Archives par mot-clé : espace indochinois

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2016 : Séance 6

Année universitaire 2016-2017 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Imaginaires nationaux :

de l’empire colonial aux états-nations d’aujourd’hui

sapa_hmong_1996
Jeune Hmong de Sapa © 1996 FG

★ ★ ★

Marges, ethnies minoritaires et frontières

Séance 6 : mardi 15 novembre 2016 (F111)

Il a été beaucoup question dans ce séminaire de l’espace indochinois, de sa géographie (physique, humaine et culturelle), de ses marges, de sa composition ethnique ou de ses frontières. Cette séance poursuivra l’investigation en rappelant les principales révoltes montagnardes qui ont secoué l’espace transnational indochinois de la fin du XIXe siècle jusqu’à une période récente pour tenter de saisir les multiples revendications identitaires qui entendent s’inscrire dans la durée.

Source mobilisée :

★ ★ ★

Exposés oraux

Espace indochinois colonial et post-colonial, imaginaire national et enchevêtrement des guerres :


  • anderson_limaginairenational_pocheAnderson, Benedict, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte / Poche, 2006.

Exposé de Léa Debraux

Présentation de l’éditeur : La Découverte


  • LePasséDesKhmers_couv.Abdoul-Carime, Nasir / Mikaelian, Grégory et Thach, Joseph (eds.), Le passé des Khmers. Langue, textes, rites, Berne, Peter Lang, 2016.

Exposé d’Élisabeth Beauvallet

Présentation de l’éditeur : Peter Lang


  • cesari_lindochineenguerresCesari, Laurent, L’Indochine en guerres 1945-1993, Paris, Éditions Belin, Histoire Belin Sup, 1995.

Exposé de Rémy Lacaze

Présentation de l’éditeur : Belin

★ ★ ★

Quelques ouvrages clés :

  • Guérin, Mathieu, Hardy, Andrew, Nguyen Van Chinh et al., Des montagnards aux minorités ethniques. Quelle intégration pour les habitants des hautes terres du Viêt Nam et du Cambodge ? Paris / Bangkok, L’Harmattan / IRASEC, Analyses en regard, 2003. Cote IAO : 103AV.06/227
  • Hardy, Andrew [2003], Red Hills. Migrants and the state in the highlands of Vietnam, Copenhagen, Singapore, NIAS press / ISEAS, 2005. Cote IAO : 604AV.03/1161
  • Hickey, Gerald C., Free in the forest: ethnohistory of the Vietnamese central highlands, 1954-1976, New Haven, Yale University Press, 1982. Cote IAO : 600AV.03/534

Image « à la une » : Rizières en terrasse de Sapa © 1996 FG

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2016 : Séance 2

Année universitaire 2016-2017 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Imaginaires nationaux : de l’empire colonial aux états-nations d’aujourd’hui

dainam_mapcirca1830
Carte du Dai Nam (circa 1830) sous l’empereur Minh Mang © 2016 Goscha / Penguin Books

★ ★ ★

Identité, espace, symboles et emblèmes nationaux

Séance 2 : mardi 4 octobre 2016

Cette séance poursuivra l’investigation sur les problématiques d’espaces et d’identités en péninsule indochinoise en mobilisant les cartes. La constitution de l’espace vietnamien à travers la « marche vers le Sud » puis son extension vers l’Ouest seront questionnés. A partir d’une recherche documentaire nous irons à la découverte des symboles étatiques et ethniques (hymnes et drapeaux) de la période coloniale (protectorats et colonie de l’Indochine française) à la constitution des états-nations indépendants.

Sources mobilisées :

  • ABDOUL-CARIME, Nasir, « Note sur l’identité communautaire khmère, une approche historique et une relecture socio-politique », Péninsule, n° 50, 2005 (1), pp. 41-57.
  • GIBBS, Jason, « The Music of the State: Vietnam’s Quest for a National Anthem », Journal of Vietnamese Studies,
  • Cartes à l’appui extraites de Christopher GOSCHA, The Penguin History of Modern Vietnam, London, Allen Lane, Penguin Books, 2016, pp. xi-xx.

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2016 : Séance 1

Année universitaire 2016-2017 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Imaginaires nationaux :

de l’empire colonial aux états-nations d’aujourd’hui

iyanglepecheur
Illustration extraite de M. Percheron, Contes et légendes d’Indochine (Fernand Nathan, 1947).

★ ★ ★

Mythes et génies fondateurs

Séance 1 : mardi 27 septembre 2016

La première séance de ce séminaire est une invitation au voyage, une plongée dans l’univers des contes des trois pays de la péninsule indochinoise. Notre choix s’est porté sur les contes et légendes à portée historique ou cosmologique. Ils serviront de point d’appui pour engager la discussion sur les imaginaires nationaux du Cambodge, du Laos et du Viêt-Nam. Au préalable, nous introduirons les enjeux généraux du séminaire en abordant successivement la question de l’espace indochinois, celle des identités plurielles, la rencontre stimulante entre mémoire, société et histoire ainsi que la question de la place grandissante des antagonismes mémoriels dans l’espace public. Les contes sélectionnés seront envisagés comme l’ébauche d’une écriture de soi collective.

Sources mobilisées :

  • Duong Dinh Khuê, La littérature populaire vietnamienne, Saigon, 1968. Réédité en fac-similé par les éditions Thanh-Long (Bruxelles, 1976). Voir le chapitre IX : Contes instructifs, pp. 159-179.
  • Hoc Dy Khing, Contes et légendes du pays khmer, Paris, Sudestasie / Conseil international de la langue française, 1989. Voir « Légende du temple d’Angkor Wat« , en ligne sur Khmet Network (texte en bas de la page).
  • Monod, G. H., Contes khmers, Paris, Centre de documentation et de recherche sur la civilisation khmère, 1985. Voir « Sdēch Kmēng, le Roi-Enfant », pp. 249-297 + Glossaire et notes, pp. 298-303.
  • Percheron, Maurice, Contes et légendes d’Indochine, Paris, Fernand Nathan, 1947. Voir les contes : « Iyang, le pêcheur qui devint roi (Conte pnong) » pp. 95-118 ; « La création du monde (Histoire du peuple miao) » pp. 145-153 ; « Le lac de l’Épée rendue (Conte historique tonkinois) » pp. 165-174.
  • Phinith, Savèng (trad.), Contes et légendes du pays lao, Paris, Agence de coopération culturelle et technique / Conseil international de la langue française, 1986. Voir le chapitre « Origines légendaires », pp. 18-24.

 

En complément de cette séance, l’article de Chivallon Christine, « Retour sur la « communauté imaginée » d’Anderson.  Essai de clarification théorique d’une notion restée floue », Raisons politiques 3/2007 (n° 27), p. 131-172 . URL : www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2007-3-page-131.htm.

 

Image « à la une » : ill. dos de couv. M. Percheron, Contes et légendes d’Indochine (Fernand Nathan, 1947).

Christopher E. Goscha : Indochine ou Vietnam – CR de lecture par Xiao Han

CR de lecture de Xiao Han : Goscha, Christopher E., Indochine ou Vietnam ?, Paris, Vendémiaire, 2015, 188 p.

Goscha_IndochineOuVietnamCet ouvrage est le fruit d’une étude de Christopher E. Goscha, historien américain spécialiste de la péninsule indochinoise sur la période de colonisation et décolonisation. Publié chez Vendémiaire en 2015, il retrace l’histoire connectée du Viêt Nam des années 1880 aux années 1950. Il questionne le concept d’ « Indochine française » avec des approches historiques inédites : les interactions et la collaboration entre la colonisateurs français et les colonisés vietnamiens ; comment l’expansionnisme vietnamien se forge sur le projet colonial indochinois ; les rapports et les conflits entre Vietnamiens, Cambodgiens et Laotiens. L’ouvrage prend la forme d’une chronique, depuis la création jusqu’à la défaite de l’Union indochinoise française, en appliquant une variété de dénominations (Annam1, Dai Nam, Viêt Nam2 ) qui épousent l’évolution de l’identité nationale.

Comme indiqué dans le premier chapitre, la majorité des Vietnamiens aujourd’hui n’ont pas connu la période coloniale, ni les guerres d’Indochine. Le terme « Viêt Nam » est le seul nom qui s’est imposé comme identité culturelle et étatique pour la majorité des habitants. Néanmoins, il n’était pas le seul cadre national possible, car l’histoire du Viêt Nam affiche une longue histoire coloniale interactive. « Vous sentez-vous Indochinois ? » (p. 5). Cette question, presque péjorative aujourd’hui pour les Vietnamiens, évoquait des débats importants chez les élites vietnamiennes de l’époque coloniale voire post-coloniale. Cette étude nous démontre dans quelle mesure et pour quelles raisons les Vietnamiens furent près de « devenir indochinois ».

La construction d’une identité indochinoise (1880/1930)

La mainmise française sur le territoire « indochinois » a commencé avec le traité de Saigon en 1862. Les dirigeants politiques français s’accordaient en 1887 sur la création de l’Union indochinoise, une « Indochine française » (p. 21), composée de cinq parties : Cochinchine, Annam, Tonkin, Cambodge, et Laos. Le chapitre II nous montre comment les Français ont pu convaincre les Annamites d’adhérer à cette nouvelle identité nationale : « Idéologiquement, spatialement et matériellement, les Français poussèrent les Annamites à se penser en termes indochinois » (p. 13) et ce chapitre souligne l’importance de la collaboration franco-annamite dans la construction et la gestion de la colonie.

« Jamais les Français n’auraient pu créer leur nouvel État colonial indochinois sans les Vietnamiens… » (p. 13). Pourquoi les Annamites, interroge l’auteur ? Selon les arguments racialistes des colonisateurs, les Annamites étaient considérés comme « plus dynamiques » et « plus intelligents » (p. 97) que les Laotiens et les Cambodgiens.

IndochineImagerie
« Union Française. L’Indochine ». Extrait d’une carte publicitaire « Lion Noir » © DR

Pour convaincre les Annamites de faire confiance et de participer au projet indochinois, les Français défendirent l’idée que l’Indochine n’est pas une colonie, mais une « fédération d’États » qui « se faisait dans leur intérêt » (p. 22). « L’Indochine marquait moins une rupture avec le passé qu’une continuité avec l’avenir impérial du Dai Nam, assurée par le pouvoir français » (p. 22). La mise en place des projets de modernisation faisait réellement sentir aux Annamites les avantages qu’ils pourraient tirer de cet État colonial : la construction des infrastructures et de l’industrie, la création des réseaux de transport moderne qui relaient les cinq parties de l’Indochine et le développement économique, notamment le commerce et le tourisme.

Par ailleurs, les Français promettaient un avenir aux « vieilles ambitions » (p 20) de l’expansionnisme annamite, que constituait la domination des territoires laotiens et cambodgiens : « lorsqu’elle se sentira définitivement supérieure à eux et verra sa domination s’étendre avec la nôtre, alors nous pourrons prétendre que l’avenir de l’Indochine française est définitivement assuré » (p. 22). Les Annamites sont alors étroitement associés à la gestion administrative de la colonie : « Les colonisateurs formaient les futurs fonctionnaires civils annamites » (p. 31) et les envoyaient dans les bureaux administratifs des cinq parties de l’Indochine. Cela produisit une croissance de l’immigration annamite, notamment de fonctionnaires annamites cultivés. « A partir des années 1930, les Annamites furent largement responsables […] de la direction des bureaux administratifs à l’échelle indochinoise au Laos et au Cambodge » (p. 31) souligne l’auteur. Cette « colonisation annamite » dans une forme de collaboration coloniale, a accéléré par la suite un conflit intérieur en Indochine.

MandarinsAnnamites_Brossard - Copie
Mandarins annamites de Vinh entre 1901 et 1903, par Brossard © DR

Pour renforcer l’identité indochinoise chez les Annamites, les Français mirent également en place un système éducatif colonial. La propagande coloniale pénétra l’éducation de base à travers les manuels scolaires dans le but de construire une idéologie indochinoise à la fois historique et géographique. La fondation d’une nouvelle génération d’élites annamites était au cœur de cette réforme éducative. La création de l’Université indochinoise avait pour but de « détourner les Annamites de l’emprise est asiatique […] pour les orienter vers les horizons de l’Indochine française […]. Les Français supprimèrent en 1919 le système confucéen des concours mandarinaux et le remplacèrent par un système d’éducation franco-indigène » (p. 35). Pour palier ce changement radical, la conception française de l’éducation indochinoise s’appuyait sur les Annamites, et non sur les Laotiens ou les Cambodgiens. Ces derniers préféraient les écoles de pagodes rénovées. Tous ces efforts ont eu du succès au sein d’une nouvelle génération annamite : « à partir du milieu des années 1920, les plus jeunes Annamites croyaient à la réalité de l’espace géographique, politique et économique indochinois » (p. 41) à travers « l’Union ou la Confédération indochinoise, sous la bonne protection française » (p. 42).

En définitive, « A la fin des années 1920, de nombreux Annamites trouvaient plus facile d’endosser des vêtements indochinois. Et cela, de façon somme toute assez naturelle » (p. 34).

La réception de l’identité indochinoise chez les élites annamites

Face aux menaces anticolonialistes et communistes, Albert Sarraut, le gouverneur général de l’Indochine, évoqua l’idée d’une « fédération indochinoise » (p. 49), et d’une « constitution indochinoise » (p. 50) en 1919 visant à protéger la colonie. Cette « autonomie indochinoise » (p. 50) de manière administrative chez les Français était reprise par les élites annamites qui soutenaient la collaboration franco-indochinoise, dans une sorte d’alliance pro-française, « en termes politiques » (p. 50).

IndochineFrançaise_CartePolitique

Comment « lier la destinée des Annamites à un futur indochinois » (p. 52) ? La question des limites géographiques provoqua de nombreux conflits chez les nationalistes à partir des années 1920. Le Parti Constitutionnaliste Indochinois fut un des pionniers à répondre à ce sujet, avec une attitude pro-française fervente. Il soulignait que le futur État indochinois devait être « le prolongement naturel de la destinée annamite précoloniale » (p. 51). L’argument de ce discours était lié à la « vielle ambition » d’expansion annamite vers les territoires de l’ouest. Cela démontait que les Annamites, comme les Français, avaient aussi « une mission coloniale à accomplir en Indochine » (p. 55). Comme eux, ils portaient un regard raciste et exotique sur les ethnies minoritaires de l’ouest.

Mis a part la raison politique, le développement économique de l’Indochine était une autre motivation importante pour les partisans de l’alliance franco-annamite qui étaient souvent des entrepreneurs capitalistes annamites. Leurs arguments étaient liés aussi aux « aspirations coloniales » (p. 57), néanmoins, ils considéraient que « l’Indochine n’était pas exactement le Dai Nam », mais un « stade intermédiaire entre le passé et le futur » (p. 57).

PhamQuynh&NguyenVanVinh
Pham Quynh (1892-1945) et Nguyen Van Vinh (1882-1936), se penser Annamite ou Indochinois ?

Le « grand débat indochinois » (p. 62) continua pendant les années 1930, en penchant sur l’idée d’une « autonomie annamite », à travers deux discours principaux : celui de Pham Quynh, qui acceptait une « fédération indochinoise » mais insistait sur le fait de rester « annamite » : pour lui le nationalisme annamite ne pouvait pas être greffé sur le modèle indochinois, à cause de l’existence de « la contradiction béante entre le colonialisme français et le nationalisme annamite » (p. 65). Le discours de Nguyen Van Vinh alla plus loin, avec le souhait de devenir « indochinois », en greffant le patriotisme annamite sur le modèle colonial indochinois. Car, selon lui, dans le contexte colonial français, « une nation annamite ne pourrait jamais exister indépendamment » (p. 64) sans ce cadre indochinois. Si les Annamites voulaient obtenir « une autonomie plus large », il faudrait se penser eux-même en tant qu’Indochinois.

Les communistes participèrent également à ce débat indochinois, malgré leur position d’opposants révolutionnaires. Pour eux, une nation indochinoise « n’était pas nécessairement contradictoire avec leurs convictions idéologiques » (p. 76). Ils relayaient en effet les positions de Nguyen Van Vinh sur le passage nécessaire au modèle indochinois. Mais « le terme d’Indochine était trop large pour les activités révolutionnaires annamites » (p. 78), comme l’évoquait Hô Chi Minh dans les années 1930. Dans la même période, le retour de l’emploi du terme « Viêt Nam » pour désigner la nation colonisée était croissant chez les nationalistes, notamment grâce aux efforts du Parti Nationaliste Vietnamien (VNQDD), farouchement anticolonialiste. Les communistes employaient également le terme « Viêt Nam » pour signifier une « identité nationale éternelle et forte » (p. 78), mais sans pouvoir « passer à côté du modèle indochinois français » (p. 83). Malgré sa puissante transformation et la réappropriation dont il fit l’objet, « le mot Viêt Nam resta largement ignoré du peuple et son usage encore nouveau […] ». (p. 81)

Vu du Laos et du Cambodge, le déni de la fédération indochinoise

Sur le sujet du modèle indochinois, ni les nationalistes, ni les communistes annamites n’avaient pensé consulter l’avis des Laotiens, des Cambodgiens ou des autres groupes ethniques. Pourtant, « il n’y eut guère de Laotiens ou de Cambodgiens parmi les élites à vouloir devenir Indochinois » (p. 93). Au contraire, « les Laotiens et les Cambodgiens se moquaient pas mal de l’Indochine, que son cadre ait été vietnamien ou français » (p. 94).

La légitimité de la collaboration franco-annamite poussa le Cambodge et le Laos aux marges du projet indochinois. Parmi toutes les stratégies du colonialisme, la croissance de l’immigration annamite se révéla être la cause la plus importante pour des conflits « inter-coloniaux ». Cette immigration d’élites vietnamiennes « placés sous protectorat français » (p. 118) reléguait les Cambodgiens et les Laotiens au statut de « minorité » (p. 110) sur leur propre territoire. A partir des années 1930, les élites cambodgiennes « réclamaient la fin de l’émigration vietnamienne vers le Cambodge » (p. 108) à travers des slogans et des publications patriotiques. En allant plus loin, les élites favorables au séparatisme déclaraient à l’envie que « le Cambodge allait quitter l’Indochine française pour exister comme un État colonial indépendant » (p. 112). Cette attitude hostile à l’égard de la relation franco-annamite et d’une immigration vietnamienne croissante existait également chez les nationalistes laotiens. A la fin des années 1930, on devait envisager une telle vérité : « la fédération indochinoise n’existait pas » (p. 122).

Laotiens&Laotiennes

L’Indochine française s’effondra en 1945. D’après l’auteur, une des raisons essentielles de la défaite était le manque d’un consensus entre les différents membres colonisés. Elle se représentait comme l’absence d’une « sorte d’acte de foi » (p. 125) : absence d’une langue indochinoise officielle parlée par tous ; différences culturelles complexes ; divergences renforcées par les Français en promouvant les systèmes éducatifs distincts. A l’attitude hostile des Cambodgiens et des Laotiens à l’égard des Vietnamiens, s’ajoutaient les menaces extérieures provenant du Japon et de la Thaïlande. Néanmoins, les élites vietnamiennes, notamment communistes, « éprouvèrent des difficultés à délaisser l’Indochine et le modèle fédéral » (p. 146), qui « étaient pour leur part toujours déterminés à maintenir en vie leur ‘création’ indochinoise » (p. 154). Dans les années 1970, en empruntant l’idée de la « solidarité indochinoise » (p. 155), les communistes vietnamiens, en tant que « frères aînés » (p. 155) construisirent leur propre alliance avec les Laotiens et les Cambodgiens, à travers les « liens politiques, militaire, économiques et culturels » renforcés (p. 155).

* * *

Christopher Goscha nous avertit qu’à travers cette « recherche insolite », « il ne s’agit ni d’une réaction à un débat historiographique quelconque, ni d’une prise de position idéologique concernant l’une des trois guerres d’Indochine » (p. 158). Il s’agit en quelque sorte, de bouleverser notre manière de penser l’identité de l’Indochine. Il nous montre la complexité interactive de la relation colonisateur-colonisés et les enjeux d’une collaboration pro-française largement acceptée par les « élites vietnamiennes » pendant la période de la colonisation française. Cependant on peut regretter le manque de précisions sur les conflits postérieurs et les impacts coloniaux négatifs, notamment la réception de cette construction par les couches populaires, et l’hypothèse d’un refus total de l’identité indochinoise au sein des élites vietnamiennes, ainsi que le rôle de la Chine pendant cette période. Le croisement des différents niveaux d’analyse, bien qu’il soit indispensable, rend parfois l’ouvrage complexe. Cet essai stimulant invitera forcément le lecteur à repenser le cadre indochinois qui lui est habituellement donné à voir.

Xiao Han, promotion ASIOC 2015-2016.

PagodeKhmère_PreyVeng
Pagode khmère, province de Prey Veng © DR

_______________

Suite à un parcours universitaire en gestion culturelle, XIAO Han est étudiante en Master 2 Asie Orientale Contemporaine de l’ENS de Lyon. Après avoir soutenu un mémoire sur le développement des fondations culturelles privées en région PACA, elle effectue actuellement un mémoire de recherche portant sur l’appropriation du terme mécénat en Chine et le développement du financement privé dans le secteur culturel en Chine.

Notes

  1. An Nam, signifie « sud pacifié » en chinois, il fut accordé par le souverain chinois au 19 siècle pour symboliser une relation tributaire []
  2. Viêt-Nam, vient du terme « Nan-Yueh » (Viêt du sud), nom donné au pays réunifié par l’empereur Gia Long de la Dynastie Nguyen, suite d’un désaccord sur le terme An nam. Mais l’appellation Nam Viêt fut inversée par l’empereur chinois devenant ainsi « Viêt-Nam » []

Christopher E. Goscha : Indochine ou Vietnam ?

[ndlr] Parution dans une édition révisée de la traduction de Going Indochinese. Présentation de l’éditeur. Une étude clé pour comprendre ce que fut l’Indochine en termes d’espace, de populations, de questionnements et d’imaginaires.

« L’Indochine française est formée de cinq merveilleux départements : la Cochinchine, le Cambodge, l’Annam, le Tonkin, le Laos »… Tel était le message que l’on pouvait trouver dans un ouvrage destiné, à la fin du XIXe siècle, aux enfants des écoles de cette nouvelle colonie française.

Goscha_IndochineOuVietnam

Puis vinrent la Seconde Guerre mondiale et les décolonisations, dans un mouvement de l’histoire qui paraît simple et linéaire : de l’effondrement d’un empire à l’indépendance des territoires conquis, d’une mosaïque de peuples arbitrairement réunis à la construction d’États modernes… Pourtant, les anciens colonisés continuèrent longtemps à se penser eux-mêmes comme des Indochinois. Un effet de l’éducation dispensée pendant des décennies, sans doute. Mais aussi de l’expansionnisme vietnamien, et de la longue association de ce peuple avec les colonisateurs dans l’administration des territoires. De fait, les Vietnamiens, tous horizons politiques confondus, furent bien plus enclins qu’on ne le croit à construire leur nouvelle identité sur l’ancien modèle colonial. Beaucoup trouvèrent dans la révolution et la lutte pour l’indépendance un motif d’asseoir leur domination sur les autres États de la région…

Une étude inédite sur l’identité indochinoise, qui invite à repenser l’histoire coloniale de la péninsule.

Professeur à l’Université du Québec à Montréal, Christopher E. Goscha est un historien américain spécialiste de la péninsule indochinoise dans les périodes de colonisation et de décolonisation. Pour en savoir sur ses cours, ses publications et ses recherches, voir son site personnel.

Source : Vendémiaire – Parution le 1er octobre 2015

Durand & Mikaelian : Les représentations cartographiques de l’espace. La cartographie cambodgienne de 1897

[ndlr] Annonce d’un séminaire sur la cartographie cambodgienne le jeudi 4 juin 2015 à Paris.

Séminaire de recherche doctorale / Ecole doctorale n°265 / Langues, littératures et sociétés du monde de l’INALCO / SeDyL (UMR 8202 INALCO, CNRS, IRD 135)

Le geste, la parole, l’écrit.

Enquête sur les formes de la mémoire collective dans l’aire culturelle sud-est asiatique

Joseph Thach (INALCO/SeDyL) ; Grégory Mikaelian (CNRS/CASE), Stéphanie Khoury (Paris-X/CREM-CASE)

Programme 2015 : les pratiques et les représentations collectives de l’espace.

  • Jeudi 4 juin de 14 h à 17 h, INALCO (2 rue de Lille), Salle des plaques.

Frédéric Durand (Université Toulouse Le Mirail) et Grégory Mikaelian (CASE, UMR 8170).

Les représentations cartographiques de l’espace.

La cartographie cambodgienne de 1897 à l’épreuve des représentations vernaculaires de l’espace dans l’aire culturelle sud-est asiatique.

Image « à la une » : Détail d’une carte cambodgienne ancienne issue du corpus des cartes de 1897 © DR / Grégory Mikaelian

P.-E. Bachelet : Cartographies et représentations géographiques du Campā, des premiers siècles de l’ère chrétienne au milieu du XIXe siècle

Pierre-Emmanuel Bachelet a soutenu le lundi 8 juillet 2013 son mémoire de Master 2 en Histoire moderne et contemporaine à l’ENS de Lyon. Mémoire dirigé par Jean-Pascal Bassino (Professeur, Université de Grenoble) et François Guillemot (IR CNRS, IAO).

Reposant sur l’étude rigoureuse d’un corpus de près de 70 cartes anciennes de multiples provenances (européennes, chinoises, vietnamiennes, japonaises ou arabes), P.-E. Bachelet propose une approche du territoire cam par le ciel et une vue de la mer. Ce Champa « vu du ciel et de la mer » offre une image inédite de la représentation spatiale (par les étrangers) de ce royaume disparu et de son importance à travers les siècles. En faisant appel aux documents cartographiques et géographiques (à travers les données des routiers), cette étude historique, entreprise sur la longue durée, est une belle contribution aux études cam et ouvre des perspectives de recherche sur les réseaux commerciaux, la représentation de l’autre et la circulation des idées en Asie du Sud-Est.

Détail du Kunyu Wanguo Quantu (坤輿萬國全圖). Reproduction japonaise, circa 1605
Détail du Kunyu Wanguo Quantu (坤輿萬國全圖). Reproduction japonaise, circa 1605

Cartographies et représentations géographiques du Campā, des premiers siècles de l’ère chrétienne au milieu du XIXe siècle

Un aperçu de la géographie du royaume cam d’après les géographes et les navigateurs asiatiques, musulmans et européens.

Pierre-Emmanuel Bachelet, ENS de Lyon

Résumé

Cette étude s’intéresse à la place qu’occupe le Campā dans la cartographie européenne, musulmane et asiatique et dans les textes qui ont trait à sa géographie. Il tente d’apporter un éclairage différent, à travers un nouveau type de sources, sur l’importance du royaume cam dans les réseaux commerciaux d’Asie du Sud-Est et sur la connaissance qu’en ont les géographes et navigateurs. Les cartographies chinoise, japonaise et vietnamienne y sont abordées : ces cartes mettent l’accent sur la conception symbolique que les Chinois ou les Japonais ont du monde, ou encore sur les revendications politiques et territoriales des Chinois et Vietnamiens en Asie du Sud-Est. Les cartographes musulmans et européens tentent quand à eux de donner une image plus réaliste de ces contrées éloignées, en intégrant à leurs travaux des informations issues des auteurs médiévaux (Marco Polo…), de Ptolémée et bien entendu des navigateurs qui explorent les côtes cam à partir du XVIe siècle. Dans tous les cas on assiste à une standardisation autour de critères cartographiques occidentaux, du XVIIe au XIXe siècle : le Campā occupe une place de plus en plus réduite dans ces cartes, ce qui est peu étonnant vu les amputations territoriales subies au long de ces périodes. Récits de voyage, routiers, récits de missionnaires et encyclopédies permettent de compléter cet aperçu en intégrant des descriptions des côtes, des coordonnées et d’autres détails sur la géographie du royaume cam.

P.-E. Bachelet a travaillé en M1 sur l’historiographie du Campā et sur les sources européennes relatives à l’activité commerciale, la situation politique et la société cam. Il a consacré son M2 à la place du Campā dans la cartographie et projette de travailler en thèse sur les relations entre le Campā/le Sud Viêt Nam et le Japon aux XVIe et XVIIe siècles.

Goscha: Vietnam or Indochina – CR de lecture de Aranone Zarkan Al Farekh

Goscha_VietnamOrIndochinaAvant l’arrivée des Français, le peuple viet était déjà linguistiquement homogène et contrôlait un territoire allant du Delta du fleuve Rouge jusqu’à la vallée du Mékong. En 1834, l’empereur Minh Mang déclara un protectorat sur le Cambodge, les frontières territoriales débordant ainsi les frontières linguistiques. Cet espace était maintenu sous l’autorité de l’empereur grâce à une bureaucratie efficace composée de fonctionnaires viet et de subalternes locaux parlant la langue viet. Si l’empereur abandonna Phnom Penh en 1841, le Cambodge lui reste tributaire jusqu’en 1863, date à laquelle les Français y établissent leur propre protectorat.

L’appellation Viet-Nam (越南) n’apparaît qu’au début du XIXe, en 1838 l’empereur choisit Dai-Nam (大南) parce que l’empire s’agrandissait au sud, c’est ce terme qui prévaut jusqu’aux années 1940 chez les fonctionnaires impériaux. Dans le Traité de Saïgon, en 1862, les Français optèrent pour Annam (安南) terme chinois signifiant « le sud pacifié ». Ils divisent ensuite l’empire vietnamien en trois régions : au nord le Tonkin (Bac ky), au centre l’Annam (un terme vague qui aurait aussi pu désigner l’ensemble du territoire, désormais Trung ky) et au sud la Cochinchine (dénomination dont l’origine est mal connue, Nam ky). En 1863 le protectorat s’étend au Cambodge et au Laos : nous sommes en présence des cinq régions qui se fondent dans l’Indochine française.

En octobre 1887, les Français créent l’Union indochinoise, une première impulsion allant dans le sens d’un territoire unifié. L’ouvrage de Christopher E. Goscha s’interroge sur le tracé des frontières en fonction – voire contre – les géographies ethniques et culturelles. Cette question est peu traitée par l’historiographie centrée sur les luttes politiques entre conservateurs et communistes, elle délaisse la question de la construction identitaire qui s’est faite à travers la contestation sémantique dans et par rapport à un espace avant et après la révolution de 1945.

Nommer un espace c’est le rattacher à un passé déterminé et déterminant, il s’agissait de savoir si l’Indochine était l’héritière de l’Empire d’Annam ou si les Annamites étaient indochinois. L’auteur se pose la question de savoir quels ont été les échecs et quels ont été les aboutissements de la contestation des concepts spaciaux.

Autrement dit, il s’agit de comprendre dans quelle mesure les Français ont réussi à créer l’Indochine en tant qu’entité et territoriale et identitaire, et géographique et mentale. Se poser la question de l’identité c’est nécessairement s’attarder sur les représentations des individus, sur leur perception de l’Indochine, et ce d’autant plus que le débat s’est appuyé sur l’arrière-plan mémoriel associé aux termes qui ont successivement désigné la péninsule indochinoise, et plus particulièrement le Vietnam.

Les bornes chronologiques choisies par l’auteur comme cadre à sa réflexion s’expliquent simplement, en effet, octobre 1887 correspond (nous l’avons dit plus haut) à la date de création de l’Union inodchinoise, et mai 1954 à l’ouverture de la Conférence de Genève qui devait mettre fin à la guerre d’Indochine. Il faut cependant comprendre que les transitions ne sont jamais radicales, que les dates charnières, même à l’intérieur des parties, ne sont que des repères et que toutes les évolutions se superposent et se chevauchent, Jacques Léonard parle d’ailleurs de “transitions coulissantes”.

Le plan du livre (qui est en deux parties) a été remodelé afin de mieux mettre en avant les principales problématiques. La ligne directrice a bien entendu été conservée, seule la première partie – très longue – est redécoupée.

Avant d’entrer dans le propos il semble nécessaire de faire une mise au point sémantique (présente dans l’ouvrage). Les conventions actuelles préfèrent l’emploi de « Vietnam » à celui de « Annam » parce qu’il rend compte du véritable sentiment des nationalistes, « Annam » est perçu comme péjoratif notamment à cause de l’emploi français « Annamite », il renvoie de fait à la période coloniale ainsi qu’au nom chinois 安南 (le sud pacifié) évoquant la soumission humiliante au Géant voisin.

Dans un premier temps nous maintiendrons l’emploi d’Annam afin de faire ressortir les fissures du discours nationaliste derrière lequel les concepts de « Viet-nam » et d’ « Indo-Chine » commençaient à contester l’hégémonie d’ « Annam ».

À partir de 1930 s’effectue un glissement vers l’emploi du terme « Vietnam » qui prenait de l’ampleur parmi l’élite nationaliste, communiste ou non. Il est à préciser qu’à l’époque il n’y a pas de contradiction entre le nationalisme et le communisme. Conservateurs et communistes sont nationalistes par opposition à “colonialiste”, en d’autres termes, ils demandent l’indépendance.

* * *

Indochine, relief, carte de 1947
Indochine, relief, carte de 1947

1887-1920s L’Indochine en gestation

À partir de 1887 les Français tentent de créer un espace unifié géographiquement. Ils rêvent l’Indochine comme un seul pays. Quelles ont été les politiques françaises ?

  • Centralisation

Il s’agit dans un premier temps de doter l’Indochine d’un centre dynamique afin de faciliter le contrôle. L’Union indochinoise de 1887 (communément appelée Indochine française) a été créée afin de convaincre les élites annamites de s’investir dans la modernisation de l’Indochine. Pour l’heure, elles sont relativement convaincues que l’avenir est à construire avec les Français, et jusque dans les années 1930, une partie de l’élite annamite n’envisage la modernisation et l’Indochine que dans le cadre d’une collaboration avec les Français.

Ce processus est progressif, puisque ce n’est qu’en 1911 que le gouverneur général de l’Indochine devient administrateur du territoire, il prend dès lors en charge les relations diplomatiques, les services civils, la défense et le budget entre autres. Le gouverneur est en possession de pouvoirs équivalents à ceux d’un gouvernement. Parallèlement, les cours royales du Vietnam, du Cambodge et du Laos sont mises à l’écart.

  • Création d’une élite

Dès le début les Annamites sont associés aux Français, ils profitent évidemment de faveurs. Leur statut privilégié leur rappelle un passé impérial glorieux. Ils ne se considèrent pas pour autant comme Indochinois, la distinction entre les Annamites et les autres peuples est non seulement faite par peuple annamite mais de même par les colons français.

La création de l’élite passe par l’éducation, en effet, la France commence à former ses propres fonctionnaires : en 1911, Albert Sarraut, alors gouverneur, créé l’Université indochinoise à Hanoï. Albert Sarraut est un fervent défenseur de l’Indochine unifiée, il a pour objectif de créer une nouvelle culture indochinoise loin de l’influence confucéenne chinoise. Un projet incarné par les cartes figurant un territoire homogène et continu, il fait afficher des cartes dans tous les bâtiments de l’administration indochinoise. La France, peu à peu, remplace le système des examens à la chinoise par un système éducatif français.

L’administration française développe par ailleurs une propagande qui passe par les journaux et les petits romans “de gare” louant comme d’une seule voix, la grandeur de l’Indochine moderne, comme si la modernité ne pouvait être acquise que grâce à l’Union Indochinoise.

Dans une certaine mesure le projet des Français eut quelques aboutissements puisque la proximité spatiale accrue et l’éducation ont engendré des générations de jeunes Annamites qui, dès les années 1930, se considèrent avant tout comme Indochinois. Cependant, ces aboutissements restent limités dans la mesure où les Français ont différencié l’éducation de ce qu’ils considéraient comme l’élite (les Annamites) et les autres, soit les minorités ; Cambodgiens et Laotiens n’ont bénéficié que de “Pagodes réformées”, écoles traditionnelles dont le modèle a été repris et amélioré par les Français mais qui limitait les rencontres et les mélanges entre minorités et Annamites.

  • Repenser l’espace

Les Français tentent de donner vie à l’Indochine en promouvant des projets publics, en investissant dans l’industrie (caoutchouc) et la communication. Enfin il améliorent la bureaucratie, autrement dit celle-ci est étendue à l’ensemble du territoire où sont créés des relais à l’autorité française. Il s’agit de faire surgir une unité territoriale à travers les infrastructures, qui doit par la suite engendrer unité mentale et culturelle. Le principal obstacle à l’unité est le favoritisme affiché envers les Annamites qui, en réalité, sont les acteurs de cette unité d’apprence : ils obtiennent des postes d’administrateurs même au Cambodge et au Laos où il forment dès lors une caste de fonctionnaires. Le Français et l’Annamite sont les deux seules langues écrites. Les quelques élites cambodgiennes et laotiennes voit dans l’administration française une prolongation de l’expansion annamite.

Les réalisations françaises sont nombreuses : des voies maritimes sont ouvertes entre Saïgon, Hong-Kong, Canton, Bangkok, Singapour et Marseille (notamment pour exporter la gomme). Sur terre, des routes sont ouvertes (la route 13 qui descend le long de la vallée du Mékong achevée dans le milieu des années 1930), des voies ferrées parcourent une partie de l’Indochine (en 1921, Sarraut imagine le Trans-Indochinois terminé en 1936) et enfin le télégraphe. Ces infrastructures créent un nouveau rapport au temps et à l’espace, au proche et au lointain. Ce sont les réalisations d’hommes politiques qui repensent l’espace en termes indochinois (essentiellement dans le but de mettre en valeur des routes commerciales). Ces infrastructures ont donc soutenu, si ce n’est la colonisation, en tout l’émigration des Annamites vers le Cambodge et le Laos. Certains Annamites se considéraient eux-mêmes comme des colons au point que le rédacteur du journal La Patrie Annamite (Pham Le Bong) soutenait qu’une colonisation du Laos par les Annamites était nécessaire pour désengorger le Tonkin et l’Annam du Nord. Les Annamites ont même rédigé des pétitions pour demander l’abrogation de la loi soumettant les responsables annamites aux autorités laotiennes. Les Annamites s’approprient le territoire.

Un journaliste (Pham Quynh) rédacteur de la revue Nam Phong et chroniqueur régulier pour le quotidien France-Indochine voyage dans les années 1920 à travers l’Indochine et remarque une rupture culturelle à partir de la “frontière” laotienne (il est à remarquer que l’emploi du terme “frontière” est significatif puisqu’il indique l’absence d’espace mental indochinois). Pour lui, l’appellation « Indo-Chine » reflète le paysage culturel, d’un côté sous influence indienne (Bouddhisme Theravada), de l’autre sous influence chinoise (孔子). Il voit aussi une continuité entre le Dai Nam et l’Indochine (selon lui, les moyens français avaient ouvert la voie à la colonisation).

On peut déjà remarquer d’où viendront les tensions futures, soit de la contradiction entre la création d’un territoire et la favorisation d’une ethnie, dans une certaine mesure les Français font apparaître des “colons indigènes”, des colonisateurs à l’intérieur même du territoire colonisé. En effet, les Annamites qui voyageaient au Cambodge et Laos employaient l’expression « cultures indigènes » pour parler des cultures locales.

 

1920s – 1945 Nationalisme annamite ou nationalisme indochinois ?

Trois visions différentes : Conservateurs, communistes et jeunes nationalistes.

  • Les conservateurs entre l’Annam et l’Indochine

Dans les années 1930, Pham Le Bong, journaliste conservateur, parle de l’Indochine comme d’une “nécessité vitale” pour les Annamites. Les jeunes nationalistes éduqués dans les écoles coloniales sont loin de l’influence confucéenne, pour eux l’unité et l’unification de la Cochinchine, de l’Annam et du Tonkin sont nécessaires parce que leur division n’est que le fait des Français. Ils ne font pas mention du Laos et du Cambodge, mais apparaissent divisés entre un rêve indochinois inculqué par les Français et le souvenir d’un Empire Annamite unifié.

Les conservateurs Annamites (les communistes aussi de manière différente) amalgamaient le plus souvent l’Empire d’Annam et l’Indochine. Christopher Goscha émet l’hypothèse qu’il y aurait peut-être une volonté des Annamites de ressusciter la notion pré-coloniale de Nam Tien ou Dai Nam (soit le sud en expansion) et de la calquer sur le concept d’Indochine pour justifier leur prépondérance. Ainsi, les Annamites n’imaginaient l’entité indochinoise qu’en termes franco-annamites, négligeant la place des « minorités » cambodgiennes ou laotiennes.

L’idée d’une fédération apparaît dès 1919 (Albert Sarraut) face à un gouvernement annamite (Phan Boi Chau et Cuong De, deux nationalistes luttant pour la mise en place d’un Etat indépendant) qui se forme au sud de la Chine. Il était donc dans l’intérêt des Français de trouver une alternative politique à l’Union indochinoise.

Le fondateur du Parti constitutionnaliste, Bui Quang Chieu (1872-1945), se fonde sur les idées de Sarraut, notamment en ce qui concerne l’autonomie des Annamites, la décentralisation du pouvoir vers les autorités locales et la liberté d’action. C’est le premier indice d’un nationalisme annamite allant dans le sens indochinois, mais aussi cela met en exergue le degré d’intellectualisation, par les Annamites, des valeurs et idées françaises.

En 1931 les nationalistes annamites ont pour programme de développer économiquement l’Ouest, soit les plantations et mines du Laos et du Cambodge en tant que partie intégrante du territoire.

Du point de vue laotien, le Prince Phetsarath (1890-1959) déclare en 1931 qu’il faut réguler l’immigration annamite pour éviter de créer un Etat dans l’Etat, et reproche aux nationalistes de ne parler qu’en termes annamites. Malgré tout, selon lui l’Indochine n’existe pas, il invite à plutôt parler d’une domination annamite soutenue par les colons français. Le fait que le Prince ait critiqué les propos annamites a choqué les élites nationalistes car aucun prince laotien n’avait osé parler ainsi au XIXe siècle. On assiste donc à une résurgence de réflexes liés à l’Empire d’Annam. Les élites cambodgiennes reconnaissent, de même, que l’Indochine existe administrativement mais nient sa pertinence historique, géographique et ethnique. Ces rejets font partie de l’émergence d’identités nationales au Cambodge et au Laos dans années 1930 ; elles donnent lieu aux révoltes de 1930 et 1931 contre la domination annamite en Indochine. Les Français prennent conscience qu’ils sont le ciment de l’Indochine, sans eux les nationalismes entreraient rapidement en conflit.

  • Les révolutionnaires annamites entre Indochine et Vietnam

Certains révolutionnaires pensent déjà en termes de révolution indochinoise dès 1920. Ils imaginent le futur État indochinois post-révolutionnaire sur le modèle soviétique soit multiethnique ; les révolutionnaires entendent sacrifier les identités historiques au profit d’une conception moderne de l’État-Union. Cette conception était celle mise en avant par le Parti communiste indochinois (PCI) répondant aux exigences du Komintern. Cependant, l’idée ne fait pas unanimité, par exemple, Hô Chi Minh (1890-1969) s’y oppose parce que selon lui l’Indochine était un terme vague pouvant englober le Siam et la Birmanie.

Dans les années 1920 s’effectue un tournant sémantique, en effet, « Viêt Nam » est de plus en plus utilisé depuis la fin de la Première Guerre mondiale par les nationalistes pour rendre l’idée d’une identité nationale éternelle plus forte que l’Indochine et l’Annam. Il est d’autant plus employé que depuis 1930 l’appellation « Annam » est considérée par beaucoup comme problématique puisque renvoyant à la soumission à la Chine et à la France. “Viêt Nam” incarnerait une contre-identité et évoquerait l’unification du Nord et du Sud (le VNQDD, le Parti nationaliste Vietnamien tout comme Phan Boi Chau soutenait la dénomination Viêt Nam”). En dépit de son succès auprès des élites, le terme Viêt Nam” est resté méconnu de la population globale de 1930 à 1945. La frontière entre « pro-Vietnam » et « anti-Indochine » ou « nationaliste » et « communiste » est poreuse.

Les révolutionnaires doivent faire face à une contradiction interne, tiraillés entre les tendances internationaliste (Indochine) et nationaliste (Viêt Nam). C. Goscha montre que révolutionnaires et conservateurs auraient été en proie aux influences extérieures. Le choix décisif entre Viêt Nam (attachement ethnique à la partie Est de la péninsule) et Indochine (correspondant aux aspirations à la fois françaises et soviétiques) s’est posé aux nationalistes (communistes et conservateurs) en 1945 après le coup de force des Japonais.

C. Goscha remarque que les infrastructures majeures ont été réalisées tardivement, en d’autres termes, l’unité spatiale n’a pas eu le temps d’imprégner les représentations. C. Goscha y voit une des raisons de l’échec de l’Indochine. Nous pouvons distinguer d’autres raisons liées au disparités linguistiques et éducationnelles, aux divergences des conceptions de l’Indochine (tantôt prolongement de l’Empire Annam, tantôt structure imposée dont l’effet sous-jacent a été la colonisation de nouvelles terres) et enfin les écarts dans les structures mentales, à l’Ouest déterminées par un mode de pensée politico-culturel bouddhiste pour qui le pouvoir ne s’exprime pas nécessairement dans l’action politique ; à l’Est déterminées par un mode de pensée confucéen en lien avec l’éducation et la carrière bureaucratique.

  • Le flottement territorial de 1940 à 1945

Entre 1940 et 1945, l’Indochine subit des influences divergentes : URSS, France, Japon. Les nationalistes se retrouvent confronté à un choix.

Les représentants vietnamiens de la Chambre du Tonkin (chambre consultative indigène du Tonkin) demande la constitution d’une Fédération indochinoise de cinq pays et pour chacun des pays un Sénat formé d’un nombre égal de représentants indochinois et français. En tant que Fédération autonome, l’Indochine aurait sa propre armée. Mais peu de Khmers, de Laotiens ou de minorités ethniques sont intéressés par les administrations indochinoises. La réalité est plus nuancée quant à la volonté des Vietnamiens de concrétiser l’Indochine ; en effet, les codes civils distinguaient encore dans les années 1930 les nationalités cambodgiennes, laotiennes ou annamites. Ces années sont caractérisées par un flottement idéologique et administratif. Finalement, C. Goscha décrit l’Indochine comme un amalgame géo-juridique entre colonie, protectorat et territoire militaire, son existence relèverait davantage de l’ordre du texte écrit que de la réalité culturelle et identitaire.

Avec l’avènement de la politique de Vichy en Indochine, les Français tentent de raviver les nationalismes (propagande) ; Vichy décide de mettre en avant les particularités des ethnies dans le but de les détourner de l’influence japonaise. Le renforcement des identités nationales autour de notions pré-coloniales des empires Khmer, Lao et Viet doit – paradoxalement – beaucoup aux Français qui endiguent ainsi une éventuelle identité indochinoise englobante.

À partir de 1942, les Français commencent à employer l’appellation “Viêt Nam” afin de conserver le soutien politique des élites, leur principal soutien en Indochine. La France joue donc un double jeu, en réaffirmant d’une part ses alliances avec l’élite vietnamienne, et en portant une attention nouvelle aux minorités d’autre part. Mais malgré les efforts français pour éviter le délitement de l’Indochine, en 1945, l’Indochine ne correspond déjà plus aux cartes puisque les trois régions du Tonkin, de l’Annam et de la Cochinchine redeviennent le Viêt Nam.

Ce n’est que le 12 Juin 1945 (trois mois après la prise de contrôle du territoire par les Japonais) que l’empereur Bao Dai annonce officiellement le nom du pays : Viêt Nam. Ho Chi Minh remplace la dénomination des régions « ky » par « bo », il s’agit de redéfinir un espace et par là même de se l’approprier. Le 2 septembre 1945, peu après la capitulation japonaise, Ho Chi Minh  annonce la création de la République démocratique du Vietnam, suivie de peu par la dissolution du Parti constitutionnaliste.

Si la création de la République démocratique du Vietnam semble sonner le glas de l’Indochine, il faut tout de même préciser que dans les rangs communistes, certains sont restés attachés à l’idée d’Indochine, et que de ce point de vue elle possèdait une certaine réalité ; l’Indochine avait indubitablement une pertinence historique pour les Vietnamiens, qui, à long terme, entendaient remplacer les Français dans leurs rôles protecteur et  fédérateur. Et c’est probablement après la dissolution de l’Indochine que celle-ci va le plus exister.

 

L’Indochine se retourne contre les Français

Au lendemain de la guerre, les Français tentent en vain de réintégrer les gouvernements élus à la suite des indépendances (le Japon a encouragé le Cambodge et le Laos à déclarer leur indépendance en Mars et Avril 1945) au sein d’une structure fédérale indochinoise. Les Français sont déçus de la facilité avec laquelle les trois Etats ont émergé. L’apparition de frontières contraignantes incarne la dissolution de l’Indochine, il est significatif de constater qu’à partir de 1945, les Vietnamiens ne peuvent plus ni circuler, ni s’installer librement dans le reste de l’Indochine. Les frontières internes de l’Indochine commencent à devenir des frontières nationales. Laotiens et Cambodgiens demandent un contrôle local de l’immigration et de la sécurité pour enrayer la “vietnamisation” de leur territoire. Après la Seconde Guerre mondiale, les Français changent de tactique et jouent la carte des minorités contre le nationalisme vietnamien qui leur échappe, représentant désormais une menace pour l’hégémonie française.

A partir de 1951, le Parti des Travailleurs du Viêt-Nam (PTV) adopte le modèle indochinois, en parallèle des principales lignes politiques nationales, modèle qui continue de guider les activités révolutionnaires des communistes vietnamiens. Le PVT ordonne, par exemple, d’aider les gouvernements révolutionnaires laotien et cambodgien dans leur « lutte pour l’indépendance » et pour la « libération de l’Indochine ». Tout se passe comme si était née une pensée politique hybride entre deux espaces, entre nationalisme (indépendance) et internationalisme (fédéralisme). Les communistes ont compris que l’indépendance des uns dépendait de celle des autres, et travaillent à la formation d’un front contre la tutelle française. Les communistes vietnamiens se tournent vers le Lao Issara (le Lao libre, un mouvement nationaliste non communiste mais antifrançais d’après 1945) et le Khmer Issarak (le mouvement nationaliste khmer antifrançais d’après 1945). En ce sens, en 1951 le PTV crée une « Alliance militaire des peuples ». C’est finalement contre les Français que s’édifie activement une Indochine.

Le victoire des communistes chinois en 1949 permet l’arrivée d’une aide militaire conséquente au Nord – élément non négligeable dans la lutte contre la France – qui donne aux communistes vietnamiens les moyens de mettre en place leur stratégie indochinoise, et de consolider leur contrôle de l’Indochine. Le chef des armées et Ministre de la défense, le Général Vo Nguyen Giap, pense ses plans en termes indochinois, il préfigure la redéfinition du territoire indochinois, entièrement envisagé en termes militaires et stratégiques.

L’espace est par conséquent réinvesti, notamment les axes de communications tracés et réalisés par les Français ; l’armée vietnamienne adjoint à ces axes des pistes et des lignes de communication (un service postal efficace, la “Route Indochinoise” qui longe le Vietnam, passe au sud Laos, puis au Nord-est du Cambodge, la “Piste Ho Chi Minh”).

Certaines régions, comme la frontière thaïlandaise à l’Ouest, deviennent des “Fronts” constitués en véritables zones militaires et administratives. Le plus remarquable est probablement l’édification d’une contre-bureaucratie (caractérisée par des levées d’impôts) et d’une contre-économie indochinoises soutenues par un commerce illégal et une agriculture réservée à l’effort de guerre.

L’apparition d’une économie régionale au service de politiques militaires à l’échelle de l’Indochine est une réalité indéniable, l’historien attentif doit cependant garder à l’esprit que les instances de commandement étaient essentiellement composées d’officiers vietnamiens, et que cette coordination régionale n’était qu’embryonnaire ; en effet, en 1950 il n’y avait pas de synchronisation entre les actions militaires au Laos et au Cambodge. De fait, les résistances laotienne et cambodgienne ont vu leurs politiques subordonnées aux intérêts stratégiques vietnamiens du PVT, tandis que les gouvernements de Vientiane et Phnom Penh se voyaient subordonnés aux Français.

Quatre acteurs de la “coalition” qui pensent tous en termes indochinois, et prévoient la création d’une Fédération Indochinoise :

– Le Général Vo Nguyen Giap.

– Le Général Hoang Sam, Commandant en chef des Fronts unis laotiens entre 1950 et 1951.

Nguyen Tai, un Vietnamien formé en Thaïlande.

Nguyen Thanh Son, dirigeant des Affaires externes du Nam Bo, chef du Front cambodgien, membre du Parti communiste indochinois, en contact radio direct avec le PVT et le ministère de la défense au Nord-ouest du Vietnam.

La stratégie du Général Giap est avant tout une stratégie spatiale (faire apparaître un champ de bataille indochinois), mais est aussi un processus de construction d’un Etat puisque le Viet Minh lève des taxes, maintient une bureaucratie et prend en charge l’éducation du peuple : dès 1952, il fait dispatcher des équipes pour améliorer le niveau de vie et l’alphabétisation.

Malgré leur programme, les révolutionnaires vietnamiens n’ont jamais contrôlé le territoire comme les Français. D’ailleurs, comme les Français avant eux, ils se sont retrouvés face à la difficulté de former des cadres latotiens et cambodgiens, la majorité de leurs alliés cambodgiens, par exemple, étaient des Khmer Krom (Khmer vivant au Vietnam). Ce sont avant tout les communautés de l’immigration vietnamienne de la période coloniale au Laos et Cambodge qui ont permis de mettre en place une administration indochinoise et un espace militaire commun.

En 1954, lors de la Conférence de Genève, les révolutionnaires vietnamiens défendent encore l’idée d’une Indochine fédérale, et pour cause, ils contrôlent 43% du territoire cambodgien. Ils invoquent aussi leur coopération avec le Laos et le Cambodge.

* * *

Dans l’esprit des communistes se maintient une existence conceptuelle et spatiale à la fois du Vietnam et de l’Indochine. L’Indochine, en tant que projet politique a bénéficié de plusieurs soutiens, d’abord le colonialisme français de la fin du XIXème siècle, puis l’internationalisme communiste des années 1920, et enfin, entre 1945 et 1954 l’Indochine a été mise sous perfusion à travers la mise en place d’un large champ de bataille commun. L’Indochine n’a peut-être existé que dans les esprits vietnamiens et français, pour les uns elle incarnait un passé impérial perdu, pour les autres une terre de ressources à moderniser dont le contrôle était facilité par une ethnie. Les Français, en s’appuyant sur une minorité, ont probablement saboté une possible unité indochinoise, en effet, les avantages des Annamites (jusque dans les années 1940) ont exacerbé les nationalismes laotiens et cambodgiens ; ces derniers alimentés par le gouvernement français après 1940. Au fur et à mesure que les nationalismes progressaient (qu’ils soient communistes ou non) l’Indochine se révélait en tant que territoire occupé (et pour certains doublement). Paradoxalement, la définition des espaces nationaux s’est faite à la fois dans et contre l’espace indochinois.

Aranone Zarkan Al Farekh, promotion ASIOC 2012-2013.

Réf. : Christopher E. Goscha, Vietnam or Indochina? Contesting concepts of space in Vietnamese nationalism, 1887 – 1954, Copenhagen : NIAS Publishing, 1995, 154 p.

Aranone Zarkan Al Farekh a fréquenté la classe préparatoire du Lycée Fénelon entre 2009 et 2012 avant d’intégrer l’ENS de Lyon où elle prépare actuellement un Master 1 d’Études chinoises. Son mémoire porte sur l’implication des réseaux soufis dans la révolte du Nord-Ouest (Gansu, Ningxia et Shaanxi) de 1862 à 1873.

Pour en savoir plus :