Archives par mot-clé : écologie

Grand angle – La déforestation au Vietnam [RdP CgF à HCM-Ville]

[ndlr] A lire sur le bulletin de presse hebdomadaire du Consulat de France à Hô Chi Minh-Ville.

Le Vietnam est un des pays les moins forestiers d’Asie du Sud-Est. L’Organisation des Nations-unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a publié un rapport qui indique que sur 12,9 M d’hectares officiellement classifiés en forêts, seuls 85 000 Ha sont désormais couverts d’une forêt primaire (vierge), n’ayant jamais subi de dommages liés à une activité humaine.

Le problème est aussi une affaire de représentation historique. Le développement de la riziculture a favorisé la seule vision des gens des plaines et des deltas, qui voient encore les forêts comme un lieu hostile – où l’on trouvait Monsieur Tigre –, au détriment des ethnies forestières pour qui elles forment un espace nourricier dont dépend leur subsistance. De plus, étant perçues dans l’imaginaire collectif comme des sanctuaires de résistance, elles devaient être défrichées.

Depuis l’ouverture économique du pays et l’ère du « doi moi », la sylve est considérée comme une zone pionnière sur laquelle on doit gagner pour étendre les cultures de rente. Dans ce contexte, les préoccupations environnementales ont du mal à mobiliser les autorités.

Les 5 provinces de Tây Nguyên (qui désigne les hauts-plateaux du centre) portent officiellement à elles seules le quart des espaces forestiers nationaux et concentrent aussi les problèmes liés à leur disparition : coupes et feux illégaux, selon la Direction générale de la statistique du Vietnam. Les chercheurs vietnamiens eux-mêmes attribuent à l’État la disparition des trois quarts de la surface forestière.

Centres agricoles, nouvelles zones économiques, politique de sédentarisation et fermes agricoles d’État ont poussé dans le sens du développement des forêts… de caféiers. Les surfaces plantées sont passées de 18 000 à 370 000 Ha ces 20 dernières années, principalement dans le Tây Nguyên. L’arrivée de gens des plaines pour l’exploitation, et la raréfaction des terres et des ressources hydriques qui en découle, créent des tensions entre ces différents groupes de population. Chaque année 23 000 Ha disparaissent officiellement dans les provinces du Tây Nguyên. A l’échelle nationale, 217 000 Ha auraient été défrichés sur la période 2000-2015, d’après Global Forest Watch, menant à un appauvrissement écologique qui semble inéluctable.

Les autorités vietnamiennes ont pris conscience des enjeux sociaux et environnementaux liés à la forêt et souhaitent lutter contre cette déforestation. Elles n’y parviennent encore qu’imparfaitement.

Source : Synthèse de presse du Consulat général de France à Ho Chi Minh Ville : semaine du 20 au 24 mars 2017

Sur ce sujet voir également l’ouvrage de Pamela D. McElwee : Forests are gold : trees, people, and environmental rule in Vietnam (Seattle : University of Washington Press, 2016).

Assomption de Marie : les Catholiques vietnamiens à l’avant-poste de la contestation écologique

[ndlr] Dans la matinée du 15 août, environ 30.000 fidèles catholiques ont participé à la messe de l’église du diocèse de Vinh commémorant l’Assomption de la Vierge Marie. Sur leurs banderoles de nombreux fidèles ont exprimé leurs inquiétudes au sujet des dangers environnementaux au Viêt-Nam. En particulier des slogans dénonçaient la pollution de l’usine Formosa dans le centre du pays. Cette démonstration de force place les catholiques de Vinh à l’avant-poste de la contestation écologique. Un appel à l’action politique. Reportages photographiques et vidéographiques.

« A l’heure où le pays est en danger, où la Mer orientale est polluée, Que font nos grands-parents, nos parents pour sauver la mer et leurs propres enfants ? »

« Mère du diocèse de Vinh ! Formosa est en train d’anéantir tes enfants »

« Formosa a reconnu ses fautes, le gouvernement vietnamien a reçu une compensation financière, tandis que le peuple récolte d’un désastre » – « Agissons pour nos enfants »

« Formosa hors du Viêt-Nam »

« Nous exigeons du gouvernement vietnamien la fermeture immédiate de Formosa »

« Ne vendez pas l’honneur et ne trahissez pas les ancêtres pour Formosa »

« Qui a prêté main forte à Formosa pour tuer l’environnement ? »

Source : Viêt Tân / Photos : Facebook Lê Văn Sơn / Dũng Mai / Chu Mạnh Sơn

Voir également :

 

Image « à la une » : © 2016 Dũng Mai

Arrestation de jeunes manifestants à Hanoi

[ndlr] A l’approche des cérémonies du 30 avril 1975 (40e anniversaire de la chute de Saigon et de la fin de la guerre du Viêt-Nam), un groupe de jeunes a participé à une manifestation de rue pour la protection des arbres de Hanoi (« Pour un Hanoi vert ») le 12 avril 2015. Certains jeunes activistes étaient habillés d’un tee-shirt noir sur lequel apparaissait un insigne ressemblant fortement à celui de la République du Viêt-Nam défunte (1955-1975). Ils furent immédiatement arrêtés et détenus, semble-t-il, au poste central de la Sécurité publique près du lac Hoan Kiem. Un test pour la réconciliation nationale ? Photos de Nguyen Lan Thang.

VMHNX_1

VMHNX_2

VMHNX_3
L’inscription au dos indique : “People should not be afraid of their governments. Governments should be afraid of their people” © 2015 Dan Lam Bao

Source : Dan Lam Bao, 14/04/2015.

NguyenVietDung04-2015
Nguyen Viet Dung en uniforme de l’ARVN. Né en 1986, il est actuellement le « Président provisoire » du Parti Républicain créé le 2 avril 2015 dans la province de Nghe An.

Le leader de ce petit groupe se nomme Nguyen Viet Dung, un fils d’agriculteurs originaire du Nghe An né en 1986. Le 2 avril 2015, il créa le Parti Républicain du Viêt-Nam (Đảng Cộng Hòa) dont l’emblème officiel est le drapeau du Viêt-Nam nationaliste (Etat du Viêt-nam, 1948-1955 et République du Viêt-Nam, 1955-1975). Arrêté lors de la manifestation écologique du 12 avril à Hanoi, il est actuellement emprisonné pour « troubles à l’ordre public ».

MàJ 28/04/2015.

Source : FVPOC

Sarinda Singh: Upland development in Laos – 2 décembre 2014

[ndlr] Annonce d’une conférence sur le Laos suivie d’une table ronde à la Maison de l’Asie à Paris le 2 décembre 2014.

SarindaSingh

Conférence : Upland development in Laos

par Sarinda Singh

La conférence se tiendra le 2 décembre 2014 de 18h30 à 20h30 à la maison de l’Asie, 22 avenue du président Wilson à Paris 75016 (métro Iéna)

Les populations montagnardes du Laos connaissent actuellement de profondes modifications de leur mode de vie et de leurs moyens de subsistance. Réduction de la pauvreté et promotion de la gestion durable des forêts sont des objectifs gouvernementaux affirmés qui ne trouvent pas de traduction concrète sur le terrain où, bien au contraire, l’exploitation illégale de la forêt et les pratiques agricoles commerciales nouvelles prolifèrent en profitant du manque de gouvernance.

Sarinda Singh présentera en anglais, à l’appui d’un diaporama en français, les résultats de ses études sur le terrain à Savannakhet (Sud Laos) et en dégagera les grandes tendances et leur impact sur l’évolution des populations des hautes terres du pays.

Sarinda Singh est chercheure en anthropologie à l’Université de Queensland en Australie. Titulaire d’un doctorat de l’Australian National University, elle étudie les politiques locales de l’environnement et le développement rural au Laos et dans le nord-est du Cambodge. Ses publications traitent de la gestion des ressources naturelles, notamment forestières, du développement des barrages et du lien entre les rituels religieux et le développement.

Olivier Evrard, ethnologue à l’IRD (UMR Paloc) et Olivier Ducourtieux, maître de conférences à AgroParisTech (UMR Prodig) animeront avec Sarinda SIngh le débat qui suivra.

Programme en ligne PDF : Upland development in Laos

Source : CCL Laos