Archives par mot-clé : David Lan Pham

David Lan Pham : Two hamlets in Nam Bo – CR de lecture par Camille Le Guilloux

CR de lecture de Camille Le Guilloux : David Lan Pham, Two hamlets in Nam Bo. Memoirs of life in Viet Nam through Japanese occupation, the French and Americans wars, and Communist rule, 1940-1986, Jefferson, NC, & London, McFarland, 2000, 299 p.

DavidLanPham_TwoHamletsInNamBoCet ouvrage, publié en 2000, est une autobiographie relatant la vie de David Lan Pham, de son vrai nom Pham Dinh Lan. Il naît en 1940, à Thu Dau Mot dans le sud du Vietnam, lors de l’occupation de l’Indochine par le Japon. Il est diplômé de l’Université de Saigon et a enseigné l’histoire et les langues. Par ailleurs, il a pris part à la vie culturelle du Sud-Vietnam avant 1975 et a été entre autres Secrétaire général des enseignants vietnamiens de l’Association des Enseignants d’Histoire et de Géographie et secrétaire général de l’Association de la Bibliothèque nationale vietnamienne. Il vit actuellement aux États-Unis, à Toledo, où il travaille auprès des réfugiés et rédige des ouvrages concernant le Vietnam.

Jusqu’à son départ en 1985, il est le témoin direct de l’occupation japonaise, de la guerre d’Indochine, de la guerre du Vietnam puis de la paix sous le régime communiste. Au travers de son ouvrage, il rend compte de la vie sociale et politique tourmentée du Vietnam pendant quatre décennies. En partant de deux petits villages, Binh Chuan et Tuy An, de la région du Sud-Est (Dông Nam Bô), dans lesquels il a grandi, l’auteur nous apprend comment les Vietnamiens ont survécu et se sont adaptés aux guerres et aux différents régimes. Il mêle les faits historiques, ses analyses politiques, le récit de sa propre vie et des anecdotes de la vie quotidienne pour dresser le portrait de la population vietnamienne.

1940-1954 : Occupation japonaise, domination française, répression Viêt-Minh

L’ouvrage s’ouvre sur une description des deux villages dans les années 1940 : Tuy An et Binh Chuan. Tuy An est un village fondé par l’arrière-grand-père de l’auteur. L’agriculture y est peu développée, c’est pourquoi les villageois doivent étudier pour s’en sortir. Beaucoup parlent le français. Par rapport à Tuy An, Binh Chuan est plus rural, les villageois sont majoritairement des fermiers. Selon l’auteur, le destin de ces deux villages est représentatif de ce qui se passe dans le reste du pays. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Binh Chuan n’a pas été dévasté, mais les villageois ont souffert de la faim et du manque de produits de première nécessité. En effet, suite à la défaite française contre l’Allemagne en 1940, les Japonais pénètrent en Indochine. Les soldats japonais atteignent Binh Chuan où ils battent les villageois et les forcent à faire des corvées. Après la guerre, les personnes ayant accompli ces corvées sont accusées de collaborer avec les Japonais : c’est le premier témoignage de l’atmosphère de suspicion et d’accusations mutuelles qui va régner par la suite au Vietnam. Cependant, l’auteur fait partie d’une famille plutôt riche et respectée, et a relativement peu souffert de la guerre. La violence de l’occupation japonaise est même peu relatée. David Lan Pham souligne par ailleurs l’absence de problèmes majeurs entre les villageois (comme le vol) et met au contraire l’accent sur la solidarité qui régnait entre eux.

Cependant, cette époque décrite par l’auteur comme une « peaceful life in wartime » se termine avec la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le 9 mars 1945, les occupants japonais attaquent l’administration et les garnisons françaises qu’ils avaient laissées en place. L’opération Meigo signe la fin du protectorat français sur l’Indochine. C’est un grand bouleversement dans la vie de l’auteur, car son père, professeur employé par l’administration française, perd son emploi. La famille déménage ensuite à Tuy An pour que l’auteur ait accès à une meilleure éducation. Suite à la capitulation japonaise et à la « révolution d’août » menée par le Viêt Minh, Ho Chi Minh déclare le 2 septembre 1945 l’indépendance du Vietnam et la création de la République Démocratique du Vietnam, dont il est le président. Si la majorité des Vietnamiens dans l’entourage de l’auteur se réjouissent de l’indépendance, son père au contraire reste sceptique et peu perméable aux arguments des partisans du Viêt Minh qu’il doit accueillir chez lui. Il faisait partie des gens peu impliqués en politique et dubitatifs face à l’emploi du terme « démocratie » pour expliquer les bains de sang perpétrés par les révolutionnaires. Pour cette raison, il est surveillé par la police du Viêt Minh.

BaoCongAnMoi1946
« Sécurité publique nouvelle », le journal de la police relatant la répression des opposants en 1946 © DR

A partir de 1946, l’armée française tente de reconquérir l’Indochine. L’avancée des troupes est violente : Tuy An est détruit. Le climat de suspicion est alors à son comble : la police du Viêt Minh accuse le père de travailler pour les Français. Les Français finissent par s’emparer de Tuy An, et tuent les membres du Viêt Minh, dont l’oncle de l’auteur. Par extension, les Français accusent le père d’être Viêt Minh et l’emprisonnent à Laithieu, tandis que la mère et les frères sont menacés par le Viêt Minh qui accuse toujours le père de collaborer avec les Français. L’auteur retourne alors à Binh Chuan auprès de sa grand-mère. Ce que vit la famille de l’auteur reflète le quotidien des Vietnamiens : le jour, les Vietnamiens sont persécutés par les Français, qui les soupçonnent d’appartenir au Viêt Minh. La nuit, les personnes relâchées par les Français sont interrogées par le Viêt Minh, qui les voit comme des collaborateurs. Finalement, le père de l’auteur est relâché par les Français, et devient professeur à Laithieu. C’est donc dans cette ville, contrôlée par les Français, que la famille de l’auteur est réunifiée. Le jeune auteur y est témoin de nombreux massacres de prisonniers par les Français. Les corps sont jetés dans la rivière. Le fort ressentiment de l’auteur à l’égard de la domination française sur son pays le pousse en 1950 – il a alors 10 ans – à essayer de rejoindre le Viêt Minh pour la combattre. Il se rend alors à Binh Chuan, qui est contrôlé par le Viêt Minh, mais il est renvoyé à Laithieu par sa grand-mère. En raison de ce voyage de deux jours à peine, ces parents sont inquiétés par l’administration française qui les soupçonne d’accointance avec le Viêt Minh. L’auteur lui-même est interrogé et échappe de peu à la torture.

1955-1975 : Guerre froide et « Bloody war »

1954 signe la défaite de la France et marque la fin de la guerre d’Indochine. La Conférence de Genève convient du cessez-le-feu et de l’armistice entre l’armée française et la République démocratique du Vietnam. Le pays est séparé en deux au niveau du 17e Parallèle. L’auteur vit alors à Saigon pour ses études, il a 14 ans. La vie dans le Vietnam du Sud est relativement paisible, malgré la corruption et les vices (opium, jeux, maisons closes…). La République du Vietnam au Sud est créée en 1955 : elle est soutenue par les Etats-Unis car elle est anticommuniste. De 1955 jusqu’à son assassinat en 1963, Ngo Dinh Diem en est le président. Les services secrets du régime nationaliste menacent les partisans du Viêt Minh du Vietnam du Sud restés sur place, mais aussi les intellectuels ou autres individus critiquant le président. Lorsque l’auteur commence à enseigner l’histoire et la géographie, il doit donc faire attention de ne rien dire à l’encontre des politiques du gouvernement. David Lan Pham a une opinion politique particulière : il ne soutient ni le régime communiste du nord-Vietnam ni pleinement la République du Vietnam au Sud. Il représente une troisième voie, celle en faveur de l’indépendance et de la démocratie incarnée, par exemple, par le Tan Dai Viet de Nguyen Ngoc Huy. Or le gouvernement de Saigon échoue à installer une véritable démocratie.

DividedVietnamMap

La guerre du Vietnam succède à la guerre d’Indochine. En 1965, les troupes américaines débarquent au Vietnam du Sud pour aider la République du Vietnam à repousser l’expansion des communistes. Dans les années 1960, la culture américaine prend le pas sur la culture française et s’affiche dans les grandes villes du Sud. Le confort y augmente aussi, grâce à la diffusion des frigidaires, de la climatisation, de la télévision ou encore des scooters, signes de modernité. L’auteur retourne vivre à Laithieu après son mariage. Pendant longtemps, Saigon n’est pas touchée directement par la guerre. Cependant, pendant les années de guerre, les Vietnam du Nord et du Sud s’appauvrissent et sont de plus en plus dépendants de l’aide extérieure. Après les accords de paix de Paris en 1973, les États-Unis retirent leurs troupes. Les Vietnamiens du Sud combattent donc par eux-mêmes le Viêt Công et les troupes nord-vietnamiennes jusqu’à la capitulation du gouvernement de Saigon en 1975. Pour faire face à la violence de la guerre, les Vietnamiens se réfugient dans le vaudou et les horoscopes.

1975-1986 : De la « paix communiste » au départ en mer

Si l’année 1975 apporte enfin la paix au Vietnam, elle représente une rupture définitive pour l’auteur : « April 30 [1975] marked a big change in my life. Unpredictably, it separated me from my country forever ». A 35 ans, il se retrouve dans la même situation que son père en 1945 : il est forcé de quitter sa place de professeur lorsque le gouvernement de Saigon tombe aux mains du Vietnam du Nord, car un de ses collègues l’accuse d’être contre-révolutionnaire. Les officiers, les hommes politiques ou encore les professeurs sont envoyés dans des camps de rééducation. L’auteur y échappe, bien qu’il soit surveillé de près par les bo doi. La police locale cherche à prouver qu’il est « réactionnaire » dans le but de le mettre en prison. Elle vient l’interroger une à deux fois par mois, fouille sa maison et lui confisque ses biens. L’auteur détruit lui-même certains de ses livres et sa machine à écrire. Il a évité la prison grâce aux témoignages bienveillants de ses voisins et de sa famille. Certainement aussi parce qu’il impressionnait les membres du parti communiste venant l’interroger – dont il souligne à plusieurs reprises le manque d’éducation. Sa situation se répercute sur sa famille : ses enfants ne peuvent pas être membres des jeunesses communistes, ou continuer leurs études, parce qu’il est surveillé par la police.

DavidLanPham_StudentIDcard
Carte d’étudiant de David Lan Pham, Faculté de Lettres de Saigon, 1966 © McFarland

Pour faire face à l’appauvrissement de sa famille, l’auteur se met à pratiquer l’acupuncture pour soigner les gens autour de lui. Il tente de faire des plantations à Tuy An, mais on lui vole toutes ses récoltes. Il enseigne ensuite les langues, mais cela est politiquement dangereux : cela encouragerait les gens à fuir le Vietnam. L’auteur se tourne vers la religion à mesure qu’il s’affaiblit physiquement (ce qui peut expliquer les passages mystiques de l’ouvrage). La malnutrition touche toute la population, à l’exception des cadres du parti communiste, qui ont accès aux soins et à la nourriture. Les vols de nourriture sont fréquents, ainsi que de tous les autres biens de première nécessité. Si la pauvreté et la malnutrition étaient compréhensibles en temps de guerre, ce n’est plus le cas pendant la paix. Cependant, les Vietnamiens s’adaptent. D’après une connaissance de l’auteur, il n’y a que deux solutions : ou l’on travaille pour le gouvernement communiste, ou l’on part. Le départ du pays devient le sujet de conversation principal au sud du Vietnam pendant les années 1970 et 1980. Dans un premier temps, l’auteur se refuse à quitter son pays : il n’a pas assez d’argent pour partir et ne veut pas vivre dans un autre pays. Il vit donc 10 ans sous le régime communiste. Alors qu’il envisage de faire partir son fils aîné, il est convaincu par sa belle-sœur de partir avec lui et son frère.

DavidLanPhan_BoatPeople
Photo prise le 29 mai 1985, lorsque l’auteur (en bas à droite, avec le sac) est secouru par le Jean Charcot après 2 jours de dérive en mer de Chine méridionale © Philippe Théard / McFarland

Ils partent du Vietnam en bateau le 27 mai 1985. L’auteur a alors 45 ans. Le voyage est très éprouvant : ils peuvent à peine bouger dans le navire, ils suffoquent, la nourriture vient à manquer… Le 29 mai, leur bateau est secouru par le Jean Charcot, un navire de Médecins du Monde. Ils passent ensuite plusieurs mois dans un camp de réfugiés aux Philippines. La vie y est assez paisible. Ils partent le 27 janvier 1986 pour Toledo, Ohio, où leur famille les rejoindra. Le livre se termine sur quelques extraits de poèmes de l’auteur, exprimant sa nostalgie du Vietnam.

Une mémoire critique

David Lan Pham écrit ses mémoires en 2000, soit 14 ans après son arrivée aux États-Unis : ce sont des mémoires reconstruites. L’ouvrage aborde un grand nombre de sujets assez librement. Si le style est clair et aisé à lire, il est cependant parfois difficile de suivre l’auteur. En effet, si ses réflexions sur les faits historiques s’appuient sur beaucoup de noms et de dates, il n’en va pas de même lorsqu’il aborde les faits personnels. Il ne donne pas le nom des gens qu’il rencontre et très peu de dates. L’auteur fait parfois des prolepses et des analepses qui peuvent éventuellement amener le lecteur à faire des erreurs d’interprétation.

En dépit de cette difficulté, l’ouvrage est extrêmement bien documenté : les faits historiques sont clairement expliqués et l’auteur rapporte les trajectoires des nombreuses personnes qu’il a rencontrées. Au fil de l’ouvrage, la vie sociale et culturelle des Vietnamiens est décrite avec soin. Il est facile de supposer un travail actif de recherche d’informations, toutefois l’ouvrage ne dispose pas de bibliographie et l’auteur ne mentionne pas la manière dont il a récolté ces témoignages – avant ou après son départ ? Qui lui a fourni les dialogues datant de sa petite enfance ? -, ce qui peut laisser le lecteur sur sa faim. Enfin, la liberté d’esprit de l’auteur est très appréciable : il ne prend le parti d’aucun gouvernement au pouvoir. Il reste au contraire sceptique et critique.

Camille Le Guilloux, promotion ASIOC 2015-2016.

 

Bibliographie complémentaire :

  • David Lan Pham (2004), International Politico – Cultural Influences on Vietnam in the 20th Century, États-Unis, Xlibris, 256 p.
  • David Lan Pham (2007), Ho Chi Minh (1980-1969), États-Unis, Xlibris, 282 p.
  • Kenneth William Taylor (2013), A history of the Vietnamese, Cambridge university press, 696 p.
  • Philippe Langlet, Quach Thanh Tâm (2001), Introduction à l’histoire contemporaine du Viêt Nam : de la réunification au néocommunisme (1975-2001), Paris, Les Indes Savantes, 247 p.

_______________

Camille Le Guilloux est étudiante du master 2 Asie Orientale Contemporaine à l’IEP de Lyon et à l’ENS de Lyon. Elle effectue actuellement un mémoire de recherche sur le développement du livre numérique au Japon, dans le cadre d’un échange académique avec l’université de Waseda à Tokyo.

Séminaire “Mémoires d’Indochine” : Mémento personnalités – séance 3

Mémento Personnalités

Rappel biographique succinct des auteurs et personnalités historiques  évoqués lors de la Séance 3

 

Partie 1 : Les deux Viêt-Nam

Pavillon national de la RDVN
(Nord Viêt-Nam 1945-1975)
Pavillon national de l’Etat du Viêt-Nam
(1948-1955)
et de la République du Viêt-Nam
(Sud Viêt-Nam 1955-1975)

 

Bùi Tín (1927-)

Dissident vietnamien, ancien vice-rédacteur en chef du quotidien du peuple (Nhân Dân, le journal officiel du Parti communiste du Vietnam). Il rejoint le Viet Minh en 1945 et exerce en tant que journaliste pour le journal de l’Armée populaire du Vietnam. Engagé dans l’Armée populaire vietnamienne à l’âge de 18 ans, il est blessé lors de la bataille Dien Bien Phu. Il sert au sein l’état-major de l’armée nord-vietnamienne pendant la guerre du Vietnam et s’occupe de la question des prisonniers de guerre américains. Durant la prise de Saigon le 30 avril 1975, il fait partie de l’unité nord-vietnamienne qui reçoit la reddition de Duong Van Minh, dernier dirigeant de la RVN (Sud). Après la victoire, il perd peu à peu ses illusions face à la corruption d’après-guerre et l’isolement de la RSVN. En 1990, Bui Tin quitte le Vietnam pour vivre en exil à Paris et exprimer publiquement ses critiques vis-à-vis du régime. A partir de novembre 1991, il intervient dans le débat sur les MIA-POW. Il publie plusieurs ouvrages en vietnamien qui font sensation dans lequel il dénonce l’appareil totalitaire communiste. Il publie en anglais deux ouvrages importants : Following Ho Chi Minh: The Memoirs of a North Vietnamese Colonel (University of Hawaii Press, 1995) et From Enemy To Friend: A North Vietnamese Perspective on the War (US Naval Institute Press, 2002). Il continue aujourd’hui à donner son avis sur l’évolution du Vietnam à travers son propre blog sur VOA.

David Lan Pham (1940-)

David Lan Pham est né à Thu Dau Mot dans la province de Binh Duong au Sud du Vietnam. Diplômé de l’Université de Saigon, il a enseigné l’histoire et a eu de multiples activités culturelles et journalistiques au Sud-Vietnam avant 1975. Il a exercé diverses fonctions de direction en tant que Secrétaire général des enseignants vietnamiens de l’Association des Enseignants d’Histoire et de Géographie, secrétaire général de l’Association de la Bibliothèque nationale vietnamienne, Conseiller à la Confédération Vietnamienne Travail (CVT) de Binh Duong et conseiller d’une Ecole bouddhiste à Binh Duong. Il quitte le pays clandestinement avec son fils et ses deux frères en 1986. Il publie en 2000 un récit de vie dans lesquel il rend compte de la vie sociale et politique vietnamienne sur quatre décennies de guerre civile. Il publie également d’autres ouvrages dont une biographie d’Ho Chi Minh en 2007. Aux Etats-Unis, il a travaillé pour le programme des réfugiés en Alabama et a créé le Bulletin bilingue / Tin Viet et Dac San Que Huong. Pour ses activités éducatives et sociales auprès des réfugiés il est cité dans plusieurs répertoires biographiques. Il vit actuellement à Toledo, dans l’Ohio.

* * *

Ngô Đình Diệm (1901-1963)

Mandarin nationaliste et catholique, originaire de Huê. Ministre de l’empereur Bao Dai en 1932, démissionne en 1933. Il se rend aux Etats-Unis au début des années cinquante. De retour au Viêt-Nam, il prend la direction du dernier gouvernement de Bao Dai en juin 1954. Un an plus tard à la suite d’un référendum populaire douteux, il devient Chef d’Etat de la Première République du Viêt-Nam (1955-1963) qu’il fonde le 26 octobre 1955. Il met en place une politique anticommuniste autoritaire avec les Agrovilles en 1959 et les Hameaux stratégiques en 1961. Très contesté au sein même du camp nationaliste, il est assassiné en novembre 1963 avec son frère Nhu à la suite de la violente crise bouddhiste. Sa diparition plonge le Sud Viêt-Nam dans une période de chaos et de troubles politiques pendant trois ans. Pour une biographie plus complète voir Ngo Dinh Diem (par Kelsey Leonard – Cold War Museum).

Thích Quảng Đức (1897-1963)

Vénérable bouddhiste, né Lâm Văn Tức en 1897, originaire de la province de Khanh Hoa au centre. Pratiquant dès l’âge de 7 ans, il consacre sa vie à l’étude du bouddhisme. Moine à 20 ans, il s’isole lors d’une retraite de trois ans après son ordination. Il s’immole par le feu à Saigon le 11 juin 1963 pour s’opposer à la politique répressive du gouvernement de Ngô Đình Diệm contre les bouddhistes. L’image de cette immolation (Malcom Browne, prix Pulitzer et 1963),  fera le tour du monde et précipitera la chute du clan des Ngo et de l’appareil diemiste. Par ce geste, Thich Quang Duc est depuis devenu une icône internationale.

Trường Chinh (Đặng Xuân Khu, 1907-1988)

Dirigeant communiste, principal théoricien du parti. Secrétaire général du PCI à partir de mai 1941 puis du Lao Động entre 1951 et 1956. Auteur du célèbre texte La résistance vaincra, regroupant une série d’articles parus à l’origine dans la revue du parti Su That (La Vérité) du 4 mars au 1er août 1947. Pro-chinois, il est le maître d’œuvre de la réforme agraire radicale avant d’être écarté de la direction du parti. Président de l’Assemblée nationale de la RDVN en 1960. Chef de l’Etat de la RSVN de juillet 1981 à juin 1987. Incarne la ligne dure du PCV et la ligne maoïste dans les années soixante. Paradoxalement, il est favorable aux réformes du Doi Moi en 1986 à la fin de sa vie.

 

 

Partie 2 : Mouvements de résistance

Le FULRO

Pavillon du Front de Libération du Champa
Pavillon du Front de Libération des Hauts Plateaux Montagnards
(Flag by Chrystian Kretowicz)
Pavillon du FULRO
(Front Unifié de Lutte des Races Opprimées)

 

Lès Kosem (?-1976)

Officier militaire cambodgien d’origine Cham, connu sous le nom de guerre « Po Nagar », et figure marquante de la Deuxième Guerre d’Indochine. Parachutiste dans l’Armée royale cambodgienne, il fonde le Front de Libération du Champa dans les années 1950. Son organisation rejoint le front de résistance montagnarde FULRO (Front Unifié de Lutte des Races Opprimées) créé le 20 septembre 1964. Il se sépare du FULRO en 1968 après un désaccord avec Y Bham Enuol, le leader du Front. Lié aux services secrets cambodgiens, Les Kosem est impliqué dans le trafic d’armes avec les Nord-Vietnamiens. Après le renversement de Sihanouk en 1970, il devient un fervent partisan de Lon Nol et reçoit le grade de général des Forces Armées Nationales Khmères (FANK). A la victoire des Khmers rouges en avril 1975, il se serait réfugié en Malaisie où il décède un an plus tard.

Y Bham Enuol (1923-1975)

Résistant montagnard d’origine E-Dhe (Radhé), il fonde et dirige plusieurs mouvements armés montagnards. Au mois de mai 1958, il créé le front Bajaraka mais il est arrêté en septembre par le régime de Ngo Dinh Diem et reste emprisonné jusqu’à la chute de Diem. En mars 1964, il fonde le Front de Libération des Hauts Plateaux Montagnard, front qui intègre le FULRO (Front Unifié de Lutte des Races Opprimées) créé le 20 septembre 1964 dont il prend la direction. Pour divergence de stratégie, il est arrêté par Les Kosem, un des leaders cambodgien du Front. Il est assigné à résidence à Phnom Penh jusqu’à sa mort en avril 1975 où il est exécuté par les Khmers rouges avec sa famille.

 * * *

Le FNL Sud-Vietnam

Pavillon du Front national pour la libération du Sud-Viêt Nam (FNL-Sud VN 1960-1975)

 

Nguyen Huu Tho,  (born July 10, 1910, Cho Lon, southern Vietnam—died Dec. 24, 1996, Ho Chi Minh City, Vietnam), chairman of the National Liberation Front (NLF), the South Vietnamese political organization formed in 1960 in opposition to the U.S.-backed Saigon government.

The son of a rubber-plantation manager who was later killed during the First Indochina War (1946–54), Nguyen Huu Tho studied law in Paris in the 1930s. Returning to Saigon, he set up practice, remaining politically inactive until 1949, when he led student demonstrations against the French; he also organized protests in 1950 against the patrolling of the southern Vietnamese coast by U.S. warships. He was imprisoned and won popular acclaim for his prolonged hunger strike in protest of the war.

After the Geneva Agreements had divided Vietnam into northern and southern zones in 1954, Tho cooperated with the southern regime of Ngo Dinh Diem until he was arrested for advocating nationwide elections on reunification. Except for a short interval in 1958, Tho remained in prison from 1954 to 1961, when he escaped with the aid of some of his anti-Diem followers. These men, who had recently formed the National Liberation Front, made Tho, a noncommunist, provisional and then full-time chairman of the NLF.

Tho essentially served as a figurehead leader, while real power in the NLF was held by its military arm, the Viet Cong, and by veteran communists who reported directly to the North Vietnamese leadership. Tho helped attract a wide spectrum of South Vietnamese supporters to the NLF. In June 1969 the NLF established a Provisional Revolutionary Government (PRG) with Huynh Tan Phat as president and Nguyen Huu Tho as chairman of its advisory council. The PRG, in effect, became the government of South Vietnam in April 1975, when the Saigon government’s troops surrendered to the North Vietnamese and PRG forces. Tho was made a vice president of Vietnam in 1976, a post he held until 1980, when he became acting president. In 1981 Tho was made vice president of the Council of State, as well as chairman of the Standing Committee of the National Assembly. (source : Encyclopedia Britannica).

Séminaire “Mémoires d’Indochine” : Séance 3

Année universitaire 2012-2013 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

Regards internes sur la décolonisation et la guerre

au Viêt-Nam, Laos et Cambodge

 

Séance 3 – Vendredi 12 octobre 2012

« Naissance et affirmation de deux Viêt-Nam »

 

A travers une approche comparative, cette séance se focalisera sur la vie politique, culturelle et sociale au sein des deux Viêt-Nam après les accords de Genève (juillet 1954). Il s’agira de s’immerger dans les sociétés en révolution de la RDVN sous l’égide du parti des Travailleurs du Viêt-Nam (Lao Dong) et de la Première République du Viêt-Nam (1955-1963) de Ngo Dinh Diem.

 

Extraits de textes à discuter :

  • BUI TIN, 1945-1999, Vietnam. La face cachée du régime, Paris, Editions Kergour, 1999, pp. 47-75 [+ dos de couverture].
  • DAVID LAN PHAM, Two hamlets in Nam Bo. Memoirs of life in Vietnam through Japanese occupation, the French and American wars, and communist rule, 1940-1986, Jefferson (NC), McFarland & Company, 2000, (réédition de 2008), pp. 79-108 [+ dos de couverture].

 

Exposé oral :

Pierre-Emmanuel Bachelet : présentation critique de l’ouvrage de Po Dharma sur le FULRO.

  • Réf. : Po Dharma, Du FLM au FULRO. Une lutte des minorités du sud indochinois (1955-1975), Paris, Les Indes Savantes, 2006. Cote IAO : 103AV.06/223

 

Pour aller plus loin :

  • Fall, Bernard, Les deux Viet-Nam, Paris, Payot, Etudes et documents, 1967.
  • Dommen, Arthur J., The Indochinese experience of the French and the Americans. Nationalism and communism in Cambodia, Laos and Vietnam, Bloomington, Indiana University Press, 2001 (voir chapitres 5, 6 et 7).

 

Sur la RDVN (Nord Viêt-Nam)

  • Boudarel, Georges, Cent fleurs écloses dans la nuit du Vietnam. Communisme et dissidence 1954-1956, Paris, Jacques Bertoin, 1991.
  • Goscha, Christopher E. & Tréglodé, Benoît de, Naissance d’un Etat-Parti. Le Vietnam depuis 1945, Paris, les Indes Savantes, 2004 (voir en particulier les chapitres de Judy Stowe, Shawn McHale et Nguyen Van Ky).
  • Hartingh, Bertrand de, Entre le peuple et la nation. La République Démocratique du Viêt Nam de 1953 à 1957, Paris, EFEO, Monographies 189, 2003.
  • Hoang Van Chi, From colonialism to communism. A case history of North Vietnam, New York – London, Frederick A. Praeger, 1968, third printing.
  • Marangé, Céline, Le communisme vietnamien (1919-1991). Construction d’un Etat-nation entre Moscou et Pékin, Paris, Presses de Sciences Po, 2012 (voir chapitres 4, 5, 6).
  • Tréglodé, Benoît de, Héros et révolution au Viet Nam 1948-1964, Paris, L’Harmattan (nouvelle édition à paraître prochainement).
  • Turner, Robert F., Vietnamese Communism, it’s origins and development, Stanford, Stanford University, Hoover Institution Press, 1975 (voir chapitres 5, 6, 7, 8).

 

Sur la RVN (Sud Viêt-Nam)

  • Fitzgerald, Frances, Fire in the lake. The Vietnamese and the Americans in Vietnam, Boston – Toronto, Little Brown, An Atlantic Monthly Press Book, 1972.
  • Hammer, Ellen J. A death in November. America in Vietnam, 1963, New York, E.P. Dutton, 1987.
  • Nghiem Dang, Viet-Nam politics and public administration, Honolulu, East-West Center Press, 1966.
  • Mme Nguyen An Tuan, Les forces politiques au Sud Viet Nam depuis les accords de Genève 1954, Louvain, Université Catholique de Louvain, Faculté des sciences économiques, sociales et politiques, nouvelle série n° 31, 1967.
  • Nguyen Thai, Is South Vietnam viable?, Manila, November 1962.
  • Scigliano, Robert, South Vietnam. Nation under stress, Boston, Houghton Mifflin Company, 1964.
  • Shaplen, Robert, The lost revolution. The U.S. in Vietnam 1946-1966, New York, Harper & Row, Harper Colophon Books, 1966, revised edition.