Archives par mot-clé : Dai Nam

Christopher Goscha: « Towards a History of Modern Vietnam » [Cornell University]

[ndlr] Excellente conférence de notre collègue Christopher Goscha à l’occasion de la présentation de son nouvel ouvrage sur le Viêt-Nam. Une nouvelle histoire pour comprendre la pluralité du Viêt-Nam d’aujourd’hui et comment ce pays s’est construit culturellement, géographiquement, humainement.

Cornell Voices on Vietnam Spring 2016 Speakers’ Series presents  Professor Christopher Goscha (Professor of History at Université du Québec à Montréal) – « Towards a History of Modern Vietnam. » Recorded May 5, 2016.

This event is co-sponsored by Southeast Asia Program, the Department of Asian Studies, the Department of History and the Department of Government.

Acclaimed historian and Vietnam specialist Christopher Goscha discusses his latest work, The Penguin History of Modern Vietnam (2016). Popular impressions of Vietnam are still largely dominated by the Vietnam War, with most English-language accounts focused on American experiences, sources, and perspectives. But Vietnam’s history is much richer and more complex than a mere Cold War confrontation, complete with expansion, schisms, colonial conquest and subjugation, cultural renaissance, and revolution.

Drawing on research and discoveries from a host of Vietnamese-language and global sources, Professor Goscha outlines a rich and compelling overview of modern Vietnamese history, portraying a cast of memorable characters – from Emperors to rebels, poets to priests – and providing a fascinating look at the intricacies and complexities of modern Vietnamese history. Compelling for scholars and non-specialists alike, The Penguin History of Modern Vietnam represents the first English-language general history of contemporary Vietnam.

Source : Voices On Vietnam

Fonds Langlet-Quach : aperçu illustré sur les sources historiques

Fonds Langlet-Quach :

aperçu illustré sur les sources historiques

Le petit mandarin du Fonds Langlet-Quach © 2014 IAO
Le petit lauréat du Fonds Langlet-Quach © 2014 IAO

Le Fonds Langlet-Quach a été versé par la famille des deux chercheurs à l’Institut d’Asie Orientale le 27 février 2014. Il est composé d’environ 1.500 ouvrages, de revues sur le Viêt-Nam ou sur la péninsule indochinoise et de nombreux dossiers documentaires sur les sujets d’étude des professeurs Philippe Langlet (1935-2013) et de Quach Thanh Tâm (1933-2003) : histoire ancienne, bouddhisme, urbanisme de Saigon, delta du Mékong, cadastres, culture sino-vietnamienne.

Avant de donner un aperçu illustré des collections, présentation ci-dessous des thèses originales des deux chercheurs déposées à l’IAO :

Ce fonds très riche sur les sources de l’histoire ancienne du Viêt-Nam peut être scindé en cinq grandes catégories.

La première concerne les instruments de travail qui accompagnèrent quotidiennement les recherches de ces deux érudits : dictionnaires de langue chinoise, vietnamienne, cam, latin, anglais ; dictionnaires biographiques sur la Chine ou le Viêt-Nam ; dictionnaires géographiques, manuels de langue chinoise, code annamite… L’ensemble couvre une centaine de volumes.

 Une partie des dictionnaires du Fonds Langlet-Quach © 2014 IAO

LQ_DaiNamQuacAmTuViLe dictionnaire annamite de Paulus Cua (2 vol., 1895)

La seconde catégorie très importante de cette collection concerne les sources historiques. Toutes les grandes séries des annales impériales vietnamiennes du Dai Viêt et du Dai Nam sont présentes à la fois en vietnamien moderne et en caractères Han. Une série importante de sources littéraires chinoises traduites en vietnamien et publiées à Saigon avant 1975 figure en bonne place dans cet ensemble tout comme les œuvres des principaux lettrés vietnamiens d’antan (Le Quy Don, Phan Huy Chu) et du début du XXe siècle (Phan Boi Chau, Tran Trong Kim, les traductions de Nhuong Tong…). On y trouve également des dizaines d’ouvrages sur la culture de la Chine ancienne principalement en vietnamien mais également en langue française. Enfin, rappelons les études sur les cadastres du Sud du Viêt-Nam menées par Nguyen Dinh Dau et Philippe Langlet.

Les annales impériales du Dai Viêt et du Dai Nam (cliquez sur l’image pour agrandir) :

La collection des œuvres des lettrés mandarins vietnamiens publiée à Saigon par le Ministère de la culture de la République du Viêt-Nam :

La troisième catégorie regroupe plusieurs centaines d’ouvrages sur la culture et la littérature anciennes du Viêt-Nam. Elle comprend des monographies sur des personnalités historiques, des classiques de la littérature en Han-Viet, des études sur l’espace vietnamien, la mentalité, le régionalisme, les pratiques culturelles et cultuelles.

 Échantillon d’ouvrages portant sur la culture et la littérature ancienne :

La quatrième catégorie réunit des études historiques en vietnamien et en français sur le Viêt-Nam ancien mais également sur la période contemporaine dont une partie sur la période de la guerre.

 Quelques études historiques publiées à Saigon entre 1955 et 1975 et études historiques récentes en français :

La cinquième catégorie, assez importante en nombre de volumes, rassemble les études spécifiques sur le bouddhisme. Celles-ci sont tout autant en langue vietnamienne, que française, voire chinoise. Le courant du bouddhisme Zen (Thiền tông), sujet d’étude de prédilection de Philippe Langlet, est privilégié.

Dictionnaire du bouddhisme de Doan Trung Con, œuvres de Le Manh That et sources de la Chine ancienne :

Cet ensemble constitue un apport tout à fait exceptionnel aux collections vietnamiennes de l’Institut d’Asie Orientale qui réunissent déjà les collections particulières des fonds Georges Boudarel (littérature, histoire, politique), Pierre Brocheux (principalement sur Ho Chi Minh), Philippe Devillers (papiers années cinquante) et Daniel Hémery (documentation sur Saigon et le mouvement ouvrier) ou Judy Stowe (Asie du Sud-Est, Thaïlande et Viêt-Nam). Le Fonds Langlet-Quach complète ainsi la collection de cartes offerte par le chercheur en 2008 à l’IAO. En cours de catalogage, il est néanmoins ouvert à tous les chercheurs passionnés d’érudition sino-vietnamienne. La consultation de ces fonds particuliers se fait sur RV auprès du responsable des collections vietnamiennes.

François Guillemot

Contact : francois.guillemot@ens-lyon.fr

André Menras : « Tâche d’huile » et « coups de bélier » – l’affaire de la plateforme de forage chinoise

Atelier de réflexion : les enjeux de la crise sino-vietnamienne.

Samedi 24 mai 2014. ENS de Lyon

★ ★ ★

L’affaire de la plateforme de forage chinoise :

une nouvelle avancée dans la stratégie d’expansion en « tâche d’huile » et en « coups de bélier » pour annexer la mer du Sud-Est asiatique.

Par André Menras (Hồ Cương Quyết)

Chercheur indépendant

AndréMenras_24-05-2014
André Menras à l’Institut d’Asie Orientale à Lyon © 2014 IAO

 

On ne peut pas comprendre la situation présente si l’on se confine à quelques évènements récents sous peine de considérer les affrontements actuels comme l’expression de « disputes » territoriales dans lesquelles les parties concernées seraient renvoyées dos à dos dans une confusion de responsabilité et de légitimité. Une telle neutralité poncepilatique exclurait toute possibilité de règlement équitable sans lequel la paix ne saurait exister et durer. L’examen chronologique des événements historiques marquants est absolument nécessaire, sinon suffisant, pour identifier les sources du conflit et leur expression actuelle afin de peser plus efficacement pour son règlement.

Tout au long de cette intervention je ne parlerai pas de Mer de Chine méridionale car ce géonyme attribué par les cartographes coloniaux et, à partir des années 60, repris dans une grande majorité des atlas, porte, innocemment ou non, une connotation malsaine sur le plan de la souveraineté. De « Mer de Chine » à « Mer de la Chine » il n’y a en effet qu’un petit mot à penser pour déposséder au profit de l’Empire les nations riveraines de cet espace maritime vital pour elles. Cette Méditerranée de l’Asie du Sud-Est n’est ni historiquement, ni juridiquement, ni dans la pratique ancestrale, un lac exclusivement chinois. Elle est le bien commun des nations qui la bordent et de la communauté internationale qui en emprunte le passage avec une fréquence sans cesse accrue.

DaiNamNhatThongToanDo
Đại Nam nhất thống toàn đồ

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

1°) Chronologie de l’annexion chinoise de l’archipel des Paracels

L’examen détaillé des dates historiques depuis la période précoloniale jusqu’ à aujourd’hui révèle clairement la naissance puis la montée en puissance des appétits chinois sur Les Paracels et au-delà, en passant par l’annexion totale de l’Archipel jusqu’à l’installation actuelle de la plateforme de forage dans la zone économique exclusive du Vietnam.

A) Durant la période précoloniale, l’An Nam a édifié sur l’archipel une souveraineté incontestée.

Depuis les seigneurs Nguyen, en 1702, la première brigade de Hoang Sa (alors appelé Cat Vang) est constituée avec 70 jeunes hommes du village de An Vinh (dont les descendants vivent toujours à Ly Son) pour, sous les ordres des seigneurs se rendre chaque année dans l’archipel, y récupérer des restes d’épaves, et en ramener des produits de la mer. Avec les empereurs Nguyen la tradition se continue et se développe.

  • 1816 : Gia Long déclare les droits souverains de l’empire d’An Nam [Viêt Nam] sur l’archipel appelé alors « Cat Vang « .
  • 1833-1836 : Ming Mang ordonne l’érection d’un temple, la construction d’une stèle de souveraineté et la plantation d’arbres.
  • 1867 : Tu Duc décerne le titre de héros à des « binh si », soldats de la mer, ayant péri dans leur périple vers Hoang Sa… Autant d’actes étatiques cohérents et annuels de la part de l’empire d’An Nam [Dai Nam] qui justifient pleinement droit à souveraineté. Sans aucune contestation de la part de quelque autre État.

B) Première période coloniale jusqu’au début du XXème siècle : La Chine reconnaît implicitement cette souveraineté.

  • 1884 : traité de Hue. « La France s’engage à garantir l’intégrité des États de SM. Le roi d’An Nam ». Et donc des Paracels. La même année édition d’une carte chinoise de « l’empire unifié  » dont le point le plus austral est la pointe sud de l’île d’Hai Nan. Elle ne comprend donc pas Les Paracels.
  • 1885 : traité franco-chinois de Tianjin. La Chine renonce à toute prétention de suzeraineté sur l’An Nam et donc sur les Paracels.
  • 1906 : édition d’un manuel national d’enseignement de la géographie : le « Zhong guo dilixue giao keshu ». La limite australe de l’empire est toujours l’île d’Hai Nan.

C) Première période coloniale jusqu’en 1945 : naissance des appétits chinois.

  • 1909 : débarquement de 24h des troupes de l’Amiral Li Zhu sur l’île de Pattle. Opération commanditée par le gouverneur du Guang xi-Guangdong.
  • 1925 : le Gouverneur Général d’Indochine annonce que l’Archipel est sous la souveraineté de l’An Nam sous protectorat français.
  • 1925-1936 : série d’articles d’Henri Cucherousset dans « L’Éveil économique de l’Indochine » qui proteste contre la « mollesse » des devoirs protecteurs de la France sur l’archipel.
  • 1931-1932 : la Chine adjuge l’exploitation du guano (phosphates) sur l’archipel à des particuliers. Protestation officielle française.
  • 1937-1939: détachement de gardes coloniaux dépêché sur Pattle pour y construire un phare, une station météo, une station TFS et y dresser une stèle portant l’inscription « République française-Royaume d’An Nam-Archipel des Paracels : 1816-île de Pattle 1938 ».

D) Deuxième période coloniale jusqu’en 1954 : les appétits chinois deviennent prétentions souveraines naissantes.

  • 1945 : la Chine nationaliste reçoit mission de désarmer les Japonais au nord du 16ème parallèle.
  • 1947 : les troupes de Chang Kaï-chek débarquent sur les Paracels orientales. La France envoie un détachement militaire qui prend garnison sur Pattle et demande un arbitrage international. Refus de la Chine. La même année, apparition de la première ligne en U en 11 traits, matérialisant les prétentions souveraines chinoise sur 80% de la mer du Sud Est asiatique.
  • 1950 : la Chine évacue sa garnison de l’île boisée. Le contrôle de l’archipel est officiellement remis à l’empereur Bao Dai.
  • 1951 : conférence de San Francisco. Les Paracels et les Spratleys abandonnées par les Japonais, ne sont attribuées à personne. L’URSS propose de les placer sous la souveraineté de la Chine de Mao. Proposition rejetée à l’écrasante majorité. Le ministre des Affaires étrangères de Bao Dai réaffirme la souveraineté du Vietnam. Silence de la France.
  • 1954 : Accords de Genève. Toutes les îles passent sous l’administration de la République du Sud Vietnam. Pas de protestation de la Chine présente lors des négociations.

E) L’après Genève jusqu’au départ des Américains : la violence du fait accompli.

  • 1956 : retrait des Français et relève par les troupes de la République du Viêt-Nam sur Pattle et le groupe du croissant (Sud-ouest de l’archipel). Les troupes de la République populaire de Chine débarquent discrètement sur la partie orientale (Amphitrite) et ne la quitteront plus.
  • 1958 : note diplomatique du Premier ministre de la RDVN Pham Van Dong qui « enregistre et approuve » une déclaration de la RPC fixant à 12 milles nautiques la limite des eaux territoriales de la Chine. Pékin utilise encore aujourd’hui cette note pour étayer son argumentation de souveraineté.
  • 1974 : la marine de guerre chinoise s’empare de la totalité de l’archipel. 64 morts vietnamiens. La 7ème flotte US à proximité, appelée au secours par son allié sud-vietnamien, ne réagit pas. L’observateur de la République du Viêt-Nam à l’ONU demande un examen de la question par le Conseil de Sécurité. Sans succès. Aucun soutien des USA ni de la France.
tuongniem-haichien-HS1974
19 janvier 2014 : commémoration du 40e anniversaire de la bataille des Paracels © 2014 Tin Tuc Hang Ngay

F) L’après 1974 jusqu’en 2009 : consolidation de la base de Hoang Sa, légitimation et nouveaux coups de force.

  • 1982 : Convention de Montego Bay sur le droit à la mer signée et ratifiée par la Chine et le Vietnam : « Aucun État ne peut légitimement soumettre une partie de la Haute mer à sa souveraineté ».
  • 1988 : coup de force sanglant à Gac Ma (Johnson reef). 74 morts vietnamiens de la République Socialiste du Vietnam.
  • 1992 : la Chine octroie à la compagnie US Crestone Energy une concession d’exploitation située dans la ZEE du Vietnam.
  • 1989-1995 : occupation par la Chine de récifs et d’îlots supplémentaires dont celui de Panganaban reef (Mischief reef) dans la ZEE des Philippines.
  • 2002 : signature de la « Déclaration de (bonne) conduite » (DOC), gentlemen agreement, entre la Chine et les pays de l’ASEAN. « …Ne pas faire usage de la force ou de menace pour régler les différents ; ne pas compliquer la situation par de nouvelles édifications… » Début d’une campagne chinoise de menaces et de chantage pour dissuader les compagnies pétrolières étrangères de coopérer avec le Vietnam et les Philippines dans les ZEE de ces pays.
  • 2007 : loi chinoise instituant la ville de « Tam Sa » dépendant de Hai Nan et basée à Phu Lâm (Paracels).
BaoVeHSTS
« Ensemble exploitons et protégeons la mer et les îles du Viêt-Nam »

G) A partir de 2009, accélération de l’escalade et de sa légitimation.

  • 2009 : en mars, L’USNS américain « Impeccable » se voit barrer la route au large d’Hai Nan par des bâtiments de la flotte chinoise. Avril : à Quinddao, grand show international de la puissance militaire navale chinoise. Mai : note diplomatique chinoise au secrétaire général de l’ONU en réaction au dépôt de l’acte de souveraineté du Vietnam et de l’acte conjoint que ce pays a déposé avec la Malaisie. La Chine y affirme ses prétentions souveraines matérialisées par la ligne en U en 9 traits (ou langue de boeuf) englobant 80% de l’espace maritime et la totalité des archipels de la mer du Sud-Est asiatique. Du 16 mai au 1er août : Pékin décrète unilatéralement l’interdiction de pêcher dans la zone. Octobre : sommet de l’ASEAN en Thaïlande. La Chine refuse d’aborder de façon multipartite la question des différends en Mer du Sud-Est asiatique. Décembre : Pékin annonce sa décision de « développer le tourisme sur une grande échelle » dans la zone en U. L’assemblée nationale adopte la loi sur « la protection et le développement des îles ».
  • 2011 : en mai, agression sur le « Binh minh 02 » navire d’exploration sismique de la compagnie PetroVietnam, en ZEE du Vietnam. Septembre : agression sur le « Viking », autre navire vietnamien de prospection, dans la ZEE du Vietnam.
  • 2012 : sommet de l’ASEAN. La Chine fait pression sur le Cambodge, alors président, pour empêcher un communiqué commun en faveur d’un « Code de conduite » ayant force de loi en mer du Sud-Est asiatique. Avril-mai : affrontement de 3 semaines avec Les Philippines à Scarborough shoal (archipel des Spratleys) en ZEE des Philippines. Juillet : la Chine fait élire le Président de « Tam Sa » et installe un centre de communication satellitaire 3G sur l’île de Phu Lam. Août : vingt-trois-mille chalutiers chinois partent de Quang Dong et Hai Nan pour aller pêcher en mer du Sud-Est asiatique. Création aux Paracels d’une unité militaire de l’APL à l’échelle d’une division pour la « zone de défense de Tam Sa » comme « un appareil pour gouverner la mer ».
  • 2013 : en juin, édition du livre « Ville de Tam Sa, Chine : Histoire, ressources et rôle dans la défense nationale ». Novembre : zone d’Identification aérienne crée par la Chine dans la Mer dite de Chine orientale, vis à vis du Japon. Le Japon et les 10 pays de l’ASEAN se déclarent d’accord pour « coopérer davantage afin de garantir la liberté de survol et la sécurité de l’aviation civile ».
  • 2014 : en janvier, décret de la province de Hai Nan qui exige une autorisation pour tout chalutier « étranger » en activité dans la zone en U, sous peine de fortes amendes et de sanctions allant jusqu’ à la confiscation du chalutier et la comparution devant un tribunal chinois. Mai : implantation d’une plateforme de forage géante (HD 981) en pleine ZEE du Vietnam. Affrontements au large de l’île Tri Tôn (archipel de Hoang Sa) 10 policiers de la marine vietnamienne blessés, 4 bâtiments vietnamiens éperonnés et endommagés, un chalutier vietnamien coulé.
MerAsieDuSudEst
Le tracé en rouge de la « langue de bœuf chinoise » sur 80% de l’espace maritime

2°) Lignes de force de la stratégie expansionniste de Pékin

  • 1°) Dans ce « going out » annexionniste vers le Sud maritime, Pékin a commencé par le plus proximal : Les Paracels.
  • 2°) A partir de cette base qu’elle consolide, elle jette des ponts vers de nouvelles bases, par tache d’huile ou par coups de force ponctuels, à l’intérieur des ZEE des nations riveraines qu’elle veut transformer en « zones disputées ».
  • 3°) Toutes ces actions sont basées sur la violence militaire et sur la surprise. Aucun des traités ou accords signés aussi bien sur le plan international que sur le plan local ne sont respectés.
  • 4°) Au niveau tactique, Pékin utilise toujours des périodes de vide ou de faiblesse de puissance pour porter de nouveaux coups. (départ des colonialistes français en 1956, départ des USA en 1974, faiblesse de la RSVN privée du soutien de l’URSS dès la fin des années 70, faiblesse relative des USA, malgré leur politique de « pivot » vers la zone Pacifique-Asie… Faiblesse économique de l’Europe demandeuse de contrats chinois provisoirement salvateurs).
  • 5°) Sa tactique diplomatique et économique est toujours celle de la division. Par gratifications ou par rétorsions économiques. Le refus d’arbitrage international ou de discussion multilatérale est une constante historique de sa diplomatie.

3°) Responsabilités et dette de la communauté internationale

  • a) L’État colonialiste français a d’une certaine façon aidé l’An Nam a se libérer de l’emprise chinoise et a assimiler des « territoires sans maître » (dans les Spratleys ) dont le Vietnam a hérité au titre de l’ « Uti Possidetis Suis ». Mais, d’un autre côté, il a quelquefois aiguisé les appétits chinois en oubliant ou trahissant les intérêts de l’État « protégé » pour ses propres visées à court terme. « Les Paracels pourraient constituer une matière de marchandage ou une contre-partie à des concessions (avec la Chine) de notre part sur d’autres points » (lettre du 20 mars 1930 de P. Pasquier, Gouverneur général de l’Indochine au ministre des colonies). Il en est de même du mutisme de la France lors de la Conférence de San Francisco en 1951 et lors de l’invasion chinoise des Paracels en 1974…
  • b) Les USA, administration Nixon-Kissinger : abandon total lors de l’invasion chinoise de 1974. Mutisme de la 7ème flotte à proximité. Kissinger : « La position des USA est de ne pas soutenir les prétentions de souveraineté vietnamiennes sur les îles. » (Foreign relations of the United States 1969-1976; Volume VIII; China 1973-1976: Document 66).
  • c) Aujourd’hui. Toutes proportions gardées, l’Histoire a déjà connu des dictatures ponctuellement puissantes en quête d’ « espace vital ». Le traité de Munich en 1938 a montré l’illusion qui consiste à acheter la paix à de tels régimes en abandonnant à leurs appétits des espaces souverains d’autres nations. Winston Churchill commentait ainsi ce genre d’abandon : « On nous a proposé la honte ou la guerre. Nous avons choisi la honte et nous avons eu la guerre ». Être neutre aujourd’hui, c’est faire respecter le droit international contre la politique de la canonnière. C’est aussi une façon de ne pas subir soi-même la loi du canon.
ngu_dan_VietTTXVN
Pêcheurs vietnamiens © TTXVN

4°) Les pêcheurs du Centre du Vietnam :

les droits de l’Homme s’arrêtent-ils où commence la mer ?

L’Histoire, c’est aussi la vie quotidienne des simples gens. Pour des dizaines de milliers de pêcheurs vietnamiens qui doivent aller gagner leur vie autour des îles Paracels, c’est une tragédie permanente car chaque sortie en mer peut être la dernière.

La plupart des informations concernant les agressions chinoises sur les pêcheurs sont de sources très officielles : Rapports du poste 328 des garde-côtes et du Comité populaire de district de Ly Son. Certaines informations proviennent aussi de journaux officiels vietnamiens (Tuoi Tre, Thanh Nien, Vietnam net, Phap luat, Dan tri, Saigon Tiep Thi, Lao Dong, et de la BBC). Ces statistiques sont cependant incomplètes car ces informations, jugées « sensibles » sont difficiles à obtenir de la part des autorités et les pêcheurs n’ont pas la liberté et l’organisation pour les communiquer. (Année 2008 par exemple.)

De 2002 à 2014, j’ai pu répertorier des centaines d’agressions. Environ 2000 pêcheurs en ont été victimes. 30 tués ou « disparus » par temps calme. 120 dont le chalutier a été éperonné et qui ont été sauvés in extremis. 500 emprisonnés sur l’île de Phu Lam de quelques jours à près de 2 mois et libérés contre rançon payée par la famille (7000 à 8000 USD). Matériel de pêche systématiquement détruit ou confisqué. Prise de pêche confisquée.

Voir en fin d’article le film documentaire « Hoang Sa Vietnam : La meurtrissure ». (film toujours interdit de projection au Vietnam).

Ces hommes et leurs familles sont les victimes d’une véritable politique terroriste qui vise à vider cette partie de la mer des pêcheurs vietnamiens absolument sans défense pour les remplacer par des pêcheurs chinois. Jusqu’ici les organisations internationales comme Amnesty international, interpellées pour réagir face à ces traitements inhumains, sont restées sans réaction. L’État du Vietnam non seulement ne protège toujours pas ses pêcheurs mais n’ose même pas les organiser pour faire un procès à la Chine devant le Tribunal international sur le droit à la mer…

Lyon, le 24 mai 2014

André Menras

Pour citer cet article :

Menras, André (30 mai 2014), « L’affaire de la plateforme de forage chinoise : une nouvelle avancée dans la stratégie d’expansion en “tâche d’huile” et en “coups de bélier” pour annexer la mer du Sud-Est asiatique », Mémoires d’Indochine [carnet de recherche] : https://indomemoires.hypotheses.org/15066 (Page consultée le …).