Archives par mot-clé : démocratie

Elections cambodgiennes : les signes d’un changement en marche

Le Cambodge organisait ce dimanche 28 juillet les cinquièmes élections législatives depuis 1993 avec huit partis politiques en lice [1]. Le résultat ne s’est pas fait attendre et l’issue du scrutin était largement prévisible. Le Parti du peuple cambodgien (ou Parti populaire cambodgien, PPC) dirigé par Hun Sen, l’actuel Premier ministre et homme fort du pays, a d’ores et déjà revendiqué sa victoire aux élections.

Ouverture des urnes le 28 juillet 2013 dans un bureau de vote à Phnom Penh © 2013 Tang Chhin Sothy - AFP
Ouverture des urnes le 28 juillet 2013 dans un bureau de vote à Phnom Penh
© 2013 Tang Chhin Sothy – AFP

Avant même la proclamation officielle des résultats définitifs par la Commission électorale nationale, le parti au pouvoir annonçait avoir remporté 68 sièges contre 55 à l’opposition sur un ensemble de 123 [2]. Cependant, cette victoire qui n’est en rien une surprise, compte tenu des irrégularités et des intimidations dénoncées par l’opposition, est incontestablement une victoire pour le camp de Sam Rainsy, le principal concurrent de Hun Sen. Le Parti du sauvetage national du Cambodge (PSNC) et les autres formations de l’opposition, ont pu  reprendre 35 sièges au PPC, ce qui peut se comprendre comme une « défaite pour le pouvoir » et « un revers pour Hun Sen » [3]. En effet, alors que le PPC confortait sa place au parlement au fil des différentes élections législatives depuis 1993 – 1993 (51 sièges), 1998 (64 sièges), 2003 (73 sièges) et 2008 (90 sièges) [4] -, l’annonce de 68 sièges sonne comme un recul sans précédent pour le parti au pouvoir.

PPC1993-2013

1993-2013 : Ascension et déclin du PPC (Parti populaire cambodgien)

Sigle politique du PPC
Sigle politique du PPC

Fortement contesté ces dernières années pour sa gestion économique du pays, Hun Sen conserve néanmoins le pouvoir qu’il détient depuis 1985. L’homme fort du Cambodge a sans doute beaucoup œuvré pour redresser le Cambodge depuis la chute des Khmers rouges en 1979 mais il a, au fil du temps, mis en place une solide oligarchie, incarnée notamment par ses trois enfants et une garde rapprochée issue du PPC, qui devrait lui succéder le jour venu. Outre la brûlante question foncière et celle des inégalités sociales, c’est d’ailleurs le problème clé de la démocratie qui est mis en avant par l’opposition. Celle-ci reproche régulièrement au pouvoir les violations des droits de l’homme, la corruption, les brutalités policières et réclame l’avènement d’une « véritable démocratie » contre la « dynastie » politique de Hun Sen [5].

Sur ce sujet, il est bien difficile de s’avancer car l’histoire récente du pays nous rappelle que l’avènement d’une démocratie dans ce pays est un sérieux défi à relever. L’historien Henri Locard, professeur à l’Université royale de Phnom Penh, soulignait dans Pourquoi les Khmers rouges cette vérité : « Malgré trois tentatives à l’époque contemporaine d’établir les prémisses d’un Etat de droit, le Cambodge n’a jamais été vraiment une démocratie » [6]. Dans la même veine, il rappelait sur les antennes de RFI : « Le Cambodge a toujours connu un régime de parti unique, sauf entre 1947 et 1955 » [7].

HunSenHero
Hun Sen en « héros du modèle cambodgien de réconciliation nationale » tel que dépeint dans le International Herald Tribune (22-23 June 2013).

Pourtant, il semble bien que quelque chose ait changé avec le scrutin du 28 juillet. Tout d’abord le rapport de force n’est plus le même. Avec 55 sièges l’opposition doit être prise au sérieux et constitue de fait une opposition parlementaire conséquente. Ensuite, la peur n’est plus de mise comme pendant les décennies précédentes. Stéphanie Gée, correspondante de presse au Cambodge, faisait savoir par la voix de quelques témoins choisis que les sigles de l’opposition étaient désormais fièrement exhibés et non plus cachés comme auparavant, que la campagne électorale fut moins violente que par le passé et que la jeunesse s’est fortement mobilisée pour le changement [8]. D’autre part, chacun peut être témoin de la capacité de mobilisation populaire de l’opposition. Le retour de Sam Rainsy dans son pays le 19 juillet dernier a été acclamé par une foule en liesse de plusieurs centaines de milliers de partisans [9].

Deux grandes questions traversent néanmoins l’avènement de cette opposition unie contre Hun Sen. La première est une question identitaire souvent véhiculée et promue par l’opposition parfois de façon crue, voire xénophobe. Car Hun Sen, l’homme à abattre, incarne à lui seul deux défauts majeurs qui cristallise la haine de l’opposition : c’est un ancien Khmer rouge, ce que l’on oublie souvent, et c’est l’homme des Vietnamiens, les voisins honnis de tous mouvements nationalistes cambodgiens.

La seconde question est le défi du passage à la démocratie dans un pays miné par la corruption, le chômage des jeunes, les pratiques politiques ou sociales violentes et les inégalités croissantes. Les deux visages antagonistes de la rue politique cambodgienne se sont dévoilés cette fin de semaine comme le souligne Stéphanie Gée :

La campagne électorale s’est achevée vendredi dans une ambiance festive, marquée par le contraste entre les cortèges du parti au pouvoir et ceux de l’opposition. D’un côté, les supporters du PPC, portant l’uniforme du parti, défilent en rangs ordonnés, à la manière de milices, le sourire en plus. On prône la paix, le développement des infrastructures et les bonnes performances économiques du pays. De l’autre, les foules bigarrées de partisans du CNRP [PSNC], indisciplinées, déambulent dans une ambiance de kermesse. On réclame de meilleures conditions de vie, on condamne la corruption rampante [10].

Ces deux visages sont celui du Cambodge actuel, un pays coincé entre une volonté d’ouverture et de détente politique et la lutte pour le maintient d’une élite politique autrefois formée à Hanoi et qui entend désormais partager avec son voisin de l’Est les fruits d’une expansion économique dans le dos du peuple cambodgien. Hun Sen n’a d’ailleurs pas fait mystère de ses intentions politiques en annonçant quelques semaines avant le scrutin qu’il comptait rester au pouvoir dix années de plus. Âgé de soixante et un ans (il serait né en 1951 ou 1952), l’homme reste en effet un des plus jeunes de la classe politique cambodgienne mais également l’un des plus anciens dirigeants d’Asie avec ses 28 ans au pouvoir.

Entre le désir de se maintenir envers et contre tous et répondre aux nouvelles aspirations de la jeunesse pour la démocratie, représentative d’une certaine modernité politique au Cambodge, il faudra donc choisir. Le danger réside in fine dans le retour de la violence si ces nouvelles aspirations ne sont pas entendues ou, pire, si elles sont délibérément bafouées comme par le passé. L’enjeu est aussi de taille pour l’opposition. Capitaliser cette volonté de changement, l’organiser, la défendre pour se poser en alternative viable sans pour autant verser dans la xénophobie antivietnamienne [11]. Pour l’heure, elle dénonce le résultat d’un scrutin marqué par « un grand nombre d’irrégularités sérieuses » [12].  A n’en pas douter, le Cambodge est avide de changer d’époque.

François Guillemot, 29/07/2013. Mis à jour le 30/07/2013.

Notes

[1] Ouverture des 5es élections législatives au Cambodge, Vietnam +, 28/07/2013. L’information est reprise mot pour mot par l’agence chinoise Xinhua sur le site du Quotidien du peuple en ligne (29/07/2013).

[2] Cambodge : l’opposition revendique la victoire… puis se rétracte, Le Monde, 28/07/2013.

[3] Cambodge: forte poussée de l’opposition, mais le PPC resterait majoritaire, RFI, 28/07/2013.

[4] Elections au Cambodge, Wikipedia, consulté le 28/07/2013.

[5] Au Cambodge, une dynastie politique en construction, La République du Centre, avec AFP, 25/07/2013. Voir aussi : [brève Courrier International] Cambodge : Vers une dynastie politique ?, à lire sur Mémoires d’Indochine, 26/02/2013.

[6] Henri Locard, Pourquoi les Khmers rouges, Paris, Vendémiaire, 2013, p. 13.

[7] RFI, 27/07/2013.

[8] Stéphanie Gée, Cambodge: le scrutin d’une nouvelle ère politique ?, L’Express, 28/07/2013.

[9] Voir Elections cambodgiennes : le retour d’exil de Sam Rainsy, nouvelle donne ?, Mémoires d’Indochine, 21/07/2013.

[10] Stéphanie Gée, Cambodge: le scrutin d’une nouvelle ère politique ?, art. cit.

[11] Voir par exemple, ce que déclarait fin mai 2013 le plus proche collaborateur de Sam Rainsy sur le camp S21 : Kem Sokha Says S-21 Was Vietnamese Conspiracy [The Cambodia Daily].

[12] Cambodge : l’opposition refuse le résultat des législatives, Le Monde, 29/07/2013. Voir aussi : Stéphanie Gée, Législatives au Cambodge: l’opposition demande une enquête sur les irrégularités qu’elle dénonce, RFI, 29/07/2013.

* * *

Logo du CNRP (source : http://cnrp-media.blogspot.fr/)
Logo du CNRP (source : http://cnrp-media.blogspot.fr/)

ANNEXES

Répartition des sièges à l’Assemblée nationale du Cambodge 1993-2013

ElectionsCambodge1993Valeurs : Funcinpec 58 sièges (48%) – PPC 51 (43%) – PLDB 10 (8%) – Molinaka 1 (1%)

ElectionsCambodge1998Valeurs : PPC 64 sièges (53%) – Funcinpec 43 (35%) – PSR 15 (12%)

ElectionsCambodge2003Valeurs : PPC 73 sièges (59%) – Funcinpec 26 (21%) – PSR 24 (20%)

ElectionsCambodge2008Valeurs : PPC 90 sièges (73%) – PSR 26 (21%) – PDH 3 (2%) – Funcinpec 2 (2%) – PNR 2 (2%)

ElectionsCambodge2013Valeurs : PPC 68 sièges  (55%) – PSNC 55 (45%)

© 2013 Mémoires d’Indochine

* * *

Liste des partis politiques bénéficiant de sièges à l’Assemblée nationale du Cambodge (1993-2013) – Source Wikipedia

Elections cambodgiennes : le retour d’exil de Sam Rainsy, nouvelle donne ?

[ndlr] Tous les commentateurs s’accordent sur ce point : le retour de Sam Rainsy, le principal opposant politique à Hun Sen, après quatre années d’exil en France pourrait changer la donne lors des élections législatives du 28 juillet prochain.

Son arrivée à Phnom Penh fut acclamée par des milliers de gens en liesse. Cette nouvelle a surtout revigoré les partisans de son parti le Cambodia National Rescue Party (CNRP) ou Parti du Salut national du Cambodge (ou Parti du Sauvetage national) qui croit désormais à la possibilité d’accéder au pouvoir. Sam Rainsy lui-même se présente comme seule réelle alternative démocratique viable à Hun Sen et, cultivant cette image d’homme providentiel, en appelle à « sauver » le Cambodge. A peine rentré dans son pays, il revendique son droit de participer à l’élection sur les terres de son rival dans le sud du pays. L’enjeu est particulièrement important pour ce pays qui émerge difficilement sur le plan économique et qui reste miné par la corruption et les inégalités sociales.

« Pour la première fois dans l’histoire du Cambodge moderne, il y a une opposition démocratique unie et cela change la donne. C’est une des conditions sine qua non pour faire tomber les régimes dictatoriaux et cela réveille les espoirs« . Sam Rainsy lors d’un entretien accordé à L’Express le 18 juillet 2013 (voir plus bas).

SamRainsyReturn

Sam Rainsy de retour au Cambodge est acclamé par une foule de partisans
© 2013 Reuters/Samrang Pring

A lire :

Au Cambodge, des élections auront lieu dans une semaine. Le principal parti de l’opposition, le Parti du sauvetage du Cambodge (CNRP), rêve d’une alternance politique. Ce dimanche 21 juillet, son chef Sam Rainsy, fraîchement gracié et de retour au pays, a demandé à la commission électorale le droit de se présenter. Lire la suite…

C’est un jour important pour le Cambodge. Le chef de l’opposition Sam Rainsy a atterri ce vendredi matin à Phnom Penh, après trois ans d’exil à Paris. Le leader du parti d’opposition pourrait être le futur Premier ministre s’il arrive à se présenter aux élections du 28 juillet. Lire la suite…

Après bientôt quatre ans d’exil volontaire, le leader de l’opposition Sam Rainsy a fait son grand retour au Cambodge ce vendredi 19 juillet, soit dix jours avant la tenue des élections législatives. A la faveur d’un récent pardon royal qu’a sollicité pour lui le puissant Premier ministre Hun Sen, le principal opposant revient en homme libre, échappant ainsi à une condamnation à onze ans de prison. Une rentrée au pays saluée dans la liesse par une foule nombreuse de militants. Lire la suite…

Des dizaines de milliers de partisans ont salué vendredi le retour d’exil du chef de l’opposition cambodgienne Sam Rainsy, gracié par le roi alors que son parti espère mettre fin à près de trente années de pouvoir du Premier ministre. «Je suis très heureux. Je suis revenu pour sauver la nation, avec vous tous», a déclaré Rainsy à son arrivée, embrassant le sol à l’aéroport. Lire la suite…

* * *

Thụy Khuê: Nhân Văn Giai Phẩm và vấn đề Nguyễn Ái Quốc [online]

NhanVanGiaiPham

Thụy Khuê, Nhân Văn Gai Phẩm và vấn đề Nguyễn Ái Quốc. Biên khảo, Falls Church, VA, Nxb Tiếng Quê Hương, 2012, 976 p. (25 chapitres, 4 entretiens en annexe, illustrations, bibliographie pp. 959-969).

L’ouvrage de la journaliste, écrivaine et critique littéraire Thuy Khue sur le mouvement Humanisme & Belles Œuvres est désormais en ligne.

Cet essai majeur sur le célèbre mouvement intellectuel qui secoua la RDVN dans les années cinquante au sortir de la guerre d’Indochine regorge de détails intéressants sur les parcours des acteurs et le contexte politique. L’ouvrage est le résultat d’un travail de longue haleine qui débuta en 1984. Il se présente sous la forme d’une série d’articles consacrés à l’histoire du mouvement, à son origine, à son impact, à son contexte (chapitres 1 à 7), agrémenté de chapitres biographiques (8 à 14 puis 16, 21, 23) sur les personnalités de premier plan comme Nguyen Huu Dang, Le Dat, Tran Dan, Nguyen Manh Tuong, Phan Khoi ou Thuy An. Comme l’indique le titre, le parcours de Nguyen Ai Quoc (futur Ho Chi Minh) en France est interrogé à travers une véritable enquête qui confronte les sources (chap. 16 à 19).

L’originalité de cette publication en ligne réside dans la mise à jour que l’auteure met en pratique. La version livre publiée en 2012 chez Tieng Que Huong en Virginie est désormais complétée par des documents fournis par le poète Hoang Cam en novembre 2012. Notez que l’on peut également télécharger la dernière mise à jour de mars 2013 directement sur le site de Thuy Khue. Pour résumer brièvement, l’ouvrage est d’une lecture passionnante, il se fonde sur une enquête minutieuse qui permet à l’auteure de proposer son analyse tranchée. En outre, à travers plusieurs chapitres clés (6, 15, 20, 24, 25), il se révèle être une contribution importante à la compréhension de l’émergence du combat des intellectuels et d’une pensée démocratique dans le Viêt-Nam colonisé puis « communisé ».

FG, 18/06/2013.

Lien pour accéder à l’ouvrage en ligne :

Thụy Khuê : Nhân Văn Giai Phẩm và vấn đề Nguyễn Ái Quốc

PDF en ligne sur Viet Nam Van Hien.net (version 01-1212)

Phan Chau Trinh and His Political Writings – edited and translated by Vinh Sinh [2009]

[ndlr] Pour accompagner notre billet biographique sur Phan Chau Trinh, il convenait de rappeler l’excellent travail d’édition et de traduction du professeur Vinh Sinh pour faire connaître au public occidental la pensée du grand lettré moderniste.

Phan Chau Trinh (1872-1926) was the earliest proponent of democracy and popular rights in Vietnam. Throughout his life, he favored a moderate approach to political change and advised the country’s leaders to seek gradual progress for Vietnam within the French colonial system. Unlike many of his contemporaries, he did not favor anti-French military alliances or insurgent military resistance, arguing that « to depend on foreign help is foolish and to resort to violence is self-destructive. »

As a result of his exposure to Chinese reformist literature, Phan Chau Trinh assigned top priority to promoting democracy and human rights and to improving Vietnamese people’s lives. He believed that true independence could only be achieved by changing the Vietnamese political culture, and he articulated penetrating criticism of the corruption and superficiality of Vietnam’s officials. His emphasis on changing the fundamental values governing the ruling class’s behavior, as well as his skepticism regarding anticolonial resistance, set Phan Chau Trinh apart from his contemporaries and mark him as a true revolutionary. Vinh Sinh’s masterly introduction to Phan Chau Trinh’s essays illuminate both this turbulent era and the courageous intelligence of the author.

Sinh Vinh is a Professor in the Department of History and Classics at the University of Alberta. (source : Cornell University Press)

Réf. : Phan Chau Trinh (auteur), Vinh Sinh (editeur et traducteur), Phan Chau Trinh and His Political Writings, Ithaca, New York, Southeast Asia Program Publications, Cornell University, 2009, 152 p.

L’affaire de la refonte de la constitution vietnamienne : Fin de Parti ou fin de partie ?

NguyenDacKienA en croire les différentes initiatives citoyennes appelant au multipartisme et à la démocratie, le monopole du Parti communiste du Viêt-Nam (PCV) est de plus en plus fortement contesté. Fait assez nouveau, cette contestation est désormais publique et ostentatoire. Depuis la création du Bloc pro-démocratie en 2006, le nombre de citoyens autodéclarés en dissidence avec l’Etat-Parti n’a fait que progresser malgré les campagnes de répression politique de ces dernières années. Ceci démontre les limites de la répression et offre de surcroît à la RSVN un visage rétrograde à l’image des régimes finissants de l’Europe de l’Est des années 90. En Asie du Sud-Est, le Myanmar a bien compris les avantages que pouvaient apporter un retour de la démocratie et même s’il y a encore beaucoup à faire le chemin est tracé. Or, le Viêt-Nam semble devoir amorcer un virage avec un clivage aujourd’hui flagrant entre le pouvoir communiste et le peuple vietnamien. Paysans expropriés en colère, intellectuels bâillonnés ayant décidé de rompre le silence, blogueurs déconstructeurs des discours officiels, une partie de l’élite citadine et de la paysannerie pauvre est entrée en fronde sans parler des milieux bouddhistes ou catholiques étroitement encadrés depuis 1975.

Fin de Parti…

HienPhap1992Au mois de novembre 2012, l’Assemblée nationale vietnamienne, par la décision n° 38/2012/QH13, proposait une refonte de la constitution vietnamienne actuelle [1]. Un Comité officiel, validé par le PCV, chargé de récolter les avis de la population fut mis sur pied le 2 janvier 2013 [2]. Dès la diffusion de cette nouvelle, très encadrée et présentée dans la forme la plus habituelle du régime, des intellectuels renommés et des citoyens concernés se sont mis au travail pour proposer une alternative à la constitution actuelle. Deux mois après, les autorités ont pu recueillir les précieux avis qui dépassent à n’en pas douter les résultats escomptés. En effet, le message principal de la consultation populaire pour amender et réviser la constitution de 1992 (déjà amendée en 2001) peut se résumer en cette nouvelle assertion : nous ne voulons plus du monopole du parti. C’est l’objet de la demande de l’abrogation de l’article 4 de la Constitution actuelle qui stipule : « le Parti communiste vietnamien (…) est la force dirigeante de l’Etat et de la société » [3]. Le projet d’abolition pur et simple de cet article n’est pas nouveau et a été défendu par la dissidence depuis des années mais il s’est toujours heurté à une vive opposition du pouvoir en place. En 2007, sur cette question brulante, l’ancien Président de la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN), Nguyen Minh Triet, avait répondu que cela équivalait à un suicide « tự sát » pour le parti [4].

Reprenons ici le fil chronologique de cette affaire. Le 19 janvier 2013, une « Requête pour une refonte de la Constitution » était mise en ligne sur internet (site Bauxite Viêt Nam) pour exprimer l’avis d’un groupe de 72 intellectuels, anciens responsables politiques ou personnalités de la hiérarchie catholique [5]. Cette requête prend à contrepied le projet gouvernemental sur plusieurs points. Elle affirme la nécessité d’un certain nombre de changements radicaux pour que la nouvelle constitution soit crédible et conforme à la volonté du peuple. Outre l’abrogation de l’article 4, le texte aborde la question de la propriété collective de la terre, une « invention soviétique » que les précédentes constitutions de 1946 et de 1959 ne mentionnaient pas. Il s’agit de revenir donc à une forme de propriété privée préexistante à des époques différentes au Nord comme au Sud avant 1975. Le troisième point tout aussi important concerne la neutralité de l’armée et des appareils de contrôle, des « forces armées populaires » (lực lượng vũ trang nhân dân) vis-à-vis du pouvoir. Il s’agit en clair de dépolitiser l’armée et la police qui ne doivent en aucun cas servir les intérêts d’un parti politique quel qu’il soit. Et ce point prend à contresens le projet de l’article 70 (visant à compléter l’article 45 de la constitution actuelle) qui affecte ce rôle de protection et de fidélité au PCV seul [6]. La revue en ligne Eglises d’Asie a parfaitement résumé dans les grandes lignes les changements préconisés :

La requête contient sept propositions d’amendements, dont certains remettent en cause les fondements du régime actuel. Dans le nouveau texte constitutionnel proposé, on ne retrouve plus l’article 4 de l’actuelle Constitution présentant le Parti communiste comme la force dirigeante du système politique et de la société. Il devient une organisation politique comme les autres, soumise à l’épreuve des élections et ne possédant aucun privilège sur les autres. C’est le peuple qui désormais détient la souveraineté. La propriété du peuple tout entier (c’est-à-dire, concrètement, l’Etat) sur les terres est, elle aussi, mise en cause. Les droits de l’homme sont énumérés et définis. Le régime institué par le nouveau texte serait une république de type présidentiel [7].

La requête rencontra rapidement un immense succès avec, lors de sa soumission officielle le 3 février 2013, au comité de l’Assemblée nationale chargé de relever les avis, plus de 2500 signataires et l’adhésion de la Fédération des étudiants catholiques du Vietnam [8]. Elle continue de recueillir des centaines de signatures.

GauUngHo
La jeunesse mobilise ses avatars : vu sur le blog Dân Luận.

L’affaire a pris un nouveau tournant lorsque le 26 février 2013 le journaliste hanoïen Nguyen Dac Kien fut forcé de quitter la rédaction du journal Gia đình & Xã hội (Famille et Société) à la suite d’un article critique vis-à-vis du Secrétaire général du PCV Nguyen Phu Trong [9]. En effet, ce dernier soulignait, plutôt timidement d’ailleurs, les « Points de vue politiques dégradés » proposés pour réformer la constitution [10]. Cette opinion maladroitement divulguée laisse entrevoir que la consultation populaire n’a en réalité aucun sens. Elle souleva des protestations et des interrogations sur les objectifs réels du pouvoir (voir plus bas). Courageusement, le journaliste Nguyen Dac Kien avait exprimé, en cinq points, un certain nombre d’idées partagées par de nombreux blogueurs et citoyens sur ce qu’il considérait comme nécessaire pour sortir le pays de l’impasse politique. Nous reproduisons ci-dessous ces propositions révolutionnaires traduites en français sur le blog Dân Làm Báo :

1. Nous voulons non seulement supprimer l’article 4 de la Constitution, mais aussi organiser un Congrès constitutionnel pour établir une nouvelle Constitution; celle qui reflèterait la vraie volonté de l’ensemble du peuple vietnamien, et non pas la volonté du Parti communiste telle que défend la Constitution actuelle.

2. Nous soutenons le pluralisme, le multipartisme, et tous les partis politiques qui se concurrencent loyalement pour la liberté, la démocratie, la paix et le progrès du peuple vietnamien. Aucun parti politique, quelque que soit le statut, n’aura le droit de manipuler notre nation par le totalitarisme.

3. Nous soutenons la création d’un Etat fondé non seulement sur la séparation des pouvoirs (séparation du législatif, de l’exécutif et du judiciaire), mais aussi sur la décentralisation du pouvoir gouvernemental, c’est-à-dire un système qui augmente l’autonomie des régions et établit des administrations locales fortes. Nous soutenons la suppression de grandes entreprises nationales (ou entreprises soutenues par l’État) ainsi que celle des institutions publiques qui emploient improprement le budget national, qui détournent les biens collectifs, et qui détruisent la confiance, l’esprit et la solidarité du peuple vietnamien.

4. Nous soutenons l’apolitisme de l’armée. L’existence de l’armée a pour but de protéger le peuple et la patrie, de défendre la souveraineté nationale, et non pas de servir n’importe quel parti politique.

5. Nous affirmons avoir le droit de faire la déclaration ci-présente, et que tous les autres vietnamiens possèdent le même droit. Nous sommes en train d’appliquer les droits fondamentaux de l’homme qu’il s’agisse de la liberté d’expression et la liberté de pensée. Ces droits sont acquis par chaque être humain à la naissance; ils sont reconnus et respectés par le peuple vietnamien; Ces droits n’ont pas été octroyés par le Parti Communiste Vietnamien, par conséquent, ce dernier n’a en aucun cas le droit de nous en déposséder, ni d’en juger. De ce fait, nous considérons que tous les jugements et accusations à notre égard sont des diffamations. Et nous croyons que ceux qui s’opposent à ces droits de l’homme s’opposent aussi aux intérêts nationaux et au progrès de l’humanité. [11].

Cette véritable déclaration politique a suscité une troisième initiative citoyenne intitulée « Déclaration des ces citoyens libres » [12]. Elle s’est affichée sur la toile sous la forme d’une pétition en ligne en reprenant mots pour mots la missive du journaliste expulsé (ci-dessus, le « je » de Nguyen Dac Kien étant remplacé par le « nous » des citoyens libres). La première phrase de ce nouvel appel est un signe de solidarité : « Nous, les premiers signataires du texte qui suit, nous dressons aux côtés du journaliste Nguyen Dac Kien et appelons les autres citoyens à déclarer avec nous » les cinq mesures phares avancées par le jeune journaliste [13]. Voici donc l’essentiel de ce qui s’est dit dans le premier volet de cette affaire.

… ou fin de partie ?

Hienphap2La consultation populaire en a fait rêver plus d’un et des groupes d’intellectuels issus des rangs même du PCV se sont pris au jeu. Mais le projet de réécriture pour l’avènement d’une nouvelle constitution porté par les 72 personnalités n’a pas fait long feu. Quatre jours seulement après le dépôt de la requête, la commission de l’Assemblée nationale faisait connaître son avis. Très habilement, elle ne discutait pas du contenu mais pointait le caractère déplacé de la demande, qui ne s’inscrivait pas, selon elle, dans le cahier des charges de l’arrêté de novembre 2012 puisque la requête n’était ni plus ni moins un projet concurrent [14]. Notez que cette agitation soudaine se manifesta juste avant les festivités du nouvel an lunaire (dimanche 10 février). Fait peu habituel, la joute fut reprise ce jour-là par le cardinal archevêque de Saigon, Mgr Jean-Baptiste Pham Minh Mân, qui, de son côté, en guise de cadeau de nouvel an, édita une lettre ouverte adressée aux autorités comme aux citoyens appelant à une rénovation totale (toàn diện) du pays [15]. La lettre, modérée, humaniste et pleine bon sens, propose une refonte de la société sur des bases plus morales, sur l’Etat de droit, le respect mutuel. Cette rénovation intégrale, souligne-t-il, « doit s’effectuer non dans la violence, mais dans le dialogue, la collaboration et en plein accord avec la culture vietnamienne » [16]. Puis, à partir de Hanoi, la Conférence épiscopale a emboîté le pas de Saigon pour annoncer ses propositions de réforme dans une nouvelle lettre ouverte dûment argumentée le 4 mars 2013 [17].

NguyenPhuTrong2013
Nguyen Phu Trong, le secrétaire général du PCV

La réponse du pouvoir à ces différentes vues pour tenter d’influer sur l’avenir du Viêt-Nam reste ambiguë. Les ténors du PCV et de l’Assemblée nationale poursuivirent la contre-offensive en assénant la ligne à ne pas franchir. Les derniers propos de Nguyen Phu Trong, le secrétaire général du PCV, qui mirent le feu aux poudres, en date du 25 février, ne sont guère rassurants mais se sont pas étonnants non plus [18]. Il assimilait les différentes propositions de réforme démocratique de ses collègues (la requête des 72) à une « régression à la fois politique et morale ». Il mettait en garde les cadres du parti contre ces « dérives » pour que la consultation populaire soit mieux dirigée. Signe d’un possible désarroi, il reprenait les mots principaux mots d’ordre des intellectuels frondeurs (abrogation de l’article 4, multipartisme, séparation des pouvoirs, dépolitisation de l’armée) pour marteler qu’il s’agissait bien, selon lui, d’une dégradation et non d’une avancée politique [19]. Qu’à cela ne tienne, les réponses aux inquiétudes soudaines du secrétaire général du PCV se sont fait connaître sur la toile : outre l’article très exceptionnel de Nguyen Dac Kien, d’autres voix continuent de s’exprimer. Le maintien de l’article 4 illustrerait à lui seul la régression politique actuelle défend le journaliste Vo Van Tao sur RFA [20]. De Hanoi, le dissident Nguyễn Thanh Giang décrypte les ambiguïtés du secrétaire général [21]. Quant au journaliste dissident Huy Duc, il exprime sur son blog Osin son point de vue sur la réforme de la constitution qui selon lui ne devrait pas consister pas à construire des abris pour le pouvoir communiste en déclin [22]. Et la liste des avis frondeurs est encore longue [23].

Quels sont les enseignements à tirer de cette joute politique ou de ce dialogue de sourds qui se répètent depuis plusieurs années ?

  • La chose la plus importante est illustrée par le fait que le PCV est désormais attaqué non plus sur son bilan mais sur sa raison d’être, sur son essence même, sur son utilité et son efficacité réelles pour le pays, et ceci  à l’intérieur du pays. Et cette contestation est désormais ouverte, déclarée, exprimée sur la place publique. Entaché par les affaires de corruption, par la mauvaise gestion économique, par la richesse accumulée au profit d’une nomenklatura méprisante, beaucoup pensent qu’il n’est plus crédible.
  • Deuxièmement, cela démontre aussi que le divorce entre une partie de la population et le PCV est consommé. La dislocation de cette osmose entre le Parti et le peuple, construite, promue, nourrie et contrôlée par le PCV est désormais un processus reconnu dont on ne peut prévoir l’issue. Autant la période de la guerre dans un Viêt-Nam divisé donnait à la RDVN le visage d’une population soudée derrière le Parti des Travailleurs (il aurait été dangereux de signifier alors une dissidence), autant la période du retour à la paix véritable, c’est-à-dire depuis la fin de l’aventure militaire au Cambodge (1989), a révélé le visage multiple et complexe d’un Viêt-Nam que les autorités communiste voulaient « unique » (mais qui ne l’a jamais été).
  • Troisièmement, le nombre de citoyens-dissidents de l’Etat-Parti est en constante augmentation et affiche désormais non plus quelques dizaines d’individus courageux mais rassemble aujourd’hui des dizaines de milliers de Vietnamiens dont une bonne partie vit et travaille au Viêt-Nam. Qui plus est, la contestation est le fait d’anciens « camarades », d’anciens responsables politiques, d’intellectuels membres du PCV ou proches de lui et donc hors de tout soupçon.

Cette nouvelle contestation intérieure est portée par des groupes de citoyens que le pouvoir communiste ne peut aisément taxer de « réactionnaires » ou d’organisation voulant « renverser le gouvernement populaire ». Ces intellectuels sont par ailleurs conscients de la portée surtout symbolique de leur acte :

Interrogé par Radio Free Asia, un des membres du groupe des premiers signataires, Mme Pham Chi Lan, a déclaré que, selon elle, les réformes suggérées dans la requête étaient à la fois conformes aux aspirations du peuple et accordées à l’évolution des divers pays dans le monde. Elle pense que les réformes démocratiques demandées seront difficilement acceptées par le Parti communiste vietnamien. Pourtant, souligne-t-elle, les dirigeants eux-mêmes sont persuadés que seules des réformes profondes pourront arracher le Parti à la crise qu’il traverse actuellement [23].

Face à cette situation inédite, le pouvoir va être obligé de choisir. Engager le second Renouveau préconisé depuis 2010 par les experts politiques et économiques ou faire le dos rond avant de lancer une nouvelle répression lorsque la fièvre « démocratique » sera apaisée. Le choix est cornélien car il engage l’avenir du Viêt-Nam sur le plan intérieur et extérieur. L’échec de la réforme constitutionnelle enverrait un signe négatif et désespérant pour les centaines de milliers de petits acteurs économiques et sociaux du pays et surtout pour la jeunesse en soif de changement. Un capital social non négligeable pour sortir de la crise et de la concurrence économique implacable que se livrent les pays de la région. Sur le plan extérieur, l’impossibilité de changer démontrerait que l’Etat-Parti vietnamien est acculé à une impasse historique. Pour ainsi dire, afin de conserver une certaine aura, en partie due à la couteuse guerre de réunification, le PCV a le devoir de prendre la mesure de la nouvelle aversion vietnamienne pour l’idéologie marxiste-léniniste que certains intellectuels dénoncent aujourd’hui clairement comme un « stalinisme », historiquement dépassé et politiquement nocif (voir à titre d’exemple les propos très directs du Professeur Tuong Lai).

* * *

En bref, comme en décembre 1986 lors du VIe congrès du PCV, il convient de « parler vrai » mais plus encore : il faut agir. Le PCV doit réfléchir à une nouvelle stratégie : le « changer pour faire du neuf » de l’époque de l’avènement du Đổi Mới (Renouveau) ne risque plus de faire recette tant il s’est concrétisé par un « changer pour survivre » en permettant l’avènement d’une riche et puissante nomenklatura aujourd’hui soucieuse de ses privilèges.

Il faudra donc être inventif, saisir cette occasion favorable pour passer en douceur à la transition démocratique. Sans quoi, à la fronde courtoise engagée par les intellectuels conquis par les rêves de démocratie et de multipartisme risque de succéder une déflagration sociale ou militaire entraînant le pays dans l’instabilité. Le risque est sérieux, c’est pourquoi une transition raisonnée, à la cambodgienne ou à la birmane – et le Viêt-Nam est dans une meilleure position -, permettrait au PCV de réformer le système en profondeur tout en conservant les clés du nouveau pouvoir (cas des transitions russes et des pays de l’Europe de l’Est des années 1990) ou à se ménager une porte de sortie sans conséquences politiques lourdes. Le second Đổi Mới prendra-t-il la forme d’un « changer pour rester » ou offrira-t-il au Viêt-Nam l’évolution pacifique qu’il mérite après des années de guerre et de totalitarisme ?

François Guillemot, 05/03/2013

 

Notes

[1] Nghị quyết số 38/2012/QH13 ngày 23/11/2012.

[2] Voir l’annonce officielle sur le site du gouvernement : VGP News, « Chính thức công bố Dự thảo sửa đổi Hiến pháp 1992« , 02/01/2013.

[3] Voir : Les constitutions du Vietnam, 1946-1959-1980-1992, Hanoi, Editions The Gioi, 1995, p. 154. La constitution de 1992 sur le portail du gouvernement de la RSVN : « Hiến pháp nước CHXHCN Việt Nam« .

[4] Cf. Guillemot, François, « Viêt-Nam, résistances, révolutions, réunification », in Joao Medeiros (dir.), Le mondial des nations, 30 chercheurs enquêtent sur l’identité nationale, Paris, Choiseul éditions & RFI, 2011, p. 365.

[5] Voir : « Kiến nghị về sửa đổi Hiến pháp 1992« . Voir l’analyse d’Eglises d’Asie : EDA, « Déjà 800 signatures pour une lettre ouverte demandant le remaniement de la Constitution« , 24/01/2013.

[6] L’article 45 stipule actuellement : « Les forces armées populaires doivent être d’une fidélité absolue envers la Patrie et le peuple ; se tenir prêtes à combattre pour défendre l’indépendance, la souveraineté, l’unité et l’intégrité territoriale de la Patrie, la sûreté nationale, l’ordre et la sécurité sociale [sic], défendre le régime socialiste et les acquis de la révolution ; ensemble avec tout le peuple, édifier le pays ». Il n’est donc pas officiellement fait mention de la protection du PCV comme le stipule l’amendement n°70 : « Điều 70 (sửa đổi, bổ sung Điều 45) Lực lượng vũ trang nhân dân phải tuyệt đối trung thành với Đảng cộng sản Việt Nam, Tổ quốc và nhân dân, có nhiệm vụ bảo vệ độc lập, chủ quyền, thống nhất, toàn vẹn lãnh thổ của Tổ quốc, an ninh quốc gia và trật tự, an toàn xã hội; bảo vệ Đảng, Nhà nước, nhân dân, chế độ xã hội chủ nghĩa, cùng toàn dân xây dựng đất nước và thực hiện nghĩa vụ quốc tế ».

[7] Souligné par nous. EDA : « La requête pour la refonte de la Constitution, signée par des milliers de personnes, a été remise au bureau de l’Assemblée nationale« , 07/02/2013.

[8] Voir sur Mémoires d’Indochine : « Le 4/02/2013 : une journée historique ? – Trao kiến nghị về Hiến pháp » et EDA : « Des évêques et des étudiants catholiques signent la requête pour la refonte de la Constitution« , 25/01/2013. Voir aussi les photographies de « supporters » sur le blog Dân Luận : « Cùng chụp ảnh ủng hộ Bản Kiến Nghị về Sửa Đổi Hiến Pháp 1992« .

[9] Voir RFA : « Vietnamese Reporter Fired for Critical Essay« , 26/02/2013 (Reported by Chan Nhu. Written in English by Joshua Lipes).

[10] Voir l’extrait vidéographique de l’émission de VTV1 sur le site de la BBC, 26/02/2013.

[11] Dan Lam Bao, « Déclaration des Citoyens libres« . Voir la version originale sur son blog : Nguyễn Đắc Kiên, « Vài lời với TBT ĐCS VN Nguyễn Phú Trọng« , 26/02/2013 et une autre traduction française sur le site Dân Luận.

[12] Voir sur le blog DanLamBao : « Lời Tuyên Bố của các Công Dân Tự Do« , 28/02/2013. Le blog annonce 4300 signatures après la mise à jour de la pétition en ligne le 05/03/2013.

[13] Voir aussi : Gia Minh, « Nhóm “Công dân tự do” ra tuyên bố ủng hộ PV Nguyễn Đắc Kiên« , RFA, 28/02/2013.

[14] voir l’analyse d’EDA : « L’Assemblée nationale embarrassée par la requête pour la refonte de la Constitution« , 20/02/2013.

[15] Voir EDA : « Le cardinal archevêque de Saigon propose un programme de rénovation (dôi moi) intégrale du pays« , 27/02/2013.

[16] id.

[17] Cf. : VNRs, « Thư của Hội đồng Giám mục Việt Nam gửi Ủy ban Dự thảo sửa đổi Hiến pháp năm 1992 nhận định và góp ý sửa đổi Hiến pháp« , 01/03/2013. Voir l’analyse d’EDA : Pour approfondir. « Contribution de la Conférence épiscopale à la refonte de la Constitution de 1992« , 04/03/2013. Le texte original en vietnamien est disponible sur le site officiel de la Conférence épiscopale : « Thư của Hội đồng Giám mục Việt Nam nhận định và góp ý sửa đổi Hiến pháp« , 01/03/2013.

[18] BBC, « TBT Trọng nói về sửa đổi Hiến pháp« , 26/02/2013 et Thanh Quang, Vùng cấm và những loại “bẫy người”, RFA, 04/03/2013.

[19] RFA, Vùng cấm và những loại “bẫy người”, 04/03/2013.

[20] Voir le blog Ba Sàm : Võ Văn Tạo, « Giữ Điều 4 mới chính là suy thoái đạo đức, thưa ông Tổng Bí thư!« , 26/02/2013.

[21] Voir sur le site de Viet Tan : Nguyễn Thanh Giang, « Ông Nguyễn Phú Trọng rất hàm hồ« , 27/02/2013.

[22] Voir sur le site Facebook de Huy Đức : « Sửa Hiến Pháp Chứ Không Phải Xây Hầm Trú Ẩn« , 19/02/2013. Voir également sur Nam Nguyên, « Đảng yếu nên sợ hãi đa nguyên đa đảng?« , RFA, 01/03/2013.

[23] Voir Chân Như, « Người dân nghĩ gì về phát biểu của Tổng bí thư?« , RFA, 26/02/2013.

[24] EDA, art. cit., 07/02/2013.

* * *

Nhà báo Nguyễn Đắc Kiên trả lời phỏng vấn RFA

Le 4/02/2013 : une journée historique ? – Trao kiến nghị về Hiến pháp

M. Nguyễn Đình Lộc, chef de la délégation et ancien Ministre de la Justice de la RSVN (1992-2002)

Le lundi 4 février à 10 heures du matin, 16 personnalités représentant les quelques 2500 signataires d’une proposition politique relative à la modification de la Constitution de 1992 se sont rendues au bureau de la Commission (37 Hung Vuong, Hanoi) chargée de recueillir les avis de la population. M. Lê Minh Thông, vice-président de la commission juridique de l’Assemblée nationale, rédacteur en chef adjoint des projets d’amendements et compléments à la Constitution de 1992 ainsi que le personnel de la Commission, a rencontré la délégation. Lors de cet échange, les motivations des 16 personnalités ont été exposées de façon directe et explicite. Les propositions politiques énoncées lors de cette rencontre tiennent en quelques idées forces : abandon du « stalinisme-maoïsme », démocratisation, multipartisme et respect des libertés publiques. Le compte-rendu vietnamien de l’ensemble de la réunion a été mis en ligne sur le Blog Ba Sàm [Commérage, l’Agence d’information du « Café du commerce »].

Si de nombreux citoyens restent septiques quant à la portée véritable de cette consultation populaire orchestrée par le PCV dans le but de modifier la constitution de 1992, des milliers de signataires se sont sincèrement prêtés au jeu considérant que la situation présente du pays sur les plans économiques et géopolitiques nécessitait une réponse forte du pouvoir dans le sens de l’ouverture. L’occasion de peser légalement sur le cours des événements offerte par la consultation populaire est rare et précieuse. L’année du Serpent qui arrive nous dira si cette journée du lundi 4 février 2013 ouvrira ou non une nouvelle ère historique. Quoiqu’il en soit, la démarche volontariste et médiatique de ces intellectuels et anciens responsables politiques est en elle-même une réponse inédite qui se veut fondatrice d’un nouveau Viêt-Nam démocratique et pluraliste, plus respectueux de ses citoyens.

FG, 07/02/2013

Trao kiến nghị về Hiến pháp – 4/02/2013

Membres de la délégation : Nguyễn Quang A, nguyên Viện trưởng Viện IDS, Hà Nội; Phan Hồng Giang, TSKH ngành nghiên cứu văn học, Hà Nội; Lê Công Giàu, nguyên Phó Bí thư thường trực Đoàn TNCS HCM – TPHCM, TPHCM; Chu Hảo, nguyên Thứ trưởng Bộ KH & CN, Hà Nội; Phạm Duy Hiển, nguyên Phó Viện trưởng Viện năng lượng nguyên tử Việt Nam, Hà Nội; Vũ Đức Khiển, nguyên Chủ nhiệm Ủy ban Pháp luật Quốc hội, Hà Nội (vắng mặt đột xuất); Tương Lai, nguyên thành viên Ban nghiên cứu của Thủ tướng Chính phủ, Hà Nội; Phạm Chi Lan, nguyên thành viên Ban nghiên cứu của Thủ tướng Chính phủ, Hà Nội; Hồ Uy Liêm, nguyên Phó Chủ tịch Liên hiệp các Hội KH & KTVN, Hà Nội; Nguyễn Đình Lộc, nguyên Bộ trưởng Bộ Tư pháp, Hà Nội (Trưởng đoàn); Huỳnh Tấn Mẫm, nguyên Chủ tịch Tổng hội Sinh viên Sài Gòn, TPHCM; Nguyên Ngọc, Nhà văn, Hội An; Hoàng Xuân Phú, GS, Viện Toán học, Hà Nội; Nguyễn Minh Thuyết, nguyên Phó Chủ nhiệm Ủy ban Văn hóa-Giáo dục & Thanh thiếu niên-Nhi đồng Quốc hội, Hà Nội; Nguyễn Trung, nguyên thành viên Ban Nghiên cứu của Thủ tướng Chính phủ, Hà Nội; Tô Nhuận Vỹ, Nhà văn, Huế.

Au premier rang, de gauche à droite : Hồ Uy Liêm, Nguyễn Trung, Phạm Chi Lan, Nguyên Ngọc, Nguyễn Đình Lộc, Huỳnh Tấn Mẫm, Tương Lai, Nguyễn Minh Thuyết, Tô Nhuận Vỹ.
Au second rang, de gauche à droite : Lê Công Giàu, Chu Hảo, Nguyễn Quang A, Phạm Duy Hiển, Hoàng Xuân Phú, Phan Hồng Giang. (Ảnh: Lê Kiên).

 

Trao Kiến nghị về Hiến pháp 1

Photo collective des représentants des 2500 signataires.

Trao Kiến nghị về Hiến pháp 2

Arrivée de la délégation au Bureau de la Commission situé au 37 Hung Vuong à Hanoi.

Trao Kiến nghị về Hiến pháp 3

Présentation des participants à la table ronde et début des interventions.

Trao Kiến nghị về Hiến pháp 4

Présentation par le professeur Tuong Lai des changements politiques préconisés par les signataires. Extrait du texte vietnamien de son intervention à la suite de la vidéo.

GS Tương Lai: « Tại sao chúng tôi làm cái việc kiến nghị sửa đổi Hiến pháp và trong một thời gian vắn tập trung cao độ trí tuệ của một nhóm người. Bên cạnh cái kiến nghị là đưa ra một cái dự thảo Hiến pháp mới dựa trên những cái thành tựu mà như là anh Lộc đã trình bày, vượt qua cái thời kỳ, cái tư duy của Stalinit, Maoit về chuyên chính vô sản. Và đã gọi là chuyên chính vô sản thì không thể có một cái Hiến pháp là công cụ của dân để mà kiểm soát nhà nước.

Thực chất Hiến pháp là Bộ luật cơ bản để mà ai kiểm soát ai, là dân kiểm sát cái quyền lực, để dân trao quyền mà không bị mất quyền. Đó là cái bi kịch lớn nhất của loài người từ xưa đến nay mà đến bây giờ vẫn chưa vượt qua được. Nhưng mà dù sao những thành tựu của văn minh nó cũng đã bước những cái bước tiến để nó đạt tới cái chỗ là dân qua công cụ của pháp luật mà trước hết là qua Hiến pháp – cái đạo luật cơ bản mà anh Nguyễn Đình Lộc vừa nói để mà kiểm soát quyền lực của nhà nước, để nhà nước không phải muốn làm gì thì làm mà nhà nước chỉ làm được những cái việc mà luật pháp cho phép, còn dân thì được làm tất cả những việc gì mà luật pháp không cấm. Và như vậy thì không thể có khái niệm về chuyên chính vô sản được, cho nên cái đó phải loại trừ ra khỏi đời sống tinh thần của đất nước thì mới có thể bàn tới chuyện Hiến pháp. Chừng nào còn giữ cái tư duy ấy, chừng ấy không thể có Hiến pháp và mọi cái sự sửa đổi vụn vặt đều trở nên vô nghĩa. Cái tinh thần ấy chính là tinh thần chúng tôi đưa ra trong Kiến nghị về sửa đổi Hiến pháp. Và đó cũng là tinh thần mà trí tuệ dồn vào để đưa ra như là một tài liệu tham khảo về Hiến pháp sắp tới của một nước Việt Nam dân chủ.

Chúng ta đã bao nhiêu núi xương sông máu đổ ra để giành được độc lập, nhưng mà có độc lập mà không có tự do, không có dân chủ, không có hạnh phúc thì độc lập không có ý nghĩa gì. Điều này thì nó trở thành câu nói cửa miệng của mọi người rồi. Nhưng mà trên thực tế chúng ta mới có độc lập nhưng mà chúng ta chưa có dân chủ, chưa có tự do. Trên thực tế cho đến hiện nay là nông dân, bà con Dương Nội vẫn đang ngồi biểu tình và trên những cái video mà phi chính thức đó, ngoài luồng đó thì vẫn thấy là dân… Mặc dầu là trong những cái diễn văn thì chưa bao giờ những cái từ “vì dân”, “phục vụ dân”, “gần dân” nó lại nhiều như bây giờ. Và dân nói là gần dân, phục vụ dân và đừng thụi dân như người ta đang thụi dân trên, ngay cả vấn đề đối với bà con Dương Nội, bà con Văn Giang. Cho nên cái Hiến pháp này tôi đề nghị, nhân ở đây thì đề nghị là các vị ở trong cái … tiếp nhận ý kiến sửa đổi Hiến pháp làm sao để lắng nghe cho được cái tiếng nói của dân. Và trong tiếng nói của dân thì có tiếng nói của cái nhóm trí thức mà chúng tôi đã kiến nghị, thì chúng tôi xin có ý kiến thêm là như vậy. »

Source : Ba Sàm, 05/02/2013

* * *

Trao bản Kiến nghị về sửa đổi Hiến pháp 1992 cho Ủy ban Dự thảo sửa đổi Hiến pháp 1992

Hà Nội, ngày 4 tháng 2 năm 2013

Kính gửi: Ủy ban Dự thảo sửa đổi Hiến pháp 1992

Chúng tôi, những công dân có tên trong Danh sách kèm theo, đại diện cho 72 người đã trực tiếp ký tên vào KIẾN NGHỊ VỀ SỬA ĐỔI HIẾN PHÁP 1992 và hàng ngàn người khác đã tham gia ký tên tiếp, hôm nay đến Địa điểm tiếp nhận ý kiến đóng góp của nhân dân tại 37 Hùng Vương Hà Nội, để trao Bản Kiến nghị này cho Quý Ủy ban.

Với tư cách công dân, chúng tôi yêu cầu Quý Ủy ban tiếp nhận bản Kiến nghị và xem xét tiếp thu ý kiến của chúng tôi theo đúng quy định của luật pháp, nhằm cùng toàn dân xây dựng một bản Hiếp pháp sửa đổi thích hợp nhất cho Đất nước trong bối cảnh hiện nay.

Chúng tôi sẵn sàng cử đại diện của mình thảo luận, làm rõ chính kiến của mình trước Quý Ủy ban vào bất kỳ thời điểm nào trước ngày 31 tháng 3 năm 2013.

Trân trọng cám ơn!

T/M những người đại diện

DANH SÁCH ĐOÀN ĐẠI BIỂU ĐI TRAO “KIẾN NGHỊ VỀ DỰ THẢO SỬA ĐỔI HIẾN PHÁP 1992” CỦA NHÂN SĨ TRÍ THỨC CHO ỦY BAN DỰ THẢO SỬA ĐỔI HIẾN PHÁP CỦA QUỐC HỘI

(Hà Nội ngày 4 tháng 2 năm 2013)

  1. Nguyễn Quang A, nguyên Viện trưởng Viện IDS, Hà Nội
  2. Phan Hồng Giang, TSKH ngành nghiên cứu văn học, Hà Nội
  3. Lê Công Giàu, nguyên Phó Bí thư thường trực Đoàn TNCS HCM TP HCM, TP HCM
  4. Chu Hảo, nguyên Thứ trưởng Bộ KH&CN, Hà Nội
  5. Phạm Duy Hiển, nguyên Phó Viện trưởng Viện Năng lượng Nguyên tử Việt Nam, Hà Nội
  6. Vũ Đức Khiển, nguyên Chủ nhiệm Ủy ban Pháp luật Quốc hội, Hà Nội (vắng mặt đột xuất)
  7. Tương Lai, nguyên thành viên Ban Nghiên cứu của Thủ tướng Chính phủ, TP HCM
  8. Phạm Chi Lan, nguyên thành viên Ban Nghiên cứu của Thủ tướng Chính phủ, Hà Nội
  9. Hồ Uy Liêm, nguyên Phó Chủ tịch Liên hiệp các Hội KH&KTVN, Hà Nội
  10. Nguyễn Đình Lộc, nguyên Bộ trưởng Bộ Tư pháp, Hà Nội (Trưởng đoàn)
  11. Huỳnh Tấn Mẫm, nguyên Chủ tịch Tổng hội Sinh viên Sài Gòn, TP HCM
  12. Nguyên Ngọc, nhà văn, Hội An
  13. Hoàng Xuân Phú, GS Viện Toán học, Hà Nội
  14. Nguyễn Minh Thuyết, nguyên Phó Chủ nhiệm Ủy ban Văn hóa – Giáo dục & Thanh thiếu niên – Nhi đồng Quốc hội, Hà Nội
  15. Nguyễn Trung, nguyên thành viên Ban Nghiên cứu của Thủ trướng Chính phủ, Hà Nội,
  16. Tô Nhuận Vỹ, nhà văn, Huế

Source : Cuu Thieu Sinh Quan Viet Nam