Archives par mot-clé : corruption

Dernières nouvelles du Viêt-Nam [presse]

[ndlr] Quelques articles à lire sur l’évolution de cette nation : liberté d’expression, maux sociaux et géopolitique.

AFP / Europe 1, « Vietnam : une chanteuse interpellée pour un slogan injurieux contre Trump« , Europe 1, 12/11/2017. L’artiste vietnamienne Mai Khoi a été interpellée après avoir brandit une pancarte injuriant Trump lors de son passage à Hanoï.

Bruno Philipp, « Face à la Chine, le repli de Trump inquiète le Vietnam« , Le Monde, 10/11/2017. Le retrait des États-Unis du Partenariat trans-Pacifique, zone de libre-échange contournant la Chine, est une très mauvaise nouvelle pour Hanoï.

David Hutt, « Down and out in Vietnam« , Asia Times, 04/11/2017. Depression, suicide and alcoholism are all on the rise as urbanization, job competition and failed expectations take a collective toll on the nation’s mental health

Kenneth Szabo, « Vietnam’s Skewed Sense of Social Justice« , Modern Diplomacy, 12/09/2017.

Harold Thibault et Bruno Philip, « Au Vietnam, la répression des blogueurs s’intensifie« , Le Monde, 21/07/2017. Après des manifestations contre l’inaction du régime dans un scandale écologique, les arrestations se multiplient.

Vincent Degenon, « Vietnam : la répression des blogueurs s’intensifie« , News Bénin Web TV, 25/07/2017.

[autres nouvelles à suivre sur RFI ]

Image « à la une » : A Vietnamese woman weeps as she waits for news about a family member who went missing during a bridge collapse © AFP/ Stringer

Le Huu Khoa : Anthropologie du Vietnam – Vol. 5. L’espace cognitif du peuple

[ndlr] Parution du 5e volume de la série Anthropologie du Vietnam du Professeur Le Huu Khoa. Présentation de l’éditeur.

LeHuuKhoa_Anthropologie_5L’auteur explore dans ce volume les rouages du Parti communiste vietnamien. Reconnu par la population comme un acteur capital et positif de la lutte pour l’indépendance, il est aujourd’hui critiqué pour toutes ses dérives autoritaires, voire mafieuses.

Le fonctionnement clanique actuel aboutit à un affaiblissement considérable des valeurs, mais aussi des qualités intellectuelles et de l’aptitude à gouverner des dirigeants. Les liens familiaux, d’intérêts, la corruption, ont dévalorisé non seulement le pouvoir, mais encore des secteurs essentiels pour l’avenir du pays comme l’Éducation, la Recherche, entre autres.

Les limites et les déchirements internes du Parti communiste vietnamien se vérifient tragiquement dans l’attitude des dirigeants vis-à-vis de la Chine, voisin surpuissant qui prend une place grandissante dans le contrôle économique du pays, et qui annexe peu à peu des îles et des archipels du Pacifique appartenant au Vietnam. La politique du Parti est un facteur de rupture croissante entre les dirigeants et le peuple.

Source : Les Indes savantes

Autres volumes parus aux Indes savantes :
Anthropologie du Vietnam. Vol. 1 – L’espace mental du lien (2009)
Anthropologie du Vietnam. Vol. 2 – L’espace spirituel de la vie (2009)
Anthropologie du Vietnam. Vol. 3 – L’espace réflexif de l’homme (2011)
Anthropologie du Vietnam. Vol. 4 – L’espace singulier du destin (2014)

Nicke Davies : Vietnam 40 years on: how a communist victory gave way to capitalist corruption [The Guardian]

[ndlr] A l’approche du 40e anniversaire de la fin de la guerre du Viêt-Nam, signalement d’un article de Nick Davies sur l’horreur de la guerre (vue exclusivement de son versant américain et sud-coréen), le poids des destructions et les conséquences inattendues du conflit (capitalisme, corruption, inégalités sociales). Un survol partial et partiel (quid des années d’après-guerre, des Boat people, de la guerre au Cambodge et de la réconciliation manquée ?) qui amène le lecteur à s’interroger sur les raisons profondes d’un incroyable désastre humain et social. En fin de billet, liens vers d’autres articles publiés par The Guardian.

After the military victory, Vietnam’s socialist model began to collapse. Cut off by US-led trade embargos and denied reconstruction aid, it plunged into poverty. Now its economy is booming – but so is inequality and corruption.

VNWar_USArmyHelicoptersMarch1965
US army helicopters provide covering fire for South Vietnamese troops as they attack a Vietcong camp near the Vietnam-Cambodia border in March 1965 © AP/Horst Faas

Early one morning in February 1968, when the fighting in central Vietnam had reached a new level of insanity, a group of South Korean soldiers swept into a village called Ha My, a straggly collection of bamboo huts and paddy fields about an hour outside the city of Danang. They were from a unit called Blue Dragon, which was fighting alongside the Americans, attempting to suppress the communist uprising.

For weeks, they had been herding farmers and their families into a crowded compound that the Americans called a “strategic hamlet”. By taking the farmers out of their villages, they hoped they could starve the communist guerrillas of food and shelter. And for weeks, the farmers and their families had been escaping, trailing back to Ha My, loathing the captivity of the strategic hamlet, needing to farm their land. Now, the Blue Dragon soldiers had had enough.

In the hour that followed their arrival, the Koreans herded the waking villagers into small groups and then, methodically, opened fire. An hour later, they had killed 135 of them. They then burned their homes and bodies, and bulldozed the whole mess into mass graves. For years the truth lay buried, too.

Now there is a monument to that massacre, built 30 years later at the expense of Blue Dragon soldiers who came back offering genuine remorse. But there is something wrong. The monument stands proud, as big as a house, with ornate roofing that shelters two collective tombs and a large gravestone carrying the names of the adults and children who died. But there is no explanation for their deaths.

[…]

“We traded millions of lives for independence and equality. When I was in prison I imagined the country would be clear of corruption after the war, but it didn’t happen. The development of the country should proceed, so we don’t go against those who make money legitimately. But we can’t allow those who make illegitimate money to continue to make poor people poorer.” (Nguyen Cong Khe)

Lire la suite / Read more : The Guardian, 22/04/2015.

Voir aussi :

Thi-Hien Tran et Pierric Le Neveu: Vietnam – 40 ans après la victoire contre les Américains – Impressions de voyage

ReportageVietNam2014[ndlr] Voici un reportage à vif de Tran Thi Hien sur son pays natal. Celle qui « a fermé les yeux pendant des années » par affection pour les siens et sa terre offre un tableau saisissant du Viêt-Nam communiste tout en expliquant ce qui a motivé son nouvel engagement pour une évolution politique pacifique. A lire sur Mediapart.

Embarquement à Roissy, ce 21 août 2014, pour un voyage de quatre semaines au Vietnam. Atterrissage à Ho Chi Minh-Ville et correspondance vers Da Nang où nous attendent mes anciens camarades d’études en Pologne pour quelques jours de partage de souvenirs et d’excursions… Puis nous avons continué notre route vers le Nord, parcourant 2 500 kilomètres en train via Hue, Dong Hoi, Thanh Hoa, Ninh Binh, Ha Noi, Ha Giang, Dong Van, Hai Phong, et Ha Long, en profitant de séjours d’un à trois jours à chacune de ces étapes.

Pierric a rédigé fin septembre un compte-rendu de voyage lié à nos actions en faveur des victimes de l’Agent Orange à Thanh Hoa qu’il a publié sur le site du FaAOD — www.faaod.fr — et sur les pages des réseaux sociaux qu’il abonde. Je tenais, de mon côté, à partager un ressenti un peu différent, tant avec mes amis « proches » du Vietnam qu’avec tous ceux qui envisagent d’aller un jour visiter mon pays natal.

Je voudrais leur dire que malgré le bonheur de fouler la terre de mes ancêtres, j’ai souffert de constater un sentiment d’injustice affectant de plus en plus profondément tous ceux que nous avons rencontrés. Je comprends que la politique du pays est subie et souvent sujette à caution, qu’elle ne semble plus être en phase avec les aspirations du peuple, qu’elle reste floue, et que, malgré l’émergence d’une classe moyenne, les riches deviennent de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres.

Le Vietnam est gouverné par un parti unique. Les médias dépendent de l’État, l’éducation nationale et les programmes scolaires sont définis par le gouvernement ; les représentants de l’état, la police et l’armée, sont omniprésents dans la vie de tous les jours de chaque citoyen qui peut être amené à rendre compte de ses actes à tout moment.

J’ai ressenti, plus particulièrement cette année, un mécontentement généralisé à tous les niveaux de la société. C’est le cas, pour commencer, des anciens combattants qui ont risqué leur vie contre l’armée américaine, qui n’en sont pas toujours revenus indemnes et qui n’oublient pas le sacrifice de leurs camarades, les victimes civiles, la destruction de leur environnement et la perte de leurs maigres biens. Quarante ans après la fin de la guerre, ils ne reconnaissent, ni les visions de l’oncle Ho, ni l’engagement et les promesses du parti qui les a façonnés. Comme s’ils pensaient : « tout ça pour ça »…

Les jeunes voudraient plus de liberté ; les intellectuels (écrivains, avocats, professeurs d’université…) réclament de pouvoir exercer sans contrainte leur métier ; les ouvriers aspirent à davantage de justice sociale face aux patrons qui les exploitent ; les paysans rêvent d’une vie moins pénible et de ne pas courir le risque de se voir confisquer leurs terres pour des grands travaux ou des complexes immobiliers qui ne les concernent pas…

La vie des citoyens vietnamiens est de fait complètement « encadrée » dans une société rongée par la corruption.

Lire la suite sur Mediapart, 24/11/2014.

Article complet en PDF.

[AFP] Cambodge: crise financière au tribunal pour les Khmers rouges

Les Khmers rouges, au pouvoir entre 1975 et 1979, ont mis en place une dictature violente, faisant près de deux millions de morts. © Archives / Reuters.

 

Didier LAURAS
Agence France-Presse
PHNOM PENH

Ereinté par les critiques depuis son premier jour, le tribunal de Phnom Penh pour les Khmers rouges a surmonté toutes les épreuves, mais celle qu’il affronte actuellement menace en théorie jusqu’à son existence: il n’a plus d’argent.

Le budget 2013 n’a toujours pas été voté par les bailleurs de fonds, qui demandent au Cambodge un effort supplémentaire avant d’eux-mêmes augmenter leur participation.

Les employés étrangers ont été officiellement reconduits jusqu’à l’été. Mais depuis le 1er janvier, quelque 270 employés cambodgiens travaillent sans contrat. Ils n’ont pas été payés depuis novembre.

La cour doit trouver environ 9,5 millions de dollars. Une somme modeste sur le papier, mais une fortune compte tenu des relations tourmentées entre les donateurs et le gouvernement de Phnom Penh, accusé de ne rien faire pour sauver une juridiction qui juge les plus hauts responsables du régime de Pol Pot (deux millions de morts entre 1975 et 1979).

«Il y a une certaine lassitude des bailleurs qui se battent pour financer le tribunal et ont parfois l’impression que le gouvernement n’est pas pleinement mobilisé sur le sujet», constate un diplomate étranger. «Personne ne semble avoir d’argent pour payer».

D’autres sources évoquent un bras de fer malsain entre les bailleurs et le gouvernement de Hun Sen, un ex-Khmer rouge devenu premier ministre en 1985. «Il y a deux voitures lancées l’une contre l’autre à pleine vitesse pour voir qui tournera et évitera l’accident», ironise un cadre étranger du tribunal.

Entré en fonction en 2006 après des années de négociations, le tribunal a essuyé toutes les critiques. Corruption, pression politique sur les dossiers, lenteur des procédures au risque de voir mourir les trois derniers accusés, tous octogénaires, avant que justice soit rendue.

Lire la suite, La Presse, 10/02/2013