Archives par mot-clé : études urbaines

Séminaire : « Produire et vivre la ville au Vietnam d’hier à aujourd’hui »

[ndlr] Un nouveau séminaire sous la direction de Marie Gibert, Maître de conférences en Géographie, Université Paris Diderot, UFR LCAO.

 

« Produire et vivre la ville au Vietnam d’hier à aujourd’hui »


Vendredi de 10 h à 12 h – Bât. Halle aux farines – salle 377 F

12 séances réparties du 27/01 au 05/05

Ce nouveau séminaire de recherche interdisciplinaire de l’UFR LCAO, dont la thématique est inédite, rend compte de la riche actualité des études urbaines en lien avec le terrain vietnamien, et plus largement d’Asie orientale. Ce séminaire s’adresse donc aux étudiants s’intéressant aux mutations des villes vietnamiennes, mais aussi à la compréhension du développement des villes asiatiques de manière plus générale. Il offre un panorama bibliographique et épistémologique critique sur les enjeux urbains dans la région, par l’analyse d’articles scientifiques dans un champ de recherche en pleine expansion. Il propose également une approche plus théorique des études urbaines et de leurs outils, toujours dans une perspective pluridisciplinaire.

Chaque séance thématique s’accompagne de la mise à disposition et de la discussion de ressources bibliographiques récentes et multilingues, permettant de se familiariser avec la variété croissante des problématiques contemporaines de recherche sur les villes vietnamiennes, mais aussi de mises au point sur des notions théoriques, permettant de (re)penser les villes et leurs mutations contemporaines de manière critique. La ville y est abordée dans ses composantes morphologiques, mais également sociales et politiques.

Ce séminaire est ouvert à tous (dans la limite des places disponibles) et ne requiert pas de connaissances spécifiques en langue vietnamienne.

  • Séance 1 (27 janvier 2017) – Séance d’introduction : Les villes vietnamiennes, trajectoires historiques et enjeux géographiques
  • Séance 2 (3 février) – Séance « hors les murs » sur les espaces publics et les espaces ouverts dans les villes d’Asie
  • Séance 3 (10 février) – Villes et colonisation en contexte vietnamien
  • Séance 4 (17 février) – De la ville socialiste à la ville post-socialiste
  • Séance 5 (24 février) – Les villes vietnamiennes à l’heure de la métropolisation
  • Séance 6 (3 mars) – Le défi de l’informalité dans la ville vietnamienne contemporaine
  • Séance 7 (10 mars) – Les territoires du périurbain au Vietnam
  • Séance 8 (17 mars) – Les villes vietnamiennes, défis environnementaux
  • Séance 9 (24 mars) – Aborder la ville par les pratiques citadines
  • Séance 10 (31 mars) – Villes, mobilités, migrations
  • Séance 11 (28 avril) – Villes en réseaux : introduction à l’urbanisme relationnel
  • Séance 12 (5 mai) – Séance conclusive : Produire la ville en contexte autoritaire

Programme détaillé (pdf) :

programme_1617_seminaire_villes_vietnamiennes_gibert-flutre

Contact : marie.gibert@univ-paris-diderot.fr

Image « à la une », le Saigon Café à HCM-Ville © 2016 FG

Marie Gibert & Emmanuelle Peyvel : Unpacking the figure of the backpacking neighbourhood Pham Ngu Lao in the making of Ho Chi Minh city

[ndlr] Signalement d’un article très intéressant sur le quartier « routard » de Saigon.

sear-logo

Unpacking the figure of the backpacking neighbourhood Pham Ngu Lao in the making of Ho Chi Minh city

Marie Gibert (University Paris Diderot, France) & Emmanuelle Peyvel (University of Brest, France)

Abstract
Our article aims to understand the participation of the ‘backpacking neighbourhood’ Pham Ngu Lao in the current metropolization process of Ho Chi Minh City. This neighbourhood is representative
of Vietnamese ‘glocalization’. By this term, we mean the abilities of local stakeholders to benefit from the opportunities created by an increasingly global economy. These skills are reflected not only in innovations and landscape transformations to attract tourists, but also in ‘reactivations’ based on older urban practices. We question not only the production of specific urban territories through backpacking activities, but also the spatial and social inequalities they generate. By doing so, our intention is to combine tourism studies and urban studies to ‘unpack’ the figure of the backpacking neighbourhood and to go beyond the idea of urban enclaves.

Keywords
Backpacking economy, Ho Chi Minh City, local stakeholders, metropolization, tourism globalization, urban production, Viet Nam

Ref.: Gibert, M. and Peyvel, E, « Unpacking the figure of the backpacking neighbourhood Phạm Ngũ Lão in the making of Hồ Chí Minh city », South East Asia Research, first published on October 24, 2016 doi:10.1177/0967828X16674823

Source : SEAR

Image « à la une » :  Le « quartier routard » en soirée © 2014 E. Peyvel

 

Danielle Labbé : Land Politics and Livelihoods on the Margins of Hanoi, 1920-2010

Labbé_LandPoliticsAndLivelihoodsOnTheMarginsOfHanoi1920-2010[ndlr] Avis de parution, présentation de l’éditeur.

In the late 1990s, planning authorities in the Vietnamese capital of Hanoi pushed the imaginary line between city and country several kilometres westward, engulfing dozens of rural settlements. As state policies forced rapid urbanization, villagers whose families had farmed the land for generations saw rice fields levelled, irrigation canals filled, and large avenues flanked by residential towers, big-box stores, and office buildings spring up.

Danielle Labbé considers a century of change to the settlement of Hòa Mục — a community that underwent a rapid transition from rural village to urban neighbourhood. Through extensive research in the community, Labbé studies not only the changing lives of villagers, but also the state regulations and territorialization projects that drove these changes on the outskirts of Hanoi, and the early urban changes in the decades that preceded the reforms and continue to influence the area’s urbanization.

Despite the new buildings, the end of farming activities, and the arrival of a large new population, the former villagers still consider Hòa Mục their homeland. The compelling story of this single village is both a portrait of a population that has endured despite drastic upheavals and a new analytical window onto Vietnam’s ongoing urban transition.

Danielle Labbe is a professor of urban planning at the Université de Montréal.

Table of Contents

List of Figures and Table
Acknowledgments
Abbreviations
Chronology

Introduction
1 The Early Urban Transition (1920-40)
2 Uneven Socialist Revolutions (1940-65)
3 Eating by Points and Coupons Is Not Enough (1965-80)
4 The New Urban Territorial Order (1980-2010)
5 Land for Fresh Ghosts, Land for Dry Ghosts
Conclusion

Notes
References
Statutes Cited
Index

Source : University of British Columbia Press

Introduction PDF : LandPoliticsAndLivelihoodsOnTheMarginsOfHanoi

* * *

Résumé en français

Land Politics and Livelihoods on the Margins of Hanoi, 1920-2010 – Danielle Labbé (2013)

A la fin des années 90 et sous l’injonction des autorités planificatrices de la capitale vietnamienne, le front urbain de la métropole de Hanoï s’est étendu vers l’Est, englobant ainsi plusieurs dizaines d’établissements et de villages ruraux. Cet ouvrage, en prenant pour cas d’étude l’un de ces villages, Hoa Muc, aujourd’hui devenu un quartier urbain, interroge les processus qui ont participé à cette transformation, des dynamiques étatiques aux héritages urbains antérieurs. Au travers d’une mise en récit de l’histoire du village nous est présenté à la fois un portrait de sa population et des ses mobilisations, en même temps qu’un nouveau cadre de compréhension et d’analyse de la « transition urbaine » qui se déroule en ce moment au Vietnam.

Source : Université de Montréal, Observatoire Ivanhoé Cambridge du Développement Urbain et Immobilier

Péninsule n° 64 : Etudes khmères ? 1 – Outils pour une approche du Cambodge contemporain

[ndlr] La revue Péninsule consacre deux numéros au renouvellement des Etudes khmères en France. Le premier numéro intitulé « Outils pour une approche du Cambodge contemporain » vient de paraître. Il propose en neuf tableaux un parcours pluridisciplinaire dans l’histoire et la société du Cambodge contemporain. Il s’agit de faire le point sur les thématiques privilégiées par la khmérologie actuelle. Les analyses sur l’historiographie et la religion côtoient l’histoire quantitative ou la science-politique et s’intéressent aux récentes transformations culturelles, urbaines, spatiales et économiques de ce pays.

Cette initiative est le fruit d’un colloque organisé conjointement par l’Association d’Echanges et de Formation pour les Etudes Khmères (AEFEK), l’Institut National des Langues et Civilisations orientales (INALCO) et le Centre Asie du Sud-Est (CASE) du CNRS. Rappel ci-dessous des résumés en ligne sur le site de la revue Péninsule.

 

I. Les cadres culturels hérités

L’emprunt et l’empreinte culturelle khmère

Jacques DOLIAS, Docteur en études khmères (INALCO).

La société cambodgienne marque sa vitalité et son originalité par la manière dont elle a adopté les mythes, récits et légendes empruntés, qu’ils proviennent de l’Hindouisme (exemple du dieu Viśvakarman) ou du Bouddhisme (témoignage de la déesse Terre Braḥ Dharaṇī peu avant l’illumination du Bouddha). Elle a réajusté les emprunts à l’aune de son propre univers légendaire et animiste. Dans leurs choix, les Khmers n’ont pas manqué non plus de reconnaître quelques-uns des éléments mythologiques ou religieux orientaux que les anciennes populations austro-asiatiques véhiculèrent d’est en ouest, dont certains furent intégrés aux mythes indiens.

De la religion au Cambodge comme phénomène historique

Alain FOREST, Professeur à l’Université Paris-VII-Denis Diderot.

Cet article présente un essai d’histoire religieuse du Cambodge, à paraître aux éditions Les Indes savantes (Paris, 2012). Il s’agit, d’une part, de tenter une histoire ‘générale’, des origines à nos jours – en étant conscient des limitations d’un tel projet ; d’autre part, d’établir un lien constant entre histoire religieuse et histoire de la société cambodgienne. L’ouvrage épouse les données classiques concernant la chronologie des grands mouvements religieux au Cambodge tout en accordant une attention particulière aux synthèses entre ces grands mouvements et les expressions populaires locales. Il met ainsi en lumière la capacité enveloppante du bouddhisme mais aussi quelques-unes de ses limites : le rapport à l’animalité, le devenir des défunts… Il interroge également la portée socio-politique des réformes du bouddhisme depuis le début du XXe siècle.

* * *

II. Du protectorat à l’indépendance

Gens de la rizière à l’époque du protectorat français. Essai d’histoire quantitative sur l’accès à la terre des paysans khmers

Mathieu GUÉRIN, chargé de recherche au Centre de Recherche en Histoire Quantitative, UMR 6583 CNRS.

Le traitement des archives cambodgiennes et françaises sur la période du protectorat français au Cambodge par les méthodes de l’histoire quantitative permet d’aller bien au-delà de la récolte des informations contenues dans les sources. L’utilisation des documents fiscaux, judiciaire et administratif émis par les administrateurs cambodgiens et français de Kompong Thom au début des années 1930, permet ainsi de montrer que l’accès à la terre n’était pas assuré pour tous, mais aussi que les femmes pouvaient jouer un rôle important en tant que chef d’exploitation agricole ou encore que la société villageoise cambodgienne était largement dominée par les hommes de la tranche d’âge 40-60 ans.

Relire l’historiographie des Cambodgiens

David CHANDLER, Professeur émérite à l’Université de Monash.

L’historiographie cambodgienne, traditionnellement limitée au genre des chroniques royales (rājabaṅsāvatār), a pris son envol sous le régime de Lon Nol (1970-1975), avant de s’altérer sous les Khmers Rouges (1975-1979) lorsque les gens du commun ont été forcés de penser à eux-mêmes ainsi qu’à leur société en des termes narratifs. Aujourd’hui libérée des contraintes de son cadre traditionnel, l’histoire nationale cambodgienne revêt un intérêt plus grand qu’il ne l’a jamais été pour la plupart des Khmers.

 Khmers et autochtones : des études orientalistes aux idéologies ethnonationalistes

Catherine SCHEER, doctorante en ethnologie, Centre Asie du Sud-Est, CNRS/EHESS, UMR 8170.

Cet article se propose d’étudier la place qui fut attribuée au Cambodge à ceux qu’on regroupe aujourd’hui sous le titre de « minorités autochtones nationales ». Avant d’aborder des thèses ethno-nationalistes forgées par les élites cambodgiennes depuis l’indépendance, il s’agira de retourner à des travaux de khmérologues qui leur ont servi de sources d’inspiration. On peut enfin s’interroger sur l’influence que de telles constructions idéologiques ont pu avoir sur la manière dont ces minorités définissent aujourd’hui leur identité au sein de la nation khmère.

* * *

III. Les bouleversements urbains

À la recherche des savoirs urbains. Les enjeux socio-spatiaux du marché du logement à Phnom-Penh

Gabriel FAUVEAUD, doctorant en géographie, ATER à l’IEDES, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8586-PRODIG.

L’accélération des investissements immobiliers locaux engendre une transformation rapide des espaces urbains de Phnom Penh. Au-delà des stratégies économiques, l’organisation des échanges et de la construction de logements sont tributaires de l’accès à certaines ressources socio-spatiales. La mobilisation par les individus et les groupes de leur capital spatial, la sollicitation de leurs réseaux socio-spatiaux et la captation d’informations territoriales semblent être des enjeux de premier plan dans le déploiement des
stratégies immobilières.

Siem Reap : processus et enjeux de la fabrication d’une ville touristique

Adèle ESPOSITO, docteur de l’Université Paris Ouest-Nanterre. Laboratoire IPRAUS de l’ENSAPB

La ville de Siem Reap, située aux portes du site d’Angkor, connaît, depuis l’inscription de ce dernier dans la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO (1992), un développement sans précédents. L’article examine les processus de fabrication urbaine qui mettent en échec les nombreux documents de planification proposés par des experts de la coopération internationale. L’analyse des démarches et des logiques de l’activité constructive offre des clés de compréhension, en montrant que promoteurs et investisseurs élaborent des procédures qui contournent le cadre réglementaire et leur permettent d’accéder à un véritable pouvoir de transformation de la ville.

Des bidonvilles aux nouveaux-villages (bhūmi, dī kruṅ, bhūmi thmī). Sémantique des nouvelles formes urbaines du Cambodge et ses enseignements géographiques

Julie BLOT, Doctorante en géographie et ATER à l’Université Paris- Sorbonne, Laboratoire ENeC (UMR 8185).

Cet article se penche sur la géographie khmère à travers les termes désignant à la fois les entités traditionnelles, telles que la ville et le village, mais aussi de nouveaux espaces comme la banlieue et le bidonville. Quant aux « sites de relocalisation », créés pour accueillir les bidonvillois chassés du centre-ville, la langue peine à traduire une réalité apparue trop brutalement. Les mots désignant ces lieux nous renseignent sur la façon dont les Cambodgiens perçoivent les mutations urbaines contemporaines.

* * *

IV. Bilan économique

Le Cambodge entre réalité économique et fiction statistique (1990-2010)

Marie-Sybille de VIENNE, professeur des universités, INALCO, directrice du Centre d’études sur l’Asie du Sud et du Sud-est (ASIES EA 4512)

En 1970, le profil productif élémentaire (corrélation du PNB et du PNB/capita) du Cambodge le situait dans la même catégorie que le Sri
Lanka, dans une position voisine de celle du Cameroun. La même opération effectuée à l’année 2010 révèle un profil comparable à celui du Mali, loin derrière les deux pays précédemment cités. Pour autant, une plus ample analyse statistique, couplée à un passage sur le terrain, montre une activité économique n’ayant que peu à voir avec celle du Mali, alimentée par des investissements étrangers (IDE) qui, cumulés, représentent près de 60% du PNB : le Cambodge se retrouve ainsi au 4e rang de l’ASEAN. Qui plus est, les flux d’aide au développement sont supérieurs aux IDE. Quel est donc l’incidence de ce double apport en capitaux sur l’économie cambodgienne ?

Documents en ligne en pdf :

Source : Revue Péninsule