Archives par mot-clé : Danielle Tan

Danielle Tan : La « transition humanitaire » au Laos – une cartographie des acteurs, des dynamiques et des modes de gouvernance

[ndlr] Parution d’un article en ligne de Danielle Tan.

Danielle Tan, La « transition humanitaire » au Laos : une cartographie des acteurs, des dynamiques et des modes de gouvernance, Les Papiers du Fonds Croix-Rouge française, n°2, Janvier 2016.

Tan_TransitionHumanitaireLaos_2016Cliquez sur l’image pour accéder à l’étude

Danielle Tan : La « stratégie casino » au Laos et au Cambodge – un pari risqué sur l’avenir

[ndlr] A lire sur le site du GIS Asie : l’article du mois du Réseau Asie.

Le Laos et le Cambodge ont toujours fait figure de parents pauvres dans le champ des études asiatiques, et d’autant plus en ce qui concerne l’analyse politique de leur situation contemporaine. Pourtant, depuis la fin du monde bipolaire qui a laissé la place aux politiques de libéralisation économique dans les derniers régimes communistes de la région, les changements socio-économiques se sont accélérés sans pour autant laisser entrevoir un renouveau sur le plan politique. La transition néolibérale dans ces deux pays semble loin d’ouvrir la voie à une transition démocratique, contrairement à ce que revendique le courant de la « transitologie »-Samuel P. Huntington en tête-qui mêle étroitement réformes économiques d’inspiration néolibérale et processus de démocratisation. Cette théorie accorde notamment une place fondamentale aux élites qui sont censées être le moteur du processus de démocratisation.

Lire la suite : GIS Asie

Image « à la une » : Kings Romans Casino en août 2012 © 2012 Danielle Tan.

Voir aussi  :

Danielle Tan : Chinese Engagement in Laos [ISEAS – Publication en ligne]

[ndlr] Nouvelle publication en ligne sur le Laos de notre collègue Danielle Tan.

Chinese Engagement in Laos: Past, Present, and Uncertain Future

By Danielle Tan

Executive Summary

  • During the colonial period, Laos welcomed the smallest overseas Chinese communities in Southeast Asia, communities that almost disappeared after the communist forces seized power in Laos in 1975.
  • Yet, this landlocked country shares a long history with China and even experienced a Golden Age thanks to the thriving caravan trade between Yunnan and mainland Southeast Asia. The Greater Mekong Subregion programme, launched by the Asian Development Bank, has revitalized these historical trade routes, causing thousands of Chinese migrants to pour onto the new roads of Laos, channelled through the North–South Economic Corridor linking Kunming to Bangkok.
  • The growing link between Laos and China has alarmed many scholars and development workers, both Lao and foreign; some even speak of a Chinese “shadow state” threatening Lao sovereignty and territorial integrity.
  • It is necessary to go beyond the image of Laos regularly depicted as a weak state, a victim of globalization, and of China in particular, to consider a less passive posture. The paper argues that China’s growing presence is far from eroding the power of the Lao communist regime. Instead, Chinese engagement allows the Lao state to cope with the challenges of globalization and to maintain its power at the same time.
  • The paper will highlight Chinese engagement in Laos throughout history by emphasizing their recurrent patterns of intermediation. Then, it will describe how Chinese networks have become key partners of the Lao state’s development policies. However, rising uncertainties over the neighbouring communist ally’s economic potential may push China to revise its development strategy in Laos.

Danielle Tan : Économies illicites, réseaux chinois et formation de l’État en Asie du Sud-Est

[ndlr] Séminaire général du CASE : intervention de Danielle Tan (Institut d’Asie Orientale – ENS Lyon) le 19 mars 2015 de 10h à 12h à la Maison de l’Asie. A ne pas manquer.

* * *

DanielleTan_Case

Économies illicites, réseaux chinois et formation de l’État en Asie du Sud-Est

Une histoire alternative du Triangle d’Or

(Thaïlande, Laos et Birmanie)

Danielle Tan

Cette recherche s’intéresse au rôle de la Chine et des réseaux chinois dans la reconfiguration d’un espace transnational particulier, à l’intersection de l’État shan en Birmanie et des provinces du nord de la Thaïlande et du Laos, que l’on nomme habituellement le « Triangle d’Or » et qui est célèbre pour avoir été le foyer historique de production de l’opium et de l’héroïne dans le monde. Ces dix dernière années, sous l’action des capitaux et des migrants chinois, ces marges frontalières, transformées en zones économiques spéciales abritant de gigantesques casinos, sont devenues de véritables enclaves chinoises bénéficiant d’un régime d’extraterritorialité rappelant ironiquement les concessions imposées à la Chine au milieu du XIXe siècle par les puissances coloniales. Alors que les analystes se sont empressés d’y voir l’émergence d’un néo-colonialisme chinois, ce projet de recherche tente au contraire, à travers une approche orientée vers la sociologie historique du politique, de mettre en avant la complexité des processus politiques à l’œuvre dans les marges montagneuses du Triangle d’Or, où les frontières entre le licite et l’illicite sont devenus floues, mais où l’imbrication des pratiques participe au processus de formation de l’État. Cette région-frontière nous invite à repenser, dans la longue durée, les relations centre-périphérie, plaines-montagnes, ainsi que le rôle des réseaux transnationaux chinois dans la formation de l’État en Asie du Sud-Est. Je montrerai comment les réseaux chinois ont constitué dans le passé – et continue d’être – des partenaires clés du projet de « last enclosure » (Scott 2009) engagé par les États lao, thaï et birman pour conquérir, rentabiliser et domestiquer leurs marges rebelles.

  • Photo_DTanDanielle Tan est docteure en science politique (Sciences Po Paris 2011). Ses principaux axes de recherche portent sur l’économie politique de la péninsule indochinoise, en particulier les dynamiques transnationales, ainsi que les transformations politiques, socio-économiques et territoriales qui résultent de la globalisation et de l’influence croissante de la Chine dans la région. Elle a commencé ses recherches au Cambodge en retraçant l’histoire de sa diaspora chinoise et a ensuite exploré le rôle joué par les réseaux transnationaux chinois dans la transformation de l’État au Laos. Après deux post-doctorats à ANU (Australian National University, Canberra) et à IIAS (International Institute for Asian Studies, Leiden), elle enseigne actuellement la science politique et les études asiatiques à Sciences Po Lyon en tant qu’ATER, et continue ses recherches en étant rattachée à l’IAO (Institut d’Asie Orientale – ENS Lyon). Elle est également chercheure associée à l’IRASEC.

Cliquez sur l’affichette pour l’agrandir.

Danielle Tan et Caroline Grillot : L’Asie du Sud-Est dans le « siècle chinois »

[ndlr] Signalement d’un ouvrage en téléchargement libre sur le site de l’IRASEC (Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine) basé à Bangkok.

Entre fascination et peur, enthousiasme et hostilité, la nouvelle migration chinoise questionne. Les travaux sur « la Chine en Afrique » ont occulté l’importance de l’émergence de la Chine pour ses voisins les plus proches. Cette omission est particulièrement flagrante dans le cas de l’Asie du Sud-Est qui a toujours été le principal théâtre des engagements commerciaux de la Chine avec le monde. Considérée comme l’arrière-cour naturelle de la Chine, l’Asie du Sud-Est est un laboratoire complexe et hétérogène des circulations et des identités en construction à l’aube du « siècle chinois ».

La question des relations entre la Chine et le reste du monde est tantôt pensée en termes de domination, de menace, d’exploitation, et de soutien aux régimes autoritaires, tantôt en termes d’aubaine et d’opportunités de développement. Cette recherche propose de dépasser cette approche binaire en décrivant les stratégies mises en œuvre par les acteurs locaux pour atténuer l’inégalité des rapports de force, négocier l’asymétrie, contourner l’hégémonie, embrasser, résister ou manipuler les termes dictés par les capitaux chinois.

La présente étude, centrée sur les pays de l’ancienne Indochine française (Cambodge, Vietnam,Laos), constitue la première étape d’un projet éditorial plus large qui se donne pour ambition de relever ce défi.

Tan&Grillot_L'ASEdansLeSiècleChinoisCliquez sur l’image pour accéder au téléchargement (lien PDF en bas de page)

ou directement au document pdf : > Télécharger

Sommaire

Introduction (Danielle Tan)
L’émergence de la Chine: un sujet de débat croissant
Evolution des études sur la diaspora chinoise et ses problématiques
Les études sur la migration chinoise aujourd’hui: un enjeu géopolitique – Hypothèse et questionnements

Première partie – L’évolution de la migration chinoise en Asie du Sud-Est: le cas du Cambodge (Danielle Tan)
1- La première phase de migration: les commerçants du Nanyang
2- La deuxième phase de migration: la traite des coolies par les empires coloniaux
3- La migration chinoise aujourd’hui
Conclusion

Deuxième partie – L’Autre, ce voisin. Remarques sur les perceptions chinoises des Vietnamiens, frein au développement des échanges commerciaux (Caroline Grillot)
1- Les Vietnamiens, ces familiers dont on se méfie
2- Discours folklorique et question de classe
3- Quelques explications sur la pérennité des représentations sociales
4- Comment la position et le traitement réservés aux femmes déprécient l’image des Vietnamiens
Conclusion

Troisième partie – La Chine au Laos: développement, colonialisme intérieur ou néo-colonialisme?
1- Evolution de la présence chinoise au Laos
2- Les réseaux transnationaux chinois: les partenaires clés de la stratégie d’extraversion du régime laotien
Conclusion

Conclusion générale (Danielle Tan)
Bibliographie

Les auteures

Danielle Tan est docteure en science politique (Sciences Po Paris 2011). Spécialiste de l’Asie du Sud-Est, ses principaux axes de recherche portent sur l’économie politique de la péninsule indochinoise, en particulier les dynamiques transnationales, ainsi que les transformations politiques, socio-économiques et territoriales qui résultent de la globalisation et de l’influence croissante de la Chine dans la région. Elle occupe actuellementun poste d’ATER à Sciences Po Lyon, et est rattachée à l’IAO (Institut d’Asie Orientale – CNRS, ENS Lyon). Elle est également chercheure associée à l’Irasec.

Caroline Grillot est anthropologue (Paris X-Nanterre) et sinologue (Inalco). Elle a passé plus de dix ans en Chine où elle a étudié le chinois à l’Université du Shandong (1994-1995) et du Sichuan (1998-2000) grâce au soutien du ministère des Affaires Etrangères et Européennes. Elle est actuellement postdoctorante au Max Planck Institute for Social Anthropology (Halle, Allemagne) et chercheure associée à l’Irasec et à l’IAO (Institut d’Asie Orientale – CNRS, ENS Lyon).

Source : IRASEC