Archives par mot-clé : EFEO

Présentation d’un manuscrit ancien Histoire de Luc Vân Tiên en trois langues

[ndlr] Présentation officielle de l’édition illustrée, commentée et trilingue du Luc Vân Tiên du grand poète Nguyên Dinh Chiêu (1822-1888). Félicitations à Pascal Bourdeaux, Nguyên Nha et Olivier Tessier pour cette redécouverte (en 2011) et cet admirable travail d’édition et d’érudition de l’EFEO .

luc-van-tien-co-truyen

Ho Chi Minh-Ville (VNA) – L’École française d’Extrême-Orient a organisé, le 30 mai à la résidence du consul général de France à Hô Chi Minh-Ville, une cérémonie de présentation de l’ouvrage Histoire de Luc Vân Tiên. Une version unique et rare, méticuleusement présentée et éditée.

Il s’agit d’un fac-similé, complété des commentaires adjoints au manuscrit original, qui a été réalisé au XIXe siècle, et conservé aujourd’hui à la bibliothèque de l’Académie des Inscriptions et des Belles Lettres.

L’œuvre originale est l’unique version illustrée de 139 planches polychromes d’un poème vietnamien intégral, et la seule connue à ce jour. La beauté et la valeur littéraires comme historiques de ce document unique ont justifié sa publication.

Lire la suite : Vietnam +, 02/06/2016.

Voir aussi :

Nguyễn Đình Chiểu : Lục Vân Tiên cổ tích truyện [EFEO]

[ndlr] Annonce d’une nouvelle édition trilingue commentée d’une édition inédite du poème épique de Nguyen Dinh Chieu. Présentation de l’éditeur.

Réf. : Pascal Bourdeaux & Olivier Tessier (éd.), Histoire de Lục Vân Tiên / Lục Vân Tiên cổ tích truyện / The story of Lục Vân Tiên, Paris : École française d’Extrême-Orient, 2016. 2 vol., 292 p. & 312 p., (vietnamien, français, anglais).

Publication commentée d’un manuscrit enluminé inédit du poème Lục Vân Tiên redécouvert à la bibliothèque de l’Institut de France dans lequel Nguyễn Đình Chiểu (1822-1888) expose les vertus et les beautés du confucianisme et de la culture populaires du Sud du Viêt Nam.

NguyenDinhChieu_LucVanTien_EFEO2016
Relevant à la fois de l’érudition classique et de la littérature orale du milieu du XIXe siècle, le poème Lục Vân Tiên de Nguyễn Đình Chiểu a intégré de longue date le panthéon des gloires littéraires nationales en ayant su insuffler au classicisme de la culture lettrée vietnamienne des caractéristiques méridionales. Œuvre traduite en français dès 1864, c’est la publication d’Abel des Michels en 1883 qui incita un officier de marine français, Eugène Gibert, en mission à Huê entre 1895 et 1897, à faire réaliser ce manuscrit enluminé par un lettré de cour du nom de Lê Đức Trạch. De retour en France, son commanditaire l’offrit en 1899 à la bibliothèque de l’Institut de France où il a été redécouvert en 2011. Il s’agit de l’unique version illustrée (139 planches polychromes) d’un poème vietnamien intégral connue à ce jour.

La beauté et la valeur littéraires et historiques de ce document unique justifient l’édition d’un fac-similé complété de commentaires au manuscrit. Le volume I, volontairement épuré, présente les planches enluminées en vis-à-vis desquelles paraît l’extrait du poème en version trilingue (français, quốc ngữ, anglais). Le volume II consigne l’ensemble des commentaires (avant-propos, introduction à l’histoire du manuscrit, annotations du poème, transcription inédite de la version du poème enluminé en vietnamien romanisé).

Le Lục Vân Tiên est une œuvre littéraire vietnamienne. Le manuscrit, engendré par le contact franco-vietnamien est une œuvre d’art qui l’est tout autant. La redécouverte récente de ce joyau de la culture populaire du Viêt Nam exigeait sa diffusion auprès des spécialistes et des passionnés d’histoire, de littérature, de philologie et d’art. Ce souhait est en partie réalisé grâce à la publication de cette Histoire de Lục Vân Tiên.

Source : EFEO

Philippe Le Failler : L’établissement d’une administration d’exception pour des territoires hors norme

[ndlr] Annonce du prochain séminaire de l’EFEO Paris.

Logo_EFEO

Philippe Le Failler (EFEO)

L’établissement d’une administration d’exception pour des territoires hors norme.

Le contrôle des montagnes de la frontière sino-vietnamienne à la fin du XIXe siècle

Lundi 15 février (11h-12h30)

Maison de l’Asie

(22, avenue du Président Wilson, 75116 Paris, salon du 1er étage)

Comment délimiter, cartographier et aborner une frontière sur un territoire fraîchement conquis dont on ignore la complexité du peuplement, la nature des rapports interethniques et les enjeux d’une gestion au quotidien des confins de l’empire ? Reprenant souvent à son compte les principes du gouvernement impérial vietnamien, oscillant entre délégation aux chefs locaux et administration directe, le pouvoir colonial français a établi une structuration du territoire économe en moyens et d’une certaine efficacité pendant plus d’un demi-siècle. Ce faisant, cette démarche pragmatique annonçait la fin des autonomies locales et pavait le chemin aboutissant à une intégration accélérée à l’état-nation vietnamien des espaces montagnards qui furent jadis autant de marges géographiques, humaines et politiques relevant d’un régime d’exception.

Séminaire EFEO Philippe Le Failler

Dernier ouvrage de cet auteur :

Le Failler, Philippe, La rivière Noire. L’intégration d’une marche frontière au Vietnam, Paris, Éditions du CNRS, Etudes Imasie-Pacifique, 2014.

Philippe Le Failler est membre statutaire de l’IrAsia et MCF à l’École française d’Extrême-Orient.

L’EFEO recrute

[ndlr] Postes mis au concours à l’École Française d’Extrême-Orient.

ecole-francaise-d-extreme-orient-efeo

Trois concours viennent d’êtres ouverts :

1/ Directeur d’études de l’EFEO « spécialiste de l’Asie du Sud-Est » ;

2/ Maître de Conférences de l’EFEO « Études japonaises : histoire ancienne et moderne, histoire de l’art, littérature, anthropologie sociale et / ou religieuse » ;

3/ Maître de Conférences de l’EFEO  « Monde insulindien (Indonésie, Malaisie) : archéologie, ethnologie, histoire, histoire de l’art, histoire des religions, littératures, philologie, linguistique ».

 

Les dossiers des candidats doivent être déposés (sous format numérique) le 4 mars 2016 au plus tard.

La commission de recrutement devrait se dérouler vers la mi-mai.

La date de prise de fonction est fixée au 1er septembre 2016.

L’annonce figure sur le site Internet de l’EFEO (rubrique « l’EFEO recrute », en bas à gauche sur la page d’accueil. Les avis de concours seront également affichés sur le site Galaxie du ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Voir sur le site de l’EFEO.

Pierre-Yves Manguin (EFEO) : Le royaume de Śrīvijaya, après un siècle de travaux

Séminaire de l’EFEO Paris

lundi 26 octobre (11h-12h30)

Pierre-Yves Manguin (EFEO)

Le royaume de Śrīvijaya, après un siècle de travaux. Acquis, données nouvelles, interrogations

Maison de l’Asie

22, avenue du Président Wilson, 75116 Paris, salon du 1er étage.

Un siècle après son « invention » par George Cœdès (BEFEO 1918), où en est-on à ce jour des connaissances sur ce puissant État malais à vocation maritime ? Comment ce royaume si prestigieux pour ses contemporains – de Bagdad à l’Empire du Milieu, dans le monde des marchands de mer tout autant que dans la diaspora bouddhique – peut-il être aujourd’hui encore aussi difficile à cerner pour les archéologues ? Ses origines, la localisation de son centre politique à Sumatra, son implantation territoriale, la nature de son pouvoir politique ont fait depuis 1918 l’objet de débats animés. Les recherches de ces trois dernières décennies permettent de répondre à nombre de questions, mais laissent encore en suspens bien des interrogations.

Invitation au séminaire EFEO de Pierre-Yves Manguin

 

Appel à candidature EFEO/AFD : Gouvernance locale et gestion des ressources en eau au Sud du Vietnam

Appel à candidature ouvert à des étudiants-chercheurs
(niveaux Master II, Doctorat, Post-doctorat)

Gouvernance locale et gestion des ressources en eau au Sud du Vietnam ‐ Etude des relations entre les acteurs locaux impliqués dans le projet Phước Hòa

École française d’Extrême-Orient – Agence Française de Développement

Appel à candidature complet ci-dessous

 

ComplexeDauTieng-PhuocHoaCliquez sur la carte pour l’agrandir

Procédure de candidature

Dossier pour la présélection : un CV et une lettre de motivation

Date limite de dépôt des candidatures : 30 novembre 2015

Envoyé en version PDF à :

Olivier Tessier
École française d’Extrême-Orient – Viện Viễn Đông Bác cổ
Antenne à Hồ Chí Minh ville
113 Hai Bà Trưng, Q.1, Tp. Hồ Chí Minh
Email : olivier.tessier@efeo.net – otessier2002@yahoo.fr

Photothèque de l’École française d’Extrême-Orient

[ndlr] Message de Marie Aberdam concernant la photothèque en ligne de l’EFEO.

 

Chères et Chers collègues,

Une partie des collections (45 000 clichés) de la photothèque de l’École française d’Extrême-Orient est désormais accessible sur le site internet www.collection.efeo.fr.

Cette photothèque virtuelle va s’enrichir régulièrement au fur et à mesure de l’avancée du renseignement de la base de données et de la numérisation des quelque 180 000 clichés conservés à l’EFEO.

Nous vous souhaitons une agréable navigation sur notre site.

* * *

Dear Colleagues,

A part of the collections (45 000 photographs) of the École française d’Extrême-Orient (French School of Asian Studies) is now online on the website www.collection.efeo.fr.

This virtual library will be regularly updated as and when the approximately 180,000 photographs which compose the EFEO’s collection are digitized and included in the database.

Enjoy !

* * *

Dès la création de lÉcole française d’Extrême-Orient (EFEO), les chercheurs ont ressenti le besoin de se doter d’outils de recherche et de compléter les notes et les croquis par la photographie. Une photothèque s’est donc constituée en même temps que l’École se dotait d’une bibliothèque de recherche.

À partir de 1933, l’EFEO s’adjoint les services d’un photographe professionnel, Jean Manikus. Secondé par Nguyen Huu Tho, il crée un service photographique qui fonctionne de 1933 à 1959, constituant ainsi les importants fonds patrimoniaux de l’EFEO. Lorsque, sous la pression des événements politiques, l’EFEO transfère son siège de Hanoi à Saigon en septembre 1954, une copie du fonds photographique est envoyée à Paris où le siège de l’École est définitivement installé en 1961. La photothèque de Paris est ainsi créée, prenant la relève de celle de Hanoi.

Aujourd’hui, plus de 180 000 clichés y sont conservés. Les supports, reflet de l’évolution des techniques photographiques, sont de nature différente : plaques de verre au gélatinobromure d’argent, le plus souvent stéréoscopiques ; négatifs ; diapositives ; tirages argentiques et couleurs ; clichés numériques. Les thèmes traités illustrent la richesse des disciplines de l’EFEO : architecture, archéologie, épigraphie, ethnographie, histoire de l’art… Du fait de l’implantation historique de l’École et de ses missions, le Cambodge et le Vietnam sont particulièrement bien illustrés ainsi que, dans une moindre mesure, le Laos. La création de nouveaux Centres EFEO à partir des années cinquante (Inde, Chine, Indonésie, Thaïlande, etc.) augmente et diversifie les archives.

Ces photographies ont un intérêt scientifique majeur, complétant rapports de missions et journaux de fouilles. La campagne de numérisation des fonds entreprise en 2002 se poursuit assurant ainsi la conservation des photographies et leur diffusion auprès de la communauté scientifique et du grand public.

Pour toute reproduction, merci de prendre contact avec la photothèque (voir la rubrique Crédits http://collection.efeo.fr/ws/web/app/report/a-propos.html ).

Poster Phototheque EFEO (PDF)

Nouvelle implantation de l’EFEO et de l’AFD à Hô-Chi-Minh-Ville

L’inauguration conjointe des locaux de l’implantation de la délégation au Sud du Vietnam du centre de l’EFEO de Hanoi et du bureau de représentation de l’AFD à Hô-Chi-Minh-Ville a lieu les 25 et 26 février.

Le 25 février, une réception est organisée dans les locaux de la villa du 113 Hai Ba Trung, en présence de l’ambassadeur de France au Vietnam, des autorités politiques du Comité populaire de Hô-Chi-Minh-Ville, du directeur de l’AFD au Vietnam et du directeur des études de l’EFEO. A cette occasion, une exposition composée d’une trentaine de panneaux présentera les attributions respectives de l’EFEO (Textes et Terrain. Remise en perspective de 20 ans d’activités de l’EFEO au Viêt Nam) et de l’AFD (AFD : Objectif développement), et évoquera la dynamique de rapprochement scientifique et opérationnelle qui fédère ces deux institutions.

EFEO_HCMV
La villa du 113 Hai Ba Trung à Ho Chi Minh-Ville

Le 26 février, une seconde exposition intitulée Imagerie populaire du Vietnam-triptyque, est inaugurée à la médiathèque de l’Idécaf (Institut d’échanges culturels avec la France). En une quinzaine de panneaux, cette exposition présente des extraits choisis issus, d’une part, des deux grands corpus collectés dans le courant de la première moitié du XXe siècle au Nord du pays (corpus Henri Oger et corpus Maurice Durand) et, d’autre part, d’un manuscrit original et enluminé du Luc Vân Tiên, poème épique du Sud, conservé à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, et qui fait l’objet d’un projet de numérisation-publication conduit par la délégation au Sud du Vietnam. Cette inauguration donne lieu à une conférence consacrée à l’imagerie populaire au Viêt Nam, et est animée par quatre intervenants: le professeur Phan Huy Lê (président de l’Association des historiens du Vietnam et correspondant étranger de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Paris) ; Olivier Tessier (Encyclopédie des techniques annamites de Henri Oger) ; Philippe Papin (Imagerie populaire de Maurice Durand) ; Pascal Bourdeaux (le manuscrit du Luc Vân Tiên et le projet de numérisation-publication).

Source : EFEO

Laurent Dartigues : Histoire d’une rencontre ratée et histoire à parts inégales [édition 2012]

Histoire d’une rencontre ratée et histoire à parts inégales. Essai sur le discours orientaliste à propos du Viêt Nam 1860-1940

Laurent Dartigues

2012

Ce texte (texte principal + annexes) est la version auteur corrigée et augmentée (527 pages) d’un ouvrage paru en 2005 sous le titre : L’orientalisme français en pays d’Annam 1862-1939, aux éditions Les Indes savantes. L’objet de cet ouvrage est d’étudier les discours orientalistes produits pendant la période coloniale sur la société, l’histoire et la culture viêtnamienne en cherchant à rendre compte des conditions spécifiques qui les ont rendu possibles. L’objet s’est ordonné autour de trois notions : la Bibliothèque annamite, la polyphonie, la production conjointe de connaissances. Ces représentations fonctionnent sur le mode d’une « Bibliothèque annamite », vaste ensemble métaphorique qui propose des configurations d’images autosuffisantes quant au sens qu’elles procurent aux objets décrits.

 

Cette « Bibliothèque » :
– puise dans la tradition savante occidentale, notamment dans La Cité antique de Fustel de Coulanges,
– inscrit certaines de ses thématiques dans l’entreprise coloniale (gestion et exploitation de la colonie et de ses habitants),
– s’insère dans un dialogue avec l’élite lettrée viêtnamienne, qui non seulement a permis dans une large mesure le travail de la connaissance de se faire, mais a aussi contribué à la construction, reconstruction, transformation des représentations françaises.

La recherche s’appuie sur l’analyse d’une centaine de textes de taille variable (de l’article d’une dizaine de pages à l’ouvrage de plus d’un millier de pages) qui relèvent des disciplines historiques, juridiques, ethnologiques, archéologiques, et pour l’essentiel sur la consultation des archives de l’École française d’Extrême-Orient. L’ouvrage se compose de quatre parties et comporte un index des noms d’auteurs.

La première partie est d’ordre théorique et méthodologique. Elle s’attache à délimiter les questions posées à l’objet et à expliciter les critères d’élaboration d’un corpus raisonné de textes. Pour ce faire, elle mobilise notamment les travaux de M. Foucault, E. Saïd et M. Bakhtine (chap. 1) et s’appuie sur la notion d’instance de consécration pour choisir les œuvres de notoriété (chap. 2). Cette partie s’achève par la caractérisation matérielle des textes et une sociographie des auteurs sélectionnés qui met en évidence l’importance des fonctionnaires, missionnaires ou militaires dans la production orientaliste (chap. 3).

La seconde partie décrit la manière dont les savants français représentent le monde social viêtnamien et met en lumière les grandes thématiques, les motifs et les fétiches, plus largement l' »expression intérieure » (style, rhétorique) qui structurent ce savoir et s’imposent à la plume savante. J’ai appelé « Bibliothèque annamite » cette police lexicographique (chap. 4). Cette Bibliothèque inscrit certaines de ses thématiques dans l’espace des questions coloniales qui se retraduisent dans les textes en terme de problématiques, de conceptions, de prises de position. À l’encontre d’un débat stérile sur la question de la « contamination » ou de la « pureté » de l’orientalisme vis-à-vis de la domination coloniale – le problème est plutôt de comprendre ce qu’on fait avec cette domination dans l’acte même de l’écriture -, je propose une lecture fluide de ces rapports à travers des études de cas (les préfaces dans les ouvrages d’administrateurs coloniaux, la comparaison de deux thèses de géographie humaine, etc.) qui laissent toute sa place à l’expression d’un projet savant (chap. 5). Cette Bibliothèque transcrit également sur le terrain viêtnamien le grand livre de Fustel de Coulanges La Cité antique. L’impact de La Cité antique sur la pensée européenne de la fin du siècle dernier et des premières décennies de ce siècle et sa rencontre avec un type d’homme façonné par les humanités classiques expliquent très certainement l’omniprésence de cette œuvre dans le champ des études viêtnamiennes. Son mode de présence est très divers, que ce soit à travers le vocabulaire « antique » ou bien la grille de lecture proposée par Fustel de Coulanges. Le Viêtnam apparaît ainsi comme une société fondée sur la communauté villageoise, une société profondément religieuse dans laquelle domine le culte des ancêtres (chap. 6).

La troisième partie permet de retrouver les auteurs derrière les textes, en l’occurrence ici un missionnaire, Léopold Cadière (chap. 7), là un sociologue des religions, Paul Mus (chap. 8). À travers l’analyse de leurs écrits – qu’on considère aujourd’hui comme les deux œuvres majeures produites sur le Viêtnam -, j’ai cherché notamment à travailler sur les catégories du malentendu et du désir pour rendre compte du rapport singulier qu’ils nouent avec leur « objet », des discours qu’ils tiennent à son propos.

La quatrième partie cherche à améliorer la véridicité de la proposition « les connaissances françaises sont coproduites dans un dialogue constant avec les lettrés ». Je compose à cet effet différentes échelles de raisonnement présomptif : – le niveau du vraisemblable où je combine : a/ la comparaison avec la situation indienne qui incite à transférer les vertus descriptives de la notion de production conjointe dans la situation viêtnamienne. b/ le raisonnement logique par lequel je noue habitus savant valorisant l’érudition, importance des fonctionnaires coloniaux dans la production savante, place des lettrés dans le fonctionnement administratif colonial pour mettre en avant la supposition d’une rencontre entre savant et élite lettrée. c/ la description des conditions matérielles du terrain viêtnamien. – le niveau du probable : J’ai relié ici pour les produire en tant qu’indicateurs la question de la maîtrise linguistique et de l’objectivation du travail en commun avec les lettrés. Ils suggèrent un recours généralisé à des collaborateurs viêtnamiens alors même que ces questions sont constituées comme des voiles de cette réalité, la langue parce qu’elle est le lieu d’exhibition de soi, de production d’effets de réel au sens de Barthes ou de luttes symboliques ; l’objectivation du travail en commun parce qu’il s’adosse à un modèle de division des tâches qui relègue les lettrés dans un rôle de simple fournisseur de renseignements. – le niveau de l’argumentation que je documente, par exemple, à travers des études de cas qui permettent d’appréhender la nature du travail en commun. C’est la combinaison de ces trois niveaux qui m’a conduit, au-delà de l’établissement du fait que les lettrés ont permis dans une large mesure le travail de la connaissance, à essayer de mesurer la manière par laquelle ces lettrés ont contribué à construire, reconstruire, transformer les représentations françaises du monde social viêtnamien.

La conclusion revient sur les pistes de recherche délaissées en route, notamment sur la place de l’organicisme en tant que cadre de perception de la réalité viêtnamienne ou sur l’héritage missionnaire (jésuite en particulier) dans l’appréhension du système religieux viêtnamien. Elle pose aussi la question de savoir ce que la viêtnamologie d’aujourd’hui a à gagner de nouer un dialogue avec la production savante coloniale.

La réponse ne regarde pas simplement à mes yeux le problème d’un retour réflexif sur des savoirs dont les études viêtnamiennes sont encore dépendantes, mais renvoie aussi et d’abord aux conditions d’une coproduction scientifique aujourd’hui – ce mode production, dans un monde de circulation généralisée, devient un mode privilégié – avec des chercheurs viêtnamiens dont le statut est fixé par l’appartenance à un monde « périphérique » anciennement colonisé et est source de tensions, de concurrences et de souffrances.

Réf. : HAL : halshs-00769182, version 1.

Source : HAL SHS

Liens vers le document intégral en pdf sur Hal SHS : Etude + Annexes.

Laurent Dartigues est socio-anthropologue, ingénieur agronome (Paris-Grignon) et docteur en anthropologie historique (EHESS). Il est Chargé de recherche au CNRS, membre du laboratoire Triangle (UMR 5206) à Lyon.

1972, année cruciale pour le dénouement du conflit vietnamo-américain

[ndlr] On notera l’orientation du titre de l’article qui laisse à penser que la guerre du Viêt Nam ne fut qu’une guerre de résistance contre une invasion étrangère effaçant la dimension guerre civile pourtant indissociable du conflit entre les deux Viêt Nam (RDVN communiste sous la direction du Parti des Travailleurs du Vietnam contre République du Viêt Nam, seconde république, alors dirigée par le président Nguyen Van Thieu). Il est vrai que les bombardements aériens de 1972 furent perpétrés par les B52 américains de sinistre réputation.

Une table ronde intitulée « L’année 1972 vue d’en Haut : année cruciale pour le dénouement du conflit vietnamo-américain » a eu lieu le 11 octobre au Centre culturel français de Hanoi.

Table ronde « L’année 1972 vue d’en Haut : année cruciale pour le dénouement du conflit vietnamo-américain », le 11 octobre à Hanoi. © 2012 Le Courrier du Vietnam

Elle a été organisée et animée par Olivier Tessier, de l’École française d’Extrême- Orient (EFEO), avec la participation de deux historiens, le Docteur Nguyên Xuân Nang, directeur du Musée d’histoire militaire, et le Docteur Pierre Journoud, chargé de recherches à l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM – ministère de la Défense) et chercheur associé à l’UMR-CNRS IRICE (Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe) de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

L’objectif était de poser un regard croisé sur les temps forts qui ont marqué l’année 1972, année cruciale pour le dénouement du conflit vietnamo-américain dont l’épilogue fut la signature des Accords de Paris le 27 janvier 1973.

Pierre Journoud a présenté au public le contexte de la guerre, des négociations, des relations franco-vietnamiennes, et plus particulièrement du bombardement de la Délégation générale de France à Hanoi.

Nguyên Xuân Nang, pour sa part, a retracé la lutte, les résultats et la signification du «Diên Biên Phu aérien».

Exposition « Vivre et mourir à Hanoi en 1972 ». © 2012 Le Courrier du Vietnam

Exposition sur le «Diên Biên Phu aérien»

Cette table ronde était accompagnée d’une exposition intitulée «Vivre et mourir à Hanoi en 1972». Contribution à la recherche sur l’histoire contemporaine du Vietnam, l’exposition a été créée à l’initiative de l’École française d’Extrême-Orient et de l’ambassade de France au Vietnam, à l’occasion du 40e anniversaire du bombardement de la Délégation générale de France, le 11 octobre 1972.

De la reprise des bombardements sur le nord-Vietnam au printemps 1972 jusqu’à son épilogue, la signature des Accords de Paris le 27 janvier 1973, cette exposition a retracé avec des documents d’époque et des témoignages la vie quotidienne dans la capitale ainsi que le sort tragique des populations soumises à l’escalade des opérations aériennes.

Les archives iconographiques, audiovisuelles et écrites proviennent de différents fonds documentaires conservés au Vietnam, dont ceux de l’Agence Vietnamienne d’Information (AVI), du Musée de l’aviation militaire et du Studio national du documentaire, ainsi qu’en France avec l’Institut national de l’audiovisuel, l’Établissement de communication et de production audiovisuelle de la défense et le Centre des archives diplomatiques de la Courneuve, outre des sources privées mises à disposition par leurs propriétaires, notamment Jean-Marc Gravier, Alain Wasmes, Nicolas Cornet et Chu Chi Thành.

Des extraits de récits de témoins habitant à Hanoi au moment des faits complètent ce tableau d’ensemble.

Texte et photos : Hà Minh/CVN

Source : Le Courrier du Vietnam, 12/10/2012

Même article sur Vietnam +, 11/10/2012