Archives par mot-clé : écriture

Michel Serres : Darwin, Bonaparte et le Samaritain, une philosophie de l’histoire

[ndlr] Mise en ligne le 22 novembre 2016 d’une conférence de Michel Serre. Playdoyer pour une philosophie de l’histoire : questionnements sur la mémoire, les oublis, les écritures du temps, la guerre et la paix, la violence…

Texte de présentation sur Agora des Savoirs :

Darwin raconta l’aventure de flore et de faune ; devenu empereur, Bonaparte, parmi les cadavres sur le champ de bataille, prononça, dit-on, ces mots : « Une nuit de Paris réparera cela ». Quant au Samaritain, il ne cesse, depuis deux mille ans, de se pencher sur la détresse du blessé. Voilà trois personnages qui scandent trois âges de l’histoire.

Le premier, long, compte des milliards d’années. Réussissant à dater les événements dont elles s’occupent, les sciences contemporaines racontent le Grand Récit de l’univers, de la planète et des vivants, récit qui déploie nos conditions d’habitat et de nourriture, sans lesquels nous ne vivrions ni ne survivrions.

Pendant des milliers d’années, le deuxième, dur, répète cette guerre perpétuelle dont un chiffre bien documenté dit qu’elle occupa 90% de notre temps et de nos habiletés.

Quant au dernier, doux, il glorifie, depuis quelques décennies seulement, l’infirmière, le médecin, la biologiste dont les découvertes et les conduites redressèrent à la verticale la croissance de notre espérance de vie ; puis le négociateur, qui cherche la paix ; enfin l’informaticien qui fluidifie les relations humaines.

Histoire ou Utopie ? Il n’y a pas de philosophie de l’histoire sans un projet, réaliste et utopique. Réaliste : contre toute attente, les statistiques montrent que la majorité des humains pratiquent l’entraide plutôt que la concurrence. Utopique : puisque la paix devint notre souci, ainsi que la vie, tentons de les partager avec le plus grand nombre ; voilà un projet aussi réaliste et difficile qu’utopique, possible et enthousiasmant.

Professeur à l’université de Stanford, membre de l’Académie française, Michel Serres est l’auteur de nombreux essais philosophiques et d’histoire des sciences, dont les derniers, Petite Poucette (Le Pommier, 2012) et Le Gaucher boiteux (Le Pommier, 2015) ont été largement salués par la presse. Il est l’un des rares philosophes contemporains à proposer une vision du monde qui associe les sciences et la culture.

 

Chez les Dao « rouges » de Lào-Cai, au nord-ouest du Viêt Nam – photos de Nguyễn Tấn Hưng

[ndlr] Notre ami Nguyen Tan Hung, passionné par l’histoire et la culture de son pays, s’intéresse également aux langues régionales minoritaires. Il invite ici les lecteurs de Mémoires d’Indochine à voyager dans la Haute Région, à travers quelques photographies prises en 2011, au sein d’une école des Dao rouges. Nous le remercions chaleureusement pour son aimable autorisation. Texte introductif de Philippe Le Failler (EFEO), photos et légendes de Nguyen Tan Hung.

« Dans la province de Lào-Cai vivent plus de 80.000 Dao (Yao) répartis sur 500 villages et 8 districts, soit 13% de la population. À ce titre, ils constituent un des groupes ethniques les plus importants de la province, un des plus dynamiques aussi du point de vue économique. On distingue ici trois branches, les Dao Đỏ (Dao rouges), les Dao Quần Trắng (“Dao à pantalons blancs”) et les Dao Tuyển (Dao Làn Tiẻn). Toutes ces communautés conservent des manuscrits anciens usant de caractères chinois, prononcés en langue Dao, auxquels s’ajoutent des caractères créés par les Dao pour des termes qui leurs sont propres. Il faut noter que, parmi les 17 groupes ethniques de la province, et si l’on omet les Vietnamiens Kinh et ceux d’origine chinoise, les Dao sont le seul groupe possédant une tradition écrite affirmée. […]

[Les] livres, manuels taoïstes, précis de médecine traditionnelle, de géomancie, épopées, etc. constituent un patrimoine en péril que les autorités provinciales ont pris l’initiative de préserver. En 2006, un programme de récolement a donc été créé par M. Trần Hữu Sơn, directeur du service culturel de la province de Lào-Cai, Philippe Le Failler du centre de l’EFEO au Vietnam et Bradley Davis de l’Université de l’état de Washington, à Seattle. […] 11614 textes  ont été répertoriés dont plus de 1000 ont été archivés sous forme numérique… » (Philippe Le Failler, Lettre de l’AFRASE 2011).

Parallèlement, des écoles ont été créées par des « maîtres » (des volontaires) pour apprendre aux jeunes générations cette écriture que peu de Dao connaissent maintenant.

Ci-dessous, quelques photos que j’ai prises en octobre 2011 d’une école au village Tả Phìn, près de Sa Pa. Les élèves, très motivés, doivent souvent parcourir de longs kilomètres à travers la montagne pour y accéder.

                                                                                                          Nguyễn Tấn Hưng

– Cliquer sur les images pour les agrandir –

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA
Le maître et ses élèves. L’école a lieu dans la maison même du maître © 2011 Nguyen Tan Hung
KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA
Cours de lecture © 2011 Nguyen Tan Hung
KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA
Des élèves bien attentifs © 2011 Nguyen Tan Hung
KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA
Interrogation ! © 2011 Nguyen Tan Hung
KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA
Apprentissage d’un « chant alterné ». Le répertoire des « chants alternés » constitue un charmant patrimoine culturel des Dao : un garçon, pour faire la cour à une jeune fille, lance un chant et celle-ci, séduite ou non, lui répond par un autre chant pour accepter ou refuser les hommages qu’il lui adresse. © 2011 Nguyen Tan Hung
KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA
Un livre ancien en écriture Dao © 2011 Nguyen Tan Hung
KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA
L’intérieur du livre © 2011 Nguyen Tan Hung

Retrouvez Nguyen Tan Hung sur son blog Terre Lointaine