa vào xã chiến đấu, đã đập tan cuộc càn quét quy mô lớn của của đối phương gồm 2.000 tên, có nhiều máy bay, trọng pháo, tàu chiến và xe lội nước yểm trợ, đánh tan chiến thuật « trực thăng vận » và « thiết xa vận » của địch. Chiến thắng Ấp Bắc đánh dấu sự trưởng thành nhanh chóng về nhiều mặt của lực lượng vũ trang Cách mạng Miền Nam, chứng tỏ quân và dân Miền Nam hoàn toàn có khả năng thắng Mỹ về quân sự trong « chiến tranh đặc biệt ».

Ngày 20-12-1963, Mặt trận Dân tộc Giải phóng Miền Nam Việt Nam phát hành bộ tem « Kỷ niệm 3 năm ngày thành lập Mặt trận Dân tộc Giải phóng Miền Nam Việt Nam » gồm 2 mẫu, trong đó có mẫu tem « Chiến thắng Ấp Bắc » do họa sĩ Nguyễn Thế Vinh thiết kế.

Source : Viet Stamp

En savoir plus

Trận Ấp Bắc

Truong Nhu Tang: Mémoires d’un Vietcong [1985]

Parmi les centaines de milliers de boat people anonymes ayant fui le Vietnam depuis la chute de Saïgon, se trouvait en 1978 un témoin très particulier : Truong Nhu Tang, membre fondateur du Front National de Libération, ministre de la Justice du Gouvernement révolutionnaire Vietcong et adversaire déterminé du régime saïgonnais pro-américain.

Ce livre est tout d’abord l’histoire personnelle d’un homme devant sa formation intellectuelle à la France, qui a lutté durant plus de dix ans pour la libération de son pays et qui a fini par le quitter, constatant que le remède était pire que le mal. Mémoires d’un Vietcong est surtout l’histoire du conflit vietnamien racontée pour la première fois par un acteur important de l’autre bord. Principal responsable vietcong en exil, Truong Nhu Tang est particulièrement bien placé pour présenter l’autre version du plus tragique conflit néo-colonial: « Je crois que l’Occident ne sait presque rien du Vietcong, de ses projets, de ses difficultés, de ses conflits internes surtout. Les circonstances propres à la guerre, et le grand soin que la révolution a apporté à camoufler son propre fonctionnement ont contribué à la marquer du sceau du secret. Mais le Vietcong n’était pas monolithique… »

Truong Nhu Tang, né en 1923 à Saigon, est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, licencié en droit, ancien élève de l’Ecole du commissariat de la Mariné de Toulon. Il a été directeur général de la Société Sucrière Nationale du Vietnam membre fondateur du FNL, ministre de la Justice du GRP, et du Sud Vietnam « libéré » pendant l’année qui a suivi la chute de Saïgon. II est réfugié en France depuis 1978. David Chanoff est assistant professeur de sciences politiques à Hancard. Doan Van Toai, auteur de Le goulag vietnamien (Robert Laffont), est à l’Institut d’Etudes Asiatiques de Berkeley.

Réf. : Truong Nhu Tang, Mémoires d’un Vietcong, Paris, Flammarion, 1985, 347 p. (trad. de l’américain par Amal Naccache)

 

  • CR de lecture par Bui Xuan Quang dans Politique Etrangère, 1985, Vol. 50, n° 4, pp. 1047-1048 à lire sur Persée
  • CR de lecture par Pierre Brocheux dans Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 1986, Vol. 11, n° 11, p. 139 à lire sur Persée
  • CR de lecture en vietnamien par Minh Võ, « Hồi ký của một tên Việt Cộng » en ligne sur Giao Cam, Saigon Online (pdf)

* * *

 A Viecong Memoir (édition en langue anglaise)

This is a moving if rather naive account of life as a Vietnamese revolutionary, written by one of the Vietcong’s highest-ranking leaders who is now in exile in the West. Thoroughly disillusioned, the author describes how Hanoi used Southern « bourgeois » revolutionaries to overthrow the Saigon government and then quickly shunted them aside after victory. It is unfortunate that Southern patriots such as this one did not understand earlier the nature of the Hanoi regime they served so well. To this day the author, while critical of all the key actors in the Vietnam drama-the North, the Thieu government and the United States-does not devote much space to self-criticism. Yet as one of Saigon’s privileged elite, he cooperated directly or indirectly with Hanoi for 20 years.

Source : Foreign Affairs, Reviewed by Donald S. Zagoria. Fall 1985.

Interview en français avec Nguyen Thi Binh [1981]

“Interview with Nguyen Thi Binh, 1981.” , 02/16/1981, WGBH Media Library & Archives, (accessed 08 Nov 2012)

Madame Nguyen Thi Binh was the Foreign Minister of the National Liberation Front, and a repre­sen­ta­tive at the Paris peace talks. At the time of the inter­view, she was the Minister of Education of the Socialist Republic of Vietnam, and she later served for ten years as Vice President of the coun­try.

In the inter­view she des­cri­bes life in colo­nial Saigon, joi­ning the Viet Minh, and the three years spent in a French prison. Mme. Binh then des­cri­bes her poli­ti­cal invol­ve­ment in the Provisional Revolutionary Government and the peace nego­tia­tions in Paris.

* * *

Series Vietnam: A Television History
Barcode 301131
Duration 00:29:18:29
Standard NTSC
Physical format Digital betacam
Type Original footage
Place Covered Hanoi, Vietnam

Source : Open Vault WGBH Media Library and Archives

Madame Nguyen Thi Binh on the atrocities of war Vietnam [1966]

Nguyen Thi Bình, head of the Delegation of the Provisional Revolutionary Government at the Paris Conference on Vietnam. This January 27, 1973 photo depicts the signing of documents at the agreement table during the Paris Peace Accords that turned the page on war in Vietnam, to began the process of peace.

In Vienna in 1966, Madeline Duckles, interviews 38 years old Nguyen Thi Bình, member of the Central Committee of the National Liberation Front of South Vietnam. Speaking with quiet courage, Madame Thi Bình shares a woman’s perspective on the atrocities of war, the need for peace through the enactment of an electoral democratic process in the region, the desire for peace negotiations with President Johnson’s White House and the critical needs of the South Vietnamese people, especially its children, to live and survive in spite of ongoing military conflict and violence.

 

“How does war affect the lives of your children, and what is your attitudes toward us, the American people?” asks Madeline Duckles in her interview.

“To answer you on this question means great pain to us…” answered Madame Thi Bình as she describes the actions of American soldiers and military operations during the war.

Pacifica Radio Preservation Access Project

Producer: Madeline Duckles
from the Pacifica Radio Archives

Translation: Madame Le Thi Cao

Date: 1968, Los Angeles, CA, USA

Length: 44:34 min

A écouter sur : Women News Network

Background:

Madame Nguyen Thi Bình, (born Nguyen Châu Sa on 26 May 1927), was a leading delegate to the Paris Peace Conference, working on behalf of the National Front for the Liberation of South Vietnam.

Born in 1927 in Sa Ðéc province, Madame Thi Bình, was the granddaughter of Phan Chu Trinh, a social leader staunchly opposed to the use of violent means to bring democracy to Vietnam. He was also dedicated and worked to bring modern education to the region.

His daughter, who later became known as Madame Nguyen Thi Bình, studied French at Lycée Sisowath in Cambodia. Initially she worked as a teacher, later joining Vietnam’s Communist Party in 1948.

From 1945 to 1951, Thi Bình took part in various intellectual movements against the French authorities which subsequently lead to her arrest between 1951 and 1953 in Chi Hoa prison (Saigon). After serving her jail term, Madame Nguyen Thi Bình participated in the peace movement for the implementation of the Geneva Agreement.

During the Vietnam War, Thi Bình became a member of the Vietcong’s Central Committee and a vice-chairperson of the South Vietnamese Women’s Liberation Association. In 1969, she was appointed foreign minister of the Provisional Revolutionary Government of the Republic of South Vietnam and played a major role in the signing of Paris Peace Accords on Vietnam, an agreement that provided the diplomatic means for America troops to pull out of the region, helping to engage and start the process to restore peace in Vietnam.

The Paris Peace Accords on Vietnam were entered into force, January 17, 1973. The war in Vietnam was finally declared over April 30, 1975.

Madame Nguyen Thi Bình is regarded today as a symbol of women’ s role in the “Resistance War”. After April 1975, she was appointed Minister of Education in a united Vietnam. She was elected Vice-President of the Socialist Republic of Vietnam in 1992 and then re-elected in 1997 and has served as Vietnamese Vice-President.

On September 4, 1995, at the United Nations 4th World Conference in Beijing, China, Madame Nguyen Thi Bình spoke to Dr. Gertrude Mongella, the Secretary General of the conference saying,

“Like many other countries, my country, Vietnam has lived through long years of wars which have ravaged this already-poor land and left behind millions of orphans, widows, disabled and missing-in-action. Vietnamese women. as part of their nation have been tested by harsh trials and countless hardships. They have derived therefrom their exceptional endurance and tenacity, their ability to survive and to persist in their full identity through the storms of life, just like the Vietnamese bamboo tree, which is supple but unbreakable, which bends under the wind but does not break, and which afterwards, stand again as straight and proud as before.”
_______________________

©2011 Women News Network – WNN

* * *

NXP /CPR 1612671 – 11/05/1968 -Paris : Mrs. Nguyen Thi Binh, head of the National Liberation Front’s delegation at the enlarged Paris peace talks, speaks during a press conference here 11/05. Mrs Binh flatly ruled out any ceasefire in South Vietnam before the withdrawal of American troops. UPI Cablephoto (PR 222). © 1968 UPI

Ma famille, mes amis et mon pays – Gia đình, bạn bè và đất nước – Hồi ký Nguyễn Thị Bình

Nguyễn Thị Bình, Gia Đình, Bạn Bè Và Đất Nước. Hồi Ký Nguyễn Thị Bình, Nhà xuất bản Nxb Tri Thức, 2012.

Compte rendu de lecture par Doãn Thi Ngọc.

Les lecteurs vietnamiens attendaient avec impatience la publication des mémoires de Madame Nguyễn Thị Bình Ma famille, mes amis et mon pays, par la Maison d’édition Tri Thức –Savoir-. Beaucoup de ces fidèles lecteurs sont venus assister à la rencontre organisée avec Madame Bình à l’occasion de la présentation de son livre le 3 juillet 2012 à Ho Chi Minh Ville.

L’événement le plus marquant et les fonctions importantes de Madame Bình dans l’histoire du pays.

C’est la simplicité, le charme et le dynamisme de l’auteure du livre qui attiraient les lecteurs. Brillante diplomate vietnamienne, Madame Bình est non seulement connue en tant que vice-présidente de la République du Viet Nam et première femme ministre des affaires étrangères du pays, mais elle a également acquis une grande renommée à l’échelle internationale quand elle était à la tête de la Délégation du Front National de Libération et du Gouvernement révolutionnaire provisoire de la République du Sud-Viet Nam lors de la conférence de paix à Paris entre 1968 et 1973. L’écrivain Nguyên Ngọc dans sa préface constate que le livre ne fait pas le récit détaillé des péripéties ou des tensions qui ont pu exister lors de la conférence. Les lecteurs seront toutefois attirés par la personnalité de Madame Bình qui a fait preuve, avec une grande habileté, d’une diplomatie à la fois souple et ferme tout au long des années de la conférence. Elle avait le talent de convaincre et de faire reculer l’ennemi face à des arguments imparables. En 1973, elle représentait le Gouvernement révolutionnaire provisoire de la République du Sud – Viêt Nam pour la signature des accords de paix de Paris. Pendant toutes ces longues années des négociations, elle a respecté l’esprit d’humanisme et de tolérance dans la confrontation avec l’ennemi hérité de nos ancêtres.

Après la réunification du pays en 1975, Madame Bình a successivement assumé les fonctions importantes de : ministre de l’Éducation Nationale de 1976 à 1987, vice-présidente de la République Socialiste du Viêt Nam de 1992 à 2002, député à l’Assemblée Nationale (de 1976 à 2001). Elle a parallèlement assumé des fonctions de haut rang au sein du Parti Communiste Vietnamien : telle celle de vice-présidente de la commission des relations extérieures du Comité central. Actuellement, sa retraite est très active : elle est présidente de la Fondation Paix et Développement du Viêt Nam et de la Fondation de Protection des enfants du Viêt Nam, ainsi que présidente honorifique de l’Association des victimes de l’agent orange du Viêt Nam.

Ses mémoires Ma famille, mes amis et mon pays racontent la vie de Madame Bình depuis son enfance à Đồng Tháp où elle est née en 1927 jusqu’à aujourd’hui. La richesse des souvenirs et des événements qui jalonnent toute sa vie ne lui a pas permis d’entrer dans le détail au cours d’un livre de 300 pages. Madame Bình explique : « Quand j’ai commencé à écrire ces mémoires, je n’avais aucun document ou écrit sur mes activités antérieures et ma mémoire n’est pas parfaite ». Les 14 chapitres du livre ont une force d’attraction telle qu’une fois commencée la lecture du livre, le lecteur ne peut s’arrêter avant la fin.

Son style simple et sincère attire et fait vibrer le cœur des lecteurs avec des récits vrais sur le profond amour maternel, l’affection entre frères et sœurs, l’amitié entre amis et camarades de lutte, l’amour de la patrie et la solidarité internationale. Au fur et à mesure de la lecture des mémoires de Madame Bình, les lecteurs partagent davantage ses réflexions, ses questionnements et ses émotions, admirent le courage du peuple vietnamien dont elle et ses proches, ses amis et ses camarades font partie, s’inclinent devant les sacrifices de plusieurs générations pour l’indépendance de la patrie.

 

La responsabilité envers le pays est la première priorité

Chaque page de ces mémoires associe les événements de la guerre au sens des responsabilités dont doit faire preuve une femme vietnamienne à l’égard de son pays. Madame Bình a dû renoncer à son examen de baccalauréat et quitter le Cambodge pour le Viêt Nam afin de participer à la résistance. À un autre moment, elle dut se séparer temporairement de son bien aimé et camarade de lutte Đinh Khang qui devait gagner le Nord. Elle resta dans le sud pour continuer la résistance et, elle et son futur mari se sont attendus pendant les 9 années de résistance contre les Français. La seule nouvelle qu’elle a reçu de lui durant ces longues années fut un petit mot écrit sur un bout de papier : « J’espère que toi ainsi que ta famille est saine et sauve » (p. 26). Mais leur amour allait se consolidant avec le temps. Ils se sont finalement mariés au retour de la paix en 1954. Les années qui suivirent leur mariage, ils se virent peu et elle ne put s’occuper de leurs enfants parce qu’elle devait effectuer de longues missions loin de la famille. Elle raconte :

“À l’âge de deux ans, mes enfants étaient en pension à la crèche et ne rentraient à la maison qu’une fois par semaine. Si j’étais occupée, leurs oncles allaient les chercher, et s’ils étaient occupés, ils ne rentraient pas…Leur père était dans l’armée et ne pouvait s’occuper d’eux non plus. Quand j’étais en mission loin d’eux et que j’apprenais que les bombardements étaient proches de chez eux, j’étais très angoissée et me languissais d’eux… C’était la guerre, il y avait tant de personnes qui faisaient des sacrifices, nous n’avions pas de choix ! (p.29).

 

Développer le pays par l’éducation

Elle nous donne son point de vue sur le rôle de l’éducation. Pour elle l’éducation est un secteur de pointe, la base du progrès du pays et contribue au développement des ressources humaines de la société. Elle met l’accent sur la probité et l’intégrité dans le processus éducatif. On est une personne digne quand on est sincère envers soi-même, sa famille, ses amis et son pays. Lors d’entretiens avec des journalistes, elle a évoqué les faiblesses de notre système éducatif trop orienté vers les exploits formels. C’est pourquoi, une réforme profonde et totale de l’éducation est nécessaire. À la jeunesse vietnamienne, elle envoie un message disant qu’il faut toujours étudier et aspirer à acquérir du savoir. Il faut définir clairement les objectifs de l’éducation, étudier pour son propre avenir, pour aider la famille et pour servir le pays.

Elle a assumé la fonction de ministre de l’Éducation nationale de 1976 à 1987, une période de difficultés économiques. Sous sa direction et grâce à ses initiatives, l’éducation nationale et les enseignants ont surmonté maintes difficultés et ont accompli des réformes dans différentes filières de l’éducation nationale:

  • Réunification des systèmes éducatifs du Nord et du Sud Viêt Nam,
  • Des milliers d’enseignants du Nord sont venus au Sud pour y combler le manque d’enseignants,
  • Réforme de l’éducation, pour intégrer la théorie et la pratique dans le système éducatif,
  • Organisation d’une conférence nationale sur les mesures nécessaires pour améliorer les conditions de vie des enseignants,
  • Modification du système salarial des enseignants pour y intégrer l’ancienneté,
  • Instauration de la fête des enseignants, le 20 novembre, création des titres d’ « enseignant du peuple » et d’ « excellent enseignant » (1983),
  • Déclaration de Sầm Sơn sur la réforme éducative et l’intégration de l’enseignement professionnelle à l’éducation,
  • Mise en place de la société des services de l’éducation pour augmenter les revenus des enseignants.

Dans le chapitre “Les points que je me donne la responsabilité de clarifier” madame Bình évoque sa conception de l’esprit de réconciliation nationale et donne son juste point de vue sur les contributions à la paix et le patriotisme des personnages politiques et des intellectuels vivant au Sud Viêt Nam. Le lecteur peut admirer sa sincérité et aussi son courage en lisant ces lignes : « Moi et les camarades qui ont milité dans le Front National de libération, nous discutons souvent de la réconciliation nationale (…). C’est la morale vietnamienne. À l’égard des Américains, notre ennemi dans le passé, nous sommes capables de pratiquer le principe de « fermer le passé, regarder vers l’avenir », il n’y a donc pas de raison que les Vietnamiens ne puissent se réconcilier, se solidariser pour reconstruire ensemble le pays » (p. 211). L’écrivain Nguyên Ngọc décrit ainsi la personnalité de Madame Bình : «Madame Bình est à la fois persévérante dans ses idéaux et flexible, réceptive vis-à-vis des idées innovantes… Travailler avec elle, c’est découvrir toujours du nouveau dans son esprit et dans son âme ».

En conclusion, les mémoires de Madame Nguyễn Thị Bình, « Ma famille, mes amis et mon pays », sont un message de l’esprit et l’âme vietnamiens, un témoignage de la reconnaissance envers les générations antérieures, un message de paix et de solidarité internationale. Elle consacre les dernières lignes de ses mémoires à la jeunesse : « Il ne faut pas oublier les précieuses leçons de nos prédécesseurs, la priorité est l’intérêt du pays, il faut surmonter les difficultés, être fidèle à son idéal, apporter la liberté et le bonheur au peuple. Le bonheur du pays sera celui de nos jeunes générations » (p. 292).

Compte rendu : Doãn Thi Ngọc
Traduction française : Thái Thị Ngọc Dư

Source : GAS – Gender & Society

* * *


Nguồn: vinabook.com