Archives par mot-clé : espace transnational

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2016 : Séance 7

Année universitaire 2016-2017 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Imaginaires nationaux :

de l’empire colonial aux états-nations d’aujourd’hui

cpa_annam_surlecanaldephucam
Annam, Hue – Sur le canal de Phu Cam

 

★ ★ ★

L’espace social et transnational indochinois d’hier et d’aujourd’hui

Séance 7 : mardi 22 novembre 2016 (F004)

Cette dernière séance replacera l’espace indochinois dans son contexte eurasiatique et transnational. En se libérant d’une grille d’analyse « occidentalo-centrique », une nouvelle lecture des guerres qui ont traversées l’Indochine est possible. On peut ainsi mieux comprendre comment les interactions entre les « trois empires », américain, soviétique (puis russe) et chinois ont pesé et continuent de peser sur cet espace, à la fois péninsulaire et maritime. Le positionnement géographique et politique du Viêt-Nam apparaît central comme le démontrent les tensions en Mer de Chine méridionale et ses répercutions sur le monde transnational vietnamien et chez les voisins cambodgiens ou laotiens. Quelle sera la place des sociétés, du centre et de la marge, dans cet espace traversé par des stratégies concurrentielles ?

Source mobilisée :

  • Goscha, Christopher, « La géopolitique vietnamienne vue de l’Eurasie : quelles leçons de la troisième guerre d’Indochine pour aujourd’hui ? », Hérodote, n° 157, La Découverte, 2e trimestre 2015, pp. 23-38.

★ ★ ★

Exposés oraux

Espace social indochinois, marges, genre et sociétés civiles :


  • scott_zomiaScott, James C., Zomia ou l’art de ne pas être gouverné, Paris, Seuil, 2013. (titre original : The Art of Not Being Governed. An Anarchist History of Upland Southeast Asia)

Exposé de Thomas Licciardi

Présentation de l’éditeur : Seuil


  • ha_frenchwomenandtheempireHa, Marie-Paule, French women and the empire : the case of Indochina, Oxford University Press, 2014.

Exposé de Juliette Rolland

Présentation de l’éditeur : Oxford UP


  • formosoed_societescivilesdaseFormoso, Bernard (dir.), Sociétés civiles d’Asie du Sud-Est continentale : entre pilotage d’État et initiatives citoyennes, ENS éditions, 2016.

Exposé d’Émilie Guet

Présentation de l’éditeur : ENS éditions


Image « à la une  » : © Google Map


Séminaire Mémoires d’Indochine : Synopsis 2016

Année universitaire 2016-2017 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

MémoiresIndochine_2016_une

Imaginaires nationaux : de l’empire colonial aux états-nations d’aujourd’hui

Lieu : ENS de Lyon, site Descartes

Enseignant : François Guillemot

Courriel : francois.guillemot@ens-lyon.fr

Jour : le mardi

Horaires : 9h-12h

Salles : F114, F111, F004 (voir calendrier)

Structure du séminaire :

Chaque séance de 3 heures se décompose en deux parties. La première partie est consacrée à l’étude des documents, auparavant lus par tous. La seconde partie est consacrée aux exposés oraux des étudiants et/ou consiste en une discussion autour d’un documentaire historique. Dans tous les cas, les deux parties exigent la participation active des étudiants.

Description succincte et objectif du séminaire :

L’histoire de la décolonisation de la péninsule indochinoise a le plus souvent été présentée sous l’angle des littératures officielles marquées par le prisme des vainqueurs et dans lesquelles la parole des populations reste assez peu lisible. Le Viêt-Nam échappe en partie à cette règle car les vaincus (en outre, les Américains et les Vietnamiens exilés de la République du Sud) ont chacun de leur côté beaucoup écrit sur leur expérience de la décolonisation et de la guerre. A l’intérieur du pays, aux côtés d’une peinture héroïque et hagiographique de la révolution et de lutte pour l’indépendance, de nouveaux témoignages entendent bousculer les certitudes. Les Cambodgiens ont largement témoigné du destin de leur pays en guerre en particulier de la violence vécue pendant la dictature du Kampuchéa Démocratique. Le procès des Khmers Rouges a ravivé les traumatismes mais aussi refermé une des pages les plus sombres de l’histoire du XXe siècle. Au Laos, les nouvelles réalités locales interpellent les jeunes adultes de la diaspora sur leur identité et la mémoire collective élaborée en exil. A l’appui de nombreuses publications historiques et politiques et de construction de lieux de mémoires imposants, les vainqueurs de ces trois pays continuent d’affirmer leur légitimité gagnée au prix d’un sacrifice de plus en plus mis à mal par les réalités postcoloniales et la parole d’après-guerre.

L’objectif de ce séminaire est d’inverser la tendance générale des histoires officielles pour se plonger dans les récits de vie, témoignages et mémoires des acteurs, de réfléchir sur leur contenu explicite ou implicite, de poser un regard critique sur ces écrits (biographiques et « archives de soi »), de réintroduire ces sources « marginales » de l’histoire dans la « grande histoire » de ces pays. Cette approche, très liée aux enjeux mémoriels, permettra de mieux saisir comment nous sortons d’une période où la conscience historique prévalait pour entrer dans une ère où les mémoires envahissent peu à peu la sphère politique. Mémoires manipulées, mémoires conflictuelles ou juxtaposées, tronquées ou oubliées, chacun de ces aspects sera discuté à travers les textes et les exposés oraux du séminaire. La décolonisation de l’Indochine et ses suites avec l’avènement des États-nations postcoloniaux (Viêt-Nam, Laos et Cambodge) sera donc ici appréhendée à travers la vision originale des témoins et acteurs de ces pays. Il s’agira en quelque sorte de prendre la juste mesure des mémoires, écrites ou orales, pour interroger l’histoire récente de ces trois pays, et tenter d’élaborer une histoire vue du bas.

Cette année, le séminaire sera consacré aux imaginaires nationaux des trois pays de l’Indochine et aux entités ethniques sans États. La constitution des États-nations de la péninsule indochinoise, tels que nous les connaissons aujourd’hui, s’est faite au cours du XXe siècle par une décolonisation brutale marquée par la guerre civile. L’avènement des États indépendants, cambodgiens, laotiens ou vietnamiens, fut l’enjeu d’une âpre lutte entre différents types de systèmes politiques et projets de société tout comme d’une confrontation des imaginaires nationaux. Le séminaire s’intéressera aux multiples possibles qui ont jalonné l’histoire de ces trois pays au cours du XXe siècle ainsi qu’à leur environnement géo-ethnique. En interrogeant le passé et la mémoire, il s’agira de faire apparaître les mythes fondateurs sous-jacents (longue durée) et les sources d’inspiration de ces trois États entre décolonisation et Guerre froide ou encore d’exposer la pluralité des nationalismes.

Mots clés : imaginaire national ; nationalisme ; identité ; ethnicité ; construction stato-nationale ; discours politiques ; théories politiques ; symboles et emblèmes nationaux ; transferts culturels

Sites du séminaire :

★ ★ ★

Plan du séminaire (sous réserve de modifications) :

Séance introductive : mardi 20 septembre 2016 (F114)

  • Imaginaires nationaux d’Indochine en question (notions, modalités, calendrier)

Séance 1 : mardi 27 septembre 2016 (F114)

  • Mythes et génies fondateurs

Séance 2 : mardi 4 octobre 2016 (F114)

  • Symboles et emblèmes nationaux

Séance 3 : mardi 11 octobre 2016 (F114)

  • Les États cambodgiens (1863-1993)

Séance 4 : mardi 18 octobre 2016 (F114)

  • Les États laotiens (1899-1975)

Séance 5 : mardi 8 novembre 2016 (F111)

  • Les États vietnamiens (1802-1975)

Séance 6 : mardi 15 novembre 2016 (F111)

  • Marges, ethnies minoritaires et frontières

Séance 7 : mardi 22 novembre 2016 (F004)

  • L’espace social et transnational indochinois d’hier et d’aujourd’hui

★ ★ ★

Bibliographie

Instruments de travail :

DALLOZ, Jacques, Dictionnaire de la guerre d’Indochine 1945-1954, Paris, Armand Colin, 2006. Présentation éditeur.

DULUCQ, Sophie, KLEIN, Jean-François, STORA, Benjamin (sous la dir.) Les mots de la colonisation, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2008. Présentation éditeur.

GOSCHA, Christopher E., Historical Dictionary of the Indochina War (1945-1954). An International and Interdisciplinary Approach, Honolulu, University of Hawaii Press/Copenhagen, Nordic Institute of Asian Studies, 2012. (voir lien “Guerre d’Indochine 1945-1956″ ci-dessus). Présentation éditeur.

KLEIN, Jean-François, SINGARAVELOU, Pierre & SUREMAINN, Marie-Albane de, Atlas des empires coloniaux : XIXe-XXe siècles, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2012. Présentation éditeur.

TERTRAIS, Hugues, Atlas des guerres d’Indochine, 1940-1990. De l’Indochine française à l’ouverture internationale, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2004 (réédition 2007). Présentation éditeur.

★ ★ ★

Processus colonisation / décolonisation (connaissances générales requises) :

AGERON, Charles-Robert, La décolonisation française, Paris, Armand Colin, coll. Cursus, série Histoire, 1991.

BROCHEUX, Pierre & HEMERY, Daniel, Indochine la colonisation ambiguë 1858-1954, Paris, Éditions La Découverte, textes à l’appui / histoire contemporaine, 2001, nouvelle éd. augmentée et mise à jour. Version anglaise sous le titre Indochina: An Ambiguous Colonization, 1858-1954, Berkeley, University of California Press, 2011. Présentation éditeur (fr.)

CESARI, Laurent, L’Indochine en guerres 1945-1993, Paris, Éditions Belin, Histoire Belin Sup, 1995.

COOPER, Frederick, Le colonialisme en question. Théorie, connaissance, histoire, Paris, Payot, 2010. Présentation éditeur.

DOMMEN, Arthur, The Indochinese experience of the French and the Americans: nationalism and communism in Cambodia, Laos, and Vietnam, Bloomington, IN, Indiana University Press, 2001. Présentation éditeur.

FERRO, Marc, Histoire des colonisations. Des conquêtes aux indépendances XIIIe-XXe siècle, Paris, Éditions du Seuil, septembre 1994. Présentation éditeur.

GRIMAL, Henri, La décolonisation de 1919 à nos jours, Paris, Éditions Complexe, 1985, nouvelle édition revue et mise à jour (réédité en 1999).

HA, Marie-Paule, French women and the Empire: the case of Indochina, Oxford, Oxford University Press, 2014. Présentation éditeur.

HUGON, Anne (dir.), Histoire des femmes en situation coloniale : Afrique et Asie, XXe siècle, Paris, Éditions Karthala, 2004. Présentation éditeur.

LORIN, Amaury & TARAUD, Christelle, Nouvelle histoire des colonisations européennes (XIXe-XXe siècles). Sociétés, cultures, politiques, Paris, Presses Universitaires de France, “Le nœud gordien”, 2013. Présentation éditeur.

TARAUD, Christelle, La colonisation, Paris, Éditions Le Cavalier bleu, coll. “idées reçues”, 2008. Présentation éditeur.

★ ★ ★

Quelques lectures pour accompagner le séminaire :

ABDOUL-CARIME, Nasir / MIKAELIAN, Grégory et THACH, Joseph (eds.), Le passé des Khmers. Langue, textes, rites, Berne, Peter Lang, 2016. Présentation éditeur.

ABDOUL-CARIME, Nasir, « Note sur l’identité communautaire khmère, une approche historique et une relecture socio-politique », Péninsule, n° 50, 2005 (1), pp. 41-57.

ANDERSON, Benedict, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte / Poche, 2006. Présentation éditeur.

BREEN, Keith & O’NEIL, Shane (eds.), After the nation? Critical reflections on nationalism and postnationalism, Basingstoke, Plagrave Macmillan, 2010. Présentation éditeur.

DALISSON, Rémi, Les guerres et la mémoire, Paris, CNRS éditions, 2013. Présentation éditeur.

FERRETTI, Feredico, « Géographie et imaginaires nationaux entre le XIXe et le XXe siècle : l’invention de l’Italie et la circulation des cultures géographiques », Annales de géographie 4/2014 (n° 698) , pp. 1062-1087. Voir aussi du même auteur : « Géographie, tournant culturel et imaginaires nationaux: Risorgimento, irrédentisme et l’invention géographique de l’Italie », (PDF sur Hal SHS).

GOSCHA, Christopher, Indochine ou Vietnam ?, Paris, Vendémiaire, 2015. Traduction de Going Indochinese. Contesting Concepts of Space and Place in French Indochina, Copenhagen, NIAS Press, 2012. Présentation éditeur (fr.).

GOSCHA, Christopher, The Penguin History of Modern Vietnam, London, Allen Lane, 2016. Présentation éditeur.

LARCHER, Agathe, La légitimation française en Indochine. Mythes et réalités de la « collaboration franco-vietnamienne » et du réformisme colonial (1905-1945), Thèse d’histoire, Université Paris 7, 2000. Notice Sudoc.

LOUBES, Olivier & RODRIGO, Annelise (03/12/2013), Pierre Laborie, un historien “trouble-mémoire”, Monde sociaux : http://sms.hypotheses.org/1651

HARDY, Andrew, Red Hills. Migrants and the state in the highlands of Vietnam, Copenhagen, Singapore, NIAS press / ISEAS, 2005. Présentation éditeur.

HARTOG, François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Éditions du Seuil, coll. Points Histoire H458, 2012 (rééd.). Présentation éditeur.

HICKEY, Gerald C., Free in the forest. Ethnohistory of the Vietnamese central highlands, 1954-1976, New Haven, Yale University Press, 1982.

HUE-TAM HO TAI (ed.), The Country of Memory. Remaking the Past in Late Socialist Vietnam, Berkeley, University of California Press, 2001. Présentation éditeur.

IVARSSON, Søren, Creating Laos, The Making of a Lao Space between Indochina and Siam, 1860-1945, Copenhagen, NIAS Press, 2008. Présentation éditeur.

LE FAILLER, Philippe, La rivière Noire, l’intégration d’une marche frontière au Vietnam, Paris, CNRS éditions, coll. « CNRS Alpha », 2014. Présentation éditeur.

PAPIN, Philippe, Viêt-Nam, parcours d’une nation, Paris, Belin / La documentation française, 2003, 2e édition.

PO DHARMA, Du Flm au Fulro : une lutte des minorités du sud indochinois, 1955-1975, Paris, Les Indes savantes, 2006. Présentation éditeur.

RICOEUR, Paul, La mémoire, l’histoire et l’oubli, Paris, Éditions du Seuil, Points Essais 494, 2000 (rééd. 2003). Présentation éditeur.

TAYLOR, Philip, The Khmer lands of Vietnam: environment, cosmology, and sovereignty, Singapore, NUS Press / Copenhagen, NIAS Press, 2014. Présentation éditeur.

TODOROV, Tzvetan, Mémoire du mal, tentation du bien. Enquête sur le siècle, Paris, Robert Laffont, 2000. Présentation éditeur.

VERNEY, Sébastien, L’Indochine sous Vichy, entre Révolution nationale, collaboration et identités nationales, 1940-1945, Paris, Riveneuve, 2012. Présentation éditeur.

WATERSON, Roxana & KWOK Kian-Woon (eds), Contestations of memory in Southeast Asia, Singapore, National University of Singapore Press, 2012. Présentation éditeur.

Numéros spéciaux de revues :

BRUHNS, Hinnerk et BURGUIERE, André, « Imaginaires nationaux. Origines, usages, figures », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 58e Année, n° 1, janvier-février 2003, pp. 37-39. En ligne sur Cairn.

DEBARDIEUX, Bernard, « Imaginaires nationaux et post-nationaux du lieu », Communications, 87, 2010. Autour du lieu, sous la direction de Aline Brochot et Martin de la Soudière, pp. 27-41. En ligne sur Persée.

VIRGILI, Fabrice (éd.), “Les lois genrées de la guerre”, CLIO Femmes, Genre, Histoire, n° 39, 2014. Voir en ligne.

★ ★ ★

Travaux à faire et notation :

Présence régulière au séminaire requise, participation active, lecture et commentaire des documents proposés obligatoires (30 % de la note).

Chaque étudiant devra faire le Compte rendu de lecture [CR] d’un ouvrage sur 3 ou 4 pages (maxi) interligne 1,5 accompagné d’une recherche bibliographique autour de l’ouvrage (40 % de la note).

Le même ouvrage sera présenté oralement pendant vingt minutes au cours du séminaire (30 % de la note). Des précisions sur ces travaux seront apportées lors de la première séance du mardi 20 septembre 2016.

Mémoires d’Indochine 2016 / synopsis (PDF MàJ 21/09/2016)

Mémoires d’Indochine 2016 / sélection d’ouvrages (PDF MàJ 22/09/2016)

Image « à la une » : Tigre du zoo de Thu Dau Mot, Binh Duong © 2014 FG / Illustration du séminaire © 2016 FG

Christopher E. Goscha : Indochine ou Vietnam ?

[ndlr] Parution dans une édition révisée de la traduction de Going Indochinese. Présentation de l’éditeur. Une étude clé pour comprendre ce que fut l’Indochine en termes d’espace, de populations, de questionnements et d’imaginaires.

« L’Indochine française est formée de cinq merveilleux départements : la Cochinchine, le Cambodge, l’Annam, le Tonkin, le Laos »… Tel était le message que l’on pouvait trouver dans un ouvrage destiné, à la fin du XIXe siècle, aux enfants des écoles de cette nouvelle colonie française.

Goscha_IndochineOuVietnam

Puis vinrent la Seconde Guerre mondiale et les décolonisations, dans un mouvement de l’histoire qui paraît simple et linéaire : de l’effondrement d’un empire à l’indépendance des territoires conquis, d’une mosaïque de peuples arbitrairement réunis à la construction d’États modernes… Pourtant, les anciens colonisés continuèrent longtemps à se penser eux-mêmes comme des Indochinois. Un effet de l’éducation dispensée pendant des décennies, sans doute. Mais aussi de l’expansionnisme vietnamien, et de la longue association de ce peuple avec les colonisateurs dans l’administration des territoires. De fait, les Vietnamiens, tous horizons politiques confondus, furent bien plus enclins qu’on ne le croit à construire leur nouvelle identité sur l’ancien modèle colonial. Beaucoup trouvèrent dans la révolution et la lutte pour l’indépendance un motif d’asseoir leur domination sur les autres États de la région…

Une étude inédite sur l’identité indochinoise, qui invite à repenser l’histoire coloniale de la péninsule.

Professeur à l’Université du Québec à Montréal, Christopher E. Goscha est un historien américain spécialiste de la péninsule indochinoise dans les périodes de colonisation et de décolonisation. Pour en savoir sur ses cours, ses publications et ses recherches, voir son site personnel.

Source : Vendémiaire – Parution le 1er octobre 2015

Danielle Tan : Économies illicites, réseaux chinois et formation de l’État en Asie du Sud-Est

[ndlr] Séminaire général du CASE : intervention de Danielle Tan (Institut d’Asie Orientale – ENS Lyon) le 19 mars 2015 de 10h à 12h à la Maison de l’Asie. A ne pas manquer.

* * *

DanielleTan_Case

Économies illicites, réseaux chinois et formation de l’État en Asie du Sud-Est

Une histoire alternative du Triangle d’Or

(Thaïlande, Laos et Birmanie)

Danielle Tan

Cette recherche s’intéresse au rôle de la Chine et des réseaux chinois dans la reconfiguration d’un espace transnational particulier, à l’intersection de l’État shan en Birmanie et des provinces du nord de la Thaïlande et du Laos, que l’on nomme habituellement le « Triangle d’Or » et qui est célèbre pour avoir été le foyer historique de production de l’opium et de l’héroïne dans le monde. Ces dix dernière années, sous l’action des capitaux et des migrants chinois, ces marges frontalières, transformées en zones économiques spéciales abritant de gigantesques casinos, sont devenues de véritables enclaves chinoises bénéficiant d’un régime d’extraterritorialité rappelant ironiquement les concessions imposées à la Chine au milieu du XIXe siècle par les puissances coloniales. Alors que les analystes se sont empressés d’y voir l’émergence d’un néo-colonialisme chinois, ce projet de recherche tente au contraire, à travers une approche orientée vers la sociologie historique du politique, de mettre en avant la complexité des processus politiques à l’œuvre dans les marges montagneuses du Triangle d’Or, où les frontières entre le licite et l’illicite sont devenus floues, mais où l’imbrication des pratiques participe au processus de formation de l’État. Cette région-frontière nous invite à repenser, dans la longue durée, les relations centre-périphérie, plaines-montagnes, ainsi que le rôle des réseaux transnationaux chinois dans la formation de l’État en Asie du Sud-Est. Je montrerai comment les réseaux chinois ont constitué dans le passé – et continue d’être – des partenaires clés du projet de « last enclosure » (Scott 2009) engagé par les États lao, thaï et birman pour conquérir, rentabiliser et domestiquer leurs marges rebelles.

  • Photo_DTanDanielle Tan est docteure en science politique (Sciences Po Paris 2011). Ses principaux axes de recherche portent sur l’économie politique de la péninsule indochinoise, en particulier les dynamiques transnationales, ainsi que les transformations politiques, socio-économiques et territoriales qui résultent de la globalisation et de l’influence croissante de la Chine dans la région. Elle a commencé ses recherches au Cambodge en retraçant l’histoire de sa diaspora chinoise et a ensuite exploré le rôle joué par les réseaux transnationaux chinois dans la transformation de l’État au Laos. Après deux post-doctorats à ANU (Australian National University, Canberra) et à IIAS (International Institute for Asian Studies, Leiden), elle enseigne actuellement la science politique et les études asiatiques à Sciences Po Lyon en tant qu’ATER, et continue ses recherches en étant rattachée à l’IAO (Institut d’Asie Orientale – ENS Lyon). Elle est également chercheure associée à l’IRASEC.

Cliquez sur l’affichette pour l’agrandir.