Archives par mot-clé : colonisation

Centre n° 2 des Archives nationales : Fonds du Gouvernement de Cochinchine [vidéo]

[ndlr] Présentation vidéographique du Fonds du Gouvernement de Cochinchine (en abrégé GouCouch) conservé à Ho Chi Minh-Ville au Centre n°2 des Archives nationales du Viêt-Nam. Entretiens avec les chercheurs vietnamiens Ha Minh Hong, Le Huu Phuoc et notre collègue Pascal Bourdeaux, maître de conférences à l’EPHE (Paris) sur ce fonds très riche qui s’étend sur près de 2,5 km linéaires.

The National Archives Center No.2 is taking the mission of preserving the largest number of materials in all agencies of the State Records Management and Archives Department of Vietnam.

 

Caroline Herbelin : Architectures du Vietnam colonial. Repenser le métissage

[ndlr] Parution de l’ouvrage issu de la thèse de Caroline Herbelin. Présentation de l’éditeur.

Herbelin_ArchitecturesVietnamColonial_RepenserLeMétissageL’architecture a très peu été étudiée dans l’Indochine française, contrairement au Maroc, l’Algérie ou l’Égypte de l’époque coloniale. Architectures du Vietnam colonial comble amplement cette lacune. Mais ce livre est aussi un ouvrage décisif sur l’histoire politique et sociale des échanges culturels au sein de cette colonie française. Il en renouvelle en profondeur les perspectives tant par son approche méthodologique que par sa réflexion théorique sur le concept d’hybridation, sur le moment colonial. Il est appelé à faire date dans les études coloniales en France.

L’originalité de cet ouvrage provient de ce que Caroline Herbelin a fondé son étude sur une enquête de terrain vaste et approfondie. À commencer bien sûr par une consultation des archives, françaises comme vietnamiennes. L’auteur a ainsi pu reconstituer les discussions qui ont présidé à la création d’une section Architecture dans l’École des beaux-arts de l’Indochine créée par Victor Tardieu, concernant le choix des matériaux de construction, « indigènes » (bambou, bois, paillote, torchis) ou métropolitains en dur (fer, béton, tuiles, briques), etc. L’auteur a également suivi les cheminements des techniques entre la métropole et la colonie jusque dans leur perception et formulation, pour identifier les interactions des deux systèmes techniques mis en présence. Pour finir, elle a interrogé la mémoire des vivants, témoins contemporains des survivances et des suites de l’époque coloniale.

Ce matériau riche et divers que Caroline Herbelin rassemble en lui restituant toute sa vie, lui a, en retour, permis d’opérer un déplacement décisif dans la définition de son objet d’étude, l’architecture. Celle-ci n’est plus abordée du seul point des bâtiments effectivement construits, ou de leur portée esthétique, mais aussi comme un objet d’art au sens étymologique d’ars, c’est-à-dire comme ce qui est fabriqué par les hommes et s’inscrit dans un jeu de relations économiques, politiques et sociales et est doté d’une « vie sociale ». L’approche se doit dès lors d’être concrète, matérielle et pratique : il s’agit de comprendre comment la construction d’un bâtiment a résulté de négociations et de stratégies entre les différentes instances et relais des pouvoirs colonial et local, entre les populations « indigène » et française, mais aussi entre les différentes solutions techniques et esthétiques qui se sont offertes à ce moment-là.

Une histoire, des histoires se racontent à travers cette enquête et qui ne sont pas celles que l’on attend. Caroline Herbelin ne fait pas le récit d’une architecture qui serait nécessairement l’instrument d’une domination unilatérale, a fortiori en contexte colonial ; elle ne retrace pas l’aventure d’une architecture triomphante où Saigon ferait figure de la « perle française de l’Extrême-Orient » et Hanoi est comparée à Paris ; elle ne se limite pas non plus à l’histoire politique énoncée par les pouvoirs, celle d’une politique dite d’« association », prônée par Albert Sarraut dès le début des années 1910, qui devient au fil du temps « politique de collaboration », ni à une histoire événementielle. Ce qu’elle décrit, par exemple, derrière des pratiques dites de « zoning » (découpage du territoire en zones fonctionnelles différenciées), derrière des pratiques de ségrégation souvent contrecarrées en raison de nécessités matérielles, c’est l’apparition d’une autre ville entre les plans, où des Français habitent des maisons « vietnamiennes » et inversement. Ce sont les tentatives de la fondation d’un style « indochinois » prônée par l’architecte français Ernest Hébrard, puis l’apparition des premiers architectes vietnamiens formés à l’École des beaux-arts d’Indochine avec le soutien de Victor Tardieu et l’ouverture du premier cabinet franco-vietnamien.

Ces récits démontrent, notamment à propos du style néoclassique ou de la récente apparition d’un « nouveau style français », l’existence de circulations interasiatiques tout aussi décisives que des transferts d’ouest en est. Ce qu’elle révèle donc, c’est qu’il n’y a pas une architecture coloniale à proprement parler, mais des phénomènes de métissage qui s’inscrivent dans un rapport complexe de différentes historicités enchâssées, de différentes cultures entrecroisées, et dans lequel vient s’inscrire le moment colonial. L’image qu’elle a choisie en couverture de son ouvrage révèle une somptueuse maison Art Déco construite dans la campagne du Vietnam du Sud par un maître d’œuvre vietnamien: les échanges culturels sont bien loin de s’être limités à l’architecture savante, citadine, ils ont aussi gagné l’architecture populaire des campagnes…

Jeune chercheuse spécialiste de l’Asie, des échanges culturels et de l’histoire urbaine au Vietnam, Caroline Herbelin est maître de conférences et enseigne à l’université de Toulouse-Jean-Jaurès. Elle est membre associée au Centre de Recherches sur l’Extrême Orient de Paris – Sorbonne (CREOPS), au laboratoire de recherche France Amériques Espagne. Sociétés, Pouvoirs, Acteurs (FRAMESPA) et Présidente de l’Association française pour la recherche sur l’Asie du Sud-Est (AFRASE). Elle a été conseillère de l’exposition « Indochine, des territoires et des hommes, 1856-1956 », dont elle a coédité le catalogue, publié chez Gallimard en 2013.

Réf. : Herbelin, Caroline, Architectures du Vietnam colonial. Repenser le métissage, Paris, INHA / CTHS, 2016, 367 pages, 80 illustrations noirs et blanc – 33 € – ISBN : 978-2-7355-0846-4

Source : INHA (Institut national d’histoire de l’Art)

Christopher Goscha: « Towards a History of Modern Vietnam » [Cornell University]

[ndlr] Excellente conférence de notre collègue Christopher Goscha à l’occasion de la présentation de son nouvel ouvrage sur le Viêt-Nam. Une nouvelle histoire pour comprendre la pluralité du Viêt-Nam d’aujourd’hui et comment ce pays s’est construit culturellement, géographiquement, humainement.

Cornell Voices on Vietnam Spring 2016 Speakers’ Series presents  Professor Christopher Goscha (Professor of History at Université du Québec à Montréal) – « Towards a History of Modern Vietnam. » Recorded May 5, 2016.

This event is co-sponsored by Southeast Asia Program, the Department of Asian Studies, the Department of History and the Department of Government.

Acclaimed historian and Vietnam specialist Christopher Goscha discusses his latest work, The Penguin History of Modern Vietnam (2016). Popular impressions of Vietnam are still largely dominated by the Vietnam War, with most English-language accounts focused on American experiences, sources, and perspectives. But Vietnam’s history is much richer and more complex than a mere Cold War confrontation, complete with expansion, schisms, colonial conquest and subjugation, cultural renaissance, and revolution.

Drawing on research and discoveries from a host of Vietnamese-language and global sources, Professor Goscha outlines a rich and compelling overview of modern Vietnamese history, portraying a cast of memorable characters – from Emperors to rebels, poets to priests – and providing a fascinating look at the intricacies and complexities of modern Vietnamese history. Compelling for scholars and non-specialists alike, The Penguin History of Modern Vietnam represents the first English-language general history of contemporary Vietnam.

Source : Voices On Vietnam

Christopher Goscha : The Penguin History of Modern Vietnam

[ndlr] A paraître le 30 juin 2016. Le nouvel ouvrage de Christopher Goscha, professeur à l’UQAM (Montréal), sur l’histoire du Viêt-Nam, une somme de 672 p. Présentation de l’éditeur.

Goscha_ThePenguinHistoryofModernVietnam_2016

Over the centuries the Vietnamese have beenboth colonizers themselves and the victims of colonization by others. Their country expanded, shrunk, split and sometimes disappeared, often under circumstances far beyond their control. Despite these often overwhelming pressures, Vietnam has survived as one of Asia’s most striking and complex cultures.

As more and more visitors come to this extraordinary country, there has been for some years a need for a major history – a book which allows the outsider to understand the many layers left by earlier emperors, rebels, priests and colonizers. Christopher Goscha’s new work amply fills this role. Drawing on a lifetime of thinking about Indo-China, he has created a narrative which is consistently seen from ‘inside’ Vietnam but never loses sight of the connections to the ‘outside’. As wave after wave of invaders – whether Chinese, French, Japanese or American – have been ultimately expelled, we see the terrible cost to the Vietnamese themselves. Vietnam’s role in one of the Cold War’s longest conflicts has meant that its past has been endlessly abused for propaganda purposes and it is perhaps only now that the events which created the modern state can be seen from a truly historical perspective.

Christopher Goscha draws on the latest research and discoveries in Vietnamese, French and English. His book is a major achievement, describing both the grand narrative of Vietnam’s story but also the byways, curiosities, differences, cultures and peoples that have done so much over the centuries to define the many versions of Vietnam.

ChristopherGoscha_portraitChristopher Goscha is professor of history at the University of Quebec at Montreal. He has spent much of his adult life studying the people, politics and history of Southeast Asia, particularly Thailand, Cambodia, Laos and Vietnam. He studied at Georgetown University and the Ecole Pratique des Hautes Etudes (IVème Section, La Sorbonne, Paris). He has written extensively about many of the different regions of Indo-China.

Source : Penguin

 

Le corps en perspective – Journée d’étude SFHOM – vendredi 27 mai 2016

[ndlr] La SFHOM vous fait part de cette journée d’étude qui se tiendra à la Sorbonne le 27 mai prochain, sur le thème :

LeCorpsEnPerspective_SFOM_2016

Le corps en perspective

Représentations, pratiques et prises en charge dans les colonies

Cette journée d’étude entend nourrir le chantier de l’histoire du corps « colonial », celui du colonisé et celui du colonisateur, en s’interrogeant plus spécifiquement, tant le champ est vaste, sur la question de leur définition et des politiques de prises en charge du corps qu’elles supposent. C’est de l’histoire culturelle, assurément, mais comment se priver de l’histoire sociale, politique, voire même paradoxalement de celle des idées ? Et comment, dans une histoire coloniale, laisser de côté la dimension économique, celle de l’exploitation des corps, de leur contrôle ? Le corps n’est-il pas le lieu d’exercice et d’inscription de tous les pouvoirs ? Il est aussi celui des résistances et des réappropriations, coloniales ou postcoloniales. Le but est également de resituer le corps et les systèmes genrés qui l’accompagnent au cœur des modes de vie des différentes communautés.

  • 9h30 : Introduction : Jacques Dumont, responsable de la journée d’étude, « Corps-objet ? Le corps objet de recherche en milieu colonial »
  • 10h00 : Monia Lachheb, « La construction du corps des femmes dans la Tunisie coloniale : Négociation ou métissage ? »
  • 10h30 : Delphine Pereiti-Courtis, « La nudité africaine dans la littérature médicale française (1780-1950) »
  • 11h : Brice Fossard, « Les populations colonisées doivent-elles faire du sport ? »
  • Discussion : 11h30-12h30

PAUSE-DÉJEUNER

  • 14h15 : Hugues Tertrais, « Que faire des “techniques du corps” de Marcel Mauss ? »
  • 14h45 : François Guillemot, « Indochine/France : un corps à corps utopique » (titre provisoire)
  • 15h15 : Christine Mussard, « Voisinages coloniaux dans les villages de l’Algérie rurale : les indices de la présence de l’autre »
  • 15h45 : Olivier Malo, « La capoeira, d’un corps brésilien à la brasillanité (1908-2009) : un même idéal, des conceptions plurielles »
  • 16h15-17h15 : Discussion

Programme en ligne : SFHOM

Séminaire « Mémoires d’Indochine » 2015 : Séance 1

Année universitaire 2015-2016 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

MémoiresIndochine_2015_vintage

Séance 1 : mardi 29 septembre 2015

Mémoires de l’engagement révolutionnaire et de la lutte pour l’indépendance

En préambule de cette séance, nous aborderons la question de la constitution du corpus mobilisé pour le séminaire, des biais qu’il peut contenir et du débat qu’il a suscité au sein de la communauté vietnamienne et des chercheurs.

Dans toute la péninsule indochinoise, le processus révolutionnaire est né de la colonisation et s’est imposé face à l’inertie et la brutalité du pouvoir colonial. Quels étaient les motivations de ceux qui ont choisi l’engagement révolutionnaire ? Quelles étaient les pratiques et les approches révolutionnaires ? Quelles étaient les voies qui s’offraient pour accéder à l’indépendance ? Nous interrogerons le parcours d’un mineur, d’un musicien renommé, d’une résistante sudiste communiste et du fondateur de la République Démocratique du Viêt-Nam (RDVN). Nous analyserons les discours, les gestes, les contextes historiques, les constructions du dialogue et les situations données.

Sources orales à discuter :

CaoXuanNghia_OpenVault_1981[date : 9 mars 1981, durée : 13:19, texte traduit en regard]

PhamDuy_1982_OpenVault[date : 11 juin 1982, durée : 14:42, texte traduit en regard]

NguyenThiDinh_1981_OpenVault[date : 16 février 1981, à visionner jusqu’à 13:38, texte traduit en regard]

* * *

Deuxième partie du séminaire : retour sur l’itinéraire politique d’Ho Chi Minh

HoChiMinh_PortraitPolitique[Le cheminement politique d’Ho Chi Minh présenté par l’intellectuel communiste Nguyen Khac Vien, entretien en français, à visionner jusqu’à la minute 08:00 – Retranscription de cette partie de l’entretien]

Pour en savoir plus :

  • Brocheux, Pierre, Ho Chi Minh, Paris, Presses de Sciences Po, Références facettes, 2000.
  • Hémery, Daniel, Ho Chi Minh, de l’Indochine au Vietnam, Paris, Découvertes / Gallimard, 1990.
  • Nguyen The Anh, « Du rêve mandarinal au chemin de la révolution : Hô Chi Minh et l’Ecole coloniale », in Nguyen The Anh, Parcours d’un historien du Viêt Nam, Paris, Les Indes savantes, 2008, pp. 496-502.

Voir aussi sur Mémoires d’Indochine :

Autres liens :

MémoiresIndochine_2015_Séance1

De l’Indochine au Viêt Nam : la colonisation des corps à l’oeuvre et en débat

LaColonisationDesCorps_Débat[ndlr] A l’occasion de la Journée internationale de la femme (8 mars) et de la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale (21 mars), le Centre d’études postcoloniales de Lyon a organisé une rencontre-débat à la librairie Terre des Livres à Lyon autour de l’ouvrage collectif La colonisation des corps dirigé par Agathe Larcher-Goscha et François Guillemot.

La rencontre a débuté par une présentation des objectifs du Centre d’études postcoloniales de Lyon par Adama Sidibé (auteur d’une thèse en philosophie à Paris 8 : Réflexions sur la gouvernementalité en Afrique noire postcoloniale. La postcolonie repensée à travers une lecture Foucaldienne) suivie d’une présentation par François Guillemot (texte ci-dessous) de l’ouvrage en question.

Elle s’est poursuivie avec une communication de Paul Mvengou Cruzmerino sur un des aspects de sa récente thèse en anthropologie soutenue le 6 février 2015 et intitulée Entre Afriques et Amériques latines. Citoyennetés, mémoires noires et mondialisations. Le Gabon et le Mexique noir (Université Lumière Lyon 2).

 

De l’Indochine au Viêt-Nam :

La colonisation des corps à l’œuvre et en débat

Cet ouvrage constitue le premier aboutissement d’un projet sur la problématique du corps en Asie (le Viêt-Nam étant un cas parmi d’autres) que nous avons mis sur pieds en 2007, Agathe-Larcher Goscha et moi-même. Il s’est concrétisé par un colloque sur les « identités corporelles au Viêt-Nam » qui s’est déroulé sur deux jours en mai 2007 autour d’une vingtaine d’interventions. L’idée d’éditer les textes clés de cette manifestation scientifique était évidente mais a pris beaucoup de temps, à la fois dû à nos calendriers surchargés et à la difficulté de trouver un éditeur intéressé par notre projet sous la forme d’un ouvrage collectif.

Quoiqu’il en soit, Vendémiaire, un éditeur spécialisé dans les études historiques, a pris fait et cause pour ce projet éditorial et nous avons pu rassembler 14 contributions en les organisant en chapitres thématiques, abordant tour à tour un aspect de notre questionnement sur le corps. Il s’agissait de rappeler l’importance de cette problématique dans les études vietnamiennes (Huard et Durand, Connaissance du Viêt-Nam, 1954) mais aussi dans la vie sociale des Vietnamiens et de réfléchir sur son évolution à travers un vingtième siècle extrêmement violent, marqué par la guerre et par des bouleversements culturels, politiques, sociaux ou économiques.

Evoquons rapidement la genèse de la confrontation coloniale. Le Viêt-Nam (réunifié par l’empereur Gia Long en 1802) devait subir, à partir du milieu du XIXe siècle, les premières attaques contre son territoire et une monarchie déjà déclinante. Ce pays fut conquis par les armes et la guerre contre les corps que décrivit Pierre Loti (Trois journées de guerre en Annam, 1883) annonçait un siècle de turbulences précoces et d’une rare intensité jamais égalées dans les autres parties de l’empire colonial. Rappelons que le Viêt-Nam fut démantelé, je devrais dire « démembré » lors de la constitution de l’Union Indochinoise en 1887. Son territoire fut administrativement divisé en trois tronçons : Tonkin, Annam ou Cochinchine avec des degrés divers d’implication des forces coloniales mais le tout restant relativement proche d’une administration directe. Fière d’apporter à ce peuple colonisé « sa mission civilisatrice », la France affichait de fait un déni d’existence à cette civilisation ancienne à la fois autonome et sinisé. Cependant la modernité s’imposa aux Vietnamiens comme une contrainte mais aussi une évidence et ils en firent leur projet.

L’objectif de cet ouvrage est bien d’enquêter sur cette contrainte à travers la thématique du corps. L’ouvrage s’appuie sur une chronologie longue en débutant par les aspects culturels pré-coloniaux, décryptés dans le chapitre 1 par l’ethnologue et ethnobotaniste Dinh Trong Hieu. D’emblée, ce chapitre essentiel pour notre compréhension du « corps indigène » pose les marqueurs essentiels de ce qui constitue le corps chez les Vietnamiens : la face, la tête et le ventre. L’analyse des fonctions sociales des éléments les plus importants du corps est admirablement exposée ici. La face représente ce « moi social » si prégnant dans la société vietnamienne où l’on peut « perdre la face » dans son rapport à l’autre ; la tête qui surplombe tout (p. 39) et dirige l’être sans le penser. Celui qui pense, doute, hésite, s’exprime c’est le ventre combinaison de l’estomac et des entrailles. A l’appui d’un vocabulaire riche et expressif illustrant les actes de la vie quotidienne, Dinh Trong Hieu nous initie à la valeur de ce qui fonde la personne vietnamienne dans son intégrité corporelle, psychique, psychologique, culturelle et cultuel.

Le second chapitre de l’historien de la colonisation Alain Ruscio nous plonge directement dans cette altérité intimement liée au contact colonial. Ici le corps des autres est méprisé, incompris ou nié. Alain Ruscio expose les représentations dévalorisantes du corps colonisé pour ne pas faire oublier que l’entreprise coloniale fut profonde, touchant l’âme et les cœurs, mais aussi les corps dans leur gestuelle propre dans leur essence même. Le Vietnamien, malgré l’attirance qu’il exerce chez certains ne vaut finalement pas grand chose aux yeux du colonisateur. Il reste « étrange » à ses yeux. Ruscio montre tout compte fait que l’effort de compréhension vient du colonisé plutôt que du colonisateur. Nous retrouvons ici une thématique chère à Albert Memmi.

Cette première évaluation coloniale qui transparaît surtout dans la littérature des années vingt et trente, prend une dimension anthropométrique dans le chapitre trois. Agathe Larcher-Goscha, historienne, se penche sur un aspect peu connu de la colonisation en Indochine : la mise en coupe du corps indigène. Celui-ci est mesuré, examiné, exhumé, découpé, photographié jusque dans ses parties les plus intimes, pour produire des analyses qui nous paraissent aujourd’hui effarantes car teintées des préjugés de l’époque, eux-mêmes véhiculés dans les expositions coloniales. Il s’agit de mettre en avant l’infériorité (p. 103) de ce petit corps colonisé qui pourtant au regard de l’histoire fut bien téméraire, ce que quelques observateurs avisés avaient déjà noté (p. 103). Un discours sur la race se développe, on diserte sur la résistance du tirailleur annamite et au final des Vietnamiens finissent par s’approprier le discours colonial anthropométrique au service du nouveau nationalisme (p. 114).

L’altérité du corps indochinois est dûment interrogée dans le chapitre 4 de l’historien américain Christopher E. Goscha, specialiste justement de l’espace indochinois dans sa dimension transnationale. Dans une longue analyse fine sur la fabrique indochinoise des rois coloniaux, il expose en trois actes la neutralisation de l’empereur Bao Dai en le comparant à Norodom Sihanouk, cet autre roi indochinois, si différent par son exubérance. La coquille coloniale de Bao Dai est décryptée à travers son éducation à la française, sa mise sur le trône en 1932 « pieds et poings liés » à des fins de survie coloniale (après les soulèvements révolutionnaires de 1930) et la résistance passive qu’offrit l’empereur au fil de son mandat déclinant. L’impuissance royale de Bao Dai est contrebalancée par le génie et la gouaille d’un Sihanouk dont l’intelligence fut de mener tambour-battant sa croisade pour l’indépendance du Viêt-Nam en 1953 alors que Bao Dai vivait les derniers temps d’un Etat-associé aux prises d’une guerre fratricide. Dans une perspective d’une histoire culturelle croisée d’une histoire des mentalités, Goscha met à nu les deux rois pour mieux comprendre le drame qui se joua du côté de Bao Dai et de son pays.

La fabrique du roi laisse place au chapitre suivant aux pratiques alimentaires. Toujours dans un esprit comparatif, Erica J. Peters, chercheure américaine, met l’accent sur les gestuelles, les goûts, les pratiques culinaires et leurs portées sociales ou symboliques. Les plats, dangereux pour les uns et bons les autres (p. 184), sont étudiés à l’aune des conceptions culturelles opposées ou concurrentes ou encore ignorées. Elle expose toutes les difficultés qu’ont les Français d’Indochine des classes moyennes ou aisées à « manger à l’asiatique » (p. 196) et à se fondre dans les pratiques endogènes.

Le dégoût ou la méfiance pour les pratiques culinaires rejoint les préoccupations du chapitre de l’historienne Isabelle Tracol-Huynh sur les prostituées du Tonkin. Au fil d’une analyse pertinente, elle décrypte le corps à corps colonial, entre désir et répulsion, dont est l’objet les travailleuses du sexe dans un contexte colonial. Elle ne néglige pas non plus la prostitution précoloniale qui revêtait des aspects plus culturels mais insiste sur le développement des nouvelles pratiques organisées et sanitaires liées au fort développement économique de l’Indochine (p. 210). Le tableau est édifiant lorsque sont abordées les questions de la domination masculine et coloniale sur un corps féminin peu érotisé, la question du péril vénérien, du corps malade rejeté et de la réglementation élaborée pour endiguer ce corps utilisé puis rejeté. La femme devient alors un « danger social » qu’il convient d’encadrer par des réglementations sanitaires qui relèvent plus de la surveillance que de l’intérêt sociologique (cet aspect de son travail nous renvoie à Michel Foucault).

Le sujet féminin, le « moi féminin » prend une autre dimension dans le chapitre de Nora A. Taylor. A travers l’émergence des Beaux-arts et de la figuration du nu, le corps des femmes passe de l’objet colonial au sujet libéré du renouveau littéraire des années 1990 et notamment revendiqué dans l’art-performance. Le corps est surtout « un support pour réclamer que les questions personnelles deviennent publiques » (p. 244). Il n’est pas tant travaillé en tant que tel mais reste dans une certaine mesure dans les canons esthétiques classiques. A l’exception du travail de l’artiste Dinh Y Nhi, la souffrance, la mutilation ou la violence sexuelle restent assez peu exposées.

Dans son chapitre sur la nouvelle littérature vietnamienne du Doi Moi (Renouveau) qui émerge dans les années 1990, Doan Cam Thi, spécialiste de la littérature vietnamienne contemporaine à l’Inalco, poursuit le questionnement d’Erica Peters cette fois-ci à travers les mots et les représentations littéraires. Elle expose le nouveau rapport que les écrivaines entretiennent avec l’écriture du corps qui diffère de celui de l’art figuratif. Celui-ci devient « jouissant », n’est plus complètement prisonnier des stéréotypes et se libère de la morale même si l’exercice s’avère compliqué dans une société encore très confucéenne dans ces codes extérieurs. Doan Cam Thi montrent que ces prises de paroles croissantes reflètent « une volonté de dire les sensations et les fantasmes proprement féminins » (p. 259). Il n’empêche que malgré la censure, les écrivaines peuvent aller assez loin en exposant leurs jouissances, leurs troubles mais aussi leur désarroi voire la mise en scène de leur mort comme dans le roman Blogger. Le « moi féminin », revendicatif, prend ici tout son sens.

Le corps féminin laisse place au chapitre suivant au corps homosexuel, « haut lieu de l’imaginaire » pour Richard Quang-Anh Tran. Son analyse de la réception de l’homosexualité masculine dans un Viêt-Nam en plein bouleversement nous ramène à cette vision de l’autre, cet indigène étrange, du temps de la colonisation. « L’autre » est désormais homosexuel et Richard Tran démontre comment cette identité est dévalorisée, méprisée et stigmatisée dans le vocabulaire, souvent blessant et caricatural, censé la décrire. Comme pour la prostituée du Tonkin colonial, le corps homosexuel vietnamien apparaît comme pathologique, potentiellement dangereux et dénaturé. L’imaginaire véhiculé par la presse et les médias se cantonne le plus souvent à réduire l’homosexualité à une pratique indécente dans laquelle les êtres fautifs disparaissent. Une thématique que l’on retrouve également dans le roman Les Collines d’eucalyptus de Duong Thu Huong.

Avec son chapitre sur la douleur, Eric T. Jennings, historien canadien, inaugure une partie de l’ouvrage qui glisse progressivement vers une lente dégradation des corps. Ici, il s’agit encore de coloniaux rongés par un mal être lié au climat tropical que seules la ville de Dalat semble atténuer. Randonnées et excursions servent à « replonger l’Européen dans un microcosme familier » (p. 308). Il tente d’évacuer ainsi douleurs multiples et ennuis que la station d’altitude promet de résoudre. La ville coloniale en effet est imaginée comme possédant des vertus curatives et offrant toutes les possibilités d’un séjour médical réussi.

La question médicale est au cœur du texte de l’historienne Laurence Monnais titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur le pluralisme en santé. Elle s’attache dans son chapitre à retracer l’histoire du médicament en Indochine, de son commerce et de son industrialisation. Son analyse socio-économique s’intéresse autant aux maladies ou affections combattues (paludisme, rachitisme, neurasthénie) qu’aux pratiques médicamenteuses mêlant pratiques anciennes et modernes (p. 324) rappelant l’exemple cambodgien étudié dans un ouvrage d’Anne Guillou sur la médecine dans ce pays. L’hybridation et le métissage dans les usages finissent par s’imposer.

Lorsque l’on ne peut plus soigner, le corps est soumis à une dégradation irréversible. C’est l’objet de mon chapitre qui s’intéresse à un groupe social constitué en RDVN pendant la guerre du Viêt-Nam et composé de jeunes femmes à plus de 50 %. Les corps mobilisés, en un corps de « volontaires » constitué au service du militaire, subissent toutes les épreuves de la guerre et du choix de sa féminisation par les dirigeants de la RDVN alors emprunts de maoïsme. Après avoir retracé succinctement l’histoire de la création des Jeunesses de choc, nous avons mis l’accent sur leur utilisation sur le front de guerre notamment sur la Piste Hô Chi Minh. Le tableau est saisissant tant les corps sont exposés aux dégradations physiques les plus extrêmes jusqu’à la folie et la mort. La fin de la guerre ne met pas fin aux terribles souffrances et traumatisme des femmes engagées mais le « triomphe de la virilité » impose que l’on étouffe l’autre vision de la guerre portée par les femmes, une vision en prise directe avec la réalité.

Souffrir, mourir mais bénéficier d’une sépulture décente n’est rien en comparaison de la disparition des êtres. Le chapitre du chercheur sud-coréen Heonik Kwon s’intéresse aux « âmes errantes » des 300.000 disparus de la guerre du Viêt-Nam. Comment apaiser leur courroux lorsqu’ils continuent de hanter la vie des vivants ? Comment leur offrir une place sur l’autel des ancêtres lorsque la guerre expulse les « mauvais » fils et ne conservent que les bons ? Comment gérer socialement les morts violentes du massacre de My Lai, notamment celle des enfants ? Comment se libérer du deuil des défunts de la guerre ? Autant de questions et de pratiques scrutées par Heonik Kwon dans un exercice très convaincant.

Pour conclure, le corps individuel est abandonné au profit des dynamiques démographiques et sociales exposées par Francis Gendreau, statisticien-démographe. C’est un « corps collectif » qu’il nous donne à voir avec une prise de distance intéressante. Les problématiques de la guerre, du handicap et de la maladie sont analysées à l’aune de l’ensemble du corps social vietnamien démontrant toute l’importance de ces questions sur le plan politique et rappelant les conséquences socio-économiques qu’elles induisent si elles ne sont pas prises en compte.

L’ouvrage se termine sur une invitation à quelques lectures sélectionnées pour aller plus loin dans la réflexion. A la croisée de l’histoire (prédominante tout de même), de l’anthropologie et de la sociologie, cet ouvrage permet d’ouvrir un riche débat sur la « colonisation des corps » pendant la période coloniale mais aussi sur la décolonisation de ces corps et ce qu’il en reste dans les pratiques quotidiennes des Vietnamiens.

François Guillemot, 14/03/2015.

 

La colonisation des corps. De l’Indochine au Vietnam [parution]

La_colonisation_des_corps[ndlr] Parution d’un ouvrage collectif dirigé par Agathe-Larcher Goscha et François Guillemot. Il est issu du colloque sur les identités corporelles au Viêt-Nam organisé à l’ENS de Lyon. Présentation de l’éditeur.

Avec les contributions de : Dinh Trong Hieu, Alain Ruscio, Agathe Larcher-Goscha, Christopher E. Goscha, Erica J. Peters, Isabelle Tracol-Huynh, Nora A. Taylor, Doan Cam Thi, Richard Quang-Anh Tran, Eric Jennings, Laurence Monnais, François Guillemot, Heonik Kwon, Francis Gendreau.

Symbolique de la tête, du ventre et des membres, poids de la gestuelle, représentations sexuelles ou anthropométriques tendant à classer cet être étrange qu’est le colonisé, fabrication d’un corps du roi conforme aux souhaits de la République française, perceptions renouvelées de l’environnement et du bien-être à travers les prescriptions de la modernité, enfin terribles effets de la guerre, corps meurtris, âmes sans repos hantant aujourd’hui encore un paysage où la tradition s’épuise à tenter d’absorber la violence du contemporain : telles sont quelques-uns des aspects dont traite ce livre, rapportant à l’Asie la thématique de l’histoire du corps désormais familière à l’Occident. De l’Indochine française au Viet Nam en guerre, plusieurs chercheurs de toutes nationalités ont été réunis pour mener à bien cette entreprise sans précédent.

François Guillemot est ingénieur de recherche à l’Institut d’Asie Orientale (CNRS / ENS de Lyon) ; ses recherches portent sur l’histoire politique et sociale du Viêt Nam contemporain. Agathe Larcher-Goscha est spécialiste de l’histoire coloniale de la péninsule indochinoise et traductrice.

Source : Éditions Vendémiaire

Communiqué de presse Colonisation des corps (PDF)

Réf. Guillemot, François & Larcher-Goscha, Agathe, La colonisation des corps. De l’Indochine au Vietnam, Paris : Éditions Vendémiaire, coll. Chroniques, 2014, 443 p.

Table des matières

Remerciements, p. 5-7

François Guillemot & Agathe Larcher-Goscha : Le Viet Nam à fleur de peau, pp. 9-27

Dinh Trong Hieu : La face, le ventre et autres symboliques du corps chez les Viet, pp. 28-60

Alain Ruscio : « Nous avons débarqué au milieu du peuple le plus étrange », pp. 61-81

Agathe Larcher-Goscha : La guerre des représentations anthropométriques, pp. 82-126

Christopher E. Goscha : Bao Dai et Sihanouk : la fabrique indochinoise des rois coloniaux, pp. 127-175

Erica J. Peters : Manger : pratiques vietnamiennes et identités européennes, pp. 176-199

Isabelle Tracol-Huynh : Désir et répulsion : les prostituées du Tonkin, pp. 200-228

Nora A. Taylor : L’autre exotique et le moi féminin, pp. 229-245

Doan Cam Thi : Quand elles écrivent leur corps, pp. 246-263

Richard Quang-Anh Tran : Le corps homosexuel, haut lieu de l’imaginaire, pp. 264-284

Eric Jennings : Dalat ou les Alpes en Indochine, pp. 285-312

Laurence Monnais : Les remèdes du bien-être, pp. 313-342

François Guillemot : Des jeunes filles mutilées, pp. 343-392

Heonik Kwon : Portés disparus, pp. 393-414

Francis Gendreau : Dynamiques démographiques, pp. 415-435

Bibliographie sélective, pp. 436-441

Biographies des auteurs, pp. 442-443

Signalons qu’Isabelle Tracol-Huynh vient de recevoir le Prix Jeune chercheur/se de la Ville de Lyon : « Récompensée pour ses études sur la réglementation de la prostitution et le gouvernement des corps à travers le prisme des mondes extra-européens, notamment l’empire colonial français en Asie au 20ème siècle ». Isabelle Tracol-Huynh, normalienne de Lyon, a soutenu sa thèse de doctorat d’histoire sur la prostitution au Tonkin à l’Université Lumière Lyon 2, dans un laboratoire commun CNRS/ENS de Lyon/Université Lyon2 : l’Institut d’Asie Orientale.

* * *

Liêm-Khê Luguern : Les « Travailleurs Indochinois ». Etude socio-historique d’une immigration coloniale

[ndlr] Signalement d’une thèse importante sur les « Travailleurs indochinois » soutenue le 19 juin 2014 à l’EHESS (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales).

 

Les « Travailleurs Indochinois »

Etude socio-historique d’une immigration coloniale

SoLinhTho
Source : Vietdom.Blog

Thèse pour l’obtention du doctorat d’histoire présentée par

Liêm-Khê Luguern sous la direction de Gérard Noiriel

 

Jeudi 19 juin 2014, 14h30

EHESS 190 av. de France, 75013 Paris, Salle 015

 

Résumé

Cette thèse retrace l’histoire des 20 000 Indochinois requis en métropole en 1939 par le ministère du Travail dans les usines travaillant pour la Défense Nationale avant d’être pour partie rapatriés entre 1948 et 1952. Elle analyse dans une démarche socio-historique l’élaboration d’un « récit » de l’histoire des « travailleurs indochinois » de la Seconde Guerre mondiale et les obstacles méthodologiques, épistémologiques et conjoncturels qui s’y sont opposés. Elle questionne l’apparition médiatique de la figure du « travailleur indochinois », dans un contexte de réception collective travaillé par la question des identités. Pour dépasser le cadre imposé par ce « présent mémoriel », l’histoire des « travailleurs indochinois » replace les parcours de ces hommes dans le mouvement plus large des circulations en situation coloniale et impériale. Elle met ainsi en évidence le poids du déterminisme social dans l’expérience migratoire. Au-delà du discours public et de la catégorisation étatique, la déconstruction d’une domination montre l’extrême diversité de situations et de parcours sociaux que masque l’entité « travailleurs indochinois ». Elle conduit ainsi à contester la notion d’« imaginaire colonial », en montrant que les représentations et les témoignages sont ici le produit d’une lutte et d’une coproduction où l’élite lettrée des Indochinois a joué un rôle majeur. Interrogeant le glissement actuel dans les débats publics du « social » vers le « racial », mais aussi les notions de « subalterne » et de « fracture coloniale » qui réduisent les rapports sociaux à l’antagonisme colon / colonisé, cette thèse entend ainsi contribuer à déconstruire la catégorie d’immigration postcoloniale.

Mots-clés : colonisation, catégorisation, élites indigènes, Indochine, migration, mémoire, post-colonial, représentation, réquisition, Seconde Guerre mondiale, Subaltern Studies, Viêt-nam

Jury :

  • Alban BENSA, directeur d’études EHESS
  • Andrew HARDY, maître de conférences, École Française d’Extrême-Orient (EFEO)
  • Gérard NOIRIEL, directeur d’études EHESS, directeur de thèse
  • Philippe PAPIN, directeur d’études, EPHE
  • Philippe RYGIEL (Rapporteur), professeur, Université Paris - Ouest - Nanterre - La Défense
  • Emmanuelle SAADA (Rapporteur), professeure associée, Université Columbia, New York

Source : IRIS / EHESS

Notice SUDOC : http://www.sudoc.fr/180145630

Génocides tropicaux. Catastrophes naturelles et famines coloniales. Aux origines du sous-développement [2003]

Davis_GénocidesTropicaux[ndlr] Une approche « longue durée » sur l’histoire de la colonisation et du climat et les conséquences sur le développement des pays colonisés. Paru il y a plus de dix ans (2001 en anglais dans sa version originale et 2003 pour la version française) cet ouvrage à thèse a fait débat pour son parti pris anti-libéral. Son auteur, Mike Davis, « chercheur inclassable de la gauche américaine » selon Libération, défend une histoire critique de la mondialisation. Titre original : Late Victorian Holocausts: El Niño Famines and the Making of the Third World. Réédité en 2006, présentation de l’éditeur ci-après.

À la fin du XIXe siècle, plus de cinquante millions de personnes moururent dans d’épouvantables famines qui survinrent quasi simultanément en Inde, au Brésil, en Chine et en Afrique. Déclenchées par le phénomène climatique aujourd’hui connu sous le nom d’El Niño, la sécheresse et les inondations provoquèrent des épidémies terribles, l’exode des populations rurales et des révoltes brutalement réprimées. C’est cette tragédie humaine absolument méconnue que Mike Davis relate dans cet ouvrage. Il montre en particulier comment la « négligence active » des administrations coloniales et leur foi aveugle dans le libre-échange aggrava de façon meurtrière ces situations catastrophiques. Ce livre offre une description saisissante des méfaits du colonialisme et de son régime politique et économique. Il présente ainsi un autre regard sur la naissance du tiers monde, en construisant une double histoire économique et climatique du développement qui conduit à penser l’interconnexion des deux grandeurs, naturelles et humaines, dans le cadre de ce qui était déjà, au XIXe siècle, un « système-monde ». À bien des égards, Génocides tropicaux ajoute un chapitre important au grand « livre noir du capitalisme libéral ».

Table des matières :

RemerciementsIntroduction – Vacances au pays des famines – L’histoire secrète du XIXe siècle – Les « forçats de la faim » – Définitionspréalables – El Niño – Sécheresse – Famine (causalité) – Famine (mortalité due à la) – Holocauste (image de l’) – I. La grande sécheresse, 1876-1878 – 1. Les fantômes de Victoria – Le Néron des Indes – Le « salaire de Temple » – La « grève des secours » – Lytton descend de l’Olympe – « Meurtres de masses » – Famine et nationalisme – 2. Quand les pauvres dévorent leur propre toit – La Chine – Le Brésil – 3. Messies et canonnières – Sécheresse et projets impériaux en Afrique – Les tombes à ciel ouvert d’Afrique du Nord – Le nombre des victimes dans le monde II. El Niño et le nouvel impérialisme, 1888-1902 – 4. Le gouvernement de l’enfer – Après la charrue, la sécheresse – Éthiopie : « jours cruels » – Le jihad vaincu par la famine – Apocalypse fin de siècle ? – 5. Le carnaval des squelettes – « Les charniers du gouvernement » (1896-1897) – Malheur aux petits enfants – Le ciel bleu de la famine (1899-1902) – « Un vice-roi authentiquement impérialiste » – Le « chant de la famine » – L’enfer du Gujarat – 6. Révolutions millénaristes – Chine : quand les chrétiens « mettent le ciel en bouteille » – Brésil : la guerre de la Fin du monde – Asie : la famine comme stratégie coloniale – Afrique : les Européens vus comme des sauterelles – Des séquelles durant tout le XXe siècleIII. À la recherche d’ENSO – 7. Le mystère des moussons – Une science impériale – Socialisme et taches solaires – Géopolitique et oscillation australe – Bjerknes et le paradigme ENSO – Un régime multidécennal ? – 8. Climats de famine – Téléconnexion et causalité – Les climatologies régionales du phénomène ENSOUne chronologie du phénomène El NiñoIV. Écologie politique des famines – 9. Les origines du tiers monde – « Mauvais climat » ou « mauvais système » ? – Les « lois de cuir » contre les « lois de fer » – Perspectives sur la vulnérabilité – La défaite de l’Asie – L’économie de la fin de l’ère victorienne – Étalon or et militarismeL’hypothèse malthusienne – Le déficit d’irrigation – 10. Inde : la modernisation de la pauvreté – La misère nue des producteurs de coton – Affamés par le boom céréalier – L’État colonial – Enclosures victoriennes – Le déclin de l’irrigation indigène – 11. Chine : la révocation des mandats – De l’autarcie au marché – L’épuisement des réserves des greniers – Corruption et décentralisation – La rançon de l’âge d’or – La déforestation de la Chine du Nord – La crise de la Commission du fleuve Jaune – L’abandon de l’aménagement hydraulique – 12. Brésil : race et capital dans le Nordeste – Colonialisme informel et pouvoir d’État – Eugénisme et involution économique – Le déclin écologique – Le boom du coton – La farce de l’irrigation – Notes.

L’auteur :

Mike Davis, né en 1946 à Fontana (Californie), ancien camionneur et ouvrier d’entrepôt frigorifique, enseigne aujourd’hui la sociologie urbaine. Chercheur indépendant doté d’une grande curiosité interdisciplinaire, il a publié un livre sur l’histoire de la classe ouvrière américaine, intitulé Prisoners of the American Dream. City of Quartz (La Découverte, 1998 ; nouvelle édition La Découverte/poche, 2000), Génocides tropicaux (La Découverte, 2003 ; nouvelle édition 2006) et Au-delà de Blade Runner (Allia, 2006). Il a reçu le « Best Book Award de la American Social Science » et le prix 1998 « Lire la Ville ».

Source : La Découverte

Pour en savoir plus :

  • CR de lecture de Cyrille Ferraton, « Mike Davis, Génocides tropicaux. Catastrophes naturelles et famines coloniales (1870-1900). Aux origines du sous-développement, Paris, La Découverte, 2003, 479 p., trad. Late Victorian Holocausts, El Niño Famines and the Making of the Third World, 2001. », Astérion [En ligne], 2 | 2004, mis en ligne le 05 avril 2005. URL : http://asterion.revues.org/97
  • CR de lecture de Alicia Sliwinski, Génocides Tropicaux. Catastrophes naturelles et famines coloniales. Aux origines du sous-développement by Mike Davis; Marc Saint-Upéry (trad.), Anthropologica, Vol. 45, No. 2 (2003), pp. 307-309.