Archives par mot-clé : environnement

Grand angle – La déforestation au Vietnam [RdP CgF à HCM-Ville]

[ndlr] A lire sur le bulletin de presse hebdomadaire du Consulat de France à Hô Chi Minh-Ville.

Le Vietnam est un des pays les moins forestiers d’Asie du Sud-Est. L’Organisation des Nations-unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a publié un rapport qui indique que sur 12,9 M d’hectares officiellement classifiés en forêts, seuls 85 000 Ha sont désormais couverts d’une forêt primaire (vierge), n’ayant jamais subi de dommages liés à une activité humaine.

Le problème est aussi une affaire de représentation historique. Le développement de la riziculture a favorisé la seule vision des gens des plaines et des deltas, qui voient encore les forêts comme un lieu hostile – où l’on trouvait Monsieur Tigre –, au détriment des ethnies forestières pour qui elles forment un espace nourricier dont dépend leur subsistance. De plus, étant perçues dans l’imaginaire collectif comme des sanctuaires de résistance, elles devaient être défrichées.

Depuis l’ouverture économique du pays et l’ère du « doi moi », la sylve est considérée comme une zone pionnière sur laquelle on doit gagner pour étendre les cultures de rente. Dans ce contexte, les préoccupations environnementales ont du mal à mobiliser les autorités.

Les 5 provinces de Tây Nguyên (qui désigne les hauts-plateaux du centre) portent officiellement à elles seules le quart des espaces forestiers nationaux et concentrent aussi les problèmes liés à leur disparition : coupes et feux illégaux, selon la Direction générale de la statistique du Vietnam. Les chercheurs vietnamiens eux-mêmes attribuent à l’État la disparition des trois quarts de la surface forestière.

Centres agricoles, nouvelles zones économiques, politique de sédentarisation et fermes agricoles d’État ont poussé dans le sens du développement des forêts… de caféiers. Les surfaces plantées sont passées de 18 000 à 370 000 Ha ces 20 dernières années, principalement dans le Tây Nguyên. L’arrivée de gens des plaines pour l’exploitation, et la raréfaction des terres et des ressources hydriques qui en découle, créent des tensions entre ces différents groupes de population. Chaque année 23 000 Ha disparaissent officiellement dans les provinces du Tây Nguyên. A l’échelle nationale, 217 000 Ha auraient été défrichés sur la période 2000-2015, d’après Global Forest Watch, menant à un appauvrissement écologique qui semble inéluctable.

Les autorités vietnamiennes ont pris conscience des enjeux sociaux et environnementaux liés à la forêt et souhaitent lutter contre cette déforestation. Elles n’y parviennent encore qu’imparfaitement.

Source : Synthèse de presse du Consulat général de France à Ho Chi Minh Ville : semaine du 20 au 24 mars 2017

Sur ce sujet voir également l’ouvrage de Pamela D. McElwee : Forests are gold : trees, people, and environmental rule in Vietnam (Seattle : University of Washington Press, 2016).

Assomption de Marie : les Catholiques vietnamiens à l’avant-poste de la contestation écologique

[ndlr] Dans la matinée du 15 août, environ 30.000 fidèles catholiques ont participé à la messe de l’église du diocèse de Vinh commémorant l’Assomption de la Vierge Marie. Sur leurs banderoles de nombreux fidèles ont exprimé leurs inquiétudes au sujet des dangers environnementaux au Viêt-Nam. En particulier des slogans dénonçaient la pollution de l’usine Formosa dans le centre du pays. Cette démonstration de force place les catholiques de Vinh à l’avant-poste de la contestation écologique. Un appel à l’action politique. Reportages photographiques et vidéographiques.

« A l’heure où le pays est en danger, où la Mer orientale est polluée, Que font nos grands-parents, nos parents pour sauver la mer et leurs propres enfants ? »

« Mère du diocèse de Vinh ! Formosa est en train d’anéantir tes enfants »

« Formosa a reconnu ses fautes, le gouvernement vietnamien a reçu une compensation financière, tandis que le peuple récolte d’un désastre » – « Agissons pour nos enfants »

« Formosa hors du Viêt-Nam »

« Nous exigeons du gouvernement vietnamien la fermeture immédiate de Formosa »

« Ne vendez pas l’honneur et ne trahissez pas les ancêtres pour Formosa »

« Qui a prêté main forte à Formosa pour tuer l’environnement ? »

Source : Viêt Tân / Photos : Facebook Lê Văn Sơn / Dũng Mai / Chu Mạnh Sơn

Voir également :

 

Image « à la une » : © 2016 Dũng Mai

Chip : Learn365Project – Timeline for all events related to the fish deaths in Vietnam

[ndlr] Avis de la parution d’une page d’information (sur le site de Chip) dédiée à l’affaire des poissons morts du Viêt-Nam.

For those of you who don’t already know, recently there has been some social unrest in Vietnam. A lot of people went out on the street to protest over the mass fish death and the way the government has been handling the situation. As is the case with unrest, there are a lot of people spreading rumors and causing even more unrest. I think it might be helpful to just look at the facts. Below is a complete timeline of all those events: from when the fish started dying on April 6 to today. I only quoted accredited newspapers, and I don’t include rumors spread on social media. Please let me know if there is something I’m missing.

Lien : https://learn365project.com/

Image « à la une » : Mass fish death central coast region © EPA

Troisième manifestation pour l’environnement au Viêt-Nam : poisson pourri

La troisième journée de manifestation pour la protection de l’environnement au Viêt-Nam s’est déroulée à Hanoi, Ho Chi Minh-Ville, Vung Tau, Hai Phong, Hai Duong… et dans la province de Nghe An le dimanche 15 mai 2016. Pour éviter la publicité autour de ce mouvement citoyen, les forces de Sécurité ont, comme d’habitude, institué la censure médiatique sur les réseaux officiels et tentent d’organiser le black-out des images et des idées sur les réseaux sociaux. Cette répression intervient à quelques jours de la visite officielle de Barack Obama (23-25 mai) lors de laquelle le gouvernement de la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN) craint un regain de protestations citoyennes.

Sale temps pour les manifestants. La Sécurité publique a mis cette fois-ci en place un nouveau système pour endiguer le mouvement. Les arrestations préventives et des assignations à résidence ont été la règle pour enrayer le bon fonctionnement des rassemblements. Le centre-ville, particulièrement surveillé, a fait l’objet d’un important quadrillage policier et l’avenue Nguyen Hue a été interdite de passage pour travaux de maintenance. Quelques rares images vidéos ont néanmoins pu témoigner de cette entrave au droit de manifester.

Départ de la manifestation dans le Parc 23/9 à Saigon.

Entraves au droit de manifester

Les forces de sécurité ont réussi à empêcher les gens de rejoindre les points de rassemblement désignés dans la capitale et à Ho Chi Minh-Ville. Seuls quelques petits groupes de manifestants ont fait de brèves apparitions et des protestataires ont mené des sit-in symboliques chez eux. Un certain nombre de manifestants ont été arrêtés, comme le blogueur Huỳnh Ngọc Chênh qui, courageusement, s’est assis au milieu de l’avenue Nguyen Hue en brandissant une pancarte. La performance de cet « Homme seul » a pris fin lorsque trois policiers en civil sont venus le déloger.

Ceux qui sont familiers des réseaux sociaux ont pu constater que les réseaux Facebook et Instagram ont été bloqués un temps pour éviter l’envoi de témoignages vidéographiques sur la toile et autres compte-rendus photographiques de ces événements. A Hanoi, selon la tactique habituelle, des groupes de manifestants ont été forcés de monter dans des cars de tourisme pour une garde à vue de quelques heures avant d’être relâchés. A Saigon, la même opération s’est déroulée à proximité du point des différents points de rassemblement (voir à ce sujet le reportage détaillé de Do Son).

Arrestations à Saigon dans le parc 23/9 (source Dân Làm Báo).

Fait à noter, l’épicentre des manifestations s’est déplacé ce dimanche dans la province du Nghệ An dans le centre du pays. Organisée par les Catholiques, une grande manifestation a rassemblé des centaines de participants à Vinh. Une longue file de marcheurs a pu ainsi défiler pacifiquement autour de larges banderoles lettres blanches sur fond bleu azur avec en tête de cortège les prêtres Têphano Trần Đình Tề et JB Nguyễn Đình Thục du diocèse de Vinh.

Vinh_15-05-2016
Le prêtre JB Nguyễn Đình Thục et les fidèles de la paroisse de Vinh manifestants pour la protection de l’environnement le 15 mai 2016 © DR

Cette démonstration de force de la communauté catholique précisément dans cette province n’est pas sans rappeler les différents mouvements protestataires contre l’État colonial puis contre l’État-Parti qui se sont déroulés dans le Nghệ An, « chaudron historique de la révolution ».

Le Viêt Tân en embuscade ?

La communication de la RSVN sur ces événements ne s’est pas fait attendre. Dans la presse officielle, notamment le journal Tuoi Tre [Jeunesse] et Le Courrier du Vietnam, les autorités communistes accusent le parti pro-démocratique Viêt Tân, interdit à l’intérieur du pays, d’avoir créé les conditions pour qu’il y ait des troubles lors des manifestations précédentes des 1er et 8 mai. Cette accusation a été immédiatement récusée par Hoang Tu Duy, le porte parole du groupe pro-démocratique, sur la chaîne vietnamienne de la BBC. S’il admet soutenir ce genre d’initiatives citoyennes pacifiques réaffirmant que le droit de manifester pacifiquement est un des droits fondamentaux de l’homme, il rejette toute accusation de violences. Du côté du pouvoir, ce type de diffamation n’est pas nouveau et offre en réalité un joli coup de publicité sur les actions de ce parti à l’intérieur du pays. Selon le journaliste Huy Duc, en diabolisant ainsi le Viêt Tân, le pouvoir en place confère à ce mouvement une importance démesurée.

Sous prétexte de «protection de l’environnement», les rassemblements illégaux ont perturbé les affaires de nombre de familles commerçantes sises dans le centre de la mégapole économique du Sud, entravé la circulation, provoqué des troubles à l’ordre public.

Les fauteurs ont même distribué de l’eau, du pain, de l’argent aux participants. Lors du rassemblement du 8 mai, certains sont munis des bombes lacrymogènes. Au moins, quatre jeunes volontaires [les hommes casqués en uniforme vert] chargés du maintien de l’ordre ont été blessés, a fait savoir la police municipale.

Ils ont utilisé les réseaux sociaux pour appeler à la recherche d’adresses des policiers et des jeunes d’avant-garde participant au maintien de l’ordre dans le but de les intimider et menacer, et promis une prime à chaque acte d’intimidation ou de menace. [Le courrier du Vietnam, 16/05/2016].

En réalité, ces accusations comme le démontrent de nombreux témoignages et vidéos postés sur les réseaux sociaux ne sont guère fondées. Par contre, les violences et les provocations issues d’un groupe remarqué par le port d’un anneau vert ou perpétrées par les forces de sécurité en uniforme (notamment les hommes casqués des TNXP) ne font pas de doute ; tout comme la volonté de la part du gouvernement de mettre un terme à ce mouvement d’opinion avant la venue de Barack Obama le 23 mai prochain.

Dans un reportage d’une dizaine de minutes diffusé sur la chaine VTV1 le discours officiel a proposé son scénario des événements. A partir d’extraits de textes subversifs postés sur Facebook et sur des sites d’organisations pro-démocratiques, le discours officiel met en scène une « révolution des poissons » (cách mạng cá) qui serait fomentée par les « forces réactionnaires » à l’extérieur du pays. L’amalgame est vite établi entre des billets sur la toile appelant à la fabrication de cocktails Molotov et les activistes pro-démocratie très connus des réseaux sociaux. Il s’agit d’incriminer le mouvement protestataire dans son ensemble afin de lui retirer toute crédibilité : c’est cousu de fil banc. Plusieurs personnalités de la société civile sont mises en avant, assimilées à de supposés dangereux terroristes. On peut ainsi distinguer sur le reportage les figures connues suivantes : les intellectuels et chercheurs Nguyen Quang A, Nguyen Hue Chi, le poète Hoang Hung, le blogueur Nguyen Xuan Dien, le musicien Ta Tri Hai, l’activiste social Nguyen Lan Thang…

La chose serait risible s’il ne s’agissait pas de mettre en danger physiquement cette poignée d’empêcheurs de tourner en rond, tous très pacifiques et déterminés dans leur combat pour un Viêt-Nam démocratique. Visiblement la crainte d’une récupération de la contestation par une organisation structurée bénéficiant de soutiens extérieurs taraude l’État-Parti. C’est en sens que le Viêt Tân peut paraître en embuscade et c’est d’ailleurs son rôle, revendiqué en tant que mouvement d’opposition au totalitarisme : « Nous sommes convaincus que les actions non-violentes sont le meilleur moyen de générer le maximum de participation civique » rappelle la présentation du parti sur son site officiel. Peut-on lui reprocher ?


Arrestations à Hanoi le 15 mai 2016

Code couleur : place au bleu azur

Depuis dix ans, le Viêt Tân, taxé d’organisation terroriste (au regard de son passé trouble dans la résistance armée anticommuniste dans la décennie 1980-90), a réussi à créer des cellules de sympathisants notamment dans la communauté catholique. A leur risque et péril, des dissidents notoires n’ont pas caché leur appartenance à l’organisation ou affiché leur sympathie. Des associations de la société civile comme l’Association des Jeunes Démocrates (Hội Anh Em Dân Chủ) ou le réseau Voice (Vietnamese Overseas Initiative for Conscience Empowerment) se sont positionnés aux côtés du mouvement d’opposition.

Protest_Hanoi_15-05-2016
Jeunes manifestants à Hanoi le 15 mai 2016 © DR

Plusieurs actions d’éclats pacifiques ont été menées dans le pays par le Viêt Tân notamment en 2007 en plein cœur de Hanoi pour dénoncer le danger impérialiste chinois. Les codes couleurs véhiculés par le Viêt Tân sont de plus en plus visibles dans les banderoles antichinoises ou antigouvernementales. Le bleu azur s’impose partout contre le rouge vermillon des affichages officiels.

Le blogueur catholique JB Nguyen Huu Vinh s’interroge sur la fixation du pouvoir sur l’organisation Viêt Tân dont le siège social est aux États-Unis. Son article intitulé « Tout d’un coup, le multipartisme au Viêt-Nam« , posté sur sa page Facebook le 16 mai, il ironise sur l’image du Viêt Tân que renvoient les autorités communistes : une organisation patriotique capable de mobiliser des milliers de compatriotes pour défendre les intérêts du peuple et se tenant aux côtés du peuple, répondant aux aspirations du peuple.

« Ainsi, les médias d’État ont dépeint le Viêt Tân comme un puissant parti politique présent au Viêt Nam et disposant partout de milliers de partisans. Qui oserait dire ainsi que le Viêt-Nam est encore un régime totalitaire ? Désormais, le Viêt-Nam a adopté le multipartisme, c’est tout ! Peut-être que le Viêt Tân, de la lointaine Amérique, devrait remercier les service de la propagande de l’État de la RSVN » [JB Nguyen Huu Vinh].

* * *

Pour cette fois-ci la technique répressive du pouvoir communiste a porté ses fruits. L’information a été sérieusement contrôlée. Un contre-discours anti-Viêt Tân a été abondamment servi et diffusé, les réseaux sociaux ont été bloqués et de nombreuses personnes, coincées chez elles, n’ont pu manifester tandis que d’autres ont été arrêtées puis relâchées. Les images de la violence d’État n’ont pu être diffusées sur la toile et la répression continue dans l’ombre. Sans réponse officielle, il plane une odeur de poisson pourri sur l’affaire des eaux empoisonnées du Centre du pays.

Le mouvement citoyen né des questions environnementales et géopolitiques devra tirer les leçons de sa relative impuissance publique et continuer d’inventer d’autres formes de lutte pour faire entendre sa voix. Le pouvoir communiste peut compter sur le Viêt Tân et les autres organisations politiques et/ou issues de la société civile pour relever le défi.

FG, MàJ 30/05/2016

Pour en savoir plus :

Lire le compte-rendu détaillé des événements à Ho Chi Minh-Ville par Do Son : « Decisive state repression? An account of ‘Hit the streets for the environment week 3 ».

Seconde manifestation pour l’environnement au Viêt-Nam : un 8 mai répressif

Le 8 mai 2016, une seconde manifestation pour l’environnement au Viêt-Nam [xuống đường vì môi trường] s’est déroulée au Viêt-Nam : à Ho Chi Minh-Ville, Hanoi ou Nha Trang. La population demande des éclaircissements sur l’affaire de la pollution industrielle qui a engendré des tonnes de poissons morts sur les côtes de quatre provinces vietnamiennes.

Lors de ce « second round », la répression a été plus forte : des dizaines de manifestants ont été arrêtés et des violences policières on été rapportées. En particulier, à Ho Chi Minh-Ville, l’intervention d’une bande mafieuse dénommée « les chiens aux anneaux verts » a secondé la Sécurité publique dans sa confrontation avec les manifestants. Selon des internautes, photos à l’appui, ces hommes en civil utilisés pour créer des violences portent un anneau en plastique vert sur leur doigt.

La répression a été principalement menée par des hommes casqués en uniformes verts issus des troupes des Jeunesses de choc (ou TNXP, fondées pendant la guerre du Viêt-Nam et autrefois assignées à la logistique de guerre). L’avocat dissident Phạm Công Út a appelé à mener une action en justice contre cette unité spéciale issue des Jeunes Volontaires. Ces jeunes recrues sont habituellement chargées de la protection des touristes dans le centre-ville et mobilisées pour fluidifier la circulation aux heures de pointe. Pour témoigner des exactions de ces forces supplétives, de nombreux manifestants ont pris des photos ou filmé à l’aide de leur portables les violences qui ont émaillées le cortège pacifique.

Ces événements relancent une fois de plus la question de la loi sur le droit de manifester, l’étendue de ce droit et sa gestion par l’État-Parti. Dans un entretien avec la BBC, le député Dương Trung Quốc a souligné l’ambiguïté du droit actuel qui relève plus de la gestion de la protection de l’État-Parti que du droit des citoyens. Malgré la volonté de légiférer sur ce droit, l’équilibre entre droits des citoyens et autoprotection d’un État craignant la subversion politique semble difficile à trouver.

En guise de réponse aux demandes de transparence sur la pollution des côtes, via la télévision officielle VTV, le gouvernement a lancé cette semaine (du 9 mai au 12 mai) une opération d’envergure dénommée « Nous devons nettoyer la mer » [?!] (Hãy làm sạch biển) mobilisant quelques 4000 jeunes pour nettoyer les côtes investies par des poissons morts dans quatre provinces du centre du pays : Hà Tĩnh, Quảng Bĩnh, Quảng Trị, Thừa Thiên Huế).

Étend donné l’ampleur de la pollution et de son impact sur l’économie de la pêche dans tout le pays, le nouveau gouvernement joue sa crédibilité dans cette première crise environnementale qu’il se doit de résoudre. A défaut d’une réponse appropriée, transparente et mesurée le gouvernement donnerait du crédit à l’hypothèse du professeur Lê Viết Khuyến sur une possible volonté délibérée de saborder l’économie maritime vietnamienne à travers une « guerre géophysique » (chiến tranh địa vật lý).

On comprend à demi-mot qu’il pourrait y avoir un lien entre cette affaire de pollution et les problèmes récurrents rencontrés par la RSVN en Mer de Chine méridionale. Ainsi, en touchant l’intérêt national, une grande partie de l’économie du Viêt-Nam étant tournée vers la pêche, l’affaire pourrait prendre, à l’avenir, un tour beaucoup plus politique.

FG, MàJ 09/05/2016.

Aperçus vidéographiques et compte-rendus en ligne :


Deux policiers en civil arrêtant et frappant au visage un manifestant.


Hommes de main : arrestation musclée d’un manifestant qui tente de fuir et protestation de la foule suivie par l’agression contre un autre manifestant (peu après embarqué manu-militari).

Près de la Cathédrale de Saigon, protestation de manifestantes contre la violence exercée sur une femme et son enfant.

Un manifestant délivré des mains des forces de Sécurité par d’autres manifestants.


Arrestations de manifestants par les forces de la Sécurité publique (ici l’unité spéciale des Jeunes Volontaires). Des manifestants sont isolés, frappés et embarqués de force par des policiers en civils et des hommes de main dans des cars de tourisme.


Idem. Une technique répétée à chaque manifestation.


Ici, une première voiture noire aux vitres teintées s’arrête et un manifestant est embarqué de force à l’intérieur suivie d’une seconde voiture et d’un autre manifestant.


Cars de tourisme réquisitionnés par la Sécurité publique pour embarquer les manifestants dans les commissariats du secteur. Applaudissements et soutien solidaire des autres manifestants contre la répression.


Manifestation à Nha Trang.


Les supporters de l’équipe de football de Haiphong manifestent pour la sauvegarde des poissons : « Nous choisissons la mer, nous choisissons le poisson, nous aimons le foot ! ».

Image « à la une » : arrestation d’un manifestant par deux membres de l’unité anti-manifestation des Jeunesses de choc © Dân Làm Báo

Pamela D. McElwee : Forests Are Gold Trees, People, and Environmental Rule in Vietnam

[ndlr] Parution d’un ouvrage intéressant sur les forêts vietnamiennes. Selon son auteure, il s’agit d’une étude interdisciplinaire à cheval entre l’anthropologie, les études environnementales, la géographie et l’histoire. Présentation de l’éditeur.

McElwee_ForestsAreGoldForests Are Gold examines the management of Vietnam’s forests in the tumultuous twentieth century-from French colonialism to the recent transition to market-oriented economics-as the country united, prospered, and transformed people and landscapes. Forest policy has rarely been about ecology or conservation for nature’s sake, but about managing citizens and society, a process Pamela McElwee terms « environmental rule. » Untangling and understanding these practices and networks of rule illuminates not just thorny issues of environmental change, but also the birth of Vietnam itself.

Pamela D. McElwee is associate professor of human ecology at Rutgers University. She is the coeditor of Gender and Sustainability: Lessons from Asia and Latin America.

Source : University of Washington Press

Réf. : Pamela D. McElwee, Forests are gold : trees, people, and environmental rule in Vietnam, Seattle : University of Washington Press, 2016, 312 p. ISBN : 9780295995489

Site personnel de l’auteure : http://www.pamelamcelwee.com/forestsaregold/

Image « à la une » : Poster de propagande de l’artiste Le Thiep (1977).

 

UCRSEA Post-Doctoral Fellowship 2016.2017

[ndlr] Post-doctorat à Toronto sur la résilience climatique urbaine en Asie du Sud-Est. Date limite de candidature : 10 février 2016.

The Urban Climate Resilience in Southeast Asia Partnership (UCRSEA), located in the Asia Institute at the Munk School of Global Affairs at the University of Toronto, invites applications for a one-year UCRSEA Post-Doctoral Fellowship in Urban Climate Change Resilience. Research proposed must be pertinent to UCRSEA’s focus on building urban climate change capacity, particularly in the Mekong region. The Fellowship will commence 1 July 2016, with an annual salary of C$45,000 plus benefits.

The Partnership addresses vulnerabilities to climate change in urbanizing areas of Southeast Asia with the goal of enhancing resilience and, hence, economic and social well-being. Individual and community vulnerabilities in the region are linked to global environmental change and to the rapid pace of urbanization and economic integration of the region. Specifically, we seek to provide vulnerable peoples in transitional states with the space to learn about and share in decisions about protecting themselves from the economic, social and physical impacts of climate change.

Qualifications
The successful applicant is expected to reside in Toronto, Canada during the term of the Fellowship, and will have the opportunity to participate in the intellectual life of the Munk School of Global Affairs and larger University of Toronto community during the 2016-2017 academic year. Support for conference and research travel in Southeast Asia is available.

Eligibility is limited to applicants who have received their PhD in a relevant discipline within the three years prior to the start date of the UCRSEA fellowship (i.e. July 2013 or later). All qualified candidates are encouraged to apply; however Canadians and permanent residents of Canada will be given priority.

Responsibilities
In addition to pursuing an intensive research project, the post-doctoral fellow is expected to participate as a member of the UCRSEA team.

Core responsibilities of the post-doctoral fellow include:

  • Conducting research of relevance to the UCRSEA project;
  • Presenting two research seminars at the Munk School of Global Affairs, with the first in the Fall of 2016 and the second in the Spring of 2017;
  • Preparing an original, full-length research paper for publication as part of the UCRSEA Paperseries;
  • Participating in the UCRSEA Virtual Graduate Student Seminar.

Other responsibilities, to be identified with UCRSEA partners and directors based on the fellow’s interests and UCRSEA’s research agenda, could include:

  • Planning UCRSEA conferences, events, or workshops, in conjunction with UCRSEA partners;
  • Preparing research papers for publication as part of the UCRSEA Papers series;
  • Participation in other UCRSEA research projects and initiatives; and
  • Providing research assistance and support to the UCRSEA Co-Directors.

 Applications

The deadline for applications is 10 February 2016 at noon (EST). The committee will notify applicants of their decision by 10 March 2016.

Application instructions can be found here.

Funding
The Partnership is supported by a five-year International Partnerships for Sustainable Societies (IPaSS) grant, funded by both the Social Sciences and Humanities Research Council (SSHRC) of Canada and the International Development Research Council (IDRC).

Source : UCRSEA

Post-Vietnam military herbicide exposures in UC-123 Agent Orange spray aircraft

[ndlr] La question de la toxicité sur le long terme de l’Agent orange est de nouveau d’actualité avec la publication d’une nouvelle étude scientifique publiée dans la revue Environmental Research. Résumé (article en accès réservé).

AgentOrange

Graphical abstract

During the Vietnam War, approximately 20 million gallons of herbicides, including ~10.5 million gallons of dioxin-contaminated Agent Orange, were sprayed by about 34 UC-123 aircraft subsequently used by the United States Air Force Reserves (~1971-1982) without decontamination. After many years without monitoring, tests revealed the presence of dioxin. All but three aircraft were smelted in 2009. Current Air Force and Department of Veterans Affairs policies stipulate that « dried residues » of chemical herbicides and dioxin in the post-Vietnam war use of the aircraft had not lead to meaningful exposures to flight crew and maintenance personnel, who are thus ineligible for Agent Orange-related benefits or medical examinations and treatment. We used three complementary approaches for modeling potential exposures to dioxin in these aircraft, based on the sparse monitoring data available, and found the body-burden for dermal-oral exposure for flight crew and maintainers exceeded existing guidelines. The surface wipe samples taken by the Air Force exceeded Army screening level guidelines. Two models show that the surface residues led to airborne contamination and dioxin dust adsorption. Thus inhalation, ingestion and skin absorption in aircrew and maintainers were likely to have occurred during post-Vietnam use of the aircraft. Current Air Force and Department of Veterans Affairs policies are not consistent with the available industrial hygiene measurements or with widely accepted models for semivolatile organic compounds like dioxin.

  • Ref. : Peter A. Lurker, Fred Berman, Richard W. Clapp, Jeanne Mager Stellman, « Post-Vietnam military herbicide exposures in UC-123 Agent Orange spray aircraft », Environmental Research, Volume 130, April 2014, Pages 34–42.

Source : Science Direct

Pour en soir plus :