Archives par mot-clé : Doi Moi

Second Doi moi needed: scholars [Viet Nam News]

[ndlr] Le pari d’un second Renouveau se fait attendre… Nous évoquions cette nécessité il y a quatre ans dans : Gédéon, Laurent & Guillemot, François (2012), « Viêt Nam. L’appel à un second Renouveau », in Jérémy Jammes et Benoît de Tréglodé (sous la dir.), L’Asie du Sud-Est 2012. Les événements majeurs de l’année, Bangkok & Paris, Irasec / Les Indes Savantes, 2012, pp. 289-311.

HÀ NỘI — Scholars called on the Party and the Government to urgently initiate a second Đổi mới (renewal) period to meet the new demands of the country’s development, economically and politically.

Đổi mới, officially begun in 1986, changed Viet Nam’s post-war Soviet-style subsidised economy into a market-oriented one. The thirty-year long process led to an economic boom in the war-torn country with average growth rates up to eight per cent.

“After years of economic collapse and suffering of the consequences of war, the Vietnamese Government liberated the market and opened it for the international economy,” said Stefan Kaufmann, member of the German Parliament at an international conference on the 30th anniversary of Đổi mới held on Friday. It was organised by the University of Social Sciences and Humanities (USSH), Hanoi and Germany’s Konrad Adenauer Stiftung.

“What happened ever since has been, what we Germans like to call a ‘Wirtschaftswunder’ – an economy miracle,” he said.

Lire la suite : Viet Nam News, 10/10/2016.

Image « à la une » : Former Deputy Prime Minister Vũ Khoan delivers speech at an international conference on the 30th anniversary of Đổi mới held on Friday. © 2016 baoquocte.vn

Lê Đăng Doanh: « VN cần cải cách mạnh mẽ » [BBC]

[ndlr] En visite à Prague, appel de l’expert Le Dang Doanh à une refonte complète de l’économie vietnamienne. Extraits :

« Công cuộc cải cách của Việt Nam đã đem lại một số tiến bộ, nhưng cũng có những mặt trì trệ » […] « Hiện tượng trì trệ đó đem lại những tác động tiêu cực. »

Nhìn lại một số thành công của quá trình 30 năm Đổi Mới, ông đánh giá Luật Doanh nghiệp 1999 « đem lại những tác động tích cực, đáng phấn khởi » và « giúp tăng trưởng kinh tế được tăng lên ».

Tuy nhiên, với mức GDP hiện tại đạt khoảng 2.200 đô la, « so với Việt Nam thì có tiến bộ, nhưng so với các nước trong khu vực là vẫn còn thấp. »

« Mô hình tăng trưởng của Việt Nam đến nay không còn thích hợp. Đó là mô hình khai thác tài nguyên thiên nhiên, dựa quá nhiều vào đầu tư nước ngoài, và dựa vào lao động giá rẻ, mà hiện nay các yếu tố đó đã đến giới hạn của nó. »

Point de vue. « Le mode de croissance du Vietnam n’est plus approprié. Il s’agit d’un modèle basé sur l’exploitation des ressources naturelles, dépendant excessivement des investissements étrangers et d’une une main-d’œuvre bon marché. Aujourd’hui, ces facteurs ont atteint leurs limites. Le Vietnam doit restructurer son économie et devenir une économie développée fondée sur l’innovation, l’augmentation de la productivité et les sciences et technologies » dit l’économiste renommé Le Dang Doanh dans une interview à BBC. [RDP Ambassade de France au Vietnam, 29/08/2016].

« Việt Nam cần tái cơ cấu nền kinh tế, cần cải cách mạnh mẽ để chuyển sang nền kinh tế phát triển dựa vào sự sáng tạo, tăng năng suất lao động, dựa vào khoa học công nghệ, » ông nói.

Source : BBC Vietnamese, 26/08/2016.

Đoàn Cầm Thi, Đọc ‘tôi’ bên bến lạ [parution]

[ndlr] Parution d’une nouvelle étude de notre collègue Đoàn Cầm Thi. Présentation en vietnamien et en français.

DoanCamThi_DocToiBenBenLaĐoàn Cầm Thi, Đọc ‘tôi’ bên bến lạ, Hà Nội, Nhà xuất bản Hội Nhà Văn & Công ty truyền thông Nhã Nam, 283 trang.

Khi nào trong tiếng Việt, từ « tôi » đã xuất hiện với tư cách một đại từ trung lập, một chủ thể theo nghĩa triết học, một cá-nhân-đối-mặt-với-vũ-trụ ? Ý thức về bản thân được thể hiện như thế nào trong các tác phẩm kinh điển ? Cuộc gặp gỡ với văn hóa phương Tây có ảnh hưởng đến các hình thức thể hiện cá nhân trong văn học ? Đó là những câu hỏi mà cuốn sách mới của Đoàn Cầm Thi, Đọc ‘tôi » bên bến lạ, đề cập đến trước khi đi vào khai phá nội dung chính : sự bùng nổ của cái « tôi » trong văn xuôi từ 1986.

Sự bùng nổ của “tôi” trong các tác phẩm đương đại Việt Nam phản ánh cùng lúc thay đổi của xã hội và nỗ lực của văn chương đi tìm một cơ sở mỹ học mới.

Đổi Mới năm 1986 đánh dấu sự lên ngôi ngoạn mục của cái “tôi” trong văn học. Từ thế hệ các tác giả hậu chiến như Nguyễn Huy Thiệp, Phạm Thị Hoài, Bảo Ninh… cho tới các nhà văn của ngày hôm nay như Nguyễn Việt Hà, Nguyễn Bình Phương, Đỗ Kh., Trần Vũ, Thuận, Phong Điệp, Phan Việt, Phan Hồn Nhiên…, văn chương Việt là cuộc phiêu lưu của những cái “tôi” phản anh hùng, vô căn cước, phi bản thể. Những cái “tôi” không độc nhất cũng không đồng nhất, mờ nhạt, cô đơn nhưng đầy ám ảnh của thời toàn cầu hóa.

★ ★ ★

De quand dater la première apparition du « tôi » – le « je » neutre et souverain – dans la langue vietnamienne ? Comment se manifeste la conscience de soi dans les œuvres « classiques » où les sentiments personnels l’emportent souvent sur les devoirs ? Le contact  avec l’Occident  a-t-il provoqué des mutations en matière de l’écriture de soi ? Ce sont les questions que le nouvel ouvrage de Đoàn Cầm Thi, Đọc ‘tôi » bên bến lạ, essaie de répondre avant de s’attaquer au cœur de son propos : l’usage du Moi dans la littérature vietnamienne depuis 1986.

Au-delà des mutations idéologiques et sociales, l’explosion de l’écriture de soi dans le Vietnam contemporain traduit sa quête de nouvelles bases esthétiques autour du sujet.

Le mouvement du Renouveau lancé en 1986 marque l’avènement du Moi. Dans les œuvres des écrivains, de l’après-guerre (Nguyễn Huy Thiệp, Phạm Thị Hoài, Bảo Ninh,…) au XXIe siècle (Nguyễn Việt Hà, Nguyễn Bình Phương, Đỗ Kh., Trần Vũ, Thuận, Phong Điệp, Phan Việt, Phan Hồn Nhiên,…), triomphe l’aventure de personnages d’anti-héros, sans état civil, à l’identité multiple.

D’une approche originale, l’ouvrage de Đoàn Cầm Thi explore différentes formes d’expressions personnelles du Vietnam contemporain.

Source : Academic Grapevine – Publications about Vietnam

Pour en savoir plus autour de cet ouvrage :

A lire également trois entretiens avec l’auteure sur la littérature contemporaine vietnamienne :

MàJ : 04/09/2016.

Sept minutes de vérité : l’intervention du député Trương Trọng Nghĩa

[ndlr] Intervention remarquée de l’avocat Trương Trọng Nghĩa, député de l’Assemblée nationale de la RSVN en séance le 1er avril 2016. Extraits.

“Tại sao hiện nay các cán bộ dù đương chức hay về hưu cũng đều tim cách lo cho con cái định cư tại nước ngoài? ”

“Không phải vì nghèo, vì tiền mà vì cảm thấy không vui, không an toàn về pháp lý, các quyền tự do dân chủ không bảo đảm đầy đủ và lo sợ ở đất nước bị lệ thuộc, điều này ai cũng thấy, cũng biết”

“Thứ năm, lấy lợi ích quốc gia dân tộc, lợi ích của người dân là mục tiêu cao nhất, nghĩa là phải xác định cho đúng ta, bạn, thù. 

Ta là đồng bào 54 dân tộc Việt Nam đang sống ở Việt Nam và hải ngoại, ta là nhân dân ta. Bạn là những ai ủng hộ một nước Việt Nam độc lập, chủ quyền, giàu mạnh, dân chủ, công bằng, văn minh. 

Còn thù là thế lực thù địch, đó là những thế lực cản trở đổi mới, cản trở phát triển, xâm hại lợi ích quốc gia, dân tộc, lợi ích của nhân dân, làm cho nước ta suy yếu, lệ thuộc nước ngoài, chia rẽ khối đại đoàn kết toàn dân, phá hoại an toàn, an ninh của đất nước. 

Ngoài những thế lực thù địch ấy thì còn lại là ta và là bạn của ta cho dù có sự khác biệt về phương pháp, về quan điểm và về nhận thức.”

« Nỏ thần chớ để sa tay giặc – Mất cả đất liền cả biển sâu »

“Người dân Việt Nam sẽ tự hào không chỉ vì là một dân tộc anh hùng mà còn là một dân tộc biết cách trở thành văn minh và thịnh vượng.”

Source : Dan Lam Bao, 03/04/2016.

Viêt-Nam : Révolutions en devenir, langage totalitaire : questions sans réponses

Viêt Nam

Révolutions en devenir, langage totalitaire : questions sans réponses

Je reprends dans ce billet final concernant le colloque de la Fondation Gabriel Péri du vendredi 11 mars 2016 quelques interrogations soulevées lors de l’échange général avec l’auditoire. La première concerne les enseignements de ce colloque. Nous avons rappelé en fin du troisième volet les manques qui auraient permis de mieux saisir la configuration générale de la situation politique et de ses éventuelles évolutions. En particulier tout ce qui concerne la connaissance profonde de la sociologie du PCV, une thématique que j’avais abordé dans un précédent billet. Le second point de cette réflexion se focalise sur les « actes de langage du pouvoir communiste vietnamien » ce que nous appelons chez nous « les mots du politique ». Dans une société démocratique comme la nôtre, l’importance de cette sous-discipline des sciences politiques n’est plus à démontrer. Dans le contexte d’un régime totalitaire puis autoritaire, il convient de suivre de près toutes ces questions de vocabulaire comme l’ont fait dans leurs interventions mes collègues Jean-Philippe Eglinger (sur le monde économique) et Benoît de Tréglodé (à partir des textes historiques). Les mots d’un pouvoir autoritaire sont d’autant plus importants à étudier qu’ils présentent souvent des lectures concurrentes et doubles, recèlent des ambitions cachées et fonctionnent comme des paravents mobiles permettant de désamorcer des crises.

Vietnam Atelier 3 FGP© DdM
Intervenants du troisième atelier : M. Vu Minh Giang, Michel Maso (animateur), Philippe Delalande et Benoît de Tréglodé © 2016 DdM

Révolutions en devenir

Le colloque, très ouvert, a permis d’aborder en un temps record de très nombreux sujets (malgré les manques déjà soulignés). Il faut remercier la Fondation Gabriel Péri d’avoir convaincu les officiels de la RSVN de se prêter à cet exercice de transparence et de débat. Le cadre du Sénat pour une telle manifestation aurait été à mon sens plus restrictif  (on ne parle pas des questions qui fâchent pour des raisons diplomatiques). Quelles sont les attentes à l’issue de ce colloque ? L’évolution du Viêt-Nam apparaît-elle plus clairement ? Si l’échange a été franc et courtois, de nombreux points liés à la situation sociale et économique n’ont pas été abordés : rôle de la société civile au sein de ce système, droit de manifester, droit de grève et gestion des conflits sociaux, syndicalisme… Certes, les questions de dissidence et des prisonniers de conscience, celles de la centaine d’intellectuels signataires de nombreuses propositions de réformes (appel à un Second Ðổi Mới) n’ont pas été soulevées, mais on le voit bien la RSVN est tourmentée par des révolutions pacifiques en devenir1.

BacHoCCRD
Séance d’accusations publiques (« lutter en accusant ») pendant la réforme agraire radicale (1953-57) : une page sombre de l’histoire du communisme vietnamien © DR

La première d’entre elles est une révolution économique. Comme l’a parfaitement démontré Jean-Philippe Eglinger, il s’agit d’un « changement de modèle et de mentalité ». De son côté Hugues Tertrais a résumé en une phrase le poids du secteur public : « le secteur public est endetté et pose la question de sa contribution réelle à la croissance ». Cette réforme des institutions économiques ne peut se faire qu’avec les fameux « groupes d’intérêts » (nhóm lợi ích) (politico-économiques) qui se partagent les richesses du pays et qui se livrent une guerre secrète dont la presse mentionne les remous lors des grandes affaires de corruption. La seconde révolution est plus profonde encore mais elle est nécessaire, c’est une révolution politique. Elle est quelque part déjà engagée et vivement souhaitée par une composante du PCV à la fois patriotique et consciente des enjeux complexes de la mondialisation. Elle implique une réforme des institutions politiques (thể chế) en se basant sur les principes de la séparation des pouvoirs et du multipartisme. Mais comment faire la transition d’un régime appliquant le « centralisme démocratique » (tập trung dân chủ) en une démocratie parlementaire pluraliste ? Des clés existent. Lors de la discussion de la refonte de la constitution en 2013, de nombreux intellectuels vietnamiens, économistes, sociologues, historiens, politistes ou même artistes ont proposé des solutions2. Des tables rondes télévisées (au moins une que j’ai suivi avec beaucoup d’intérêt) ont évoqué ces débats. Il reste une impulsion à donner au niveau du Comité central du PCV pour engager cette grande transformation. Mais le processus de « sortie du communisme idéologique » demande du courage et nécessite une vision. Il peut être graduel mais aussi rapide, selon la conjoncture. Cela dépend beaucoup de la réelle capacité du Parti à décider, ordonner et insuffler le changement. Quel est le poids de la Sécurité publique (Công An) et de l’Armée populaire. Ces deux piliers du régime sont-ils prêts à autoriser ces deux types de révolutions ? Quels sont les freins ? La Chine aura-t-elle son mot à dire dans ce processus ? L’exemple birman, pays que l’on disait adossé à la Chine et dont le poids de l’armée constituait une réalité quotidienne, laisse songeur. Je n’ai pas de réponses à ces questions et n’engagerait aucun pronostic. Mais le risque d’une révolution sociale, avec son lot d’exactions violentes à l’image des événements antichinois de l’été 2014, suivie d’une sévère reprise en main par l’Armée et la Police, n’est pas à écarté. Le Viêt-Nam a parfaitement bien réussi sa révolution diplomatique (même si celle-ci présente des faiblesses aujourd’hui en termes d’alliances ou de non-alliances), il est tout a fait en mesure de mener les autres révolutions pacifiques (je souligne) qui lui permettra de se maintenir comme une puissance régionale moderne et riche de son potentiel transnational. Je reviendrai sur cette « évolution pacifique » souhaitable dans le dernier paragraphe de ce billet.

L’autocritique : pour qui, pourquoi et jusqu’où ?

Le colloque du 11 mars 2016 a posé sans ambages la question du marxisme. Si l’on s’intéresse sérieusement à cette pensée à la fois politique, sociologique et économique, les questions de langages me paraissent importantes. Derrière les mots se présentent des concepts, des configurations politiques, des représentations sociales qui ne sont pas neutres et dont les implications sur le long terme sont majeures surtout dans le cadre des sociétés communistes ou post-communistes. Toutes les doctrines systémiques en particulier le totalitarisme ont développé des novlangues qui méritent d’être décryptées avec attention3. Le colloque a mis en avant quelques expressions clés comme Ðổi Mới (Renouveau), « dân chủ » (démocratie), « tư duy » (pensée) et d’autres formules usitées par le pouvoir « chủ nghĩa giáo điều » (dogmatisme), « chủ quan duy ý chí » (volontarisme subjectif, considéré comme une maladie) mais le vocabulaire politique a été en réalité peu décrypté faute de temps. Or, celui-ci comprend des éléments de langage propre au marxisme version asiatique. Le cas du communisme vietnamien ne fait pas exception à la règle. Il possède son propre discours, ses sources d’inspirations, ses modèles de référence.

ChuyenAnC30
« Procès pédagogique » de l’affaire C30 en RDVN en 1958. Tran Minh Chau responsable du réseau d’espionnage du Dai Viêt à la barre des accusés © DR

Depuis la création du parti en 1930, les actes de langage ont certes évolué mais il reste des permanences que je voudrais souligner ici. Après la révolution d’Août, l’expression politique vietnamienne s’est diversifiée donnant lieu dans la presse de l’époque (1945-1946) à des joutes entre nationalistes du VNQDÐ (Front QDÐ) et le Viêt-Minh. A titre d’exemple, l’expression « Tân dân chủ », démocratie nouvelle, inventée par Mao Tsé-toung en 1940 (dans son analyse de la Chine de l’époque), fut discutée dans les colonnes de la presse Viêt-Minh. Lors du colloque, j’ai soulevé, assez maladroitement je dois le dire (c’est-à-dire peut-être pas de façon assez explicite) et faute de temps quelques exemples de langage qui à mon sens relève de la persistance du langage totalitaire d’inspiration soviétique ou chinoise. Ces mots qui ont un sens et des répercutions politiques et sociales permettent de mieux répondre à la question qui fut posée sur le maintien du PCV au pouvoir. « Socialisme scientifique » ? Apparemment non, tant le système économique a du puiser dans le capitalisme pour se refaire, mais « autocritique », « tự phê bình », peut-être. Celle-ci est renouvelée et permanente au sein de l’appareil communiste. Elle s’adresse autant aux membres du parti qu’à ses adversaires déclarés. Elle fit des ravages, frisant l’absurdité, lors de l’opération H122 décrétée au sein du Viêt-Minh en 1948 pour débusquer l’ennemi intérieur4. Elle fut largement utilisée pour « purifier » l’appareil politique. Il faut relire les écrits d’écrivains ou de dissidents vietnamiens (Bùi Ngọc Tấn, Bùi Tín, Tô Hải, Vũ Thư Hiên…) ou ceux d’anciens prisonniers des camps de rééducation (LM Nguyễn Hữu Lễ, P. V. Trân…) pour saisir l’importance de ce phénomène.

Le processus est simple à comprendre. Si l’autocritique est réalisée et répond aux exigences attendues (aux canons édictés par le Parti à une époque donnée) la face est préservée et l’accusé peut entrevoir sa survie, espérer maintenir son intégrité politique voire physique. Cela permet d’obtenir le consensus par soumission et de rallier l’opinion dominante à l’intérieur du parti. Toutes les grandes affaires des années 1950 et 1960 visaient à recadrer les brebis rebelles susceptibles de faire dissidence. La discipline du Parti avant tout. Si l’on refuse de se prêter à cet exercice d’amende honorable, on s’attire immanquablement les foudres de l’appareil sécuritaire. Notre intégrité n’est plus préservée, elle est menacée. L’expulsion, la relégation voire l’élimination sont alors ordonnés. On vit, comme aujourd’hui de nombreux dissidents avec une épée de Damoclès sur la tête. Jamais tranquilles, ni eux ni leur famille (surtout si la filiation est liée à l’ancien régime de Saigon). Si l’on reconnaît ses fautes, ses torts et que l’on s’excuse prudemment d’avoir franchi le fil rouge, tout rentre sans l’ordre. La sécurité du Parti est préservée, l’honneur est sauf, le système peut continuer sa marche. Toutes les grandes affaires politiques internes du communisme vietnamien ont fonctionné sur ce modèle5.

TraiCaiTao_QuyenTruong
« Sardines » par Quyen Truong © DR

Il en va de même pour l’adversaire politique avec un degré de violence accru. Après la chute de Saigon, le 30 avril 1975, le Sud est passé sous administration politico-militaire pendant un an avant la réunification officielle (2 juillet 1976). Il s’agissait pour le nouveau pouvoir d’appliquer la purge, en termes léninistes, du corps social. Environ un million de citoyens sud-vietnamiens passèrent par la rééducation politique. Il fallait courber l’échine et se repentir. Les autocritiques écrites et réécrites tombèrent par dizaines de milliers. Cette politique tant vantée par le Premier ministre Phạm Văn Ðồng et l’intellectuel Nguyễn Khắc Viện (celui qui croyait aux vertus du confucianisme) avait et a toujours ses avantages et ses inconvénients. Avantages : reconnaître ses fautes c’est être à moitié pardonné. Passer dans le bon camp et devenir apôtre du nouveau régime c’est obtenir de l’avancement. Refuser ce processus de persuasion imposée c’est mettre sa vie en péril, voir ses rations de nourriture diminuer, être frappé par les hommes de main du régime ou rentrer dans le cercle de la mort lente. Inconvénient de cette politique : elle laisse des traces considérables dans le fonctionnement social.

Avec le système de l’autocritique, forme de censure extrême, toutes les dérives du Parti sont possibles puisqu’elles pourront être pardonnées (souvenons-nous du « Xin lỗi » [pardon] du Premier ministre en octobre 2012 devant les instances du Parti). L’autocritique absout le Parti des responsabilités qui lui incombent. Cette disposition mentale, réitéré dans « les procès pédagogiques » contre les dissidents est paradoxalement assez proche du repentir catholique et des méthodes inquisitoriales de cette religion. On peut y voir une forme de souplesse puisque le jeu est de formuler des excuses publiques et des aveux6 mais aussi une forme insidieuse de paralysie mentale. Cela maintient les esprits dans une sclérose permanente et dans un mutisme maladif. Relisons la nouvelle de Tạ Duy Anh sur ce sujet7. Le « vieux dresseur » expose la situation dans son testament :

« A mes chers humains,

« Demain je serai traduit en justice pour avoir sauvé un membre de notre espèce qui allait devenir un animal, contre sa volonté. Sa maladie est simple. Mentir est devenu un réflexe chez lui. Réaction biologique normale, sa gorge s’est enflée. C’est conforme au diction populaire ‘mentir t’enfle la gorge et le cou’. Le peuple a toujours été clairvoyant quels que soient les temps. Mon remède a été tout aussi simple : il faut effacer ses réflexes désastreux à n’importe quel prix. Car sinon, il y aurait des hommes qui hommes qui vivraient tout un demi-siècle sans avoir vécu sincèrement quelques jours. J’appellerais ceci Maladie Nationale. Elle est héréditaire. Elle peut engendrer des monstres »8.

Les communistes vietnamiens croient beaucoup au pouvoir de persuasion que chez nous nous appellerions action psychologique. Vous n’êtes pas d’accord avec nous : nous allons vous mettre d’accord. Nous allons vous expliquer (par mille raisonnements tortueux) que nous avons raison. Donc pour faire bref, l’autocritique est un fait politique et social très important à mesurer avec soin dans le cadre de l’État-Parti vietnamien.

L’ennemi du peuple réifié et l’évolution pacifique redoutée

La seconde expression de vocabulaire que j’ai soumis au colloque et en particulier aux cadres des études théoriques du PCV est la formulation de l’ennemi intérieur/extérieur selon la terminologie marxiste habituelle : « phản cách mạng » (contre-révolutionnaire), « phản động » (réactionnaire), « thế lực thù địch » (forces hostiles [de la révolution], « phần tử xấu  » (éléments mauvais [du corps social]) ou « ngụy » (fantoche) comme l’a mentionnée une auditrice dans la salle. Alors que la fin de la guerre a sonné il y a quarante ans, que le Ðổi Mới fête ces trente ans, ce vocabulaire n’a malheureusement pas disparu des analyses politiques du Parti sur le corps social vietnamien. C’est à mon avis une permanence du marxisme-léninisme dont se réclame toujours le PCV. Seule, une révolution langagière promue au sommet de l’État permettrait de bannir se type de vocabulaire.

TuTuongMacLê
Le marxisme-léninisme, idéologie importée et référence absolue du PCV © DR

Enfin, le troisième acte de langage, tout aussi important concerne l’expression « diễn biến hòa bình » empruntée directement au vocabulaire chinois (和平演變). Apparue (ou plutôt réactivée car l’expression est plus ancienne) au Viêt-Nam au début des années 90, elle vise à condamner l’évolution interne du parti dans une direction différente de celle qui est édictée et imposée par le Poliburo sous l’effet des influences pro-démocratiques extérieures9. Elle fonctionne donc comme un avertissement au sein de l’appareil politique et militaire. Les cadres, soldats et policiers de l’État-Parti ne doivent en aucun cas se permettre d’ « auto-évoluer » (tự diễn biến) ou  s’auto-transformer (tự chuyển hóa) en agent politique de l’Occident démocratique, c’est-à-dire dépasser la ligne rouge. Cette dernière est d’ailleurs invisible jusqu’au début des premières persuasions de la Sécurité publique qui vous soumet fortement tout l’intérêt qu’il y aurait pour vous et votre famille à rentrer dans l’ordre de « l’État de droit socialiste ». L’appareil judiciaire dispose de lois pénales spécifiquement dédiées au dépassement de la ligne rouge (articles 79, 88 et 258 du code pénal). Accepter l’évolution pacifique et sortir de la réification de « l’ennemi du peuple » (sous ses multiples apparences au cours de l’histoire) serait un grand pas en avant.

TuTuongPBChau-PCTrinh
La pensée politique réformée : les patriotes Phan Boi Chau et Phan Chau Trinh © DR

J’avais publiquement avancé l’idée, lors d’un précédent colloque en novembre 2012 à Lyon à la Chambre de commerce et d’industrie, que « l’évolution pacifique » était hautement souhaitable pour le Viêt-Nam, qu’il ne fallait pas la redouter mais l’accompagner. Cela me paraissait une bonne chose pour sortir d’un système marxiste-léniniste stérile et inventer un autre système de type démocratique, national progressiste (si l’objectif est la fabrication d’une nouvelle idéologie). J’ai souvent dis à mes amis vietnamiens, membres du PCV, sur le ton de la boutade que la transformation du Viêt-Nam autoritaire vers le pluralisme et le multipartisme n’était pas très compliquée à organiser d’autant plus qu’ils ont toutes les clés du pouvoir en main. Se séparer des symboles Mác-Lê qui amusent bien du monde n’était pas difficile et augmenterait le prestige de ceux qui s’engageraient dans cette transformation historique. Le Viêt-Nam ne disposaient-ils pas dans son histoire assez de héros nationaux (Deux Sœurs Trưng, Tran Hưng Ðạo, Nguyễn Trãi, Phan Bội Châu, Phan Châu Trinh, Ðạm Phương…) pour refonder son système idéologique et ne plus faire appel aux héros d’importation ? Pour le coup celui-ci aurait sa propre originalité (độc đáo), unifierait le récit national, réconcilierait les parties et serait moins ridicule aux yeux du monde.

Lors du colloque, mes questions sur le langage du pouvoir sont restées sans réponses et je le regrette. Il était peut-être difficile d’y répondre en deux minutes. Le PCV est-il encore un parti marxiste ? Sur le plan du vocabulaire, la réponse est affirmative comme l’a démontré le PowerPoint de M. Vũ Minh Giang. Ces formes langagières outrancières pour qualifier l’évolution politique du pays, pour stigmatiser une partie même des citoyens de ce pays, font partie de ce qu’il reste du marxisme-léninisme au Viêt-Nam. Un outil d’exercice du pouvoir, de justification et de répression.

TuTuongHaiBaTrung
L’imaginaire national réinventé : les deux Soeurs Trung, héroïnes nationales du Viêt-Nam © DR

★ ★ ★

Pourquoi ces questions de vocabulaire qui pourraient être anodines sont-elles si importantes ? Parce qu’à notre avis la persistance de ce vocabulaire, illustrant les passages les plus sombres du marxisme-léninisme et plongeant ses racines dans le totalitarisme est une entrave au processus de réconciliation nationale. Comment peut-on dire à la fois « Venez à nous, rallier notre expérience nationale-communiste » et « Faites bien attention à ce que vous allez dire » ? Est-ce une simple réminiscence du « vừa bàn vừa đánh » (on discute et on frappe tout à la fois) appliqué pendant la guerre de réunification ou est-ce ancré plus profondément dans la technique de gouvernement du PCV ? Au fil du temps le « bandit capitaliste » a pris la forme du « contre-révolutionnaire », et aujourd’hui du « réactionnaire », de « l’élément nocif ». Mais, rétorquent souvent les dissidents, qui sont aujourd’hui les véritables « réactionnaires » ? Certes pas nous, hommes et femmes d’ouverture, de bonne volonté et de progrès, non corrompus. Il y a donc de la part du pouvoir vietnamien actuel une étape à franchir, un climat à abolir, un changement de mentalité à effectuer. L’originalité de la politique vietnamienne dépendra beaucoup de cette transformation. Le discours un peu surfait sur la rupture et la continuité (car c’est une question de dosage, il y a de fait à la fois rupture et continuité avec le Ðổi Mới) prendra tout son sens. Ces questionnements sur le marxisme deviendront obsolètes au bénéfice d’une seule cause : celle d’une nation vietnamienne réconciliée avec elle-même (c’est-à-dire sa population transnationale) et tournée vers un avenir résolument moderne.

La question qui se pose et qui attend des réponses est celle de la pertinence du maintien de l’outil marxiste quarante ans après la guerre et la réunification du pays. Car si le marxisme était juste un outil pratique, une boîte à outils, selon l’intervention du professeur Vũ Minh Giang, il fut aussi un formidable outil de contrôle social et de répression. C’est tout ce qu’il reste du marxisme-léninisme vietnamien à l’heure actuelle, un décor de théâtre, une logorrhée justificative, un outil de censure et d’autocensure, un moyen d’exercice de la peur. La question qui se pose est donc celle du maintien ou de l’abandon de cette chape de plomb, de ce cadre idéologique inutilement répressif qui fige les intelligences et les savoirs, qui encourage la corruption et qui freine de fait le développement du pays.

Le chercheur Benoît de Tréglodé a eu raison de souligner que la jeune génération des membres du PCV (trentenaires et quadragénaires) se trouve dans un état d’esprit bien différent que celles générations de la guerre et que l’immense majorité aspire à un changement politique d’envergure. Les clefs de ce changement sont actuellement dans les mains du PCV mais aussi dans celles des organisations de la société civile émergente et du peuple tout entier.

François Guillemot, MàJ 17/03/2016.

Image « à la une » : statue de l’empereur Quang Trung à cheval devant le marché Nguyen Tri Phuong à HCM-Ville © 2014 FG

Retour aux CR du colloque :

Notes

  1. L’appel à un « second Renouveau » avait déjà été lancé à l’approche du XIe congrès de 2011, voir Laurent Gédéon et François Guillemot, « Viêt Nam. L’appel à un second Renouveau », in Jérémy Jammes et Benoît de Tréglodé (dir.), L’Asie du Sud-Est 2012. Les événements majeurs de l’année, Bangkok & Paris, Irasec / Les Indes Savantes, 2012, pp. 289-311 []
  2. Voir sur ce carnet : Cùng Viết Hiến Pháp – Ecrivons ensemble la constitution : une initiative vietnamienne constructive []
  3. Je renvoie au travail du philosophe allemand Viktor Klemperer, LTI, la langue du IIIe Reich. Carnets d’un philologue, Paris, Albin Michel, Bibliothèque des idées, 1996 ; Laurence Aubry et Béatrice Turpin (dir.), Viktor Klemperer, repenser le langage totalitaire, Paris CNRS éditions, 2012 []
  4. Voir sur ce sujet l’excellent article en ligne de Christopher Goscha, Intelligence in a Time of Decolonization: The Case of the Democratic Republic of Vietnam at War (1945-50), Intelligence and National Security, Vol. 22, No.1, February 2007, pp. 100-138. Voir en particulier le passage « Enemy deception: The case of ‘H122’ and the intelligence failure », pp. 125-128 []
  5. Sur les « procès pédagogiques » voir François Guillemot, « Vraie et fausse contre-révolution au Nord-Vietnam : de l’invention et de l’usage de ‘l’ennemi intérieur’ 1945-1967 », in Stéphane Courtois & Christopher E. Goscha (Ed.), Revue Communisme : Vietnam, de l’insurrection à la dictature 1920-2012, Paris, Éditions Vendémiaire, 2013, pp. 259-302 []
  6. Cas du procès de l’avocat Lê Công Ðịnh, dissident, mais aussi cas au plus haut niveau de l’État-Parti, voir le repentir du Président Hồ Chí Minh pendant la réforme agraire []
  7. « Une épidémie diabolique », in Terre des éphémères, Arles, Philippe Picquier, 1994, pp. 51-64 []
  8. Ta Duy Anh, « Une épidémie diabolique », op. cit., pp. 63-64. Hanoi, 1990 []
  9. Voir François Guillemot, « Viêt-Nam. Résistances, révolutions, réunifications », in Joao Medeiros (dir.), Le mondial des nations, Paris, Choiseul, 2011, pp. 340-366, en particulier p. 363 []

Après le XIIe Congrès du PCV : Où va le Viêt Nam ? # 3

Suite et fin de notre compte-rendu de colloque suivi d’un billet critique complémentaire, objet d’un billet à part.

ColloqueVN_FGP_Atelier3
Intervenants du troisième atelier : M. Hugues Tertrais, M. Vu Minh Giang, M. Michel Maso (animateur), M. Philippe Delalande et M. Benoît de Tréglodé © 2016 FG

Troisième atelier : le marxisme-léninisme vietnamien questionné

Le troisième atelier intitulé « Le PCV, un parti encore marxiste ? » se déroula à partir de 14h30 devant un auditoire plutôt clairsemé à cause de la pause repas assez courte, le public revenant progressivement. Michel Maso introduisit le sujet avec cette grande question idéologique et la problématique de la sinisation du marxisme. Le marxisme et l’Asie, le sujet avait d’ailleurs dans d’autres temps fait l’objet d’une publication universitaire très intéressante 1. Le sujet qui peut prêter à sourire, ce que souligna Michel Maso avec une dose d’humour, n’était en rien anodin pour l’auditoire de la Fondation Gabriel Péri dans l’attente, dirons-nous, d’une certaine clarification. Notons que les horaires devant être respectés, chaque intervenant eu droit à quinze minutes de communication.

Michel Maso FGP © DdM
Michel Maso s’interroge : « Le parti communiste vietnamien est-il encore marxiste ? » © 2016 DdM

La séance débuta avec l’intervention d’Hugues Tertrais, fin observateur de l’évolution de l’Asie du Sud-Est et professeur émérite de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il organisa sa communication autour de trois points : la notion de transition, le statut du capitalisme au Viêt-Nam et le marxisme en Asie. En introduction, il rappela quelques spécificités vietnamiennes : « le socialisme scientifique », le rôle de l’État et sa qualification à travers les différentes constitutions du pays (1946, 1959, 1980, 1992, 2001…).

J’en profite, dans une parenthèse un peu longue, pour développer ce point à partir des textes sources2. En 1946, la première constitution de la RDVN stipule en son article 1 : « Le Viêt-Nam est une République démocratique. Tous les pouvoirs appartiennent au peuple sans distinction de race, de sexe, de fortune, de classe, de religion » ; en 1959, la constitution révisée de la RDVN stipule en son article 2 : « La République démocratique du Vietnam, fondée et consolidée à la suite des victoires remportées par le peuple vietnamien au cours de la glorieuse Révolution d’Août et de la Résistance héroïque, est un État de démocratie populaire » ; en 1980, la nouvelle constitution du Viêt-Nam réunifié sous l’appellation de RSVN stipule en son article 2 : « La République socialiste du Viêt-Nam est un État de dictature prolétarienne. […] » ; enfin en 1992, la constitution de la RSVN est révisée puis amendée par deux fois en 2001 et 2013. Son article 2 stipule : «  L’État de la RSVN est un État du peuple, par le peuple, pour le peuple. […] ». Cette dernière expression en vietnamien (của dân, do dân và vì dân) devrait nous faire réfléchir3.

Lincoln_WDC_May2014
Lincoln Memorial, Washington DC © 2014 FG

Créée par Lincoln en 1863, elle figure dans le Préambule de la Constitution de la République du Viêt-Nam (Sud) de 1967 : Tin tưởng rằng lòng ái quốc, chí quật cường, truyền thống đấu tranh của dân tộc bảo đảm tương lai huy hoàng của đất nước. Ý thức rằng sau bao năm ngoại thuộc, kế đến lãnh thổ qua phân, độc tài và chiến tranh, dân tộc Việt Nam phải lãnh lấy sứ mạng lịch sử, tiếp nối ý chí tự cường, đồng thời đón nhận những tư tưởng tiến bộ để thiết lập một chánh thể Cộng Hòa của dân, do dân và vì dân, nhằm mục đích đoàn kết dân tộc, thống nhất lãnh thổ, bảo đảm Độc Lập Tự Do Dân Chủ trong công bằng, bác ái cho các thế hệ hiện tại và mai sau. D’où mon questionnement : la constitution de 1946 est plus proche de la constitution de 1967 de la défunte république (si l’on en extrait les aspects purement liés à la Guerre froide). Autrement dit, qu’est-ce qui légitimait une telle confrontation entre Vietnamiens et qui en porte aujourd’hui l’écrasante responsabilité ?

Hugues Tertrais © DdM
M. Hugues Tertrais, historien, agrégé, spécialiste de l’Asie du Sud-Est auteur de nombreux ouvrages de référence © 2016 DdM

Comment appréhender la transition vietnamienne : une sortie du communisme, le passage d’une économie socialiste planifiée à une économie de marché capitaliste ? Transition vers quoi, vers quel type de société (socialiste, capitaliste) ? Pour apporter une réponse à ce questionnement, Hugues Tertrais poussa son raisonnement : quel est le statut du capitalisme au Viêt-Nam ? Il rappela que, dans la culture communiste vietnamienne, il s’agissait d’un « gros mot », citant à l’appui Hồ Chí Minh au congrès de Tours en 1920 : « les bandits du capital ». Deuxième illustration rapide avec l’avènement du Ðổi Mới en 1986 annonçant la fin de l’économie subventionnée. Hugues Tertrais a eu raison de nous remettre en tête le climat de l’époque. Le Ðổi Mới, selon lui, fut d’une dureté sociale incomparable engendrant un chômage de masse et deux types de phénomènes : une croissance très forte doublée d’inégalités également très fortes. Le passage à « l’économie de marché à orientation socialiste » fut douloureux mais il fonctionne. En s’appuyant sur un rapport de la World Bank de 2013, Hugues Tertrais propose un bilan provisoire du Renouveau : le Viêt-Nam reste positionné dans la tranche inférieure des pays à revenus intermédiaires ; l’aggravation des inégalités est très nette notamment en ce qui concerne les ethnies minoritaires ; le secteur public est endetté et pose la question de sa contribution réelle à la croissance (scandale Vinashin, etc.). Les critiques sont d’ailleurs très vives sur le statut du secteur des grandes entreprises déficitaires, sorte de « cancer » de l’économie vietnamienne aux dires de quelques experts (Cf. par exemple les analyses de l’économiste Lê Ðăng Doanh mais Hugues Tertrais n’avança aucun nom). Quelle est la tendance actuelle en 2015 ? La RSVN poursuit son intégration régionale au sein de l’ASEAN, l’accord TPP est en marche, exposant désormais l’économie vietnamienne comme jamais auparavant (danger ou non ?). Selon Hugues Tertrais, cette exposition, si elle présente quelques risques, paraît moins importante que le Ðổi Mới de 1986. Le dernier point rapidement évoqué faute de temps concerne le marxisme et l’Asie. Citant un texte d’octobre 1962 de l’intellectuel communiste Nguyễn Khắc Viện intitulé Confucianisme et marxisme, Hugues Tertrais donna du crédit à la problématique d’un communisme fortement ancré dans une tradition confucéenne à l’instar de la Chine et peut-être source de sa pérennité. Cette question importante réactive la problématique plus générale du « despotisme oriental »4 qui connut son heure de gloire et fit grand débat dans les années soixante pour tenter d’expliquer l’implantation durable du modèle communiste en Asie. Notons que d’autres chercheurs comme le sociologue Nguyễn Ðức Nhuận ou l’historien Nguyễn Thế Anh se sont interrogés sur la pertinence de ces questions5.

Delalande_VietnamDragonEnPuissanceLa parole fut ensuite donnée à Philippe Delalande, expert et conseiller économique et grand défenseur des modèles de réussite économique asiatiques, chinois et vietnamien. Il se livra à un exercice intéressant en revenant aux fondamentaux du marxisme et en mobilisant Marx, Engels ou Lénine. On partit ainsi dans un grand voyage dans le temps à travers le matérialisme historique, le prélèvement de la plus-value, l’accumulation du capital, la baisse tendancielle du taux de profit jusqu’à la question de l’effondrement de l’État… L’idée du communisme étant d’accélérer cette chute de l’État en regroupant tous les prolétaires dans un parti d’avant-garde. Objectif : élimination du capitalisme. La nouvelle force révolutionnaire doit aboutir à la fin de la lutte des classes permettant ainsi l’accès à cette période transition entre capitalisme et communisme qu’incarne la dictature du prolétariat. L’extinction de l’État doit mener le peuple au communisme, stade suprême marquant la fin de l’exploitation de l’homme par l’homme. Après cette leçon amusante qui me replongea quelques moments en classe de première, M. Delalande put conclure : la révolution accomplie sonne la fin du marxisme. Mais tout ceci ne présenterait pas d’intérêt sans l’impulsion donnée par Lénine en 1924 lorsqu’à travers la NEP (Nouvelle politique économique), il n’avait décidé de réintroduire le marché (capitaliste) pour sortir la jeune URSS du marasme économique. La NEP est supprimée par Staline l’année suivante après la mort du grand Lénine. Il faudra attendre l’avènement de Deng Xiaoping en Chine et ses « quatre modernisations » de 1978 pour que le communisme asiatique s’ouvre au capitalisme. L’initiative privée est promue, même fortement recommandée, le droit au profit est restauré et les investissements étrangers convoités. Ce changement intervint quelques années plus tard au Viêt-Nam malgré les premières interrogations de Nguyen Van Linh en 1982 lors du Ve congrès. C’est le VIe congrès du Doi Moi (changer pour du neuf) qui réintroduit une dose de capitalisme dans l’économie. Comme à Cuba ou en Corée du Nord M. Delalande a parfaitement raison de faire remarquer que le capitalisme a été réintroduit pour sauver le régime.

Hérodote157_EnjeuxGéopolitiquesViêtNam
Le numéro spécial de la revue Hérodote consacré au Viêt-Nam sous la direction de Benoît de Tréglodé © DR

On observe en 2002 en Chine un renouvellement théorique avec les « trois représentativités » qui se fixent les objectifs suivants : développer les forces productives ; assurer la représentation du peuple dans toutes ses composantes ; innover avec la culture progressiste. Production, Peuple et Culture forment les trois piliers de la nouvelle doxa chinoise. Le matérialisme historique est révoqué (complétons : La lutte des classes est jetée aux oubliettes de l’histoire). Le Viêt-Nam poursuit sa transformation sur ce modèle hybride au Congrès de 2011, les statuts du PCV sont modifiés pour intégrer les acteurs capitalistes au sein du Parti. On peut désormais être communiste et capitaliste à la fois (je dirais que c’est même une des conditions de l’avancement interne). Trois justifications sont convoquées par M. Delalande pour expliquer le maintien au pouvoir du parti unique : la stabilité du pays (différence notoire avec les autres pays d’Asie du Sud-Est) ; l’unité politique et territoriale ; la continuité politique sans alternance permettant ainsi d’appliquer des politiques économiques au long cours (et donc une certaine cohérence). Bon gré mal gré, le Front de la Patrie fait office de représentation nationale. Bien sûr, selon l’auteur, ce modèle présente des « contreparties gênantes » à savoir la répression des dissidents et la censure. Pour M. Delalande, il s’agit en quelque sorte d’un moindre mal puisque les avantages seraient plus forts que les inconvénients, répondant ainsi à une question posée dans l’auditoire par un membre d’Amnesty International lors du débat. Pour conclure, Philippe Delalande souleva cette question sur laquelle tout un débat pourrait continuer : « Le Parti unique au XXIe siècle est-il encore une forme d’organisation qui peut durer ? », selon lui cette disposition est encore possible notamment en Asie confucéenne. Nous ajouterons que des contre-exemples existent notamment avec Taiwan, le Japon, le Cambodge, la Thaïlande, l’Indonésie ou le Myanmar…

Benoît de Tréglodé © FG
Benoît de Tréglodé, Directeur du programme Asie à l’IRSEM et spécialiste du Viêt-Nam contemporain © 2016 FG

Après cette grande leçon de marxisme asiatique, le chercheur Benoît de Tréglodé, Directeur du programme Asie à l’IRSEM et spécialiste du Viêt-Nam contemporain, proposa de répondre à la question posée en analysant les différences de discours dans la production théorique du PCV. Interroger le discours permet de mieux saisir l’adaptation constante de ce discours à la conjoncture nationale, régionale ou internationale. En citant l’exemple du Parti en 1948, Benoît de Tréglodé rappela qu’il n’y avait pas de références à un marxisme unitaire au sein du Kominform. Le PCV mit du temps à être accepté par l’URSS comme une authentique formation communiste (L’URSS voyait une forme de Titisme dans le Hochiminisme). Pour appuyer sa démonstration, le chercheur convoqua trois textes théoriques vietnamiens et un texte théorique chinois qui fut une des sources d’inspiration de la formation des cadres de la RDVN dans les années cinquante. Il s’agit de 1937 de Liu Shaoqi (Liou Chao-Chi) intitulé « Pour être un bon communiste ». Selon ce chercheur, trois textes vietnamiens composent le premier corpus théorique du parti communiste : Les thèses sur la révolution culturelle au Viêt-Nam (1943) ; La résistance vaincra de Trường Chinh (1946) ; Marxisme et culture vietnamienne (1948). L’apport principal de Liu Shaoqi dans cette sinisation du marxisme est la transformation du marxisme en un idéalisme moral (et moralisateur pourrions nous ajouter).

A partir des années 40, l’idéologie est centrée sur l’éthique. Interrogeant ainsi les termes « morale ou vertu révolutionnaire » (đạo đức cách mạng), le chercheur observe au Viêt-Nam comme en Chine une construction éthique du marxisme, une moralisation du prolétariat ou du peuple. Le chercheur raconta qu’à travers ses échanges avec des camarades vietnamiens il avait pu observer la permanence de ce discours très porté sur la morale, l’éthique, l’éducation politique, la pensée Hồ Chí Minh et la défense des intérêts nationaux. Nous reviendrons plus loin dans nos réflexions succinctes sur le vocabulaire politique vietnamien sur la notion « d’autocritique » qui nous semble elle aussi empreinte d’une certaine éthique. Bien entendu, il faudrait confronter ces actes de langage avec la réalité crue de la vie d’aujourd’hui ou la morale révolutionnaire est sérieusement bafouée selon l’avis des autorités communistes elles-mêmes.

Vu Minh Giang © DdM
M. Vu Minh Giang, membre du Conseil des études théoriques du Comité central du PCV : le PCV est bien un parti marxiste © 2016 DdM

La dernière intervention de ce marathon idéologique fut présentée par M. Vũ Minh Giang. Ce chercheur prit ses précautions en nous avertissant qu’il n’aborderait pas dans son intervention les questions purement théoriques. Il nous offrit un survol de cette histoire vietnamienne si spéciale (đặc biệt) si particulière, « peu ordinaire » (không bình thường). Trois points clés ont rythmé sa démonstration sur PowerPoint (voir plus bas) :

  1. Le marxisme a accompagné le destin national vietnamien (parvenu au Viêt-Nam grâce à Hồ Chí Minh, le marxisme est avant tout et essentiellement une arme théorique et idéologique de libération nationale) ;
  2. Le PCV a mis en œuvre le marxisme dans la direction de la révolution vietnamienne (Soviets du Nghệ Tĩnh, 1930 / Révolution d’Août, 1945 / Victoire de Ðiện Biên Phủ, 1954 / Construction du socialisme en RDVN, 1954-1975 / Extension du socialisme dans le pays réunifé, 1976-1986 / Politique de Renouveau, depuis 1986) ;
  3. La nature marxiste du PCV n’a pas changé (selon les 5 critères suivants : le PCV possède un socle idéologique et un système théorique propres basé sur le marxisme, la pensée Hồ Chí Minh et le patriotisme ; le principe du centralisme démocratique dans l’organisation et les activités du parti est appliqué ; le PCV détient le rôle d’avant-garde de la classe ouvrière, de l’alliance des ouvriers, paysans, intellectuels et du peuple tout entier ; des relations à la fois permanentes et d’entraide avec les partis frères dans le cadre de l’internationale communiste sont maintenues tout comme la promotion de la paix et du progrès social).

Son allocution se limita à glorifier les vertus de l’idéologie marxiste-léniniste dans le combat pour l’indépendance et à préciser que cette doctrine était avant tout une boîte à outils bien pratique pour la prise du pouvoir et son maintien sur l’ensemble du pays. Le chercheur insista d’ailleurs sur la nécessité de préserver ce pouvoir (quyền lực) dans les mains du PCV. Plus qu’un outil théorique, le marxisme-léninisme à la vietnamienne avait donc servi d’outil pour la libération nationale, le contrôle de la population et pour l’élimination en règle des opposants.

N’ayant pas eu beaucoup de temps pour aller au fond des choses, M. Vũ Minh Giang après avoir fait la démonstration que son parti était bien marxiste présenta un slide/repentir sur quelques grands sacrifices à retenir de l’histoire contemporaine du pays (les Soviets du Nghệ Tĩnh, 1930-1931 / la réforme agraire radicale, 1954-1955 / l’économie subventionnée bureaucratique / l’application prématurée du modèle socialiste du Nord à tout le pays à partir de 1975 / le volontarisme dans la gestion économique6.

« Marxisme et révolution vietnamienne », diapositives de la communication de M. Vũ Minh Giang (extraits) © FG

L’atelier devait se terminer ainsi sur une parole d’adhésion à l’orthodoxie officielle (rappelée également en 5 points dans la dernière diapositive).

Un débat général s’ensuivit au cours duquel on revint sur les relations entre morale et corruption, un auditeur rappelant que les moralistes et les corrupteurs étaient en réalité les mêmes. Notons que cette assertion un peu réductrice fut contestée par M. Vũ Minh Giang, gardien de l’honneur du parti rétorquant que « cette accusation ne reposait sur aucun fondement ». Quant au débat au sein du Parti, Benoît de Tréglodé rappela cet épisode peu connu de 1947-48 où l’aile gauchiste du Parti fut éradiquée. Une seule question fut posée sur les enjeux écologiques par la sénatrice Hélène Luc à propos de la salinisation des sols et donc des rizières du delta du Mékong, un processus inquiétant.

Nguyen Duc Nhuan
Commentaire du sociologue Nguyen Duc Nhuan sur la communication de M. Vu Minh Giang © 2016 FG

A notre avis, la réponse à la question du marxisme pouvait se résumer en un mot : pragmatisme. Adaptation permanente à la conjoncture et aux aléas de l’histoire. Mais je pense aussi que cette réponse n’est pas totalement suffisante car l’on oublie de prendre en compte la construction d’un appareil de sécurité très efficace (sur le modèle de la RDA et de la Chine) dans la répression permanente des opposants potentiels comme je l’évoquerai plus loin dans un prochain billet7. Je suis, par ailleurs étonné, que certaines questions n’aient trouvé preneur ou n’aient été posées sur la formation du cadre communiste (qu’est-ce le quotidien d’un cadre du parti ?), le nombre d’adhérents du parti, la sociologie du PCV, sa répartition géographique, le maillage de l’appareil communiste et les formes de représentations para-communistes au sein de la société civile. Le PCV est-il contesté, par qui et comment ? Comment répond-il aux critiques internes ? Quid des luttes des ouvrières ? Ces aspects descriptifs mais concrets, que des études de cas pouvaient illustrer, auraient pu être présentés rapidement en introduction de colloque car sans ces données, il paraît difficile d’entrevoir l’avenir d’une organisation qui rassemble environ 4 millions d’adhérents sur plus de 95 millions d’habitants8.

Conclusion : vers un « Renouveau total », Ðổi Mới toàn diện ?

La conclusion fut portée avec enthousiasme par M. Phạm Xuân Sơn. Dans un discours lyrique appelant à soutenir des deux bras le processus de transformation du Viêt-Nam communiste, M. Sơn nous rappela tous les bénéfices de ses trente années de Ðổi Mới et que la route était désormais tracée pour un Renouveau total, un Ðổi Mới sur tous les plans. M. Son souligna les aspects très positifs du colloque, la franchise des échanges, l’ouverture d’esprit et le respect des idées parfois contradictoires ou carrément opposées. Parti dans une envolée du type « tous derrière nous », il fut néanmoins stoppé par une série d’applaudissements précoces, ce qui n’était guère fair play de la part d’une partie de l’auditoire. Il est vrai qu’avec M. Sơn, on repart avec le sentiment que tout est possible et que les Vietnamiens, à la recherche de solutions, sont prêts à envisager de grands changements pour leur pays.

Pham Xuan Son & Alain Obadia
Discours de clôture du colloque de M. Pham Xuan Son et de M. Alain Obadia, Président de la Fondation Gabriel Péri © 2016 FG

Enfin, Michel Maso puis Alain Obadia clôturèrent cette intense « journée de travail » qui devrait, selon eux, en appeler d’autres. Espérons-le.

François Guillemot, MàJ 19/03/2016.

Image « à la une » : Dam Sen Park © 2014 FG.

Les portraits des intervenants sont de Dominique de Miscault

Lire la suite : Viêt-Nam : Révolutions en devenir, langage totalitaire : questions sans réponses

Notes

  1. Schram, Stuart R. et Carrère d’Encausse, Hélène (dir.), Le marxisme et l’Asie, 1853-1964, Paris, Armand Colin, Collection U, Série Idées politiques, 1965. A cette référence, nous ajouterons le survol déjà ancien de Francis Doré, Les régimes politiques en Asie, Paris, Presses Universitaires de France, coll. Thémis, 1973 []
  2. Cf. Les constitutions du Vietnam, 1946-1959-1980-1992, Hanoi, Éditions The Gioi, 1995 []
  3. Ce concept de « gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple » a été créé à l’origine par le président américain Abraham Lincoln lors du fameux discours de Gettysburg du 19 novembre 1863 et figure aussi dans le dernier alinéa de l’Article 2 de la Constitution de la Quatrième République française de 1946 ! []
  4. Karl A. Wittfogel, Oriental Despotism: A Comparative Study of Total Power, New Haven, Connecticut, Yale University Press. En français : Le Despotisme oriental. Étude comparative du pouvoir total, Paris, Éditions de Minuit, coll. Arguments, 1964 et nouvelle édition en 1977 avec une traduction de Micheline Pouteau []
  5. Cf. Nguyễn Thế Anh, Le Viêt-Nam entre confucianisme et modernité, texte en ligne sur le site Tin Paris, page consultée le 15 mars 2016 []
  6. Notons l’ambiguïté de cette dernière mention []
  7. Sur ce sujet, écouter en ligne le dernier rapport sur les brutalités policières publié par Trinh Nguyễn sur le site Loa : Police Brutality: Abuse and Repeat, 7 mars 2016 []
  8. Pour des illustrations concrètes, nous renverrons le lecteur au livre de Philippe Papin et Laurent Passicousset, Vivre avec les Vietnamiens, Paris, L’Archipel, coll. Des hommes et des pays, 2010 []

Après le XIIe Congrès du PCV : Où va le Viêt Nam ? # 2

Second volet de notre compte-rendu du colloque du 11 mars 2016 sur les suites politiques, sociales et économiques du XIIe Congrès du PCV.

ColloqueVN_FGP_Atelier2
Intervenants du deuxième atelier : M. Bui The Giang, M. Jean-Philippe Eglinger, M. Paul Fromonteil (animateur), Mme Dominique Bari et M. Pierre Journoud © 2016 FG

Deuxième atelier : État des lieux et défis

Le second atelier intitulé « Après le XIIe Congrès du PCV, quoi de neuf ? » débuta avec une bonne demi-heure de retard. L’objectif de cet atelier, animé par Paul Fromonteil de l’AAFV, était de mesurer les problèmes qui se posaient désormais au PCV à l’issue du XIIe congrès de janvier 2016 et après le ralentissement économique dû à la crise mondiale de 2008. L’atelier débuta par le témoignage très intéressant de Dominique Bari, journaliste de L’Humanité, de retour du XIIe Congrès. Après un voyage de presse en novembre 2015, l’envoyée spéciale put couvrir cet événement politique pour le quotidien du PCF. Ne maitrisant pas le vietnamien, elle put néanmoins obtenir des informations importantes sur les différents discours tenus lors du congrès. Cela lui permit aussi d’envisager des réponses à ses questions : était-ce seulement une querelle d’hommes (Nguyễn Tấn Dũng vs Nguyễn Phú Trọng) ? ; rupture ou continuité ? ; état des lieux des réformes ? Sa première grande impression fut que le Congrès se déroulait à une époque charnière, à l’heure des bilans du Ðổi Mới, celle du départ d’une nouvelle phase politique et économique. En particulier, les nombreux accords de libre-échange signés par la RSVN allaient désormais peser sur l’économie vietnamienne. Le congrès fut le lieu d’un grand débat sur l’accord TPP suscitant réticences et attentes. L’accord se révèle lui-même complexe et ambigu et, selon cette journaliste, il s’agit d’un outil politique tout autant qu’économique. Trois sortes de discours sur l’opportunité et le rythme des réformes ont jalonné le congrès.

Dominique Bari & Pierre Journoud © DdM
Mme Dominique Bari, journaliste à L’Humanité et M. Pierre Journoud, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier © 2016 DdM

Le premier est un « constat lucide des enjeux » : il se focalise sur les changements internes que vont provoquer les nouveaux accords de partenariat. « Il y aura de la casse ! », lui a-t-on confié, dans ce pays à 70% de ruraux. Les petites entreprises ne sont pas prêtes à affronter l’arrivée massive d’investisseurs mais on est conscient qu’il n’y a pas d’autres choix pour construire le développement du pays. Dans ce processus de transformation, la réforme des institutions, notamment du secteur public, est inévitable pouvant cependant provoquer une « onde de choc » qu’il conviendra de contenir.

Le second discours est « sévère et critique ». On souligne le danger des règles ultra libérales des accords notamment du poids croissant des États-Unis sur l’économie du pays. Certains y voient à terme un danger sur « la souveraineté nationale ». Le poids de la Chine pourrait à ce titre servir de contrepoids au leadership américain. L’inquiétude n’est pas spécifique au Viêt-Nam car l’accord TPP est également contesté au Japon ou en Corée du Sud. Quelques impacts sont soulignés par la journaliste : sur les produits pharmaceutiques, sur l’introduction des OGM (notamment dans la riziculture) avec le retour de Monsanto (!). Les conséquences prévisibles risquent d’être similaires à celles de l’adhésion de la RSVN à l’OMC en 2007 avec une perte du pouvoir d’achat, une forte inflation et des répercutions sur le prix du riz. Le contexte de la croissance démographique et des migrations internes est également rappelé : HCM-Ville se gonfle d’un district supplémentaire chaque année, augmentant le secteur informel et la précarité.

Le troisième discours est un discours favorable à une « libéralisation économique poussée, accompagnée de ses effets politiques ». L’accord TPP prévoit, en effet, la création de syndicats indépendants pour protéger les travailleurs. Il faudra alors définir leur place et leur rôle dans la société vietnamienne. La transition birmane, d’un État autoritaire dirigé par les militaires vers un État démocratique et le multipartisme, est discutée au sein du PCV. Le poids politique, militaire et économique de la Chine est remis en cause et un rapprochement plus net avec les États-Unis est préconisé. Le changement même du nom de l’État communiste et l’abandon pur et simple du marxisme-léninisme, devenu inopérant, sont également à l’ordre du jour de cette faction la plus ouverte du Parti.

Dominique Bari fit remarquer que tous ces débats traversent actuellement la société vietnamienne. Société au sein de laquelle les contradictions se sont aiguisées, société plus hétérogène également où les intérêts des uns et des autres sont souvent divergents. Société jeune également avec 50% de la population de moins de trente ans et enfin, société ultra connectée sur le monde avec 40 millions d’utilisateurs d’internet dont 20 millions de personnes sur Facebook. Tous ces paramètres font que les attentes de la population en termes de transparence, de lutte contre la corruption, d’amélioration du système de santé ou d’éducation sont fortes. La rivalité Nguyễn Tấn Dũng / Nguyễn Phú Trọng cache ainsi des enjeux sociaux et économiques beaucoup plus importants. Le congrès a finalement opté pour le consensus avec un bureau politique rénové (12 nouveaux membres sur 19 dont trois femmes) et la continuité de la politique de réforme. L’agenda et le rythme de cette politique n’est pas encore très clair et pour finir, Dominique Bari s’interroge sur l’accord TPP qui pose de fait la question du développement du système productif vietnamien en toute indépendance (une question déjà soulevée par Patrice Jorland dans son intervention, si les termes « indépendance » dans une économie globalisée et interdépendante à encore un sens).

JP Eglinger © DdM
M. Jean-Philippe Eglinger, ingénieur, chef d’entreprise et enseignant à l’INALCO © 2016 DdM

La communication de Jean-Philippe Eglinger, ingénieur et entrepreneur, s’est concentrée sur des aspects purement économiques. Avec grand réalisme, ce spécialiste des « Entreprises générales vietnamiennes » (sujet de sa thèse de doctorat à l’INALCO où il enseigne) opta pour nous soumettre ses questions et pas de certitudes. En introduction de son exposé, construit sur la littérature officielle qu’il décrypte avec soin et sérieux, étant lui-même vietnamisant, il souligna que si l’intégration du Viêt-Nam au monde marchand était parfaitement réussie, le souci majeur repose désormais plus sur cette nouvelle donne : l’exposition de l’économie vietnamienne et les différentes implications de cette exposition. Le Viêt-Nam fut jusqu’alors relativement préservé (voir par exemple lors de la crise en Asie du Sud-Est en 1997).

Aperçu de la communication de Jean-Philippe Eglinger à la Fondation Gabriel Péri © Viet Phap Stratégies / photos : FG

Un gros travail attend le pays dans le nouveau cadre d’une mondialisation accélérée, source de croissance mais aussi de nécessaires restructurations. L’auteur rappela le déficit de 30 milliards de dollars avec la Chine, soulignant ainsi indirectement une certaine dépendance à prendre en compte. Selon M. Eglinger, le tableau du tissu économique vietnamien reste fragile. Sur 800.000 PME, 400.000 sont inopérantes ou en quasi faillite. A titre d’exemple pour 66 millions d’habitants la France possède 3 millions de PME, une véritable force économique en constante évolution et adaptation. Qu’en sera-t-il pour le Viêt-Nam, comment capter la valeur ajoutée faite au Viêt-Nam ? Telles sont les questions que se posent ce chercheur avisé. A titre d’exemple, pour les téléphones mobiles produits par Samsung au Viêt-Nam, 5% de la valeur ajoutée revient au Viêt-Nam et le reste à l’entreprise coréenne. Ce simple chiffre démontre l’ampleur du travail à accomplir. La délicate restructuration des Entreprises générales (Tổng công ty) et des Conglomérats (Tập đoàn) est au programme des réformes. L’enjeu est d’augmenter la valeur ajoutée vietnamienne en l’intégrant dans la chaîne de valeur globale. Il s’agit de capter cette chaîne de valeur puis de la remonter pour affermir le potentiel économique du Viêt-Nam. Le défi est important d’autant plus que chaque année, 1,5 millions de jeunes entrent sur le marché du travail.

Journoud_DeGaulle&VietnamLe chercheur Pierre Journoud, historien, spécialiste des relations internationales à l’université Paul-Valéry Montpellier, s’est focalisé sur la politique étrangère vietnamienne. Il fit auparavant le constat que la recherche sur le Viêt-Nam était à renforcer en France (constat que je partage ayant fait moi-même remonter cette information auprès du CNRS dans le cadre de notre laboratoire lyonnais). Pierre Journoud a exposé dans les grandes lignes l’origine de la politique étrangère (défense comprise) actuelle en partant du Renouveau de 1986-87. Pour ce chercheur, et il a raison, le Ðổi Mới constitue bien une rupture sur le plan des affaires extérieures. Trois actes illustrent ce processus : la résolution n° 32 en 1986 mène le pays sur la voie de la normalisation des relations avec le Cambodge ; la résolution 13 de 1988 engage la RSVN dans une politique étrangère multidirectionnelle ; enfin, le Congrès de 1991 du PCV, à la suite du règlement cambodgien et de la normalisation des relations avec la Chine, proposa une politique de recentrage diplomatique. Cependant, on observe aussi des continuités : le retour des éléments de la diplomatie des années de guerre (les 3 fronts : politique, militaire, diplomatique) et la préservation d’un équilibre entre la Chine et la Russie. A partir des années 1990, la RSVN se lance dans « une stratégie intégrale ». La fameuse « diplomatie Facebook », visant à acquérir le plus d’amis possibles est mise en route avec succès comme le démontre ce chiffre étonnant : en 1986, la RSVN avait des relations diplomatiques avec 57 États, en 2000, avec 169 États, on passe du simple au triple.

Des priorités sont maintenues comme les « relations spéciales » avec les voisins indochinois (Laos et Cambodge) et les questions stratégiques liées aux différends en Mer de Chine orientale. La diplomatie culturelle et économique se développe mais reste le plus souvent au stade traditionnel d’État à État (on est, il est vrai, assez loin de la puissance du solf power sud-coréen). La multi latéralisation des relations diplomatiques s’exprime avec l’adhésion à l’ASEAN en 1995 que le Viêt-Nam préside en 1998, la fondation de l’ASEM en 1996 dont la RSVN est membre fondateur, le sommet de la Francophonie à Hanoi en 1997, l’entrée dans l’OMC dix ans plus tard et enfin au Conseil de sécurité de l’ONU en 2008-2009 comme membre non permanent. La recherche de l’équilibre entre Washington et Pékin est constante. D’un côté comme de l’autre, il reste des « irritants ». Les États-Unis interpellent régulièrement le Viêt-Nam sur la question des droits de l’homme et la religion et Pékin pratique sur le plan militaire, une politique de fait accompli en Mer de Chine et, sur le plan économique, laisse courir le déficit commercial vietnamien.

Sur le plan de la sécurité militaire, la question qui suscite aujourd’hui le plus d’inquiétude est sans doute celle de la mer de Chine. On observe depuis quelques années une militarisation croissante de la région et la menace chinoise se précise. En 2009, un livre blanc du gouvernement vietnamien faisait état d’un risque de conflit limité. Depuis, le pouvoir vietnamien réactive en matière de polémologie la notion de guerre populaire si un éventuel conflit venait à exploser. En outre, la RSVN modernise son appareil militaire notamment auprès de la Russie. Pour Pierre Journoud, sur le plan diplomatique, le XIIe congrès du PCV s’inscrit dans une continuité évidente. Cependant, il signale avec justesse que les processus de décision revêtent un caractère secret et collectif. La position sur la Chine évolue à petits pas et la marge reste très étroite entre stabilité politique et repositionnement diplomatique. C’est un facteur de risque. Le Viêt-Nam peut-il se permettre de tourner le dos à la Chine ? Certainement pas. Notons que la stratégie de rééquilibrage vers l’Asie préconisée par le Président américain Barack Obama a été bien accueillie par la RSVN. Le maintien de l’équilibre entre les deux premières grandes puissance économiques du monde apparaît comme la solution la plus logique. Selon ce chercheur, si la diplomatie vietnamienne est une réussite incontestable, des efforts peuvent être encore faits en direction des compatriotes de l’étranger, dans un cadre plus général encore à bâtir, celui d’une politique d’authentique réconciliation à l’égard de tous les Vietnamiens patriotes, quels que fussent leurs engagements passés.

Bui The Giang © DdM
M. Bui The Giang, Directeur général de la Direction de l’Europe de l’Ouest et de l’Amérique du Nord, Commission des relations extérieures du Comité central du PCV © 2016 DdM

Dernière intervention de cet atelier, M. Bùi Thế Giang, Directeur général de la Direction de l’Europe de l’Ouest et de l’Amérique du Nord, Commission des relations extérieures du Comité central du PCV, organisa sa communication à deux reprises autour du chiffre 7 (chiffre porte-bonheur chez nous). Dans une allocution enjouée, M. Bùi Thế Giang a confirmé que l’attention portée au XIIe congrès avait été plus importante que d’habitude (chú ý nhiều hơn). Cela s’explique, selon lui, par le déroulement des événements régionaux qu’il n’a pas directement nommé si ma mémoire est bonne (comprenons Mer de Chine orientale, transition birmane et ouverture du marché au sein de l’ASEAN) et l’attente des partenaires étrangers sur le développement du Viêt-Nam. Il rappela fort justement que peu de pays possèdent aujourd’hui une direction communiste dans le monde d’où l’intérêt que pouvait susciter le Congrès. La Chine elle-même avait démontré cet intérêt en soulignant l’importance du Congrès vietnamien et, vu des États-Unis, le secrétaire général du Parti Nguyễn Phú Trọng avait reçu la confiance d’Obama quelques mois auparavant. Le Viêt-Nam était désormais sur une voie nouvelle se résumant par une formule amendée par M. Giang : « peuple riche (dân giàu), pays fort (nước mạnh), engagement (cam kết) et droit (pháp quyền) » comme pour signaler que désormais le Viêt-Nam ne devait manquer la marche de ce progrès vers l’intégration internationale aux fortes implications sociales. Selon lui, les questions économiques et sociales furent d’ailleurs les plus débattues lors du congrès (thảo luận nhiều nhất). La transformation du pays vers l’économie capitaliste était un fait avéré tout comme le doublement de la population vietnamienne depuis 1976.

30NamDoiMoi_1986-2016

M. Bùi Thế Giang dressa ensuite un tableau des réalisations du Ðổi Mới. Il insista sur les 7 grandes réalisations de la politique du Renouveau : la fin de l’isolement et l’ouverture sur le plan diplomatique, la résolution des conflits régionaux, le développement économique et la réduction de la pauvreté, l’intégration internationale, le regard différent porté sur les Vietnamiens d’outre-mer et les nouveaux engagements dessinant les perspectives d’un Viêt-Nam fortement tourné vers l’avenir. Souligner ces indéniables réalisations n’empêcha pas M. Bùi Thế Giang de mettre en avant les faiblesses de ce processus, en particulier sur le plan du développement durable et à travers le pesant facteur chinois (yếu tố Trung Quốc). Il précisa trois autres limites : la compréhension générale de l’évolution qui n’était pas toujours acquise au sein du PCV, l’évolution de la situation internationale également pas toujours comprise et l’intégration économique au monde pas assez forte (ce que devrait corriger le TPP). Sept tâches importantes (nhiệm vụ lớn) attendent le PCV. Faute d’inattention, je n’en ai relevé que cinq (je m’excuse auprès de l’auteur et des lecteurs) : la rénovation de l’éducation (đổi mới giáo dục), une culture avancée (văn hóa tiên tiến), la garantie de la sécurité sociale et alimentaire (bảo đảm an sinh xã hội), l’exploitation mesurées des ressources naturelles, l’esprit d’indépendance (độc lập), d’autonomie (tự chủ), le multilatéralisme (đa phương). En clair, M. Bùi Thế Giang, en sortant un peu du discours officiel, a insisté sur le fait qu’aucun retour en arrière n’était ni possible ni souhaitable et qu’un nouveau Viêt-Nam pouvait émerger si tous ces défis étaient relevés.

La matinée se termina sur cette note encourageante et positive.

François Guillemot, MàJ 17/03/2016.

Image « à la une » : Sur la route de Dong Nai © 2014 FG.

Les portraits des intervenants sont de Dominique de Miscault

Lire la suite : Troisième atelier : le marxisme-léninisme vietnamien questionné

Colloque « Vietnam : Après le 12e congrès du PCV, rupture ou continuité ? » – 11 mars 2016

[ndlr] Programme définitif.

Colloque

« Vietnam : Après le 12e congrès du PCV, rupture ou continuité ? »

Fondation Gabriel Péri

Vendredi 11 mars 2016

Maison de la chimie, 28 rue Saint-Dominique, 75007 Paris

M° Invalides (ligne 8) ou Assemblée nationale (ligne 12)

 dcsvn-2015-02

Programme

9h        Accueil Café

9h30     Allocutions d’ouverture :

  • S.E.M. Nguyen Ngoc Son, Ambassadeur du Vietnam en France,
  • Michel Maso, Directeur de la Fondation Gabriel Péri.

 9h45 – 11h20 :  Quelle originalité de la politique vietnamienne ? 

Animateur : Daniel Cirera, Secrétaire général du Conseil scientifique de la Fondation Gabriel Péri

  • Claude Blanchemaison, ancien ambassadeur de France au Vietnam
  • Patrice Jorland, ancien diplomate
  • Sylvie Fanchette, géographe, chargée de recherche, HDR, IRD : Les rapports États-paysanneries et les enjeux fonciers
  • Pr DSc Phan Xuân Sơn, Académie nationale de politique Ho Chi Minh, membre du Conseil des études théoriques du Comité central du PCV

11h20 – 13h :  Après le 12e congrès du PCV, quoi de neuf ?

Animateur :  Paul Fromonteil, membre du bureau national de l’association d’amitié franco-vietnamienne

Témoignage : Dominique Bari, journaliste

  • Jean-Philippe Eglinger, ingénieur, chef d’entreprise, enseignant à l’INALCO
  • Pierre Journoud, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier : La politique étrangère du Vietnam avant et après le Congrès.
  • Bùi Thế Giang, Directeur général de la Direction de l’Europe de l’Ouest et de l’Amérique du Nord, Commission des relations extérieures du Comité central du PCV

13h – 14h30 :  Déjeuner

14h30 – 16h30 :   Le PCV, un parti encore marxiste ?

Animateur : Michel Maso, Directeur de la Fondation Gabriel Péri

  • Benoît De Tréglodé, Directeur du programme Asie à l’IRSEM
  • Philippe Delalandeéconomiste, directeur des collections sur l’Asie à l’Harmattan, membre du groupe d’études prospective Asie21-futuribles
  • Hugues Tertrais, fondateur du Centre d’histoire de l’Asie contemporaine, professeur émérite à l’Université de Paris I ‐ Panthéon‐Sorbonne
  • Pr DSc Vũ Minh Giang,  membre du Conseil des études théoriques du Comité central du PCV

16h30 : Conclusion

  • Alain Obadia, Président de la Fondation Gabriel Péri

Entrée libre sur inscription nominative préalable : inscription@gabrielperi.fr (cliquer sur le lien ou envoyer un mail en précisant Inscription Vietnam 11 mars 2016)

Philippe Papin et Laurent Passicousset, Vivre avec les Vietnamiens – CR de lecture par Lauriane Simony

« Ainsi le Vietnam véritable demeure-t-il largement invisible – comme la face cachée de la lune – et par conséquent inconnu de nous » (Préface, p. 16)

Vivre avec les Vietnamiens est le fruit d’un effort conjoint entre Philippe Papin, chercheur spécialisé sur le Vietnam classique, l’épigraphie et la paléographie, et Laurent Passicousset, journaliste et correspondant au Vietnam entre 1992 et 2001. La spécificité de cet ouvrage tient à sa forme : il est composé de quatorze chapitres portant sur des thèmes très divers en lien avec la société vietnamienne contemporaine, tels que la santé, l’éducation, l’influence du Parti unique ou encore les premières tentatives de dissidence de la population vietnamienne. Vivre avec les Vietnamiens est ainsi le résultat d’études de terrain et s’appuie presque exclusivement sur des sources de première main, à savoir des témoignages recueillis auprès de la population locale, des chiffres et statistiques établis par les deux auteurs et des études de cas. L’ouvrage est d’ailleurs basé sur un schéma bien précis : une idée générale est toujours illustrée par quelques exemples fondés sur des témoignages d’individus.

L’objectif premier des deux auteurs en établissant ce panorama de la société vietnamienne au XXIème siècle est de rompre avec les clichés que les Occidentaux peuvent entretenir sur le Vietnam : comme l’explicite la préface, ils se refusent à la fois à toute fascination pour « l’exotisme » du pays et à toute condamnation trop rapide et mal informée du Parti Communiste Vietnamien (PCV). Philippe Papin et Laurent Passicousset entendent donner au lecteur un aperçu du Vietnam réel, ou du moins du Vietnam dont ils ont eux-mêmes fait l’expérience en y séjournant de nombreuses années. D’où la métaphore du spectacle et des coulisses (18) : les auteurs affirment qu’ils ne s’attacheront pas à montrer ce qui se trouve en surface, mais plutôt à dévoiler l’envers du décor et les dynamiques moins évidentes qui se sont mises en place au Vietnam durant ces deux dernières décennies. L’introduction s’ouvre sur une série d’images « clichés » – les images qui nous viennent lorsque l’on pense au Vietnam (napalm, rizières, chapeaux coniques, ao dai) – et se clôt sur un petit lexique ironique du Vietnam établi par les deux auteurs, dans la tradition du Dictionnaire des Idées Reçues de Flaubert. Fortement imprégnés des deux cultures (vietnamienne et française), les auteurs tentent d’adopter une perspective vietnamienne sur les questions qu’ils traitent et de mettre à distance leur héritage occidental. A travers ce livre, il s’agit en quelque sorte, pour eux, de bouleverser notre manière de penser, certains détails qu’ils exploitent entrant très clairement en contradiction avec notre système de pensée et de morale « à l’occidentale ». C’est le cas par exemple du paragraphe sur les « pots-de-vin légaux » (79), deux termes qui nous paraissent tout bonnement inconciliables !

PapinPassicousset_VivreAvecVietnamiensLes deux auteurs se concentrent sur les bouleversements sociaux, politiques et économiques de ces deux dernières décennies, en lien avec ce que l’on a considéré comme l’ouverture du Vietnam à la modernité. Cet ouvrage correspond cependant à une vision fragmentée du Vietnam : la progression se fait par chapitres très divers, pas nécessairement connectés les uns aux autres. Cette fragmentation formelle semble refléter le Vietnam contemporain qui se construit en filigrane à travers les 14 chapitres du livre : Philippe Papin et Laurent Passicousset prennent position contre toute vision uniforme du Vietnam. Au contraire, ils rappellent que le Vietnam est constitué d’une multiplicité d’expériences individuelles et différentes : « L’uniformité des mises et des idées, troublante il y a vingt ans, a laissé place à une diversité d’aspects et d’opinions qui se constate tous les jours » (18). C’est pourquoi ils n’ont de cesse de souligner que les paroles de chaque individu cité dans l’ouvrage ne peuvent être généralisées pour devenir représentatives du Vietnam dans son ensemble : « Tout est question d’individus » (27). Dès l’introduction, ils soulignent l’existence (certes encore peu visible) de certaines attitudes de dissidence – et c’est ce qu’ils illustrent, à travers l’examen de situations personnelles bien précises. Le dernier chapitre est d’ailleurs entièrement consacré à la naissance de la dissidence au Vietnam, notamment par le biais d’internet : « si on ne lisait pas ces blogs, comment entendrait-on les voix individuelles et parfois discordantes du Vietnam ? » (347). L’intérêt de l’ouvrage tient ainsi au choix des thématiques, toutes plus contemporaines les unes que les autres – exception faite du chapitre 4 qui offre au lecteur une perspective historique en examinant les héritages du Communisme et le tournant de 1975.

On peut à première vue s’étonner de la forme que prend l’ouvrage. Le premier chapitre s’ouvre sur le récit d’une anecdote personnelle et évoque ainsi un roman à la première personne : « Nous sommes dans une ville moyenne de la région centrale du Vietnam […] » (21). Il s’agirait presque ici de provocation : le début de l’ouvrage se centre sur un endroit peu connu du Vietnam, loin des centres dynamiques que sont Hô-Chi-Minh-Ville et Hanoi. Ce choix d’un lieu secondaire à dominance rurale comme toile de fond au récit de leurs premières aventures permet aux auteurs de rappeler que le Vietnam est riche avant tout de sa civilisation rurale, et beaucoup moins de sa culture urbaine : ils affirment que c’est à la campagne que se trouvent les richesses culturelles du Vietnam. Papin et Passicousset ont privilégié une base scientifique à leurs recherches à travers, comme je l’ai déjà suggéré, des études de cas et des données chiffrées. Par exemple, au chapitre 3, qui concerne le système éducatif vietnamien, les deux auteurs développent plusieurs études de cas pour illustrer leur propos : ils examinent successivement les cas du collège et lycée privé Nguyên Khuyên (64) et de la maternelle International Stars (68) à Hô-Chi-Minh-Ville pour dégager les caractéristiques de l’enseignement privé dans le pays. En outre, des chiffres très précis sont donnés, comme l’évolution du coût des frais d’inscription entre 2009 et 2015 ou encore la part de l’éducation dans le budget global de l’Etat (75). Leur démarche est également fondée sur la confrontation entre différents points de vue : sur le thème de l’éducation, les deux auteurs attachent ainsi autant d’importance aux expériences des parents d’élèves qu’à celles des professeurs (80).

Malgré l’aspect décousu des chapitres, un fil conducteur traverse l’ouvrage de part en part : il s’agit du Parti Communiste Vietnamien qui possède une emprise énorme sur tous les aspects de la vie des citoyens vietnamiens. Mis à part le chapitre 7 (« Hiên, un cas ordinaire d’adhésion au Parti ») qui porte précisément sur le PCV, le Parti Unique est évoqué de manière plus insidieuse à travers par exemple les affiches de propagande omniprésentes au premier chapitre. C’est ainsi que l’on se rend compte que les auteurs, en dépit de l’objectivité affirmée de leurs informations, prennent position dans cet ouvrage – ne serait-ce qu’en sélectionnant les témoignages qu’ils ont choisi d’inclure ici. Ils l’affirment d’ailleurs à demi-mot en se présentant comme investis d’une mission : une amie à eux leur demande, alors qu’ils hésitent à formuler des critiques contre le régime vietnamien, « Si ce n’est pas vous qui le dites, ce sera qui ? » (20). Mais les critiques restent la plupart du temps discrètes, comme au second chapitre où l’incompétence de l’Etat ne transparaît qu’en étant confrontée aux crises climatiques ayant touché le Vietnam ou au chapitre 6 intitulé « La main graisseuse des fonctionnaires » où l’ironie est le mode dominant. Enfin, par moment, les critiques sont sans appel, comme en ce qui concerne l’éducation – sujet très certainement cher aux deux auteurs : ils ne prennent pas de pincettes pour évoquer un système fondé sur un « empilement de connaissances » (70) et une « pédagogie abrutissante du ‘par cœur’, de la répétition et de la discipline » (72).

Si la richesse de cet ouvrage tient à la diversité des sujets traités et du style des auteurs qui en fait un véritable objet littéraire, on ne peut passer outre un problème majeur, à savoir le choix des auteurs de respecter l’anonymat des sources citées. Certes, dans le contexte d’un régime politique surveillant de près les paroles de ses citoyens, on comprend bien la nécessité pour les auteurs de protéger ceux qui ont accepté de témoigner pour l’ouvrage. Mais on regrette que d’autres sources plus « solides » ne soient pas mises à profit et surtout mentionnées, telles que des archives ou des études scientifiques menées par des chercheurs vietnamiens ou européens. Les différents lieux où les deux auteurs se rendent ne sont pas toujours clairs également, ce qui rend la lecture quelque peu frustrante : dans le premier chapitre par exemple, le nom de la ville où ils se trouvent est tu. Cette ville-mystère, ou « ville comme les autres » (23) devient un prétexte pour en faire la représentation de toutes les villes moyennes du pays, où des expériences similaires peuvent être vécues – tout ceci semble contraire à la démarche que Philippe Papin et Laurent Passicousset viennent d’exposer en introduction, à savoir le refus de la généralisation.

J’avoue avoir été un peu surprise au départ par le côté très éclectique des thèmes abordés dans les différents chapitres : on passe de la menace des typhons au système éducatif du pays et de la question immobilière à la religion sans vraiment comprendre le lien entre ces sujets. Mais rétrospectivement, on se rend compte qu’un panel très large de thématiques a finalement été couvert grâce à cette démarche privilégiant l’aléatoire : comme je l’ai déjà évoqué, ceci pourrait marquer la volonté des auteurs de rendre compte formellement d’une diversité d’expériences individuelles et de la fragmentation contemporaine du Vietnam liée aux bouleversements socio-économiques du pays. On constate finalement que c’est peut-être moins les vies des Vietnamiens d’aujourd’hui que les auteurs cherchent à illustrer dans cet ouvrage que leur propre expérience aux côtés des Vietnamiens. Le point de vue qu’ils adoptent est très personnel et parfois même touchant : « Voilà l’un des Vietnam que nous aimons : vif, drôle, touchant, hospitalier et un peu décalé » (33). S’ils semblent parfois se complaire dans la description de leurs aventures – on pense notamment au ton héroïque qu’ils adoptent au deuxième chapitre, pour évoquer un danger omniprésent : « Jusqu’au soir du départ, des amies attentionnées ont tenté de nous dissuader d’entreprendre le voyage » (45) – ils font preuve de beaucoup d’humour et d’autodérision afin de donner une tonalité légère à un ouvrage traitant de sujets graves, comme lorsqu’ils évoquent les jeux de mots permis par le fonctionnement de la langue vietnamienne et employés pour se moquer discrètement du régime (chapitre 13). Ils constatent d’ailleurs eux-mêmes, dans leur petit lexique final, l’ambigüité de leur propos : « VIETNAM : Ceux qui en parlent le plus nous apprennent peu sur le pays, mais beaucoup sur eux-mêmes. Il n’est pas dit que les auteurs de cet ouvrage aient échappé à ce travers ». (372)

* * *

Ainsi, Vivre avec les Vietnamiens témoigne de l’affection que portent Philippe Papin et Laurent Passicousset pour un pays où ils ont vécu durant de nombreuses années et qu’ils ont sillonné en long, en large, et en travers. En offrant un panorama des problématiques contemporaines qui se posent lorsque l’on aborde le Vietnam, les deux auteurs rendent compte des bouleversements qu’a connu le pays ces deux dernières décennies du fait notamment de son ouverture économique, tout en cherchant à renverser le regard du lecteur sur un pays trop souvent mal connu et que l’on réduit à quelques idées reçues. Et les deux auteurs de conclure : « C’est cet exotisme que nous avons voulu dissiper tout au long de cet ouvrage, tâchant de conjuguer au pluriel le Vietnam, ses habitants, ses régions, ses manières de voir, nous efforçant aussi de ne pas sombrer dans le catalogue des vices et des vertus nationales. Nos amis du Vietnam ne sont pas comme ceci ou comme cela, immobiles, en bloc, invariables. Ils sont comme tout le monde, divers, mélangés, changeants et, par-dessus tout, irréductibles à ces petites phrases toutes faites que l’on entend trop souvent, y compris dans leurs bouches parfois, et qui les diminuent » (370). La diversité des expériences individuelles évoquées rappelle que le Vietnam est pluriel et ne peut être réduit à l’image simplifiée que nous en avons – pari tenu pour Vivre avec les Vietnamiens.

 Lauriane Simony, juillet 2015.

  • Réf. Papin, Philippe & Passicousset, Laurent, Vivre avec les Vietnamiens, Paris, L’Archipel, coll. Des hommes et des pays, 2010, 372 p.

Lauriane Simony est actuellement élève de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon en double cursus Etudes Anglophones et ASIOC (Asie orientale contemporaine). Ses dernières recherches ont concerné les relations diplomatiques entre la Grande-Bretagne et la Birmanie après la décolonisation. L’année prochaine, ses recherches porteront sur l’occupation japonaise en Birmanie durant la Seconde Guerre mondiale.

 

Vietnam’s Socialist Servants: Domesticity, Class, Gender, and Identity by Minh T. N. Nguyen

MinhTN_Nguyen_VietnamsSocialistServants[ndlr] Nouvelle publication à paraître. Présentation de l’éditeur.

Since Vietnam introduced economic reforms in the mid-1980s, domestic service has become an established sector of the labour market, and domestic workers have become indispensable to urban life in the rapidly changing country. This book analyzes the ways in which the practices and discourses of domestic service serve to forge and contest emerging class identities in post-reform Vietnam. Drawing on a rich and diverse range of qualitative data, including ethnographies, interviews, and narratives, it shows that such practices and discourses are rooted in cultural notions of gender and rural-urban difference and enduring socialist structures of feeling, which, in turn, clash with the realities of growing differentiation. Domestic workers’ experiences reveal negotiations with class boundaries actively set by the urban middle class, who seek distinction through emerging notions and practices of domesticity. These boundaries are nevertheless riddled with gender and class anxiety on the side of the latter, partly because of the very struggles and contestations of the domestic workers. More broadly, Minh T. N. Nguyen links the often invisible intimate dynamics of class formation in the domestic sphere with wider political economic processes in a post-socialist country embarking on marketization while retaining the political control of a party-state.

As a pioneering ethnographic study of domestic service in Vietnam today, this book will be of great interest to students and scholars of Southeast Asian culture & society, social anthropology, gender studies, human geography and development studies.

Contents:

1. Introduction / 2. Live In, Live Out, Live In the Middle of Nowhere: Labour Regimes and Market Structure / 3. Power at Work: Between Harmony and Hierarchy / 4. Unruly Servants, Erotic Bodies and Cultural Delinquents: The Representation of Domestic Service / 5. Needs, Consumption, and Domestic Service / 6. Between Work and Home: Boundaries, Connections and Gendered Expectations Chapter / 7. Narrating Identity: the Power and Limits of Individual Life Choice / 8. Domesticity, Gender, Class, and Identity.

Minh T. N. Nguyen is a post-doctoral Research Fellow at the Max Planck Institute for Social Anthropology, Germany.

Réf.: Minh T. N. Nguyen, Vietnam’s Socialist Servants. Domesticity, Class, Gender, and Identity, Routledge, Asia’s Transformations, 2014.

Source : Routledge.