Archives par mot-clé : exécution

Phan Tấn Hưng : Những gì tôi biết về Trần Văn Bá [Việt Báo, 12/01/2017]

[ndlr] Commémoration de la mort du résistant pro-démocrate Tran Van Ba, fusillé le 8 janvier 1985. Rappel de la généalogie familiale tragique et du destin de Ba, ancien président de l’Association Générale des Vietnamiens de Paris (AGEVP). L’incarnation d’une résistance de long terme à l’oppression sous toutes ses formes.

CÂY CÓ CỘI, NƯỚC CÓ NGUỒN:
Trước khi nói về Trần Văn Bá, chúng ta thử tìm hiểu gia đình Trần Văn Bá. Bên Ngoại: Ông Cậu của TVB là Bùi Quang Chiêu, tốt nghiệp kỹû sư canh nông đầu tiên của VN được đào tạo tại Pháp, sáng lập viên đảng Lập Hiến VN năm 1919, bị CS ám sát tại Chợlớn năm 1945 cùng với 4 con trai và cô gái út, tổng cộng 6 người. Bên Nội: Thân phụ của TVB là Trần Văn Văn, tốt nghiệp HEC tại Pháp, kháng chiến chống Pháp trong thập niên 40, tham gia chính phủ Trần Trọng Kim năm 1945, bộ trưởng kinh tế trong chính phủ do Bảo Đại điều khiển (chính phủ độc lập đầu tiên), dân biểu trong quốc hội Lập Hiến năm 1966, hiện đại hóa chính trị, kinh tế và xã hội cho đất nước VN, bị CS ám sát ngày 07 tháng 12 năm 1966 tại Sàìgòn (sau khi trả lời phóng viên ngoại quốc ông sẽ ra tranh cử Tổng Thống năm 1967).

TRẦN VĂN BÁ:
*. Sanh ngày 14 tháng 5 năm 1945 tại Sadec, miền Nam VN

Lire la suite : Việt Báo, 12/01/2017.

phan-tan-hung_nhung-gi-toi-biet-ve-tran-van-ba_11-1-2017

 

Chùa Điều Ngự tưởng niệm anh hùng Trần Văn Bá

[ndlr] Commémoration du trentième anniversaire de la mort de Trần Văn Bá (1945-1985) résistant anticommuniste exécuté le 8 janvier 1985.

TuongNiem_TranVanBa
Bàn thờ tưởng niệm anh hùng Trần Văn Bá tại chùa Điều Ngự, Westminster, California. (© 2015 Linh Nguyễn/Người Việt) – Autel à la mémoire de Tran Van Ba

Westminster, California (NV) – Buổi lễ tưởng niệm anh hùng Trần Văn Bá, “người hy sinh vì tự do, công lý, dân chủ cho Việt Nam” bị cộng sản hành quyết ở Việt Nam năm 1985, diễn ra lúc 11 giờ sáng Thứ Bảy tại chùa Điều Ngự, Westminster.

“Chúng tôi, nhân lễ hiệp kỵ cho người thân yêu của rất đông các Phật tử, được Hòa Thượng Viện Chủ Thích Viên Lý cầu nguyện, nên cũng xin Ngài cho làm chung lễ tưởng niệm anh hùng Trần Văn Bá để mọi người được nhắc đến sự hy sinh cao cả vì nước, quên mình của một sinh viên trẻ,” ông Lê Kim Thuận, một Phật tử thuộc ban tổ chức, cho biết.

Ban tổ chức giới thiệu ông Võ Văn Thiệu, một sinh viên du học bên Ý năm 1978, cùng thời tranh đấu với anh hùng Trần Văn Bá, chia sẻ tình cảm về người người bạn của mình.

“Hai ngày trước đây là lễ giỗ năm thứ 30 ngày Trần Văn Bá ra đi, để về với các anh hùng dân tộc. Anh không còn là con của một gia đình, thành viên của một đoàn thể, mà là con ngoan của mẹ Việt Nam, là gương sáng cho thế hệ mai sau, là người hùng của tuổi trẻ Việt Nam,” ông Thiệu nói.

Ông kể một kỷ niệm mà ông vẫn nhớ đến ngày hôm nay.

“Tôi hỏi sao anh Bá còn trẻ mà giỏi về chính trị. Anh ấy trả lời rằng nhờ rót trà cho thân phụ là Cụ Trần Văn Văn, và các bạn hữu của cha khi đến chơi nhà, anh Bá được nghe đủ thứ chuyện về những khắc khoải cho vận mệnh của đất nước. Do đó, lòng yêu nước thấm vào người. Năm 1979 khi tôi đến Mỹ định cư, anh Bá lại trở về nước tiếp tục đấu tranh. Thế tôi mới phục,” ông Thiệu nói.

Sau đó, ông cho mọi người nghe lại lời kêu gọi đòi hỏi tự do, công lý, và dân chủ cho Việt Nam của Trần Văn Bá, trước những làn sóng vượt biển của người tị nạn Việt Nam, tủa đi khắp nơi vì không muốn Cộng Sản Việt Nam tước đoạt quyền làm người.

Lire la suite : Nguoi Viet, 10/01/2015.

 * * *

Commémoration à Paris le 17 janvier 2015

Voir aussi sur Mémoires d’Indochine :

 

Vo Nguyen Giap : Naissance d’une armée [5] – La terreur blanche à Cao-Bac-Lang

Giap_QDNDVN[ndlr] Suite du récit du général Vo Nguyen Giap. La répression s’abat sur les révolutionnaires de la Ligue Viêt-Minh et les villages suspects.

LA TERREUR BLANCHE A CAO-BAC-LANG

Il importe de préciser que pendant les années 1942-1943, le mouvement de la Ligue Viêt Minh dans les provinces du Cao-Bac-Lang (1), avait pris une envergure sans précédent.

Trois des neuf districts du Cao Bang étaient des « districts à cent pour cent » (Ha Quang, Hoa An et Nguyen Binh) et nous avions des bases partout ailleurs. Dans le Bac Can, le mouvement avait gagné quatre districts. Du côté de Lang Son, il atteignait déjà That Khe. Il était particulièrement fort dans les régions Man, notamment chez les Man Blancs dans la région de Thien Thuat et chez les « Man à sapèques » dans la zone Quang Trung.

Je prendrai comme exemple le district de Ha Quang, région de population clairsemée, constituée pour la plus grande part de minorités Nung. Selon les chiffres du Comité du district, en 1941, les membres des organisations pour le salut national s’élevaient à 1.053 ; en 1942, ils étaient 3.096, dont 1.049 éléments sûrs, et 235 miliciens d’autodéfense et d’assaut. Le district avait organisé six cours de formation politique et trois cours de formation militaire accélérés. En 1943, toute la population avait adhéré aux organisations pour le salut national, qui comptaient 5.453 membres dont 2.250 éléments sûrs,  1.004 miliciens d’autodéfense et 15 détachements d’autodéfense et d’assaut ; le district avait ouvert onze cours de formation politique et 26 cours de formation militaire. La population avait en outre créé dix écoles pour commencer à liquider d’analphabétisme. En de nombreuses localités, les femmes plantaient des légumes, élevaient des vers-à-soie pour collecter de l’argent au profit des cadres clandestins.

Du point de vue militaire, dans toutes les localités organisées dans l’interprovince, la plupart des jeunes gens et jeunes filles participaient aux formations de miliciens de choc et avaient suivi plusieurs périodes d’entraînement militaire. On peut dire que, pendant la période clandestine, dans les régions rurales du Cao-Bac-Lang avait réussi à organiser et à armer toute la population.

En 1942 et 1943, le Comité interprovincial forma de nombreuses promotions de cadres militaires. A plusieurs reprises, des revues et des manœuvres militaires furent organisées. Les manœuvres qui se déroulèrent au village de Hong Viet en juillet 1943, mirent en action plus de mille hommes dont des miliciens d’autodéfense, des miliciens de choc, des cadres de la Ligue Viêt Minh à l’échelon communal et des éléments sûrs des organisations pour le salut national. On visait ainsi à apprendre aux cadres à commander et à parfaire l’entraînement des détachements de miliciens de choc. Par ailleurs ces manifestations de force achevaient de donner confiance aux masses révolutionnaires, aidaient à rallier les éléments flottants et intimidaient les réactionnaires locaux. Mais avec une telle méthode, on risquait facilement de découvrir nos forces, de dévoiler nos secrets et de provoquer la répression.

On se préoccupait également de stocker des vivres. Chaque district avait ses greniers de paddy et de mais en vue de l’insurrection. Les masses appliquaient fidèlement la tactique de la terre brûlée telle que nous la leur avions enseignée. Les paysans creusaient des abris au plus profond de la forêt ; ils y faisaient du feu pour sécher et durcir la terre, puis ils boisaient le trou et y installaient enfin des claies de bambou pour recevoir le paddy ; à une certaine hauteur, ils fermaient le coffrage avec des planches et des claies et recouvraient le tout de terre. Les achats d’armes avaient pris les proportions d’un mouvement de masse. Chaque famille cherchait par tous les moyens à acheter des armes de contrebande aux soldats des forces de Tchang Kaï-Chek, quitte à vendre un buffle ou du paddy pour les payer. En plusieurs points, on avait ouvert des forges pour réparer les fusils à amorce, les carabines de chasse et fabriquer des armes blanches, coupe-coupe, sabres, poignards, etc… Nos compatriotes répondaient magnifiquement et en masse aux collectes de fer, de cuivre, de socs de charrue, de cuvettes et de plateaux en cuivre, en ferraille, etc…

Les colonialistes français, vendus aux fascistes japonais, mettaient en œuvre tous les moyens dont ils disposaient dans l’espoir d’étouffer dans l’œuf l’insurrection armée. Ils menaient de pair une répression féroce et des manœuvres démagogiques. Ils cherchaient dans une première phase à liquider nos organisations de base et à couper les voies de ravitaillement des cadres clandestins. Après quoi ils déclenchaient des opérations militaires pour mettre la main sur les P.C. secrets du Viêt Minh.

C’est précisément au moment où s’intensifiait la répression que je quittais le camarade Chu Van Tan dans la région limitrophe de Cho Chu et Cho Don pour revenir à Cao Bang.

A mi-chemin, près du chef-lieu de Bac Can, je pus déjà constater les premières manifestations de cette terreur blanche. Arrivé à Na Lum, village isolé sur le sommet du mont Phia Booc, dont le nom signifie « rizière abandonnée », je reçus une lettre du camarade Duc Xuan, chef du Détachement de Propagande d’assaut pour « la marche vers le Sud », me signalant une montée du mouvement et me proposant de descendre participer à un meeting dans la vallée. Duc Xuan était un excellent propagandiste très actif et très courageux, qui composait de belles chansons populaires. J’avais déjà atteint un village au pied de la montagne, lorsque j’appris que l’ennemi avait envoyé des troupes contre notre base près de Phu Thông. Par manque de vigilance, le camarade Duc Xuan avait été surpris en pleine réunion, et abattu. L’ennemi lui avait tranché la tête et les bras pour les exposer au marché.

Notre route se trouvait donc coupée. La population, en plein désarroi.

Je fis demi-tour et, par des pistes traversant la chaîne du Phia Booc, je gagnai Cao Bang. Comme je l’ai dit plus haut, j’arrivai à Kim Ma au moment des fêtes du Têt. Là aussi, l’ennemi était en train d’intensifier la répression. Il s’intéressait particulièrement aux régions où s’étaient déroulées de grandes manœuvres militaires.

Le P.C. du Comité interprovincial, qui se trouvait dans la vallée de Lam Son, avait été encerclé à plusieurs reprises par la troupe. Chaque fois, notre tactique avait été de décrocher en évitant l’engagement et de nous replier provisoirement ailleurs. Un jour l’ennemi ouvrit un feu nourri de mortiers sur le siège du journal Vietnam Indépendant, mais sans aucun résultat. D’ailleurs les tirailleurs qu’on envoyait contre nous ne brillaient guère par leur courage. Il suffit qu’un jeune gars du P.C. criât : « A l’assaut » pour les faire détaler en quatrième vitesse.

Dans d’autres localités, l’ennemi cherchait à employer la ruse. Il affichait des proclamations, rassemblait la population et lui recommandait de vaquer tranquillement à ses occupations, sans se laisser influencer par les « rebelles Viêt Minh ». Il déclarait qu’il garantissait à tous ceux qui avaient rejoint le maquis, la liberté de revenir chez eux et invitait les cadres clandestins à passer au service du « gouvernement ». Résultat : fiasco complet ! Ces manigances n’eurent pas le moindre effet dans nos rangs car nos adhérents avaient été préparés à cette éventualité.

Les impérialistes reprirent alors la répression. Ils renforcèrent leurs réseaux de mouchards, installèrent des tours de garde aux points névralgiques et dans les localités les plus révolutionnaires. Ils créèrent de nouveaux « bang ta » (notables chez les minorités), augmentèrent les effectifs de la garde indigène et organisèrent des groupes francs mobiles. Ils recherchaient et arrêtaient les cadres révolutionnaires, y compris leurs parents. Toute famille qui avait un de ses membres parmi nos cadres ou soupçonnée d’entretenir des relations avec les maquis risquait de voir sa maison incendiée et ses biens confisqués. Dans beaucoup de localités, les greniers où l’on cachait le paddy furent découverts et incendiés. De nombreux villages furent impitoyablement rasés. Quiconque était pris en possession de documents Viêt Minh, était immédiatement passé par les armes, décapité et mutilé, la tête et les membres étant exposés sur le marché. La tête de nos militants était mise à prix. La moins chère valait 1.000 piastres et une tonne de sel ; certaines étaient cotées jusqu’à 20.000, voire 30.000 piastres.

Tirant l’expérience de la terreur blanche à Bac Son et Vu Nhai, l’ennemi donna l’ordre de concentrer les villages. Tous les hameaux reculés de moins de vingt maisons reçurent l’ordre de quitter leur emplacement  pour se regrouper en des points déterminés. Combien de villages furent ainsi laissés à l’abandon ! Les habitations étaient démantelées. Que de fois, du haut de la montagne, le cœur serré, nous avons été les témoins impuissants des incendies qui ravageaient, dans la vallée, les villages de nos camarades. D’un bout à l’autre de la zone de Cao-Bac-Lang, ce n’était que dévastation et désolation.

Dans les nouveaux centres de concentration, la population menait une vie des plus misérables. Tout gros village devait être ceinturé d’une triple haie de bambous, et assurer la garde de nuit. Le contrôle d’identité avait lieu chaque jour. Couvre-feu de six heures du soir à six heures du matin. Défense absolue d’emporter du riz hors du village. Des paysans furent fusillés sur place pour le seul fait de transporter une touque de paddy pour préparer les semences ou un panier de riz au marché.

Des agents s’infiltrèrent dans nos rangs pour y semer le doute et la discorde. Il ne se passait pas un seul jour sans que la troupe fît irruption dans les villages pour massacrer, piller, incendier, obliger la population à partir en corvée ou à signer des papiers par lesquels elle s’engageait à ne plus suivre le Viêt Minh.

Devant cette situation, le Comité interprovincial du Cao-Bac-Lang décida de mobiliser les masses pour réagir. Les cellules du Parti, les comités Viêt Minh de village devaient organiser leur « comité d’assaut anti-terroriste » avec les membres du Parti et les meilleurs éléments des organisations pour le salut national. Parallèlement, nous renforcions les mesures contre les infiltrations de réactionnaires dans les organisations patriotiques. La population ne se laissait pas abattre. Chaque fois que la troupe entrait dans un village pour le saccager, nos jeunes militants des deux sexes se répandaient dans les maisons pour soutenir le moral des gens. Cependant, les atrocités de l’ennemi ne furent pas sans provoquer localement certains flottements. Il y eut des villages où la population proposa de suspendre les activités de la Ligue. Ailleurs, une cinquantaine de jeunes gens et de jeunes filles se réfugièrent dans les forêts.

Le Comité interprovincial du Cao-Bac-Lang donna des directives aux cadres qui vivaient encore dans la légalité : renforcer la vigilance pour ne pas tomber aux mains de l’ennemi, se préparer à passer dans la clandestinité, ne pas dormir chez soi la nuit ; dans la journée être toujours accompagné de gardes du corps, avoir sous la main un stock de vivres pour deux ou trois mois, garder le contact avec les responsables pour pouvoir passer dans la clandestinité en cas d’alerte. Le nombre des clandestins augmentait rapidement. Le Comité interprovincial décida de les organiser en « noyaux clandestins » chargés d’entretenir le mouvement. Chaque « noyau clandestin » groupait les camarades d’une ou deux communes, pour la plupart des membres du Parti qui avaient dû partir de chez eux pour se cacher dans la forêt. Il avait son P.C. dans une petite hutte de rien du tout – quelques lattes de bambou pour dormir, un toit d’herbes sèches ou de feuilles de bananiers – au sommet d’une montagne, en pleine jungle. Le sentier menant à mon P.C. empruntait ainsi le lit d’un ruisseau qui descendait en cascades. Il était impossible de passer ailleurs que dans le courant, ce qui présentait l’avantage d’effacer toute trace ; mais nous étions tout trempés chaque fois que nous arrivions à la cabane.

Un « noyau clandestin » groupait en général de quatre à cinq personnes, parfois même jusqu’à dix, qui vivaient selon une stricte discipline. L’emploi du temps suivait un programme rigoureux réparti entre l’agitation des masses, l’étude politique et l’entraînement militaire. La journée était consacrée aux études et aux travaux agricoles. On prenait le repas de bonne heure, vers trois ou quatre heures de l’après-midi. A la tombée de la nuit, les clandestins sortaient de la jungle pour se rendre au rendez-vous. Ils avaient un mot de passe ou un cri convenu pour se faire reconnaître par les membres du Parti ou les éléments sûrs de nos organisations qui, au mépris de leur vie, venaient leur apporter des vivres, faire le rapport sur la situation et demander des directives pour enrayer la répression dans chaque localité et chaque hameau. Tard dans la nuit, ils dormaient quelques heures à la belle étoile, quand le temps le permettait. A l’aube, ils reprenaient le chemin du P.C. Il fallait coûte que coûte avoir atteint la jungle avant que la brume matinale se levât pour ne pas encourir de critiques, mais surtout pour ne pas causer d’ennuis à la localité. Cette vie pleine de dangers et de privations, cette volonté tenace de garder le contact avec les organisations de base et la population, insuffla une puissante combativité aux masses révolutionnaires.

L’ennemi voyait bien qu’il n’avait pu couper le lien entre le Parti et les masses, entre les noyaux clandestins et les hameaux. Il intensifiait la répression, implantant des postes partout ; il encerclait des massifs montagneux et pénétrait dans la jungle, en poussant devant ses colonnes la population civile des vallées. De nuit, il envoyait des patrouilles tendre des embuscades aux confluents des ruisseaux. A l’aurore, des éclaireurs Man se glissaient dans la brume à la découverte des traces qui pouvaient déceler l’emplacement des refuges clandestins. En plein été, des patrouilles n’hésitèrent pas à incendier des forêts suspectes. Un jour, nous avons failli être brûlés vifs à cause de la découverte d’un abri près d’un ruisseau. Plusieurs P.C. de noyaux clandestins furent encerclés coup sur coup. La région de Bac Can était particulièrement visée. Il m’est arrivé, avec la camarade Hoang Sam et deux militants locaux, de rester bloqué trois jours de suite au sommet d’une montagne dans le canton Hoang Hoa Tham. Nous en étions réduits à prendre l’eau des bambous et la sève de certaines lianes pour faire cuire notre riz. Toutefois, nous avons eu de chance, plus de chance que tant de nos camarades qui tombèrent sous les coups de la répression. Chaque fois que l’ennemi découvrait un P.C. clandestin, il rasait les villages aux alentours. Dans le canton Hoang Hoa Tham où le mouvement s’était développé puissamment, les deux tiers de la population avaient abandonné les villages pour se réfugier dans la jungle.

On enregistrait un recul provisoire du mouvement des masses. Certes les cœurs n’avaient pas changé, mais les gens étaient si terrorisés qu’ils en venaient à dire : « Au jour de l’insurrection, nous nous soulèverons pour écraser l’ennemi, mais d’ici là, ne comptez pas sur nous. Il suffit de contacter un clandestin pour faire raser tout le village. » Mais si nos bases dans les masses s’effritaient, comment pourrions-nous jamais déclencher l’insurrection ?

Il fallait donc coûte que coûte maintenir nos organisations dans les masses. C’est ce que nous avons expliqué dans toutes les cellules du Parti, à tous les cadres et militants de base. Quelles que fussent les difficultés, ils devaient se cramponner aux masses. La répression devait fournir une occasion de sélectionner les éléments sûrs.

Après chaque réunion, les cadres des noyaux clandestins partaient chacun de leur côté vers leur secteur, avec un boyau de riz. Ils prenaient contact avec la population sur le chemin du marché ou dans les champs. Ils lui faisaient connaître les victoires de l’U.R.S.S. et des Alliés, la montée impétueuse de la révolution dans le delta, lui expliquaient que la répression serait impuissante et dressaient des plans avec eux pour poursuivre les activités de la Ligue. A la réunion suivante, nous commencions par faire l’appel : il y avait bien des chances qu’il y eut un absent, sinon plus. En général, ceux qui ne se trouvaient pas au rendez-vous dans les délais prévus étaient tombés au cours de leur mission. Dans certaines régions, on devait se contenter, durant des mois, de maïs ou de farine de riz ; dans d’autres, on déterrait des tubercules pour remplacer le riz. Dans mon secteur, nous avons mangé pendant des mois du riz avec des fleurs de bananier sauvage. Nous les faisions cuire dans l’eau salée jusqu’à ce que disparût toute trace d’un jus noir et visqueux, particulièrement âcre ; néanmoins cela nous brûlait l’estomac. Avec un tel régime, nous n’avions presque plus la force de gravir les pentes des montagnes, les jambes nous tremblaient. Nous sommes restés sans un gramme de graisse jusqu’au moment où le mouvement redémarra sérieusement. Mais nous avions une confiance sans borne, nous étions prêts à tout sacrifier et nous allions de l’avant, résolument, gaiement.

Si les attaques lancées par l’ennemi avaient réduit nos bases, elles les avaient aussi forgées. Quelque temps après, dans plusieurs régions, le mouvement reprit et marcha peu à peu vers la lutte armée. Le Comité interprovincial du Cao-Bac-Lang donna l’ordre aux noyaux clandestins de « se militariser », c’est-à-dire d’avoir des armes et des munitions, et d’intensifier l’entraînement militaire ; les activités militaires devaient aller de pair avec les activités politiques. Les noyaux clandestins reçurent aussi l’ordre de « vivre en guérilleros », c’est-à-dire toujours sur le qui-vive, le paquetage à portée de main, prêts à partir à la première alerte.

Les districts formaient des détachements armés de sept à douze combattants, détachés de tout travail de production et là où les conditions le permettaient, une section. Ces unités régionales se chargeaient de la propagande armée, elles exécutaient les réactionnaires les plus dangereux, tendaient des embuscades aux petites patrouilles pour s’assurer la contrôle des montagnes et des forêts. Cependant, pour éviter à la population des représailles, leur champ d’activité se tenait le plus possible à l’écart des organisations de base et, de ce fait même, se trouvait limité. Les combattants chargés d’exécuter le traître Tong Doan à Kim Ma, rencontrèrent pas mal de difficultés pour lui tendre une embuscade en un point assez éloigné de nos organisations de base, car il ne s’écartait guère du village. Un de nos détachements armés eut la chance de pouvoir le prendre en filature, comme il se rendait au marché et réussit à l’abattre. Toutes les femmes qui avaient été au marché ce jour-là colportaient la nouvelle et affirmaient : – « C’est la Ligue Viêt-Minh qui l’a descendu ! » Après cela, les autres traîtres se tinrent tranquilles pendant un certain temps, mais bientôt reprirent leurs activités comme avant.

Notre route « vers le Sud » avait été coupée en plusieurs points. Nous avions dépêché coup sur coup des groupes d’assaut vers les secteurs menacés pour soutenir la population locale et maintenir nos organisations de base, mais sans obtenir davantage que des résultats partiels. Au début de 1944, la liaison avec le delta devint une nécessité impérieuse. Sur les ordres du Parti, nous avons regroupé plusieurs détachements armés locaux pour former la Section « de la Marche vers le Sud ». Un plan fut adopté. On progresserait dans le secret le plus absolu à travers la jungle pour rétablir la liaison avec nos organisations de base au pied du mont Phia Booc. Sur notre route, plusieurs villages avaient été rasés. Dans les hameaux contrôlés par les postes, la surveillance était des plus sévères. Notre section partant de Kim Ma prit la direction du Sud, marchant la nuit, se reposant le jour. La progression était pénible. Il pleuvait sans cesse. Les pluies avaient fait déborder les ruisseaux qui inondaient les sentiers. Trempés jusqu’aux os, nous nous arrêtions parfois dans les grottes où nous allumions un petit feu pour nous réchauffer et sécher nos vêtements. Puis la marche reprenait. En général, vers sept ou huit heures du matin, nous cherchions un emplacement bien abrité où, étendus sur des feuilles de latanier, nous nous reposions de nos fatigues. Parfois, pour atteindre une de nos bases, nous devions marcher pendant deux, trois nuits de suite, par des villages entièrement sous le contrôle des réactionnaires, où ne nous pouvions emprunter qu’une unique piste à proximité des postes de garde. Nous avancions alors avec précaution, évitant le moindre bruit, un clapotis de pas dans la boue, un choc de bâton sur une pierre.

Après huit ou neuf jours de marche, nous avions dépassé Cho Ra et atteint notre point de ralliement au pied du mont Phia Booc. Un certain nombre de militants qui accompagnaient la Section armée avaient apporté une pierre lithographique, du papier et de l’encre, pour faire paraître un journal sur place après avoir pris contact avec les organisations de base, consolidé le mouvement dans la région et établi le P.C. Bien que rompus de fatigue, nous brûlions d’enthousiasme ; au lieu de nous reposer, nous commençâmes à abattre des arbres pour construire nos huttes ; pendant ce temps, je chargeai le camarade Thanh Quang, dont la famille se trouvait à Cho Ra, d’aller contacter les organisations les plus sûres de la région. Il revint le soir avec de tristes nouvelles : dans les villages environnants, toutes nos organisations avaient été disloquées, de nombreuses maisons de militants incendiées. La population l’avait averti de faire attention, une grande rafle était en cours, des tirailleurs battaient les forêts. Nous avons établi un tour de garde autour de notre campement provisoire et, après quelques heures de sommeil, nous avons repris la route vers Cao Bang. Comme nous n’avions pas prévu l’éventualité d’un repli, nous avons dû nous contenter de soupe de riz sur le chemin du retour. Nous devions tous tomber gravement malades après ce voyage.

Cette grande campagne de répression nous causa beaucoup de difficultés, mais les épreuves forgèrent nos militants et les masses, et leur inculquèrent un esprit de sacrifice très poussé. Or c’était là l’une des, conditions essentielles de l’insurrection.

(1) Cao Bang, Bac Can, Lang Son.

[à suivre]

Source : Extrait de Peuple héroïque. Souvenirs de militants, Hanoi, Éditions en Langues Étrangères, 1961, pp. 121-135.

Épisodes précédents :

Trần Văn Bá, portrait d’un résistant – par Olivier Todd [1987]

[ndlr] Le 8 janvier 1985, Tran Van Ba était exécuté au Viêt-Nam pour son appartenance à un mouvement de résistance anti-communiste dénommé le Front Unifié des Forces patriotiques pour la Libération du Viêt-Nam (Mặt trận Thống nhất các Lực lượng Yêu nước Giải phóng Việt Nam). Au crépuscule de la Guerre Froide, le journaliste Olivier Todd prenait fait et cause pour ce combattant de ce qu’il appelait « la troisième résistance » vietnamienne. Il rappelait, deux ans après la mort de Ba, le parcours étonnant de cet étudiant vietnamien rentré au Viêt-Nam pour organiser la lutte armée contre l’oppresseur. Si les analyses de Todd, publiées en mai 1987, avant la chute du mur de Berlin, ont été démenties depuis par les événements, l’article n’en est pas moins intéressant car le « culte de Tran Van Ba » (ngày giỗ, l’anniversaire de sa mort) est encore pratiqué aujourd’hui en région parisienne et en Belgique par ses fidèles anciens compagnons. Une « affaire Tran Van Ba » a surgi en plein cœur du XIIIème arrondissement de Paris en 2008 lorsqu’un comité de soutien préconisa de sceller une plaque commémorative à la mémoire du résistant dans un square tranquille de cet arrondissement. Cette idée provoqua une vive réaction des autorités vietnamiennes en France pour faire échouer ce qu’elles considéraient comme une provocation. Depuis sa mort en janvier 1985, Tran Van Ba continue de hanter les esprits. C’est sans doute parce que son corps n’a jamais été restitué à sa famille.

Si Tran Van Ba suscite autant d’intérêt –  et là se trouve sans doute la cause de son engagement -, c’est son histoire familiale tragique rappelée sur sa fiche biographique en ligne :

Son grand-oncle maternel, Bui Quang Chieu, premier ingénieur agronome vietnamien formé à Paris, fondateur du Parti Constitutionnaliste du Vietnam en 1919, a été assassiné, avec ses 4 fils et sa fille cadette en 1945 par les communistes.

Son père Tran Van Van, diplômé de HEC à Paris, a consacré sa vie à la modernisation politique, économique, et sociale du pays. Combattant de l’indépendance dans les maquis dans les années 40, ministre d’État chargé de l’économie dans le premier gouvernement indépendant du Viêt-Nam présidé par le roi Bao Dai en 1949, opposant au régime autocratique de Ngo Dinh Diem, puis à la junte militaire qui lui a succédé dans les années 60, député à l’assemblée constituante, il a été assassiné le 7 décembre 1966 à Saigon, alors qu’il se portait candidat aux élections présidentielles de 1967. [source]

Cet article avait inspiré notre mémoire de maîtrise soutenu en 1997 à l’Université Paris 7 et justement intitulé « Viêt-Nam la troisième résistance. Complots et résistance subversive contre la République Socialiste du Viet-Nam 1975-1995 ». Il fut rédigé dans une revue politique vietnamienne en langue française (aujourd’hui éteinte) à partir du discours que fit Olivier Todd pour le Comité Tran Van Ba.

FG, 09/01/2013.

Tran Van Ba (1945-1985)

* * *

Trần Văn Bá, portrait d’un résistant* – par Olivier Todd

« Je ne sais pas si certains d’entre vous se souviennent du procès monté à Saïgon, dite maintenant Ho Chi Minh-Ville par les dirigeants de la République, dite ‘démocratique’ du Viêt-Nam [République Socialiste du Viêt-Nam]. Il y a trois ans, ils ont fait filmer tout le procès, dans le plus pur style stalinien : les avocats n’avaient aucun droits, les inculpés non plus. Et, parmi eux, il y en avait un, qui était reconnaissable car il avait une tâche de vin près de l’arcade sourcilière gauche. C’était Tran Van Ba…

Je crois qu’il faut essayer d’éviter de parler d’une façon trop pompeuse de Ba, même s’il a été condamné à mort, même si, dans la communauté vietnamienne aujourd’hui, il est considéré, non pas comme édifiant, mais comme exemplaire. Les communistes vietnamiens disaient que la 1ère guerre d’Indochine, c’était la première résistance, que la 2ème, c’était la deuxième résistance. Ce qu’ils n’avaient visiblement pas prévu, c’est qu’il y a une 3ème résistance, anticommuniste celle-là, et que Ba était l’un des meilleurs combattant de cette résistance.

Il était arrivé en France dans les années 1960. Son père [Tran Van Van] avait été assassiné. Il a été chargé de cours à Nanterre et ce n’était pas facile d’être chargé de cours à Nanterre dans les années 1960 parce que les nationalistes étaient immédiatement traités de fascistes. Ensuite, il a été secrétaire général de l’Association des Étudiants [AGEVP]. C’était un homme extrêmement fraternel, vigilant, inquiet, qui s’intéressait beaucoup à son pays. Il était très anticommuniste mais n’était pas d’une tolérance excessive pour le gouvernement de Saïgon de l’époque. Simplement il avait choisi son camp qui était le camp des nationalistes.

Au cours des années, il a beaucoup réfléchi, tout en étant peut-être pas au départ ce qu’on aurait appelé un intellectuel. Il a fait le premier geste de résistance, à Paris, le lendemain du 30 avril 1975, lorsque les chars communistes ont pris Saïgon. Il a été à l’Ambassade du Viêt-Nam, où l’ambassadeur n’en menait pas large, et a lui même détruit tous les documents qui s’y trouvaient parce qu’il savait que cette ambassade serait remise au pouvoir communiste. Je dis cela parce que, lorsque Saïgon est tombé le 30 avril, des centaines de milliers de dossiers laissés, soit par des Vietnamiens, soit par des Américains, sont tombés aux mains des communistes nord-vietnamiens.

Ba, pendant des années a réuni ses camarades et se demandait ce qu’il pouvait faire. Et puis il en a eu assez de parler et, surtout, il en a eu assez d’entendre beaucoup de gens de la diaspora vietnamienne, tous très bienveillants, mais tous parlaient, parlaient. Il a décidé de s’engager sur le terrain. Il a décidé d’être l’un des tous premiers résistants au Viêt-Nam, et il l’a été, et il est parti.

Il a beaucoup travaillé au Viêt-Nam. La preuve qu’il avait des réseaux de soutien et que cette résistance existe, cette preuve a été donnée par les communistes puisqu’ils ont empilé des armes près de l’Assemblée nationale à Saïgon en disant que c’était Ba qui les avaient introduites. En tout cas, quoiqu’il en soit, dans la mesure où il a pu survivre pendant deux années, en faisant des allers-retours entre le Viêt-Nam, la Thaïlande et le Cambodge, la preuve était faite, il y avait une résistance. Au Viêt-Nam comme en France, sont résistants ceux qui parlent très peu et non ceux qui s’agitent beaucoup à l’étranger.

C’est un geste assez extraordinaire. Ba savait très bien qu’il y avait une énorme différence entre les régimes autoritaires de droite et les régimes totalitaires de gauche. Ces derniers ne sont bio-dégradables. On a vu des régimes autoritaires se défaire les uns après les autres : les colonels grecs, l’Espagne de Franco, le Portugal, toute l’Amérique latine en ce moment… mais, on a jamais vu à ce jour un régime communiste, ayant été communiste, cesser de l’être. Ba, avec beaucoup d’autres, qui sont là-bas aujourd’hui ou qui travaillaient avec lui, avait fait ce pari.

Je crois que c’est tout à fait remarquable et que, il faut le dire, c’est dû à une espèce de… , je ne sais pas comment dire… , d’assurance ou même presque d’arrogance vietnamienne. Les Vietnamiens n’ont pas capitulé. Je ne sais pas si cette assurance, ou cette arrogance, est une qualité ou un défaut, en tous cas, ils sont très très endurants et je crois qu’il faut que les gens sachent : ils n’ont pas accepté la communisation, que ce soit dans l’intérêt ou pas de l’équilibre mondial. C’est pour cela que nous avons constitué le Comité Tran Van Ba… »

Olivier Todd, propos retranscrits dans Le Viêt-Nam Libre, n° 93, mai 1987, pp. 3-4.

* Le titre est de Mémoires d’Indochine.

Extrait de « Témoignages de vigilance, d’amitié et de solidarité » prononcés à l’occasion de l’organisation, le 27 avril 1987, par le Comité International Tran Van Ba et la Société Internationale pour les Droits de l’Homme (SIDH), d’un concert au profit des boat people et pour la défense des droits de l’homme au Viêt-Nam.

 

Việt Nam ! Việt Nam ! Việt Nam ! (Cablogramme de l’exécution)

[ndlr] Témoignage du journaliste Louis Roubaud sur l’exécution des 13 partisans nationalistes du VNQDD guillotinés à Yen-Bai le 17 juin 1930.

Viêt Nam ! Viêt Nam ! Viêt Nam !

(Cablogramme de l’exécution)

Yen-Bay, 17 juin, 6 heures du matin.

Viet Nam ! Viet Nam ! Patrie du Sud ! Patrie du sud !

Ici le petit jour réglementaire se confond avec la nuit. Il est 6 heures; il n’ y a pas vingt minutes que le soleil s’est annoncé en colorant de carmin le bois des Laquiers… et tout est fini.

Treize hommes ont subi le châtiment.

Cela se passait dans un pré qui aurait pu être un terrain de foot-hall et qui est encadré par quelques bâtiments neufs, sans  étage, propres et coquets, de style colonial: la caserne de la garde indigène, la maison des passagers… Je logeais dans la maison des passagers et j’ai été éveillé cette nuit par des voix, des ordres, des coups de marteau. On dressait la machine à cinquante mètres de ma chambre à coucher ! Je suis sorti en sandales et en pyjama et j’ai aperçu dans la cour de la caserne indigène de longues caisses rangées comme des dominos; j’en comptai quinze et je demandai :

– Ils sont donc quinze?

– Non, treize, mais le chiffre a été tenu secret jusqu’à la dernière minute et nous avons compté largement pour ne pas être pris au dépourvu.

Je suis rentré, je me suis étendu sous la moustiquaire, sur mon drap moite. Le travail était fini au milieu du pré. Les coups de marteau ont cessé, les voix se sont tues. Le silence s’est emparé de la nuit; les insectes se sont emparés du silence.

La sauterelle dit : « cricri » ; le margouillat dit : « tectec » ; le toquet dit : « tock qué » ; la cigale brise ses entrailles sonores et le crapaud buffle meugle comme un ruminant. Pourtant, ce vacarme est encore du silence lorsque nul être ne parle plus.

C’était une nuit d’été tonkinois, si chaude qu’on aurait voulu demander grâce, toute remplie d’humidité, empestée ou parfumée – on ne sait plus – par la pourriture végétale. Des cancrelats mordorés avaient entrepris l’ascension de mon lit, de stupides sauterelles se heurtaient contre l’ampoule électrique que j’avais laissé allumée.

Au bout d’une heure ou deux, les hommes sont revenus, mais on les entendait à peine : huit cents pieds nus de tirailleurs frappaient l’herbe. La garnison de Yen-Bay se rangeait en carré aux quatre limites du pré.

Je me suis habillé et j’ai rejoint un groupe d’Européens qui se tenaient devant le mur de la garde indigène. En face de nous, de l’autre côté du champ, derrière la haie des deux sections de tirailleurs et de la section de l’infanterie coloniale, je voyais le public indigène assez réduit et parfaitement silencieux.

A cinq heures moins cinq, le premier homme déboucha en haut du petit raidillon qui conduit de la prison à la prairie. Je dis : le premier homme, c’était plutôt un groupe : quatre fantassins coloniaux, baïonnette au canon, deux fantassins coloniaux sans armes, pour parer à la défaillance physique des suppliciés pendant le court trajet. La petite troupe était conduite par le résident de Bottini. Elle atteignit, au pas accéléré, cette chose qui était surgie peu à peu de l’ombre, qui s’était dessinée dans l’aurore et qui ressemblait à un agrès de gymnastique. La guillotine à ras de terre, une planche à peu près de la taille d’un homme, est dressée devant la lunette…

Les soldats s’écartent, Je petit supplicié en sarrau blanc apparaît. Alors, M. d ‘Hanoï, le bourreau annamite, lui met la main sur l’épaule et lui parle, il le conduit sans cesser de l’exhorter jusque devant la planche… qui bascule comme une trappe.

– Que lui a-t-il dit?
– Il lui a dit : n’aie pas peur, on ne sent rien…

Le petit groupe est retourné à la prison pour chercher le suivant.

Treize fois, M. de Bottini a interrompu l’homme en train de tirer avidement les bouffées de tabac noir par le tuyau de la pipe à eau, la caïdieu, et il a signé treize levées d’écrou.

Presque tous les condamnés avaient accepté, avec le verre de chum-chum, les bons offices des missionnaires, les pères Méchet et Dronet, qui leur proposaient de transmettre leurs dernières volontés à leurs familles; presque tous ont écrit une ultime lettre. Les deux derniers exécutés ont été Pho Duc Chinh, « Droit et Vertu » et N’guyen Thaï Hoc ou le « Grand Professeur ll. L’un était le lieutenant, l’autre le fondateur et président du parti nationaliste annamite.

Avant eux avaient expié : Bui le Conciliani, Bui le Messager, N’Guyen le Pacifique, Ha le laborieux, Duc le Mesquin, N’Guyen le Prospère, N’Guyen le Bienfaiteur, N’Guyen le Charitable, N’Guyen le Puits de pierres précieuses, Ngo le Séducteur, Do le Quatrième fils. Tous m’ont paru marcher sans forfanterie et mourir simplement .

Afin que le secret de l’exécution fût gardé jusqu’au dernier instant, les treize condamnés ont été transférés, pendant la nuit, d’Hanoï à Yen-Bay, par train spécial.

La machine est arrivée sournoisement, dans l’obscurité.

En ville, nul ne se doutait de rien. Le fourgon qui transportait la guillotine a croisé devant la place du marché une colonne de pitres et de clowns qui faisaient en musique la parade, dans les rues de la ville, pour attirer le public jusqu’à leur cirque ambulant.

Yen-Bay, 12 juin 1930, 12 heures.

Il était six heures, ce matin, lorsque je vous ai câblé. J’ai dû me hâter, je n’ai pu tout dire.

Avant l’aurore, autour de la machine éclairée par quelques lampes électriques, ceux qui avaient surveillé le montage parlaient pour attendre l’heure légale et parce que les minutes semblaient longues. Parmi eux se trouvaient quelques inspecteurs de police qui avaient voyagé cette nuit même d’Hanoï à Yen-Bay, dans le wagon de quatrième classe, avec les treize. Ils se communiquaient leurs impressions sur chacun. Pendant quatre heures de trajet, ils les avaient vus vivre leurs dernières heures. Des condamnés, liés par une main, deux à deux, conversaient familièrement entre eux avec ceux de leurs gardiens qui parlaient l’annamite et avec le père Dronet, l’aumônier de la prison d’Hanoï, qui avait entrepris de les catéchiser.

Du était lamentable et se prétendait innocent.

– C’est vrai ! appuyait Pho Duc Chinh, aussi vrai qu’il me faudrait trois têtes pour payer ma part, la tête de ce pauvre Du est de trop.

Deux autres agonisants, effondrés dans un coin, accroupis à la mode annamite, demeuraient silencieux, blêmes de peur. Mais les neuf autres s’efforçaient de s’encourager.

– Nous allons être bien accueillis à Yen-Bay, disaient-ils, nous allons trouver sur le quai de la gare nos chers camarades Hoang, Tiep, Thuyet et Luong !

C’étaient les noms de quatre hommes exécutés dans cette ville le 8 mai dernier.

– Nous ne sommes pas des criminels, mais des vaincus.

N’guyen, le Grand Professeur, discutait avec le père Dronet.

– Pourquoi voulez-vous que je me repente ? je ne regrette rien.

Et il citait les vers français :

Mourir pour sa patrie,
C’est le sort le plus beau,
Le plus digne d’envie…

Ngoc Thinh – Puits de pierres précieuses – s’informait auprès d’un inspecteur :

– Le sergent Bouhier est-il mort?

– Malgré les trente coups de coupe-coupe que tu lui as donnés, il s’est rétabli. Ce n’est pas de ta faute.

– Alors il est juste que je meure.

Ceux qui rapportaient ces paroles concluaient :

– Ce sont tous des orgueilleux; ils ont crâné toute la nuit.

Pourtant, le matin, avant l’aurore, le père Dronet et le père Mechet parvinrent à convaincre la plupart des intraitables. Dans neuf cellules, ils versèrent l’eau sur le front, déposèrent le sel sur la langue des neuf condamnés qui avaient accepté, peut-être pour prolonger leur vie de quelques minutes, d’être baptisés in extremis.

J’ai dit que pour aller de la prison au champ du supplice, les hommes, les mains liées derrière le dos, montaient un petit raidillon. Ce raidillon est surplombé par une sorte de talus, bordé d’une barrière de bambous et où s’élèvent des paillotes. Les habitants des quatre ou cinq maisons s’étaient groupés pour voir monter les condamnés. Lorsque passa Dao Van N’hit, un garçon de vingt ans que soutenaient deux robustes légionnaires, on entendit une voix de femme :

– 0 cha oi em oi!

C’était ]a mère. Ses paroles voulaient dire : Oh! hélas! mon petit enfant!

En arrivant sur la prairie, N’guyen Van Cuu, dit « Le Charitable », s’écria :

– Toi xin noi (je veux dire quelque chose)

Mais un légionnaire lui appliqua une main sur la bouche. Quelques instants après, Nguyen Van Thinh, « Le Prospère, » commença :

– Viet Nam…

Il fut bâillonné de même. Et de même encore les autres.

– Viet Nam !. .. Viet Nam !.. . Viet Nam !… Patrie du Sud !… Patrie du Sud !…

J’entendis cela plusieurs fois et le mot retentissait encore à mes oreilles lorsque j’aperçus le dernier condamné, Nguyen Thai Hoc, le Grand Professeur, le visage gras, une barbiche de lettré. Il souriait! d’un sourire simple, sans contrainte, et il saluait la foule en inclinant la tête. Lui aussi, d’une voix forte et bien timbrée entonna : « Viet Nam!… » et la main du légionnaire étouffa son cri.

• • •

Ayant vu mourir ces hommes, je suis allé cet après-midi dans la caserne, au fort, dans les petites villas d’officiers, où erraient encore les ombres d’autres suppliciés.

– Dans cette pièce obscure, me dit un officier, j’ai aperçu mon camarade Jourdan étendu. Il tenait à la main une lanterne électrique allumée dont le réflecteur était dirigé par un hasard tragique sur son visage. Je pris la lanterne, je secouai mon ami, il était mort.

Dans ce lit, Bouhier a été lardé au coupecoupe. Devant cette grille, le sergent Damour était étendu, le crâne scalpé, le ventre ouvert, les bras tordus…

Sous cette véranda, la pauvre petite Mme Robert, une jeune femme de vingt-quatre ans, avait traîné le corps de son mari, tué dans la salle à manger. Mme Robert a passé toute la nuit serrée contre le corps qu’elle ne voulait pas abandonner. De ses mains, elle comprimait sur le front du cadavre la cervelle jaillie d’une horrible blessure.

Viet Nam ! Viet Nam !… Patrie !… Cruelle Patrie

Louis Roubaud.

 

Réf. : Louis Roubaud, Viet-Nam, la tragédie indo-chinoise, Paris : Librairie Valois, Enquêtes, 1931, pp. 153-163.

Aperçu de la réédition de cet ouvrage (2010) sur Google Books