Archives par mot-clé : enfance

Marcelino Truong : Une si jolie petite guerre. Saigon 1961-1963 – CR de lecture par Alexandre Brochard

CR de lecture d’Alexandre Brochard : Marcelino Truong, Une si jolie petite guerre. Saigon 1961-63, Paris, Denoël, Denoël Graphic, 2012, 269 p.

MarcelinoTruong_UneSiJoliePetiteGuerreUne si jolie petite guerre est un roman graphique narrant trois années d’enfance de son auteur, Marcelino Truong, illustrateur né à Manille (Philippines) d’une mère malouine et d’un père vietnamien. Haut-fonctionnaire et diplomate de la République du Viêt-Nam (communément appelé Sud-Viêt Nam), son père est amené à travailler dans les ambassades du monde entier, entrainant sa famille lors de ses déplacements. Après quelques années passées aux États-Unis et l’élection de John Fitzgerald Kennedy à la présidence, la famille Truong s’installe finalement à Saigon. Nous sommes en 1961 et les prémisses d’une guerre sans précédent se font déjà ressentir dans la capitale du Sud-Viêt Nam1.

Au-delà de l’aspect graphique permettant d’exprimer par le trait et les couleurs, cet ouvrage est également une source d’informations concernant la vie quotidienne saïgonnaise au début de la guerre du Viêt Nam. Très accessible, le récit nous renseigne aussi sur les conditions de vie des civils dans la campagne sud-vietnamienne via des passages plus historiques, en parallèle avec des chapitres plutôt personnels, narrés à travers les yeux de l’auteur lorsqu’il avait quatre ans (en 1961). Bien qu’ayant vécu cette période depuis le Sud (allié aux États-Unis dans un contexte de guerre froide), Marcelino Truong s’efforce de faire la part des choses et de traiter autant des violences commises par les forces armées populaires du Front National de Libération du Sud-Viêt Nam2 que par l’Armée de la République du Viêt Nam3, ainsi que de leurs techniques de propagandes respectives. Enfin, les figures féminines et les enfants, parfois oubliées des autres récits, sont mis en avant au fil des vignettes à travers différents personnages.

Une vie mondaine, urbaine et occidentale

Si l’auteur affirmait lors d’une interview que « notre histoire est celle de milliers de familles comme la nôtre, dont on ne parle jamais ou peu »4, il ne faut néanmoins pas perdre de vue que le cadre de vie de la famille Truong était plutôt privilégié. Son père étant un proche et l’interprète du Président Ngô Đình Diệm (1955 – 1963), il fréquentait de fait les hautes sphères de pouvoir du Sud-Viêt Nam. Il menait une vie plutôt mondaine, rythmée notamment par de nombreuses réceptions au Palais de l’indépendance5, près duquel il résidait dans un appartement de style moderne. L’auteur ne manquera cependant pas de dénoncer que « la vie mondaine continuait donc et pourtant, les nouvelles de la guerre étaient mauvaises » (p. 86). Depuis le centre-ville de Saigon, il ne s’agissait encore que d’une « jolie petite guerre » (p. 90), finalement d’une ampleur dont personne n’avait encore pris conscience.

C’est donc une vie apparemment éloignée du danger que Marcelino Truong et sa famille vivent, dans un Saigon encore marqué par des années de colonisation. En effet, l’influence française est omniprésente, tant dans les toponymes que dans l’architecture, en passant par la littérature, la musique et le cinéma. C’est ainsi non sans humour que l’auteur narre sa rencontre avec Fernandel dans Ali Baba et les Quarante Voleurs6 lors d’une séance en centre-ville, alors même qu’une grenade explosait dans un autre cinéma de l’autre côté de la rue. La présence américaine dans le pays se faisait également ressentir sous bien des aspects, du Coca-Cola à la voiture familiale, une Rambler7. De nombreuses références au cinéma hollywoodien (Gone with the Wind, 1939 de Victor Fleming, Ben Hur, 1959 de William Wyler…) sont aussi faites tout au long du récit, illustrant l’imprégnation de l’auteur dans la culture de l’Oncle Sam.

MarcelinoTruong_UneSiJoliePetiteGuerre_extrait1

De plus, le code vestimentaire utilisé à l’époque au Palais présidentiel du Sud-Viêt Nam révèle encore une fois l’occidentalisation par l’influence américaine. Ainsi, le costume-cravate est de rigueur pour le père de l’auteur, tout comme pour le Président Ngô Đình Diệm. Enfin, le catholicisme fervent pratiqué par les parents de l’auteur n’est pas une exception dans le Sud-Viêt Nam, où se sont réfugiés plus de 800 000 catholiques nord-vietnamiens après la partition du pays en 1954. D’autre part, les fêtes de Noël sont très présentes dans la capitale en fin d’année. Un chapitre (pp. 134-148) est d’ailleurs dédié à l’histoire des catholiques du Viêt Nam depuis le XVIe siècle. Ces pratiques sont aussi à mettre en parallèle à la répression anti-bouddhiste ordonnée par Ngô Đình Diệm et dénoncée dans l’ouvrage.

Civils ruraux et urbains dans la guerre

La vie urbaine de l’auteur à Saigon est à lire au regard de celle des vietnamiens vivant à l’intérieure des terres, où s’exercent les principales violences de la guerre. Comme évoqué plus haut, l’auteur expose dans des vignettes plus historiques l’intensité des combats et les difficiles conditions de vie dont il n’a pas eu directement l’expérience. Les pages qui y sont consacrées sont teintées d’une palette de couleurs froides, illustrant une atmosphère plutôt macabre, mais aussi un certain détachement.

Ainsi, « la sale guerre avait lieu dans les campagnes » (p. 89), entre les affrontements avec les partisans du FNL et les différentes actions du gouvernement de la République du Viêt Nam, menées conjointement avec les États-Unis. L’auteur critique de manière virulente l’échec de la plupart de ces opérations et les nombreux « dommages collatéraux » (p. 165)8 qu’elles ont engendrés.

MarcelinoTruong_UneSiJoliePetiteGuerre_extrait2

Le programme « hameaux stratégiques », ayant pour objectif de protéger les paysans sud-vietnamiens de l’influence des Viêt Công, mettant à contribution les civils eux-mêmes pour leur construction, n’aurait eu pour résultat que l’impopularité des conseillers américains au bénéfice des combattants du FNL. Marcelino Truong dépeint également avec effroi les ravages de l’agent orange déversé sur les forêts vietnamiennes dès l’opération Ranch Hand9. L’évocation de la destruction de l’écosystème de la région et des déformations encore nombreuses aujourd’hui chez les nouveaux nés vietnamiens sonne comme un réquisitoire contre ces méthodes jugées inefficaces et surtout mortifères. De manière étonnante, l’auteur insiste beaucoup moins sur les violences perpétrées par le FNL sur les civils en les évoquant seulement, se concentrant sur les échecs du gouvernement du Sud.

Le monde rural est ainsi le théâtre des affrontements les plus sanglants, mais les grandes villes, et notamment Saigon, n’étaient pas en reste. C’est en effet dans de ce qui deviendra Hô-Chi-Minh-Ville en 1975 que s’exercent des dynamiques s’apparentant à une guerre civile. Les violences subies par les civils urbains sont d’un autre genre et c’est d’une toute autre manière que les illustre l’auteur (les ayant vécues lui-même) : en les insérant dans des scènes de vie familiales. La présence de plus en plus accrue de soldats, d’armes, de véhicules blindés et de références belliqueuses au fil des pages exprime de manière évidente l’installation d’un climat de guerre au sein de la capitale. Parallèlement s’ajoute également un climat de peur : des attentats successifs vont toucher le centre-ville, du Palais présidentiel à l’Hôtel de Ville, en passant par les cinémas et autres lieux de vie. Ce milieu devenant toujours plus hostile agitera d’ailleurs la santé de la mère de l’auteur par « une crise de foie carabinée » (p. 105) (sa mère avait été affectée par la guerre à Saint-Malo dans son enfance)10 et fait écho aux évènements récents quant à la tension palpable et le développement d’une certaine psychose. Cette paranoïa maternelle, très bien rapportée par l’auteur, s’exprime d’autant plus que les médias sont très présents à Saigon et vont de fait particulièrement insister sur ces évènements traumatisants.

La femme, l’enfant et le soldat

Outre les différences entre civils ruraux et civils urbains en termes d’expérience de la guerre, l’auteur présente aussi sous un autre jour les figures de la femme et de l’enfant dans ce contexte.

Le genre féminin est en effet omniprésent tout au long du récit à travers différents symboles et personnages. Déjà citée précédemment, la mère de Marcelino Truong est centrale et ses réactions rythment les pages du roman de manière singulière. Mère au foyer consciente du déroulement de la guerre (son mari lui donnant accès à cette information), elle va également avoir une influence non-négligeable sur ses enfants et surtout son mari, en précipitant leur départ de la capitale pour Londres à l’été 1963. Une autre figure féminine récurrente et symbolique de cette période : Madame Nhu, surnommée « Madame » ou « Dragon Lady » (par la presse américaine), belle-sœur du Président. Se voulant « une femme vietnamienne moderne et émancipée » (p. 123), elle est célèbre pour ses déclarations sulfureuses11 et son engagement féministe au sein du Mouvement de Solidarité des Femmes12. Elle est également à l’origine des Jeunes femmes républicaines, bataillon féminin des forces sud-vietnamiennes et bras armé du MSF. L’auteur insiste également sur sa comparaison avec les soeurs Trưng, héroïnes emblématiques de la lutte contre la Chine. Il explique clairement de quelle manière ces figures historiques ont été transposées en la personne de Madame Nhu, la Chine d’alors étant associée au Nord-Viêt Nam communiste. De cette manière, Marcelino Truong souligne intelligemment la place centrale des femmes dans le conflit vietnamien, considérées « à la fois actrice et victimes »13.

La seconde figure dépeinte à travers ce roman graphique, et qui est certainement la plus mis en avant : l’enfant. D’une part, le récit est raconté à travers les yeux de l’auteur lorsqu’il était petit, faisant donc ainsi de l’enfance le thème majeur de l’ouvrage. Mais là n’est pas le seul élément qui s’y rapporte. En effet, l’œuvre dans son ensemble peut, d’autre part, se lire comme une critique acerbe contre la militarisation des plus jeunes. Une simple observation des scènes familiales et de jeux permettent de se rendre compte que l’auteur « éprouvais une grande fascination pour les machines de guerre et les soldats qui peuplaient les rues de Saigon »14.

MarcelinoTruong_UneSiJoliePetiteGuerre_extrait3

Si ces quelques détails semblent anodins de prime abord, ils résonnent après réflexion comme autant d’attaques envers la propagande du gouvernement nord-vietnamien qui « avait largement militarisé la société […] et n’hésitait pas à mettre un fusil […] dans les mains des enfants » (p. 181), allant même jusqu’à une comparaison avec les enfants soldats du régime maoïste. Après la lecture de ces quelques lignes, la transposition du conflit dans l’univers ludique de l’auteur et de ses frères et sœurs (et certainement de beaucoup d’autres enfants à l’époque) semble devenir une évidence : les jeux de guerre, les fausses armes, l’intérêt pour les expositions d’armement, les combats d’animaux, les blagues sur les Viêt Công… Autant d’éléments apparemment anodins participent finalement de l’atmosphère générale, du climat de guerre et de tension paranoïaque évoqués plus haut. Cette réflexion a posteriori sur la militarisation de l’enfance est ainsi judicieusement incluse dans un récit enfantin et nourri de l’innocence de l’auteur, elle-même alimentée par un contexte urbain plutôt privilégié et sécurisé.

Très éloigné de ce que l’on peut trouver dans les documentaires ou les ouvrages académiques traitant de cette période, Marcelino Truong nous offre ici un portrait familial et une micro-histoire de la guerre du Viêt Nam pour le moins atypique. En mettant l’enfant au centre, sujet méconnu de la guerre, il livre un récit proche du réel et fondé sur des expériences personnelles, tout en faisant écho à des problématiques très actuelles sur la guerre civile et la militarisation de l’enfance (en Syrie, au Tchad…). Le sujet est d’ailleurs traité parfois avec humour, le rendant accessible au plus grand nombre (bien qu’il soit le plus souvent classé dans la catégorie des romans graphiques « adultes ») ; parfois avec gravité, permettant au lecteur de prendre conscience des dénonciations qui en découlent. Chacune de ces atmosphères s’entrecroise avec des couleurs et des styles graphiques distinctifs, rendant l’ouvrage d’autant plus dynamique.

L’auteur illustre également les différentes facettes de ce que beaucoup ont appelé « la sale guerre »15. ou ont considéré comme « une guerre d’un autre genre », alliant des scènes de combat d’une violence inouïe dans les zones rurales aux caractéristiques d’une guerre civile et urbaine rythmée par des attentats répétés (le statut de guerre civile n’est d’ailleurs pas reconnu officiellement par le régime communiste au pouvoir depuis la fin de la guerre), sans oublier le rôle sans précédent de l’opinion publique internationale. Par une critique virulente tant des méthodes américaines appliquées par le gouvernement sud-vietnamien que de la terreur imposées par les combattants du FNL (opérations militaires, mauvais traitements, propagande…), l’auteur relève en grande partie le défi de l’impartialité. Il réussit à se détacher de l’histoire conventionnelle de la guerre du Viêt Nam sans pour autant renier ses influences occidentales et la vie mondaine que sa famille pu mener.

C’est donc un récit haut en couleurs et tout à fait passionnant que nous livre Marcelino Truong dans Une si jolie petite guerre, tant par son fond que par sa forme. Dans la lignée de Persepolis16, les expériences vécues à travers les yeux de l’enfance rapportées dans cet ouvrage sont à la fois lucides, touchantes, innocentes mais aussi très révélatrices. Si le ton parfois employé peut paraître très virulent envers certaines figures, la critique semble tout à fait justifiée et est même bienvenue. En effet, prendre du recul sur les erreurs du passé est essentiel afin de ne pas les reproduire à l’avenir. Le titre du second volume de ce roman graphique devrait d’ailleurs nous mettre sur la voie : Give Peace a Chance…17

Alexandre Brochard, promotion ASIOC 2015-2016.

Illustrations : Marcelino Truong © Denoël ; légendes A. Brochard.

 ★ ★ ★

Bibliographie

Ouvrages et articles cités

  • Guillemot, François, 2014 : Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre, 1945-1975, Paris : Les Indes savantes, 241 p.
  • Pasamonik, Didier, 2013 : « Marcelino Truong (Une si jolie petite guerre) : « Notre histoire est celle de milliers de familles comme la nôtre, dont on ne parle jamais ou peu. » », Actua BD, 31 juillet 2013, [En ligne], page consultée le 25 novembre 2015 (URL : http://www.actuabd.com/Marcelino-Truong-Une-si-jolie).
  • Satrapi, Marjane, 2007 : Persepolis, Paris : L’Association, coll. « Ciboulette », 365 p.
  • Truong, Marcelino, 2012 : Une si jolie petite guerre. Saigon 1961-63 Paris : Denoël, Denoël Graphic, 269 p.
  • Truong, Marcelino, 2015 : Give Peace a Chance. Londres 1963-75, Paris : Denoël, Denoël Graphic, 278 p.

Documentaires

  • Courtes, Marie-Christine, 2012 : « Mille jours à Saigon », documentaire diffusé sur la chaîne TVR Rennes 35 Bretagne (53 min), une coproduction Vivement Lundi !, 53 min.
  • Fomm, Christel, 2015 : « Der Vietnamkrieg. Gesichter einer Tragödie » (en français « Vietnam. La sale guerre »), documentaire diffusé sur la chaîne Arte le 14 avril 2015 à 20h50, 90 min, [En ligne], page consultée le 19 novembre 2015 (URL : https://www.youtube.com/watch?v=z8UZTfvD6ns).

Sitographie

_______________

Alexandre Brochard est étudiant du Master 2 « Asie Orientale Contemporaine » à l’Institut d’Asie Orientale de l’École Normale Supérieure de Lyon. En séjour académique à l’Université Gakushūin de Tōkyō en 2016, il effectue des recherches sur la sécurité énergétique et le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication au Japon.

Notes

  1. République du Viêt Nam (1955 – 1975), opposée à la République démocratique du Viêt Nam (Nord-Viêt Nam) pendant la guerre jusqu’à la victoire communiste et la réunification []
  2.  FNL-SVN, aussi appelé Viêt Công, soutenu par le régime communiste du Nord-Viêt Nam []
  3. ARVN, armée du régime sud-vietnamien, soutenue par les États-Unis []
  4. Propos recueillis par Didier Pasamonik pour Actua BD, 31 juillet 2013, [En ligne], page consultée le 25 novembre 2015
    (URL : http://www.actuabd.com/Marcelino-Truong-Une-si-jolie) []
  5. Aujourd’hui Palais de la réunification, résidence officielle de Nguyễn Văn Thiệu, l’ancien Président de la République du Viêt Nam []
  6.  Un film de Jacques Becker, 1954 []
  7.  Renault Rambler, conçue par American Motors dans les années 1960 []
  8. Terme alors utilisé pour désigner les victimes civiles, que l’auteur considère comme un grave euphémisme []
  9. Opération militaire américaine (1962-1971) consistant en la pulvérisation de défoliants sur les zones rurales []
  10.  Didier Pasamonik pour Actua BD, op. cit., p. 1 []
  11.  Elle parla notamment de « barbecue » pour désigner l’immolation du bonze Thích Quảng Đức en juin 1963 []
  12. MSF, organisation féminine créée et dirigée par Madame Nhu []
  13. François Guillemot, Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre, 1945-1975, Paris, Les Indes savantes, 2014, citant Marguerite Rollinde, p. 18 []
  14.  Didier Pasamonik pour Actua BD, op. cit., p. 1 []
  15.  Christel Fomm, « Der Vietnamkrieg. Gesichter einer Tragödie » (en français « Vietnam. La sale guerre »), documentaire diffusé sur la chaîne Arte le 14 avril 2015 à 20h50 (90 min), [En ligne], page consultée le 19 novembre 2015 (URL : https://www.youtube.com/watch?v=z8UZTfvD6ns) []
  16. Marjane Satrapi, série de bande-dessinée autobiographique en noir et blanc dont l’intrigue se déroule entre Téhéran et Vienne sur la période 1979-1994, 4 volumes publiés entre 2000 et 2003 par les éditions L’Association []
  17. Marcelino Truong, Give Peace a Chance, Paris : Denoël, Denoël Graphic, 2015, 276 p. []

Exposition / triển lãm ảnh : « Trẻ em thời chiến » – « Une enfance sous les bombes, 90 regards »

[ndlr] L’exposition « Trẻ em thời chiến », littéralement « L’enfance durant la guerre », s’est installée à Ho Chi Minh-Ville au Musée des vestiges de la guerre. Présentée à Hanoi en septembre dernier, elle relate à travers 90 clichés les scènes de la vie quotidienne des enfants durant la guerre du Viêt-Nam, principalement en RDVN (Nord Viêt-Nam). Cette exposition contribue au déferlement de commémorations du fameux « 40e anniversaire du Dien Bien Phu aérien » mais s’inscrit plus précisément dans le cadre du 55e anniversaire des éditions Kim Dong (Nhà xuất bản Kim Đồng), la célèbre maison d’éditions destinée aux publications pour la jeunesse.

 

AVI Une exposition de photos intitulée « Une enfance sous les bombes » a ouvert ses portes vendredi à Hô Chi Minh-Ville, faisant revivre les différents aspects de la vie des enfants durant la guerre du Vietnam.

Élèves allant en classe portant leur chapeau de paille anti-éclats de bombes, crèches et salles de classe dans un abri anti-aérien… à travers 90 vieux clichés, les visiteurs ont une vue générale sur la vie ainsi que les conditions d’études très difficiles des enfants vietnamiens à cette époque.

La guerre a bouleversé toute la vie sociale, affectant considérablement les enfants. La guerre fut une épreuve terrible pour eux, a estimé la directrice du musée, Huynh Ngoc Vân.

Les enfants, notamment les citadins, étaient obligés de s’habituer à une vie dépourvue de biens de première nécessité et aussi à l’absence de leurs proches, a-t-elle ajouté.

Malgré l’âpreté des combats, les enfants se sont efforcés d’étudier, ont surmonté les difficultés et participé activement à la résistance contre les agresseurs. Ils ont devenu le symbole de la volonté et de la force vitale des Vietnamiens, a-t-elle déclaré.

Cet évènement, organisé entre autres par le Musée des vestiges de la guerre de la ville et l’Agence vietnamienne d’information, vise à célébrer le 40 e anniversaire de la victoire « Hanoi-Diên Biên Phu aérien » et le 68e anniversaire de la fondation de l’Armée populaire du Vietnam.

Clôture le 28 février 2013.

Source : Vietnam +

* * *

TPHCM: Triển lãm ảnh “Trẻ em thời chiến”

Trong những ngày này, cả nước tưng bừng tổ chức nhiều sự kiện, lễ hội chào mừng năm mới, nhằm biểu dương, tưởng niệm, ôn lại những chiến công hiển hách của quân và dân ta trong cuộc kháng chiến chống Mỹ. Hòa trong không khí đó, Bảo tàng Chứng tích Chiến tranh TPHCM phối hợp với Chi nhánh tại TPHCM Nhà Xuất bản Kim Đồng, Thông Tấn xã Việt Nam, Công ty Tầm nhìn Á Châu tổ chức thực hiện Triển lãm ảnh, chủ đề “Trẻ em thời chiến”.

Với 90 bức ảnh tư liệu, triển lãm nhằm giới thiệu đến du khách trong nước và quốc tế, đặc biệt là các em thiếu nhi sống trong thời bình hiểu được trẻ em Việt Nam đã học tập, lao động trong điều kiện chiến tranh khốc liệt như thế nào. Qua đó, góp phần giáo dục thế hệ trẻ quý trọng nền độc lập, tự do, có ý thức bảo vệ và xây dựng đất nước.

Ông Nguyễn Thành Rum – Giám đốc Sở VHTTDL TPHCM, phát biểu: Việc tổ chức Triển lãm “Trẻ em thời chiến” tại Bảo tàng Chứng tích Chiến tranh TPHCM là một cơ hội thuận lợi, giúp công chúng trong nước và quốc tế có dịp hiểu rõ hơn về cuộc sống của Nhân dân Việt Nam nói chung và trẻ em Việt Nam nói riêng trong cuộc kháng chiến chống Mỹ. Dù trong mưa bom bão đạn, trẻ em Việt Nam vẫn được Đảng, Nhà nước, toàn dân, toàn quân chăm lo về cuộc sống, cũng như học tập trong điều kiện an toàn nhất, tốt nhất. Nhiều tài năng trong các lĩnh vực khoa học kỹ thuật, văn hóa, nghệ thuật… đang phục vụ tại TPHCM chính là thế hệ trẻ em đã sinh ra và lớn lên trong điều kiện vô cùng gian khổ của chiến tranh ở cả hai miền Nam – Bắc. 90 bức ảnh của triển lãm là những tư liệu hết sức quý báu, không chỉ có tác dụng giáo dục cho thế hệ trẻ hôm nay về truyền thống kiên cường, bất khuất của dân tôc, mà còn là động lực, là tấm gương cho các cháu phấn đấu nhiều hơn nữa trong học tập và rèn luyện với điều kiện hòa bình, ấm no, hạnh phúc hôm nay.

Bà Huỳnh Ngọc Vân – Giám đốc Bảo tàng Chứng tích chiến tranh TPHCM, cho biết: Trẻ em chính là mùa Xuân, là tương lai của đất nước. Từ những bài học sâu sắc của “Trẻ em thời chiến”, chúng tôi hy vọng rằng trẻ em Việt Nam ngày nay sẽ nhận thức được giá trị lớn lao của hòa bình, độc lập, tự do, sẽ phấn đấu học tập, lao động thật tốt để trở thành những người chủ đất nước, thiết thực góp phần xây dựng và bảo vệ tổ quốc Việt Nam giàu đẹp. Triển lãm ảnh tư liệu “Trẻ em thời chiến” là một món quà Xuân, một thông điệp gửi đến du khách trong nước và quốc tế trước thềm năm mới 2013.

Triển lãm Trẻ em thời chiến,gồm 90 bức ảnh tư liệu, được chia làm 5 phần: Thích nghi, Học tập, Góp sức, Sự quan tâm của Đảng và Chính phủ, Các tấm gương. Các bức ảnh được trưng bày và giới thiệu từ nay đến hết tháng 2/2013, tại Bảo tàng Chứng tích Chiến tranh TPHCM (28 Võ Văn Tần, P6, Q3, TPHCM).

Thu Hương

Source : Tap Chi Du Lich

Pour en savoir plus

  • N.Hằng, Xúc động triển lãm ảnh “Trẻ em thời chiến”, Dân trí, 05/09/2012.

Annick Le Bourlot : Chaque nuage est nimbé de lumière [2009]

[ndlr] Nous remercions Annick Le Bourlot pour nous avoir signalé et offert son roman historique fortement inspiré de son vécu au Viêt-Nam. Son ambition est de nous faire partager « un point de vue de Vietnamiens sur les incidences de la guerre qui a sévi au Vietnam de 1946 à 1954 ».

Du Vietnam ravagé par un siècle de troubles et de guerres, juste après les accords de Genève en 1954, Hoa s’envole vers la Nouvelle-Calédonie, île natale de Maurice, son nouveau compagnon, avec deux de ses trois enfants. Elle quitte le pays de ses ancêtres, mue par l’espoir de construire une vie plus paisible, mais la mort dans l’âme de devoir laisser à Saigon sa fille aînée, Mai, alors âgée de quinze ans. Celle-ci se considère maltraitée par l’ancienne patronne de sa mère. Mai s’enfuit alors et part à la recherche de son père, qu’elle n’a pas connu et qui est resté au Nord du pays, combattant auprès d’autres résistants contre le colonialisme français. Cette recherche du père est aussi une quête de ses racines et d’elle-même, à travers les lieux de son enfance marqués par le passé mouvementé de sa mère. Mai parviendra-t-elle jusqu’au village paternel et retrouvera-t-elle son père ? Choisira-t-elle de rester au Viêt-Nam et de participer au combat de celui-ci ou de rejoindre sa mère dans le Pacifique, sur un territoire étranger et inconnu ?

Réf. : Le Bourlot, Annick, Chaque nuage est nimbé de lumière, roman, Paris, L’Harmattan, Collection Lettres du Pacifique 18, mai 2009, 220 p. Fiche L’Harmattan

Je reste marquée par le message du roman Fahrenheit 451, prolongé par la magnifique réalisation filmique de Truffaut, selon lequel chacun de nous est porteur d’un pan de l’histoire de l’Humanité. En observant les modes de vie sur le Territoire, notamment ceux des communautés asiatiques, j’ai été étonnée par leur attitude industrieuse et leur silence. La lecture de Chân Dang de Jean Vanmai, les témoignages sur les conditions de vie des premiers immigrés vietnamiens m’ont  émue.

J’ai contextualisé ce roman en Nouvelle-Calédonie pour rendre hommage à tous ces exilés du Monde qui doivent se construire une nouvelle vie, avec d’autres repères, sans pour autant perdre leur mémoire du passé. Je suis également convaincue que la culture est un antidote par rapport aux guerres et autres catastrophes, ainsi qu’à notre condition de mortels. (extrait de l’interview réalisée par la Maison du Livre de la Nouvelle Calédonie au mois d’août 2009).

 

L’hommage à la Calédonie de l’inspectrice de français

Sa jeunesse est une aventure, au milieu des troubles du Vietnam et de l’Algérie. Annick Le Bourlot y a puisé la matière d’un roman, où la Calédonie a sa part comme terre d’accueil.

Elle dit d’elle-même qu’elle était condamnée à ne pas vivre, et à ne pas réussir. Née prématurée dans la jungle, près d’Hanoï, elle a miraculeusement survécu. Enfant dans la guerre du Vietnam puis d’Algérie, elle a étudié pour se libérer de l’angoisse du terrorisme. Un demi-siècle plus tard, la petite Maï est devenue Annick Le Bourlot, inspectrice d’académie, inspectrice pédagogique régionale en français, basée à Nouméa.

Elle affirme qu’elle doit sa réussite à l’école française. Voici quelques mois, à l’occasion du Forum francophone du Pacifique, elle publiait Aux bâtisseurs de l’école de la réussite, un hommage aux professeurs de lettres. Un ouvrage essentiellement didactique, mais dont quelques pages autobiographiques laissaient présager le roman à venir.

Ce roman, Annick Le Bourlot l’a présenté la semaine dernière, lors d’une soirée littéraire au musée de la Mer, en présence du vice-recteur, du membre du gouvernement chargé de l’éducation, du président du Cercle des auteurs du Pacifique et de nombreux enseignants avec qui elle travaille et dont elle a gagné l’estime.

« La culture permet à l’homme d’échapper à ses haines et à la violence ».

Chaque nuage est nimbé de lumière, paru dans la collection Lettres du Pacifique chez l’Harmattan, n’est pas une autobiographie mais un récit historique qui a fini par tourner au roman. Il parle de déchirures familiales, de quête du père, de violence et d’exil dans un Vietnam en guerre, de départ vers un territoire étranger et inconnu qui deviendra refuge, la Nouvelle-Calédonie. C’est une histoire de chez nous, qu’ont vécue bien des Calédoniens.

En bonne inspectrice de lettres, Annick Le Bourlot sait bien que toute interprétation d’une œuvre romanesque est plurielle. Certains y verront des messages de telle ou telle nature. Il en est un, au moins, qu’elle souhaite affirmer. C’est que « la culture, particulièrement artistique et littéraire, antidote à la guerre et à notre condition de mortel, permet à l’homme d’échapper à ses haines et à la violence ».

En fin de séjour, Annick Le Bourlot doit quitter le territoire dans quelques mois. Première inspectrice de lettres d’origine vietnamienne, elle laissera derrière elle, outre ses deux livres personnels, deux ouvrages en voie d’achèvement : un manuel de français à base de littérature calédonienne, et un livret d’évaluation 6e rénové. Elle en a donné l’impulsion, mais la réalisation en a été faite collectivement par plusieurs groupes de ces enseignants à qui elle rend hommage. « Je constitue avec vous, leur a-t-elle dit la semaine dernière, un maillon dans une chaîne de solidarité au service des élèves. »

Henri Lepot

Les Nouvelles Calédoniennes du 10/07/2009

Source : Café, thé, la soupe

Aperçu Google Books

Malay Phcar : Une enfance en enfer – Cambodge, 17 avril 1975 – 8 mars 1980 [2005]

« J’ai écrit ce livre pour témoigner de l’horreur du régime khmer rouge en espérant que la folie des hommes ne les conduirait plus jamais à de telles extrémités. »

Le 17 avril 1945, les Khmers rouges prennent Phnom Penh et donnent l’ordre insensé d’évacuer ses trois millions d’habitants. Pour Malay Phcar, qui vivait dans la capitale cambodgienne une enfance heureuse avec ses huit frères et sœurs, commence le long exode vers la « rééducation rurale ». Sur la route jonchée de cadavres qui le mène en exil avec sa famille et des centaines de milliers d’autres, il comprend mal ce qui est en train de se passer : il n’a que neuf ans. L’exode est long, épuisant. Les Phcar sont déplacés de village en village, à pieds ou dans des wagons à bestiaux.

En route, ils sont séparés de la sœur aînée, la préférée de Malay. Dans le village ou la famille est finalement assignée, commence une progressive descente aux enfers. Malay découvre le manque d’hygiène, la famine, le mépris affiché des Khmers rouges pour la vie humaine ; il voit les liens sociaux se désagréger devant la misère et les morts successives. Une seule obsession chasse toutes les autres : manger pour survivre. Bientôt, la maladie et l’épuisement lui enlèvent son père et sa mère. Il est ensuite séparé de ses frères. Envoyé en camp de travail, il lutte jour après jour pour survivre à ce régime barbare.

Ce que Malay ignore alors, c’est que le système, miné de l’intérieur, est en totale déliquescence. Bientôt, l’armée vietnamienne vient chasser les Khmers rouges, apportant au jeune garçon et à ses deux petits frères survivants l’espoir incrédule de la liberté.Pourtant, c’est un autre exil aveugle, dans lequel leur plus jeune frère disparaîtra, qui attend les survivants, car le pays est livré aux combats. Un exil qui continuera à mener Malay de camp en camp, vers les restes d’une famille qui le rejette, puis vers une Thaïlande qui repousse les Cambodgiens affamés. Malay réussit pourtant à entrer en Thaïlande, et là, ce sont finalement les retrouvailles avec la sœur disparue et le départ pour la France et la liberté. La fin d’une errance de quatre ans, qui aura décimé quasiment toute sa famille et fait de son enfance un enfer. [Présentation de l’éditeur]

Source : Robert Laffont

* * *

Malay Phcar est né en 1964 dans une famille cultivée, chrétienne, particulièrement exposée à la répression des Khmers rouges suite à la prise de Phnom Penh, au Cambodge, en 1975. Dans ce témoignage bouleversant, il raconte son enfance saccagée par les révolutionnaires : c’est en effet à l’âge de neuf ans qu’il est déporté avec toute sa famille dans un camp de « rééducation rurale ». A la clé, la perte de ses proches, la famine, le travail forcé, la maladie, l’épuisement, la solitude, la déshumanisation, le désespoir et la folie… Cruel destin pour un enfant habité d’une extraordinaire force, celle qui lui permettra de survivre et de ne pas définitivement sombrer. Le lecteur sera ici frappé par l’émotion qui se dégage de la voix de celui qui raconte son enfance en enfer, jusqu’en 1980, année où Malay viendra se réfugier en France en compagnie d’un frère et d’une sœur rescapés. Une enfance en enfer est le deuxième livre de Malay Phcar, après L’Enfer khmer rouge (duquel Olivier Weber a tiré un documentaire, Retour au Cambodge, où Malay joue son propre personnage).[avis de la FNAC]

* * *

Extraits :

« On a marché toute la journée. Enfin, je ne sais pas si on appelle cela marcher. On avance comme on peut dans une cohue incroyable (…). Soudain, j’aperçois quelqu’un qui dort dans la vase. Je trouve ça curieux et je le montre à Naron (…). Naron me répond qu’il ne dort pas, il est mort.  Il est mort ? J’appelle maman (…).  Je scrute le lit du fleuve. Il y en a d’autres, qu’on ne voit pas tout de suite. Des corps parfois recroquevillés, parfois avec la tête qui pend en arrière, à moitié recouverts de boue séchée. Je me demande pourquoi il y a tous ces morts et pourquoi on marche ainsi, pourquoi tous les habitants de la ville doivent partir (….) ».

« Au début, je ne comprenais pas pourquoi maman s’intéressait au nombre de corbeaux dans le ciel. En fait, c’était un nom de code pour désigner les Khmers Rouges. Depuis, on les appelle tous ainsi. Luc m’a expliqué tout bas, à l’oreille, qu’il faut se méfier des espions, les schlop, ces petits mouchards qui écoutent les conversations. Ils vont ensuite dénoncer les gens aux Khmers Rouges qui viennent alors les arrêter (…).

Phong Sithean a été dénoncé. On se regarde tous. Qui a pu faire une chose pareille ? (…).

En fin d’après-midi, une dizaine d’hommes et de femmes en noir sont venus perquisitionner les maisons. Ils ont rassemblés sur la place les sacs de riz qu’ils ont trouvés et les ont emportés. Nous sommes tous des traîtres (…). On va mourir de faim « .

Source : voyagesmillebornes

Réf. : Phcar, Malay, Une enfance en enfer : Cambodge, 17 avril 1975-8 mars 1980, Paris, J’ai Lu, Robert Laffont, cop. 2005, 282 p. (réédition en poche de 2007)

Sea Of Memory – A Vietnamese Boat Refugee Documentary Film – 2011

Sea Of Memory – A Vietnamese Boat Refugee Documentary Film – Ryan Nguyen, 2011.

After the Vietnam War ended on April 30, 1975, more than a million people fled the communist ruling by boats to the South China Sea. They faced obstacles such as pirate attacks, violent sea storms, thirst and starvation. Many lives were lost. Those that survived the journey immigrated to non-communist countries around the world. The majority of them found freedom and new life in the United States. My dad was one of them.