Archives par mot-clé : décès

Jean Maïs alias Ngô Thành Mai (1935-2017)

[ndlr] Nous avons appris avec beaucoup de tristesse la disparition de Jean Maïs à l’âge de 82 ans. Père au sein de la Société des Missions Étrangères de Paris (MEP), il est resté jusqu’à son dernier souffle un infatigable chroniqueur du Viêt-Nam contemporain dans la revue en ligne Églises d’Asie. Ses chroniques qui mériteraient d’être éditées forment un corpus de connaissances incomparables sur l’état et l’évolution de la société vietnamienne. Jean Maïs avait le Viêt-Nam en lui, riche de son expérience heureuse puis tragique (il fut incarcéré pendant neuf mois en camp de rééducation en 1975). Un grand spécialiste de ce pays s’en est allé, en silence, avec sa modestie légendaire.

FG

Reproduction ci-après d’un extrait biographique publié sur Églises d’Asie :

Missionnaire au Vietnam, ad vitam

Né le 14 janvier 1935 à Château-Salins (Moselle), Jean Paul Félix ressent très tôt qu’il est appelé à devenir prêtre. Admis au Séminaire des Missions Etrangères en 1954, ordonné prêtre le 21 décembre 1961, il poursuit des études en lettres classiques à l’université de la Sorbonne avant de partir pour la mission de Nha Trang, au Vietnam, le 1er septembre 1966.

A son arrivée au Vietnam, le P. Maïs étudie la langue vietnamienne à Ham Tân, dans la province de Binh Tuy, pendant deux ans. Par la suite, il enseigne le français à l’Université catholique de Dalat et la philosophie en classe terminale de l’école d’Adran, jusqu’en 1975. Il contribue alors à la formation de nombreux responsables pastoraux actuels.

Arrêté par les autorités communistes alors qu’il circulait en moto, le P. Maïs est retenu en rééducation dans la forêt de Rung La et dans la prison de Ba Ria, d’avril 1975 à janvier 1976. Considérablement amaigri à sa libération, il est expulsé du pays quelques mois plus tard, le 28 mai 1976.

Au service de l’Eglise catholique du Vietnam

De retour en France, il envisage pendant un temps de repartir en mission, au Japon cette fois-ci. En accord avec le Conseil Central des MEP, le P. Maïs renonce à ce projet, s’installe à Paris et consacre son temps aux réfugiés vietnamiens et à l’information concernant la situation ecclésiale et religieuse au Vietnam.

Au service des réfugiés vietnamiens et de leurs familles, il fournit à ceux-ci une assistance aussi précieuse que diverse : aide pédagogique, accompagnement administratif, participation à des campagnes de plaidoyer et de sensibilisation, …

Discret et cultivé, il apporte sa collaboration à la revue Echange France-Asie et à l’agence d’information des Missions Etrangères de Paris, Eglises d’Asie. Sa maîtrise de la langue vietnamienne, la fiabilité de ses informations et la pertinence de ses analyses en font un observateur attentif de l’actualité ecclésiale et religieuse au Vietnam.

Une arche du « pont commencé » par les missionnaires MEP depuis 360 ans

Son nom vietnamien, Ngô Thành Mai, témoigne de ses aptitudes littéraires et de son goût pour les jeux de mots. Honorant ses origines et son pays de mission, il se choisit Ngô pour nom de famille, un patronyme particulièrement fréquent au Vietnam, qui signifie « maïs » (dans le nord du pays). Son prénom, Mai, le radical de son nom français, rappelle ses racines tandis que Thành, le nom supplémentaire, se traduit par « c’est-à-dire ». « Maïs, ce qui signifie Maïs » est la traduction littérale de son nom vietnamien. Il publie d’ailleurs, en 1977, un mémoire à l’Inalco intitulé Morphologie et structuration générale des référents personnels en vietnamien.

D’une grande humilité, il offre le témoignage d’une vie donnée fidèlement à la foi, au service de l’Eglise catholique du Vietnam. Travailleur infatigable, sa dernière dépêche, consacrée au prochain abandon de la politique du couple à deux enfants, a été publiée fin octobre 2017, quelques jours avant son admission à l’hôpital.

A lire dans : In Memoriam : décès du P. Jean Maïs, membre de la Société des Missions Étrangères de Paris, Rédacteur à Églises d’Asie

Liu Xiaobo (1955-2017)

[ndlr] Au sujet de la mort du dissident Liu Xiaobo (1955-2017), prix Nobel de la paix en 2010.

Compilation d’écrits choisis de Liu Xiaobo publiée en France en 2011.

Comité Nobel. La Chine porte «une lourde responsabilité» dans la mort «prématurée» de Liu Xiaobo en l’ayant privant de soins médicaux adaptés, a estimé jeudi le comité Nobel norvégien, qui avait distingué le dissident en 2010. «Nous trouvons profondément troublant que Liu Xiaobo n’ait pas été transféré dans un établissement où il aurait pu recevoir un traitement médical adéquat avant que sa maladie n’entre en phase terminale», a déclaré la présidente du comité, Berit Reiss-Andersen.

Deux anciens prisonniers de conscience vietnamiens lui rendent hommage :

Paulus Lê Sơn : Lưu Hiểu Ba đi xa nhưng tinh thần còn mãi, CTM Media, 15/07/2017.

Phạm Minh Hoàng, Từ Lưu Hiểu Ba nhớ về Đinh Đăng Định, FB Phạm Minh Hoàng, 14/07/2017.

Image « à la une » : Le livre de condoléances à la mémoire de Liu Xiaobo, installé à l’extérieur du Bureau de liaison chinois à Hongkong, le 13 juillet 2017 © ISAAC LAWRENCE / AFP

Tzvetan Todorov, essayiste et historien des idées, est mort

[ndlr] Triste disparition d’un grand chercheur dont les travaux ont accompagné le séminaire Mémoires d’Indochine.

Tzvetan Todorov, essayiste et historien des idées, est mort

Français d’origine bulgare, né à Sofia en 1939, il était un théoricien de la littérature et a notamment travaillé sur le rapport des Occidentaux à l’altérité et sur l’expérience totalitaire.

L’essayiste et historien des idées Tzvetan Todorov est mort à 77 ans, a-t-on appris mardi 7 février. « Infinie tristesse d’apprendre la mort de Tzvetan Todorov, penseur de la liberté », a réagi Sandrine Tolotti, ex-rédactrice en chef du bimestriel littéraire Books, dont M. Todorov était membre du comité éditorial.

Lire la suite : Le Monde, 07/02/2017.

Pour en savoir plus :

  • Le philosophe et historien Tzvetan Todorov est mort, L’Express, 07/02/2017. L’essayiste franco-bulgare est décédé à 77 ans. Tzvetan Todorov avait quitté la Bulgarie dans les années 60 afin d’échapper au communisme. Il a notamment travaillé sur la pensée humaniste et sur le totalitarisme.
  • Disparition d’un humaniste : Tzvetan Todorov, Les Inrocks, 07/02/2017. Le philosophe et historien des idées Tzvetan Todorov est mort à l’âge de 77 ans. De la théorie poétique à la critique politique de son temps et à l’éloge des insoumis, il ne cessa de déployer une pensée profondément humaniste.
  • L’essayiste Tzvetan Todorov est mort, Télérama, 07/02/2017. […] Auteur de plus d’une quarantaine d’essais, il avait notamment publié Face à l’extrême, la vie morale dans les camps de concentration (1994),  La Vie commune, réflexion sur la nature sociale de l’homme (1995), Mémoire du mal, tentation du bien (2001), Les Ennemis intimes de la démocratie (2012). Son dernier ouvrage, Insoumis, était paru à l’automne 2016.
  • Agnès Bozon-Verduraz, Tzvetan Todorov, ou la lucidité de l’exilé, Télérama, 07/02/2017. L’intellectuel est mort le mardi 7 février à Paris à l’âge de 77 ans. Touche-à-tout des sciences humaines, cet enfant de Bulgarie était aussi dur avec la dictature qu’il était exigeant de la démocratie. Nous republions un entretien datant de 1996, paru à l’occasion de la sortie de son livre “L’Homme dépaysé”. Et plus de vingt ans après, ses paroles sonnent toujours aussi juste.
  • David Caviglioli et Grégoire Leménager, Mort de Tzvetan Todorov, le fantastique humaniste, BibliObs, 07/02/2017. Dans la vie intellectuelle française, Tzvetan Todorov, mort dans la nuit du 6 au 7 février à l’âge de 77 ans, a occupé une place singulière. On n’a jamais pu le rattacher à un camp. Il ne figure pas dans le panthéon de la French Theory. Très anti-communiste, notamment à cause de son parcours personnel, il a fait partie du moment antitotalitaire, sans devenir un «nouveau philosophe».

Image « à la une » : © 1996 ULF ANDERSEN / Aurimages / AFP

The passing of Dr. Võ Quý, « professor Bird » (1929-2017) by Pamela McElwee

[ndlr] Le professeur Võ Quý est décédé le 10 janvier 2017. Rappel biographique de Pamela McElwee publié avec son aimable autorisation.

Dr. Võ Quý was born December 31, 1929 in Ha Tinh Province.  He began his education in China during the Franco-Vietnam war, returning to Vietnam in 1954 where he was part of a group that founded the University of Hanoi on the site of the old Université Indochinoise. Trained as an ornithologist, he obtained his PhD from Moscow University in the 1960s. Dr. Quy spent his career at Hanoi University of Science (later Vietnam National University) teaching zoology and biology, and founding the first environmental studies program through the Center for Natural Resources and Environmental Studies, established in 1985. He maintained an active fieldwork regime, equipped with his constant binoculars, well into his late 70s. For many years Dr. Quy hosted a popular TV show on VTV about the environment and was often recognized by schoolchildren as “Professor Bird (Giáo sư Chim)”. Dr. Quy received many awards throughout his lifetime, including the 2003 Blue Planet Prize and a 2008 Heroes of the Environment award from Time Magazine.

His research and writings on birds, biodiversity, sustainable development, Agent Orange, and in more recent years, climate change, show the breadth of his interests; his 2 volume The Birds of Vietnam remains a classic in this field. In addition to his research, he actively influenced the national government in many policy areas, such as establishing a protected areas system (he was a strong influence on General Giap, who served as State Science Committee head for many years) and sought and supported many development projects, including to relocate or reintroduce endangered species like sarus cranes, to reforest mangroves and other vegetation blighted by Agent Orange, to bring sustainable development to his home province of Ha Tinh, and to get Vietnam to sign international agreements for wetlands and migratory birds. It is no understatement to say that without Dr. Quy, there would likely be fewer parks, fewer species, fewer researchers, and fewer young people interested in the environment in Vietnam. He lived up to the promise of his name Quý.

In 2016, in celebration of his life, a collected volume titled “Môi trường và đa dạng sinh học” (Environment and Biodiversity) was published by the Vietnam National University Press. It includes Dr. Quý s selected papers (scientific and others) and then a number of newspaper and other articles by other authors about his work in English and other languages.

Dr. Pamela McElwee

Source : VSG

Voir également :

Jean-Christophe Victor, « un intellectuel intègre qui n’a jamais transigé » [décès]

[ndlr] Nouvelle du décès soudain à l’âge de 69 ans de Jean-Christophe Victor, fils de l’explorateur Paul-Émile Victor et de la journaliste Éliane Victor. Connu notamment pour être le fondateur de l’émission « Le dessous des cartes » diffusée sur Arte et du Lépac (Laboratoire d’études politiques et d’analyses cartographiques) dont il assurait la direction scientifique.

Interrogé par L’Express, Pascal Boniface, le directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques, a rendu hommage à Jean-Christophe Victor, le créateur de l’émission Le dessous des cartes, décédé mercredi 28 décembre.

Expert géographe, spécialiste en géopolitique, en relations internationales et anthropologue, Jean-Christophe Victor est décédé mercredi à l’âge de 69 ans. Il était surtout connu pour avoir créé et présenté Le dessous des cartes, émission hebdomadaire d’Arte qui s’appuyait sur les cartes, l’histoire et la géographie pour « faire comprendre » la géopolitique et les événements actuels.

Lire la suite : L’express, 29/12/2016 (article de Victor Garcia).

Pour en savoir plus :

Image « à la une » : Lépac (CV de Jean-Christophe Victor).

Sầu nữ Út Bạch Lan qua đời [1935-2016]

[ndlr] Émotion de la presse et des auditeurs après le décès de la grande actrice de théâtre rénové (cải lương) le 4 novembre à Saigon.

nghesicailuongutbachlan
L’artiste Ut Bach Lan dans sa jeunesse © RFA
  • ‘Sầu nữ’ Út Bạch Lan qua đời, BBC Vietnamese, 05/11/2016. Nghệ sĩ Út Bạch Lan, một trong những tên tuổi nổi bật nhất của cải lương miền Nam, qua đời tại nhà riêng ở TP. Hồ Chí Minh, sau một thời gian chống chọi với bệnh ung thư.
  • Linh Đoan, « Sầu nữ Út Bạch Lan qua đời », Tuổi Trẻ, 05/11/2016. Khoảng 23g ngày 4-11, gia đình NSƯT Út Bạch Lan cho hay bà vừa qua đời tại nhà riêng sau một thời gian chống chọi với bệnh tật, hưởng thọ 81 tuổi.
  • Ninh Lộc (sưu tầm), « Nghe những tuyệt phẩm xứng danh ‘Sầu nữ’ Út Bạch Lan », Thể Thao Văn Hóa, 06/11/2016. NSƯT Út Bạch Lan là một trong những danh ca hàng đầu của sân khấu cải lương với chất giọng buồn đặc trưng và kỹ thuật ca, cách nhả hơi, sắp chữ nhẹ nhàng như lời thủ thỉ tâm tình cứ từng chút, từng chút len lỏi làm rung động trái tim người nghe.
  • Trọng Thịnh, « Phận đời ‘Sầu nữ’ Út Bạch Lan », Thanh Niên, 06/11/2016. “Sầu nữ” là mỹ danh mà những người yêu vọng cổ đã đặt cho giọng ca của NSƯT Út Bạch Lan. Có lẽ Út Bạch Lan xứng đáng là nghệ sĩ “vô địch” về mỹ danh, bởi thời còn đi hát, cứ khi vào vai diễn của một vở cải lương thì bà lại có tên gọi mới: Nữ hoàng vọng cổ, Đệ nhất đào thương, Nữ hoàng sầu muộn, Hoa lan trắng… nhưng Út Bạch Lan chỉ thích tên “sầu nữ” bởi theo bà, nó giống như cuộc đời.

 

Le roi Bhumibol Adulyadej – Rama IX (1927-2016)

[ndlr] Le roi de Thaïlande s’est éteint à l’âge de 88 ans.

king_bhumibol_adulyadej_portrait_photograph  Rama IX, le roi de Thaïlande, né Bhumibol Adulyadej 

Pour en savoir plus :

Décès du journaliste et documentariste Henri de Turenne (1921-2016)

[ndlr] La presse rend (un petit) hommage à ce journaliste d’exception. Rappelons à nos lectrices/lecteurs et/ou visiteurs qu’Henri de Turenne réalisa en 1984 une histoire du Viêt-Nam en 6 épisodes (en co-production internationale), une série jamais égalée à ce jour et à notre connaissance non éditée en DVD. Néanmoins disponible (provisoirement) sur YouTube, espérons qu’à l’occasion de sa disparition, cette série puisse voir le jour. A redécouvrir, une voix posée et un ton juste.

A lire :

  • AFP et Culture Box, La mort du grand journaliste et documentariste Henri de Turenne, France Info / Culture Box, 25/08/2016. Le journaliste et documentariste Henri de Turenne, l’un des grands noms de la presse et télévision française, est mort mardi dans son sommeil à l’âge de 94 ans, a-t-on appris jeudi auprès du jury du prix Albert Londres, dont il était membre.
  • Hervé Brusini, Henri de Turenne : les élégances du journalisme, France Info / Culture Box, 25/08/2016. « Ici, on sait qu’on arrive sur le front quand on vous tire dessus. » Tout le style de Turenne est là dans ces quelques mots. A la fois pure description, et distance ironique sur soi et sa condition de reporter. Rien de plus, rien de moins. Les élégances du journalisme.
  • Le journaliste Henri de Turenne est décédé, Le Figaro, 25/08/2016. DISPARITION – Le membre du jury du prix Albert Londres est mort dans son sommeil à l’âge de 94 ans. Journaliste et documentariste, il était connu pour ses reportages de guerres.
  • Antoine Perraud, Henri de Turenne (1921-2016), journaliste de l’affranchissement, Mediapart, 25/08/2016. Henri de Turenne, mort à 94 ans dans la nuit du 23 au 24 août, ne saurait être résumé à sa particule ou à sa diction patricienne : ce grand reporter puis fabuleux grognard de la télévision était un partageur aux aguets. Toujours partant pour faire connaître le réel, histoire que reculent l’ignorance, la démagogie, donc l’intolérance…

Page Wikipedia : Henri de Turenne (scénariste)

Image « à la une » : Henri de Turenne © DR

Imre Kertész (1929-2016)

[ndlr] Signalement d’articles sur la disparition de l’écrivain hongrois, prix Nobel de littérature en 2002. Retour sur le destin d’un écrivain qui traversa deux totalitarismes, de la destruction nazie en Allemagne à la paralysie communiste en Hongrie, menant à une reconnaissance internationale tardive. Un homme de « culture européenne » qui découvrit la littérature derrière le rideau de fer et appréciait La nausée de Sartre ou L’étranger de Camus. Un travail d’une grande acuité sur l’identité et la mémoire.

Kertesz_EtreSansDestin« Je suis donc mort une fois pour pouvoir continuer à vivre – et c’est peut-être là ma véritable histoire ».

« Ce que je voulais décrire, c’est comment, dans un univers concentrationnaire, un adolescent pouvait être méthodiquement spolié de sa personnalité naissante. C’est l’état dans lequel vous vous trouvez lorsqu’on vous a confisqué jusqu’à l’idée même de votre histoire. Un état où il est interdit de se confronter à soi-même. Tout le défi du roman consistait à inventer une langue qui lie ces notions et indique une existence verrouillée. »

« Si l’Holocauste a créé une culture – ce qui est incontestablement le cas -, le but de celle-ci peut être seulement que la réalité irréparable enfante spirituellement la réparation, c’est-à-dire la catharsis. Ce désir a inspiré tout ce que j’ai jamais réalisé.»

«Quand je pense à un roman, je pense toujours à Auschwitz. Même quand je parle de quelque chose de tout à fait différent, je parle d’Auschwitz. Je suis un médium pour l’esprit d’Auschwitz. Auschwitz parle à travers moi. Tout le reste me semble stupide à côté de ça.»

Sabine Audrerie, « Le sujet d’Imre Kertész, c’était la liberté », La Croix, 31/01/2016. Entretien avec son éditeur suédois, Svante Weyler : Son sujet, au-delà des deux grands thèmes que sont l’Holocauste et le communisme, c’était la liberté. Nombre de lecteurs sont entrés dans son travail par « Être sans destin », persuadés qu’ils savaient ce qu’était l’Holocauste, et réalisant après que non.

Bruno Corty, Mort de l’écrivain hongrois Imre Kertész, Nobel de littérature, Le Figaro, 31/01/2016. […] Imre Kertész publie son premier roman, Être sans destin , dans l’indifférence générale, en 1975. Il a alors 46 ans. Il a mis dix ans à l’écrire. C’est un récit sans pathos, distancié, sur ses mois de déportation. Une grande œuvre bouleversante et provocante. […]

Gille Heuré, Imre Kertész, écrivain irréductible, Télérama, 31/03/2016. […] Etre dépossédé de son destin, de son identité, procède des immuables processus des régimes totalitaires. Le problème est ensuite de savoir comment on recouvre son identité et à quel prix. […]

Guy Konopnicki, Mort de Imre Kertész, le dernier juif de Budapest, Marianne, 31/03/2016. […] Imre Kertesh était le dernier témoin de cet espace qui n’a pas fini de hanter la littérature mondiale.

Christine Marcandier, Imre Kertész (1929-2016) : «Je vais continuer à vivre ainsi ma vie invivable», Diacritik, 31/01/2016. […] Le narrateur d’Être sans destin a quinze ans, comme Kertész déporté, il est l’observateur comme étranger à lui-même et au monde de ce qu’il vit. Le récit, descriptif, quasi dépourvu de dialogue, contraint le lecteur à adopter cette même distance. […] Pourtant, comme le rappelle l’écrivain dans Dossier K., il ne faut pas confondre sa vie et son œuvre : si l’homme est né en 1929, l’écrivain est lui né en 1961, quand il commence à écrire Être sans destin. […]

Florence Noiville, L’écrivain hongrois Imre Kertész, Prix Nobel de littérature, est mort, Le Monde, 31/01/2016. […] Un homme libre. Imperméable à toute sorte de pose, sociale ou littéraire : voilà ce qu’aura été Imre Kertész toute sa vie. A travers ses livres traduits tous chez Actes sud, dont Kaddish pour l’enfant qui ne naîtra pas (1995), Liquidation (2004), Le Refus (2002) ; Journal de galère (2010), Le Chercheur de traces (2003)… – l’écrivain se présentait comme quelqu’un qui, « du nazisme au stalinisme, aura accumulé suffisamment de savoir intime sur la dictature » pour la traduire en une expérience créatrice.  […]

Thomas Regnier, Imre Kertész, le juste, est mort, L’Obs, 31/03/2016. […] L’écriture de l’Holocauste comme «lutte»: tout Kertész est dans cette formule. Lutte, parce qu’aux prises avec la page blanche on se réapproprie la littérature, qu’Auschwitz n’a pas anéantie mais qu’il a «mise en suspens». Lutte, parce qu’en évoquant l’Holocauste, entre réalité et fiction, on restitue son universalité à l’événement. […]

Œuvres traduites en français :

  • Kertész, Imre, Kaddish pour l’enfant qui ne naîtra pas, Arles, Actes Sud, 1995. Trad. de « Kaddis a meg nem született gyermekért » par Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai.
  • Kertész, Imre, Être sans destin : roman, Arles, Actes Sud, 1997. Trad. de « Sorstalanság » par Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai.
  • Kertész, Imre, Un autre : chronique d’une métamorphose, Arles, Actes Sud, 1999. Trad. de « Valaki más. A változás kronikája » par Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai.
  • Kertész, Imre, Le refus, Arles, Actes Sud, 2002. Trad. de « A kudarc » par Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai.
  • Kertész, Imre, Le chercheur de traces, Arles, Actes Sud, 2003. Trad. de « A nyomkereső » par Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai.
  • Kertész, Imre, Liquidation, Arles, Actes Sud, Babel, 2004. Trad. de « Felszámolás » par Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai.
  • Kertész, Imre, Le drapeau anglais suivi de Le chercheur de traces et de Procès-verbal, Arles, Actes Sud, 2005. Trad. de « Az angol lobogó », de « A nyomkeresõ » et de « Jegyző̈könyv » par Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai.
  • Kertész, Imre, Roman policier, Arles, Actes Sud, 2006. Trad. de « Detektívtörténet » par Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai.
  • Kertész, Imre, Dossier K., Arles, Actes Sud, 2008. Trad. de Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai.
  • Kertész, Imre, L’Holocauste comme culture : discours et essais, Arles, Actes Sud, 2009. Trad. de Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai.
  • Kertész, Imre, Journal de galère, Arles, Actes Sud, 2010. Trad. de « Gályanapló » par Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai.
Image « à la une » : About Imre Kertész, Kaddish.

Décès de l’historien Tạ Chí Đại Trường (1935-2016)

[ndlr] Le quotidien Nguoi Viet, depuis la Californie, a annoncé de décès de l’historien vietnamien Tạ Chí Đại Trường à l’âge de 81 ans à Ho Chi Minh-Ville.

Nhà Sử Học Tạ Chí Đại Trường qua đời tại Sài Gòn

WESTMINSTER (NV) – Nhà sử học, nhà nghiên cứu văn hóa Việt Nam, ông Tạ Chí Đại Trường, vừa qua đời tại Sài Gòn, thọ 81 tuổi. Người chị dâu của ông Tạ Chí Đại Trường, là bà Nguyễn Thị Minh Hiền, xác nhận với Người Việt tin này.

Theo bà Minh Hiền, ông Tạ Chí Đại Trường mất vào khoảng từ 4 giờ đến 4:30 sáng ngày 24 tháng Ba (giờ Việt Nam), tại tư gia ở Quận 5 của người anh ruột, là ông Tạ Chí Đông Hải.

Bà Minh Hiền cho biết ông Tạ Chí Đại Trường sinh năm 1935 (nhưng trên giấy tờ ghi 21 tháng Sáu, 1938), tại tỉnh Bình Định. Và vì ông có quốc tịch Hoa Kỳ nên gia đình phải khai báo để cơ quan hữu trách thực hiện khám nghiệm tử thi. Gia đình cho biết người quá cố sẽ được hỏa thiêu tại Việt Nam.

Bác Sĩ Ngô Thế Vinh, tác giả “Vành Đai Xanh” và “Cửu Long Cạn Dòng, Biển Đông Dậy Sóng,” nói với Người Việt: “Tạ Chí Đại Trường là một nhà nghiên cứu sử học quan trọng, không chỉ với miền Nam, mà của cả Việt Nam.”

Theo Wikipedia, tên của ông, Đại Trường, được ghép từ hai địa danh của tỉnh Khánh Hòa là Đại Lãnh và Trường Giang (sông Cái). Ông là con trai Cử Nhân Hán Học Tạ Chương Phùng, một nhà cách mạng hoạt động trong phong trào toàn dân chống Pháp giành độc lập dân tộc thập niên 40 – 50.

Vẫn theo Wikipedia, năm 1964, Tạ Chí Đại Trường tốt nghiệp cao học Sử tại Đại Học Sài Gòn rồi nhập ngũ. Ông phục vụ trong Quân Lực Việt Nam Cộng Hòa từ năm 1964, cấp bực cuối cùng là đại úy. Trong thời gian chiến tranh, Tạ Chí Đại Trường bắt đầu sưu tập tiền cổ và tập trung nghiên cứu về đề tài này. Những bài viết của ông về tiền cổ trong thời gian sau đó được giới nghiên cứu sử học quốc tế đánh giá cao.

Năm 1964, trong thời gian học Cao Học, Tạ Chí Đại Trường cho ra đời một cuốn tiểu luận lịch sử Việt Nam giai đoạn 1771 đến 1802, trong đó ghi lại những sự kiện xoay quanh cuộc nội chiến giữa nhà Tây Sơn và Nguyễn Ánh. Tác phẩm này đoạt giải Văn Chương Toàn Quốc, bộ môn Sử năm 1970 và được nhà xuất bản Văn Sử Địa in thành sách năm 1973 với tựa đề Lịch sử nội chiến ở Việt Nam từ năm 1771 đến 1802.

Wikipedia viết, sau ngày 30 Tháng Tư, 1975, cuốn sách với nội dung đặt lại vấn đề về nhà Tây Sơn đã khiến Tạ Chí Đại Trường gặp nhiều rắc rối. Lịch sử nội chiến bị cho là “hạ thấp Quang Trung, đề cao Gia Long” và bị cấm lưu hành tại Việt Nam trong một thời gian dài và chỉ được in lại trong nước từ cuối thập niên 2000.

Sau năm 1975 ông bị tù “cải tạo” đến năm 1981.

Lire la suite : Nguoi Viet, 23/03/2016.

A lire également sur Mémoires d’Indochine : L’historien Ta Chi Dai Truong récompensé pour l’ensemble de son oeuvre (14/04/2014).

Image « à la une » : montage Dan Lam Bao.