Archives par mot-clé : civilisation

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2016 : Séance 1

Année universitaire 2016-2017 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Imaginaires nationaux :

de l’empire colonial aux états-nations d’aujourd’hui

iyanglepecheur
Illustration extraite de M. Percheron, Contes et légendes d’Indochine (Fernand Nathan, 1947).

★ ★ ★

Mythes et génies fondateurs

Séance 1 : mardi 27 septembre 2016

La première séance de ce séminaire est une invitation au voyage, une plongée dans l’univers des contes des trois pays de la péninsule indochinoise. Notre choix s’est porté sur les contes et légendes à portée historique ou cosmologique. Ils serviront de point d’appui pour engager la discussion sur les imaginaires nationaux du Cambodge, du Laos et du Viêt-Nam. Au préalable, nous introduirons les enjeux généraux du séminaire en abordant successivement la question de l’espace indochinois, celle des identités plurielles, la rencontre stimulante entre mémoire, société et histoire ainsi que la question de la place grandissante des antagonismes mémoriels dans l’espace public. Les contes sélectionnés seront envisagés comme l’ébauche d’une écriture de soi collective.

Sources mobilisées :

  • Duong Dinh Khuê, La littérature populaire vietnamienne, Saigon, 1968. Réédité en fac-similé par les éditions Thanh-Long (Bruxelles, 1976). Voir le chapitre IX : Contes instructifs, pp. 159-179.
  • Hoc Dy Khing, Contes et légendes du pays khmer, Paris, Sudestasie / Conseil international de la langue française, 1989. Voir « Légende du temple d’Angkor Wat« , en ligne sur Khmet Network (texte en bas de la page).
  • Monod, G. H., Contes khmers, Paris, Centre de documentation et de recherche sur la civilisation khmère, 1985. Voir « Sdēch Kmēng, le Roi-Enfant », pp. 249-297 + Glossaire et notes, pp. 298-303.
  • Percheron, Maurice, Contes et légendes d’Indochine, Paris, Fernand Nathan, 1947. Voir les contes : « Iyang, le pêcheur qui devint roi (Conte pnong) » pp. 95-118 ; « La création du monde (Histoire du peuple miao) » pp. 145-153 ; « Le lac de l’Épée rendue (Conte historique tonkinois) » pp. 165-174.
  • Phinith, Savèng (trad.), Contes et légendes du pays lao, Paris, Agence de coopération culturelle et technique / Conseil international de la langue française, 1986. Voir le chapitre « Origines légendaires », pp. 18-24.

 

En complément de cette séance, l’article de Chivallon Christine, « Retour sur la « communauté imaginée » d’Anderson.  Essai de clarification théorique d’une notion restée floue », Raisons politiques 3/2007 (n° 27), p. 131-172 . URL : www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2007-3-page-131.htm.

 

Image « à la une » : ill. dos de couv. M. Percheron, Contes et légendes d’Indochine (Fernand Nathan, 1947).

Sandrine Hobert : Les animaux dans l’imaginaire et la culture traditionnelle du Cambodge, du début de notre ère à la fin de l’époque angkorienne [thèse]

[ndlr] Annonce de la soutenance de la thèse de Médecine vétérinaire de Sandrine Hobert.

Résumé : Les animaux tiennent une place importante dans la culture cambodgienne, que ce soit dans l’imaginaire, les croyances, les traditions ou la religion. C’est ce que cet essai tente de démontrer, en passant des mythes et légendes les plus anciens, aux rôles des animaux dans la cité d’Angkor dirigée par les rois de l’Empire khmer. Ce travail consistera, après avoir fait une rapide présentation du Cambodge, à étudier d’abord les apparitions et les rôles des animaux dans la mythologie et la littérature khmères, puis dans les croyances ancestrales et les traditions populaires, ainsi que dans la religion. Enfin, dans la dernière partie replace l’animal à l’époque angkorienne où il a une place déterminante.

Hobert_ThèseAnimauxCambodge_2016De l’animal « acteur » dans les fêtes et les traditions populaires aux chimères de la mythologie et de l’imaginaire khmers, cet essai place l’animal au centre de l’histoire du Cambodge et de ses habitants. « Animaux de la mythologie, animaux de la royauté, animaux de guerre ou de travail » (p. 56),  il nous invite à la redécouverte d’un bestiaire riche à la fois peu connu et encore très présent dans la culture cambodgienne.

Thèse d’État de Doctorat Vétérinaire.

Lieu et date de soutenance : Lyon, mardi 12 juillet 2016

Membres du jury :

  • Président : M. le Professeur Philippe Moulin
  • 1er Assesseur : M. le Docteur Denis Grancher
  • 2e Assesseur : Mme le Professeur Denise Rémy
  • Membre invité : M. le Docteur François Guillemot

Image « à la une » : Chars de guerre de la bataille de Lanka, Angkor Vat, galerie Ouest © Photo de l’auteure

[parution] Keith W. Taylor : A History of the Vietnamese

Taylor_AHistoryOfTheVietnameseL’historien américain Keith W. Taylor vient de publier son imposante histoire des Vietnamiens considérée sur la longue durée. Cette nouvelle publication de près de 700 pages d’un des plus grand spécialiste du Viêt-Nam se présente déjà comme une référence incontournable des Vietnamese Studies. L’ouvrage organisé chronologiquement s’articule autour de 13 chapitres revisitant le Viêt-Nam et plus particulièrement les Vietnamiens qui ont façonné ce pays des origines à nos jours. Le premier chapitre pose le contexte du Viêt-Nam pré-impérial jusqu’à l’avènement de l’indépendance vis-à-vis des Han (pp. 14-50). Le second chapitre s’intéresse à la dynastie des Ly (pp. 51-107) ; le troisième à celle des Tran (pp. 108-164) ; le quatrième à celle des Lê (pp. 165-223).

On quitte l’histoire des trois grandes dynasties vietnamiennes (près d’un tiers de l’ouvrage) pour se plonger à partir du cinquième chapitre dans le chaos des guerres régionales (pp. 224-257) et internes entre le nord et le sud au XVIIème siècle (pp. 258-318). Le chapitre sept se focalise sur le Viêt-Nam divisé des seigneurs Trinh et Nguyen pour en souligner les divergences (pp. 319-364). La guerre civile qui mène à l’avènement des Tay Son reprend au chapitre 8 (pp. 365-397). Le chapitre 9 est consacré à la dernière grande dynastie vietnamienne des Nguyen jusqu’à son déclin au contact de l’Occident (pp. 398-445). Cet ensemble dédié à la guerre régionale puis interne aux Vietnamiens forme le second tiers de l’ouvrage.

Mais les Vietnamiens n’en n’ont pas fini avec la guerre. Celle-ci se prolonge avec le chapitre 10 consacré à la conquête française (pp. 446-483) puis l’auteur décrypte dans le chapitre suivant les nouvelles relations et interactions avec le colonisateur (pp. 484-523). La guerre toujours, revient en force au chapitre 12 (pp. 524-560) englobant l’Indochine dans une nouvelle configuration avec la France. Le dernier chapitre expose la situation au sortir de la guerre d’Indochine, du Viêt-Nam divisé à la réunification par la guerre. Enfin, l’auteur clot son étude par une rétrospective (pp. 620-626, et non une conclusion insiste Taylor) qui permet à l’auteur de replacer les Vietnamiens dans une longue durée en considérant l’importance de la matrice chinoise dans la construction de l’espace et de la mentalité de ce peuple aux composantes si diverses. De ce fait, il interroge l’unité du peuple vietnamien en soulignant les contrastes et différences ethniques, culturelles ou religieuses qui habitent ce peuple. Troisième point, il démontre la réelle difficulté qui existe alors dès que l’on veut expliciter ce qu’est un Vietnamien (Being Vietnamese has many forms) autrement que par la langue ou par l’espace particulier que ce peuple occupe sur la planète (p. 626). Enfin, note qui peut se lire comme touche d’optimisme, cette pluralité intrinsèque du Viêt-Nam, à la fois faiblesse et force, pourraient multiplier les possibilités à l’avenir (Being Vietnamese offers many options). L’ouvrage (sans notes de bas de page) se termine par un essai bibliographique conséquent (pp. 627-643) qui balaye par chapitres les sources principales qui ont nourri la réflexion de l’auteur et qui fait office de références bibliographiques. Plusieurs annexes (figures, tables, cartes) et un index mettent un point final à cette ambitieuse synthèse rapidement présentée ici.

FG, 25/06/2013

[Présentation de l’éditeur ci-dessous]

The history of Vietnam prior to the nineteenth century is rarely examined in any detail. In this groundbreaking work, K. W. Taylor takes up this challenge, addressing a wide array of topics from the earliest times to the present day – including language, literature, religion and warfare – and themes – including Sino-Vietnamese relations, the interactions of the peoples of different regions within the country, and the various forms of government adopted by the Vietnamese throughout their history. A History of the Vietnamese is based on primary source materials, combining a comprehensive narrative with an analysis which endeavors to see the Vietnamese past through the eyes of those who lived it. Taylor questions long-standing stereotypes and clichés about Vietnam, drawing attention to sharp discontinuities in Vietnam’s past. Fluently written and accessible to all readers, this highly original contribution to the study of Southeast Asia is a landmark text for all students and scholars of Vietnam.

Réf. Keith W. Taylor, A History of the Vietnamese, Cambridge, Cambridge University Press, 2013, 696 p.

Keith W. Taylor is a professor in the Department of Asian Studies at Cornell University. His career began in the U.S. army, where he was deployed in the US-Vietnam War. He has now been researching Vietnam for nearly forty years, and his work has made a fundamental contribution to the field.

Source : Cambridge University Press

Robson & Yee: France and Indochina – Cultural Representations [2005]

At the intersection of literary, cultural, and postcolonial studies, this volume looks at French perceptions of ‘Indochina’ as they are conveyed through a variety of media including cinema, literature, art, and historical or anthropological writings. The volume is long awaited, as France’s memory of ‘Indochina’ is understudied compared to its relationship with its former colonies in West and North Africa. The book has contemporary urgency as the makeup of France’s immigrant population changes and grows to include Vietnamese, Cambodian, and Laotian populations.

Kathryn Robson is lecturer in the School of Modern Languages, University of Newcastle, United Kingdom. Jennifer Yee is lecturer at the University of Oxford (Christ Church).

Réf. : Robson, Kathryn & Yee, Jennifer (eds), France and Indochina: Cultural Representations, Lanham, Lexington Books, 2005, xvi-237 p.

Aperçu Google Books

Table des matières : Library of Congress catalog

* * *

This outstanding collection combines contributions from established scholars of Francophone South-East Asia with the work of some of the most talented and original new researchers in the field. The volume explores the representation and reality of colonial Indochina and also offers an introduction to some of the most innovative Francophone writers and filmmakers of the contemporary Indochinese diaspora. By pairing rigorous historical inquiry with original cultural, literary and theoretical analyses, the essays collected here reveal the complex, ambivalent connections linking France and Indochina, as well as the postcolonial legacies of the contacts and conflicts on which these connections depend. (Charles Forsdick, University of Liverpool) – source : Amazon